Terrorisme/ Archives

Lutte contre le terrorisme : Les États-Unis suspendent leur assistance sécuritaire au Pakistan

Le président Donald Trump, n’aura pas tardé à mettre sa menace à exécution. Le 4 janvier, Washington a en effet annoncé le gel de l’assistance sécuritaire dont bénéficiait jusqu’à présent le Pakistan au nom de la « guerre contre le terrorisme ». « Les États-Unis ont bêtement donné 33 milliards de dollars d’aide au Pakistan ces 15 dernières

Le groupe jihadiste nigérian Boko Haram reprend de la vigueur

Devant l’ampleur des exactions et des massacres commis par le groupe jihadiste Boko Haram dans le bassin du Lac Tchad, les pays concernés (Nigéria, Tchad, Cameroun, Niger et le Bénin) décidèrent de coordonner leurs opérations militaires au sein d’une Force multinationale mixte (FMM), composée de plus de 10.000 soldats et placée sous l’égide de l’Union

Le nombre de frappes américaines en Somalie et au Yémen a atteint un niveau record en 2017

Quand le président Obama était encore à la Maison Blanche, le Yémen et la Somalie n’étaient pas considérés comme des « zones d’hostilité actives », comme le sont actuellement la Syrie, l’Irak ou l’Afghanistan. Pour autant, les forces américaines y ont conduit plusieurs frappes aériennes contre des « cibles de haute valeur », c’est à dire des cadres d’organisations

Terrorisme : Le président Trump menace de couper les aides au Pakistan

Parce qu’il avait besoin de profondeur stratégique face à l’Inde, le Pakistan soutint le mouvement taleb afghan, alors au pouvoir à Kaboul. Puis vinrent les attentats du 11 septembre 2001, qui changèrent la donne. Partenaire de premier plan des États-Unis dans la « guerre contre le terrorisme », le Pakistan bénéficia d’une aide massive de la part

Des renseignements donnés aux service russes par la CIA ont permis de déjouer un attentat à Saint-Petersbourg

Les relations entre les États-Unis et la Russie sont peut-être compliquées mais, visiblement, cela n’empêche pas quelques « coups de pouce » en matière de contre-terrorisme. Ainsi, le 15 décembre, le Service fédéral de sécurité (FSB), héritier d’une direction générale de l’ex-KGB, a indiqué avoir interpellé 7 individus d’une cellule terroriste prête à passer à l’action contre

Un rapport fait la lumière sur l’origine des armes utilisées par l’EI

Le mérite du dernier rapport du Conflict Armament Research (CAR, basé au Royaume-Uni) [.pdf] est de documenter ce que l’on pouvait pressentir au sujet de l’origine des armes et des munitions utilisées par l’État islamique (EI ou Daesh) en Syrie et en Irak. Pour cela, les enquêteurs de cet organisme ont étudié pas moins de

Environ 500 jihadistes français seraient encore présents en Irak et en Syrie

Les effectifs de l’État islamique (EI ou Daesh) sont difficiles à évaluer avec précision. Et l’exercice devient plus compliqué quand il s’agit de connaître la nationalité d’origine de ses combattants. Dans un entretien donné en novembre dernier au quotidien Le Figaro, Laurent Nuñez, le patron de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) estimait

L’attaque d’une mosquée fait au moins 235 tués en Égypte

Jamais l’Égypte n’avait connu une attaque terroriste aussi meutrière que celle qui vient d’être commise, ce 24 novembre, à Bir al-Abed, un village situé dans le Nord-Sinaï. Le dernier bilan livré par les autorités égyptiennes fait état d’au moins 235 tués et de 125 blessés. Et il n’est que provisoire… Ainsi, au moment de la

Le nombre d’attaques de l’EI en Irak a atteint son plus bas niveau depuis juillet 2014

L’État islamique (EI ou Daesh) ne contrôle désormais plus de centres urbains en Irak. Pour autant, cela ne signifie pas la fin de sa présence. Ainsi, ce 23 novembre, les forces irakiennes ont lancé une nouvelle offensive afin de réduire les dernières poches jihadistes dans la région désertique d’al-Jazira, qui s’étend sur les province de

Selon la DGSI, la menace d’attentats préparés par des jihadistes envoyés par Daesh en France reste « très sérieuse »

Le 13 novembre 2015, un commando envoyé par l’État islamique (EI ou Daesh) semait la terreur et la mort en plein Paris. Deux ans plus tard, l’organisation jihadiste a perdu la quasi-totalité des territoires qu’elle contrôlait dans le nord de l’Irak et en Syrie. Pour autant, a-t-elle perdu toute capacité d’envoyer des terroristes en France