Porte-avions : Les catapultes électromagnétiques manquent encore de fiabilité, selon un rapport

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

41 contributions

  1. Raymond75 dit :

    Les Américains disposent d’un avion de transport, en fait la cellule de base du Hawkeye, qui permet d’acheminer rapidement du matériel et des spécialistes sur un porte avion. Peut être que la Marine devrait envisager l’achat d’un appareil de ce type, pour des réparations urgentes.

    • Meiji dit :

      Ca serait plus rapide et économique qu’un hélicoptère.

    • Clavier dit :

      Bravo Raymond pour cette excellente analyse et n’oubliez pas d’ écrire à Grumann pour qu’il relance la production de C 2A suivant votre conseil……

      • Raymond75 dit :

        Il y a aussi la solution du kayak de mer, plus furtif.

      • yakafokon dit :

        Il suffit, si cette option est retenue, de garder les Hawkeye qui vont être remplacés bientôt par des versions améliorées.

    • Lejys dit :

      Ces avions ne sont plus produit, en fin de vie et vont être remplacés par des V-22. Donc autant dire que c’est mort, et bien dommage

    • Wagdoox dit :

      L’usnavy a mis le v22 en charge du transport de fret mainteant.

    • Steady as she goes dit :

      CMV-22B/Sea V-22 : L’US Navy décide en janvier 2015 de remplacer les Grumman C-2 Greyhound pour les missions de transport. 44 exemplaires livrables d’une version nommée CMV-22B ou Sea V-22 sont commandés en février 2016 pour une livraison à partir de 2018 et une entrée en service en 2020. Le nouvel appareil comporte trois nouvelles améliorations : une extension du réservoir à carburant, un nouveau système radio à haute fréquence, et un système de haut-parleurs. Le premier CMV-22B de présérie a été pris en compte par l’escadron HX-21 de l’US Navy le 7 février 2020.

  2. zouzoliver dit :

    Sacrée gîte du PA sur la photo. C’est simplement le fait de virer à tribord, pleine vitesse ?

  3. PK dit :

    D’un autre côté, j’ai toujours lu que le système était encore en développement…

    Vue les ambitions française, quand on le commandera, il sera largement éprouvé.

    • Auguste dit :

      C’est à souhaiter.Manquerait plus qu’une catapulte qui ne fonctionne pas.

    • Fralipolipi dit :

      Sans doute.
      Entlk, les problématiques soulevées aujourd’hui nous permettront d’anticiper de notre côté, en prévoyant par exemple des galeries de visite et de maintenance, sous le pont.
      Ça sert aussi à cela de prévoir large avec un bon gros tonnage de +70.000 t.

  4. Gandalf dit :

    Vu que le PANG sera en service en 2038, il y a plein de temps pour que tout cela soit resolu

  5. Philippe dit :

    Sous le croquis présenté ci-dessus c’est le porte-avions Gerald Force qui est évoqué au lieu de l’USS Gerald Ford .

  6. jean dit :

    J’ai un problème avec ce système.
    En cas de brouille avec les américains, on se retrouve avec un PA qui ne peut plus opérer !
    Peut-être pourrait-on développer un système en notre nom, éventuellement avec un partenaire (inde ? ) , d’autant plus que je pense que nous pouvons mieux faire.

    • Timidi dit :

      Le nouveau PA Jacques Chirac, sur lequel, aucun avion décolle.

      • Lejys dit :

        Il n’y a que sur le PA chinois ou aucun avion ne décolle….sauf pour la communication du PCC.

    • précision dit :

      Acheter chez General Atomics ne modifierait pas la situation actuelle: nous dépendons depuis plus de 50 ans des américains (pas que pour les EMALS d’ailleurs). Les indiens aussi envisagent d’acheter des EMALS, et ils n’ont pas pour l’instant la réputation d’être à la pointe de la technologie. Vu que ce n’est pas un produit exportable… pourquoi se donner la peine de lancer un programme très couteux pour un ou deux engins?

    • jean la gaillarde dit :

      Heu, développer une catapulte magnétique, pour un porte-avion ! avec un hypothétique marché vers l’Inde, où nous serons en concurrence avec les EU ? Lorsque l’on voit les problèmes que rencontre les USA pour la mettre en ordre de marche ….. Non, mieux vaut les laisser faire, nous, nous pourrons acheter sur étagère. Vous faites partis de ces gens qui ne regarde que leur nombril (France) mais snobe le coté industriel. Un industriel, s’il doit faire de la R et D sur un produit, il a intérêt d’avoir une ouverture sur un marché, sinon ….. il coule et c’est pas le but. Faire de la R et D sur des catapultes magnétiques avec un achat sûr pour deux ou trois catapultes et un hypothétique marché Indien pour peut-être 10 catapultes, c,est pas sérieux. Et après …. ! il en fait quoi de sa chaine de production, l’industriel ? On fait comme les réacteurs nucléaire, on décide de faire 4 porte-avions afin de maintenir le savoir, les chaînes de production ….. C’est du même niveau que de construire un avion de guet aérien alors qu’il y en a un qui existe, certes, aux USA, et qui fait le boulot, tout ça pour 3 ou 4 appareils !!!! Quand est ce que nous serons ennemis avec les USA, sérieusement. C’est pas parce que nous ne sommes pas toujours d’accord, que nous sommes ennemis. Il faut prendre un peu de recul. Nous avons refuser de participer à la deuxième guerre du Golfe, et nous ne sommes pas ennemis avec les EU, que je saches !

      • Janoski dit :

        On est peut être pas ennemi mais ça leur a pas empêché d’arrêter de nous livrer des catapultes quand on a refusé de les suivre comme Tony Blair
        https://www.marianne.net/politique/petite-histoire-de-la-grandissante-emprise-des-etats-unis-sur-notre-armement-militaire

        • Captain Pif dit :

          Pas des catapultes, mais des pièces.
          Par ailleurs cela n’a pas duré pour une raison très simple: une partie des équipements radio de terrain de l’US Army était française, avec des mises à jour indispensables dont l’état-major US a très vite compris qu’elles risquaient de ne pas lui être fournies… Du coup la coopération ne s’est jamais arrêtée, au-delà du bruit médiaque (French-fries devenues transitoirement freedom-fries, et ce genre de blagues…)

          • Czar dit :

            comme d’habitude, les cocus préfèrent se raconter que l’homme à poil qu’ils ont trouvé dans le placard de leur chambre à coucher n’était, comme leur épouse le leur a confirmé qu’un décorateur chargé des aménagements intérieur qui avait eu un petit coup de chaud en ce mois de janvier de réchauffement climatique indéniable

            la crise irakienne a commencé en 2003 et l’article précise bien que les livraisons n’ont repris qu’en 2005 soit deux ans après

            donc votre pseudo-argument ne tient pas la route.

            d’ailleurs l’article précise que c’est parce que chirac s’est humilié à envoyer des forces spéciales (donc en sus des soldats que l’on avait déjà là-bas

            on imagine qu’un président avec une colonne vertébrale aurait juste lancé un ultimatum de retirer toutes troupes et même de quitter le pacte atlantique, tout ça avant de lancer un plan stratégique pour couper toute dépendance à des ahcats étrangers mais on avait juste chirac

            donc ce cas précis est la preuve que contrairement à ce qui nous est assené ici par les habituels petits tapins atlantistes, non seulement les yankees ne sont pas nos amis, mais qu’ils sont un élément central des menaces pesant sur nous ( qu’erdogan braille dans le vide n’a aucune importance, vu que nous ne dépendons de lui pour absolument rien)

            ce que n’importe qui de bonne foi savait déjà.

          • tschok dit :

            @Czar,

            Ce que vous avez du mal à intégrer, c’est que les relations inter-étatiques ne sont pas univoques, y-compris et même surtout entre pays alliés et amis.

            C’est-à-dire que vous pouvez avoir une relation d’amitié, d’alliance ou de partenariat très forte avec un autre pays, mais cela n’empêche absolument pas les coups de pute: l’alliance n’empêche pas les rivalités, les divergences de vues et les oppositions d’intérêts.

            A partir de là vous avez un choix:
            – Soit vous ne passez d’alliance avec des pays tiers que de pur amour: c’est une alliance sans nuage, totale, fusionnelle, comme Roméo et Juliette. Seul problème: ça n’existe pas dans le monde réel. Donc, en pratique vous ne passez aucune alliance avec aucun pays du monde, ce qui revient à dire que vous êtes totalement isolé du reste du monde, sur tous les plans.

            – Soit vous faites avec le réel en sachant que même une alliance forte avec des amis fidèles comme, mettons, les Américains, les Britanniques ou les Allemands, ne vous préservera nullement des coups fourrés et des tensions, des épreuves de force, etc, parce que c’est la vie. Donc, vous savez que vous aurez des engueulades parfois sérieuses avec vos alliés, mais au moins vous ne serez pas isolé au milieu du monde.

            Appliqué au cas qui nous occupe (les catapultes) ça donne: oui, nous nous appuyons sur l’allié US pour nous fournir en catapultes, entre autres choses, et nous y trouvons notre intérêt. Mais nous ne sommes pas naïfs au point de croire que nous filons le parfait amour avec eux et qu’ils s’abstiendront de faire pression sur nous en utilisant la dépendance qui se crée par cette relation de fourniture. C’est même notre quotidien.

            Maintenant, si nous ne voulons pas avoir cette relation de dépendance, nous savons quoi faire, comme vous le dites vous-même:
            – Casser l’alliance,
            – Ou produire par nous-mêmes ce qu’ils nous fournissent.

            Or, nous ne faisons ni l’un ni l’autre. C’est donc que nous avons compris où est notre intérêt: nous préférons nous maintenir dans une relation de dépendance dans certains domaines (catapultes, drones, ravitailleurs, soutien logistique, alerte radar avancée, etc) pour des raisons de coût ou d’opportunité qui nous sont profitables.

            Vous avez beau dire que c’est une relation putassière, vous ne proposez aucune solution réaliste. Je ne vois même pas l’amorce d’une réflexion sérieuse dans cette posture infantile, qui vous permet seulement d’être injurieux avec ceux qui ne partagent pas votre conception cocardière de la souveraineté.

            Quel est le seul bénéfice que produit votre intervention? A part la sécrétion par votre système nerveux central de la dose habituelle d’hormones de récompense, qui sont le support physiologique du plaisir qu’on trouve à insulter autrui, je ne vois rien.

            Ok, je note: les atlantistes sont des putes et Captain Pif est un cocu.Bon. Et, après on fait quoi?

            Est-ce que vous croyez sincèrement que Captain Pif, par exemple, est hostile par idéologie à un programme d’AWACS, de catapultes ou de drones MALE made in France? Est-ce que vous croyez que vous êtes le seul à détenir la vérité en matière d’indépendance nationale et que les autres sont des putes au services des puissances étrangères, ou au mieux des idiots utiles?

            N’avez-vous pas lu les coms à la suite des attaques IED contre deux VBL en BSS? Qu’ont suggéré de nombreux intervenants? Acheter du matos étranger, notamment américain, en urgence sur étagère. Eux aussi sont des putes ou des cocus?

            Mais quelle solution proposez-vous? En environnement dense en IED, on atteint les limites d’emploi du VBL, par ailleurs excellent petit véhicule qui a encore toute sa place dans le parc des blindés légers de notre armée. Son successeur n’est pas pour tout de suite. Bon, comment on assure la soudure entre le maintenant où sa explose et le demain où ça ira mieux? On trouve une solution ou on se borne à insulter les gens?

            J’ai par ailleurs assez mal compris votre agressivité à l’égard de Captain Pif: il nous dit juste qu’il y avait un rapport de force. Menace de suspendre la fourniture des pièces pour les catapultes françaises du côté US, et en vis-à-vis, menace de ne plus fournir les MAJ pour les radios US du côté français.

            On a déjà vu ce type de rapports de force pour les satellites: les Américains nous ont menacé de publier la position dans le ciel de satellites français d’observation, jusqu’au moment où la France a menacé d’en faire autant avec les satellites US, grâce au radar GRAVE.

            Ce genre de coup de pute entre alliés se produit en permanence. Captain Pif n’a fait que le rappeler. Là, par exemple, les Allemands sont sur le point de nous faire une vacherie avec les moteurs sous-marins. Va encore falloir se battre et trouver un truc pour éviter qu’on perde un savoir-faire stratégique. Mais c’est la routine. Les relations internationales, c’est dangereux, cruel et cynique, quoi.

            Seriez-vous, paradoxalement, un bisounours que cette dure réalité effraie? Vous avez besoin qu’on vous fasse des papouilles et des gros câlins?

      • vno dit :

        Jeumont a l’habitude des séries « prototype », Pas besoin d’industrialiser, l’outil existe. Quant à industrialiser pour fournir un « marché » qui n’existe pas, je ne vois pas trop pourquoi investir sauf pour enrichir nos crapules habituelles en piquant de l’oseille à l’état ? Si les dites crapules insistent, elles n’ont qu’à avoir des idées pour créer ce marché et qu’il soit rentable. Le problème chez nos vendeurs, c’est le mythe du gros coup qu’ils entretiennent pour toucher un gros chêque à la fin du mois sans vendre grand chose, puisque 4 EMALS avec alimentation et le traitement de l’obsolescence de l’électronique de puissance et de commande tous les dix ans ce n’est pas de leur très haut niveau. Et quand par hasard, ils y arrivent, leurs patrons qui sont généralement issus des mêmes filières et ne connaissent rien à la technique et de l’industrie que la bourse, on fermé ou délocalisé la boutique pour préserver leurs  » petit avantages personnels » en oubliant que le secret-défense leur est alors fermé aussi. Comme c’est malgré tout les amis des pouvoirs ou ce qui brille est d’or (la vitesse de la lumière est toujours supérieure à celle du son et porte beaucoup plus loin ), la légion d’honneur ou le mérite sont toujours la, pour reconnaitre leurs omniscience au détriment des autres, généralement brillant, mais qui ne sont que des « ouvriers » fussent-ils des ingénieurs et techniciens supérieurs brillants… Normal nous notre truc, c’est plutôt grandeur et service, au point qu’un idiot de virus pas anticipé par les NRBC civils ( 100 qui commandent et un sous fifre qui connait mais doit fermer sa gueule par solidarité ) nous a ramené en quelques mois à décadence et servitude.
        Bon, une idées déjà étudié avec d’autres technologie dans les années cinquante et soixante. Le problème du Rafale, ce n’est pas de décoller du porte-avion, c’est déjà d’y arriver en décollant de bases au nombre de « prototype ». La destruction surprise de la piste de Landivisiau et des moyens du génie pour la réparer est parfaitement réalisable par nos amis mal équipés. L’armée de l’air n’est pas mieux équipée. ( les décollages sur autoroute avec les moyens actuels de nos forces, c’est du même tonneaux que l’installation d’un hôpital de campagne à Mulhouse et il faut toujours partir d’une base aérienne qui est rarement à côté d’une autoroute résistant aux chalumeaux du Rafale ). Par contre, nous avons plus d’une centaine de piste civiles ou Ex OTAN revêtue en France dans différents états. Si le Rafale s’arrête facilement sur une piste de 1200 mètres à vide, il n’en décolle pas à pleine charge, seulement à vide avec PC et en détruisant les pistes inadaptées aux fortes chaleurs. Equiper ces plate-forme du génie civil et électrique permettant le montage ultra-rapide de catapultes électromagnétique transportable et utilisable par des Rafales Marine, serait un moyen très simple et peu couteux de s’affranchir d’une surprise stratégique empêchant le décollage de nos ASMP-A et leur retour sur piste équipée de brins d’arrêt mobiles eux aussi. ( Les SNLE, c’est l’option fin du monde, alors plus besoin de catapulte ). L’avantage c’est qu’on peut multiplier ces cibles comme les faux radar tourelles routiers et les camoufler pour leurrer les missiles à peu de frais et lancer une série de catapultes électromagnétiques et de frein d’arrêts parfaitement exportables aux pays ne souhaitant pas du F35B, puisque toutes les forces aériennes ont le même problème de pistes et de camouflage/protection des avions au sol. Le principe des Emals permet facilement de moduler la longueur de catapulte et la puissance utile sur piste classique. Il est même possible d’envisager une installation modulaire à turbine à gaz sur semi-remorque pour fournir l’énergie.

        Merci à ceux qui ont lu mon délire jusqu’au bout …

    • jean la gaillarde dit :

      Je vous dirais qu’actuellement, les catapultes à vapeur sont américaines, et cela ne pose aucun problème. Vous cherchez des soucis, là il n’y en a pas et où il n’y en aura jamais. Nous sommes alliés et nous resterons alliés. Les liens historiques seront toujours là pour rappeler de quel coté nous devons nous trouver.

    • Eric Pierron dit :

      C’est déjà le cas avec les catapultes à vapeur du CdG qui sont des fournitures US.
      Le Foch et le Clem étaient dans le même cas…

      • Dans le Bayou dit :

        Britanniques (les inventeurs du procédé) pour le Foch et le Clemenceau :
        catapultes à vapeur de 50 m BS4 (Mitchell-Brown)

    • John dit :

      Pourquoi ne pourriez plus l’opérer en cas de brouille?
      Il suffit de commander les pièces détachées ou les compétences à l’achat, et vous seriez indépendant.
      Et la recherche pour 1 ou 2 PA??? Ça coûtera bien trop cher.

      MAIS surtout, l’hypothèse d’une brouille d’une ampleur suffisante est absurde.
      Et se maquer avec l’Inde, le problème c’est que comme la Chine, une fois atteint un seuil critique de puissance économique et militaire, ils mettent en place une politique internationale très différente. Et dans ce genre de politique internationale, le porte-avion est un atout énorme. Donc mieux vaut ne pas leur offrir plus de compétences qui peuvent se retourner contre vous.

  7. Dubourg dit :

    Cela m etonnerait

  8. Thierry dit :

    Ce rapport me semble quelque peu partisan pour ne pas dire politique et ne reflète pas du tout la réalité, faut-il rappeler qu’il y a plusieurs catapulte sur un porte avions et lorsque l’une tombe en panne (ce qui arrive aussi avec les catapultes à vapeur), les autres continuent d’assurer les décollages, un porte avions possède en outre de plus en plus de F35B des Marines à décollage vertical en cas de nécessité.

    Il n’est pas contestable que la catapulte électromagnétique emals a connu des problèmes de mise au point et qu’il reste sans nul doute encore des améliorations à apporter, mais de là à en faire un échec c’est un peu fort le café !

    ——————————————————————————

    https://www.dvidshub.net/news/385028/gerald-r-ford-carrier-qualifications-support-f-18-pilot-production

    NORFOLK, Virginie – Depuis mars 2020, le plus récent porte-avions de la marine, l’USS Gerald R. Ford (CVN 78), a aidé cinq détachements de qualification (CQ) de l’escadron de remplacement de flotte (FRS), qualifiant 86 F / A-18. pilotes pour entrer immédiatement dans les opérations de la flotte.

    En tant que seul porte-avions régulièrement disponible sur la côte Est cette année, Ford s’est avéré un atout inestimable pour les « Gladiators » du Strike Fighter Squadron (VFA) 106 et les « Greyhawks » de l’Airborne Command and Control Squadron (VAW) 120. 84 pilotes de leurs rangs cette année.

    Le dernier détachement de CQ du VFA-106 a pris fin le 7 décembre. Le commandant de l’escadron, le capitaine Dan Catlin, a déclaré que ces opportunités de CQ sont essentielles à la production de chasseurs.

    « Les qualifications des transporteurs dans le FRS marquent le point culminant de deux ans de formation rigoureuse pour les aviateurs navals qui passeront à la flotte pour servir dans des escadrons de combat de première ligne », a déclaré Catlin. << Les postes qu'ils occuperont dans les escadrons de la flotte sont essentiels en ce sens que ces escadrons, une fois embarqués, constituent la pointe de la capacité nationale de projection de puissance et de combat. En prouvant qu'ils ont la discipline mentale et les compétences nécessaires pour débarquer un F / Un Super Hornet A-18E / F sur un porte-avions, jour et nuit, démontre qu'ils sont prêts à assumer cette énorme responsabilité. "

    En plus des détachements FRS, (le porte avion) Ford a également amélioré la production de pilotes de combat d'attaque en qualifiant 114 élèves aviateurs navals (SNA) affectés au chef du commandement de la formation aérienne navale (CNATRA). Le capitaine JJ "Yank" Cummings, commandant de Ford, attribue le succès de ces CQ à la compétence de l'équipage du navire et à sa capacité à faire fonctionner le système de lancement électromagnétique d'aéronef (EMALS) et le matériel d'arrêt avancé du Ford ( AAG).

    «Grâce au travail acharné, au courage et au professionnalisme de nos marins et officiers, nous continuons à prouver que EMALS, AAG et cette conception innovante de porte-avions fonctionnent», a déclaré Cummings. "L'Independent Steaming Event (ISE) 14 a été le plus fluide de l'histoire du navire. Non seulement nous avons pu qualifier 39 élèves aviateurs navals et 16 pilotes FRS, mais nous avons également établi un nouveau record d'une journée de 170 atterrissages arrêtés et 175 tirs de catapulte en seulement 8,5 heures, soit 20 pièges et heure, et si nous avions eu plus de lumière du jour, nous aurions pu facilement en faire 200. Nos marins salés de pont d'envol et les aviateurs navals étudiants pas si salés ont travaillé en équipe pour y arriver. sourire à mon visage en les regardant établir ce nouveau record. "

    Au cours de l'ISE 14, Ford a effectué 840 lancements de catapultes et arrêté des atterrissages avec EMALS et AAG, portant le total du navire à 6399.

    SNA CQ se compose de deux jours de touch-and-go et de dix jours d'atterrissages arrêtés par pilote. Les pilotes de FRS doivent effectuer deux touch-and-gos de deux jours, 10 atterrissages arrêtés de jour, suivis de deux touch-and-go de nuit et de six atterrissages arrêtés de nuit. Les deux événements sont l'aboutissement de plusieurs mois de formation rigoureuse.

  9. Nike dit :

    Tout nouveau système complexe merdois au départ. C’est la courbe d’apprentissage.
    Le tout est de ne pas être le client qui va essuyé les plâtres.
    Vue comme on est parti pour produire ce nouveau porte avion le système sera largement éprouvé/amélioré lorsque nous commencerons à l’utiliser.
    Par contre le PA l’USS Gerald Ford risque de se trimbaler la version 1.0 pendant un bon bout de temps. Il n’est pas certain que certaines erreurs de conception soit rattrapables facilement une fois la catapulte intégrée sur le PA.

  10. Trent dit :

    Il faudra consulter Derrick & Derrick qui ont inventé la catapulte infernale
    avec le succès que l’on connaît