Le ministère des Armées lance des études sur ses futures capacités spatiales dédiées au renseignement

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

10 contributions

  1. Carin dit :

    Et les grincheux/comptables qui vont pas tarder à nous faire remarquer qu’il est inutile de mener grand train dans l’espace, puisque nous avons au bas mot 20 ans de retard sur les américains, et qu’on ferait mieux de leurs demander d’entrer dans leur célèbre club des 5 eyes…
    je remarque quand même que notre gouvernement se voyant refuser toutes ses propositions directes concernant l’Europe de La Défense… passe par toutes les portes dérobées! Au grand dam des nationalistes/perclus de suprématie/blanc… normaux quoi! Ajoutez à cela les joints ventures et autres unions de nos entreprises avec d’autres, extra frontières…. et on peut dire qu’ils risque d’arriver à leurs fins.

    • jo6666 dit :

      sauf que les américains font starlink avec l’accès à l’internet par satellite, on ferait mieux de nationaliser one web et pour l’observation et les signaux commander des cube sats à 1 million par tête … et mettre des GPS pour le guidage des armes .
      Pour les missiles hypersoniques, on devrait faire un missile apache avec un dérivié du M51 et pour le planeur un dérivé de l’ASMP à mettre sur les MLRS et oublier la lru et hop la synergie
      Pour les ressources ,on a de quoi prendre sur les 140 mds d’aides aux entreprises, 80 mds d’alloc rsa et 40 mds par an de CICE. Autre chose?

      • Impertinent dit :

        Le RSA coûte 10,5 milliards par an. Vous allez l’air de brasser du vent en plus d’être ignorant.

      • wagdoox dit :

        c’est du grand n’importe quoi, un apache donc un missile subsonique pour démolir les pistes sur un M51…
        M51 qui pourrait servir à un planeur hypersonique mais là non c’est pour le missile de croisière (avec un moteur fusée pour « faire sens »). Ensuite plus le planeur on met un missile de croisière à stato sur une plateforme à roquette… et on commence par un système sat de communication qui fait de la … géolocalisation.
        je vais aller me coucher moi

      • Fred dit :

        @ jo6666
        « Pour les missiles hypersoniques, on devrait faire un missile apache avec un dérivié du M51 et pour le planeur un dérivé de l’ASMP à mettre sur les MLRS et oublier la lru et hop la synergie »
        Oui, on peut faire un montage mécano virtuel avec de la dentelle de Chollet. Et hop, aussitôt dit, aussitôt pas fait. Quel fatras de bas étage !

    • wagdoox dit :

      perclus oui !

    • wagdoox dit :

      perclus oui…

  2. Raspoutine dit :

    Il est clair de toute façon que nous devons impérativement aller vers une autonomie stratégique complète en la matière : plusieurs constellation de satellites de préféence en coopération pour partager risque financier et technologies (ex avec allemands et italiens), avions à capacité de reconnaissance, drones HALE/MALE et tactiques …
    Ces informations sont devenues un avantage décisif dans toute opération militaire terrestre depuis déjà fort longtemps … Vietnam/Cambodge/LAos années 65-68, Afghanistan, guerre du Golfe …etc…
    On ne fait peut être « que » rééquilibrer le jeu v/v des USA, mais ça vaut la peine.

  3. Frédéric dit :

    Je signale que l’Espagne va remplacer ses deux satellites de télécommunications gouvernementaux américains en orbite depuis 2005 Spainsat et XTAR-EUR par le programme SpainSAT NG construit par Thales et Airbus à partir de 2023 :

    Airbus et Thales Alenia Space retenus pour réaliser 2 satellites SpainSAT NG

    https://www.boursedirect.fr/fr/actualites/categorie/divers/airbus-et-thales-alenia-space-retenus-pour-realiser-2-satellites-spainsat-ng-boursier-6a64300cdc39a93a5a0548209b5aedc1788d9352?_gl

  4. wagdoox dit :

    … et on va appeler tout ca la space force en rigolant hein…
    Excellente nouvelle que de renforcer la puissance spatial FR.