Pour la première fois, l’armée de Terre expérimente des robots mules lors d’une opération extérieure

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

44 contributions

  1. Polymères dit :

    Barkhane n’est pas le meilleur terrain pour l’experimentation de mules terrestre mais ça poussera directement à mesurer ses limites et donc les points à améliorer.

    • Fred dit :

      @ Polymères

      À mon avis, au contraire, le terrain de Barkhane est généralement idéal (hors Ifogas par exemple) pour ce genre d’engin : pas de forêt dense, pas de murets, pas de taillis, pas de coupures …

      Je suis assez dubitatif sur leur usage en Europe par exemple, sauf exceptions comme la plaine de la Beauce.
      Imaginer aussi cet engin dans la géographie des villages Afghans avec des murets et des rigoles profondes partout.
      Si cet engin est bloqué dans sa progression par rapport aux Hommes qu’il accompagne … Il faut laisser du monde avec lui pour le défendre : pas génial du tout.

      Un ravitaillement par drone aérien (assez petit + aller/retours automatisés) me parait plus pertinent.

      • Sempre en Davant dit :

        Avec une moufle a 8 poulies ça a pas a rester bloqué. J’allais ajouté un treuil électrique a la liste de course. Mais vous avez besoin de travail manuel.

        La Beauce pour le combat d’infanterie c’est pas idéal. Même les lièvres ont perdu (beaucoup contre le colza 00 il faut bien le dire) et les perdrix qui quittaient le défilement de vue pour voler devant les chiens ne sont plus qu’un lointain souvenir.

        Et surtout faut arrêter avec les trucs parfaits tellement cher qu’il faut une ZMS mobile pour leur faire prendre l’air!
        Ça doit pas coûter le prix d’un P4.
        Si c’est en panne : abandon destruction ou piégeage télécommandé avec message d’alerte pour les gosse…

      • Bomber X dit :

        Il faut voir le niveau de maturation de la robotisation du champ de bataille actuelle comme l’équivalent de celui des chars de la première guerre mondiale. On a pas encore le « FT-17 » mais ça évolue très vite.

        • Daniel BESSON dit :

          Cit : [ On a pas encore le « FT-17 » mais ça évolue très vite.]

          Si fait : Le drone Russe Uran-9 a été justement comparé au FT-17 ! ;0)

      • Daniel BESSON dit :

        Cit : [ Je suis assez dubitatif sur leur usage en Europe par exemple, sauf exceptions comme la plaine de la Beauce. ]

        Depuis plus de 15 ans il existe des porte-outils chenillés télécommandés/radiocommandés – qui peuvent être utilisés comme des fardiers- destinés aux exploitations forestières !
        Cela oblige même parfois des entreprises du secteur à se livrer à une  » course aux armements  » un peu excessive amtha dans ce domaine .

  2. précision dit :

    L’argument de M Chiva n’est pas d’une grande honnêteté intellectuelle. C’est un peu comme si l’on disait le F35 est italien lorsque les pièces sont assemblées en Italie. Ou que le vaccin astrazeneca est français lorsque la mise en flacon a lieu en france.

    Le roboteam est essentiellement une variante du probot de roboteam. La compétence n’est pas dans l’assemblage!
    Si on pouvait acheter sur étagère chez les israéliens pour moins cher et plus performant, alors il aurait été stupide de ne pas le faire, surtout pour un montant d’1M d’euros, ce qui n’est pas énorme. Je ne critique pas ce choix la justification alambiquée de M. Chiva. D’ailleurs le times of israel ne s’y est pas trompé:
    https://fr.timesofisrael.com/larmee-francaise-commande-des-robots-militaires-a-une-societe-israelienne/

    • précision dit :

      2 coquilles rendent le message peu compréhensible:
      – le robopex est une variante du probot.

      – je ne critique pas ce choix mais la justification

    • fabrice dit :

      Bah on dit bien que les Renault sont françaises alors que le fer vient de Mauritanie, le charbon pour l’acier de Pologne et l’essence d’Arabie…

      • précision dit :

        Vous auriez même pu ajouter que les usines sont de plus en plus au Maroc, en Roumanie, etc. Ou que l’actionnariat renault est assez international même s’il reste 15% à l’état français.

        Il n’empêche qu’au moins la conception est française.
        On ne dit pas que la Fiesta est française lorsqu’elle est assemblée à Valence 😉
        Et le timesofisrael semble de mon avis: il considère comme moi qu’il s’agit d’un produit essentiellement israélien.
        Ce qui ne me pose aucun problème du moment que c’est assumé honnêtement.

        • tschok dit :

          A part la confiture que votre môman chérie peut vous préparer avec les fruits du jardin et un sucre extrait de betteraves bien françaises, très peu de produit sont 100% français.

          Et encore, pour la confiture, je laisse de côté l’origine de l’énergie qui sert à la cuisson: gaz ou électricité, dans les deux cas, ça vient d’ailleurs.

          Mais si on l’intègre dans le calcul en comparant l’apport nutritionnel en calorie à l’apport énergétique pour la cuisson, en calorie aussi, il serait possible de dire qu’une confiture fabriquée en France par une grand-mère dans sa cuisine avec les fruits de son jardin sur sa gazinière soit en réalité algérienne, russe ou qatarie. Voire norvégienne.

          En fait, le mieux c’est le made in France, plutôt que le 100% français, parce que là vous savez que vous parlez du travail. Donc, en travail, la confiote de grand-maman est française.

    • aymard de ledonner dit :

      C’est du pipeau. Je suis d’accord avec vous. Et alors que plusieurs entreprises francaises développent ce type de matériel, je ne vois pas l’intérèt d’aider une boite israelienne à améliorer son produit

    • Fred dit :

      Une poignée d’exemplaires peu onéreux pour les tester sur le terrain … Cela pourrait être assimilé à une manœuvre de rétro-engineering opérationnel de la DGA ;o)

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ https://fr.timesofisrael.com/larmee-francaise-commande-des-robots-militaires-a-une-societe-israelienne/ ]

      Il y a plusieurs types de communication !
      La première qui consiste à – essayer de – faire prendre des vessies pour des lanternes . Nous y sommes !

      La seconde aurait consisté à dire : Nous allons assembler des composants électromécaniques fabriqués en Israel pour acquérir des compétences dans le domaine des robots-fardiers , acquérir un RETEX , les améliorer , les adapter à nos besoins et créer notre propre produit en y incluant au fur et à mesure de plus en plus de composants de fabrication indigène .
      ;0)

    • Muse dit :

      J’espère que l’on ne va recommencer la triste histoire des drones !!! Parce que une fois c’est déjà une de trop…
      http://www.opex360.com/2011/07/21/paris-choisit-une-solution-franco-israelienne-au-detriment-du-drone-male-americain-mq-9-reaper/

  3. toto dit :

    Robopex ? c’est un ancien de moulinex qui a trouvé ce nom ?

  4. fefefe dit :

    Quand je les vois avec leur masques dans le désert…..no comment.

    • Castillon dit :

      idem, c’est juste affligeant.

    • Marcel dit :

      Je me suis fais la même réflexion. Puis me suis finalement dis que les masques c’était pour la photo …. bref, no comment

    • Thom dit :

      J’ai l’honneur de vous informez que les virus peuvent se transmettre même en milieu désertique.

      • Royal Marine dit :

        OUI… Mais l’OMS elle-même a expliqué que les masques ne servaient à rien en extérieur…
        Etes-vous aussi bouché que Véran le Véreux? Ou aussi bête que la plupart de nos gouvernants?

  5. Thierry dit :

    Je le trouve un peu gros et bien trop lent, le concept de fardier pour remplacer les mules n’est pas récent et certains modèles ont été utilisé durant la seconde guerre mondiale jusqu’à aujourd’hui, et ils étaient bien plus petit et beaucoup plus rapide, on peut mentionner la Kettenkrad allemande (moto chenillé) ou la Corgi Mk2 98cc des parachutistes américain qui pouvait se plier pour rentrer dans un container largable.

    Voir des hommes qui partent en mission avec des sacs à dos de 30 à 60 kilos sont clairement des tortues très vulnérable, et un fardier est le bienvenue, voir même indispensable, mais encore faut-il qu’il puisse être facilement camouflé ou planqué, ce qui n’est clairement pas le cas de celui là.

  6. werf dit :

    Les chameaux des méharis c’était le bon temps et coûtait moins cher. Aujourd’hui, il faut quelqu’un pour porter le « paquet » de plus en plus lourd du fantassin mais il n’y a plus d’esclave non plus… C’est la doctrine d’emploi des soldats qui est en cause. Faut-il encore marcher pendant des heures dans le désert à la poursuite d’un ennemi invisible malgré des moyens de localisation de plus en plus sophistiqués ? En fait, c’est de la « com sur chenille » pour faire croire aux engagés que l’on se soucie d’eux alors que tout est fait pour augmenter le poids à porter avec des équipements de plus en plus sophistiqués. En face, ils ont une arme et une moto pour 2…

  7. will dit :

    quelqu’un peut m’expliquer en quoi un robot a 20k€ c’est mieux que l’équivalent en chameaux et/ou mulet bio ? ( a part dans le cas de passage en zone NRBC)

  8. Marc Mora dit :

    C’est plus de la pub, qu’autre chose, pour le moment toutes les expérimentations en condition réel se sont relever décevante, si l’on en crois les RETEX de l’USMC qui test ce concept depuis 2017

  9. Rororambo dit :

    Le désert sahelien est rempli de dromadaires qui feraient d’excellentes bêtes de somme pour l’armée. Mais non, on expérimente des robots au prix exorbitant à la place. Où est passé l’esprit de rusticité et d’adaptation ?

  10. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ lle a proposé d’assembler en France, des composants mécaniques et électroniques d’origine israélienne, de la même manière qu’une entreprise utilise des composants d’origine chinoise pour assembler un ordinateur. On ne peut donc pas dire que nous avons acquis un robot israélien », fit valoir M. Chiva, ]

    On appelle ça une  » maquiladora  » au Mexique ! ;0)
    Si les Turcs et les Israéliens utilisent des composants étrangers ( moteurs thermiques , moteurs CC , capteurs , …. ) pour leurs drones aériens l’architecture est originale . Pareil pour le robot  » Colossus  » qui utilise des moteurs Suisses Maxon™.

    Là on se rapproche quand même de la fabrication d’un siège éjectable pour le F-16 du côté de Guadalajara ! ;0)

  11. Sempre en Davant dit :

    Vieux connisons : ceux qui ont connu le sac F1 et la musette du même métal savent que la musette n’était pas un petit sac pour les petits bras.

    La musette devait recevoir le minimum indispensable pour durer le minimum de temps (2-3jours). Sa place était sous la patelette du sac F1 qu’elle devait quitté si un combat s’engageait impliquant de s’alléger pour manœuvrer.
    Elle devait donc contenir le plus indispensable : les cloppes et briquets de rechange, de l’eau, la bouffe, les munitions, de quoi se raser, se laver les dents, slip et chaussettes de rechange, poncho et duvet… si vraiment il y a de la place.

    L’idée de l’allégement est d’autant plus séduisante que le soldat a pied se voit alourdi d’un GpB et de quantité d’autres trimballons neufs.
    L’idée d’un robot, sachant garder ses distances, pour porter les rabs de grenades, obus de mortier, mines et toutes ces petites choses qui vous convertiraient en chaleur, lumière, méchoui et machins glauques ou fétides est excellente. Etc.

    Vient le moment ou l’on se dit zut mettre tous les œufs de la section dans le même panier ça vous prend un coté pot au lait… Déjà que mon saucisson fumé prend l’emplacement dévolu à la lampe torche sur le gilet tactique et que les reblochons tiennent companie au patates cuites dans l’étui de l’ANPVP…

    Blague a part il va falloir faire attention à choisir le bon gabarit et le niveau de service : équipe? groupe? section? Cnie d’Appui?
    Pour porter assez sans tout perdre s’il est détruit.
    Si on les automatises il faudra leur apprendre a rester en dessous de la crêté pendant une noria.
    S’il doivent servir de parapet trois ou quatre roue en taules (ou les éléments du train chenillé) et un châssis baignoire plutôt que tube protégerait mieux ceux qui devrait l’utiliser.

    Et pour le moment des éléments de définitions semble être toujours à déterminer.
    Alors un dernier point pour la vitesse : 8km/h c’est trop lent pour un usage autonome comme pour le cas ou il faut cavaler. 500kg de CU et 25km/h? Fait comme une « baignoire » pour franchir les coupures humides? Gerbables les un sur les autres comme des canoës ardéchois pour la logistique lointaine. Insubmersible et auto-videur à CU max.

    En attendant les versions dédiés robot quadruplé de 7.62 ou mixte 7.62 + Missile ou mortier 12.7 et 40mm…
    Et peut être aussi les portes blindages anti sniper pour traversée de rue mais avec capteurs de départ de coup de feu et une riposte automatique 300Wmag pour pas refaire le casque bleu qui subit.

  12. Le vieux Yeti dit :

    Monsieur,
    Vous étiez au 13e RDP (clé de portage) ? parce que mettre une musette sous un F1…connait pas ! Mettre un sac de couchage TTA dans une musette connait pas (ah ouai y a la place ?? j’en ai 2 dans ma cave si vous voulez tester)! En plus mettre clope (hyper important pour un mili ?!?!) etc… et de plus se raser ?!?! Mais surtout ne pas avoir la possibilité de se laver le cul….hyper important !?!?
    95/02 dans l’est de la France……
    Bien cordialement !

    • Sempre en Davant dit :

      Camarade Contributeur « Le vieux Yéti »
      Votre musette n’était’ elle pas du modèle précédent sans les deux poches latérales taille rasquette?
      Et non pas sous le F1. Au dessus sous la « pochette » les sangles n’étaient pas longue pour rien.
      Oui il fallait rouler le sac sans gentillesse. J’ai classé les priorités historiques dans l’ordre. Nous ne grelottions pas beaucoup moins avec le sac de couchage, surtout quand nous étions mouillés. Vous pouvez faire tenir le sac et la parka (roulée dans la capuche) si vous négligez les sangles de compressions et que vous utilisez votre genoux comme un laminoir pour rouler sans tendresse.
      Oui j’ai connu l’Est. Non, je n’ai fait que croiser (dans la lande bretonne ou le grand vent à soufflé) des anciens du 13. Ces instructeurs charmants qui pour un peu nous aurait fait un chocolat par ce qu’il faisait trop froid, trop mauvais et qu’on « PACO TTA » par tout les temps. Eux prenaient deux duvets pour trois qu’ils couplaient pour avoir chaud. Le troisième étant moitié dehors au moins.
      Oui, lavé -rasé – brodequins cirés tous les matins : s’en fout la neige. Les Avatars climatiques sont des contingences négligeables… Vishnou me pardonne !
      Et oui les cibiches, les consolantes, le perlot… Je n’ai découvert qu’à tantôt cinquante ans qu’on pouvait vivre sans tabac. J’en prenais deux paquets de gauloises dans le ventre de ma mère et finalement depuis le tabagisme passif de l’enfance j’ai toujours réduit ma « dose » en fumant moi même. C’était une petite provocation « historique » mais c’est une vérité étrange. Je fumais pendant une marche co… C’est très co*, je vous l’accorde, mais ceux d’entre nous qui étaient fumeurs étaient fumeurs par droit de naissance. Regarder les vielles photos c’est l’omniprésence des cigarettes. Maintenant que ce n’est plus mon besoin élémentaire j’en suis étonné. Le tabac c’était la vie!?!?
      Et avec tout cela, oui, sac F1, musette, « patelette » et derrière cette pochette l’AANF1 plus parfois le tube de 89, parfois le sac d’un copain qui avait du mou… Et oui, grée ainsi et la chesterfield au bec je soulevait un copain, équipé de même, de chaque coté pour courir deux cent mètres dans la boue…
      Et oui nos raids FIC faisaient plus de 50km jour sur la carte Azm inté tchuss kéké reliefs pleine face.
      Enfin, car l’hygiène est la condition essentielle pour durer, oui se laver chaque jour. L’air de rien cela distingue les « scouts » qui sentiront mauvais comme un camping cariste de retour de week end et les troufions qui passeront 3 semaines d’exercice dehors en continu, 6 avec un recomplètement. Un gant Et 1/2 quart d’eau chaude d’après le café avec la boule à Z cela suffit.
      Certain de mes SOff venu d’Issoire n’avaient jamais perdu l’habitude de partir avec des pochettes de slips neufs pour deux semaines. Il se dit que des imprévoyants… Avaient appris qu’une sortie terrain pouvait durer.
      Non moins cordialement!

    • Fusco dit :

      Une claie de portage pas une clé.

  13. Muse dit :

    Après 2020, les troupes de montagne vont une nouvelle fois « tester » l’emploi de mulets (mules) en 2021…

  14. igor340 dit :

    Ceux qui l’ont vécu « récemment » se reconnaitront, ceux qui l’ont fantasmé devant un « Envoyé Spécial » se diront que : que finalement.. peut -être …bref!! :
    Imaginez vous une section en poste d’observation dans un massif minéral sur une position haute… débarqué quelques heures auparavant d’un VBCI, d’un superpuma ou d’un chinook ; 55° C environnant… vous consommez 13 litres de CRISTALLINE ou d’EVIAN / jour/ homme… toutes les 12 heures, Un hélico vous droppe 200 litres en packs d’eau à des points de collecte différents…mais à 800 m de votre position section pour des raisons de sécurité …le chef de section dépêche 3 équipes de gus avec leurs sacs à dos vidés pour faire les norias sur les positions des groupes… ….
    Et si un jour, arrivait une MULE se chargeant des norias en mode « rejeu de trajectoire » jusqu’à la position GPS rafraichie (temps réel) des groupes???? OUEP!!! je sais… ça devient audible….
    quant à la sécurité d’un robot de ce type?? solution technique déjà mature… chaque membre de la section porte un balise IFF en émission Bluetooth… si un méchant s’approche, le robot ne le reconnaitra pas et déclenche (tant que l’on souhaite rester médiatiquement audible) une autoprotection basée sur du lacrymogène à % extrême…..
    Des applications susceptibles d’éviter que nos gus fassent des tâches où l’humain n’apporte aucune valeur ajoutée???? il y en a à minima une bonne centaine….mais changement de culture « sine qua non »… et là effectivement y a du boulot….

  15. dompal dit :

    Ca a l’air intéressant dans l’absolu ce truc mais on fait comment pour l’acheminer sur zone ?
    Et quid de la motorisation : élec ou thermique ?
    Ce papier manque d’infos…..