Paris et Londres lancent un programme commun de drones de combat

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et son homologue britannique, Philip Hammond, se sont engagés, ce 24 juillet, à renforcer la coopération militaire entre la France et la Grande-Bretagne en développant une plus grande interopérabilité entre les forces armées des deux pays.

Au chapitre de l’armement, deux accords cadres ont été signés. Le premier porte sur une partenariat concernant le drone tactique Watchkeeper, ce qui ouvrirait la possibilité d’une coopération entre les unités françaises et britanniques qui utiliseraient ainsi les mêmes systèmes.

Cette annonce au sujet du drone Watchkeeper, développé par Thales UK sur la base de l’Hermes 450 de l’israélien Elbit, n’est pas une surprise. Lors d’une audition devant la commission sur la défense et les forces armées de l’Assemblée nationale, en octobre dernier, le directeur général de l’armement, Laurent Collet-Billon, avait annoncé la mise à l’étude de l’achat de quelques exemplaires de cet appareils afin de remplacer les Sperwer actuellement en service au sein de l’armée de Terre.

Si les essais que l’armée de Terre réalisera avec le Watchkeeper sont concluants, alors la décision d’en commander quelques exemplaires sera prises par Paris, ce qui permettra ainsi de constituer un « pool » commun avec les Britanniques.

Le second accord vise à lancer les premiers travaux du programme de démonstration du Système de Combat Aérien Futur (SCAF), qui, financé à hauteur de 13 millions d’euros pour les études préliminaires, sera confié à BAE Systems et Dassault Aviation. Cet appareil devrait être prêt à l’horizon 2030.

Les deux industriels avait déjà signé un accord pour développer en commun un drone MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance), le Telemos, lequel aurait dû entrer en service en 2020. Par ailleurs Dassault Aviation et BAE Systems travaillent déjà sur un drone de combat, le premier avec le démonstrateur nEUROn, fruit d’une coopération européenne, le second avec le Taranis.

Par ailleurs, Jean-Yves Le Drian et Philip Hammond ont évoqué « les progrès » de la coopération franco-britannique « dans le domaine du nucléaire » et « salué le travail en cours concernant la mise en place de la Force expéditionnaire commune interarmées (CJEF, Combined Joint Expeditionary Force) ».

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].