masse / Archives

Armée de Terre : « Nous devons penser à la perspective de conflits de haute intensité », prévient le général Facon

Quand il prit les rênes du Pentagone, en 2001, Donald Rumsfeld s’attacha à mettre en place une nouvelle doctrine resposant sur la « révolution dans les affaires militaires » [RMA], selon laquelle la technologie permettait d’avoir un avantage décisif sur l’adversaire, tout en engageant des unités aux effectifs réduits mais à la fois plus souples et plus

La DGA a prononcé la qualification d’une nouvelle version du VBCI

L’an passé, la Direction générale de l’armement (DGA) avait confié à Nexter un contrat visant à modifier 48 Véhicules Blindés de Combat d’Infanterie (VBCI) afin d’améliorer la protection des combattants. L’opération alors envisagée consistait à ajouter des kits de surblindage contre les mines et les engins explosifs improvisés (IED) ainsi qu’un système de protection active.

Le premier sous-marin S-80 ne sera pas livré à la marine espagnole avant 2017

Lancé afin de remplacer les sous-marins à propulsion classique de classe Agosta en service dans la marine espagnole, le programme S-80, mené par Navantia, a connu une énorme déconvenue quand l’industriel s’est aperçu que le premier submersible qu’il était en train de construire présentait un problème de masse. Trop lourd au point qu’il n’est pas

Le FELIN pèse lourd pour les parachutistes

« Souple, félin, manoeuvrier ». Telles sont les caractéristiques que l’on prête aux parachutistes français. En est-il de même quand ils sont dotés du système FELIN (Fantassin à équipements et liaisons intégrés)? Le député (UMP) François Cornut-Gentille, passé de la commission de la Défense à celle des Finances, a posé cette question par écrit au ministre de

Une aide américaine pour alléger les sous-marins espagnols S-80

Afin de remplacer ses 4 sous-marins à propulsion classique Agosta, dont la conception est française, l’Espagne a lancé le programme S-80, confié au constructeur naval Navantia. Ce qui d’ailleurs coûté le partenariat du constructeur espagnol avec DCNS, avec qui il collaborait pour l’exportation d’un autre type de submersible, en l’occurrence, le Scorpène. Seulement, et alors