La directive européenne sur le temps de travail dégrade la capacité opérationnelle de la Gendarmerie

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

49 contributions

  1. PK dit :

    Le problème est que ce genre de texte est valable grosso modo pour les gens qui travaillent en entreprise… (et encore on pourrait moduler énormément…).
    .
    Pour les autres, c’est un non sens. Aujourd’hui, l’application de ces textes dans les SDIS a conduit à des hérésies complètes (avec l’abandon des gardes 48/24). On se retrouve avec des pompiers quasiment aux 35h ! Or, un pompier ne « travaille » qu’en intervention (le reste est de la formation ou de la mise en condition) : or tout est sur le même plan !
    .
    Du coup, cela devient un casse-tête… que l’on bouche en faisant appel aux volontaires (sachant qu’un pro ne peut pas faire volontaire sur son temps de repos (mais un salarié du privé lui le peut !!!)).
    .
    Bref, du grand n’importe quoi comme seule Bruxelles et des hauts-fonctionnaires qui n’ont jamais bossé de leur vie peuvent pondre… Totalement déconnectés de la réalité !
    .
    Bonne chance aux gendarmes : vous passerez au falot comme tout le monde… Ainsi en ont décidé des gens qui n’ont jamais bossé de leur vie ! Avec la bénédiction complice de nos élus complices !

  2. cipal dit :

    Les abrutis de Bruxelles comptent saboter encore longtemps la Défense ?
    encore un petit effort et tout le monde fichera le camp de cette europe de malades mentaux, gérée par des abrutis béats et confits en droits de l’hommisme dépravés
    Il va falloir que ces abrutis congénitaux nous expliquent comment on fait sur un sous-marin en patrouille … encore un effort et nous arrêterons les opérations tous les jours à 17 heures !
    les sales cons qui ont accepté cet état de chose méritent le poteau pour haute trahison !

    • STARBUCK dit :

      Rien de plus à dire, il serrai temps que nos politiques leurs disent d’aller se faire f…et que si ça ne leurs plait pas c’est pareille et on dégage de ce merdier.

      • Mantore Gérard dit :

        « Dégager de ce merdier » oui, pourquoi pas. Mais il y a plus simple et plus subtil à faire, sans cérémonie : appliquer seulement les règles européennes qui nous conviennent et laisser nos « partenaires » gueuler parce que c’est tout ce qu’ils pourront faire, n’ayant aucun moyen de nous empêcher de jouer perso.
        .
        Mais bien sûr pour ça il nous faut un gouvernement composé de gens qui savent ce que « souveraineté » veut dire : ça ne s’apprend pas dans les partis politiques composés d’élus locaux habitués à travailler sous le contrôle d’une autorité supérieure (le Préfet, article 72 de la Constitution).
        Or c’est de là que sortent nos gouvernants depuis plus de quarante ans.

    • Victoire 1 dit :

      Pas tout à fait d’accord avec vous. Pourquoi, une fois partie des forces, je me suis retrouvé à manager dans des conditions civiles. 48 heures hebdomadaires avec un repos tous les 7 jours. Les gars étaient crevés et c’était pas de trop. Heures sup payées évidemment puisque nucléaire mais civil. Finallement en me souvenant de l’engagement en surface, et pas sous marins (c’est une différence), on faisait en déploiement 5 à 6 jours de mer, dimanche à la mer etc… Je ne veux pas dire que vous avez tord bien au contraire, le poste de combat ou de garde doit être maintenu. Cependant donner une norme rationnelle de temps de travail maximum n’est pas absurde. Que valions nous au bout de plus quelques heures au poste de combat…? Les politiques sont faciles, ce sont les militaires, qui acceptent le sacrifice suprême au cas où, donc ils sont corvéables à merci. Ce que je veux dire c’est que même les militaires sont des êtres humains, citoyens, avec des droits civiques limités, mais des citoyens. On tient le poste de combat tant qu’il faut parce c’est nécessaire pour chacun et tous. Par contre une fois que c’est fini il doit avoir compensation. Retraite, paye, jour de repos. Les militaires ne sont pas des esclaves au contraire ils ont une haute considération de leur mission, comme chaque citoyen ils doivent en être récompensé à leur juste valeur.

  3. Eric dit :

    Bienvenue dans le monde merveilleux de la bureaucratie bruxelloise… Ajoutée à celle de la France, ça devient explosif ! Le plus énorme, c’est que même une force de police et de défense comme la Gendarmerie est forcée de s’y plier, alors que sa mission régalienne est par excellence du ressort de l’état français, et de lui seul. Mais nos politiques démissionnent une fois de plus, comme d’habitude : et ils s’étonnent de ne plus être respectés par le peuple !

    • ALCALIN dit :

      Ils ne s’étonnent de rien ces …. (au choix) de politiques.
      Ils sont psychopathes et totalement obnubilés par le pognon, les avantages et
      le pouvoir, tout en protégeant leurs carrière. Tout le reste…sans intérêt.
      Cela fait plusieurs années que je perçois la transformation de la Gendarmerie
      par la mise au placard des éléments les plus humains et leur remplacement
      par des bas du front. Mais bon! c’est la théorie du complot!

  4. Pb75 dit :

    Un certain nombre de points bloquants:

    – certains temps d’enquête particuliers comme lors de la mise en place d’un dispositif de surveillance;
    – les garde-à-vue, car si le « GAVé » se fait légitimement attribuer des temps de repos lors des 24, 48h (voir 96h en dérogatoire, comme pour les affaires stups) ce n’est pas un « temps mort » pour le service d’enquête: il y a tout un tas d’acte de procédure à faire, des avis, des convocations avocats ou médecin, etc …
    – les escortes (pour déferement) etc … là il sera difficile de gérer ces temps de repos alors que le timing n’est pas aux mains des gendarmes. Lorsque la péniteniaire a récupéré (difficilement) les extractions judiciaires, le respect des temps de repos a été difficile voir impossible. Sur les escortes qui demeurent dans le giron gendarmerie/police, ça va devenir « serré » lors du cycle fin de GAV – déferement – comparution immédiate -escorte pour la maison d’arrêt – retour en brigade…

    Bref, cela va imposer d’avoir une certaine « créativité ». Il aurait été plus intéressant de négocier les régimes dérogatoires (exemple en limitant les contraintes de repos physiologique contre la réalité de jours de congés très importants en France). Mais comme on ne négocie pas en amont pour geindre a posteriori quand il faut mettre en œuvre le droit communautaire …

  5. Pat dit :

    Mais comme « la mesure est tout en état de cause définitive ». Peut-être pas, on peut quitter l’Union Européenne.
    En tous cas ne nous gargarisons pas avec la sois-disant pause dans la réduction des effectifs, ce genre de connerie, ce n’est pas fini, ça touchera l’ensemble des Armées et continuera de nous plomber sérieux.

  6. joel dit :

    Personnellement, je considère le repos des onze heures comme quelque chose de nécessaire pour la récupération physique et psychique de personnes qui subissent un stress professionnel important. C’est vrai pour les pompiers, les gendarmes, toutes les personnes qui sont soumises à une astreinte professionnelle. C’est indispensable pour être plus efficace quand on est à son poste.
    Il est vrai que l’impact budgétaire au quotidien n’est pas négligeable. Mais cela oblige avoir plus de personnels formés prêts à intervenir en cas de crise majeure. Cela permet d’éviter de graves erreurs qui peuvent être commises quand on est sous l’emprise de la fatigue.
    Je ne suis pas militaire, je bosse dans une entreprise privée et la majeure partie des incidents ou accidents surviennent en fin de poste, ou lors de cumuls de tâches stressantes.
    Personne même extrêmement bien entraîné n’est un surhomme ou une surfemme.

    • Waernuk dit :

      Donc, au moins UN commentaire rationnel et qui ne se vautre pas dans la facilité de l’anti-UE primaire. Merci d’avoir pris le temps de commenter Joel 🙂
      .
      Je vous rejoins tout à fait, ce n’est pas parce qu’une décision risque de coûter cher en organisation et en devises, qu’elle est forcément mauvaise. Ici en l’occurrence on parle de proposer des conditions de travail et de repos correctes aux personnels concernés. J’ai du mal à comprendre que ça fasse scandale sur un blog comme celui ci …

      • Victoire 1 dit :

        @joel, @Waernuk, entièrement d’accord!

      • cipal dit :

        Vous le gros malin , expliquez moi comment on fait sur un bâtiment qui fait 60 jours de mer sans escale, avec le rythme des quarts … plus les postes de combat,… vous croyez que l’on met en panne? ou qu’un paquebot nous suit pour le repos ?
        J’aime beaucoup l’avis des ignorants péremptoires !

      • FredericA dit :

        Nous sommes d’accord 😉

    • Lagaffe dit :

      Je suis d’accord, plutôt que d’augmenter le nombre de gendarmes pour régler le problème, on préfère critiquer l’europe qui essaye seulement de défendre les droits de tous les citoyens y compris les militaires à avoir des conditions de vie et de travail décentes.

  7. Sns dit :

    Petit rappel: les directives sont définies après avis des gouvernements.
    L »alerte avait été donnée il y a bien longtemps par le ministee de La Défense dont dépendait la gendarmerie mais il n’a pas été .
    Il était possible de faire valoir un opt-out.
    Enfin, il est toujours possible de demander une suspension de cette directive mais cela serait pour TOUTES les professions liées à la sécurité , statut militaire ou non.
    Et dans le second cas, il faut négocier avec les syndicats.
    Et la directive date de 2003….
    Donc c’est bien le gouvernement français qui est en cause..

  8. LLH dit :

    Comme l’avait signalé il y a quelques temps le colonel GOYA, 1 gendarme = 1,5 à 2 policiers. Différence de régime civil et militaire et de pratiques syndicales ensuite : http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2014/12/mais-que-fait-la-police.html
    et http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2014/12/le-colonel-imbibe.html

    Il s’était fait incendier proprement par les syndicalistes policiers. Même si la Cour des Comptes écrivait à peu près la même chose… https://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Police-et-gendarmerie-nationales-depenses-de-remuneration-et-temps-de-travail

    Nous y sommes donc, à cette civilisation de la gendarmerie. Le jour où, en raison des lois sociales et du syndicalisme, 1 gendarme fera (et ne fera que) le travail d’un policier, il y aura une autre équation budgétaire ou sécuritaire (ou les deux…)

    Allons plus loin : l’Armée de Terre dans Sentinelle, c’est « conforme » au droit européen ?
    Mesdames et Messieurs les Politiciens, assumez les textes que vous avez adopté.

  9. Bricoleur dit :

    Un militaire (dont gendarme) en OPEX pour 4 mois est « au travail » 24 h sur 24, sans permission. Si l’on calcule selon Bruxelles, à son retour, il est en « récupération » pour … la même durée … au moins !!!
    Quel est l’avis du MINDEF ?

    • WaterBoy dit :

      Réponse? La directive européenne sur le temps de travail devrait être lue avant d’être critiquée.

      Concrètemetn, elle ne s’applique aps aux activités spécifiquement militaires, dont les opérations extrieures, mais uniquement aux activités qui n’ont pas de justification militaire : un secrétaire militaire n’a pas de raison de travailler comme un âne là où un secrétaire civil faisant le même travail a droit à du repos.

  10. DRAILLET dit :

    Encore BRUXELLES ??????y en a marre de leurs directives un militaire c’est 24/24 (pour moi c’est une vocation) avec des adaptations c’est normal . A BRUXELLES , ils feraient mieux de s’occuper du temps de travail des délinquants de tout poils ,et là il y a du boulot.Je vais finir par comprendre les ANGLAIS avec la sortie de l’EUROPE ????????

  11. BT dit :

    L’UE n’a pas de problèmes plus urgents et plus graves à traiter, surtout dans la situation actuelle. On pense aux fameuses 35 h appliquées sans différenciation. Quels horaires sont réellement appliqués à ces fonctionnaires ?

  12. revnonausujai dit :

    Etonnés ?
    Qu’est ce que l’UE ne dégrade pas ?
    il va falloir modifier la Constitution et poser en principe que le droit européen ne s’applique que si il n’est pas contraire à celle-ci ( solution allemande !) ou mieux, que le droit interne est supérieur au droit européen ou encore mieux ..FREXIT !

  13. f.duchamp dit :

    et dans les hôpitaux, on fait comment ?
    Donc proposons à nos chers technocrates européens et juristes européens de vivre la situation suivante :
    le technocrate ou le juriste européen est victime d’une malveillance à la maison : pas de gendarmes pour le défendre ( ils récupèrent, et la relève n’est pas immédiatement disponible), bagarre, début d’incendie de la maison… mais pas de pompiers ( ils récupèrent, et la relève n’est pas immédiatement disponible), la maison brûle… le technocrate ou le juriste pourra alors pleurer sur son choix aveugle, irresponsable ou politiquement néfaste …

  14. Pat dit :

    Au fait, l’Europe de la Défense, vous en voulez encore?

  15. Delenne sylvain dit :

    Bientôt la semaine des 35H00 pour nos gendarmes ou va le monde il faut quitte cette institution qui nivelle par le bas ils nous demande de faire des effort et eux ils en mette pleins les poche et vote des loi qui ne tiennent pas compte de certaine particularités de certaines professions. On ne gère pas des militaires comme des ouvriers du bâtiment et chaque pays a sont systèmes c’est pas parce qu’ils ont des syndicats dans leurs armée que sa doit être pareil partout ils faudrait qu’ils respect l’intégrité de chaque nation De Gaulle l’avait prévue que cela arriverait.

  16. Celtibère dit :

    Il est plus qu’urgent de faire ce qu’il y a à faire pour sortir de cette UE totalement ubuesque.

  17. Seb dit :

    Eh bien pour une fois merci l’Europe!

    Il y a eu trop d’abus sur le temps de travail des gendarmes corvéables à merci, rappelés sur leurs descendances, et à qui on presse le citron sans arrêt.
    La gendarmerie a en un autre temps fait un tour de passe passe pour les astreintes, alors maintenant elle ne peut rien faire.
    Enfin du progrès social en gendarmerie!

  18. wrecker47 dit :

    S’il y a des métiers faciles avec des horaires bien huilés ce n’est pas le cas de nos gendarmes qui sont au charbon 24/24!
    Quelques soient le grade j’en connais pas qui chôment quelques soient les fonctions !
    Il arrive même parfois dans les Gendarmeries reculées ce soient leurs femmes qui répondent au téléphone !…gendarme c’est pas un métier de feignants !

  19. BEBEU78 dit :

    et oui … les gendarmes utilisables et corvéables à merci … c’est fini !!!
    si la DGGN – au lieu de pleurnicher – avait anticipé cette directive au lieu de l’ignorer depuis plus de 10 ans … son adaptation se serait faite plus facilement ! commander c’est prévoir parait il !!!
    merci aux APNM (de la GN) qui ont fait le job en obligeant le MinINT pour la Gendarmerie et le MinDEF pour les armées à se conformer enfin à la Loi !!!
    et puis si les Carabiniers et la Guardia Civil sont passés sans encombre sous cette directive Européenne je ne doute pas que les grands chefs de la Gendarmerie formés parait il dans les meilleurs écoles … y parviendront sans trop de difficultés !!!

  20. Ancien criquet dit :

    Le jour où on mettra les cons en orbite, rien que ceux de Bruxelles nous empêcheront de voir le soleil. Je me rappelle des repos de 6 h, et je n’en suis pas mort.

    • Jean Pierre dit :

      La société évolue pourquoi pas lle gendarmerie
      Ras le bol du  » moi de mon temps. .. »
      Votre gendarmerie nationale plus rien à voir avec celle d’aujourd’hui

  21. Moi dit :

    Ces directives ont déjà tué les services d’urgences et certains services hospitaliers qui étaient en garde de 24 h et qui ont perdus en opérationnalité ; tout ceci soutenu par les grandes centrales syndicales qui pensent qu’en travaillant en cycle de 7 h, on va créer du travail pour tous et surtout… du travail pas trop éreintant.
    Chez les sapeurs pompiers, même topo.
    Mais comment pouvons nous aborder le prochain « Bataclan » avec des fonctionnaires : militaires, gendarmes, policiers, sapeurs pompiers, SAMU…… qui respecteraient les directives européennes ?

  22. Aristoteles dit :

    La difficulté dans cette situation est de bien faire la part des choses. En effet, il faut répondre à cette injonction paradoxale : comment faire plus avec moins.
    En effet, face à l’urgence et le manque de moyens humains et matériels, tout un chacun cherche des solutions en rognant sur certains principes. Celui du repos physiologique en est un.
    Je remercie Joel pour sa contribution car effectivement, quelle que soit la profession exercée, nous sommes tous des êtres humains qui ont des besoins vitaux.
    Certes les militaires peuvent être appelés à servir en tout temps et en tout lieu, il n’en reste pas moins que le sommeil et le repos sont gages d’efficacité : de nombreuses études sur ce sujet sont disponibles sur le Web, tout comme son corollaire, le Burn out.
    Enfin, si l’on s’intéresse de par le passé à des conflits ou des guerres, on voit bien que si les hommes ont « tenu » au-delà du soutenable, c’est la plupart du temps grâce à l’absorption de substances plus ou moins licites (alcool, drogue, …) qui altèrent le jugement.
    Voir ou à revoir le super film de Stanley Kubrick « Full Metal Jacket », par exemple.
    Par conséquent, je pense que critiquer cette directive européenne qui nécessiterait certainement des adaptations selon les cas, est une manière détournée de ne pas dire que sans effectifs supplémentaires et une justice efficace, toutes ces fausses bonnes idées sont un emplâtre sur une jambe de bois.

  23. Céphée dit :

    L’anti-EU primaire et stupide fait encore couler trop de pixels…

    Personnellement, je vois l’application de cette directive (vieille de 13 ans !!!) comme une bonne chose car, travaillant dans l’Aéronavale, je constate qu’un trop grand nombre de conneries sont faites à cause de la fatigue. Parfois au point de mettre en danger les aéronefs, les PN, et les missions en général.
    Se reposer de manière correcte permettra de grandement limiter les erreurs dues à la fatigue et au stress.

  24. m2m dit :

    Autre remarque : Pas de bol que cette directive menace l’impact des augmentations d’effectifs. Quand on réduit le travail (sauf réorganisation qui augmente la productivité suffisamment pour compenser), il faut plus d’effectifs pour produire la même quantité. Cela coûte donc plus cher. Quand les entreprises le font remarquer à un gouvernement français qui veut imposer une réduction du travail, celui-ci leur répond : « bah tant pis, il faudra payer alors ». Mais quand le gouvernement se rappelle qu’il est aussi employeur, il peut lui décider de s’asseoir dessus purement sur la loi (voir les 35h à l’hôpital etc)! Comme c’est pratique. Il est bon qu’on rappelle au gouvernement ses obligations, ne prenez pas la mouche parce que c’est une institution européenne qui doive le faire, même si j’aurais aussi préférer, dans le cadre d’une démocratie qui fonctionnerait mieux, qu’on ait trouvé une solution en « interne ».

  25. bcmfr dit :

    Bonjour à tous

    étant moi même gendarme, je suis concerné. Il ne fait pas oublier que suite à l’application de cette directive, la première fautive est la gendarmerie. Cette directive date de …. 2003 et la gendarmerie a fait la sourde oreille jusqu’à ce que l’europe lui impose en 2015. Si la gendarmerie avait été prévoyante, depuis 2003; elle aurait eu le temps de pondre quelque chose de cohérent et pas un texte temporaire fait à la vas vite et surtout inapplicable en brigade..
    Enfin, le DG nous dit que finalement, il ne faut pas se plaindre car on nous accorde 48 heures de repos par semaine alors que la directive n’en prévoit que 24… Comme quoi..

  26. Naumachiae dit :

    Bonjour,
    Au-delà de la facilité à tirer à boulets rouges sur Bruxelles, l’on devrait s’interroger sur les raisons de cette mesure et les vraies contraintes qu’elle pose dans son application.

    Il convient de rappeler en préambule que si la directive sur l’organisation du temps de travail est applicable depuis le 1er janvier 2016, elle a près de 10 ans et tous les États Européens ont normalement pris le temps de s’y préparer 😛

    L’Europe, c’est nous, c’est la démocratie, et qu’on soit pour ou contre, sans suffrage en décidant autrement il n’y a pas lieu de l’ostraciser, encore moins de dire que parce qu’on siège à Bruxelles, on est forcément plus bête qu’un militaire en opérations, c’est profondément stupide et primaire.

    Dire seulement que le HCECM s’inquiétait de la transposition de cette directive aux militaires, c’est biaiser significativement son propos car il est bien d’abord, de dire (et écrire en l’occurrence) que le HCECM s’est positionné pour la transposition la jugeant possible et même souhaitable et que par extenso il fallait en contrepartie se doter des outils pour le faire intelligemment !

    Enfin , ce genre de normes ne sont pas le fruit d’élucubrations de marioles patentés, elles reposent sur des études sensées, réfléchies et argumentées.

    Voilà pour un (trop) long préambule, désolé !

    Qu’y aurait-il de choquant à ce que le ministère de la défense se dote d’une capacité à mesurer le temps de travail : aucune, sauf si l’on a peur de devoir avouer qu’une moyenne pour les marins par exemple est à 56 heures par semaine et 76 heures en unité embarquée par exemple (chiffres DPMM en tournée des ports 2015).

    La pleine disponibilité des forces doit demeurer, le caractère opérationnel de nos unités doit être préservé, mais la santé de nos militaires doit l’être tout autant et il y a donc bien un compromis à préserver pour conserver toute notre capacité opérationnelle dont relève aussi l’Homme !

    Donc si cette mesure doit permettre un repos physiologique plus juste ou une meilleure compensation et reconnaissance financière des efforts soutenus fournis, pourquoi s’en priver par défaut, sans même y réfléchir, c’est dommage ?!

    Dans les faits, il ne fait nul doute qu’à minima les contraintes de service en unités non opérationnelles peuvent être réduites, que celles des unités opérationnelles doivent être (re)pensées.

    En fait, la vraie problématique derrière cette directive qui s’impose à nous, que nous le voulions ou non, c’est le recrutement !

    Car si l’on offre un juste repos à nos personnel, gage d’efficacité, etc., il faut qu’en contrepartie nous puissions continuer à exercer la permanence de notre action, donc remplacer ces ETPT qui vont disparaître, c’est aussi trivial que ça, et comme nous ne sommes pas riches, trouver des compromis et pas dans l’urgence parce que la CEDH nous a condamnés quand on a trop fait l’autruche…

    Naumachiae

  27. Patrick Sicé dit :

    @ Joel et Vaernuk
    Sauf que les militaires français ont déjà 45 jours de permissions (soit 9 semaines) plus des Temps de rattrapage des activités opérationnelles soit en fait presque une douzaine de semaines de congés destinées déjà à compenser les servitudes de la fonction et à permettre de se reposer. Les missions opérationnelles se déroulent dans des conditions toujours très différentes les unes des autres et il devrait revenir au commandement de les organiser en conséquence et en fonction de l’état de fatigue des troupes. Pas aux fonctionnaires de l’UE! La directive européenne ne tient pas compte des dispositions déjà prises dans le cadre national. Nos gendarmes vont ainsi bénéficier des « largesses » des uns et des autres….Tant mieux pour eux (et aucun ne se plaindra, si j’en étais je ne le ferai pas non plus), mais tant pis pour le contribuable et pour l’institution.
    « Alors qu’elle prévoit 24 jours de vacances par an, nous sommes à 45 jours de permission. Alors qu’elle prévoit 24 heures de repos par semaine, nous sommes à 48 heures », a détaillé le général Lizurey.

  28. tschok dit :

    Ah, ce qu’on adore nos petit gars de la franchouille quand ils donnent dans l’anti-UE primaire.
    .
    La directive en question est une directive qui a été adoptée en 2003: si en 2016 la France n’est pas foutue de l’appliquer, il ne lui reste plus qu’à solliciter un délai supplémentaire… Mais interrogez-vous quand même: 13 ans pour s’adapter à une directive sur l’aménagement du temps de travail ne me semble pas un délai si bref qu’on puisse prétendre avoir été pris par surprise.
    .
    La directive en question est ensuite une directive adoptée par le Conseil de l’UE, composé des ministres de chaque Etat membre et par le Parlement européen: si vous n’êtes pas contents de cette directive, engueulez Bruxelles (sorte d’ectoplasme non identifié, mais surement appeau à connards ) si vous voulez, mais engueulez surtout notre gouvernement et nos députés européens – vous savez, ceux pour lesquels vous ne votez pas, parce que vous avez piscine – et arrêter de faire chier l’Europe.
    .
    La disposition de cette directive qui pose notamment problème est d’une sévérité sans borne, jugez plutôt:
    .
    « Article 3

    Repos journalier

    Les États membres prennent les mesures nécessaires pour que tout travailleur bénéficie, au cours de chaque période de vingt-quatre heures, d’une période minimale de repos de onze heures consécutives. »
    .
    Ben ouais, vous n’êtes pas au courant? L’esclavage a été aboli en France. Maintenant il est clair que mettre 11 heures CONSECUTIVES de repos dans une journée qui en compte 24 peut être assez chiant, raison pour laquelle un article 17 prévoit une liste de dérogations longue comme le bras. Et d’autres dispositions de cette directive permettent des aménagements.
    .
    Si ça vous intéresse, c’est là: http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=celex%3A32003L0088
    .
    Le problème, c’est pas la directive, c’est son interférence avec le non-droit français: la gendarmerie a fait le choix de ne tout simplement pas s’en préoccuper et de continuer avec ses propres règles internes, qui ne sont pas nécessairement respectueuses des droits les plus élémentaires de ses agents. Le droit européen est un droit de gens sérieux, alors que nous, en France on aime bien la vasouille, le non-droit, l’interlope, les zones grises, les trucs pas nets. C’est ça qui est chiant, c’est la rencontre entre la rigueur européenne et la plasticité de la règle française.
    .
    Mais il y a bien un moment où il faut que la gendarmerie gère son personnel en appliquant des règles qui sont à la base complètement normales: un gendarme est un être humain, il a le droit au repos, d’autant plus que son travail est éprouvant. Il n’est pas corvéable à merci.
    .
    Si la France se fait régulièrement épingler sur le droit européen, c’est parce qu’elle est dans une attitude puérile de refus frontal d’appliquer un droit qu’elle a elle-même contribuer à mettre en place: ce sont nos ministres et nos députés qui ont voté ce texte.
    .
    La directive est entrée en vigueur le 2 aout 2004, elle a donc fêté son 12ième anniversaire cet été. On peut pas dire qu’on a été bousculé par l’urgence, mais il serait peut-être temps de s’y mettre sérieusement plutôt que de continuer à débiter nos conneries habituelles sur l’Europe, blabla-Frexit et autres foutaises. Il n’est pas interdit de prendre le taureau par les cornes plutôt que de toujours tenir un discours de geignards victimaires qui subissent le monde au lieu de le faire.
    .
    Rendez-vous compte qu’Internet n’oublie rien et que vos descendants vous liront: quelle image voulez-vous leur laisser? Prenez exemple sur notre gendarmerie qui, après avoir éludé le problème pendant 13 ans, a enfin eu le courage de s’y coller (faut dire que ça commençait à sentir le gaz). Mieux vaut tard que jamais! telle est sa devise.
    .
    Et puis de toute façon, il n’y a pas à tortiller: la gendarmerie, c’est la loi, donc elle doit donner l’exemple. D’autant plus que la gendarmerie est impliquée avec d’autres services dans la répression du travail clandestin, elle ne peut donc pas se maintenir dans une zone interlope s’agissant de la règlementation du travail de ses propres agents. Elle doit être dans les clous, point.

    • Pat dit :

      Oui, arrêtons de « faire chier » l’Europe, cassons nous! Monsieur, j’espère me tromper, mais n’étant pas si naïf je vous soupçonne d’être militaire, gendarme probablement; vous avez du entrer dans l’armée par vocation, mais vous y restez pour la gamelle et si l’Europe peut améliorer la sauce je comprends que vous lui rendiez hommage. En insultant la France de cette façon vous ne faites pas honneur à une institution qui vous nourrit plutôt bien: faites un compte honnête de vos avantages (repos, permissions, recups, retraites…).

    • revnonausujai dit :

      il n’y a pas d’anti- UE primaire , secondaire ou de rang indeterminé ! on admet la situation actuelle ou on veut la changer
      vous pensez que la France doit s’effacer devant l Union, c’est une opinion, mais elle n’a ni plus ni moins de valeur que celle des souverainistes et être pour l’UE ne vous place pas ipso facto dans le camp du Bien.
      vous soulignez que ce sont les gouvernement et députés « européens » français qui se couchent et donc sont les premiers responsables: raison de plus d’en mettre en place d’autres qui ne se coucheront pas !

      tiens, j’en remets une couche: l’UE , c’est l’URSS moins le KGB : mêmes nomenklatura qui se goberge,même bureaucratie tatillonne et ubuesque, même prétention à vouloir tout régenter, même réalisations « potemkine ».
      On peut légitimement ne pas apprécier méthodes et objectifs du Komitet gossoudarstvennoï bezopasnosti, mais c’est à peu près la seule chose qui était éfficace, l’UE n’a même pas ça !

      • Nihilo dit :

        Soyons honnêtes : nous ne savons pas ce qu’est l’Union européenne. Quelle proportion de citoyens franaçis est capable de faire la différence entre Parlement européen, Conseil de l’UE, et Commission européenne ? Moi je n’en suis pas capable.

        Arrêtons le populisme anti-UE. Nous servons les intérêts des partis extrèmistes. (Et je vous accorde qu’en ne faisant rien, nous servons les intérêts des partis politiques détestables qui se succèdent au gouvernement depuis 30 ans …) A la tête de l’UE il y a des êtres humains. Ce n’est pas une machine. Ces personnes sont élues, elles appartiennent à des partis politiques, et elles ont une nationalité. Donc que des hauts-fonctionnaires et / ou politiques français accusent l’UE, ça revient à ce qu’ils accusent leurs pairs, ils s’accusent eux-mêmes, ils s’accusent entre eux.

        S’ils ont permis qu’apparaissent une ânerie c’est qu’ils sont incompétents, qu’ils ne se plaignent pas, qu’ils n’accusent pas, qu’ils travaillent à corriger ça, c’est tout !

        L’UE ne peut pas être coupable de toutes les erreurs et fautes commises depuis 30 ans et plus par les gouvernements français en France.

        • revnonausujai dit :

          vous avez raison: les hommes politiques nationaux sont des crevures.
          et comme les hommes politiques qui occupent les postes UE sont choisis parmi les premiers, ils ne peuvent être que de supercrevures, tel l’ivrogne juncker, magouilleur hors classe quand il n’était que luxembourgeois !

          le fait que les politiques français soient mauvais n’exonère pas l’UE de ses tares; ça ne fait , malheureusement qu’une écurie d’Augias supplémentaire à nettoyer, comme s’il ne suffisait pas des notres !
           » qu’ils travaillent à corriger ça  » ben non, ils ne veulent pas travailler à corriger ça puisqu’ils en profitent , à la fois pour se dédouaner à bon compte, à se trouver des sinécures supplémentaires et à s’y faire du fric.

          le problème des « partis extrémistes » est un faux problème; d’abord par ce que l’extrémisme est à géométrie variable ( en gros, l’extrèmiste c’est l’autre) , ensuite par ce qu’il ne suffit pas de baptiser extrémiste toute personne qui remets en cause le fonctionnement actuel de l’UE pour en faire un ogre mangeur de petits enfants !

  29. Jeff dit :

    Rappelons également que la France a été epinglé par l’UE quelques années en arrière pour ne pas respecter les règles sur les heures supplémentaires dans les armées (SIC) …. Après tout quand on atteint plus de 200h sup par mois… A non pas d’heures sup c’est vrai, en tout temps, en tout lieux… Pour l’honneur et la gloire des armes de la France !

  30. Nihilo dit :

    J’adhère aux commentaires de Victoire 1, Joel, Waernuk, bcmfr, Aristoteles, Céphée, et surtout de tschok et Naumachiae (j’espère n’avoir oublié personne).

    Nous, citoyens français connaissons mal l’Union européenne. Nous confondons Union européenne, CE, CEE, Espace Schengen, Zone Euro, etc. Ce n’est pas notre faute et c’est tellement complexe. (Mais il y a pire, il y a les britanniques, les pauvres la connaissent si peu que leurs politiques les ont manipulés pour leurs propres carrières et ça a amené à cet incroyable Brexit.) Les politiques en profitent. Ils reportent régulièrement leurs erreurs et fautes sur l’UE.

    Cette directive n’est pas nouvelle comme certains l’ont rappelé. J’ajoute que ce n’est pas la directive européenne qui est obligatoire mais sa transposition dans les états membres c’est-à-dire les décrets propres à chaque état. C’est le décret français lié à la directive européenne qu’il est obligatoire de respecter. (Oui je sais c’est compliqué.) Et le décret n’est pas forcément le copié-collé de la directive. (Ainsi certaines directives européennes sur l’environnement ont été transposées en France, ont donc donné naissance à des décrets français, et ces décrets ont été rédigés plus exigeants que les directives européennes auxquelles ils sont liés … Voilà pourquoi les agriculteurs et / ou éleveurs se plaignent … Je crois que c’est Mme ROYALE qu’il faut remercier …) Donc peut-être que le décret français pourrait épargner la Gendarmerie Nationale et d’autres services lors de la transposition nationale de la directive européenne …

    Donc soit cette directive est particulière et l’interdit
    soit les hauts-fonctionnaires et politiques en question ne le savent pas et sont donc incompétents en la matière
    soit ils le savent et accusent l’UE pour obtenir quelque chose …

    C’est le même problème qu’avec le règlement européen REACH (une sorte de directive européenne sur l’environnement) qui, soi-disant, met en péril les armées et l’industrie de la défense, alors que cette industrie est exemptée …

    Renseignons-nous. Arrêtons de croire systématiquement ce que nous disent nos politiques.

  31. Alain Luc dit :

    J’ai du mal à suivre cette directive européenne qui traite le sujet du temps de travail « des travailleurs » alors que les forces armées (dont la gendarmerie) n’en comportent pas. Les militaires ne sont pas des « travailleurs », je crois savoir qu’ils disposent de textes spécifiques, de dérogations , d’un statut particulier. Il y a des fonctions spécifiques dont l’organisation ne regarde que l’Etat concerné de part leurs spécialités et leurs dangers (militaires, policiers, unités spéciales, etc…) L’usine à vomir des directives sur tout et n’importe quoi qu’est l’UE, dont aucun citoyen n’a été véritablement consulté et n’a jamais consciemment donné son accord pour sa « construction » (sauf en 2005 et c’était non), sème le trouble et la confusion dans tous les domaines. Si le fédéralisme européen avec destruction des Nations sont au programme, alors il conviendrait de demander aux français s’ils sont d’accord. Vu la dégringolade dans tous les domaines que nous subissons depuis 30 ans malgré toutes les promesses répétées à l’envie par nos dirigeants, il serait fort probable que le peuple ait bien envie de reprendre les rennes de la Nation plutôt que de la laisser aux mains de fonctionnaires apatrides, responsables de rien, surpayés, bénéficiants de privilèges exorbitants et élus par personne. Il y aurait également un grand coup de balais à donner parmi nos élus, pour la plupart traîtres à la Nation et aux principes inaliénables de la Constitution dont certains confondent servir et se servir.

  32. Nihilo dit :

    Question toute bête : comment font les autres pays membres de l’UE avec cette directive ? …