Président Macron : « Être allié, ce n’est pas être un vassal »

La semaine passée, lors d’un entretien accordé à Europe1, le président Macron a évoqué l’idée d’établir une « vraie armée européenne ». Mais il n’a pas eu le temps de préciser sa pensée. Parlait-il de l’Initiative européenne d’intervention qui, réunissant dix pays, vise à favoriser l’émergence d’une culture stratégique commune (en dehors du cadre de l’Union européenne) afin de faciliter des opérations futures? Ou s’agissait-il d’une armée européenne au sens strict du terme, c’est à dire fédérale, comme celle des États-Unis d’Amérique?

De nombreux commentateurs ont privilégié la seconde hypothèse. Le plus souvent pour dire qu’elle n’était pas envisageable en l’état, pour des raisons connues de longue date. D’autres, au contraire, ont débridé leur imagination, à l’image de Jacques Delpla, professeur associé à l’École d’économie de Toulouse, dont le quotidien « Les Échos » a publié ses réflexions ce 15 novembre.

« L’armée européenne proposée ici est analogue à la BCE [Banque centrale européenne, ndlr] : des soldats volontaires venant des seuls pays membres (sans quota national), sous mêmes statuts et salaires, avec une seule langue de travail (l’anglais) : aucun bataillon national, aucun commandement national, aucune coalition. Cette armée, membre de l’Otan n’est composée que de pays de l’Union européenne voulant y participer et partageant des valeurs communes (Hongrie et Pologne en seraient aujourd’hui exclues et devraient se contenter de l’Otan », écrit ce professeur.

Quant à la chaîne de commandement qu’il propose, elle a de quoi laisser dubitatif. « La gouvernance et la gestion de l’armée sont du ressort du Comité de défense européen, composé de six membres, dont un président. Chacun représente au moins deux États européens […]. Les six votent à la majorité avec voix prépondérante pour le président en cas d’égalité », décrit M. Delpla. Quid de la dissuasion nucléaire française? Quid des règles d’engagement? Quid des états-majors? Bref, en utopie, tout est possible…

« Je ne crois pas que l’Europe puisse avoir aucune réalité vivante si elle ne comporte pas la France avec ses Français, l’Allemagne avec ses Allemands, l’Italie avec ses Italiens etc. Dante, Goethe, Chateaubriand appartiennent à toute l’Europe dans la mesure où ils étaient respectivement et éminemment italien, allemand et français. Ils n’auraient pas beaucoup servi l’Europe s’ils avaient été des apatrides et s’ils avaient pensé, écrit en quelque esperanto ou volapük intégrés… J’ai déjà dit et je le répète qu’à l’heure qu’il est, il ne peut pas y avoir d’autre Europe que celle des Etats, en dehors naturellement des mythes, des fictions, des parades », avait expliqué, en son temps, le général de Gaulle.

Le 14 novembre, à bord du porte-avions qui porte le nom du chef de la France Libre, le président Macron a eu l’occasion de donner des détails sur ce qu’il entendait par « vraie armée européenne », lors d’une intervention devant les caméras de TF1.

Ainsi, M. Macron a de nouveau évoqué l’idée d’une « armée européenne ». Mais, cette fois, il a le temps de préciser qu’il s’agit avant tout de « construire une vraie capacité de défense eurpéenne », qui serait autonome par rapport aux États-Unis. Or, « capacité de défense » et « armée européenne » ne veulent pas tout à fait dire la même chose…

« La question qui nous est aujourd’hui posée dans un monde de plus en plus incertain » est de savoir si « en tant que président de la République, je peux dire à nos concitoyens que je veux remettre toute [leur] sécurité dans la main des États-Unis d’Amérique? Non! Parce que je crois dans notre souveraineté, à nous, et dans la souveraineté européenne. […] Je veux que nous soyons autonomes en matière d’écoutes, de protection du cyberespace et sur toutes les composantes de nos armées, sur terre, sur mer, par voie aérienne et dans l’espace. Et donc, pour ce faire, nous ne devons pas dépendre […] des États-Unis. Et sur certains domaines, parfois, nous avons trop dépendu [d’eux] et ça n’était pas bon », a expliqué M. Macron.

Les menaces actuelles ont motivé la hausse de l’effort de défense, via la Loi de programmation militaire 2019-25, promulguée le 13 juillet dernier. Et cela, a continué le chef de l’Élysée, « je veux le faire aussi au niveau européen parce que quand on doit protéger nos partenaires européens [comme] la Finlande, la Pologne, la Grèce ou la Turquie [sic, ce pays n’est pas membre de l’UE et risque de ne pas le devenir de sitôt, ndlr], trop souvent, nous nous tournons vers les États-Unis d’Amérique. Et donc, ça n’est pas bon pour notre crédibilité, pour l’unité de l’Europe. »

Quant aux États-Unis, a poursuivi M. Macron, ils sont « notre allié historique » et ils « continueront de l’être ». En outre, a-t-il ajouté, « c’est l’allié avec lequel on prend tous les risques,on mène les opérations les plus compliquées ». Cependant, a-t-il prévenu, « être allié, ça n’est pas être le vassal et donc, pour ne pas être le vassal, on ne doit pas dépendre d’eux. Et donc, y compris par rapport aux Américains, nous devons dépenser davantage [dans la défense] et faire davantage nous-mêmes, en tant que Français et en tant qu’Européens », a-t-il conclu.

À l’antenne de France Info, le général Jean-Paul Palomeros, ex-chef d’état-major de l’armée de l’Air et ex-chef de l’Allied Command Transformation [ACT] de l’Otan, a confirmé que le président Macron, dont il fut le conseiller « défense » lors de l’élection présidentielle, se plaçait dans une logique capacitaire et que son idée n’était pas de créer une « armée européenne » stricto sensu, dont les ordres seraient transmis en « volapuk intégré », pour reprendre le mot du général de Gaulle.

« Ce que le président a en tête au travers de ce langage d’armée européenne c’est une certaine autonomie stratégique de l’Europe, dans un dialogue équilibré, une coopération équilibrée avec les États-Unis. Pour ce faire, il faut inciter les autres pays européens à mieux investir, à investir ensemble et à commencer à mutualiser un certain nombre de capacités comme on l’a fait dans le transport aérien, par exemple », a expliqué le général Palomeros.

Le président Macron « Il sait très bien qu’il ne va pas créer demain une armée avec un chef. Ce n’est pas son objectif. Son objectif c’est de mobiliser les Européens en leur disant que si nous n’avons pas une coopération de défense structurée et qui fonctionne, l’Europe, très tôt, ne comptera plus sur l’échelle mondiale », a-t-il précisé.

L’Initiative européenne d’intervention est un des moyens pour y arriver. La coopération structurée permanente (PESCO) et le Fonds européen de Défense [FED], deux initiatives prises dans le cadre de l’UE, sont aussi des voies pour arriver à cette autonomie européenne dans le domaine militaire. Mais le chemin risque d’être encore long…

Photo : Marine nationale

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Fred

    • de John

  2. de Polymères

  3. de le nouveau

    • de v_atekor

      • de Nico St-jean

        • de tschok

        • de v_atekor

        • de v_atekor

        • de Jm

        • de Jm

        • de Dany40

        • de Ricko

        • de Alpha

    • de Castel

  4. de M

    • de v_atekor

  5. de rafi77

    • de tschok

  6. de Le Glaive

  7. de Nico St-jean

    • de v_atekor

    • de tschok

  8. de Auguste

    • de John

      • de Jm

  9. de Francis Hummel

    • de v_atekor

      • de Francis Hummel

  10. de wagdoox

  11. de Nimrodwing

  12. de Forban78

    • de revnonausujai

  13. de moussaillon

  14. de LAFAUX

  15. de Arthur

  16. de lxm