Terrorisme/ Archives

Terrorisme/EI : Le preneur d’otages de Trèbes abattu lors de l’assaut donné par le GIGN

Peu avant 10H30, vers l’ancien site des Aigles de la Cité à Carcassonne, ce 23 mars, un individu a volé une voiture après avoir gravement blessé son conducteur et tué un passager. Est-ce lui qui  a ensuite suivi un groupe de 4 policiers d’une compagnie républicaine de sécurité (CRS) qui rentraient à leur caserne après

La branche afghano-pakistanaise de l’EI appelle les jihadistes à la rejoindre

D’après des chiffres obtenus par franceinfos auprès de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), sur les 1.700 ressortissants ou résident français partis rejoindre l’État islamique (EI ou Daesh) en Irak ou en Syrie, 300 auraient été tués (288 hommes et 12 femmes). Et 323 (255 majeurs et 68 mineurs) sont revenus en France.

Un « conseil » recommandera si un militaire en voie de radicalisation doit être radié

Jusqu’à une date récente, la loi permettait d’effectuer une enquête administrative pour s’assurer que le comportement d’une recrue ou d’un militaire candidat à un poste nécessitant une habilitation n’était pas incompatible avec la fonction ou l’affectation envisagée. Cependant, rien n’était prévu dans le cas d’un changement d’attitude de l’intéressé après son recrutement ou sa mutation.

Attaques contre l’ambassade de France à Ouagadougou et le quartier-général burkinabè; Intervention des forces spéciales françaises

Pour la quatrième fois depuis janvier 2016, la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, est le théatre d’une attaque d’hommes armés. Il était environ 10h30, ce 2 mars, quand une explosion et des tirs ont été entendus par des témoins dans les quartiers où se trouvent l’ambassade de France et l’état-major des forces armées burkinabé. Dans

Un nouveau projet d’attentat devant viser des militaires a été déjoué

Ces trois dernières années, plusieurs sites militaires ont été sous la menace d’attaques terroristes qui, heureusement, ont pu être déjouées. C’est notamment le cas du sémaphore du Cap Béar, de la base navale de Toulon et, plus récemment, de la base aérienne d’Évreux. Par ailleurs, des militaires ont été attaqués, sur le territoire national, comme

L’ambassade des États-Unis au Monténégro a été attaquée à la grenade

Au cours de la nuit du 21 au 22 février, un inconnu a lancé une grenade dans l’enceinte de l’ambassade des États-Unis au Monténégro, située à la périphérie de ce pays des Balkans, à deux pas du batîment de la police secrète locale. Aucun dégât notable n’a été constaté et l’attaque n’a pas fait de

L’EI tente de reconstituer ses capacités en Libye et dans le sud des Philippines

Au cours de ces derniers mois, l’État islamique (EI ou Daesh) a subi de sérieux revers militaires en Irak et en Syrie (voire à Marawi, aux Philippines), avec la perte de la quasi-totalité des territoires qu’il contrôlait jusqu’alors. Et cela n’est pas sans conséquence sur ses finances étant donné que, selon un rapport de l’ONU

Au moins 50 jihadistes tunisiens seraient arrivés en Europe, via la route des migrants

En février 2016, Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la Défense, avait fait part du risque « majeur » de voir des jihadistes se mêler aux migrants arrivant à Lampedusa (Italie). À l’époque, il pensait surtout aux combattants de l’État islamique (EI) présents en Libye. Trois plus tard, Interpol et Europol firent part de leur « préoccupation croissante »

Un jihadiste condamné à 10 ans de prison pour un projet d’attentat contre la base navale de Toulon

Le 29 octobre 2015, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) interpella Hakim Marnissi, alors âgé de 25 ans, sur la base de soupçons sur un projet d’attentat contre des militaires de la base navale de Toulon. Selon le ministre de l’Intérieur, qui était Bernard Cazeneuve à l’époque, cet individu avait été mis sous

Des avocats de jihadistes portent plainte contre les autorités françaises pour « détention arbitraire » et « abus d’autorité »

Après les revers militaires infligés à l’État islamique (EI ou Daesh), la question du sort des jihadistes étrangers faits prisonniers en Irak et en Syrie se pose désormais aux autorités de leur pays d’origine. Or, ces dernières ne souhaitent par leur retour, comme l’avait expliqué, en novembre, Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires