M. Le Drian annonce la commande de 14 avions ravitailleurs A330 MRTT

Si le dossier des drones MALE est prioritaire pour l’armée de l’Air, celui du remplacement de ses avions ravitailleurs l’est tout autant, si ce n’est plus, dans la mesure où ces appareils jouent un rôle prépondérant dans les missions confiées au Forces aériennes stratégiques.

Or, les C-135 FR actuellement mis en oeuvre par le Groupe de Ravitaillement en vol (GRV) 2/91 Bretagne affichent près de 50 ans de service, ce qui n’est pas sans poser de soucis dans leur maintien en condition opérationnelle (MCO), lequel coûte environ 55 millions d’euros par an.

La question de leur remplacement n’est pas nouvelle. Dans le budget 2012, il avait été prévu une ligne de crédit pour réaliser, à cette fin, « une étude de définition et de levée de risques. »

Et il restait encore à déterminer le type d’avion appelé à prendre la relève des C-135, même si le choix A330 MRTT (Multi Role Tanker Transport) ne faisait aucun doute. Cependant, l’armée de l’Air a été prudente à ce sujet, du moins tant qu’il y avait une incertitude concernant la procédure d’acquisition envisagée.

Ainsi, l’an passé, et alors que l’avion d’Airbus Military avait été cité comme étant le futur avion ravitailleur de l’armée de l’Air par son chef d’état-major de l’époque, le général Paloméros, le Sirpa Air avait tenu, par voie de communiqué, à préciser que « le choix de l’appareil (…) n’était (…) pas arrêté à ce jour. »

Il s’agissait ainsi de se prémunir contre tout éventuel recours juridique, d’autant plus que le choix de l’US Air Force en faveur du KC-46 Boeing aux dépens de l’A330 MRTT quelques mois plus tôt, à l’issue d’un appel d’offre lancé par le Pentagone, avait suscité de nombreuses critiques de responsables européens, et notamment français.

Quoi qu’il en soit, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a finalement annoncé, lors d’un déplacement en Espagne, le 19 octobre, ce que tous les observateurs attendaient, à savoir la commande de 14 A330 MRTT à partir de 2013.

« J’ai rencontré mon homologue espagnol en partenaire et je suis venu ici en client », a lancé M. Le Drian sur le site de construction du MRTT, à Getafe, à l’issue d’un entretien avec Pedro Morenes, le ministre espagnol de la Défense.

« La France a décidé de commander 14 avions ravitailleurs MRTT à partir de 2013 », a ainsi ajouté le ministre français, en précisant qu’il s’agissait d’un « cycle de commandes » qui débutera l’année prochaine.

Sur la base des précédentes commandes concernant cet appareil et passées par le Royaume-Uni et l’Australie, le montant d’un tel contrat pourrait s’élèver à 2,4 milliards d’euros, le prix unitaire d’un A330 MRTT étant de 175 millions. Les premières livraisons devraient s’étaler entre 2017 et 2024, selon un rapport de la Cour des comptes publiés en juillet dernier.

Cette annonce fait suite à l’engagement pris en avril par la France, l’Allemagne et les Pays-Bas visant à renforcer les capacités européennes en matière de ravitaillement en vol, lesquelles ont montré leurs limites lors de l’opération Unified Protector en Libye. Il est ainsi question d’accroître le potentiel de ces dernières, d’ici 2020, en mutualisant les moyens existants et en les développant par l’acquisition de nouveaux avions.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].