Gérard Longuet confirme la commande d’avions ravitailleurs A330 MRTT en 2013

En novembre dernier, la publication Aviation International News rapportait des propos qu’aurait tenus le chef d’état-major de l’armée de l’Air (CEMAA), le général Paloméros, au sujet d’une commande, en 2013, de 5 à 7 avions ravitailleurs A330 MRTT. Cela confirmait d’ailleurs une information publiée quelques semaines auparavant et dont Zone Militaire s’était fait l’écho.

Seulement, un communiqué du Sirpa Air, daté du 28 novembre, avait démenti les propos prêtés au général Paloméros. « Un contrat de levée de risques, initié en 2012, permettra de consolider les éléments techniques nécessaires pour acquérir le système à même de satisfaire aux missions de ravitaillement en vol et de transport stratégique. Le choix de l’appareil, répondant à ces besoins, n’est donc pas arrêté à ce jour » pouvait-on lire dans le document. Dans le même temps, l’auteur de l’article d’Aviation International News, contacté par ce blog, maintenait ses informations.

Dernier rebondissement en date : la déclaration, faite ce 9 janvier, par le ministre de la Défense, Gérard Longuet, devant l’Association des journalistes professionnels de l’aéronautique et de l’espace (AJPAE).

« J’ai cru comprendre que notre volonté est bien d’acheter des MRTT (Multirole tanker transport) de chez Airbus » a-t-il affirmé. « La commande est prévue en 2013 pour livraison quatre ans plus tard » a-t-il ajouté, tout en qualifiant « d’élégance sémantique » les démentis publiés par ses services, selon lesquels aucun choix concernant le type de l’appareil n’avait été encore fait.

La prudence du Sirpa Air se justifiait tant qu’il subsistait un doute sur la procédure d’achat des avions ravitailleurs, c’est à dire de gré à gré ou via un appel d’offres. Or, le premier mode d’acquisition est tout à fait permis par l’article 346 du Traité sur le fonctionnement de l’UE, pourvu que l’intérêt supérieur à la sécurité de l’Etat soit évoqué. Ce qui est le cas dans cette affaire.

Cela étant, le choix de l’A330 MRTT est un secret de Polichinelle. « Nous devons en acheter de nouveaux et je n’en vois pas de meilleur » avait ainsi déclaré, en avril 2011, Gérard Longuet, au sujet de l’avion d’Airbus Military.

Jusqu’à présent, l’A330 MRTT a trouvé preneur au Royaume-Uni, en Australie, en Arabie Saoudite et aux Emirats arabes unis. L’Inde pourrait être également un autre débouché pour cet appareil, qui est donc appelé à remplacer les C-135 FR du Groupe de ravitaillement en vol « Bretagne », lesquels ont été mis en service dans les années 1960 et dont le maintien en condition opérationnelle coûte 55 millions d’euros par an.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].