L’équipage B de la frégate « Bretagne » félicité pour ses « résultats significatifs vis à vis des bâtiments russes »

Ayant appareillé de Brest le 19 octobre dernier avec son équipage A, la frégate multimissions [FREMM] « Bretagne » patrouilla pendant plusieurs semaines en mer de Norvège, avant d’intégrer le groupe permament maritime 1 de l’Otan [ Standing NATO Maritime Group 1 – SNMG 1] et de prendre part à l’exercice FLOTEX SILVER 21, organisé dans les régions norvégiennes de Vågsfjorden et Andfjorden ainsi que dans la zone maritime située au large d’Andøya.

Selon les explications données à l’époque par l’état-major norvégien, cet exercice devait alors de se concentrer sur « la lutte anti-sous-marine et la chasse aux sous-marins ». Une priorité étant donné que l’activité des forces sous-marines russes a quasiment retrouvé le niveau qui était le sien durant la Guerre Froide…

En effet, deux ans plus tôt, le renseignement militaire norvégien avait affirmé qu’au moins dix sous-marins russes, dont huit à propulsion nucléaire, avaient été engagés dans de longues manoeuvres dans l’Atlantique Nord, notamment dans le passage dit GIUK [Groenland – Islande – Royaume-Uni], par lequel passent, du moins en partie, les lignes d’approvisonnement entre les deux rives de l’Atlantique. « Nous voyons un nombre toujours croissant de sous-marins russes déployés dans l’Atlantique. Et ces sous-marins sont plus performants que jamais, se déployant sur de plus longues périodes, avec des systèmes d’armes plus meurtriers », avait d’ailleurs expliqué le vice-amiral Andrew Lewis, le chef de la 2e Flotte de l’US Navy, en février 2020.

Quoi qu’il en soit, en décembre, et à la faveur d’une escale à Reykjavik, la frégate Bretagne changea d’équipage. « Le fonctionnement des bateaux en double équipage [B2E] améliore l’efficacité opérationnelle en accroissant le nombre de jours de mer, la préparation opérationnelle des équipages et la capacité à endurer une augmentation imprévue de l’activité en cas de besoin », fit valoir la Marine nationale, à cette occasion.

La deuxième partie du déploiement de la FREMM Bretagne a-t-elle été plus « mouvementée » que la première, alors que la Russie n’avait pas encore lancé son offensive contre l’Ukraine? On peut le penser, à la lumière du témoigne de satisfaction collectif decerné par le vice-amiral d’escadre [VAE] Olivier Lebas, le commandant en chef pour l’Atlantique [CECLANT] à l’équipage B du navire.

Le VAE Lebas « a notamment loué la combativité, l’endurance et la capacité de reconfiguration tactique d’un équipage confronté en permanence à la rudesse de l’environnement, affrontant l’enchaînement de 17 dépressions atmosphériques en 2 mois », est-il avancé dans un brève diffusée ce 23 juin par la Marine. Mais celle-ci en a dit trop… ou pas assez.

« Ces qualités lui ont permis d’obtenir des résultats significatifs vis-à-vis des bâtiments russes mais aussi de s’illustrer auprès de nos alliés durant deux mois de manœuvres agiles », a-t-elle en effet souligné, sans donner plus de détails au sujet des bateaux russes en question. Et d’ajouter : « CECLANT a particulièrement distingué trois marins pour leur rôle prépondérant dans la planification et la conduite de la mission ».

La conclusion de la brève apporte sans doute un éclairage sur l’action de l’équipage B de la FREMM Bretagne, un navire spécialisé dans la lutte anti sous-marine [ce qui lui a d’ailleurs valu d’être distingué par un « Hook’em Award », un prix décerné par l’US Navy, ndlr].

Ainsi, soulignant que la « Russie conteste l’ordre international et alimente une rhétorique nucléaire inquiétante », la Marine fait valoir que sa capacité, « aux côtés de ses alliés », à « occuper le terrain, en mer, sous les mers dans le ciel de l’Atlantique Nord contribue à l’équilibre des forces ». Et, poursuit-elle, « la profondeur stratégique apportée par les unités déployées dans le Grand Nord est essentielle pour préserver la liberté d’action de notre dissuasion nucléaire océanique ».

En novembre 2021, le chef d’état-major de la Marine nationale, l’amiral Pierre Vandier, avait mis en avant la pression mise par la marine russe dans l’Atlantique Nord. « Les Russes mènent des campagnes sous-marines par périodes, par ‘bouffées’ puissantes, qui viennent tester la crédibilité du dispositif opérationnel occidental du Royaume-Uni, des États-Unis et de la France » et « pas moins de sept sous-marins russes nous ont occupés, avec nos alliés, pendant plus de six mois l’année dernière en Atlantique », avait-il expliqué.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

120 contributions

  1. Czar dit :

    est-ce que la pratique du double équipage est aussi le cas sur les bâtiments de surface des autres marines ?

    • vrai_chasseur dit :

      @czar
      La rotation des équipages est peu pratiquée par les marines dans le monde.
      Si cette pratique est maîtrisée et active depuis longtemps dans les SNLE américains (équipages Blue et Gold) et français (équipages Bleu et Rouge), elle est peu usitée au sein des bâtiments de surface. Comme pour les SNLE le but est évidemment la plus grande permanence possible à la mer des bâtiments, tout en permettant aux équipages de se régénérer, de s’entraîner et de se former aux nouvelles procédures. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire.
      Sur les bâtiments de surface, les américains l’ont mis en place sur les navires spécialisés (LCS) et cherchent à l’étendre à d’autres bâtiments.
      La Royal Navy anglaise l’expérimente actuellement à petite échelle sur des bâtiments spécialisés (chasseurs de mines).
      La France fait figure de pionnière en la mettant en oeuvre de façon opérationnelle sur des bâtiments de combat type frégates FREMM.
      C’est en partie ce qui a distingué l’équipage B de la FREMM Bretagne : ils ont pris la frégate à Reykyavik, ont eu 3 jours de passage de témoin avec l’équipage A, puis 4 jours de préparation en solo avant mission. Une première en soi.
      Ensuite, ils n’ont pas démérité, dans un environnement contesté et en forte tension : les sous-mariniers du monde entier commencent maintenant à connaître le très redoutable ‘chant du loup’ des FREMM françaises…mais pas que. Les russes l’ont constaté à leur corps défendant et n’ont pas cherché à en rajouter dans le passage Islande-Norvège, là où d’habitude ils « poussent assez fort ».
      Et tout cela avec une météo arctique du moment (il fait -10 °C sur l’eau en moyenne et le passage des dépressions c’est comme sur le périphérique parisien, ça n’arrête pas quel que soit l’heure ou le jour).

      • Fralipolipi dit :

        @vrai-chasseur
        Merci à vous d’avoir rappelé à nous autres – terriens – et insisté sur le fait que la navigation dans ces eaux , l’hiver, est si éprouvante sur le temps long. Et parfois, c’est déjà pas triste en été 🙂
        (les 6.000 tonnes de la Fremm ne pèsent alors plus bien lourd).
        .
        A noter que cette organisation en double équipage sur Fremm est recherchée dès le début grâce à un facteur clé : l’effectif record – à la baisse – de l’équipage.
        C’est parecque l’équipage d’une Fremm (frégate prévue dès l’origine pour avoir bcp de systèmes automatisés) est quasi 2x inférieur à celui des frégates F70 qu’elle remplace (nombre pour nombre, s’agissant des bateaux) que cette idée a pu faire son chemin.
        A noter que les Fremm italiennes fonctionnent elles avec des équipages nettement plus fournis … mais avec 1 seul équipage par bateau, du coup.
        On est donc là dans l’optimisation.
        Et si cela fonctionne comme prévu, alors chapeaux bas à Naval Group/DGA et … la MN !!!.
        .
        On notera en parallèle que la Fremm confirme au fil des mois (et même des années, déjà) son statut de pire cauchemar de la sous-marinade russe.
        J’imagine qu’en combinaison avec nos ATL2 Aesa rénovés, ce doit encore être pire 🙂
        (Et attendons les nouvelles bouées acoustiques de Thalès !!!)
        .
        Et c’est tant mieux, car ainsi les Russes y réfléchiront à 2x avant de venir fureter trop longtemps devant le goulet de Brest ou de dans le golfe de Gascogne !!!
        .
        A bon entendeur.

      • Czar dit :

        Merci pour vos précisions. Vous l’avez sans doute deviné, mon but était de savoir si cette pratique était généralisée afin de voir si ça ne relativisait pas la modicité numérique de nos bâtiments de premier rang.

        Compte-tenu des contraintes en hommes et en MCO, j’imagine que de système doit ‘apporter’ aux environs de 2/3 de navire supplémentaire ?

      • Twisted dit :

        Les navires naviguent beaucoup plus, mais s’usent aussi plus rapidement…

        C’est assez unique dans l’histoire de la Marine d’avoir « trop » d’équipages qualifiés par rapport au nombre de navires.

        • Tintouin dit :

          En résumé, on peut se féliciter de notre modèle à 2 équipages pour une frégate, pour assurer une permanence à la mer… tant qu’on n’est pas en combat de haute intensité !
          Car si la frégate est coulée, on la remplace par quelle coque dans l’urgence de la guerre? Résilience nous dit-on… J’aurais tendance à penser que la MN n’avait pas vraiment d’autre choix que ce modèle « unique », faute d’un nombre adéquat de frégates. Les moyens manquent, on les exploite donc au maximum (oui, on les use aussi plus vite).
          En tout cas, bravo à nos marins, qui comme les aviateurs et les terriens, démontrent encore et toujours leur haute qualité, et leur sens du système D.

    • albatros dit :

      En Angleterre c’est le contraire : un équipage pour deux bâtiments, mais il est vrai qu ils roulent à gauche alors….

  2. Fralipolipi dit :

    Fremm ou Freda … même en double équipage, dommage que nous n’en ayons que 8 …
    .
    Le frégate Constellation permettra-t-elle aux équipages US d’être aussi performants en ASM ?
    A priori les US vont commander le même sonar Captas 4 remorqué que celui de la Fremm, mais tout le reste sera-t-il aussi bien optimisé ?

    • Stoltenberg dit :

      FFGX est un programme qui optimise les coûts et les délais donc ils ont eu le luxe de prendre toutes les solutions européennes qui leur conviennent et de mettre toutes leurs solutions qui fonctionnent bien sur leurs propres vaisseaux. Et pour les systèmes électroniques de lutte anti-sous-marine Thales est le véritable leader mondial, ce qui a été confirmé par le choix du Captas 4 au détriment du vds AN/SQS-62 initialement prévu. Mis à part cela ils utilisent leurs systèmes comme le AN/SQQ-89 (intégré dans AEGIS) qui donnent visiblement satisfaction. Vu que ce sont des systèmes différents, il est difficile de comparer mais, étant donné que les 2 pays ont une forte culture maritime, coopèrent beaucoup et sont présents sur tous les théâtres, je pense qu’il ne doit pas y avoir une énorme différence en termes de capacités. Il faut aussi noter que normalement ces navires sont les plus forts lorsqu’ils coopèrent avec d’autres vaisseaux, mais également avec des hélicoptères, avions, voire satellites etc…

      • breguet dit :

        Stoltenberg:  »Il faut aussi noter que normalement ces navires sont les plus forts lorsqu’ils coopèrent avec d’autres vaisseaux, mais également avec des hélicoptères, avions, voire satellites etc… » oui bien entendu mais la coopération optimale c’est quand 1 ou plusieurs SNA amis entrent dans la danse…

    • Stan dit :

      Surtout que nos stratèges en fauteuil du gouvernement ont jugé qu’une FDI valait bien une FREMM. Bon courage aux marins qui vont subir 17 depressions majeures en six mois dans l’Atlantique Nord sur un bateau de 4000 tonnes au lieu de 6000… mais grace a la pratique des équipages doubles on pourra les faire tourner! Enfin, si on arrive à acheminer l’equipage bis ce qui n’est pas garanti en cas de haute intensité ?

      • Fralipolipi dit :

        Le système de propulsion de la Fremm, plus sophistiqué et permettant d’être nettement plus silencieux lors des traques, permettra aussi à la Fremm de rester meilleure en ASM que la FDI (même si cette dernière disposera des ‘quasi’ mêmes capteurs et systèmes ASM que la Fremm).
        Et comme tout se joue sur 3x rien pour ce type de combat …
        .
        Ca fait encore un truc de plus oublié un peu trop vite par le Mindef à l’époque.

  3. Zigomar dit :

    Bah..! A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire… puisque l’on peut lire et entendre partout que la marine et la sous-marinade de l’Ours russe ne sont redoutables pour personne sinon pour elles-mêmes…Avec quelques barcasses hors d’âge, archaïques et obsolètes qui voudraient encore faire illusion en effectuant quelques ronds dans l’eau de la nordique mare nostrum du Camp du Bien…
    Ou alors…il n’y a plus rien à comprendre et de quoi se perdre en conjectures…à la lecture de communiqués des plus contradictoires…

    • Moogli dit :

      Les équipages concernés se contre foutent de gala voici et rt.

    • Themistocles dit :

      Si seulement s’était vrai…..

    • Thaurac dit :

      O, te l’expliqueras , Wlad…

    • Marre&Go dit :

      Vous vous gobergez de mots, Zigomar… votre auto-satisfaction ampoulée et verbeuse vous fait couler bien plus profond que le Koursk , dans le mépris usagers de ce site et l’indifférence de l’équipage de la Bretagne.

    • Oliver dit :

      Oui et que dire du tonnage de la Royale… Si peu de Fremm et de FDI.

    • albatros dit :

      Précisément : des économies de bouts de chandelles qui se paieront lourdement au prix du sang en cas de conflit

  4. Patrico dit :

    Moi, d abord, ancien militaire fier et respectueux d avoir accomplis mes devoirs dans le génie Air ! Je n accepterais jamais ces appellations de styles , plan B, groupes B , sous le chef , sous ceci, directeurs, sous et sous de ceci et cela que ce soit comme dans les domaines autres sports, industries etc ! Ce sont une , des, équipes de relais ! Prétes a remplacer leurs confrères à des moments obligés et nécessaires ! ici compagnons d armes en missions de recherches de paix ! Excusez moi mais j ai commandé quelques hommes en équipes civils travaux pénibles hors heures administratives, et il n y avait pas de groupes B seulement des « compagnons » relais , pret a aider ceux éreintés ! Ce sont quelques réflexions hors sujet peut être mais je le dit ici sur ces belles pages ! Mais pour revenir au sujet , Quand a la surveillance sous marine ! je suis bien sûr persuadé qu il y a « énormément » de monde dans les « fosses » ! Ce qui est pour les militaires de « bonnes guerres » ! Merci à Tous Thank you merci !

    • Le sicaire dit :

      @Patrico

      B ne veut pas dire que c’est moins bien que A et mieux que C… quant à la fierté c’est loin d’être une qualité, c’est plutôt un défaut.

      • Patrico dit :

        Ah ah nombreuses réactions ici et en suites, des équipes A ou B ! Je maintiens ma fierté et celle des hommes que j ai « commandé » et pourtant appelé comme Cabochef ! Et chef d ateliers ! Mais le volontariat et la fierté des compagnons pour venir à mes côtés pour un « chantier » de nuit ou fériés vous ne pouvez et devez pas en parler vous n avez pas le droit car il faut le vivre, mouiller le treillis ou les bleus , et au final montrer et recompenser le mérite des hommes qui vous suivent et non pas vous précédent comme vous le savez trop bien ! Faire qu un ! Mais tout ce que je vous dit c éte Avant, un monde que vous n avez pas connu devant vos Ordis ! Normal il suffit de constater ….Merci quand même cela me rappel des « souvenirs » inoubliables de respect et de fraternité ! Merci Thank you merci a Tous ! Prudence !

    • ji_louis dit :

      Vous avez raison, c’est pour cela que les équipages de sous-marins s’appellent Rouge et Bleu.

    • Pierrot dit :

      L’équipage B n’est pas une équipe « de relais », c’est l’un des deux équipages, ex-aequo, qui ne fait pas les « heures non administratives » que l’équipage A ne voudrait pas, ils se relaient tous les X mois, c’est tout. Le nom « équipage B » ne dénote pas et n’a jamais eu vocation à dénoter une hiérarchisation des deux équipages. On aurait pu les appeler « équipage 1 » et « équipage 2 », mais les mécontents diront que 1 et 2 dénotent aussi une hiérarchisation, comme « bleu » et « rouge » (rouge c’est moins bien que bleu…), ou Bretagne Brest et Bretagne Rennes (« Brest c’est plus petit que Rennes », ou « Rennes c’est moins breton et moins marin que Brest »)…

      La distinction entre les équipages, c’est juste pour les distinguer, pas pour les opposer.

    • l1tlesh1p dit :

      Bonjour, je ne suis pas sûr que vous ayez bien compris. Il y a un équipage « A », et un équipage « B ». Les deux sont identiques en termes de compétences, de format, de mission. Il n’y a pas un « sous-équipage » ou un « plan B ». Sur d’autres types de navires, ils portent les couleurs de « bleu » ou « rouge ». C’est juste qu’ils prennent, alternativement, la responsabilité et l’armement du navire, pour lui permettre d’être employé au maximum de ses capacités opérationnelles.

  5. Alpha dit :

    Non, mais je rêve… On vit dans la 4ème dimension!

    Après le discours « L’Estonie a été attaquée par la Russie lors d’une simulation », voilà que l’on a droit aux « résultats significatifs contre les Russes »… C’est quoi le résultat significatif? Ils ont coulé virtuellement un bateau russe simulé à l’aide d’un cube de sucre pendant la pause café?

    Perso, j’ai vécu de très nombreux grands succès militaires lors de manoeuvres: Nous étions les « bleu » et l’ennemi, toujours de couleur « rouge » et venant de l’est était toujours le perdant de l’affaire grâce à notre très grande efficacité manoeuvriére, le tout sans tirer un seul coup de feu! A remarquer qu’il n’y avait que les troupes bleu à vraiment bouger sur le terrain, les « rouges » n’étaient qu’imaginaires… donc par de risque qu’ils nous prennent de vitesse lors de l’exercice…

    • Themistocles dit :

      Est publié ce qui est publiable.

    • précision dit :

      A lire l’article je comprends qu’il ne s’agissait pas que d’exercices organisés en interne mais aussi de pister des sous-marins russes. Il n’y a pas besoin de beaucoup d’imagination pour interpréter comme un succès une détection puis un contact maintenu sur la durée d’un sous-marin adverse, non?

    • Nemo dit :

      Vous n’avez pas l’air de comprendre: il y’avait des sous-marins russes dans le coin, ils ont été détectés, traqués et on les a tenu en respect jusqu’à ce qu’ils quittent la zone.

    • arioch dit :

      Les FREMM jouent à suivre les sous-marins russes c’est la nuance entre un exercice et une manœuvre.

    • Elwin dit :

      Lors du dernier exercice, commenté ici je crois, bleu comme rouge étaient bien incarnés, et le bilan fut d’ailleurs sévère (400 morts fictifs dès les premières heures, il me semble).

    • Tulio dit :

      Chaque joueur dispose de deux grilles carrées de côté 10, dont les lignes sont numérotées de 1 à 10 et les colonnes de A à J, ainsi que d’une flotte composée de quelques bateaux d’une à cinq cases de long. Et donc, on a gagné ! Cocorico !

    • UnKnown dit :

      La guerre sous marine s’apparente plutôt à de l’espionnage: on essaie de garder la trace de l’autre et de détecter ses mouvements. Le succès/ »résultats significatifs » veut simplement dire que la FREMM et son équipage ont été performants dans la traque des soum Russes. C’est une « guerre » des ombres qui d’ailleurs n’a jamais cessée, seule son intensité évolue.

    • vno dit :

      Rassurez vous, si équipages rouge et bleu existent aux forces sous-marines, ils ne simulent pas vraiment les Russes ! Pas plus qu’ils ne font d’exercices contre eux. La Marine s’entraine uniquement pour préparer ses déploiements opérationnels réels mais classifiés sur leur objectifs ,qui débouchent parfois sur des réussites honteuses qui surprennent nos alliés ! Pas de manœuvre donc, mais entrainement individuel, de groupe et international, puis missions réelles. Cette préparation est généralement réalisée avec des tirs réels de qualification sur cible. Artillerie, Torpilles d’exercices, parfois missiles exocet ou anti-aérien. Ensuite, pour les missions, c’est pour de vrai , parfois un sous-marin étranger qui se croit seul et bien meilleur que nous passe devant nous, quand ce n’est pas tout une flotte. Le point commun entre sous-marins et Fremm ? Ils se complètent avec certains spécialistes qui passent de l’un à l’autre et les rendent ultra performants.

    • steph dit :

      Oui vous êtes dans la 4eme dimension…….
      Dites vous bien que nos marins, surfacier ou sous marinier sont tout les jours aux contacts de Russe ou Chinois…..et on ne joue pas, le but étant de démonter notre supériorité tactique dans le domaine de lutte considéré (anti-surface, anti sous marin etc..) et avec ces énergumènes les pélots peuvent partir a tout moment

    • Alpha (α) dit :

      C’est quoi le résultat significatif ?
      Sachant que la frégate « Bretagne » est optimisée lutte anti-sous-marine…
      Notant que nombre de sous-marins russes croisaient dans son environnement immédiat…
      On peut raisonnablement penser que les analystes acoustiques présents à bord et autres marins de notre frégate ont pu traquer, localiser, maintenir le contact et répertorier les sous-marins russes avec succès. Et ces derniers, ces « rouges », n’étaient pas imaginaires et devaient donc tout faire pour se dérober. Visiblement, et si on en croit l’article de notre hôte, ce fut en vain…
      Vous comprenez ce « résultat significatif » ?

  6. VinceToto dit :

    Sinon, autre victoire dans les médias, celle des troupes ukrainiennes: https://nv.ua/ukr/ukraine/events/zsu-uspishno-viyshli-z-otochennya-v-rayoni-zolotogo-ta-gorskogo-50251873.html (Victorieuse retraite d’après le Ministère des affaires internes ukrainiens)
    Je ne sais pas pourquoi je fais le //, si cela ce trouve la Frégate Bretagne a fait du super boulot (faudrait avoir les infos russes pour vérifier).

    • précision dit :

      Sauver des vies dans une situation difficile peut tout à fait être une victoire très louable, même si l’histoire officielle a tendance à plutôt mettre en avant des victoires bien plus illusoires. La Bérézina est une prouesse dont les français et leurs alliés de la coalition peuvent être fiers. Je la cite à titre d’exemple parmi d’autres de retraite louable, et non pour exagérer les difficultés de l’armée ukrainienne qui n’est a priori pas dans une situation aussi dramatique, et heureusement pour eux.

    • précision dit :

      Vous pourriez d’ailleurs établir un parallèle avec la retraire, plutôt bien menée, des russes lorsqu’ils ont accepté qu’ils ne pourraient pas prendre Kiev. Cela a certainement sauvé au moins pour un temps la vie de bien des soldats russes (et ukrainiens), même si les russes (et ukrainiens) ont ensuite choisi de réengager nombre d’entre eux ailleurs en Ukraine, ce qui n’est pas surprenant mais entretient cette guerre et son lot de morts et destructions.

      A l’époque les russes avaient il me semble présenté cette retraite comme une forme de victoire en parlant de mission accomplie.

    • précision dit :

      et je ne vois pas pourquoi j’aurais besoin d’informations russes pour valider ce genre de déclarations. Il serait dommage de ne pas faire un minimum confiance à son gouvernement et son armée, surtout pour des déclarations à l’enjeu raisonnablement modéré.

      • VinceToto dit :

         » Il serait dommage de ne pas faire un minimum confiance à son gouvernement et son armée »
        Minimum? Non! J’ai une grande confiance dans leurs capacités à mentir. Après cela ne veut pas dire que tout soit faux, qu’il n’y a que du mauvais, loin de là, mais je préfère avoir l’avis des autres pour me former une opinion. Les Russes eux sont des experts en mensonges par omissions.
        Et puis, on peut aussi lire la presse en anglais: https://www.navalnews.com/naval-news/2021/12/french-navy-frigate-bretagne-conducts-crew-exchange-in-iceland/ (Comme si c’était un exploit d’aller à Reykjavík par avion et d’aller sur un bateau.).

        • Pierrot dit :

          « Les Russes eux sont des experts en mensonges par omissions. »… comme Lavrov qui dit jusqu’au 23 février : « ce sont des exercices, nous n’allons pas envahir l’Ukraine »? Belle omission…

        • précision dit :

          Ah non, pas d’accord. Les russes vont plutôt dans le sens du mensonge pur et dur (même si la plupart du temps ils se contentent de formulations ambiguës pour induire en erreur). C’est plutôt côté occidental qu’on est dans l’omission, les mensonges flagrants sont heureusement rares côté occidental (hors ukraine peut être, la guerre ayant un impact néfaste sur le souci de vérité), beaucoup plus que chez les russes. Je n’ai pas d’éléments quantitatifs mais l’impression me semble quand même assez nette.

      • lgbtqi+ dit :

        pourquoi vous auriez besoin d’informations russes ? Mais c’est bien simple pourtant. Pour la dizaines propagandistes pro-poutine qui envahissent le site, la vérité ne peut venir que du kremlin. Tout le reste n’est qu’oeuvres et pompes de, au choix, mais souvent de façon cumulative :
        – les USA
        – Soros
        – Israel
        – le lobby lgbt
        – les cosmopolites et autres lémuriens

    • Tulio dit :

      La communication ukrainienne ressemble de plus en plus à la communication française de juin 1940 ! Retraite victorieuse et ordonnée, l’ennemi a subi de très lourdes pertes, … Tout va très bien, Madame la Marquise !

      • Alpha (α) dit :

        Oui, mais cette communication ukrainienne ressemblant à s’y méprendre à celle des Russes lors de la retraite de Kiev fin mars dernier…
        « Nous avons décidé de réduire radicalement les activités militaires autour de Kiev et de Tchernihiv » déclarait un représentant du ministère russe de la Défense, le colonel-général Alexander Fomin.
        « Tout va très bien, Madame la Marquise ! » en somme…
        En réalité : « Pipeau ! T’es bloqué mon pote ! »

      • lgbtqi+ dit :

        Pas besoin de dire à quoi ressemble votre communication tovaritch…

    • Thaurac dit :

      « faudrait avoir les infos russes pour vérifier)…. »
      C’est un gag, d’abord le mot « info » est banni en russie, remplace par « propagande poutinienne »

    • Oleg dit :

      Plus d’infos en Russie, retour de la propagande façon soviétique dès lors qu’il n’y a pas de presse indépendante et le droit au débat dans l’espace public.

    • albatros dit :

      Les cosaques du Don n’ont pas dit leur dernier, cette retraite a coûté combien de morts etr de destruction dans les rangs russes ?
      N’est ce pas une victoire à la Pyrhus ?
      Les russes ne contrôlent maintenant que 22 à 25% du territoire au bout de 3 mois, contre une petite armée ukrainienne
      « L’Armée russe ce n’est pas ce qu on croyait » disent les milis de l’OTAN

      • jyb dit :

        @albatros
        – non. l’armée russe n’est pas ce qu’elle croyait. Pour ce que nous voyons aujourd’hui elle est assez conforme à ce que l’on attendait.
        – vous aimez bien les cosaques du don, mais encore une fois, je ne sais pas par quel truchement les cosaques combattent coté russe.

      • VinceToto dit :

        « Les cosaques du Don n’ont pas dit leur dernier »
        Pour info Donetsk, Doneck, rivière passant dans le Donbass est le diminutif de Don: le petit Don, petite rivière. Donbass=bassin de la rivière. Regardez donc où est le Don sur une carte et vérifiez le reste de vos infos. Les groupes qui sont de tradition cosaques du Don sont pro russe.

  7. Sylvain dit :

    Ça devient ridicule. A ce jour, la France n est pas en guerre contre la Russie, ni contre personne. Alors, arrêtons de jouer au petit guerrier de pacotille. Le jour où nous serons en guerre, nous aurons notre marioupol, nos bombardements etc. Et je souhaite qu on n en arrive pas la, parce qu il y aura des morts, et un paquet. Maintenant, si on veut la guerre contre la Russie, alors allons y. Et que les « warriors » de salon passent en première ligne.

    • m dit :

      La France n’est pas en guerre contre la Russie, mais la Russie est déjà en guerre contre l’Europe. Tôt ou tard, si Poutine n’est pas arrêté en Ukraine, il ira en Lituanie, en Finlande, en Moldavie et en Georgie. Si un pays de 40 millions d’habitants ne l’arrête pas, ce ne sont pas ces micro pays qui le feront.

    • précision dit :

      Je peux me tromper mais autant je partage votre critique des nombreux guerriers de pacotille de ce blog qui se laissent aveugler par leur haine au point de préférer l’épreuve de force à la paix, autant j’ai l’impression que la Marine Nationale (du moins les exercices présentées ci-dessus) exécute des exercices et manoeuvres habituelles qui n’ont rien de particulièrement provocateurs.

    • vachefolle dit :

      vous etes ridicule.
      La Russie de Poutine nous menace (EU/OTAN) depuis plus de 20 ans. Ces provocations (y compris cyber, espionnage, manipulations politiques) permanentes font de la Russie l’enemi N°1 de l’UE sur tous les plans.
      Avant l’ukraine nous etions en guerre froide avec la Russie.
      Maintenant nous sommes clairement en guerre TIEDE

      • précision dit :

        côté ridicule vous en avez à revendre. Imaginez-vous un instant que les occidentaux soient en reste en matière de cyber, d’espionnage, etc? En général quand on lit soigneusement les interventions de dirigeants occidentaux on se rend compte que leurs critiques peuvent être résumées en deux catégories :
        – les russes ne respectent pas les règles du jeu souhaitées par les occidentaux, mais quand les russes ont voulu négocier des accords globaux visant à limiter toute action d’espionnage&influence ce sont les américains qui ont refusé de traiter.
        – les américains et leurs alliés ne cachent pas qu’ils ont une grande avance dans la plupart des domaines, en particulier cyber, et se plaignent surtout de ce que sur certains points cette avance se soit amenuisée par rapport à ce qu’elle a pu être à un moment (ces plaintes sont peut-être aussi un moyen efficace d’obtenir une rallonge budgétaire au congrès, je suppose).

    • Kohps dit :

      Toujours le même discours à sens unique. Quand un pays de l’OTAN suit un sous marin russe ou qu’il envoie un avin de renseignement, c’est un appel à la guerre. Par contre quand la Russie se pose sur nos câbles sous-marins, cartographie les installations électriques anglaises, fait voler des armes nucléaires sur les frontières de l’OTAN, empoisonne des gens a l’étranger, c’est normal. Tout va bien.
      Autre exemple, ça accuse la France d’utiliser la situation au Mali pour exploiter les ressources et de faire un carnage au passage mais sans preuve. La Russie envoie explicitement et sans se cacher ses bouchers faire très exactement ça et là, y a des preuves, mais c’est normal. La Russie, elle, elle a le droit.
      C’est marrant, non? En tout cas, j’espère qu’il vous paie avec autre chose que du rouble parce que ces bouts de papiers et le beau temps à Saint Petersbourg ne doit pas suffire à rétribuer le beau travail que vous faites là

      • lgbtqi+ dit :

        Cherchez l’acronyme DARVO. C’est le principe des propagandistes pro-poutine notamment ici.

        https://en-m-wikipedia-org.translate.goog/wiki/DARVO?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=sc

        C’est aussi le procédé commun tout aussi sur-utilisé dans les commissariats par les Chances-pour-la-France. Sauf qu’à la différence de l’opinion publique, ça ne prend plus à force.

      • précision dit :

        Sauf que… vous pourriez inverser. Quand un navire-espion ou sous-marin occidental revient d’une mission à proximité des intérêts de l’adversaire, c’est fanfare et trompettes. Quand c’est un adversaire, cela devient scandaleux…

        Chaque côté exploite ce genre de discours à sens unique. Pour le Mali la communication officielle russe n’était pas si aggressive. Certains relais officieux menaient par contre une propagande délétère, sans doute. Dans la mesure où l’occident maîtrise les réseaux sociaux et les techniques pour les influencer mieux que les russes, cette propagande maladroite peut aussi être vue comme une marque de faiblesse des russes. Mais il me semble illusoire d’espérer se mettre d’accord sur l’arrêt des mauvaises pratiques dans le climat d’hostilité actuel. Peut-être suis-je trop pessimiste…

    • Parabellum dit :

      Vous avez raison…et on ferait mieux de s’armer en sous marins…d attaque et d avions de longue patrouille.et cessons de présenter les russes soit comme des cretins soit comme des terreurs.les russes avancent en Ukraine actuellement .nous nous avons une vie politique étrange suspendue parce que Jupiter n a plus d olympé’´

    • béber dit :

      Vous suggérez donc que l’on se calme mais que l’on laisse les Russes faire ce qu’ils font c’est à dire des exercices intenses et particulièrement agressifs?

    • Alpha dit :

      @Sylvain: Score?

      Sylvain$: 1 – Courmenceul/vachefolle: 0

    • Manu34 dit :

      Non. Le jour où nous serions en guerre nous n’aurions pas notre Marioupol car je vais vous révéler un grand secret: nous sommes une puissance nucléaire, une vraie, donc personne ne peut venir nous « Marioupoliser » une ville. Ni Poutine, ni la Chine ni qui que ce soit. Revenez à la réalité.
      Pour le reste effectivement nous ne sommes pas en guerre, vous avez raison. Mais les comparaisons entre une puissance nucléaire comme la nôtre avec un autre pays en guerre qui ne l’est pas, Ukraine ou autre, et purement virtuelle et assez loufoque…

    • Thaurac dit :

      …et les chamberlains ou Pétainistes partent en Amérique du sud?
      Avant un « Marioupol » Français, ils ont beaucoup de distance à parcourir avec pas mal d’obstacles devant eux…

    • Tannenberg dit :

      En agressant l’Ukraine, voisine de l’UE et du pré carré de l’OTAN, si pour vous c’est une surprise que la Russie se soit mise a dos tout le camp occidental, c’est que vous avez sans doute un problème de perception de la situation ou bien que vous ne vivez pas en Europe… ce qui ne serait qu’a moitie étonnant vue qu’il faut être un troll pour prétendre que nous sommes en train de « jouer au petit guerrier de pacotille », alors que personne dans l’UE ou l’OTAN n’a encore agressé la Russie, par contre il faudrait être stupide pour ne pas réagir partout la ou nous le pouvons, pour contenir les appétits déstabilisateurs du Kremlin.

    • Tannenberg dit :

      Arriver a garder l’œil sur les activités sous-marines russes (ce qui n’est pas un sport de masse) dans l’atlantique nord participe de cette logique, on peut imaginer qu’au passage nos marins auront réussi a identifier et a singulariser quelques signatures intéressantes, tout en opérant avec les marines alliées pour contribuer a limiter la liberté d’action de la marine russe dans les eaux du passage GIUK.

    • Pour Info dit :

      De fait la ruZie même depuis des années des attaques à bas bruit, principalement de la désinformation et des attaques informatiques.
      La poussée des mouvements antivax et autres bouffeurs de klork a fait plus de 10 000 morts (et c’est vraiment un minimum) pour ne citer que ça.
      La tradition de subversion date de l’époque soviétique et c’est assez intéressant de voir comment certains réseaux ont été réactivés.
      Donc, oui nous ne sommes pas en première ligne, mais la ruZie tape aussi dans la profondeur et non, nous ne voulons pas la guerre mais la ruZie attaque quand même.

      • Paul Letissier dit :

        @pour info
        Selon vous, les mouvements antivax (antipass, plus exactement) auraient été téléguidés depuis « la RuZie » ?
        C’est un point de vue surprenant (du moins pour moi) mais peut-être utile.
        .
        Merci d’expliciter votre point de vue : en comprenant mieux ce qui s’est passé au cours de la crise politico-sanitaire de 2021-22, nous réagirons peut-être mieux une prochaine fois.

        • Kohps dit :

          Des groupes Facebook antivax sont devenus anti ukrainien fin février. Étonnamment

        • Pierrot dit :

          Sans en conclure quoi que ce soit, je constate que les blaireaux antivaccins (ou antipass qui disaient « je ne suis pas antivax, mais… » = 100% antivax, en vrai) sont globalement les mêmes que ceux qui sont pro-Russie et pro-Poutine, les pseudo-réinformés qui refusent 20 articles sourcés mais gobent la vidéo conspi « source: trust me, bro » partagée par tonton Gérard sur Facebook (entre 2 memes sans queue ni tête des Minions) ; ils vouent au passage une haine viscérale et maladive à Macron (mais ils ne sont pas les seuls).

    • albatros dit :

      Heureusement que ce n’est pas vous qui êtes à la tête de la France : on serait déjà envahis et on parlerait russe à ce rythme là de ne pas froisser Poutine.
      Bienvenue à l’Armée rouge…heu russe

    • Alpha (α) dit :

      @Sylvain
      Non, nous ne sommes pas en guerre.
      D’ailleurs, pister les sous-marins russes quand ces derniers pistent nos navires militaires en exercice ce n’est pas être en guerre ou jouer au guerrier de pacotille.
      C’est simplement du renseignement, c’est normal et tout le monde fait ça …

  8. Momo dit :

    Les commentaires précédents au moins jusqu’à 21h04 sont essentiellement marqué par l’inexpérience voir l’ineptie pour certains.
    Une nouvelle fois la Royale a montré son expérience/excellence dans le domaine de la detection sous-marine.
    Pas compliqué pourtant de comprendre en réfléchissant 2 secondes.
    A tous les exercices depuis de longues années les marins Français dominent leur sujet. C’est notamment par la qualité du matériel et celle de la formation/transmission des oreilles vers les plus jeunes qui acquiert ainsi un savoir et une qualité qui n’a aujourd’hui pas d’égal.
    Ne pas oublier la qualité du matériel (Thales notamment) mais cela ne suffit pas.
    Bravo aux compagnons.

    • breguet dit :

      Momo: bonjour, ça fait un bout de temps…Pas la peine de se donner la peine d’expliquer quoi que ce soit…Les experts en stratégie, en pilotage d’avion de combat, en lutte anti sous marine, en para, en blindés, que sais je encore sont légion sur ce site et ont toujours une réponse ferme et définitive…Je soupçonne beaucoup, même s’ils sont anciens mili, de parler à tort et à travers, sûr de leurs arguments…Venant des trolls ou autres contradicteurs patentés, on peut parfaitement le comprendre et la solution est de na pas répondre à leurs provocations ( qui frisent parfois le racisme, l’homophobie,la connerie quoi…)…Bref, devant les événements il faut prendre du recul, beaucoup de recul…Je ne sais pas comment va finir cette guerre d’agression mais franchement, la responsabilité de Vlad lui sera difficile à assumer quoi qu’il arrive…
      Comme vous, bravo aux équipages pour les résultats obtenus avec de l’excellent matériel mais SURTOUT grâce à l’entrainement et encore l’entrainement ( ce qui va cruellement manquer à la marine chinoise qui impressionne tant de monde…C’est mon point de vue qui n’engage que moi…). Bonne soirée..

      • Momo dit :

        Bonsoir Bréguet, je partage complètement votre analyse et confirme absolument que rien ne se fait sans le travail, permanent et de très haut niveau, des équipes.
        C’est bien sûr par là que se fait la transmission d’un bien qui n’a pas de prix: le ‘savoir’.
        ;0)

  9. Axer dit :

    La GB et la France, à eux seules peuvent bouter l’armée russe jusque Vladivostok. Le problème c’est le manque de matériel pour une guerre longue durée. C’est pourquoi il faut relancer l’industrie militaire. Face à Poutine, il faut au moins 2000 canons à l’UE. C’est qu’un exemple. Même si Poutine peut sortir de ses stock 10.000 canons, 20.000 canons, il faut soutenir l’effort de guerre et avoir une certaine masse critique. Il en va de même pour nos marines européennes, remettre en mer des Frégates et des Corvettes spécialisées. Poutine attaque et s’avance en Europe et dans le monde car il croit dans sa tête, que son armée est la plus forte du monde, qu’elle est supérieure aux armées européennes, qui selon lui sont faites de pleurnicheurs, de peureux, de gosses de riches incapables de supporté la boue ou le froid. Le jour où il va se faire tailler les croupières en Afrique, en Ukraine, ou sur mer, ce jour là il va changer de mentalité, et réfléchira à deux fois avant de montrer ses muscles. Sa marine bloque la mer noire et empêche les navires d’approcher des côtes ukrainiennes, ou d’en sortir (Odessa). Les gens savent pas que les démocraties ont été un peu trop faible sur ce coup et que si Poutine lance sa marine en Baltique ou en agressant un des pays Baltes, ça ça va être pire, car on sera obligés de faire une No-Fly-Zone ou des combats aéronavales. Se montrer fort et sans concession, ça protège de la guerre haute intensité. Dans ce rôle, il faut applaudir et soutenir sans failles nos marins, nos aviateurs, nos rampants.

  10. Vins dit :

    Bravo… 17 dépressions en 2 mois…plus les missions… respect… j’espère qu’ils auront droit à la mediterran’ee la prochaine fois

    • Fralipolipi dit :

      @Vins
      « j’espère qu’ils auront droit à la mediterran’ee la prochaine fois »
      Vous allez fâcher du monde là … 😀 😉

  11. Ltikf dit :

    Cette « guerre » d’usure sous marine a-t-elle cessé ces dernières décennies ? Sans doute pas. Et on n’en saura pas beaucoup plus – logiquement… Beaucoup d’admiration pour ces équipages qui font ce travail difficile et peu valorisé dans les media: merci pour cet article !
    Et comme bien trop souvent, une petite tentative de déstabilisation trollesque montre quels sont les sujets qui ont de l’importance: comme a la bonne vieille époque de la Pravda, lire entre les lignes pour savoir la vérité…

  12. PK dit :

    Si je comprends bien, ils ont surtout affronté des orages ? C’est rassurant en tout cas que nos FREMM tiennent la mer par gros temps 🙂

  13. vachefolle dit :

    contrairement a ce qu’on pourrait penser, ces provocations régulieres de la Russie sont extremement benefiques à l’OTAN et aux pays Européens, qui recoivent des piqures de rappel permanentes que la Russie a pour objectif de, a defaut de nous envahir militairement, de nous imposer un rapport de force, ce qui permet de se maintenir en eveil permanent.
    Ces graces a ces manoeuvres que ls armées EU se mobilisent. Sans ces menaces, les politiques auraient deja coupés les crédits des armées depuis longtemps. (ca c’etait avant l’ukraine bien sur)

  14. Carin dit :

    D’un autre côté, on parle de repérage, et de marquage à la culotte de soums russes, qui se promènent dans les eaux d’autres pays. On parle de suivre à la trace, sans les perdre, des engins qui de leur côté, font tout ce qu’ils peuvent pour échapper à ce marquage.
    Pas de quoi vous mettre dans tous vos états petites groupies en chaleur!

  15. UnKnown dit :

    Et comme d’hab, la cinquième colonne au travail dans les commentaires.

  16. Aymard de Ledonner dit :

    Belle brochette de trolls russes sur ce post….Assez fascinant de voir la célérité des aigris

  17. alex dit :

    Bizarre quand même tous ces commentaires…..Le fait est que à priori nos bateaux donnent vraiment satisfaction avec un degré de qualification de nos équipages au dessus de la moyenne (constatation de nos alliés) on devrait s’en réjouir. Les Russes ont des soums à la pointe de la techno et ils adorent jouer à cache cache, on joue avec eux et des fois on gagne, on devrait s’en réjouir, ces parties de cache cache en océan atlantique sont des exercices grandeurs nature et le retex doit avoir une valeur sans commune mesure avec n’importe quel exercice avec un allié

  18. Oliver dit :

    Allez nous sommes les rois du pétrole !
    12 FREMM, 10 FDI, 2 PANG, 10 Barracuda…
    Financés par la fraude fiscale… Enfin vaincue. LoL

    • précision dit :

      Pour quoi faire? Apparemment ce que nous avons suffit à suivre les sous marins russes. Qui risquent d’avoir quelques problèmes de financement… Les dépenses militaires de nos alliés proches écrasent très largement celles de tous nos adversaires réunis.
      Avec les ressources de la planète qui s’ammenuisent (et l’inflation qui galope naturellement) on pourrait faire un usage plus productif de ces ressources.

      Et même si les ressources ne se faisaient pas rares, il serait préférable de s’accorder avec les adversaires pour que tous baissent les dépenses militaires au profit de ce qui sert le bien commun. Le PANG et une pléthore de frégates de premier rang ne rentre clairement pas dans cette catégorie.

      Par contre financer la fraude fiscale, oui ! Mais attention aux tartufferies. Je serais curieux de savoir parmi les bourgeois criticant la fraude fiscale combien ont déjà fraudé d’une manière ou d’une autre, entre les appels à un ouvrier non déclaré et autres paiements au noir, des déclarations abusives, des tickets de transports non payés, amendes esquivées et autres. Je pense que peu de monde en sortirait complètement blanc.

  19. aldo dit :

    Du coup, quelque part l’équipage A passe pour des guignols. Bravo pour la motivation ! Diviser en balançant des nonos aux chiens de la meute qui ont eu la chance d’être là au bon moment. Tant pis pour les autres.

    • Carin dit :

      @aldo
      Les russes savent que quel que soit l’équipage français auquel il a à faire, ça va pas être une partie de plaisir…
      Ils le savaient déjà pour les SNA, et l’aviation, ils viennent d’avoir confirmation que c’est pareil sur l’eau.

    • breguet dit :

      aldo: pourquoi dire ce type de connerie: si A a fait chou blanc c’est peut être qu’il n’y avait rien a trouver? Loin de diviser, au contraire ça motive un max car le matos est bon ( on a la preuve avec B) donc la prochaine fois A ne laissera pas passer sa chance si l’occasion se présente et en plus il bénéficiera de l’expérience de B. Ce monde de spécialiste est petit et croyez moi si il y a compétition c’est dans le bon sens… ( Zut de viens de répondre à la provocation…)

  20. benjamin dit :

    Faut il comprendre dans l’intitulé de l’article que « résultats significatifs vis à vis des bâtiments russes » désigne la reconnaissance des sous marins russe et leurs tracabilités

  21. cedivan dit :

    Donc les russes, opérant dans les eaux internationales, contestent l’ordre international… Que font donc les USA en Mer de Chine alors, par exemple ? Et nos SNLE nucléaires ? Ils contestent eux aussi l’ordre international et alimentent une rhétorique nucléaire inquiétante ? Je veux bien qu’on n’aime pas les russes mais là ça devient pathétique.

    • Moogli dit :

      En mer de Chine, qui n’appartient pas à la Chine, le droit international que la Chine est chez elle jusqu’à 12 nautiques des côtes. Après 12 nautiques, le droit maritime autorise la libre circulation des navires de tous pavillons. Pour l’exploitation des ressources, la distance de ZEE est de 200 nautiques je crois, à concurrence de la limite territoriale de ZEE d’une autre nation.

      Un bâtiment US qui navigue au milieu de la mer de Chine est donc dans les eaux internationales.

    • Thierry (le plus ancien) dit :

      Il se trouve que les USA et la France ne sont pas en train d’envahir un pays ou de contester les lois internationales, Poutine a quand même mis un peu le gros orteil en plein sur l’Ukraine, d’ailleurs ça commence à lui piquer, ça n’est pas réthorique contre réthorique mais invasion contre réthorique.
      D’ailleurs on pourrait parler d’Ukrainophobie… parce que passer sous silence les crimes qui s’y déroulent et faire comme si ça n’existait pas c’est de la complicité.

    • Arioch dit :

      Quel rapport avec l’article ?
      Personne ne conteste le droit de la marine russe à naviguer, on s’asticote et ce faisant on s’entraine, c’est comme ça dans les deux sens depuis des décennies.
      La Chine par contre conteste le droit de naviguer en mer de Chine alors qu’elle ne lui appartient pas.

    • Carin dit :

      @cedivan
      Votre post est la parfaite illustration de « souvent il vaut mieux fermer sa gueule, et passer pour un con… que l’ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet »

  22. Thierry (le plus ancien) dit :

    L’Ukraine a coulé un navire russe à l’aide de missiles anti-navires Harpoon nouvellement fournis, ont confirmé les renseignements militaires britanniques cette semaine.

    Le navire russe Spasatel Vasily Bekh aurait tenté de livrer des armes et des troupes supplémentaires sur un territoire ukrainien stratégique lorsqu’il a été neutralisé par les forces adverses.

    Il a été vu portant un système de missile anti-aérien Tor-M2MK, mais il n’a pas été confirmé si l’arme faisait partie du système de défense du navire ou si elle était simplement transportée pour soutenir le personnel russe envahissant.

    Le naufrage du Spasatel Vasily Bekh dans la mer Noire est la première attaque réussie de Kyiv utilisant des missiles fournis par l’Occident, selon les renseignements britanniques.

    Selon le rapport, l’incident a démontré les difficultés auxquelles la Russie est confrontée pour fournir un soutien logistique à ses forces sur Snake Island, près d’Odessa.

    Le blocus continu de l’île par la Russie a eu un impact sur la capacité de Kyiv à exporter des approvisionnements mondiaux tels que des céréales, entraînant une crise internationale.
    source :
    http://www.opex360.com/2022/06/23/lequipage-b-de-la-fregate-bretagne-felicite-pour-ses-resultats-significatifs-vis-a-vis-des-batiments-russes/
    ————————————————————————————

    Et hop, encore un de moins pour la marine russe ! il y a la vidéo de l’attaque sur le lien ci-dessus, parce qu’on sait bien que la Russie va encore nier l’évidence et que Poutine sur sa carte d’Etat major continue de déplacer le pion sensé représenter le Moskva en mer Noir, tel Hitler dans son Bunker en 1945 qui remuait des unités qui avaient déjà été anéantis.

    • précision dit :

      « Le blocus continu de l’île par la Russie »
      décidément…

  23. dompal dit :

    @Jérôme,
    Rappelle-moi qui sont les BRICS qu’ont rigole……
    Ramener sa gueule pour dire des conneries, moi aussi je sais le faire…! 😉

    • Zigomar dit :

      Les BRICS : Brésil…Russie…Inde…Chine…Afrique du Sud… c’est à dire à eux seuls la moitié de la population mondiale… avec tout ce que cela représente démographiquement, territorialement, économiquement et militairement…
      Pour ma part…je ne suis pas certain que cela prête véritablement à rigoler…

  24. Thierry (le plus ancien) dit :

    l’armée ukrainienne se retire de Severodonetsk.

    https://www.france24.com/fr/europe/20220624-en-direct-la-poursuite-du-soutien-%C3%A0-l-ukraine-en-discussion-au-g7-et-%C3%A0-l-otan

    Ils ont enfin pris la bonne décision, préserver l’armée sur une autre ligne de défense en attendant des renforts lourd de matériel, les lance roquette Himar (au nombre de 8 et non de 4) sont déjà arrivé en Ukraine et seront orienté au front (ainsi que les canons automoteur allemands), et beaucoup d’autres choses dont ils ont besoin arriveront en Juillet-aout.. D’ici là il est raisonnable de ne pas user son potentiel humain à de vaines offensive meurtrière pour l’attaquant comme le font les russes.

    Rester en défensive et échanger du terrain contre des pertes lourde adverse. Progresser là ou il n’y a pas de gros potentiel adverse.

    • Zigomar dit :

      Les Ukrainiens battent en retraite sur l’air de : Si tu avances quand je recule…comment veux-tu que je te  » poussecule « …

  25. Maya dit :

    Et sinon la hiérarchie premium de la Royale , elle pense quoi de nos vrais problèmes ?. Par exemple de nos moyens de protection de notre domaine maritime ?.