L’armée de Terre a déployé le système de mini-drones de reconnaissance Spy’Ranger au Mali

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

48 contributions

  1. Plusdepognon dit :

    La promesse d’envoyer le SMDR en 2020 en OPEX a été honorée de justesse et c’est… la STAT qui est à la manœuvre :
    https://www.air-cosmos.com/article/barkhane-dploiement-imminent-du-systme-de-mini-drones-de-reconnaissance-23965

    En juin 2020, les articles sur le sujet était tout en louange, il y a eu un silence radio de 6 mois :
    https://www.air-cosmos.com/article/arme-de-terre-livraison-des-trois-premiers-smdr-23242

    Les caractéristiques et l’autonomie du Spy Ranger ne sont pas folles par rapport à la concurrence, mais au moins c’est du Thalès :
    https://www.forcesoperations.com/belgique-feu-vert-pour-lachat-de-drones-puma-le-et-integrator/

    La production va s’accélérer :
    https://www.usinenouvelle.com/article/thales-accelere-la-production-des-spy-ranger.N1037239

  2. dolgan dit :

    Précisons que le contrat porte sur 65 systèmes de 3 drones dont 35 systèmes ferme. Ce qui fait donc 105 drones de ce type commandés et livrés courant 2021.

  3. Parabellum dit :

    Alléluia on a des drones de contact pouvant aller voir en avant …alléluia…allez on continue avec des missiles sol sol ou des drones armées …et une demi douzaine de chinook et c’est Noël…? On nettoyé et on plie ?

  4. Laclac dit :

    Pas d’armements comme les drones turcs ?

  5. Ah Ca ! dit :

    « Spy’Ranger » Ça c’est le beau Français de nos zélites atteintes du syndrome du « sida des fonctionnaires »…

    HONTE à ceux qui ont pondu ce nom mais aussi honte à ceux dans l’armée française qui l’ont acheté sous cette appellation. A minima ils auraient du exiger un nom Français venant de Thalès. Une entreprise française « subventionnée » par le très couillon contribuable Français !

    • dolgan dit :

      L’état a d’autres priorité que chercher à saboter les exportations de nos entreprises pour vous complaire.

      • Momo dit :

        ‘nos’ entreprises? bien tenté mais vu

        • dolgan dit :

          Je te fais de gros poutous mon ami adepte de la cancel culture. Ta haine me passe très largement au dessus.

          • Momo dit :

            Mais non, encore une fois tu fais celui qui n’a rien compris: depuis que tu t’es grillé tout seul comme un grand tout le monde sait que tu es un troll erdofan.
            Mais qui a la science d’écrire parfois des trucs ‘normaux’ pour mieux faire passer sa propagande islamiste. Un troll qui ment avec précision. Change de pseudo, sait-on jamais…
            Et va, je ne te hais point.

      • Le Breton dit :

        Rien n’empêche de lui donner un nom international pour les exportations et un nom adapté au marché français.

    • Czar dit :

      nan mais t’es trop old fashioned

      faut que ça soye inntairnachionaul sinon ça se vend pas

      regarde louis vuitton, c’est imprononçable, résultat ça se vendra jamais.

    • Jack dit :

      Je ne pense pas que les zélites soient chargés de nommer les véhicules produits par Peugeot ou Renault. Pour les drones produits par Thales, c’est pareil. J’ajoute un lien vers cette société, de dimension internationale, que vous ne semblez pas connaître : https://www.thalesgroup.com/fr/spy-ranger-mini-drones.

    • vrai_chasseur dit :

      En l’occurrence le très couillon contribuable français a subventionné un excellent produit.
      Thales a adapté son algorithme maison du Pod Reco NG du Rafale pour la liaison de données, ce qui confère à ce drone la seule chaine image EOIR au monde capable de transmettre en temps réel un flux HD jour et nuit, électro-optique et infrarouge, avec désignateur laser rétractable sous fuselage.
      Et Thales a eu la sagesse de faire appel à une filière complète de PME en pointe, Aviation Design en Ile de France pour le corps du drone et Merio dans la Drôme pour la boule optronique.
      Le drone y compris la rampe de lancement et la station sol tient dans 2 sac à dos. Pas beaucoup d’équivalent dans le monde à cette compacité et simplicité pour un tel concentré de techno.
      Et comme c’est 100% français ça échappe à la réglementation américaine ITAR sur les exportations. Vu le nombre de clients étrangers qui se pressent déjà au portillon, avant même que l’armée française l’ait mis en oeuvre, c’est un gros succès prévisible.
      Il est donc pas si couillon que ça le contribuable français.

      • Daniel BESSON dit :

        Cit : [ Et comme c’est 100% français ça échappe à la réglementation américaine ITAR ]

        C’est vérifié ?
        Par ce que le drone HAROP 100 % Israélien a des potentiomètres Français et des moteurs de commande des gouvernes Suisses !

  6. Max dit :

    A 2500 m d’altitude il doit être invisible. Pour les Régiments d’artillerie le gain est la coordination avec les feux d’artillerie et le raccourcissement des boucles F2T2EA (Find-Fix-Track-Target-Engage-Assess). C’est ce processus qui est réellement transformationnel (voir notamment DSI HS n°72 sur les usage de l’artillerie par la Russie en Ukraine).

    Le renseignement est capital mais le conflit du Haut-Karabakh a aussi démontré que l’utilisation tactique des munitions rodeuses (loitering munition) était pertinente. Mais en Europe personne n’y avait pensé -shocking ? – après l’abandon du Fire Shadow par les Britanniques, les Etats européens ont raté le coche des munitions rôdeuses…
    https://www.areion24.news/2020/10/07/munitions-rodeuses-drones-suicide-une-rupture/
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Mole_Cricket_19

    • FredericA dit :

      @Max :  » les Etats européens ont raté le coche des munitions rôdeuses »
      .
      Les armées Européennes dispose d’un panel d’équipement autrement plus complet que celui possédé par l’armée Azeri (ceci dit sans vouloir lui faire injure). En outre, pensez-vous que les batteries de lancement de drones Harop auraient survécues à :
      – Une GBU guidée ou un AASM tiré à distance par un Rafale ou un Typhoon T3 ?
      – Une frappe longue distance d’un canon CAESAR ou PZH 2000 ?
      – Un MdCN ?
      .
      Par ailleurs, l’avantage apporté par les drones suicides et les munitions rodeuses est incontestable… sur le début du conflit. Une fois les premières frappes effectuées, l’utilisation des drones s’est fortement réduite et des combats nettement plus équilibrés se sont déroulés.

    • Ion 5 dit :

      @Max
      L’ expérience du HK n’a rein prouvé d’autre qu’il valait mieux être riche et en bonne santé que pauvre et malade…surtout à l’échelle de pays.

      Le HAROP israélien, INCONTESTABLEMENT efficace est aussi très CHER. A 1,1 million pièce il vaut largement plus que les systèmes AA aériens ex-soviétiques et autres blindés rétro-vintage qu’il est censé détruire.
      Et encore, tout seul il ne sert à rien (comme une balle de FAMAS sans le FAMAS…). Or, avec toute l’infrastructure, la formation, etc, il reviendrait à 10millions de$ à l’unité.

      Dans un conflit symétrique, je doute que ses chances comme celle des Baryaktar soient les mêmes.

      Par contre les petits drones désignateurs d’objectifs, oui, ça promet. Encore faudrait il avoir comme les azéris des LRM de type « GRAD » voire des « LORA » ou des « Totchka M » qui suivent derrière…

      • dolgan dit :

        Bof pour les vieux LRM soviétique. On a vu leurs limites (déjà connues) au HK. Très puissant, très fort pour disperser des munitions sur un ou deux terrains de foot . Mais avec un dispersion telle sur cette surface qu’il en faut plusieurs ciblant une zone même pour obtenir un effet militairement parlant (comme en ukraine par les russes). Après si c’est pour bombarder des villes à l’aveugle, ça fait le taf (et on peut même mettre les victimes sur le dos de l’imprécision du matériel).

        L’artillerie au HK (des 2 côté) a surtout brillé par son imprécision.

  7. Tiger dit :

    Si un industriel me lit sait on jamais. Il faut adapter un griffon en config avec ce drone et des hellfire ou plus tard notre missile.
    Le drone decolle du griffon, designe laser et le hellfire part du griffon.
    Capacité d’emport (batterie + missiles) et surtout appui feu sans avoir recours à la chasse ou aux Tigres.

    • Tiger dit :

      Donc tir à couvert pour le griffon, permet de nettoyer du lourd avant d’entrer quelque part.

    • dolgan dit :

      Disons qu’on y a un peu pensé. C’est juste le coeur de Scorpion ce genre de choses. Et pourquoi du hellfire alors qu’on a le MMP ?

  8. Philippe dit :

    La mise en oeuvre en opération de différents nouveaux matériels est toujours très intéressante car elle permet de se les approprier voire même, parfois, d’en améliorer les conditions d’emploi car, c’est bien connu, « c’est en forgeant qu’on devient forgeron ».
    De leur côté les chinois, lorsqu’ils abordent quelque chose de nouveau, appellent cela « traverser la rivière en tâtant les pierres » ce qui est tout aussi imagé.

  9. Thierry dit :

    ça fait déjà belle lurette que les américains ont utilisés eux aussi des drones de ce genre pour surveiller les pistes et détecter toute pose d’IED ou mine, ce qui le cas échéant provoquait immédiatement une frappe soit par un autre drone armée, ou avion ou hélicos selon le moment de la journée, sur ceux qui pris en flag de creuser un trou au bord d’un chemin qui en fait creusait leur tombe. Et cela marchait plutôt bien car les IED étaient devenus nettement plus rare. sauf que cela coutait bien cher sur la durée et n’était pas tenable indéfiniment.

    Mais comme l’armée française n’aura pas assez de drone ni de permanence aérienne faute de moyens ça va faire une surveillance très partiel à mi temps sans grande efficacité et c’est pas ça qui va retourner la situation.

    • dolgan dit :

      ça fait belle lurette qu’on en a ausssi. Et nous aussi on en bombarde en flag …

      L’afgha c’est une crotte de mouche sur la carte. Notre théatre en BSS c’est 4000 x 1000 km. Les élongation entre Fob s’était 40 à 90 km. Au mali on parle de 800km d’élongation.

    • Math dit :

      La solution serait quoi? La surface est vaste au Sahara. Ce qui a fonctionné en Irak l’est sur un territoire plus petit. Et même dans ce cas, le coût d’une frappe pour 2 poseurs de mines semble élevé. Le Mmp n’est pas une vrai réponse, ce drone va à 30km. Si on veut surveiller une route, il en faudra beaucoup. Et le MMP porte à 10 km et coûte cher…

    • Parabellum dit :

      Voir en avant et taper de suite bien sur mais faut des helico ou des missiles ou des drones …mais en a t on assez ? En a t on?’? On a balader le lru la bas pour quel retex ?

    • Mat49 dit :

      @ Mokhtar ça fait belle lurette que le forum a compris que tu étais un troll djihadiste. Etaler ton ignorance dans un premier temps pour ensuite dénigrer la France et son armée ne trompe personne.

      Tu n’as pas compris quel était le type de drone en cause dans l’article, tu confonds la fonction du Spy Ranger, un DRAC, avec celle d’un Reaper qui est un drone bien plus gros. Ni qu’un drone avion ou hélicoptère pouvaient tous opérer tout temps, et pas que la nuit ou le jour.

      Donc aucun rapport avec les IED que ton groupe place pour tuer nos compatriotes qui vous combattent. Coût extrèmement modique en plus de ce type de drone.

      Tes fantasmes de nous voir jeter l’éponge faute de moyens financiers ou en raison de luttes socialesinternes sont risibles. Le Sahel c’est 1,4 milliards d’euros tout compté.

      • Thierry dit :

        Toi pas bien lire le français, toi pas bien parler non plus, quoi toi savoir faire monsieur Poutine Patacaisse ?

        Macron avoir besoin Sahel mais Sahel pas avoir besoin Macron.

        • Mat49 dit :

          @ Rhooooooo ma biquette, gros bobo dis donc! Toi pleurer très fort quand on te met des vérités sous le nez.

          C’est sur qu’être débile a point de ne pas comprendre que tu es pour moi dans le même sac que petit tsar botoxé ça doit faire mal à ton crane vide.

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ ça fait déjà belle lurette que les américains ont utilisés eux aussi des drones de ce genre pour surveiller les pistes et détecter toute pose d’IED ou mine, ]

      D’autres y ont pensé avant eux !
      https://www.jpost.com/israel-news/israels-eyes-how-the-drone-went-from-a-toy-to-the-idfs-greatest-tool-641742

  10. ULYSSE dit :

    Les choix techniques de la plateforme (3 axes, type avion) posent question pour un drone tactique de contact : absence de décollage vertical et temps de mise en oeuvre de 12 mn à partir d’une rampe de lancement peu discrète, qui nécessite un espace découvert pour sa mise en oeuvre.
    Pour un usage par l’artillerie (61 RA), son autonomie apparaît réduite (rayon d’action entre 15 et 30 kms)….
    Un compromis qui surprend.

    • Plusdepognon dit :

      @ ULYSSE
      Ça me choque moins que le Patroller qui a besoin d’une piste… pour un drone « tactique », ça devient difficile de se différencier de l’armée de l’air et de l’espace :
      https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/2021-enfin-l-annee-du-drone-tactique-patroller-safran-871680.html

      Ça finira comme pour les batteries Hawk…

    • Carin dit :

      @ULYSSE
      D’un autre côté, c’est pile dans la distance courante de tir d’un canon Caesar!!!
      De plus ce petit drone est un premier jet… son évolution pourrait par exemple prendre 2/3 kilos de plus, en batteries… et pousser plus loin ses investigations/désignations! Tout le monde sent qu’en matière de batteries ont s’approche d’une
      « rupture »… il se pourrait bien que cette très proche technologie des batteries soit à poids égal, plus puissante et endurante qu’à ce jour. Ou bien alors..par exemple: coupler le moteur du drone avec une Dynamo et un onduleur permettrait peut-être d’alimenter l’appareillage, permettant à la batterie de n’alimenter que le moteur, ce qui propulserait l’engin plus longtemps et plus loin qu’actuellement…

      • Ulysse dit :

        @Carin. Pour la portée cdu canon a noter que des obus en cours de développement portent à 65kms, en France et 80 aux US. Mais le rayon d action du drone n est pas nécessairement corrélé a la portée de l’artillerie. Les drones peuvent en effet être mis en œuvre en avant de l’artillerie. En revanche l autonomie est limitée , mais j entends bien les progrès prochains des batteries. Ce qui me pose d avantage question est l’emploi de ce type de drones. L’ etagement entre le skyranger et Patroller me semble mal définie. Un seul drone intermédiaire, entre les deux, m’aurait semble plus pertinent , le Patroller comme le rappelle Plusdepognon marchant sur les plates bandes des Reaper.

        • Carin dit :

          @Ulysse
          Je pense que le Sky ranger ne sera pas utilisé pour les CAESAr, mais en tant qu’éclaireur/designateur pour des gars au sol muni d’AMX 10 ou mortier 60/80/120,ou EBRC… pour le reste il y auras le Patroler/ Reaper…

  11. ULYSSE dit :

    Exemples :
    – Drone SCAN EAGLE 3 de Boeing. 36 kgs. Autonomie de 18 heures;
    – Birdeye de IAI 30 kgs/ 15 heures – RA 150 kms

    • dolgan dit :

      Ce sont des systèmes bien plus gros qui nécessitent une grosse rampe (et un système de récup parfois). La rampe est « mobile », mais c’est surtout destiné à être opéré depuis des bases fixes.

      Ici, on parle d’un truc bien plus mobile, capable d’être mis en oeuvre depuis un simple VAB.

  12. ULYSSE dit :

    Et plus recemment encore:
    – ELBIT HERMES 45: 70 kgs / 22 heures (de quoi patrouiller dans le SAHEL) et 200 kms de rayon d’action !! (sans recourir à une liaison SAT)