L’efficacité énergétique sera systématiquement prise en compte dans les programmes d’armement

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

131 contributions

  1. lxm dit :

    Otez moi d’un doute, mais utiliser massivement de l’électricité, n’est ce pas un risque face à des IEM( impulsion électro-magnétique) ?
    Je me demande si on peut créer quelque chose de potable avec un système complètement mécanique comme pour les montres à gousset, avec des ressorts qu’on compresse et qui se détentent progressivement en actionnant toute la mécanique.

    • Pravda dit :

      Il n’y a plus grand chose de purement mécanique sur les véhicules actuels. L’électronique, avec ses avantages et inconvénients, a pris la main, donc il vaut mieux insister sur le blindage EM que sur une Armée basée sur la technologie 4L ou 2CV. PSA a essayé un système de récupération d’énergie via un compresseur et un réservoir d’air pour faciliter les relances, et ça n’a pas abouti.

      • ji_louis dit :

        Correction: Cela a abouti (ça marche plutôt bien sur les véhicules de test), mais n’a eu aucune estime auprès du public (prospection commerciale), et n’a donc pas été commercialisé.

    • Hermes dit :

      C’est quoi votre quelque chose ? Si c’est un véhicule, imaginer la force nécessaire pour remonter le mécanisme, la masse du mécanisme et l’autonomie que pourrait avoir ce dernier.
      Sans parler des besoins en matériaux spécifique pour la résilience de ce dernier..
      .
      L’hybridation ne tend pas vers le tout électrique qui ne serait intéressant que sur quelques matériels à l’heure actuelle (Exception faites des systèmes que l’on pourrait voir fleurir à base de fuelcell)
      On ne claquera pas non plus une IEM contre 1 ou quelques véhicules, même dans Matrix il a fallu attendre le bon moment, sans parler du fait que le moyen le plus concret à l’heure actuelle pour obtenir une IEM c’est une bombe nucléaire en haute atmosphère.
      .
      Ne pas oublier que l’on contrôle assez mal le rayon d’action des IEM’s, ca revient donc à prendre le risque de d’endommager ses propres systèmes pour neutraliser l’adversaire en souhaitant utilisant une impulsion significative.
      Sachant que le « blindage » (cage de faraday/Composants électronique) contre les IEM’s de faible-moyenne intensité est assez facile à mettre en place en comparaison du déploiement de la dite IEM.

      • twouan dit :

        On fait des iem pour arreter les voitures aujourd’hui.

        En naval et en aero, c est lointain, mais en terrestre pour tenir un point de contrôle ca pourrai etre très actuel.

        En mini prospective, la techno actuelle permet la réalisation de « grenade iem » qui couperai l électronique dans en rayon en m.

        • Hermes dit :

          Ce genre de matériel c’est une impulsion de « faible puissance », tout juste capable de couper des airpods, ça peut au mieux endommagé les éléments de transmissions de l’infanterie et les quelques systèmes (Comme le Felin) qu’ils emportent.
          .
          Pratiquement aucune chance de toucher du matériel durcis.
          .
          Les IEM’s ne sont pas unique, de même qu’une explosion, n’est pas nécessairement nucléaire.

    • NRJ dit :

      @lxm
      En soit sans électricité le soldat n’a pas de radio, de véhicule (pour démarrer un moteur, faut une batterie), pas de renseignements. Bref il n’a rien. Donc un IEM ferait mal quoi qu’il arrive. Après mettre des propulsions hybrides par exemple ferait du sens .

    • Stoltenberg dit :

      « Otez moi d’un doute, mais utiliser massivement de l’électricité, n’est ce pas un risque face à des IEM( impulsion électro-magnétique) ? »
      .
      À priori, contre un véhicule blindé, non. Ce n’est pas comme des centaines de km de lignes de transmission électrique qui agissent comme des antennes.

    • Clément dit :

      Une IEM implique l’explosion d’un engin nucléaire, donc on aura d’autres soucis à ce moment là ^^

  2. PK dit :

    Tiens, je ne comprends pas pourquoi on n’impose pas à l’aviation d’utiliser des batteries… Il faut être solidaire de la connerie générale !

    • Pravda dit :

      Le poids est l’ennemi de l’aérien, imposons plutôt une rallonge électrique.

      • GELASE dit :

        Vous n’y êtes pas ! , un générateur électrique à manivelle, embarqué dans un avion ça occuperait les mains et/ou les pieds des passagers et des hotesses…))

    • Paddybus dit :

      Ca a déjà commencé avec le 787…. qui avait été cloué au sol pendant quelques mois aprés le lancement suite a des incendies de batteries…. ça leur coûte pas cher de faire de grandes déclarations… de toute façon, en 2030… ils seront loin… et déjà au moins deux fois remplacés…!!!
      Pour lxm…. oui… avec un volume doublé…. pourquoi pas…. mais on a pas encore trouvé de mec assez grands pour tourner la clef de remontage….

    • NRJ dit :

      Peut-être parce que les décideurs et ingénieurs sont plus intelligents que vous et que vu les problèmes des batteries ils préfèrent se lancer dans l’hydrogène.

      • GELASE dit :

        Des esthètes ? l’Hydrogène à 300 bars (minimum), ça doit donner de jolies couleurs à l’aéronef….

        • NRJ dit :

          @Gelase
          Hilarant. L’hydrogène dans les avions ne sera pas sous forme pressurisée mais sous forme liquide. Ça permet une meilleure densité énergétique. Pour un véhicule blindé, on utiliserait plutôt des hydrures pour stocker l’hydrogène sous forme solide.

          • Nexterience dit :

            Modestie technique… Alors que Faury annonce l’avion a hydrogène,

            « Supaero-Decarbo , un collectif d’ingénieurs de l’aéronautique issus de la grande école Isae (anciennement Supaero), et dont un certain nombre travaillent chez Airbus, publie un texte en réaction à l’annonce du patron de cette même entreprise sur l’avion à hydrogène.

            Effet d’annonce vs raisonnement quantifié : c’est exactement ce que l’on comprend en lisant ces deux pages d’argumentation et de questions qui font le tour de la question, ou plutôt de toutes les questions non résolues à leurs yeux, voire qui ne peuvent pas se résoudre dans les bons ordres de grandeur.

            Du coup, on peut se demander pourquoi on assiste désormais à une profusion d’annonces correspondant à des plans manifestement peu ou pas travaillés, avec des promesses qui manifestement ne seront pas tenues.

            Il me semble que, sans avoir la réponse à cette question, il est difficile de comprendre comment changer les choses. Car il faut changer : piloter l’avenir à coup de promesses irréalistes, ça n’est pas la méthode la plus éprouvée pour maîtriser son destin !
            https://www.fichier-pdf.fr/2020/09/24/zeroe-et-le-monde-de-demain/?

            https://www.fichier-pdf.fr/2020/09/24/zeroe-et-le-monde-de-demain/?

          • NRJ dit :

            @Nexterience
            L’école est Supaero. Cette école est membre du groupe ISAE qui est composée de plusieurs écoles comme l’ESTACA.

            Concernant les avions à hydrogèene, ce que disent les ingénieurs est très pertinent. Mais ça n’invalide pas ce que promet Airbus et ça ne rend pas leur promesses irréalistes comme vous l’affirmez.

            La situation est simple : il faut un avion qui ne rejette pas de CO2. Comment fait on ? Il faut remplacer le kérozène, il n’y a pas le choix. On le remplace par quoi ? Il n’y a que les biocarburants (des émissions en sortie de l’avion certes mais pas dans le cycle de production des carburants vu que les plantes les produisant absorbent du CO2) qui est une solution limitée en volumes et chère (sans compter qu’avec 10 milliards d’êtres humains, il y aura peut-être d’autres préoccupations) et… il y a l’hydrogène. Si c’est produit par électrolyse ou extrait de gisement naturel, il n’y a pas de rejets de CO2. Alors effectivement, l’hydrogène est actuellement fabriqué à partir de gaz naturel, mais la mobilisation dans ce domaine qui a lieu actuellement devrait réduire largement les coûts d’hydrogène produit par électrolyse par la simple production en série. A plus long terme, la baisse des coûts des énergies renouvelables avec les nouvelles générations de panneaux solaires et des nouveaux procédés comme l’électrolyse à haute température pourraient ramener des prix égaux d’ici 2030 avec les carburants traditionnels.

            Alors bien sur, il n’y a aucune certitude. C’est certes des espoirs, mais des espoirs nécessaires, car sans ça on ne tentera jamais des solutions traditionnelles qui ont des impacts climatiques. C’est un pari, un pari qui peut rater effectivement, mais qui peut aussi réussir. C’est déjà arrivé avec par exemples les énergies renouvelables : il y a 10 ans les panneaux solaires polluaient sur leur cycle de vie autant que le gaz naturel pour un prix 5 fois plus élevé que le nucléaire. Aujourd’hui, un panneau solaire pollue à peine plus qu’une centraine nucléaire (qui n’émet presque pas de CO2, pour rappel) pour un coût largement inférieur.

            Par ailleurs il devient possible que d’ici 2035 les vols rejettant du CO2 soient bannis de la même façon que le prévoit aujourd’hui la Californie et l’Angleterre pour les voitures thermiques.

        • Lechavenois dit :

          GELASE :
          .
          « …. esthètes ? l’Hydrogène à 300 bars (minimum), ça doit….. »
          .
          L’entreprise ZeroAvia vient en effet de réaliser le premier vol d’un avion commercial fonctionnant à l’hydrogène. Le Piper M est parvenu à rouler, décoller, réaliser un circuit dans les airs et à atterrir sans encombre, le tout en étant propulsé à l’hydrogène.
          .
          https://geeko.lesoir.be/2020/09/25/le-premier-avion-a-hydrogene-a-reussi-son-premier-vol/

    • Eurafale dit :

      Peut être parce que l’aviation n’a pas attendu pour plancher sur les technologies hybrides ou « vertes » (voir SAAB avec son JAS-39 Gripen ayant volé au BioKérosène). Aù-delà de l’aspect écologique, il s’agit aussi d’un aspect économique sur le long terme et de baisser la dépendance énergétique au pétrole moyen-oriental.
      Les orientations actuelles de l’aviation (civile comme militaire, après tout Dassault et Airbus fournissent les deux secteurs) tendent vers de l’hybridation et l’utilisation d’hydrogène comme carburant (pile à combustible).

  3. Chris dit :

    Ce serait bien de penser à un petit moteur nucléaire pour les engins terrestres

  4. Stoltenberg dit :

    D’un point de vue environnemental, l’utilisation de la plupart de ces solutions n’a aucun intérêt comparé au pétrole, lorsque l’on prend en compte le rendement total – à partir de l’extraction jusqu’à la combustion. L’emploi des modes de propulsion novateurs peut cependant présenter des avantages purement opérationnels. J’aimerais bien voir l’accélération d’un char d’assaut comme le Leclerc (déjà réputé d’avoir une bonne accélération) doté d’un moteur électrique. Et ce, sans parler de la furtivité infrarouge et acoustique. L’autre avantage c’est bien sûr l’indépendance vis à vis des importations d’hydrocarbures qui est un avantage stratégique considérable.

    • Hermes dit :

      Loin d’être expert en motorisation de char, je peux néanmoins affirmer que les moteurs électrique sur char n’ont rien de neuf.
      .
      Le char tigre par exemple disposait de moteurs essence entraînant des génératrices qui eux entraînaient les moteurs électrique des chenilles.
      .
      Que je sache, aucun char n’est directement propulsé par son moteur thermique de nos jours ? Si quelqu’un de plus expérimenté, voir un mécano tankiste ça serait encore mieux, pouvait passer par là.

      • E-Faystos dit :

        @ Hermès
        Le Tigre possédait un gros moteur thermique qui posait de gros problèmes d’entretien. Il s’agissait peu ou prou des même blocs pour les Tigres, les Panthers, et les Tigres « Royaux », ou seconde génération.
        .
        Les moteurs sus-nommés avait de grandes peines à bouger des masses allant de 45 à 65 tonnes car la légende a occulté le foutoir semé par les nazis, et la quantité alarmante d’expédients que les fabriquants ont dû déployer pour remplir les spécifications.
        Donc des engins construits à la hâte, avec des mécanismes complexes et fragiles, comme les boîtes de vitesses avec 7 rapports pour la marche avant.
        .
        Néanmoins, il y a bien eu des combinaisons thermique/électrique : le char 2c.
        Fabriqué lors des derniers jours de 1918, il sera finalement motorisé par deux moteurs Allemands, et une transmission toute électrique.
        L’engin ayant le poids et le gabarit exact de deux chars Sherman, la vitesse était celle d’un fantassin.
        Les plans du monstre (70 tonne) fut volé par les Allemands, et la formule démarqué par Ferdinand Porsche.
        Qui tenta de remporter le.marché du Tigre II, et ne put qu’assister à l’incendie de son prototype. Et il dû subir l’une des pire rage d’un Adolf qui sentait déjà le sapin.
        Les tourelles furent posées sur les premières caisses des concurrents, avant que le prototype ne devienne le Elefant/Ferdinand, et se signale par sa fragilité et ses lacunes en autoprotection.
        .
        En 1945, les Soviétiques mettrons la mains sur les plans du char 2c.
        A l’occasion d’une entrevue avec François Hollande, Vladimir Poutine nous rendra les liasses, qui n’ont jamais eu qu’un intérêt historique : réaliser des chars aussi gros et complexes étant des non-sens encore à l’heure actuelle.

      • Stoltenberg dit :

        Je crois que vous parlez du prototype du char Tigre I proposé par Ferdinand Porsche – le VK4501(P) (le « P » veut dire « Porsche »). Cette construction comprenait effectivement une sorte de motorisation hybridisée thermique-électrique, comme vous le décrivez. Et c’est essentiellement en raison du manque de fiabilité de cette solution que l’armée a choisi le prototype de Henschel. C’était une solution qui était tout simplement trop moderne pour cette époque et pour les capacités industrielles de l’Allemagne nazie. Pour les chars modernes actuels, à ce que je sache, c’est du 100% thermique. Cependant, ce dont je parle, ce serait par exemple une solution 100% électrique ou, éventuellement hybride avec la possibilité de fonctionner uniquement en électrique, un peu comme les systèmes AIP sur les sous-marins.

      • Daniel BESSON dit :

        Cit : [ Loin d’être expert en motorisation de char, je peux néanmoins affirmer que les moteurs électrique sur char n’ont rien de neuf. ]

        En effet !
        https://news.hybridlife.org/jagdpanzer-elefant
        https://www.chars-francais.net/2015/index.php/engins-blindes/chars?task=view&id=61

        Mais on a su réguler un moteur électrique , particulièrement CC , bien avant un moteur thermique !
        Il faut voir que l’invention de Zénobe Gramme date de la raclée de Badinguet à Sedan cad 1871 , la  » Jamais contente  » de Jenatzy de 1889 , le dirigeable  » La France  » de 1884 et le  » Gymnote  » de Gustave Zédé de 1888 .
        Les services de l’armée d’armistice ont particulièrement étudié des tracteurs à traction électrique entre 1940 et 1942 .
        Si le moteur thermique est contemporain du moteur CC le contrôle de ses paramètres est beaucoup plus difficile .
        Pour le moteur électrique cela date de 1900 en gros pour le contrôle de la vitesse avec le  » groupe Ward Leonard  »
        Le monde des années 1890- 1914 est monde qui est intellectuellement plus  » électrique  » que  » thermique  » .

    • Royal Marine dit :

      Il ne restera plus qu’à implanter des bornes de rechargement dans la verte…
      Et comment on fait, quand on rentre chez le voisin? Ces c.ns n’utilisent pas les mêmes normes… C’est balot, ça!

      • Stoltenberg dit :

        D’où la nécessité de réfléchir aux solutions les plus adéquates.

      • John dit :

        De la même manière, il faut pouvoir ravitailler les véhicules en pétrole. Avoir des réacteurs transportables, des batteries au lieu de citernes, des solutions de recharge rapide, etc…
        Et en plus, n’oubliez pas une chose. L’industrie militaire et aérospatiale ont apporté de grandes innovations maintenant dispo pour les civils. Les solutions développées pour l’armée pourraient créer une industrie d’export pour la France, ça serait une bonne chose j’imagine…

  5. Ah Ca ! dit :

    Que de jus de cervelle nauséabonde… comme c’est à la mode on étale la sauce partout.

    L’écologie ainsi que la conservation sont des valeur intrinsèques de la droite française. Valeurs qui ont été détournées et remoulues à la sauce des trotskistes-gauchos-écolos qui ont tournés ces valeurs nobles en un outil de manipulation de leurs ambitions révolutionnaires anti-françaises.

    L’objectif de la défense de la France et par cela de son armée n’est pas de se faire le porte étendard de l’écologie socialio-libéral bon teint à la Hidalgo Parisienne mais d’avoir en ses corps d’armés les équipements les mieux adaptés et les plus performants.

    Si cela passe par l’utilisation d’avancées technologiques dites vertes, jaunes, noires ou si c’est à travers l’utilisation de bon vieux diesel ultra polluant… peut importe et ainsi soit-il !

    A la guerre comme à la guerre… peu importe du moment que les équipements participent efficacement à tuer, broyer et caraméliser l’ennemi.

    Faire du vert pour du vert c’est en premier se tromper d’objectif.

    J’imagine que le ministère des armées de Dame Parly a des excédents budgétaires pour consacrer du temps (donc de l’argent) à la reformulation nominale d’un service des armées… Il va falloir refaire combien de badges, panneaux, remettre à jour les manuels etc etc… tout çà pour changer de nom ! Ce changement va couter combien en euro et en carbone ? Hein les écolos… combien ?

    Bien sur ces « petits » marchés iront soit à des amis soit à de généreux intermédiaires à l’enveloppe facile qui feront fabriquer tout ça en Chine ou dans les pays de l’est…

    • sentinelle dit :

      bravo

    • le trotskiste-gaucho-écolo-révolutionnaire anti-français dit :

      Vous avez lu l’article ? j’ai l’impression que vous auriez pu économiser vos doigts et vos neurones. Moi ce que je lis c’est plutôt : parce que certaines énergies nouvelles apportent une plus-value sur le terrain et en terme stratégique, on les applique (le fait qu’elles soient « vertes » est anecdotique), et effectivement on change le nom pour être cohérent, et peut-être ne pas s’interdire de chercher/trouver d’autres solutions + efficientes à certains points de vue que le pétrole.

      Après que tout soit réaliste et que certains solutions évoquées sont déjà pensées et appliquées depuis des années/décennies (comme le sous-entend Muse + bas), ce sont d’autres questions.

      • Ah Ca ! dit :

        Relisez … vous m’avez mal lu… quoi de plus normal pour un « trotskiste-gaucho-écolo-révolutionnaire anti-français »

        • le trotskiste-gaucho-écolo-révolutionnaire anti-français dit :

          Voilà notamment ce qui est écrit : « ce tournant [ne] vise surtout à faire de la transition énergétique un atout pour les opérations menées par les forces françaises. « Il ne s’agit pas de surfer sur la ‘vague verte’ », a-t-elle en effet affirmé. » je m’arrête là mais tout ce qui est dit ensuite va dans le même sens

          Et je vous cite :
          « L’objectif de la défense de la France et par cela de son armée n’est pas de se faire le porte étendard de l’écologie socialio-libéral bon teint à la Hidalgo Parisienne »,
          « Faire du vert pour du vert c’est en premier se tromper d’objectif. »
          « Hein les écolos… combien ? »

          C’est pas ça qu’on appelle trollage ??

        • Fred dit :

          @ Ah Ca !

          Je t’ai bien lu : quelle mauvaise foi de ta part !

          • Ah Ca ! dit :

            Relisez encore…. La mauvaise foi.. je me demande d’où elle vient..

            Je vais quand même vous donner un petit secret pour vous aider…. Ce que donne l’éducation supérieure c’est la confiance que ce que l’on a lu, si et seulement si on l’a bien compris.. c’est tout simplement ce qu’on a lu.

    • EBM dit :

      @ Ah ça compte tenu du pic du pétrole non conventionnel intervenu en 2019 et du pic du conventionnel en 2007 il ne s agit pas d un choix mais d une nécessité. L habillage écolo ici c est de la communication pure.

      • Royal Marine dit :

        Le pic de 2007? Mais vous avez vu ça où? Il est repoussé d’année en année, prouvant par là la qualité des prévisions de nos experts, perpétuellement démentis dans la réalité…

        • EBM dit :

          Royal Marine il y a une distinction entre le conventionnel et le non conventionnel. Si on additionne les deux la production a continué de croître jusqu’en 2018.

          Si on retire le non conventionnel (pétrole de schiste, schiste bitumineux…) c’est plutôt.

        • Xipe totec dit :

          @Royal Marine

          une vidéo de JM Jancovici , vous expliquera pourquoi le pic petrolier conventionnel as été atteint en 2007 /2008 🙂

          • Nexterience dit :

            +1

          • Ah Ca ! dit :

            @Xipe totec

            Jancovici est un gauchiste qui se rempli les poches à vendre son vent.

          • Félix GARCIA dit :

            Ah Ca ! Non, vous vous trompez, c’est un technocrate. Brillant, mais un technocrate.

            Jancovici : James Finance contre Docteur Carbone – Genève – 17/09/2020
            https://www.youtube.com/watch?v=xMpTDcuhl9w

            Cela ne l’empêche pas d’être intéressant.
            D’avoir tort sur le tableau des solutions, mais intéressant quand même pour ce qui est de l’analyse et du constat.

            Sa prétention et son dogmatisme sur la question de l’alimentation me foutent la rage.
            Il a tout faux sur les possibilités … mais bon … passons …
            De même pour beaucoup d’autres choses.
            Et ce n’est pas parce-qu’il conteste l’influence du soleil et un éventuel Grand Minimum Solaire à venir (ce qu’il fait avec talent) qu’il m’énerve.
            Mais par contre il remet beaucoup de choses en place : comme sur l’éolien, le photovoltaïque, l’hydrogène etc etc …

            Cordialement,
            Félix GARCIA

            PS : Jancovici gauchiste ? Tendance Staline ? #NoLifeMatters ?
            Demandez aux gens de gauche, à part sur la question écologique (oui, parce-que l’écologie, c’est « forcément de gôoooche ! »), ils le considéreront de droite …
            Mais bon, c’est pas comme si leur avis sur la question était pertinent … c’est juste histoire de le signaler quoi …

      • Ah Ca ! dit :

        @EBM
        Soit, relisez mais cet habillage ça coute et ça pollue combien ? Surtout ça engraisse combien de copains ?

        Allez y cramez les budget pour des futilités c’est vos petit enfants qui payeront.

        • EBM dit :

          @Ah ça nos petits enfants risquent d’avoir des problèmes beaucoup plus graves que la dette qui n’est pas rachetée par la banque centrale (80% du pib pour l’instant sur un endettement total autour de 115% du pib).

          Ensuite effectivement les solutions proposées ne sont pas si écolo que ça.

          Les batteries au lithium des voitures hybrides son moins polluantes que du thermique pure mais ça pollue quand même d’extraire les matériaux des mines, puis de les faire venir. Surtout que ces batteries ne sont pas recyclables après utilisation.

          L’agrocarburant il faut aussi prendre en compte l’origine. Si c’est pour prendre du déchet agricole non consommé et le bruler ça ne pompera pas des ressources de nourriture mais ça pollue quand même un peu à l’utilisation.

          In fine c’est surtout que l’armée anticipe l’abandon de technologies civiles qu’elle reprenait en partie pour diminuer les coûts. Et comme ça pourrait diminuer les coûts de possession car moins besoin de pétrole pourquoi pas.

          L’habillage écolo ne rapporte rien ici. Le petit paragraphe sur la volonté d’éviter la catastrophe climatique tout le monde peut l’écrire. Et les véhicules s’ils sont produits en France continueront de profiter aux industriels français. C’est exactement comme pour la mixité dans les armées, elles s’en foutent dans l’absolue mais comme elles ont besoin de recrues elles te disent qu’elles sont très attachées à la mixité.

          Pour conclure, si on prend un peu de hauteur, il n’est pas impossible que les conséquences migratoires du réchauffement climatique soit notre principal problème stratégique à compter de maintenant. Donc pour une fois qu’on anticipe même partiellement je ne me plaindrais pas.

          • Ah Ca ! dit :

            @EBM
            Je vois plutôt la guerre nucléaire, car en finalité elle ne pourra qu’être que nucléaire entre les états unis et la Chine comme étant le plus grand danger imminent. Ils l’ont déjà utilisée et en cela n’hésiteront pas à le refaire… en plus c’était dans la même région du monde…

            Pour la France, l’effondrement des valeurs qui ont faite la France en échange un idéal éphémère qui se veut moderne mais qui est avant tout ringard concentré sur le nombril individuel de ses partisans comme le plus grand danger à laquelle nous société française doit faire face. Il est temps de remettre les valeurs de droite au centre de la vision française.

            Le réchauffement climatique.. Oui, c’est pas la première fois dans le monde, il y a 2000 ans sous les romains il faisait 5° de plus qu’aujourd’hui s’accordent à dire les scientifiques.. Les inconvénients il y en aura mais aussi des bénéfices… En France grâce à nos montagnes nous ne serons pas les plus mal lotis. N’étant ni mondialiste ni européen mais Français…. et alors ? Quand au carbone c’est super pour les plantes et par cela on le recapture.

            L’immigration… si simple a régler… supprimer les aides sociales et toutes ces gratuités pour ces beaux peuples migrants. Pas de gratuit = migrants divisés par 100 000.

            N’étant pas inhumain je suis un fervent promoteur d’aller les aider chez eux… Mais cela les nombrilistes éphémères catégorisent ces actions comme étant du colonialisme… Il est certain que c’est mieux de laisser les pays d’où ils proviennent à la Chine, Amérique, Anglais, Australiens et autres prédateurs pour qu’ils continuent de les piller chez eux.. (ce qui permet aux nombrilistes français de les recueillir)

            Vive la France…. Vive le général…

          • EBM dit :

            @ Ah ça sur l immigration ce que vous décrivez sont des mesurettes si nous continuons sur la même voie. Car des régions entières risquent de devenir inabitable, dans ce cas les habitants bougeront aides sociales ou pas. Voilà ce que relaye le Figaro: about:reader?url=https%3A%2F%2Fwww.lefigaro.fr%2Fsciences%2F2017%2F10%2F27%2F01008-20171027ARTFIG00070-quand-la-france-se-rechauffera-tout-ce-qui-va-changer-dans-nos-vies.php. C est peut être alarmiste mais si l étude ne se trompe pas je vous laisse imaginer ce que ce sera plus au sud.

    • Paddybus dit :

      ça fleure bon l’empire soviétique déclinant…. changez le nom, et le problème a disparu…

    • NRJ dit :

      @Ah Ca
      Sauf que les solutions dites écologiques ont du sens aussi pour le matériel militaire. Faire un moteur qui consomme moins, ça permet à un civil d’acheter moins d’essence et à une armée d’avoir une logistique moins contraignante. Et vu les progrès qu’on fait dans les nouvelles propulsions, les adapter dans le domaine militaire ne serait en rien une mauvaise idée.

      • Ah Ca ! dit :

        @NRJ

        Je suis pour le meilleur pour notre armée.. quoi qu’il soit et où qu’il se trouve… c’est pas vraiment cela que je conteste.

      • Unhommequisefaitdévorerparlesmoustiques dit :

        Ah oui des progrès? La vanne EGR? Les FAP?… L’énergie perpetuelle?… Le tonnage d’un char ça à tendance à demander de l’energie pour être mobile… Ça serait pas mal des char à l’hydrogène (lui même produit à base de charbon)… quoi de mieu que de mettre une bombe au milieu de son char? Indiqué tirez ici et on aura le pompom… Pour ce qui est de l’energie nucléaire dans du matériel militaire c’est aussi une très bonne idée… Après avoir fermé une centrale pour la « sacro sainte écologie » mettons des centrale dans nos char comme ça… Quand il se prendrons un pruneau on sera bien content d’avoir « pourri » 1 à 2 km²…. A mon avis la vrai solution c’est les gazogènes, les carburant de synthèses, l’exploration du sous-sol pour les gaz/petrole de schiste qui deviendrai « stock stratégique ». En terme de consommation, a mon humble avis… Les militaires sont déjà pas loin du meilleurs de l’optimisation… Sinon le matériel ne serait pas aussi performant…
        Sinon la solution tous en « deudeuch » c’est une armé mobile qui passe partojt une mécanique simple un poid plume une conso très limitée bref « le panar », pour ce qui est du blindage… On repassera…

        • Vinz dit :

          « Ça serait pas mal des char à l’hydrogène… quoi de mieu que de mettre une bombe au milieu de son char? »

          Ouais, et pourquoi pas y stocker des obus tant qu’on y est.

        • NRJ dit :

          @Un homme moustique (flemme de tout recopier ;))
          Le FAP et la vannes EGR réduisent certes les rejets de polluants, mais pas les rejets de CO2 (ils peuvent même les augmenter). Vous pouvez faire ce que vous voulez mais vous n’arriverez jamais à avoir un rendement supérieur aux 0.3 d’un cycle thermodynamique de Diesel.

          Vous avez peur que l’hydrogène explose ? C’est vrai que l’essence n’a aucun risque…. En fait l’hydrogène pourrait être plus sécurisant car il y a des possibilités avec du stockage d’hydrogène sous forme solide (dans des hydrures par adsorption), ce qui fait perdre le risque d’une explosion. Après ce ne serait pas pour une utilisation dans un char de combat de 50 tonnes car le coût de la pile à combustible transformant l’hydrogène en électricité serait trop important (c’est la puissance qui est le facteur coûteux donc limitant d’une pile à combustible). Mais sur des véhicules plus légers pour des opérations discrètes, avoir de l’hydrogène n’est pas inenvisageable.

          • Unhommequisefaitdévoréparlesmoustique dit :

            Je ne connaissaot pas cette technique de stockage pour l’hydrogène. Cependant… Pour ce qui est de la production d’hydrogène, je doute que cela réduise les chaines d’approvisionnement.

          • NRJ dit :

            @un homme …moustique
            En soit, ça permet évidemment de réduire les chaînes d’approvisionnement. Plus besoin d’essence, il ne suffit d’avoir que de l’eau et un électrolyseur. Alors bien sur ce serait compliqué dans un terrain comme le Mali. Mais pas forcément impossible.

        • Belzébuth dit :

          @ Unhommequisefaitdévorerparlesmoustiques
          Comme à l’africaine:
          http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/07/30/technicals-21356.html

  6. Raymond75 dit :

    Oui : la guerre verte et écologique est un concept nouveau et intéressant. A quand le Napalm ou la bombe au phosphore verte ? Et la munition qui fait mourir de joie ? Ce n’est qu’un début, continuez le combat 😉

    • Hermes dit :

      L’efficacité énergétique n’a rien à voir avec l’écologie dans l’armée.
      .
      Réfléchissez 30 sec à vos commentaires, ça serait un minimum si vous voulez au moins paraître crédible.
      Votre niveau de troll est toujours ras des pâquerettes.

    • Nexterience dit :

      Donc dans la même veine, il fallait laisser depuis un siècle les arsenaux dans des organisations accidentogènes pour éviter de faire  » la guerre sans bobo »?

  7. Muse dit :

    « le recours aux biocarburants est, pour le moment, la meilleure option disponible. »
    Quoi ! Mais votre agricarburant c’est de la nourriture dégradée par de pultiples process chimiques et l’impact de pollution est énorme sans compter le prix de revient juste inacceptable.
    Allez, ne nous arrêtons pas en si bon chemin : multiculturalité, biodiversité, green-washing, convivialité et écologie = 20/20.

    * comme si les ingénieurs se moquaient de la consommation ! Alors même que dans l’aéronautique c’est un point essentiel…
    Mort de rire.

    • Royal Marine dit :

      Vous avez oublié le naturisme! Il faut faire plaisir à Hidalgo…
      Non mais pour moi, la solution se trouve dans le vélo, et la trottinette… Eventuellement le tramway écologique. Pas besoin de chars! Ou alors au GNL… C’est moins polluant! MDR

  8. who? dit :

    c’est bien il y a une nouvelle taxe au poids pour l’automobile civil qui défavorisent les véhicules électriques… sont tellement cons qu’ils pourraient taxer les blindés poid

  9. vno dit :

    Il Faut vraiment payer cher les intellectuels qui pondent ces conneries ? Gardez l’argent ! L’armée va avoir du mal à trouver ou/et former les maintenanciers multi-spécialités niveau techniciens de première classe voir ingénieur dont elle aura besoin, alors que l’industrie ne les a plus!

    Au passage( je pense que c’est toujours le cas), faites un plein de diesel au Luxembourg ou en Andorre, ok c’est moins cher, mais la n’est pas le problème. Vous ferez plus de kilomètres car il n’y a pas de biodiesel dedans.

    • Fred dit :

      @ vno

      La maintenance d’un moteur électrique n’est pas un problème : très fiable, sinon le change en général, et ce n’est pas du tout une nouveauté sur un véhicule (démarreur électrique). D »autant que cela allège des problèmes de boite de vitesse et transmission.

  10. MP3 dit :

    Pourquoi pas mais encore faut-il que le budget suive car ce sera plus cher au moins à l’acquisition

  11. Géo dit :

    @Muse
    Les biocarburants ne concurrencent pas l’alimentation parce qu’ils utilisent les sous-produits de l’agriculture qui ne sont, en aucun cas, utilisés pour l’alimentation humaine ou animale : tiges du maïs dont on ne consomme que l’épi, croûte de bois de l’exploitation forestière, etc.
    .
    Vous pouvez rouler à l’ E85 sans crainte d’affamer votre prochain.

    • Ah Ca ! dit :

      Vous rêvez… Je peux vous emmener voir des centaines de milliers d’hectares de « nourriture » destinées aux biocarburants !

      C’est subventionné donc c’est la gabegie… Un scandale VERT de chez VERT.

      • Muse dit :

        Cessez d’insister ! Vous vous enfoncez gravement.
        Vous ne lisez même pas vos liens ; pitoyable.

        Issu de votre lien : « les combustibles obtenus à partir d’alcools (méthanol, éthanol). Les cultures concernées sont toutes celles qui peuvent fournir des matériaux capables de fermenter pour donner un alcool. Toutes les cultures sucrières sont donc éligibles (betterave, canne) mais aussi celles qui donnent de l’amidon (le blé par exemple), lequel amidon, par hydrolyse, donne ensuite du sucre. « 

    • Muse dit :

      Vous dites n’importe quoi ; vous ignorez ce dont vous parlez…
      Il provient du maïs, du blé, de la betterave : ce sont bien des aliments…

      * vous ne savez rien des récoltes ! Le coup des tiges de maïs à bien fait rire mes amis agriculteurs… Elles restent dans le champ bien sûr, comment voulez-vous les récolter ? C’est pas, possible de dire de telles âneries…

      Le bioéthanol est un éthanol d’origine agricole. Bien qu’il puisse convenir à de multiples utilisations, il constitue surtout une alternative écologique aux carburants classiques que sont le diesel et l’essence.

      Processus de fabrication du bioéthanol
      http://www.energie-online.fr/schemas/biomasse/biocarburants/bioethanol-fabrication.jpg

      Le processus de production du bioéthanol

      bioethanol
      En France, le bioéthanol est fabriqué à partir de betteraves et de céréales (blé, maïs…) ou de l’alcool vinique.

      Le sucre extrait des céréales ou des betteraves est transformé en alcool à l’aide de levures, dans un processus de fermentation. L’alcool obtenu est concentré puis déshydraté, pour ainsi former le bioéthanol.

      Le bioéthanol est utilisé mélangé directement à l’essence, ou bien quasiment pur, c’est le carburant E85, ou superéthanol.

      • Fred dit :

        @ Muse

        Ce type de production a été limité fortement, et est en passe d’être remplacé par des produits secondaires.

      • Lechavenois dit :

        La France est le 1er producteur européen d’alcool éthylique avec 32% de la production soit deux fois plus que l’Allemagne qui est deuxième. Cet alcool est destiné pour 1/3 aux usages traditionnels (boissons, parfums, pharmacie, industrie) et pour 2/3 au marché des carburants (bioéthanol).
        .
        La France exporte 30% de sa production d’éthanol pour les carburants, notamment en Allemagne.
        .
        Le bioéthanol français est produit avec de la biomasse provenant de France : betterave et résidus de transformation du sucre, blé fourrager et résidus de transformation de l’amidon, ainsi que maïs et résidus viniques.
        .
        La transformation de la biomasse en alcool est réalisée dans des sucreries et des amidonneries, dont les débouchés sont, l’alimentation humaine, l’alimentation animale, les matériaux et produits chimiques biosourcés et l’énergie.
        La filière française du bioéthanol représente 8 900 emplois.
        La production du bioéthanol et de ses coproduits alimentaires provient de 1% de la surface agricole utile française.
        .
        Le bioéthanol français économise plus de 50% de CO2 par rapport à l’essence fossile, en analyse de cycle de vie. Chaque année c’est 1 million de tonnes de CO2 par rapport à l’essence fossile ce qui revient à 500 000 voitures sans CO2.
        .
        Les essences SP95 et le SP98 contiennent jusqu’à 7,5% d’éthanol par litre.
        Le Superéthanol-E85 (de 65% à 85% d’éthanol) est distribué dans plus de 1960 stations. Son prix moyen est de 0,66€/litre en juillet 2020.
        .
        https://www.alcool-bioethanol.net/chiffres-cles/

      • Plusdepognon dit :

        @ Muse
        Si vous voulez vraiment vous instruire avant d’insulter des gens à longueur de commentaires :
        https://youtu.be/5gOsjIxR7T0

        Les agrocarburants n’ont rien d’écologique.

  12. blavan dit :

    Sauf que l’appellation bio carburant est un non sens écologique. Pour le politiquement correct, on n’ose pas parler d’agrocarburant ce qui est la vraie dénomination . La France se désole de la déforestation de l’Amazonie et prône l’agrocarburant, c’est sans doute l’effet « en même temps « .

  13. aleksandar dit :

    J’attends avec impatience le lance-flamme electrique

  14. H. dit :

    Bonjour,

    Avec un taux de renouvellement des matériels d’au moins trente ans, les risques sont minimes pour le moment.
    Sinon, comme alternative écologique, je suggère au moins pour l’artillerie l’achat de catapultes, balistes et autres trébuchets évidemment en mode 2.0.

    Bonne soirée

  15. Logos dit :

    Allez, j apporte ma pierre au débat.
    .
    Foin de vos mini centrales, des ressorts et autres biocarburants…
    .
    Une tartine, du beurre, un chat et hop !
    https://youtu.be/Okpvcp5BjcU

  16. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ L’efficacité énergétique sera systématiquement prise en compte dans les programmes d’armement ]

    Bigre ! Mézigue qui pensait qu’on s’était penché sur la question dés 1914 ?

    http://www.institut-strategie.fr/EAN_8.htm

    [ … Et bienvenue au Service de l’énergie opérationnelle [SEO]! ]

    « Services des Carburants » cela faisait trop plouc ou trop civil ?

    [ Aussi, indique le ministère, « le rendement
    énergétique des futurs navires fera également l’objet d’améliorations dès la conception ]

    Heureusement que l’on s’en est préoccupé dés la transition de la voile vers la vapeur ( charbon ) et du charbon vers le pétrole …. ;0)

    • Requin dit :

      « plouk » non, juste très limitatif d’un point de vue énergétique et donc faux. Mais ça pour le comprendre, faut réfléchir un minimum…

  17. Ron7 dit :

    Attention de ne pas trop « complexifier » un matériel !?
    Du costaud, du fiable quand c’est possible !
    Parce que… Des motorisations hybrides sur le papier, c’est bien ! Mais dans la pratique ??
    Une piste ici ! Un moteur sobre !!
    https://www.lepoint.fr/automobile/innovations/ce-pick-up-ne-consomme-pas-plus-qu-une-berline-compacte-16-01-2018-2186885_652.php

    2020, est-on encore entrain de le développer ce moteur !?? Où en est-on ?

  18. Françoise dit :

    Sans commentaire…

    Si nous sommes capable de comprendre que des millions d’Allemands se sont faits tromper par le Pouvoir et les médias avant-guerre pour les Juifs, il est simple de comprendre que le Pouvoir et les médias nous trompent actuellement pour le CO2. Effectivement, le CO2 est bon. Pour plus d’informations : https://contreveritesclimatiques.wordpress.com/

    http://pensee-unique.fr/doutes.html
    vidéo :
    Écologie et réchauffement climatique de Jean-Marc Bonnamy (17 min.)
    https://www.youtube.com/watch?v=fP2lhBf-Uw8
    PS : Revenez 500 millions d’années en arrière. Là, les teneurs en CO2 étaient 10 à 20 fois plus élevées . La Terre a eu l’« effet de serre » à fond, et rien n’est arrivé. En fait, la Terre est entrée dans une période glaciaire alors que le CO2 était à des niveaux bien plus élevés que ceux d’aujourd’hui.

    • Hermes dit :

      Il y a 500M d’années:
      -La terre n’était pas recouverte de forêts, en fait y’avait même pas d’arbre encore.
      -Les premiers animaux complexe (Poissons & co) apparaissaient dans les océans.
      -La terre sortait tout juste (à l’échelle géologique) d’énorme chamboulement géologique.
      .
      Du coup, je me demande ce que vous entendez par « rien n’est arrivé » ? Sachant que la vie était alors « confortablement » à l’abri dans les océans qu’on pourrait presque qualifier de primordiaux..
      Donc question, il n’est rien arriver à quoi ? Aux habitants terrestre inexistant ? Aux désert ?
      .
      Ensuite vous parlez de période glaciaire, c’est intéressant, je me demande juste si c’est par erreur ou si vous avez compris le concept des cycles, chose dont je doute vue comment c’est amené.
      .
      Le réchauffement –sous entendu la pollution humaine– n’est pas un drame, en effet, la vie survivra très certainement à tout ça.
      Par contre, ce que l’on ne sait pas, c’est si l’Homme est capable de s’adapter à ces changements, ce que l’on sait, c’est que la route qu’on a pris actuellement est incompatible avec notre style de vie (Consommation / Population) et ne pourra mener qu’à des vagues de guerres si on souhaite le converser.
      .
      Ce que les vrais écolos souhaitent — pas les bobogogo qui se découvrent une passion pour les plantes après avoir vécu à Paris pendant 30-40-50ans –, ce n’est pas de vivre d’amour et d’eau fraîche, mais de rationaliser nos habitudes en accord avec ce que notre PLANETE PEUT fournir.
      _Pas besoin de tous devenir vegan, il faut juste être raisonnable dans la consommation de viande pour réduire l’importance des élevages (Qui consomment eux même une part importante des productions agricoles tout en étant de gros producteur de méthane, gaz à effet de serre trop important.)
      _Pas besoin de revenir 400 ans en arrière, il faut juste réduire notre emprunte en relocalisant la production plus proche des consommateurs.
      ………………………….
      Je pourrais continuer encore pas mal, j’ai tendance à m’emballer, je m’excuse.
      .
      Tout ça pour dire, évitez d’aborder des sujets qui sont bien plus complexe que ce que vous souhaitez faire croire sous prétexte que vous avez regardé une vidéo youtube.

      • Françoise dit :

        @Hermes :
        « Il y a 500M d’années:
        -La terre n’était pas recouverte de forêts, en fait y’avait même pas d’arbre encore. »
        Et alors ?
        « -Les premiers animaux complexe (Poissons & co) apparaissaient dans les océans. »
        Justement, il y avait plus de CO2 et la vie se développait ! C’est le contraire de ce que nous sortent tous les médias de grands chemins.
        « -La terre sortait tout juste (à l’échelle géologique) d’énorme chamboulement géologique. »
        Et alors ?

        Par « « rien n’est arrivé », j’entends qu’aucune catastrophe n’est arrivée.

        « Par contre, ce que l’on ne sait pas, c’est si l’Homme est capable de s’adapter à ces changements »
        L’Homme vit de l’équateur jusqu’à presque le Pôle Nord sans aucun problème. Croyez-vous vraiment que ±3 °C va changer quelque chose ?

        « tout en étant de gros producteur de méthane, gaz à effet de serre trop important.) »
        Merci de me montrer que le méthane chauffe significativement la planète ! En attendant, les deux premiers sites que je vous ai indiqué démontrent de plusieurs manières que l’ajout de CO2 ne fait pas monter la température.

        « Tout ça pour dire, évitez d’aborder des sujets qui sont bien plus complexe que ce que vous souhaitez faire croire sous prétexte que vous avez regardé une vidéo youtube. »
        Sans commentaire…

        • Hermes dit :

          En fait, vous parlez de choses dont vous ne cherchez même pas à comprendre les enjeux.
          +3°, vous croyez que c’est quoi ? C’est la moyenne globale.
          .
          Sauf que +3° global dans les pôles, les montagnes, ça ne représente pas du tout la même chose, sans parler des courants océaniques essentiels…
          .
          Fin bon, ca sert à rien de discuter de ce genre de sujet, y’a pas plus aveugle que quelqu’un qui ne veut pas voir, surtout quand il y connait peanut au sujet.
          .
          Juste pour dire, en 2020, la culture n’est pas un luxe, même pour les retraités.

        • Asvard dit :

          Ce qui importe ce n’est pas tant la température qui augmente mais à la vitesse à laquelle cette augmentation se fait. Il y eu plus de CO2 dans l’atmosphère dans le passé que maintenant et aussi moins. La nature s’y est adaptée parce que les changements étaient lents, cela s’est étalé sur des milliers d’années.

          La hausse de température annoncée n’est qu’une moyenne globale, à certains endroits il va faire plus chaud, à d’autres plus froid et en corolaire les précipitations et le taux d’humidité.

          L’homme peut s’habituer rapidement et même du jour au lendemain à un changement de température moyenne, le problème c’est que la nature peut le faire beaucoup moins. Les plantes comme les plus petits organismes n’ont pas la clim ni le chauffage central ni même l’arrosage automatique et si le changement de température est rapide ils ne pourront pas se déplacer suffisamment rapidement pour des climats plus propices à leur épanouissement et vont donc disparaitre à brève échéance et de là la faune qui en vit dont des hommes.

          On passera également sur la hausse du niveau des océans du à la fonte des glaciers qui vont recouvrir des terres habitées et cultivées et aussi modifier le climat localement par le changement des courants à cause des changements de températures (gulf stream par exemple que l’on aime bien en France et qui nous rend bien service). De même sur les phénomènes météorologiques qui vont s’installer là où on n’a pas l’habitude de les voir ou très rarement et avec une force moindre.

          En France ça risque de grincer des dents si le vin de Bordeaux est fait à Lille et que la garrigue remonte jusqu’à Lyon mais en s’en sortira surement pas trop mal. Ailleurs ça va entrainer des mouvements de population vers des terres plus fertiles, entrainant des guerres donc des mouvements de population, etc.

  19. Royaliste dit :

    Coopération militaro-écologique qui a mal tournée :

    http://www.lesdebiles.com/exploser-des-pasteques-avec-un-magnum-v17055.html

  20. Kostal dit :

    C’est une très bonne nouvelle. Aujourd’hui les munitions d’artillerie (surtout celles des Russes) peuvent couper les itinéraires logistiques : longue portée, précision ou à sous-munitions, dispersant des mines.. ). Il paraît difficile de diminuer le blindage des véhicule de l’avant, mais réduire leur conso c’est possible. Prenons quelques équipements d’artillerie par ex, le PZH 2000 consomme près de 4 l de carburant au km, le RCH 155 pèse 20% de plus que le CAESAR 8×8 et 100% de plus que le 6×6. Il faut davantage de citernes, des équipes en plus, et surtout, plus de carburant plus de tir. Réduire la conso en carburant (à performances équivalentes) c’est être moins vulnérable en combat de haute intensité. Donc bravo pour cette direction prise.

  21. St Chamond dit :

    L’armée de demain sera technologique, verte, paritaire, inclusive, européenne et surtout sympathique.

  22. tchac dit :

    Utiliser des biocarburants peut être un gage pour nos armées. Donc je ne comprends pas les cris d’orfraies… D’abord, on parle de biocarburant de deuxième génération qui utilise les résidus des plantes non comestibles.
    Ensuite, la France est une grande puissance agricole (pour combien de temps encore…?) donc au lieu d’être dépendant au pétrole provenant de l’étranger pouvant nous faire défaut, nous utilisons des ressources locales.
    On peut même imaginer réquisitionner la quasi totalité de la production de betteraves par exemple afin de remplacer notre dépendance aux approvisionnements étrangers en cas de guerre après épuisement des stocks puisque nous disposons de raffineries.

    De même, miser sur l’électrique permet une relative indépendance puisqu’on peut stocker incroyablement plus d’énergie dans une même quantité d’uranium par rapport aux combustibles fossiles.

    • blavan dit :

      @tchac. Le bio carburant de 2ème génération est une arnaque pour masquer une réalité catastrophique , le plus grand site français de bio carburant utilise de l’huile de palme, un désastre écologique.
      https://lareleveetlapeste.fr/larnaque-ubuesque-des-bio-carburants-qui-sacrifient-nos-forets/

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ Ensuite, la France est une grande puissance agricole (pour combien de temps encore…?) ]

      Le principal problème c’est l’épuisement des sols , pas l’extension urbaine ou péri-urbaine , et on commence à voir apparaître une situation où les rendements stagnent voir diminuent dans les régions les plus riches historiquement comme la Beauce et la Normandie . Faut dire qu’au bout d’un millénaire d’exploitation c’était prévisible ! ;0)
      Le sol fertile c’est une ressource comme une autre .
      La seule marge de manoeuvre c’est la remise en culture de terres mises en friches depuis Badinguet , apogée de la mise en valeur des sols .
      Vouloir ensemencer des dizaines de milliers d’hectares pour remplacer le soja du méchant Bolsonaro avec des engrais – cadmiés – qui ne proviennent pas du méchant Poutine tout en alimentant les chars et les navions cela va être sport !
      J’imagine la tête des soutiens Khmers-Verts du Micron lorsqu’on va nous annoncer des champs d’algue à croissance rapide au milieu des champs d’éoliennes au large de Lorient ! ;0)

      • Nexterience dit :

        Bon, on vous excuse de ne pas connaître le potentiel agricole français, qui est largement trop petit pour fournir assez de biocarburants nécessaires à remplacer le pétrole dans l’économie!
        ;0)

        • Hermes dit :

          On ne pourra certainement pas passer par cette filière uniquement, ce n’en est qu’une parmi d’autres.
          .
          Le biodiesel obtenu par divers procédés est également un moyen d’obtenir du carburant à l’avenir.
          Il est vrai que peu de ces procédés sont économiquement viable ou industrialisable à l’heure actuelle.
          Mais cela n’empêche pas de creuser les pistes pour être prêt à à produire ne serait ce que pour les armées voir les autres services.
          C’est une autre forme d’indépendance d’ici à ce que nous trouvions une solution durable, car les véhicules à hydrogène dans l’armée je n’y crois pas des masses hors aviation.
          Je n’aurais pas envie d’être dans un PVP à hydrogène en Afgha ou ailleurs…

        • Daniel BESSON dit :

          Cit : [ Bon, on vous excuse de ne pas connaître le potentiel agricole français, qui est largement trop petit pour fournir assez de biocarburants nécessaires à remplacer le pétrole dans l’économie!
          ;0) ]

          Si cette remarque s’adresse à Mézigue , je vous prie de la retourner à ceux qui effectivement envisagent ces solutions !

          Je n’ai JAMAIS écrit cela .

          Depuis deux ans j’ai entendu que :
          1- Il faut être indépendant pour le soja vis à vis du Brésil
          2- Il faut se passer des pesticides et les remplacer par des robots autonomes
          3- Relancer la production de biocarburant pour augmenter notre indépondônze énergétique
          4- Se passer de l’engrais Russe et le remplacer par de l’engrais Maghrébin – cadmié .
          …..
          A un moment , que ceux qui préconisent ces orientations le veulent ou non , il y va y avoir un télescopage .
          Le moins bête sur le dossier c’est finalement le Merluchon dont je moquais ! Il préconisait le  » retour à la terre  » de 400 000 chômeurs pour remplacer les machines et les pesticides .
          On aura nos  » Killing fields  » engraissés au chômeur … ;0)

          Maintenant pour le biodiesel vous prêchez un converti : Je roule au biocarburant depuis 1988 … Au Brésil !

      • Ératosthène dit :

        @Daniel : « on commence à voir apparaître une situation où les rendements stagnent voir diminuent dans les régions les plus riches historiquement comme la Beauce et la Normandie . »
        Les rendements n’ont aucune raison de croître en permanence.
        .
        « Faut dire qu’au bout d’un millénaire d’exploitation c’était prévisible ! »
        Détrompez-vous, les sols deviennent épuisés parce qu’on pratique la monoculture intensive. Fournir le sol en engrais ne suffit pas. Cela n’a aucun rapport avec le millénaire d’exploitation.

        • Daniel BESSON dit :

          Cit : [ Détrompez-vous, les sols deviennent épuisés parce qu’on pratique la monoculture intensive. Fournir le sol en engrais ne suffit pas. Cela n’a aucun rapport avec le millénaire d’exploitation ]

          Si . Les deux mon adjudant … Pour d’autres sols au bout de 160 ans on assiste à l’appauvrissement comme les forets des Landes . C’est un des facteurs mais pas le seul .
          Les seuls pays qui peuvent espérer de gagner des terres ce sont le Canada et la Russie avec la libération des toundras . On plante déjà du soja à la limite du cercle Arctique .
          Je ne suis pas spécialiste de la question mais j’ai eu l’occasion d’en discuter il y a 9 ans avec Daniel Nahon qui est un des rares à en parler .

          Pour les algues il était question d’acquérir une  » indépôndônze énergétique  » dés … 1976 ! Avec des champs géants d’algues au large de la Bretagne . ;0)
          Je parie – ici – que ça va ressortir …

  23. Jean le bon dit :

    Vivement le retour aux arcs, lances et épées…
    Ce sera bien plus écologique que la poudre à canon !
    Et cela me rappellera le bon temps, les croisades, les sièges, les massacres avec un contact direct !
    C’est quand même autre chose que d’appuyer sur un bouton, non ?

  24. Michel dit :

    Une motorisation hybride surtout en mode éléctrique seul c’est la quasi absence de signature infra rouge pas de gaz d’échappement, le silence, un moteur electrique est la mécanique associé à un bruit quasi nul il y a 10ans j’ai essayé une Lesux haut de gamme avec ce type de motorisation avec un moteur essence de + de 250 ch avec boite auto associée a des moteurs électrique de 80kw soit plus de 350 ch au total et idem avec une BMW très récemment en pret, pas un bruit a l’intérieur comme à l’extérieur … à part le bruit des pneus sur le bitume, et c’est ces dernières caractéristiques qui sont intéressantes en terme de difficulté pour tout adversaire « ennemi » C’EST LA DISCRETION quand ont rentre dans des zones ou on veut mener un raid une approche discrète etc….

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ C’EST LA DISCRETION quand ont rentre dans des zones ou on veut mener un raid une approche discrète etc ]

      Exactement ! C’est pareil pour les e-motoneiges … Pour la chasse ( au gibier animal ) .
      L’avenir c’est amha l’hybride et par le tout-électrique .
      Perso je n’irais jamais m’engager sur partie de chasse avec un e-motoneige 100% électrique . Malgré les systèmes redondants de sécurité je n’ai pas envie de devenir le gibier .
      C’est juste bon pour les ballades  » écolo  » en station de ski.
      L’électrique c’est idéal pour l’approche du gibier . Testé avec une  » Bourane  » DIY il y a….. Pfuiii ! J’ai déjà oublié

  25. revnonausujai dit :

    hum, la betteravisation en marche ; quel beau programme !

  26. Lechavenois dit :

    Derrière le terme écologie  » utilisé à tout va  » par nos politiques, il faut plutôt y voir, la recherche d’une moindre dépendance énergétique vis à vis des pays membres de l’OPEP et autres pays exportateurs d’énergies.
    .
    L’énergie étant une  » ressource  » rare et chère, donc stratégique , si cela doit passer par un développement subventionné accru d’unités de production électrique et d’agrocarburant en métropole, il ne faut pas hésiter.

  27. Intox dit :

    C’est bien gentil de vouloir jouer au faux écolos en utilisant de l’agro-carburant, mais quid des vieux matériels roulants qui ne peuvent pas rouler avec ? J’ai lu une anecdote sur de vieux tracteurs qui n’arrivaient plus à démarrer avec ces carburants. Il me semble que le problème se trouve au niveau du carburateur. Je vois que même sur les tondeuses neuves ils alertent sur la question. On aurait l’air con si on se retrouvait avec des véhicules en rade faute d’avoir des filières avec et sans agro-carburants, tout cela par idéologie.
    Si on pouvait arrêter de pourrir l’armée avec toute l’idéologie gauchiste, ce serait pas plus mal.

  28. Nexterience dit :

     » biocarburants »  » neutralité carbone » .
    Quand on connaît quelques évaluations du bilan gaz à effets de serre des biocarburants 1 ère et 2 e génération, ça pique les yeux.
    L’armée brûlera du kero encore longtemps, car l’hydrogène aérien est possible mais rejette aussi du gaz a effet de serre(GES) : la vapeur d’eau rejetée à 10000m est un GES, contrairement à son émission au sol.
    ( Source: carbone 4)

  29. vrai_chasseur dit :

    Première priorité, sécuriser puis réduire la dépendance aux approvisionnement de carburant, c’est écrit dans le texte.
    Concrètement par ex., au Mali une bonne partie du carburant de Barkhane vient d’Algérie.
    Les djihadistes aussi se fournissaient en carburant algérien, jusqu’à récemment…

  30. Plusdepognon dit :

    C’est de toute manière le prochain argument de vente pour les années à venir :
    https://korii.slate.fr/tech/marche-armes-eco-responsabilite-ecologie-co2-argument-marketing-greenwashing

  31. chimere dit :

    « À noter qu’Arquus s’est déjà engagé dans cette voie avec son VAB Electer qui, présenté en août 2017, a parcouru 5.000 km [dont 800 km sur sable] sans aucune panne durant une campagne d’essais de 18 mois. »
    On meurt de rire encore une fois…. Faut que ce soit encore les guerres à grands papas, la bonne vieille ligne maginot avec nos bonnes vieilles tranchées parce que là on est sur une moyenne folle de 277 Km par mois quand même… Putain encore heureux qu’en faisant 277 Km par mois y’ait pas de panne…. En attendant une vraie autonomie faudra ressortir les taxis de la marne…..

  32. Paul Bismuth dit :

    Impatient de voir le VBCI à pédales pour que le fantassin recharge les batteries de son FELIN version 2.
    https://www.connaissancedesenergies.org/recharger-son-portable-en-pedalant-est-ecologique-160307

  33. Belzébuth dit :

    Quand on connait le bâti des emprises militaires, ça fait sourire:
    https://www.lemonde.fr/videos/video/2020/08/05/nos-maisons-sont-des-passoires-energetiques-mais-des-solutions-existent_6048218_1669088.html

    Surtout que faute de budget, surtout d’entretien courant, ce qui est bâti aujourd’hui peut très vite se dégrader:
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/07/10/une-enveloppe-de-300-millions-d-euros-sur-4-ans-pour-des-bat-21313.html

  34. Paul Bismuth dit :

    En tout cas, la gendarmerie va enfin changer ses blindés:
    https://forcesoperations.com/plf-2021-la-gendarmerie-renouvellera-enfin-ses-blindes/