Le chef des opérations de maintien de la paix de l’ONU défend le coût des missions des Casques bleus

Ces derniers mois, Ban Ki-moon, le désormais ancien secrétaire général de l’ONU, n’a cessé de lancer des appels pour doter les opérations de maintien de la paix des capacités cruciales qui leur font défaut, comme par exemple au Mali, où la MINUSMA [Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali] manque d’hélicoptères et de véhicules blindés de transport de troupes.

Á cela, il faudra sans doute ajouter une difficulté supplémentaire : le manque de moyens financiers. Ainsi, les États-Unis, qui restent les principaux contributeurs, envisage de limiter leur participation à 25% du budget total des missions de maintien de la paix, contre 29% actuellement.

Secrétaire général adjoint des Nations unies chargé des opérations de maintien de la paix, le français Hervé Ladsous, qui, par ailleurs, laissera bientôt son poste au diplomate Jean-Pierre Lacroix, a fait valoir que les coûts des missions menées par les Casques bleus sont déjà calculés au « plus juste ».

« Nous avons diminué le coût des missions par soldat de 16% sans diminuer leur qualité », a fait observer M. Ladsous, lors de sa dernière conférence de presse, donnée le 24 mars. « Nous faisons le maximum pour dépenser le moins possible » et pour « nous moderniser », a-t-il insisté, avant de faire valoir qu’une opération conduite par les Nations unies coûte « quatre fois moins cher que ce qu’elle coûterait à un grand pays occidental ». Cette estimation a été faite par la Rand Coporation, un centre de réflexion américain.

« Nous avons toujours essayé de reformater les missions, chaque fois que c’était possible, pour être le plus économique possible. On revoit les mandats, les effectifs, les équipements de manière régulière », a encore plaidé M. Ladsous. « Seize mission, 120.000 hommes déployés à travers le monde, pour 0,4% des dépenses militaires mondiales, c’est quand même assez peu », a-t-il ajouté.

Cela étant, plusieurs opérations de maintien de la paix menée par l’ONU prendront bientôt fin. Ce sera effectivement le cas en Côte d’Ivoire, au Libéria ou encore en Haïti. Mais, dans le même temps, d’autres missions demandent des moyens importants, comme au Mali, en Centrafrique (MINUSCA), au Liban (FINUL), au Sud-Soudan (MINUSS) et en République démocratique du Congo (MONUSCO), laquelle est la plus importante en termes d’effectifs (19.000 Casques bleus).

15 commentaires sur “Le chef des opérations de maintien de la paix de l’ONU défend le coût des missions des Casques bleus”

  1. Le problème principal n’est pas le budget ou le nombre de casques bleus mais leur efficacité/utilité. S’il s’agit seulement de figer une situation de crise (au mieux), sans régler les problèmes, ça n’en vaut pas la peine.
    L’ONU « gère » les conflits, elle ne les règle pas. Sans volonté ni capacité de coercition, les missions peuvent durer des décennies comme au Liban… et le coût cumulé des opérations fini par être astronomique.
    Et cette inefficacité militaire ne règle pas la situation humanitaire pour les populations : http://www.jeuneafrique.com/420277/politique/images-somalie-menace-de-famine/

  2. le systeme des casques bleus reposent sur la bonne volonte des pays contributeurs et des contingents mis a disposition de l onu par ailleurs enfermee dans des regles d engagement tres inadaptees a un vrai travail militaire; ideologie du maintien de la paix sans choix d adversaire designe a neutraliser et conditions de feu trop dangereuses; pas de reel commandement ou structure militaire integree a lonu a hauteur de 120 000 hommes deployes; moyens onusiens tres sommaires et souvent de second choix mais en fait adaptés au savoir des contingents souvent pauvres. lonu ne pourait etre une force de paix que si elle avit une sorte de corps expeditionnaire permanents coherent; une armee mondiale de paix impossible en fait…alors on part avec le casque bleu et le barbouillage blanc et puis on remet le beret et le camo et on fait vraiment le boulot…ca na pas change depuis trente ou vingt ans;;;

  3. Ils n’ont jamais vraiment empêché des belligérants de s’entre-tuer. La seule mission vraiment pertinente des Casques Bleus à mon sens est celle de la mise en place et du maintien d’un corridor humanitaire.

  4. De toute façon, c’est pas la peine de payer notamment pour des équipements, par exemple des véhicules. Le fric est visiblement détourné. J’en veux pour preuve que chaque fois qu’on voit une photo d’un matos de l’ONU, c’est toujours le numéro UN… Jamais le numéro DEUX…

    On se croirait rendus en 1111, à l’invasion des (H)UNs.

  5. A priori, il y a des pros des missions UN… Mieux vaut se taire que dire n’importe quoi. Visiblement, il y a un manque évident de connaissances quant au fonctionnement des missions UN. Mais c’est bien, la liberté d’expression permet tout.

    1. @Contractor.
      Vous dressez un constat. Vous nous injuriez d’ignorance. Mais vous n’apportez rien au débat que votre savant mépris. Profitez donc du Blogue de Lagneau pour nous sauver, apportez nous donc la connaissance qui nous manque. Mais méfiez vous, l’Histoire n’est pas de votre bord.

  6. Et le coût des civils là dedans? Il est exorbitant de chez exorbitant.

  7. S’il n’y avait pas de conflits, le monde n’aurait pas besoin de l’ONU. L’ONU ne sert donc ni à ramener la paix, ni à empêcher les guerres. C’est une organisation , c’est à dire une administration. Or on n’a jamais vu une administration quelconque mettre fin à sa propre existence. Il est donc inutile de lui demander d’être efficace.

    1. L’Organistation des Nations Unies n’est pas que le rassemblement des diplomates dans une grande salle (la réunion plénière). C’est aussi une multitudes d’agences qui TOUTES travaillent au bénéfice du monde entier, et une seule a une vocation partiellement militaire: Les casques bleus. La gestion mondiale des fréquences, la sécurité maritime, la sécurité aérienne, la lutte contre l’illettrisme et pour le développement, la coopération mondiale sur la météorologie, les progrès diplomatiques dans la lutte contre le réchauffement climatique, la préservation des cultures et des monuments les plus marquants, etc: Tout ça, c’est l’ONU via ses agences.

      1. Toutes plus où moins efficaces. Il faut y avoir été pour pouvoir constater qu’il ne s’agit avant tout d’une énorme bureaucratie.

  8. Moi, les « Casques bleus », j’y crois pas.

    En 1967 Nasser leur a dit, aux casque bleus: « Poussez vous » (je veux faire la guerre à Israël), et les casques bleus se sont poussés dans le Sinaï. Alors pour ce qui est de maintenir la paix, d’empêcher la guerre, ben les casques bleus c’est pas le top, c’est même une arnaque.

    En ex-Yougo, pendant la destruction de la Yougoslavie, les casques bleus néerlandais ont laissé massacrer sans broncher des milliers de gens, et sont restés bien au chaud à attendre leur prochaine solde.

    Au Rwanda pareil, on matraque la France, soit, mais ils ont fait quoi les casques bleus? Queue d’ale, sauf attendre leur prochaine solde.

    Conclusion, les casques bleus ne servent à rien qu’à payer des « soldats » que leurs gouvernements ne savent pas payer. Et comme ces « soldats » ne pensent qu’à envoyer du fric chez eux, ils n’ont rien à foutre de ceux qu’ils sont supposés défendre, de ceux entre lesquels ils sont supposés s’interposer.

    Et si les casques bleus ne servent à rien, alors l’ONU non plus, ou elle sert tout juste à occuper (Puissance occupante) les incompétents incapables de se rendre utiles dans leurs pays respectifs. Pour ça que la Royale (Pas la Marine, la Ségolène) candidate à un poste onusien.

    Ah si, les casques bleus sont utiles à quelque-chose. Les casques bleus népalais ont beaucoup apporté à Haïti, et c’est remarquable d’abnégation. Ils ont amené en Haïti… Le Choléra.

    Alors payer pour ce simulacre de « Maintien de la Paix », payer pour des mendiants de soldes qui détournent les yeux dès qu’il y a problème, ben non, pas payer.

    Et j’ose: Le meilleur moyen de maintenir la Paix, le meilleurs de tous temps, depuis les profondeurs obscures de l’Histoire… C’est de finir les guerres, et cesser de prétendre idiotement « Finir la Guerre ».

    Alors que l’ONU et ses pions peints en bleu nous foutent la Paix… (Pas mal?). Que l’ONU s’occupe de tout, des enfants, de la santé, de soulager les populations, mais qu’elle cesse enfin de prétendre « Maintenir la Paix » pendant qu’elle aggrave la Guerre.

    Le « Machin »… Purée De Gaule a trop souvent raison…

    1. Vous n avez pas tord sur bien des aspects du système casque bleu pour les petits contingents…c est profitable…mais des casques bleus meurent aussi surtout du fait des règles d engagement debiles qui en font des canards poses…un jour on en a marre et on fait le ménage avec ses propres couleurs…vieux souvenirs…l ONU n aura jamais une vraie armee mondiale parce que personne n en veut…

  9. N’oublions pas le fiasco MAJEUR de l’ONU et de ses casques bleus. L’ISAF.

    Les amerloques (USAméricains pour les connaisseurs) ont décidé d’occuper le Heartland asiatique, soit l’Afghanistan. Ceci après qu’ils ont bien aidé à ce que la Russie soviétique s’y plante, avant que la Chine s’y investisse (Ce qui est actuellement le cas), et pour empêcher le Pakistan d’y installer sa doctrinale « Profondeur stratégique » face à l’Inde.

    Bon mais il déblatère quoi, encore, le Myshl?

    Ben c’est immonde de simplicité. Machiavélique, encore qu’on devrait lui foutre la Paix, à Machiavel, vu qu’il est mort de belle lurette.

    Les amerloques décident de verrouiller l’Afghanistan et déclenchent leur opération « Enduring Freedom », avec leur voisins canadiens. Mais tout seuls ça fait pas bien. Alors ils en appellent à l’ONU.

    Et, sans blague, l’ONU dit « oui ». Et elle fait quoi l’ONU, elle confie sa mission onusienne, l’ISAF, elle la confie ben à l’OTAN, le truc « Atlantique-Nord ». La mer monte, mais de là à rendre l’Afghanistan riverain de l’Atlantique-Nord, c’est plus du réchauffement climatique, c’est une arnaque. Et l’OTAN c’est quoi, sinon le bras armé européen des amerloques (Ou plutôt les doigts, surtout celui du 3).

    Et puis le Canada, que l’intelligence n’a pas quitté, le Canada quitte « Enduring Freedom » et rejoint l’ISAF. Mais pour le sujet, toujours pas de casque bleus…

    Que des soldats dont on se moque. Des soldats qu’on envoie faire une guerre américaine sous couvert d’une ISAF onusienne habilement sous-traitée à l’OTAN, donc une guerre totalement américaine. Et ce pendant que la France paye sa coti à l’ONU et s’épargne de payer à ses soldats les trop simples et trop peu chers moyens de leur survie.

    Et pendant le même temps où nos soldats sont engagés dans une guerre ordonnée par les USA, sous-traitée par l’ONU à l’OTAN… Ils sont où les « Casques bleus »?

    Ben les casques bleus sont là où ils ne risquent rien que les vies de ceux qu’ils sont supposés protéger, surtout pas leurs vies à eux.

    Jusqu’à mériter que de bleus leurs casques deviennent rouges.
    Rouges du sang de ceux, dont nos camarades, qui font eux le boulot.
    Rouges du sang versé sous leurs yeux fermés de n’attendre que leurs soldes.

    Alors les « casques bleus », allez mendier ailleurs.

Les commentaires sont fermés.