L’armée de Terre veut recruter des sous-officiers récemment rendus à la vie civile

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

95 contributions

  1. Teddy78 dit :

    Belle idée bien fumeuse, je crois que si les fins stratèges d’état major en arrivent là c’est qu’on a touché le fond et attaqué la falaise, voire plus.

    • Celtibère dit :

      Je ne suis pas loin de penser la même chose. De toutes façons, avec cette mesure, l’AT ne va récupérer que les crasses de meules dont les contrats n’avaient pas été renouvelés. Parce que les bons, ils sont partis en connaissance de cause et en ayant bien préparés leur reconversion. Ceux-là, je doute qu’ils reviennent. Après, il reste la solution « football » qui consiste à aller chercher des effectifs en Afrique ou ailleurs. Les légions romaines avaient été contraintes de recruter des barbares faute de volontaires et de capacités chez les citoyens romains. On sait ce qu’il en est advenu.

  2. J.Charles dit :

    Si la qualité des dossiers s’erode, il semble aussi en etre autant de la maitrise des mathematiques des dirigeants:
    « Pendant vingt ans, l’armée de terre n’était jamais descendue en dessous du ratio d’un dossier utile sur deux ; aujourd’hui, le ratio se situe à un dossier utile sur 1,8. Cela met en exergue la question de l’attractivité du métier des armes et de nos parcours professionnels »,
    En passant de 1/2 (=0,5) à 1/1.8 (=0.55), la qualité des dossiers recus serait donc 10% supérieure a ce seuil. Le différentiel n’est en tous cas pas clair avec ces chiffres.

    • Polymères dit :

      Pour faire plus simple, avant il y avait 20 candidats pour 10 postes, aujourd’hui il y en a 18 pour 10 postes, donc oui ça baisse.
      Cela explique également une autre réalité, c’est que même si un gouvernement voudrait massivement augmenter le volume de nos armées, il y aurait un gros problèmes d’effectifs.Nous n’avons pas une armée de conscrits ou on peut facilement augmenter le nombre d’hommes en allongeant le temps du service ou en prenant plus de monde, là si vous n’avez pas les volontaires ben vous êtes dans la merde.

    • yavaitkapa dit :

      Y’a le feu à tous les étages ! Il faut appeler le pompier Macron !

      • Robert dit :

        Yavaitkapa,
        Mais il faudra bien lui dire de ne pas utiliser d’essence pour éteindre l’incendie.

      • Carin dit :

        À yavaitkapa
        C’est justement pour satisfaire au «  pompier Macron » que ces personnels se voient proposer une rallonge de carrière intéressante… il faut encadrer les futurs appelés!!!

    • Fred dit :

      @ J.Charles
      « 1/2 (=0,5) à 1/1.8 (=0.55) » ne représentent pas « la qualité des dossiers reçus », mais le rapport entre dossiers reçus et dossiers retenus.
      Plus le rapport est grand, et moins le succès du candidat est conditionnel.
      .
      Pour info, la selection aux concours de la fonction publique est de très, très loin, beaucoup plus sévère.
      https://infos.emploipublic.fr/article/recrutements-quels-sont-les-concours-les-moins-selectifs-eea-8074

      • Fred dit :

        Ce ratio n’est qu’un indicateur très imparfait puisqu’il mélange de manière inextricable niveau intellectuel-culturel, adaptation du candidat à l’emploi, attractivité de cet emploi et sociologie de motivation.
        Il faudrait voir si ce taux est décompté avant ou après rejet administratif, et dans ce dernier cas, les exigences théoriques rentrent en ligne de compte et brouillent encore plus les cartes.
        .
        Autant dire que ce n’est pas une analyse très fine, mais non a-pertinente. Ce taux de réussite est tout de même drôlement élevé et mérite considération, lorsqu’il se rapproche du un, où tout le monde est admis.

    • Marcel dit :

      E x c e l l e n t !
      Et encore le calcul matriciel est en base 10. Ça serait rigolo en matrice creuse voire nulle, tridiagonale ou triangulaire inférieure. M’est avis que c’est un nouveau code Z/2Z pour écrire du code pas binaire

    • Pierrot dit :

      C’est plus un problème de logique ou de français que de maths… L’idée sous-jacente est que l’armée pouvait jusqu’à présent choisir pour chaque poste parmi 2 candidats; maintenant, elle n’a plus le choix que parmi 1,8 candidats, donc une baisse de la qualité du recrutement.

    • Fremm dit :

      Un dossier utile sur 1.8 signifie que 55 % des dossier sont sélectionnés. Un dossier utile sur 2 signifie que 50% des dossiers sont sélectionnés les généraux sont donc justes dans leurs calculs

    • Auxsan dit :

      Non c’est un ratio inverse donc 0,45 ….

    • Lal dit :

      Ben non, si on recrute 55% des candidats au lieu de 50% précédemment, on est effectivement moins sélectif.

      • J.Charles dit :

        Je comprends le raisonnement des généraux à présent. Mon erreur etait de penser qu’on ne recrutait que des personnes remplissant ou surpassant des critères précis, alors qu’il semble qu’on décide de recruter pour pourvoir un certain nombre de postes et que ce soit ce chiffre qui détermine combien de personnes sur le total sont retenues. (peut etre au risque de ne pas prendre de personnels adaptés dans certains cas?)
        Le détail des processus de recrutement m’est inconnu, mais la facon dont sont énoncés les chiffres me laissent penser qu’ils ne favorisent pas la qualité, et certainement donc l’attractivité du métier.. Je concourre avec les conclusions…

    • brenner dit :

      je ne comprends pas vos commentaires. le ratio qui n’en est pas un de 1/1,8 donne en fait un résultat positif de 0,45 en lieu et place de 0,50 ce qui donne une dégradation certaine
      mais n’oublions pas que le service national était un creuset de recrutement mais aussi permettait de former et d’éduquer nos jeunes hommes en leur inculquant la civilisation que l’éducation nationale ne permet plus
      il est bien dommage que nos elus ne prennent plus de décisions fermes et de bon sens
      l’administration ne sait que prendre des arrêtés mi figue mi raisin sans objectifs réalistes : projets à courte vue pour répondre à des besoins électoraux

    • Bill dit :

      Ouf.. moi qui suis nul en mathématiques.. était éberlué..
      Oui dans ce cas c’est sur.. pour régler un tir .. on est sûr de toucher les alliés.. pas de soucis si c’est des Turcs

  3. Céphée dit :

    Avant de chercher à récupérer ceux qui sont partis, il faudrait que la DRH-AT se pose la question du pourquoi ces sous-off sont partis.
     

    • MD dit :

      Et avant de leur demander de rempiler, il faudrait peut-être aussi , pour certains , leur laisser la possibilité de changer d’arme ou de spécialité, afin de leur éviter de retrouver les mêmes abrutis ou genre d’abrutis qui ont été la cause de leur départ.

      • Auxsan dit :

        Ça sent le vécu….

        • MD dit :

          Oui, je connais , hélas, plusieurs cas d’abus de ce genre . Et je leur ai servi de conseiller juridique lorsque cela s’est terminé au tribunal administratif , contre le Mindef . Qui a été condamné , mais cela n’a pas pour autant apporté du baume au cour de ceux qui ont été les victimes de chefs très médiocres ou négligents .

      • Militaire active dit :

        Tout a faire… ils sont aveugles en haut de l’hierarchie…

    • Militaire active dit :

      Et aussi pourquoi autant des EVAT partant…
      0 fidelisation…
      0 reconnaissace
      Refus de reorientation en masse, j’en parle même pas du manque d’organisation dans certains régiments.

    • Marc59000 dit :

      Je suis bien d’accord avec vous forcément avec une mauvaise gestion les gens partent

  4. Niemad dit :

    Bonjour, avez un BAC scientifique et de bonne capacités intellectuelles peut on prétendre à un poste intéressant dans l’armée ou le secteur de la défense/du renseignement ?
    J’ai 23ans et bien envie de m’engager, mais si c’est pour finir à récurer les chiottes d’un régiment ou faire du sentinelle la plupart du temps ce n’est pas la peine.

    • Charly10 dit :

      @ Niemad bonjour
      Vous pouvez, à condition de satisfaire aux tests psychotechniques et être déclaré apte à la visite médicale, postuler à une carrière de pilote dans l’armée de l’air ou dans l’ALAT ou de mécanicien aéronefs ou contrôleur aérien militaire. Mais bien d’autres filières encore… !
      Quoi que vous fassiez, il faudra passer par une formation militaire initiale pendant au moins 10 mois qui exigera de vous une forme « d’abnégation « qui n’est pas insurmontable aujourd’hui, bien loin de celle que les gens de ma génération ont connu, le management mili ayant quand même évolué depuis 20 ans. On ne vous demandera plus « de récurer les chiottes » mais, pendant votre formation initiale vous participerez comme tous vos collègues a l’entretien de vos casernements, ce qui est un minimum « vital ». bonne chance

    • Some1 dit :

      Je ne sais pas pour les autres armées mais pour ce qui est de la marine à moins de s’engager en tant qu’officier, tout le monde (matelots/quartier maître/quartier maître chef/second maître) jusqu’au grade de maître (qui doit correspondre à sergent chef si je ne me trompe pas) a un poste de propreté qui est en général une coursive, des douches, ou des sanitaires. Entretenu une fois par jour pendant 30 min.

      C’est pas la mer à boire, surtout que l’on fait autre chose à côté mais bon ça fait parti du boulot. Sinon si tu penses avoir les capacités pour officier tente le coup.

      • vno dit :

        Je nettoyais les chiottes comme premier maitre dont 11 ans comme atomicien . Si tu veux être exempte car tu le vaux bien, fait fusilier-marin.

      • Celtibère dit :

        Dans la marine, c’est sur les bâtiments à la mer que le personnel effectue les tâches d’entretien. C’est normal, car il semble difficile d’embarquer des employés de sociétés de nettoyage. Quoique, j’ai connu ça sur le Jules Verne dans les années 70 où il y avait deux civils mahorais qui faisaient tourner la buanderie. Je ne sais pas quel type de contrat pouvait le permettre à l’époque. Et si les officiers mariniers sont mis à contribution, c’est tout simplement parce qu’il n’y a plus assez de matelots et quartier-maîtres car la marine considère qu’il faut être très qualifié pour conduire le bateau et ses équipements. Du coup les ponpons rouges se font rares sur les ponts.

    • Maxime dit :

      Renseigne toi sur le métier de pilote d’hélicoptères de combat, accessible avec un bac.

      Cordialement

    • Valy dit :

      Bien sûr que non tu fais l’école des sous-officiers de st maixent au départ tu en bave un peu physiquement il est sur aussi que tu n’aura pas de femme de ménage mais crois moi c’est une fabuleuse expérience
      En plus avec un bac tu auras beaucoup de possibilité de spécialité soit technique ou administrative si tu bosse bien au départ
      Bon courage

    • Ancien dit :

      Avec un bac scientifique et sous réserve de réussite aux tests physiques et psychotechniques, vous pouvez envisager d’être sélectionné pour un poste de sous officier « direct »dans l’armée de Terre et postuler pour des postes à vocation technique. Vous pouvez aussi tenter la sélection pour un poste de pilote sous contrat dans la marine et l’armée de l’air. Sous réserve toujours d’aptitude spécifique. Sinon, il faut aussi,et c’est un conseil, toujours rester humble.

    • Sempre en Davant dit :

      La propreté est indispensable en individuel, elle doit être irréprochable en collectivité.
      Les bons réflexes s’acquièrent aussi en récurant les chiottes. On ne me prendra plus jamais en défaut de PQ, gratounette et Javel tripe+ spéciale Gogues!
      Il faut qu’il y ait des chiottes et des cambuses : PROPRES!
      .
      Leçon n°1 Propreté d’Instagram!
      1) .a : Je supprime le petit cœur en beuh de mon compte!
      .
      Bien plus jolie la photo de Jupiter!

    • Jessy dit :

      Si tu te plains déjà de devoir entretenir ton lieu de travail…
      Si tu te plains déjà de participer a la protection de la population….
      Si tu te plains de marcher 150km en deux jours…
      Si tu te plains d’avoir faim, d’avoir froid, d’être payer au lance pierre….
      ..
      Alors ce métier n’es pas fait pour toi!

      L’armée, ce n’est pas que ça, mais ça l’est aussi. Un bac scientifique ce n’est pas grand chose.. Et de « bonnes capacités intellectuelles » .. Ce n’es pas a toi de juger de tes capacités…
      ..
      Désolé de réagir comme ça, mais.. Mieux vaut un mec peu diplômé avec une expérience, des valeurs et de l’abnégation… Plutôt qu’un mec qui cherche juste un boulot sans trop se salir les mains, pour ne pas finir au mcdo…

      • felipe dit :

        clair et bien dit. maintenant dans une société « moderne » comme la notre, on veut bien jouer à KOH LANTA pour quelques milliers d’euros en quelques semaines. de là à en faire un métier…

      • Robert dit :

        Jessy,
        150 kms en deux jours, dites-vous, mais ils marchent aussi la nuit ?
        Et avec le barda ?

      • verrutti dit :

        Jessy voila un commentaire particulièrement adapté a certains jeunes d’aujourdhui !!!!!

    • felipe dit :

      Bjr niemad.
      Avec votre « bagage » vous pouvez naturellement entrer dans le corps des sous officier. Le choix de l’armée et de la spécialité vous appartient. Selon que plaies et bosses d’un côté, ou l’univers de l’espace ou du cyber de l’autre vous attirent. Ne raisonnez pas seulement par rapport à vos aptitudes scolaires. Il y a des données plus personnelles qui comptent ( aventure, esprit de corps, dépassement de soi,etc.) Qui comptent. Le plus important: se réaliser. Après une période d’adaptation et d’appropriation de cet univers, engagez vous resolument vers les parcours internes de promotion . Renseignez vous et inscrivez vous rapidement vers un concours d’officier.

    • Guinot dit :

      Bonjour,
      Le secteur du renseignement monte en puissance. Il en va de même pour la cyberdéfense. Pour savoir si vous profil intéresserait la Défense, prenez contact avec un centre d’information et de recrutement des armées (CIRFA).
      Enfin, sortez du cliché du nettoyage de ch….. comme unique activité du militaire; même si cela existe (il faut bien nettoyer ce que l’on utilise, papa et maman ne sont plus là pour le faire…), fort heureusement, il y a un panel très varié d’activités que ce soit dans la vie courante comme en opérationnel.
      Renseignez-vous, c’est gratuit !

    • Albrecht dit :

      bonjour, on rentre dans l’armée pour servir, si vous estimez qu.il ne puisse pas vous être demandé de récurer les chiottes, serez vous prêt le jour J à laisser votre peau ? Tout soldat de quel grade qu’il soit peut être amené pour le succès de la mission à faire des tâches non parce qu.elles sont de son niveau mais parce qu.il faut les faire. Celui qui vous dit cela a passé plus de 30 ans dans l’armée avec quelques années d’OPEX …

    • Niemad dit :

      Merci à tous pour vos avis, alors non cela ne me dérange pas de Nettoyer par moments, mais par là je voulais dire que je ne voulais pas me retrouver comme tant d’autres militaires à m’ennuyer ferme au Régiment la quasi totalité du temps ! ( des retours d’amis dans l’armée)

  5. clément dit :

    Il faut arrêter sentinelle, c’est un vrai tue-l’amour qui en fait fuir beaucoup.

    • Militaire active dit :

      Ou leur donner des rotations plus souples comme font certains régiments, et aussi les jours dr récuperation qui vont avec… pareil pour les services 24h/24/

  6. Robert dit :

    Ils ont besoin de candidats pour Sentinelle ou pour le service national, faut comprendre.
    Mais rattraper ceux qui ont quitté la machine à broyer les vocations risque d’être délicat.
    Ils peuvent augmenter le recrutement dans la diversité, avec quelques avantages, ils vont sûrement se précipiter.

  7. Albe dit :

    Je ne pensais pas que l’Armée de Terre était autant aux abois …. Mais réengager des sous officiers cela veut aussi dire se poser la question de leurs départs !? Si c’est pour récupérer des personnels en difficultés car n’ayant pas pu correctement se reconvertir, c’est qu’il y a aussi des problèmes en terme de reconversion … Les meilleurs éléments ont en général bien préparé cette étape et ceux ayant plus de 17 ans de services verront surement une baisse de revenus et de confort familial à se réengager !
    Concernant le parcours professionnel, il devrait être plus patient … Un jeune adjudant chef peut rapidement passer major voir officier ! Le corps des sous officiers supérieurs est érrodé par cette possibilité qui peut faire du corps des sous officiers supérieurs un corps sans âme … et le corps des officiers composés de sous officiers trop impatients d’être ce qu’ils envisagent d’être …
    D’un autre côté, les meilleurs sous officiers supérieurs ont la considération que l’ont pourrait apporter à quelqu’un d’expérimenté au service de son unité c’est à dire quelqu’un de dérangeant car une frange de la hiérarchie « trop pressée » n’est pas prête à les écouter, ils ont compris que la voie « sans ennui » est la voie la plus adaptée pour progresser. In Fine, on peut comprendre que cela nourri crispations et peut être envie de départs chez les plus compétents… J’ai peur que ceux prêts à se réengager ne reviennent avec leurs crispations non apaisées et qu’elles resurgissent sur les autres renforçant un cercle vicieux mais temporairement les effectifs auront peut être une chance d’être comblés…
    Il faut de belles dispositions morales pour écouter l’expérience d’un personnel plus ancien et moins gradé !
    Le corps des officiers directs devrait être sélectif dans ses choix, encore plus sélectif qu’il ne l’ai aujourd’hui pour dégager les officiers à très haut potentiel ! C’est à dire ceux à la belle âme, quitte à les aider au travers d’un travail sur soi spécialisé et par la suite dans leurs premiers commandements les associer à des officiers subalternes en provenance du corps des sous officiers enrichi d’une expérience très conséquente acquise dans les différents grades du corps des sous-officiers supérieurs également eux même guidés par un sens humain profond et réel ! Cette possibilité d’accès au corps prestigieux des officiers récompenserait un parcours de vie exceptionnel avec la possibilité de se voir de se voir verser une pension au niveau de l’investissement au service de son pays et de son armée !
    La vertu est dans le coeur des hommes et comme disait Nelson Mandela « Je ne perd jamais, soit je gagne, soit j’apprends. »

    • Charly10 dit :

      @ Albe
      Bonjour .Vous touchez la quelques problèmes qui ont toujours existés dans l’armée comme dans la fonction publique d’ailleurs. « Il faut de belles dispositions morales pour écouter l’expérience d’un personnel plus ancien et moins gradé ! » ce dilemme a toujours été présent dans la corpo militaire. Il était une époque ou dans les écoles d’armes, on disait aux jeunes élèves officiers. « Le problème à traiter en unité c’est la cohabitation avec l’ADC » pour ne pas dire… l’ADC c’est la bête noire.
      Dans l’armée comme dans l’administration, le «carriérisme »peut poser problème, l’ambition est légitime, mais elle doit avant tout se « prioriser » sur un objectif ; celui de faire son travail efficacement.
      On ne devient pas un chef en passant des « concours », c‘est sûr mais c’est pourtant souvent le cas. Comment choisir des futurs « bons » ? sur quels critères objectifs ? Il faut d’abord que les décideurs soient eux même des bons (rien n’est moins sûr mais …) donc, depuis bien longtemps, on a résolu le PB considérant que le bon est celui qui réussit le concours. Cette solution m’a toujours interpellée mais elle est encore en vigueur. Aujourd’hui, compte tenu des engagements opérationnels réels, j’ose espérer que les « faits d’armes » avérés sont pris en comptes en priorité pour les promotions.

  8. Le Mambo dit :

    Le titre de cet article devrait être complété par : «ou quand les 2 plus grands maux français se rejoignent» : le niveau de l’éducation et l’état de l’armée française.
    Il parait bien loin le temps où la France était réputée détenir le meilleurs système scolaire mondial et où la simple évocation de l’armée française provoquait la crainte du monde entier. Heureusement que pour ce dernier point, des soldats et civils français continuent de faire honneur à notre qualité d’armée parmis les plus efficaces du monde.

    • Pendragon dit :

      C’est grâce à l’éducation que la grande armée a brillé! Napoléon sans des officiers et sous-officier de qualités n’aurait pas été bien loin. Les allemands retinrent la leçon et créèrent aussitôt la Kriegsakademie ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Académie_de_guerre_de_Pruss ). De cette académie vient ensuite l’organisation tactique qui fera déposer les armes à l’armée française en 1870. Et ainsi de suite, la France augmenta à sont tour son niveau de préparation après la défaite éclaire de 1870 (Où l’utilisation du mortier laissait présager la tournure de la guerre suivante.), et fût pratiquement prête à amortir le choc de l’invasion allemande de 1914. Sinon je veux signifier que la télé française est une machine à abrutir ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Temps_de_cerveau_humain_disponible ), il ne faut donc pas que les officiers s’en étonnent puisqu’ils participent d’une certaine manière à la régression de l’éducation du peuple par un déni concerté mais pas partagé. Alors trêve d’hypocrisies!

  9. felipe dit :

    albe
    Le questionnement du pourquoi me semble déjà être établi par la chaîne du commandement en général.
    je ne suis plus dans le coup mais ces préoccupations furent permanentes et légitimes à tous les étages. il ne faut pas se faire d’illusion depuis 2008 au moins, la logique d’efficacité managériale chère à petit nicolas et à petit francois est la cause des déboires que l’on s’essaye à résoudre après le vent de panique des attentats. le premier ne voulait absolument pas s’intéresser à une institution qu’il considérait seulement comme un outil. le second pensait trouver dans la deuxième couche de rabot des armées des marges de manœuvre financière à réinvestir au profit de son électorat . au final moins 70000 hommes à la louche mais des rabotages successifs sur les tableaux d’avancement, les flux de recrutement et les actions de formation (exemple le BSTAT ou les stages d’EM pour les officiers).
    nous avons du faire partir à marche forée des cadres car il semble que la masse salariale des armées était devenue incontrôlable. notion ou concept dont on n’entend jamais parler dans le reste de la FP , basse, moyenne ou haute !!! quand on veut tuer son chien, on n’a qu’à dire qu’il a la rage. dans le même temps, il faut rajouter 11000 h ou 80 unités élémentaires en trois ans , soit déjà d’emblée en trois ans, 300 lieutenants et capitaines, autant de sous-officiers supérieurs et environ 1500 sous-officiers subalternes !
    parallèlement, la chaîne du soutien conçue comme une entreprise engagée dans le cost killing et la réduction du back office cher à un ancien ministre passionné d’équitation,nous amène à des GSBDD désemparés qui manquent de SOFF sup expérimentés (logique on les a priés de partir) pour soutenir les unités.
    parallèlement, le dépyramidage « salutaire » se traduit en 2018 par un déficit global de 250 officiers supérieurs que je supplie de ne pas voir comme de vielles baudruches galonnées et surpayées mais comme des cadres A expérimentés qui font maintenant défaut dans les états-majors, les GSBDD ou les DMD. et je crains le pire avec le SNU quand il faudra mettre sur pied les structures départementales ou régionales de supervision et d’organisation du tsunami.
    bref,
    je problème des parcours professionnels en révèle un autre : l’attractivité générale du métier dans un contexte où l’essentiel des forces terrestres n’est pas employé en OPEX mais en OPINT. ce n’est pas l’OPINT qui dérange en soi mais le cadre juridique et opérationnel d’emploi.
    il faut aussi être lucide. nous rencontrons les mêmes problèmes que les autres armées occidentales tant le métier militaire est à des années lumière des aspirations sociétales. le principe du recrutement interne est fragilisé (regardez le profil et les motivations des candidats à l’ENSOA ou à l’EMIA).
    alors la question ne me semble pas être réduite à celle des relations inter catégorielles au sein des régiments des forces. même si des questions de considérations existent certainement. ces questions concernent surtout, et c’est paradoxal , l’encadrement de contact jusqu’au chef de section qui me semble mal armé pour « donner envie de rester « . qu’on le veuille ou non la déresponsabilisation et le désœuvrement au quartier existent encore dans nos armées , comme il y a 40 ans, ou plus récemment . on fait le sport du matin et on glandouille. ce n’est pas que la faute des cadres , il faut y voir le contexte, ce n’est pas un cas général mais c’est aussi un facteur de désamour.
    peu de régiments ont mis en place (autrement dit ordonner) un dispositif permanent « l’élévation » des jeunes vers les responsabilités. il ne s’agit pas de les bercer mais d’identifier les 15-20 qui ont du potentiel SOFF ou OFF pour leur permettre d’être sergent ou d’entrer à l’EMIA dans les 3-4 ans., tout cela dans une logique « sport-études » . ce n’est qu’une analogie bien sur. cela suppose que les cadres qui ne sont plus de contact s’investissent , parfois en dehors des heures de service. mais il est vrai aussi que, reprenant le début de ce long billet, s’il n’y a plus suffisamment de cadres…

  10. basstemp dit :

    « et qu’ils ne cumulent pas 27 ans de service » : Et il est ou le problème avec les 27 ans de services si ce n’est probablement une loi débile de + pour que la France ne conserve pas des gens de qualité dans les armées …

    Depuis trop longtemps une chienlit aggravée frappe et limite notre pays en nous imposant nous mêmes des critères toujours les + débiles pour s’assurer que la France se tire tranquillement sa petite balle dans le pied …

    • aa dit :

      Mais avec 27 ans de service, ils touchent déjà la retraite et ils bossent dans le civil faudrait être débile pour revenir.

  11. Léonard dit :

    Cela me rappelle quand j’ai décidé de quitter l’armée, en 1999. J’ai fait part de mon intention à mon chef de section, puis j’ai été reçu par le capitaine. Peu de temps après, j’ai dû aller avec lui voir le chef de corps. Je lui ai redis que je voulais faire valoir mes droits à la reconversion, et il m’a répondu: « il n’en est pas question sergent ». Ce à quoi j’ai répliqué que c’était quand même moi qui décidait…

    Bref, je suis parti contre la volonté de ma hiérarchie en mai 2000, un vendredi soir, et j’ai entamé une nouvelle carrière le mardi suivant. J’y suis encore, et je suis mieux payé que le capitaine que j’aurai peut-être pu devenir en fin de carrière après avoir réussi l’EMIA ( et c’était pas gagné…).

    Bref, je suis bien content d’avoir été militaire, mais aussi bien content d’être parti. Il faut dire que j’avais fait le tour de mon boulot de sergent mortier lourd et que la perspective de 3 ans d’école ne m’enchantais guère. Les OPEX à venir, c’était Vigie Pirate et la mise en place de l’Euro.

    OK, c’est devenu plus fun après le 11/09/2001, mais trop de fun tue le fun, et tous ceux avec qui j’en ai discuté en ont ras-le-bol.

    Ceci dit, si en 2002, alors que cela faisait seulement 2 ans que j’étais parti on m’avais demandé de revenir, je l’aurai peut-être fait. Mais je crois que l’idée du moment était quand même de réduire l’armée à la portion congrue… D’ailleurs, tous les régiments que j’ai fréquenté ont disparus, de même que la plupart des CEC et autres.

    Bref, c’est pas gagné leur affaire. Moi je veux bien aider, mais d’une je suis trop vieux (45 ans), et de deux mes mortiers sont passés chez les artilleurs. D’ailleurs, quand je vois comment ils s’en servent dans l’artillerie, on comprend que c’est une arme de fantassin…

  12. Myshl Mabelle dit :

    Quelle tristesse, non pas la perspective du réengagement des anciens, mais de vérifier à quel point la gestion des effectifs et des personnels est tombée bien bas.

    Il y a des coupables. Au premiers rangs desquels des « Chefs » qui se sont essayés à calquer l’armée sur le monde civil, à copier les fonctionnements erratiques des entreprises du secteur marchand, à coups de « Contrôle de gestion » et en effaçant les DPMs pour mettre à l’oeuvre les DRHs.

    Les DPMs géraient les effectifs et simultanément administraient les personnels. Les DRHs ne bien font ni l’un ni l’autre… Les Directions du Ravitaillement Humain ravitaillent, consomment puis éliminent. Les voici rendues au recyclage.

    Du temps des DPMs les militaires se savaient en de bonnes mains, ils savaient qu’on les mutait pour satisfaire les besoins en effectifs et compétences, et que pendant on s’occupait d’eux individuellement comme personnels. Bon, c’était pas toujours le top, mais le militaire avait confiance… Les DRHs ont trahi la confiance.

    Donc les « Chefs » et les DRHs comme premiers coupables.

    Restent les « Chefs » qui « Depuis de nombreuses années… » et sous prétexte de servir la France répondent « Présent! » à toutes les sollicitations du gouvernement, tout ça pour tenir leur rang pour le prochain mercato des généraux et amiraux, tout ça pour se faire coudre un étoile de plus, une étoile d’amer.

    Ces « Chefs » qui depuis de nombreuses années usent nos armées, physiquement et moralement, en les faisant se promener au profit du Ministère de l’intérieur, sous Vigipirate puis sous Sentinelle.

    Les « Chefs » et leurs DRHs se noient. Les jeunes ne rentrent plus, les moins jeunes s’en vont… Et on voudrait faire revenir les moins jeunes?

    Tristesse. Mais comme un sourire avec René Goscinny:

    « Engagez vous, rengagez vous qu’ils disaient… Vous verrez du pays… »

  13. Plusdepognon dit :

    Avec la réforme des régimes de retraite et les externalisations à tous crins de la mco qui se préparent, je leur conseille d’y regarder à deux fois… L’hémorragie ne fait que commencer…

  14. petaf dit :

    la vache !!
    la , cela devient du grand n’importe quoi !!
    cephée a tout à fait raison , pourquoi ils sont partis ?
    -si c’est la limite d’age , la drhat n’a qu’à la repousser
    -si c’est l’attractivité -la reconnaissance , la drhat n’a qu’à ouvrir sa bourse !

  15. Myshl Mabelle dit :

    @ Albe le 12 mai 2018

    Je vous ai lu. Je ne vous promets pas d’avoir tout compris.

    Mais je m’interroge quant à ce que vous semblez poser sur un piédestal: Le « Très haut potentiel ».

    D’expérience je sais que les THP s’occupent de leur avenir, que leurs DRHs s’occupent de leurs carrières, que leurs subordonnés n’ont pour première mission que de servir leurs chefs.

    Quand les armées cesseront de porter leurs « Chefs » vers plus haut, peut-être qu’on s’intéressera à une sinon la première mission: Dégager des aptitudes, développer des compétences et enrichir des expériences.

    Les THP font leurs carrières. Pendant qu’ils montent, on descend sournoisement les plus aptes, les plus compétents, les plus expérimentés. Par tous les moyens Bercyens et DRHs, on fait « Monter » des « Chefs » (Méritants et/ou serviles) pendant qu’on détruit le socle sous-off, pendant qu’on ignore les compétences et l’expérience du corps des sous-officiers et officiers mariniers.

    Le potentiel de nos armées ne réside pas dans les potentiels de carrière de ses chefs et sous-chefs. La puissance de nos armées habite le corps des sous-officiers et officiers mariniers.

    Ceux-là seuls, et quels que soient leurs chefs (En route avec eux ou de passage.)

    Une question en guise de conclusion: Le potentiel de carrière? Ou le pouvoir de servir?

    • Albe dit :

      Pour répondre a votre conclusion : les deux !
      Un médecin le devient au terme de longues études, de la même manière un « chef militaire » (qui peut être médecin soit dit en passant) suit un « parcours universitaire établi ». Ce qui ne les prévaut pas l’un comme l’autre à devenir grand professeur en médecine ou général, j’en conçois. Mais sans cette longue phase de formation autant dire que d’entrée, tout est voué à l’échec et les résultats sur ce coup risquent d’être réellement et très rapidement catastrophiques.
      Sans vouloir mettre qui que se soit sur un piédestal, je met juste en parallèle un parcours empirique et un parcours universitaire ou l’expérience humaines et techniques des uns enrichirait les dispositions humaines et à hautes responsabilités des autres (d’ou l’importance, pour les derniers, d’une sélection re-visitée basée sur l’appréciation de leurs hautes capacités intellectuelles et psychologiques permettant d’identifier des profils empathiques aux meilleurs chances de réussites). Cependant afin d’être efficace le parcours empirique du sous officier doit être respecté patiemment « step by step », pour par la suite donner le meilleur contenu initial aux hauts potentiels. La rencontre serait organisée dans le corps des officiers ou l’expérience d’un long parcours méritant (sous-off) enrichirait le parcours de carrière d’un autre (THP) qui comblerait certaines errances du à un vide informatif baigné d’orgueilleux.
      Et je suis d’accord avec vous sur le fait que « La puissance de nos armées habite le corps des sous-officiers et officiers mariniers » et c’est pour ça que j’incite à le respecter et à lui donner la place qu’il mérite.

      • WaterBoy dit :

        L’on n’a pas besoin que de grands chefs. Il faut aussi des exécutants. Ces petits indiens qui font tourner les rouages, qui se décarcassent pour que le système fonctionne et permettent de réaliser les missions.
        Parmi ces petites mains, il y a aussi besoin d’officiers qui ne sont pas à « très haut potentiel ». Et puis de plein d’autres gens qui ne sont pas officiers. Juste des personnes qui font tourner la boutique du mieux qu’ils peuvent avec leurs moyens intellectuels à eux.
        Un chef sans exécutants c’est une fiction de papier, pas une armée.

    • Jessy dit :

      Très bien dit

  16. La gestion des MDR et des sous-offs a toujours été une gestion à la petite semaine en fonction de Bercy…
    A une époque (années 90) il fallait dégraisser alors nos stratèges ont créés le CAT2 pour nos MDR ensuite ils l’ont retirés…Plus récemment ils ont créés les « rang tardif » pour les meilleurs des MDR…Le concours des majors a également subit pas mal de modifications…
    Il faudrait aussi penser à dégraisser un peu plus haut car 300 généraux (rapport cours des comptes) pour commander quoi? Nous n’avons plus une seule division, que des brigades, 20 régiments d’infanterie, 12 de cavalerie…
    En 1940 nous avions 500 généraux mais 150 régiments d’infanterie, 63 régiments d’artillerie, 56 régiments de cavalerie) ce qui représentait 29 divisions d’infanterie et 5 divisons à 3 brigades de cavalerie…Cherchez l’erreur…

  17. Bravo dit :

    L’ Armée française est comme Air France, la SNCF et l’État: faut réformer de fond en comble sinon ….

    • Jessy dit :

      Si par réforme tu entend supprimer les privilèges.. Tu te plante car il n’y en a plus depuis longtemps

    • Fred dit :

      @ Bravo
      Vraiment, la profondeur de ta réflexion est impressionnante. N’hésite pas à alimenter le débat avec tes analyses détaillées.
      .
      Un philosophe me semble répondre à ta prise de position :
      https://www.youtube.com/watch?v=cu4nl_tugDA

  18. Cvn dit :

    Qu’elle est le montant de cette prime ?

    • Polymères dit :

      Un ticket resto valable 12 heures à partir d’hier.
      Mais plus sérieusement, elle est d’un peu plus de 1000€. A côté de la prime d’engagement, vous avez des primes de spécialités qui sont intéressantes, 3000€ je crois (mais qui ne sera pas versé d’un coup et si vous partez avant la fin du contrat, il faudra rembourser en proportion du temps effectué, c’est donc 3000€ pour 5 ans effectif.
      Il faut bien se renseigner, car si le jeune qui veut s’engager rêve de para, de FS et autres, certaines spécialités apportent un intérêt sur le long terme, car elles permettent d’évoluer plus rapidement, elles permettent d’éviter de faire pleins de terrains, de sentinelle, d’être un peu plus « tranquille » sur le long terme (sur le court terme, les terrains, sentinelle et autres ne dérangent pas trop, mais après c’est ce genre de choses qu’on veut éviter). De même, les spécialistes peuvent partir beaucoup plus souvent en opex que d’autres, comme par exemple les mécaniciens.
      Si vous comptez rester longtemps dans l’armée, optez pour une spécialité dès le départ, l’environnement militaire ne change pas, vous êtes un soldat, mais très vite vous comprenez ou il faut aller.
      Si vous optez pour des unités qui sont plus au « contact » privilégiez la voie sous-off voir officier (si possible), privilégiez le commandement car sinon vous risquez comme beaucoup de ne faire qu’un simple passage à l’armée, malgré une évolution interne.

  19. aa dit :

    Ancien officier marinier, retraité après 15 années de service, puis examen des emplois réservés et repris avec 10 ans de service par la Douane, et maintenant retraité à 58 ans, je cumule donc 2 retraites et une pension (accident en service) soit 2542 euros net par mois, de plus revenu locatifs de 1000 euros par mois, soit 3500 euros net mensuel, qui dit mieux. Allez les petits gars, encore un effort comme disait Bigeard (pour ceux qui l’ont connu).

  20. tartempion dit :

    Pas d’inquiétude à avoir , avec le plan Borloo , l’armée devrait pouvoir compter sur 50.000 candidats venant de banlieue dont certains très aguerris n’auront même pas besoin de faire les classes …..

    • Jessy dit :

      Surtout que l’on recrute déjà les délinquant avec 1 ans de prison ferme (sic)…
      Où vas t on…

    • Delange dit :

      Aguerris? Non je pense pas ils auront des problèmes de discipline ! Ça c est sur ! Mon fils est dans les para au cfim 22 tractions très bon en sport mais dégoûté par la formation managériales qui les mets plus bas que terre ! Un jeune de cité tiendrai 2 jours!!

      • Polymères dit :

        Un jeune des cités ne s’engage pas à l’armé, ou alors très peu, ça c’est la réalité.
        Mais certains pensent tout mieux savoir que les autres derrière leur écran, ils s’imaginent des choses, ils voient des noirs ou des bronzés dans l’armée et ils pensent que ce sont les types de banlieues qui sont passés de délinquants à combattants.
        Pour s’engager à l’armée, il faut donner un extrait de votre casier judiciaire, un type qui a plusieurs lignes, qui plus est récentes, ne passera pas. En dehors de la légion, ou on ferme un peu les yeux sur le passé judiciaire des candidats, les autres ne passent pas, de même qu’un type fiché S ne passera pas non plus.
        Et si vous pouvez voir des noirs et autres dans l’armée, sachez que la plupart d’entre eux viennent d’outre-mer, l’armée étant un échappatoire, des Antilles à la Guyane, en passant par la Réunion et le Pacifique, il y a du monde et ce ne sont pas des types des banlieues.
        Des banlieues que tartempion évoque souvent,mais qu’il caricature qui aime généralise tout le monde par rapport aux comportements de certains jeunes, mais dont il ne connait pas grand chose en dehors de ses recherches internet.

      • Jessy dit :

        Le but est justement d’écarter les faibles psychologiquement…
        C’est bien d’être bon en sport, mais si on ne tiens pas la pression en instruction.. On ne la tiendra pas face a des ennemis réel…

        • Fred dit :

          @ Jessy
          Je suis convaincu que supprimer la personnalité d’un individu en fait un mauvais combattant, incapable d’intelligence tactique.

          • Albe dit :

            Je partage votre avis, Fred.
            Entre tenir la pression et gérer ses émotions il y a non pas un fossé mais un canyon. Pour ceux ayant vécu l’expérience du Feu et la proximité de sa mort ou de celle des autres savent que la solution n’est pas de savoir si on est suffisamment inhibé pour affronter ces instants extrêmes mais plutôt comment les gérer. Dans ces moments la, même le plus fort psychologiquement peu disjoncter ! Par contre, un combattant discipliné qui ce connait et se respecte (à l’écoute de ses émotions), mis en confiance par ces cadres et aidé par des méthodes de gestion émotionnelle appris à l’entrainement sera nettement plus efficace. Mais ça c’est du domaine de l’expérience !

  21. Bangkapi dit :

    Cela ne pourrait guère concerner que des jeunes ayant quitté l’armée pas lassitude mais qui ne sont pas fâchés par l’institution.
    Je ne connais pas les règles de gestion actuelles mais attention aux limites d’âge, car rengager pourrait être une fausse bonne idée. Si c’est pour se retrouver coincé après un premier contrat cela ne vaut pas le coup.
    Et puis ceux qui ont réussi leur reconversion n’en verront pas l’intérêt. Seul ceux qui galèrent pour retrouver un emploi pourront être tentés.
    Mais c’est vrai il aurait mieux valu conserver ces personnels et parois bien vouloir accepter les changements d’armes ou de spécialités pour ceux qui le désiraient.

  22. Delange dit :

    Bonjour mon fils 18 ans viens de rentrer au paras actuellement cfim completement dégoûter ainsi que ses camarades moralement on doit faire des efforts pour les garder leurs vocations s effrontée !

  23. aleksandar dit :

    Je trouve l’ensemble des commentaire très intéressants sans polémiques inutiles.
    Je ne vais pas revenir sur la gestion des carrières qui me semble assez bien traité par les autres intervenants.
    Le risque de cette politique est de voir revenir des cadres qui n’ont pas réussi dans le civil et sont donc en situation d’échec.
    En ce qui concerne l’article il ne mentionne pas un autre aspect du problème qui est la  » surchauffe  » actuelle. Être 8 mois par an en OPEX ou OPINT finit par lasser.
    Il manque a l’AdT 2 A 3 régiments d’infanterie.

  24. Leroy dit :

    Ayant quitté en 98, je ne savais plus où en était le moral des sous officiers :lacune à présent comblée.
    Quelle que soit la rancune ou les regrets, les variations d’effectifs – depuis 66, j’en ai connu quelques unes – sont le fait de nos politiques.
    Depuis une civilianisation (DRH par exemple) a sans doute été nécessaire, le ministre se trouvant face à des freinages des EM. Les civils représentent aujourd’hui près de 25% du ministère !
    Et il faut aujourd’hui réengager le processus d’engagement ! C’est une gageure au moment de rétablir un service… « touristique ».
    « En même temps » (plagiat) l’économie redémarre et l’emploi également (pourvu que ce la dure). C’est précisément le problème de l’armée britannique, le recrutement.
    Alors, il va falloir innover : modifier Sentinelle (pour en diminuer l’impact négatif), ouvrir des pré-positionnements attractifs à l’étranger (Estonie, Albanie,…) de façon à diversifier les parcours, se redéployer en fonction des 4 théâtres actifs (Sahel et Moyen orient) et passifs (Océan indien – arrivée de la Chine – et Europe – balkanique et balte), multiplier l’outil dronique et le faire descendre au niveau du sergent, …, bref innover à tous les échelons.

  25. Olivier dit :

    Quand on voit la qualité intellectuelle générale des moins de 30 ans en France, une réelle déroute, je reste convaincu que l’Armée de Terre sera en face d’un problème quasi insurmontable !

    • Polymères dit :

      Expliquez vous sur votre dénomination de « qualité intellectuelle « .
      Comme souvent, la question n’est pas tant que les jeunes sont plus cons qu’avant, c’est peut-être vous qui devenez moins jeunes et vous ne vous rappelez pas qu’à vous aussi, des anciens vous prenez pour des cons. C’est à chaque fois pareil, l’ancienne génération ne comprend pas la nouvelle, car l’ancienne vit dans ses propres souvenirs. Hier on regardait les jeunes à tendance hippie, rock, punk et autres avec suspicion, puis c’était la peu des jeux vidéo aujourd’hui c’est internet et les smartphones et dans 30 ans cette même génération smartphone qu’on trouve bizarre s’interrogeront sur leurs enfants qui auront d’autres choses et ils leurs diront, de mon temps on avait qu’un gros téléphones qui ne pouvait faire que cela, il fallait taper de long messages alors que maintenant (dans 30 ans) il suffira de parler pour écrire un livre (j’invente un truc mais c’est un peu ça, comme ceux qui envoient des cartes postales quand aujourd’hui on peut s’envoyer des photos et des vidéos en direct, parler en visio et autres, une autre époque et pas forcément moins bête mais juste incomprise.

    • Myshl Mabelle dit :

      « L’armée doit être dans le Peuple comme un poisson dans l’eau. » (Mao)

      Si l’armée ne sait plus être au milieu du Peuple, c’est Elle qui se noie.

      Nos jeunes sont certes bizarres, leurs pouces poussent, ils deviennent myopes, ils sont « Connectés ». Ils sont passés de la hiérarchie verticale à des hiérarchies transversales. Et supportent difficilement voire pas les systèmes de hiérarchies verticales, obligées, pendant qu’ils sont adeptes de l’horizontalité, du partage.

      Ils sont ce Peuple dont nous avons besoin.

      Si notre armée, école de la Nation, la première voire la seule pendant que la soit disant « Education nationale » renonce à ses devoirs… Si notre armée n’entre pas dans l’eau pour y recruter sa jeunesse, alors l’armée se noiera.

      Ce n’est pas l’armée qui décide de ce qu’est notre Peuple. Elle doit « Faire avec » ce que le Peuple devient. Et si les recruteurs ne recrutent pas, soit il faut réformer le Peuple, soit il faut virer les recruteurs.

      Les nostalgiques sont des morts-vivants.

  26. Conan fabien dit :

    D’une, on attire pas des mouches avec du vinaigre, et de deux, connaissons nous les causes de départ de nos sous off ? En voici certaines, plus ou moins classées:
    -Surprojection (1 fois par an ça suffit, surtout qu’il faut s’entrainer avant d’y aller…)
    -Mutations aléatoires ( on effectue 4 choix, ce qui est trop, la réponse tombe très tardivement dans l’année, impossibilité de trouver un emploi pour le conjoint, une école etc…..)
    – La grille indiciaire trop peu augmentée,
    – Les spécialités techniques pontues sont très demandées dans le civil, avec des salaires plus importants, et de meilleures conditions de travail. (aéronautique par exemple)
    -Différences trop peu marquées à l’avancement entre un jeune pêchu et une bi** de p**c, d’où un découragement des meilleurs qui s’en vont, et des mauvais qui restent.
    -Inaccessibilité à certains droits pour les spécialités déficitaires, d’où un fort sentiment d’inégalité dans ce corps des sous off.
    – Un Adjudant célibataire, 14 ans de services gagne 1800e , combien gagne un CCH , meme service ? ( sans les inconvénient bien sûr…..)

    Comment résoudre ces problèmes ?
    – j’appelle la semaine .

  27. Militaire active dit :

    C’est triste de voir des bons militaires partir (dans tous les grades) car ils sont au bout du rouleau… manque de reconnaissance refus de reorientation, droits non respectés, surcharge e burn-out… Alors que certains se sacrifient par envie de servir la France.
    La DRHAT reste aveugle aux vrais problemes.

  28. Marsouin dit :

    Pourquoi sont ils partis c est la question qu on devrait se poser en premier avant de dire comment les faire revenir

  29. Joh dit :

    Il y a beaucoup de militaires du rang supérieur à 11ans de service, compétents, polyvalents, et expérimentés qui déposent un dossier de sous officier rang.
    A mon goût, la méthode la plus solide poir pérenniser la catégorie des sous officiers.

    Alors avant d’aller chercher ceux qui de leur plein gré ont quitté l’institution, focalisez-vous plutôt sur ceux qui y adherent toujours.

  30. Albatros24 dit :

    Ça craint du boudin quand on lit les commentaires ici et là notamment des jeunes anciens…la Drh a du soucis à se faire si elle veut les voir rempiler.
    Il me semble qu à forte technicité et gros besoins (3 000 bigre !) doit répondre forte attractivité.
    Donc soldes et primes fortes et surtout payées en temps et lieux – quant au grade il faut proposer le grade supérieur…bien sûr.
    Sinon il vous reste le haut du panier de la crème que vous venez d embaucher.
    Si elle n est pas trop occupée à son smartphone comme moi actuellement
    Il faut se poser les questions du pourquoi de ces départs on trouvera alors les solutions en faisant différemment.

  31. Dumont dit :

    Il ne reste que a réinstaller le service militaire obligatoire . ce sera efficace.

  32. who? dit :

    je ne vois pas comment faire revenir des s/off si on leurs propose le même grade et la même solde.

    après si c’est pour faire revenir des gros naze, ça ne sert à rien.

    bref, dans l’état, c’est une bonne idée de merde

  33. Myshl Mabelle dit :

    @ Dumont le 13 mai 2018

    Le Service militaire obligatoire a été utile… Du temps où la France comptait sur sa jeunesse pour défendre le territoire national, et récupérer l’Alsace-Lorraine. Oui mais il a autorisé des officiers scolaires, généraux et supérieurs à consommer sans mesure la jeunesse française, plus celle d’Afrique, en une hécatombe d’un million et demi de morts obligés…

    Plus tard, en Corée ne sont partis que des volontaires, en Indochine ne sont partis que des engagés… Puis en Algérie sont partis des appelés…

    Le service militaire obligatoire est légitime s’il s’agit de défendre le territoire de la Nation, et à condition que les français aient encore conscience de constituer une Nation.

    D’où quelques questions… Les armées françaises défendent-elles la Nation, le territoire national, quand on les envoie combattre comme module de l’OTAN? Les armées françaises défendent-elles la Nation au dehors pendant que le territoire national n’a plus de frontières? Pendant qu’on accueille sur le territoire national plus d’ennemis de la France qu’on n’en « neutralise » dehors? Et des questions il en reste, que je vous épargne.

    Conclusion. Le service militaire obligatoire n’est plus de ce temps. Il n’y a plus de frontières, la France n’est plus indépendante, vendue à l’OTAN… Et la Nation est en déconstruction, par une dilution acide dans la prétendue « Europe », et par une infiltration exogène patiemment destructrice.

    Nous avons le C** entre plusieurs chaises. Et il y a de la place entre les chaises pour…

    Le service militaire obligatoire, ce serait faire entrer un troupeau de « Cheval de Troie » dans nos armées. Ce serait enseigner à nos ennemis du dedans comment mieux être nos ennemis du dedans plus du dehors.

  34. Vendée 1793 dit :

    Un truc m’étonne: çà fait un bout de temps que je lis des commentaires sur la valeur minable des engagés, les cadres pas terribles, des méthodes d’instruction et du matériel hors d’âge, des officiers « catho-tradi » coupés de leurs hommes, etc! Et pourtant, elle ne tourne pas si mal que çà en opérations la vieille armée française, elle remplit bien ses missions ingrates genre sentinelle. Les Belges et les Néerlandais n’ont quasiment plus d »armées, les Allemands, n’en parlons pas, et le reste de l’Europe….

    • who? dit :

      car les hommes qui servent sont pressés jusqu’à la derniere goute
      il reste encore quelques anciens qui ont transmis à certains, seulement il n’est plus de la culture actuel de maintenir cette transmission de savoir (être et faire), ce qui fait que l’armée sera de moins en moins demerde et donc de plus en plus assistée.
      Le fait de vouloir faire rempiler certains s/off n’est pas anodin: manque d’effectifs et de personnes sachantes.
      Bref, on finira comme l’Allemagne si la politique ne change pas et vite.

    • felipe dit :

      plus 1