Les enjeux sécuritaires de la Baltique rejoignent les intérêts stratégiques de la France

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

56 contributions

  1. lxm dit :

    Franchement, on ne peut pas parler d’intérêt « stratégique » pour la France, on n’y connait rien à la baltique, ça n’existerait pas qu’on ne le verrait pas, ça ne changerait rien dans notre vie.
    Pitié, ne nous refaite pas le coup des chevaliers européens teutoniques dans la croisade contre les princes russes.

    • Alexandre dit :

      Oui, la sécurité de nos concitoyens ne nous regarde pas vous avez raison. Vous moi, ainsi que tout les citoyens des pays membres sont citoyens de l’UE, qu’on soit daccord avec ou non, actuellement c’est juridiquement le cas. La Suede, la Finlande, la Pologne, les Pays baltes et la Pologne interressent le pays et les Français en générale pour une infinité de raisons.
      Et puis les 2000km qui nous sépare de la mer baltique sont effectivement une distance tellement énorme, c’est quoi ? Un jours et demi de bagnole en roulant un peu…

    • Green dit :

      ne confondez pas votre courte vue avec une vision stratégique. lisez un peu d’histoire et de géographie aussi, instruisez vous. qualle honte de lire de tels propos, ignorant et fier de l’etre!

    • ricojaneiro dit :

      « on »… c’est vous n’est-ce pas ? Je confirme. Vous n’y connaissez rien à l’évidence.

    • Eric dit :

      Forcément, si tout ce que vous ne connaissez pas n’a aucun intérêt stratégique… Voyez vous, c’est toujours un peu plus compliqué pour les états. Pour une puissance comme la Russie, la Baltique a toujours été une voie d’accès à l’océan, une autoroute maritime qui lui donnerait un accès stratégique à l’Europe occidentale. C’est pourquoi aucun gouvernement français ne peut se désintéresser de ce qui s’y passe.

    • Castel dit :

      @ lxm
      La grosse différence avec les chevaliers teutoniques, c’est qu’à l’époque, ils voulaient s’imposer par la force à d’autres peuples, tandis que défendre les pays Baltes aujourd’hui, serait défendre la liberté que ces peuples ont mis si longtemps à obtenir……

    • MD dit :

      La France ne connait rien à la Baltique? Vraiment?
      Sous le deuxième Empire déjà , pendant la Guerre de Crimée (1853/1856), les flottes française et anglaises étaient entrées dans la Baltique pour attaquer Kronstadt (avril et août 1854) dont elles ont fait le blocus, ont capturé et détruit la forteresse russe de Bormasund , dans les îles finlandaises d’ Åland et essayé de détruire le port de Seaborg (aujourd’hui Suomenlinna, près d’Helsinki, qui était alors la capitale du Grand Duché de Finlande dans l’empire russe) . Si la Guerre de Crimée s’était prolongée, les Français et les Anglais auraient fini par envoyer un autre corps expéditionnaire en Finlande pour s’attaquer à Kronstadt par la voie terrestre.
      Et plus près de notre époque, les Français et les Britanniques avaient bien envisagé d’intervenir contre les Soviétiques lorsque ceux-ci ont envahi la Finlande le 30 novembre 1939 ( Guerre d’Hiver) . Il faut donc croire que si la France ne connait rien aux pays de cette région, ses généraux et ses amiraux pour autant ne sont pas aussi ignorants et savent quels en sont les enjeux .

      • Vince dit :

        Toutes ces agitations en mer baltique n’ayant eu aucune incidence sur le front principal de Crimée. Je ne sais pas si nos généraux connaissent qqch de cette région ; probablement pas grand chose. Mais s’ils connaissaient qqch d’un territoire qu’on appelle les Ardennes, pour une fois, ce serait pas mal.

      • Daniel BESSON dit :

        Avec des si !…
        Les Franco-Anglais voulaient aussi débarquer à Vladivostok , en fait Petropavlosk en Extrême-Orient au Kamtchatka ..
        Quand à envisager une suite aux plans de Daladier-Gamelin ! Lire là dessus le debriefing des documents saisis par les Allemands dans  » Les plans secrets du GQG pendant la guerre  » de Paul ALLARD
        En fait la seule opération intéressante de nos jours à étudier , c’est le débarquement de Narvik .

    • themistocles dit :

      Les chevaliers teutoniques ont surtout affrontés les populations païennes baltes (Wends) , les polonais et les lituaniens. Les russes, très peu.

    • Guigoomber dit :

      Mdr, ces petits pays insignifiants ont juste déclenché une guerre mondiale…

    • Alain d dit :

      L’Arctique fond, l’Océan Arctique et la Mer de Béring vont devenir de plus en plus fréquentables pour le commerce international, donc les containers et hydrocarbures.
      Les cœurs des économies finlandaise et suédoise sont situés au sud, donc sur la Mer Baltique, et leurs accès aux océans passent aussi par le sud, la sécurité de ces économies est donc dans la Baltique. Idem pour l’Estonie, la Lituanie, la Pologne et la Lettonie. Donc une bonne partie de l’économie de l’UE passe par la Baltique. Comme la France 2ème économie de l’UE, membre du Conseil de Sécurité, qui échange beaucoup avec les nations citées avant, pourrait se désintéresser de la baltique, sachant que cette Mer compte aussi beaucoup pour le commerce de la Russie, pour l’enclave de Kaliningrad et pour l’approvisionnement de l’UE en hydrocarbures?

  2. Robert dit :

    « Les enjeux sécuritaires de la France rejoignent les intérêts stratégiques de la France. »
    Ah, non, la ça marche pas.
    Faudrait pas confondre tout de même !

    • Clavier dit :

      Il a beau être habitué au Chouchen, Jean-Yves, la Vodka Finlandaise c’est pour certains encore trop fort…..

    • MD dit :

      Vous n’achetez pas vos meubles chez Ikéa, n’est-ce pas? Mais beaucoup de Français, malheureusement ou non, le font volontiers .

  3. Lagaffe dit :

    La sécurité des états baltes est d’autant plus menacée que la Russie cherche à annexer la Biélorussie, ce qui lui permettrait de menacer la Lettonie et la Lituanie (et notamment sa capitale Vilnius) sur leur flanc est.
    https://www.la-croix.com/Monde/Russie-presse-Bielorussie-daccelerer-lunification-deux-pays-2018-12-25-1200991594
    Alors que la Biélorussie cherche au contraire à se rapprocher de l’UE :
    http://www.slate.fr/story/136748/russie-bielorussie-ennemies
    En cas d’annexion de la Biélorussie par la Russie, les pays baltes ne seraient reliées au reste de l’UE que par le passage de Suwalki, un étroit corridor entre Kaliningrad et la Biélorussie.
    http://www.opex360.com/2017/06/20/lotan-se-concentre-sur-le-passage-de-suwalki-point-faible-de-la-defense-des-pays-baltes/

    • Green dit :

      heureusement ils ont depuis longtemps des liaisons maritimes régulières et approfondies avec le reste de la baltique et au dela avec la mer du Nord. la ligue hanséatique n’est pas qu’un souvenir, c’est un héritage vivant pour tous ces pays de la mer baltique.

    • Frédéric dit :

      Rappelons les guerres d’indépendance des pays Baltes il y a un siècle ou la Royal Navy a lancé des raids aériens contre la marine soviétique. Rien de nouveau sous le soleil, un ex empire cherche à récupérer ses territoires perdus.

      • Green dit :

        les anglais ont aidé les estoniens contres les soviètiques en 1918 c’est vrai, mais ils ont toujours eu des intérets commerciaux aussi avec la Russie, avant Saint petersbourg, les marchands anglais allaient a Archanglesk. Personne n’est anti-russe, on fait du bon business ou on s’affronte le cas échéant, mais il n’y a pas de haine la dedans.

      • Green dit :

        pour avoir visité le musée de la marine estonienne il y a a peine deux mois, je n’ai aucun souvenir de raids aériens anglais contre les soviètiques, il n’y avait aucun porte avion, mais quelques croiseurs legers qui ont surtout débarqués des troupes estoniennes sur les arrières des bolcheviques et permis la prise de Narva (de mémoire). enfin, les anglais n’ont jamais été « impériaux » dans cette partie du monde, mais ils avaient depuis le moyen age des routes commerciales a travers la ligue hanséatique, comme tous les pays du nord.

    • MD dit :

       »Alors que la Biélorussie cherche au contraire à se rapprocher de l’UE ».
      C’est La Croix qui écrit çà, et c’est une opinion qui vaut ce que valent bien souvent les articles politiques de journal . Mais en réalité, en ce moment Loukachentko n’est pas très content des coups en douce que son pote Poutine est train de lui faire, comme celui-ci par exemple :
      https://tass.ru/ekonomika/6015792
      Il sait bien que , du fait des sanctions prises par les Occidentaux contre la Russie, celle-ci a besoin d’avoir une fenêtre pour que son économie puisse respirer un peu, et c’est la Biélorussie qui la lui ouvre . Tant que cette situation durera, Loukachentko sait bien que son pays ne risque pas d’être annexé à son tour .
      Alors il se livre tout simplement à son petit jeu favori de balançoire entre l’UE et les Russes , histoire de faire monter un peu les enchères et d’arracher à ces derniers quelques concessions supplémentaires.

      • Alain d dit :

        @MD
        Oui, « la Biélorussie cherche au contraire à se rapprocher de l’UE » mais la Russie à mise son véto, et Loukachentko ne tient pas à voir l’opération d’ingérence militaire russe en Ukraine se répéter en Biélorussie. Donc Loukachentko temporise et calme ses jeunes citoyens qui souhaitent le rapprochement avec l’UE, face aux menaces non voilées de la Russie, nation soi-disant amie,……….. comme l’Ukraine l’était dans les textes, mais pas dans les cœurs des dirigeants et généraux russes.

    • Jerg dit :

      Assez sceptiaue sur votre commentaire.. La Bielorussie ne fait-elle pas deja partie de Lunion Econnomiaue Eurasiatique ?

      • Lagaffe dit :

        Personne ne parle d’intégration de la Biélorussie dans l’UE mais d’améliorer les relations économiques, touristiques voire énergétiques entre l’UE et ce pays dans le cadre de la politique de bon voisinage (partenariat oriental : https://fr.wikipedia.org/wiki/Partenariat_oriental).
        Loukachenko essaie de trouver un équilibre entre l’UE et la Russie en limitant sa dépendance envers Moscou.
        Et ça a rendu Poutine fou furieux, depuis il ne cesse de sanctionner la Biélorussie et de menacer l’indépendance du pays.

        • Alain d dit :

          Depuis 2014, de la part de la Russie, effectivement beaucoup de menaces, de sanctions et de pressions (bases militaires)

    • NRJ dit :

      Vous vois rappelez quand même que les biélorusses ont participé à Damas 2017 ? Pour être ennemi de l’OTAN, ils ne pouvaient pas mieux faire.

  4. Green dit :

    Pour faire un très simpliste exposé géographique, l’ensemble mer du Nord et Baltique est le pendant quasi symétrique de la méditérranée et mer noire. l’Europe c’est ce qui est défini et limité par ces mers et qui se termine dans l’océan.
    Et la France est le seul pays (avec la Russie!) qui a des cotes sur les deux. Bien sur que c’est notre intéret stratégique de veiller tant à l’est qu’au sud.

  5. ricojaneiro dit :

    on est d’autant concerné qu’on cherche à vendre des rafales à la Finlande, il me semble.

  6. werf dit :

    Le drame du gouvernement actuel de la France c’est d’avoir des intérêts stratégiques partout. Le rêve de grande puissance est là, même sans moyens ad hoc. Il faut revenir sur terre. On a de quoi mobiliser en 3 jours une demi-brigade, en espérant une logistique américaine immédiate et l’on va dire aux états de la Baltique nous sommes prêts à les défendre! Le ridicule ne tue plus.

    • mich dit :

      Bonsoir , qui vous a dit que nous voulions un champ de bataille en baltique ? par contre pour les Russes cela impliquerait quoi une attaque direct des pays baltes avec des troupes OTAN présentent ? La question est surtout de savoir de quels moyens de déstabilisation des pays baltes les Russes disposent , et si nous sommes vraiment prêt à les contrer .

    • Sacha dit :

      A supposer que vous savez de quoi vous parlez je rappelle à titre informatif qu’une demie-brigade c’est 4 000 hommes, et c’est déjà de quoi mettre en place une belle petite tempête de merde dans la gueule des mecs en face. Le ridicule ne tue pas, une demie-brigade en revanche…

      • NRJ dit :

        Vous imaginez vous 4000 hommes face à des centaines de char (même les mauvais T-72) soutenus par des Smertch et des avions d’attaque ? Les français seraient les plus vulnérables mais je ne sais pas à quel point nos alliés feraient mieux.

        • dolgan dit :

          Scénario parfaitement crédible bien sur.
          .
          Il est évident pour tout le monde que si les Russes réunissent leur armada pour envahir l’Otan, on s’en rendra compte que juste 3 jours avant et on enverra nos 4000 soldats seuls pour faire face, abandonnés à notre sort par tous nos alliés, y compris ceux des pays envahis .
          .
          Il n’y a bien sur rien qui vous parait étrange dans ce scénario.

  7. Carin dit :

    Il faut juste faire comprendre à Poutine, qu’en cas d’annexion de la Biélorussie, la réponse européenne serait l’annexion de Kaliningrad et de sa région qui serait restituée aux allemands!!! Et ne croyez surtout pas que cela se terminerait avec des ogives nucléaires russes partants pour diverses capitales européennes… nous avons largement de quoi rayer de la carte les 10 plus grosses villes russes, ce qui représente environ 80% de la population russe!! Les 20% restant serait paralysé. Donc cela se jouerait au conventionnel, et à ce jeu les russes seraient perdants.

    • Anonymous dit :

      Oui oui bien sûr pourquoi personne n a attaqué la Russie lors de l annexion de la crimée et de l agression de l ukraine dans ce cas la ? En plus en 2014 larmée russe était moins forte qu aujourd’hui. Une annexion de cette stratégique partie du territoire russe signifierait un conflit nucléaire qui verrait l anéantissement de l Europe et de la Russie. Et sur un hypothétique conflit conventionnel si les USA s’en mêlent alors là c’est fort probable que la Russie perde mais sinon croyez moi c’est pas les 4 Typhoons allemands en état de vol ou la poignée de f16 d’occasions polonais ou roumains qui risqueraient de dissuader l’ogre russe.

    • Frédéric dit :

      Cela aurait plus  »simple » si l’Allemagne avait accepté l’offre de rachat de Kaliningrad par la Russie après la chute de l’URSS. Je ne sais pas combien de dizaines de milliards de deutsh marks demandé Eltsine mais avec le recul, cela aurait évité des tensions – encore que la population entièrement russe de l’enclave aurait aussi posait problème -.

      • NRJ dit :

        L’Allemagne (RFA) n’était pas aussi riche à cette époque qu’aujourd’hui. Ils devaient se payer un autre pays et ont du payer 2000 milliards pour le remettre à flot… Avec une certaine réussite, même s’il reste quelques différences encore aujourd’hui.

    • revnonausujai dit :

       » l’annexion de Kaliningrad et de sa région qui serait restituée aux allemands!!!  »
      ça va pas la tête ?
      il n’y a plus l’ombre de la queue d’un boche à Kaliningrad; pourquoi pas aussi Dantzig et les Sudètes pendant que vous y êtes !
      renforcer l’Allemagne, c’est affaiblir la France.

      • Frédéric dit :

        Comme je l’ai écrit plus haut, c’était une proposition lancé par la Russie elle-même 😉 Et les locaux aurait certainement ravi d’avoir des euro a la place des roubles dans leur porte-monnaie 🙂

      • Frédéric dit :

        Je rajoute en parallèle a votre dernière phrase : Affaiblir la Russie, c’est renforcé la France.

        • revnonausujai dit :

          1 – mouais, enfin, Eltsine !
          2 – les intérêts d’une nation ne se résument pas aux rivalités militaires et à savoir si c’est l’équipe khakhi ou l’équipe feldgrau qui a la plus grosse.
          La puissance économique est un facteur indispensable à la cohésion nationale comme d’ailleurs aux investissements militaires lourds qui ne se limitent pas aux safaris contre des pouilleux dans le désert ( bien évident que c’est un pb politique et pas une critique du milouf, même étoilé, qui fait ce qu’on lui dit).
          Depuis que nous avons fait la double erreur d’abdiquer une bonne part de notre souveraineté nationale et d’accepter un euro fort, l’Allemagne, par l’intermédiaire de l’UE dont elle a pris le leadership, détruit notre industrie, nos emplois et nous vassalise.
          C’est un danger foutrement plus grave qu’une très hypothétique menace militaire russe contre nous ; occupons nous en priorité de la menace proche et immédiate!

        • revnonausujai dit :

          ps : vous pouvez documenter votre assertion sur la « vente » de Kaliningrad à l’Allemagne par Eltsine, parce que les textes disponibles ne disent pas vraiment ça !
          https://www.persee.fr/doc/polit_0032-342x_1996_num_61_3_4564
          http://doc.sciencespo-lyon.fr/Ressources/Documents/Etudiants/Memoires/Cyberdocs/MFE2005/montandon_n/pdf/montandon_n.pdf

    • Green dit :

      vous manquez de sommeil, reposez vous un peu svp

  8. nexterience dit :

    Les russes ont le droit de regarder leurs intérêts mais nous aussi et en 1er.
    Je suis toujours surpris de cet oubli de priorité chez certains français.
    L’influence française sur les projets de défense européenne se bâti aussi comme cela. Faudrait pas qu’on s’engage et que les Allemands, de plus potes avec Gazprom, prennent le leadership de la défense européenne.

  9. Polymères dit :

    Si nous ne regardons pas à l’Est, ceux à l’Est regarderons à Washington pour éviter qu’encore plus à l’Est, on ne s’engouffre dans une faille.

  10. pepel_WASSKA dit :

    Je vois plutôt des similarités dans le soft power. On entend régulièrement l’idée qu’il y a des ingérences russes dans la vie politique française (ou dans l’élection de Trump aux US), c’est mille fois pire en Lettonie. Aux caisses des supermarchés, ils vendent toujours des magazines en cyrillique (alors que le letton utilise l’alphabet latin), et quand il y avait eu la tragédie aérienne qui avait tué 100 personnes au printemps dernier, il y avait beaucoup de gens qui avaient déposé des bouquets de fleurs devant les grilles de l’ambassade russe, à Riga.

    Les estoniens sont définitivement passés à l’Ouest, ils détestent les russes, mais le kremlin fait le forcing en Lettonie, et un peu moins en Lituanie.

  11. Parabellum dit :

    Si les russes voulaient reprendre les pays baltes on verrait les russophones du secteur s agiter et demander une sorte d anchluss à Poutine…ce serait un signal à surveiller de près…la Crimée se veut russe et l est. Quel scénario à t on en tête avec ces gesticulations ? Dissuader les russes avec quelques chars et avions francais et autres ? Une attaque russe ou contre eux provoquerait un conflit majeur voire une guerre mondiale par contagion. Tout est de savoir si quelqu un le veut ici ou chez eux…le risque Sud notamment un basculement islamiste de l’Algérie me paraît un aussi gros risque…de Gaulle a le général ailleret parlait deja de defense tous azimuts..

  12. Albatros24 dit :

    4000 soldats…c est plus que Barkhane.
    Et nos médias en parlent beaucoup moins.
    Je lisais les commentaires et unechose est inquiétante la vonté d annexer la Biélorussie par Poutine

  13. Marsac dit :

    A trop regarder vers la Russie, on oublie trop à mon avis la puissance émergente, la Chine.
    Allions-nous aux russes, confirmons notre soutien à la Pologne et au Japon, pour essayer de contenir la nouvelle puissance chinoise qui regarde d’un peu trop prés les ressources de Sibérie orientale et des anciennes républiques soviétiques …

    • dolgan dit :

      On ne l’oublie pas. C’est juste qu’elle ne nous menace pas. Savoir qui des US ou de la Chine sera 1ère puissance en 2020, osef.
      .
      Défendre les intérêts stratégiques russes en extrême orient? Qu’ils se démerdent, c’est pas notre problème.
      .
      De toute façon, pour que les Russes envisagent une telle alliance avec les Européens, il faudrait qu’ils acceptent d’être passé derrière les Chinois. Ils le savent, mais ils sont encore très très loin de l’accepter. Accessoirement, il faudrait aussi qu’ils renoncent à leur véhélités impérialistes sur les état ex-URSS (et c’est pas à l’ordre du jour).

  14. Daniel BESSON dit :

    Bonjour ,
    C’est une constante depuis la Guerre de Crimée et la bataille de Bomarsund .
    En 1940 Daladier et Gamelin y envisageaient une attaque , comme sur Bakou , au lieu de se préoccuper de notre frontière dégarnie à Sedan .
    Daniel BESSON

  15. bob.tass dit :

    C’est beau tous ces soldats qui rêvent d’un affrontement avec l’armée russe. Ou ceux qui pensent qu’on écrasera ce pays sous les missiles.
    Relisez Von Kleist….

  16. maxime (le vrai) dit :

    ce ministre polonais inverse les priorités.
    L’immigration est une menace bien plus grave que les russes.
    car les russes ne peuvent au mieux qu’annexer, acte dont la durée est limitée.
    L’immigration massive quand à elle, change profondément, intimement la nature d’un pays, et ce de façon irréversible.
    Quand à Sophia, comme toutes les opérations en cours du même type, elle n’apporte strictement rien à la lutte contre l’immigration clandestine. Aucune action de force, aucune reconduite n’est menée, il faut bien en être conscient: 90 % des reconduites à la frontière menées par la France sont réalisées dans deux départements : Mayotte et la Guyane. Les comoriens et autres brésiliens ou surinamais en rigolent encore de ces pitreries, et retraversent le lendemain ou la semaine suivante.
    Et pour les 10% restants, c’est des roumains et autres manouches nomades qu’on paie pour qu’ils s’en aillent,qui ramassent le blé et reviennent quand ca leur chante.
    Tous les autres restent autant qu’ils le souhaitent, nous ne faisons RIEN contre.
    Dans moins de 50 ans nous serons un pays africain, et probablement une république islamique.
    Au secours, les russes arrivent !

    • aleksandar dit :

      Excellente analyse.
      Reste la question de fond :
      – qui a intérêt a faire passer la menace russe avant la menace de l’immigration et paye cette propagande anti-russe continuelle.