Terrorisme/ Archives

L’État islamique et al-Qaïda représentent toujours une « menace militaire significative »

Il suffit de se pencher sur l’actualité quotidienne pour constater qu’al-Qaïda au Maghreb islamique et ses affiliés sont loin d’avoir été éradiqué au Sahel malgré les efforts de l’opération française Barkhane (ils ont été responsables de 257 attaques, en Afrique de l’Ouest, l’an passé), que les milices Shebab restent influentes en Somalie, qu’al-Qaïda dans la

L’agresseur présumé des militaires à Levallois-Perret a été interpellé

Quelques heures après que 6 militaires du 35e Régiment d’Infanterie de Belfort engagés dans l’opération Sentinelle ont été renversés à Levallois-Perret, un suspect a été interpellé alors qu’il circulait sur l’autoroute A16, entre Boulogne-sur-Mer et Calais. C’est grâce aux indications obtenues par les caméras de surveillance ainsi que par les données de géolocalisation que la

Face à l’EI, les États-Unis envisagent de renforcer leur soutien militaire aux Philippines

Depuis le 23 mai dernier, à Marawi, ville située dans l’île méridionale de Mindanao, les groupes Maute et Abu Sayyaf, liés à l’État islamique (EI), mettent en difficulté les forces armées philippines, peu rompues au combat urbain. Si cette situation doit durer, le risque est de voir un point de fixation jihadiste en Asie du

Des militaires de l’opération Sentinelle fauchés par un véhicule à Levallois-Perret

Il était environ 9 heures, ce 9 août, quand la préfecture de police de Paris a indiqué qu’un « incident » venait de se produire à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) et qu’un véhicule était activement recherché. Puis la raison de cette alerte a ensuite été précisée : six militaires de l’opération Sentinelle, appartenant au 35e Régiment d’Infanterie (RI), ont

Afghanistan : Le mouvement taleb et l’EI accusés d’avoir uni leurs forces pour s’emparer d’un district

Le mouvement taleb afghan a revendiqué, le 6 août, la prise du district de Sayad, un verrou stratégique situé à une quinzaine de kilomètres de Sar-e-Pol, la capitale de la province du même nom, dans le nord de l’Afghanistan. Et, dans le même temps, 50 personnes  ont été massacrées dans le village chiite (l’ethnie Hazara) de

Les Philippines vont recruter 20.000 soldats supplémentaires pour faire face à la menace jihadiste

Les forces armées philippines sont toujours à la peine face aux jihadistes d’Abu Sayyaf et du groupe Maute qui, liés à l’État islamique, occupent une partie de la ville de Marawi, située dans l’île mérdionale de Mindanao, depuis le 23 mai dernier. Début juillet, 1.500 bâtiments échappaient toujours aux forces gouvernementales. Et, selon un dernier

Des milices libyennes disent craindre une résurgence de l’État islamique à Syrte

En décembre dernier, après plus de 6 mois de combats acharnés auxquels l’US Marine Corps participa avec des avions d’attaque AV-8 Harrier II et des hélicoptères AH-1W SuperCobra, la ville de Syrte était officiellement libérée de l’emprise de la branche libyenne de l’État islamique (EI). Cette offensive contre les jihadistes avait été menée par des

Interpol a les noms de 173 jihadistes de l’EI susceptibles de commettre des attentats en Europe

Lors de sa récente audition devant la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a indiqué qu’il « reste 600 à 650 combattants français dans les rangs de l’État islamique. » Combien ont été tués lors des batailles de Mossoul et de Raqqa? Et combien sont

L’armée australienne aura des prérogatives élargies en cas d’attaque terroriste

Depuis que Canberra a relevé son niveau d’alerte, en septembre 2014, l’Australie a connu au moins cinq attaques menées par des individus se revendiquant de l’État islamique (EI) ou d’al-Qaïda. Et 60 personnes ont été interpellées et condamnées pour avoir pris part à des complots terroristes, dont un devait viser le centre de Melbourne, le

Le patron des forces spéciales françaises dément le « ciblage » de jihadistes à Mossoul

Fin mai, le Wall Street Journal a affirmé que des commandos des forces spéciales françaises fournissaient aux troupes irakiennes l’identité et la photographie de jihadistes venus de France pour combattre dans les rangs de l’État islamique (EI ou Daesh) à Mossoul. Et de préciser qu’une équipe du Commandement des opérations spéciales (COS) s’attachaient à collecter