Le ministère des Armées lance un appel à contributions sur l’avenir de la réserve militaire

Gagner de la masse et stimuler les forces morales au sein de la population française à la lumière de la guerre en Ukraine. Tels sont les ambitions affichées pour l’avenir de la réserve militaire, dont l’effectif est appelé à doubler dans les années à venir, comme l’a annoncé le président Macron lors de son discours prononcé à l’Hôtel de Brienne, quelques heures avant le défilé du 14-Juillet.

Cette ambition sera portée par la prochaine Loi de programmation militaire, actuellement élaborée par six groupes de travail [alliances et partenariats stratégiques, économie de guerre et équipement du combattant, environnement de travail et conditions de vie du militaire, espace et cyber, mémoire combattante et… avenir de la réserve militaire].

Ces groupes de travail sont censés réunir des militaires, des civils de la défense, des experts, des parlementaires, des représentants d’entreprises et d’associations, des organisations patronales et syndicales, des parlementaires et des chercheurs. Celui dédié à l’avenir de la réserve a tenu sa première réunion le 21 novembre dernier, en présence de Sébastien Lecornu, le ministre des Armées.

À cette occasion, l’objectif « un réserviste pour deux militaires d’active » à l’horizon 2035 a été affirmé.

Étant donné que, en 2021, la France comptait 205’000 militaires d’active et que cet effectif pourrait augmenter à l’avenir, il faudra donc recruter et retenir plus de 100’000 réservistes, contre 38’500 actuellement.

Selon le communiqué publié par le ministère des Armées à l’issue de cette première réunion du groupe de travail « réserve militaire », une quinzaine de mesures devant permettre d’atteindre cet objectif ont d’ores et déjà été avancées, dont le recul des limites d’âge, l’adaptation des critères d’aptitude médicale pour certaines spécialités, une meilleure reconnaissance des réservistes et de leurs employeurs [civils], etc.

Cela étant, les bonnes idées étant souvent celles auxquelles on n’a pas pensé, le ministère des Armées vient de lancer un appel à contribution afin de « nourrir la réflexion engagée » par le groupe de travail sur la réserve militaire.

« Dans la mesure où la réserve concerne chaque citoyen, toutes les contributions pour bâtir la réserve de demain peuvent être envoyées à l’adresse : reserves@minarm.fr », a-t-il indiqué, via un communiqué.

Ces contributions « seront examinées avec attention et participeront à l’élaboration de propositions remises au ministre par le groupe de travail fin janvier, afin de nourrir la prochaine Loi de programmation militaire », a assuré le ministère des Armées.

En attendant, le groupe de travail poursuit ses travaux. Après avoir abordé les questions relatives à la doctrine d’emploi de la réserve, le 28 novembre, il abordera les thèmes du recrutement, de la rélation employeur-réserviste et de la communication dans les seamaines à venir.

Cela étant, l’armée de Terre a, par exemple, déjà une idée sur ce qu’elle compte faire de ses réservistes.

« L’objectif du doublement des réserves a été confirmé par le ministre des Armées, et nous devons réfléchir aux ressources nécessaires pour y procéder. La professionnalisation de nos réserves pourra dès lors être engagée », a ainsi déclaré le général Pierre Schill, son chef d’état-major, lors d’une audition à l’Assemblée nationale, en octobre.

Et d’ajouter : « Il existe plusieurs façons d’employer les réservistes dans l’armée de Terre. D’une part, les compléments individuels de réserve, qui occupent des postes à part entière au sein du fonctionnement des armées, doivent bénéficier de davantage de visibilité sur le volume d’activité et sur le temps d’engagement qui leur sera demandé. D’autre part, les réservistes en unités constituées qui doivent être correctement équipés et entraînés ».

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

92 contributions

  1. Raymond75 dit :

    Au lieu de cogiter pendant des semaines pour réinventer l’eau tiède, commencez par vous inspirer très fortement de ce qui se fait en Suisse, y compris les liens (et obligations) entre les entreprises et les périodes de réserve.

    La Suisse est une véritable démocratie, un pays pacifique qui ne menace personne (traité dit de ‘la paix perpétuelle’) et qui sait se défendre.

    Pays qui devrait être un modèle pour les autres, dont la France.

    • Aramis dit :

      Avoir l’armée Suisse ne serait pas inutile mais serait d’une utilité très limitée pour la France.

      • Titi74 dit :

        alors là, il va falloir développer la notion de limité, parce que pour le moment le pays qui emprunte au quotidien pour payer ses fonctionnaires avec des salaires à pleurer pour la majorité de sa population, niveler son niveau scolaire par le bas, faire des opérations extérieures bien foireuses qui coûtes un pognon de Dingue et surtout des morts, ce n’est pas la Suisse.

        Comment expliquez vous ces chiffres: https://fr.wikipedia.org/wiki/Armée_suisse

        Âges militaires 18-34
        Disponibles au service militaire
        1 828 043 (16-49 ans) (2010) hommes
        1 786 552 (16-49 ans) (2010) femmes
        Aptes au service militaire
        1 493 509 (16-49 ans) (2010)hommes
        Atteignant l’âge militaire chaque année
        46 562 (2010) hommes
        42 558 (2010)1 femmes
        Actifs 147 510 (2021)
        Déployés hors du pays 270 (2017)
        Réservistes 37 939 (2017)

        La France serait bien inspirée après 40ans de Socialisme déguisé, et des élections avec 50% de votant, de remettre ses dogmes en questions, et de tester, mettons 15-20ans, le système de Gestion Suisse au complet (finance, éducation, justice, Fiscal, Législatif par referendum)

        • Aramis dit :

          « alors là, il va falloir développer la notion de limité, » Une telle armée est strictement défensive.

          • Raymond75 dit :

            Excellente chose : cela évite de faire des bêtises (pour être polis) ou des saloperies.

    • PHILIPPE dit :

      Trtès bonne remarque. Notre CEMA qui est originaire de Delle, ville qui touche la Suisse, doit y penser (DOT, résistance active dans la durée etc…)
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Thierry_Burkhard
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Delle

      • PHILIPPE dit :

        Il convient de rappeler également que la Suisse est bien organisée en matière de protection civile (abris atomiques individuels et collectifs, systèmes d’alerte, gestion des stocks de survie par les ménages….) tandis qu’en France nous venons d’apprendre que, par la faute du sabordage de notre filière nucléaire, certains systèmes d’alerte et même parfois le réseau téléphonique lui-même pourraient être temporairement indisponibles.
        Alors même qu’en Ukraine toute menace nucléaire ou chimique n’est pas à écarter sommes-nous certains qu’en France tous les enseignements de la gestion catastrophique du nuage radioactif de Tchernobyl ont été tirés ?

    • Charcot84 dit :

      Le modèle suisse en France me paraît difficile. Non pas que les suisses aient tort, leur dispositif est cohérent et à la pointe de ce qui devrait se faire…..Mais en france, si les citoyens avaient leur arme à la maison, entre les vols, les « reventes » sur le marché parallèle etc..;ce serait l’anarchie la plus complète assez vite: notre société n’est pas à même de transposer le modèle suisse, c’est dommage mais c’est ainsi. Par contre, pour attirer des concitoyens dans la réserve, notamment les jeunes, il faut des dispositifs attractifs: en échange d’un contrat de réserve avec X jours par an sous les drapeaux, le jeune pourrait se voir payer son permis de conduire, obtenir une bourse pour ses études, des stages dans les administrations pour ceux qui poursuivent des études etc…Pour paraphraser certains politiques: du donnant – donnant. Il faut aussi que les périodes de réserve soient aussi propices à de réels entraînements et non des périodes de « vigipirate » dans les gares ou les aéroports ! Mon fils étudiant est réserviste mais il se lasse d’avoir à effectuer toujours les mêmes missions, certes inhérentes au métier des armes mais peu intéressantes pour celui qui veut évoluer et voir le plus de facettes possibles du métier de soldat.

    • mich dit :

      Au niveau du code du travail aussi alors ? toujours aussi jolie vos grandes envolées , on se demande bien pourquoi votre modèle n ‘est pas plus copié !

    • Chamoix dit :

      @ Raymond75
      Le retour dans les casernes n’emballe personne dans les pays européens.
      https://www.arte.tv/fr/videos/109460-061-A/europe-le-retour-a-la-caserne/

      Autre époque que celle où vous avez grandi, autres moeurs.

  2. Tom dit :

    h, cette réserve tant appelé par les vœux de nos dirigeants, sans vouloir y mettre les moyens……
    Arriver à 100 000réservistes ne se décrète pas, et encore moins en y consacrant aucun moyens supplémentaire. Nous avons déjà du mal à fidéliser.
    Trop souvent, à partir d’un certain niveau, après le CSORSEM, par exemple, les officiers ne sont plus qu’occasionnellement utilisés alors qu’ils ont bien souvent des compétences, parfois rares et déficitaire dans l’institution. Il conviendrait déjà d’avoir une image fidèle de ce que cette population peut amener aux armées, en terme de compétence et de savoir-faire, mais aussi de recruter des jeunes pour les missions type Vigipirate ou Héphaîstos, afin de renforcer l’active et de lui libérer ainsi des créneaux pour l’aguerrissement, en vue de préparer la fameuse « haute intensité ».

    • pldem806 dit :

       » mais aussi de recruter des jeunes pour les missions type Vigipirate ou Héphaîstos, afin de renforcer l’active et de lui libérer ainsi des créneaux pour l’aguerrissement, en vue de préparer la fameuse « haute intensité « .

      Il est déjà inadmissible que les Armées participent à des opérations de sécurisation qui ne sont que de la gesticulation politique démontrant l’impéritie des pouvoirs publics dans le domaine de la sécurité intérieure, alors faire exécuter ces missions par des réservistes, dont l’entrainement et la motivation laisseront pour le moins à désirer, est de la foutaise. La réserve n’est valable que dans l’emploi dans leur spécialité des militaires quittant l’active et cela pour des durées conséquentes (60/90/120 jours ou plus par an). Pour avoir suivi ce parcours – 13 ans de réserve ops à hauteur de 120 j/an – je peux confirmer l’efficience de ce dispositif qui, il est vrai, coûte cher ! Le reste ne sert strictement à rien. Et que l’on ne fasse pas des parallèles oiseux en parlant des réservistes, vainqueurs de la Grande Guerre, ce qui n’est pas faux mais qui s’étaient farcis 3 années préalables de service militaire.
      Quant à la haute intensité, ce terme est une connerie sans nom sortie de je ne sais quel débat de spécialistes de la guerre mondiale dans le monde sur une chaîne nationale, longue intensité est sûrement mieux adapté pour décrire une guerre future à l’image de celle qui se déroule en Ukraine. Mais il est vrai que, maintenant, nous ne devrons plus nous opposer à des ennemis mais à des « compétiteurs », alors …

      • Leroy dit :

        Dans le cadre Vigipirate et Héphâistos, je pense qu’il serait plus opportun de parler de Garde Nationale, c’est à dire une réserve de l’Intérieur.
        La réserve militaire ne doit pas se limiter aux seuls « anciens » : il existe dans le civil des activités duales tout à fait adaptables : s’en priver serait une erreur.
        Longue intensité est en effet beaucoup plus approprié.

      • Harry Kauver dit :

        Ce n’est pas une critique mais une précision. Non, les réservistes mobilisés en 1914 n’avaient pas fait 3 ans de service. La loi des 3 ans n’a été votée qu’en août 1913. Des « mouvements » de libérables s’étant produit (notamment à Toul aux cris de « à bas les 3 ans ») il fut décidé de libérer la classe 1910 (appelée au service à 21 ans en octobre1911 soit au bout de 2ans) et d’anticiper à l’âge de 20 ans l’appel de la classe 1913 ( en octobre 1913 on appela au service les classes 1912 et 1913. Cela posa quelques problèmes techniques mais d’en l’ensemble tout se passa à peu près bien. Cela étant dit les gars qui avaient déjà fait deux ans étaient déjà bien affutés.

        • pldem806 dit :

          OK, c’est vrai mais ceux qui ont été mobilisés en 14 en avaient deux dans leur grande majorité, ce qui est mieux que rien du tout en termes de formation militaire.

    • blavan dit :

      @tom. Ce n’est pas d’officiers supérieurs de réserve dont la France à besoin, mais de troupe et surtout de gendarmes par millier. On ne sait déjà pas comment utiliser les officiers supérieurs d’active sauf à leur donner des emplois ne correspondant pas à leur qualification et à leur formation à cause de l’avancement automatique.

  3. Bleih Moor dit :

    Il ne fallait pas « casser » l’esprit de défense!!! Quand je vois tous ces jeunes et moins jeunes qui sortent des lycées, écoles, ou universités à qui on a inculqué le pacifisme larmoyant, la non-violence, la zénitude, l’art et la manière de se défiler, etc.. je me dis qu’on est pas prêts à former des bataillons de l’an II…. ils ne savent même pas se battre pour eux-mêmes lors d’attaques de racailles alors combattre du fedayin… je n’y crois pas! restaurer l’esprit de défense? je n’y crois pas! regardez donc autour de vous dans le metro, ou dans le RER ou les bus quand il y a une embrouille avec la diversité, et observez vos contemporains qui regardent leurs pieds plutôt que de contre-attaquer spontanément… même en Bretagne en été lorsqu’une embrouille survient , comme je l’ai vu encore en aout dernier lors d’une embrouille de jeunes nouvelles élites, même les marins-pêcheurs ne lèvent plus le petit doigt contrairement à ce qu’il se passait autrefois et violemment avant les années 70 à 80! qu’est ce qu’il s’est donc passé pour qu’on se soit désarmé tout seul? la peur? de qui? de quoi?

    • petitjean dit :

      la propagande, le terrorisme intellectuel, ont désarmé intellectuellement la masse, le peuple.
      Doit-on encore rappeler que le principe de la légitime défense n’est pas inscrit dans notre constitution.

      Il y a eu suffisamment d’évènements graves qui prouvent qu’il ne faut surtout pas intervenir quand on est témoin d’une agression.

      Et puis, puisque ceux qui sont au pouvoir sont chargés de la liquidation de la nation, pourquoi quoi , pour qui se battre

      • pldem806 dit :

        Pas seulement intellectuellement ! Désarmé tout court !
        Aux armes citoyens : avec lesquelles ?

    • JC dit :

      …des emmerdes !

    • Félix GARCIA dit :

      Quelques éléments de réponses à vos questions :
      « Un médecin légiste révèle des vérités qui fâchent sur la self défense (interview exclusif) »
      J’interview un médecin légiste dont le travail consiste à examiner les séquelles des victimes de violences (vivantes ou décédées). Il exerce également aux urgences pour prendre en charge les victimes sur le plan du soin. Il a donc une vision globale de l’ensauvagement de la société et de ces conséquences sur les victimes qui se font agresser.
      Comme il a un bon passé martial et une bonne connaissance en self défense, il est le plus à même de nous dire son point de vue sur la self défense.
      Voici la timeline de l’interview :
      01:50 Les victimes qui reçoivent un coup de pied au cou*lles
      03:45 Les bons gestes à adopter en cas d’agression
      05:40 Le nombre de coups donnés lors d’une attaque au couteau
      08:50 Le comportement de l’agresseur sur les victimes qui ne se défendent pas
      13:40 Devenir un monstre
      17:35 Etre l’homme gris
      20:50 Guerrier dans un jardin
      26:40 Les attaques au couteau
      29:40 Est-il possible de bloquer une attaque au couteau ?
      34:10 L’évolution de la violence dans la société
      38:30 Se défendre contre un couteau
      43:45 C3
      50:00 Ce qui te choque
      https://www.youtube.com/watch?v=8eEcYuo_PX4

    • Carin dit :

      De la justice. C’est tout.

    • Siimplet le bien nommé dit :

      « comme je l’ai vu encore en aout dernier »

      Et vous, c’est quoi votre excuse pour ne pas être intervenu ? Parc que bon, vous l’auriez fait, on aurait eu droit à deux chapitres de plus…

      • Bleih Moor dit :

        je l’ai déjà fait plusieurs fois: les deux premières, ça m’a valu 10 (avec sursis) puis 15 jours aux arrêts ‘avec sursis, sans inscription !) pour rixe à terre (j’étais matelot puis quartier maitre…). mon pacha de l’époque avait trouvé ca très bien!
        et la dernière je suis passé en correctionnelle pour coups et blessures.: je venais de quitter l’institution avec un grade d’officier supérieur . l’agresseur de mon épouse , venu d’outre Gibraltar a pris 2 ans et demi de prison ! Et à moi le juge m’a dit que compte tenu de mon âge, de mon rang et de ma formation , j’aurais pu apprendre à me retenir devant un plus jeune que moi. je n’ai toujours pas compris ! maintenant, je suis vieux, mais pas pourri !

        • pldem806 dit :

          Les marins ne pourrissent jamais ! !
          De plus, il vaut mieux être jugé par 12 que porté par 6 !

    • ScopeWizard dit :

      @Bleih Moor

      Non assistance à personne en danger .

      Maintenant , comme pour beaucoup de choses , ça c’ est l’ idyllique .

      Puis survient la réalité , selon à qui tu vas avoir affaire , face à l’ Autorité ou la Justice , via toute une dose de mauvaise foi , souvent des faux-témoins , ou pire des victimes qui se rétractent ou vont te faire comprendre que tu n’ aurais pas dû t’ en mêler voire une hiérarchie qui t’ enfoncera , se défilera , mais ne te soutiendra pas , IN FINE LES EMMERDES SERONT POUR TA GUEULE .

      Alors à moins que tu aies des moyens , l’ appui d’ une communauté , ou quelque comme ça….

      Maintenant faut pas trop se la raconter , dans les années 1950 c’ était pareil : le témoin ou l’ intervenant n’ était guère plus tranquille pour autant .

      • ScopeWizard dit :

        Perso je crois que c’ est plutôt le contraire ; nul n’ est près de comprendre quoi que ce soit , et tant mieux , ça ne regarde personne .

    • Auguste dit :

      Mais non,mais non!.Si demain la France est en danger,les « pacifistes »,les « larmoyants »….etc,se lèveront comme un seul homme pour la défendre.Il n’y a pas l’ombre d’un doute la dessus.
      Quant à la non intervention dans les embrouilles,elle s’explique par les emmerdes de toute nature que vont subir les intervenants.Et on peut comprendre que l’Etat n’encourage pas ces initiatives,parce qu’en France ça peut très vite tourner en St Barthélémy.

  4. Lagrange dit :

    La réserve c’est autour de 160 millions de budget et pas de quoi faire autre chose que sentinelle.

    Les questions sont simples:
    1) Quels objectifs pour les réserves
    2) Quel recrutement
    3) Quelle formation
    4) Quels équipements
    5) Quel budget

    Si nous maintenons la trajectoire budgétaire telle qu’elle se dessine et qu’on veut un minimum de capacités militaires en cas de guerre il n’y a pas d’autres choix que de donner la priorité à la réserve pour construire une réserve opérationnelle épaisse qui irait illico en première ligne. C’est la seule manière de gonfler les effctifs potentiels sans trop gonfler la masse salariale.

    Qualitativement c’est pas le mieux, mais avec la trajectoire budgétaire actuelle si on veut une armée elle ne peut qu’être majoritairement composée de réservistes.

    Mais à n’en pas douter, « en même temps, on ne fera rien à part gonfler la réserve existante pour s’approcher du chiffre de 100 000.

    On pourra faire beaucoup de patrouille sentinelle avec ça. La haute intensité quoi.

    • Carin dit :

      @Lagrange
      Dans le mot réserviste, on entends pourtant bien celui de réserve…
      Cela veut dire que ces gens ne sont pas faits pour aller au front en premier… mais à servir pour que justement un maximum d’actifs puissent y aller.

      • Lagrange dit :

        Pas forcément. Avec le service militaire à 10 mois c était de fait le cas par exemple. La Finlande est largement sur ce créneau par exemple.

        Aux USA la réserve irais directement par exemple.

        En Ukraine ils l ont fait aussi.

        Et comme notre active est quasi inexistante la réserve est la seule option si on veut payer le moins possible.

      • Killian dit :

        Je pense que la guerre en Ukraine nous apprends à bien se servir des professionnels. Ensuite, parmi les réservistes très actifs, certains se professionnalisent, ce sera sans doute en fonction des compétences de chacun. Ensuite, les réservistes ne sont pas de la poudre à canon, je ne suis pas d’accord avec lui.

      • vrai_chasseur dit :

        @Carin
        « ces gens ne sont pas faits pour aller au front en premier » : cas du Royaume-Uni par ex. :
        30% du corps expéditionnaire britannique projeté en Afgha était composé de réservistes.
        Des spécialistes (transmissions, mécano, logisticiens, médical, etc) et aussi du personnel directement inséré dans les unités de combat. Tous ont été projetés en même temps que la régulière.
        La réserve britannique intègre également tous les anciens militaires fraichement démobilisés, avec un statut spécifique (‘Regular Reservists’, les réguliers en réserve).
        En cas de mobilisation d’un réserviste civil l’administration britannique met en place une compensation financière pour lui … et pour son employeur, qui a l’obligation légale de se soumettre à l’ordre de mobilisation de son collaborateur et de le réintégrer ensuite aux mêmes conditions. Les détails administratifs sont préréglés : mobilisation de moins d’un an, le collaborateur reste avec sa fiche de paie employeur (compensé par le ministère), si plus d’un an, l’employeur déclare une mise en disponibilité type P45 avec réintégration (NB la mise en disponibilité professionnelle existe aussi en France dans le code du travail).

        Aucune recette miracle, nul besoin d’inventer l’eau chaude : dans le cas britannique, simplement, le budget de la réserve (~ 540 millions £) est 4 fois plus élevé qu’en France.

  5. Math dit :

    Le SNU est dans la ligne de mire… J’ose à peine imaginer ce que cela implique en terme de volume de forces à équiper et entretenir… Avec les annonces de décalage de programmes et les souhaits de sanctuariser l’Europe, l’effort qui s’annonce en France pour reconstruire l’armée de terre est considérable. Scorpion, Titan… On se prépare tout droit pour un choc, inimaginable jusqu’à il y a peu et maintenant parfaitement crédible. Ça me fait à la fois peur et bizarrement plaisir. Ça redonne du sens à pas mal de choses simples. Espérons quand même que les Russes et autres nations bellicistes reviennent à la raison. On en est loin, raison de plus pour s’y préparer.

  6. themistocles dit :

    Deux actions à entreprendre : faire en sorte que les réservistes soient payés dans un délai convenable (et pas 4 mois après…) et mieux prendre en charge le transport de leur domicile à leur poste d’affectation. Si déjà ils n’en sont plus de leur poche à avancer des frais de mission remboursables au calendes grecques ( exemple :hôtellerie, puisqu’on ne peut plus les héberger) , il y aura plus de candidats.

  7. Le Suren dit :

    Avoir des fusils d’assaut ne suffiet pas. Il va falloir leur donner des chars d’assaut, des canons, des mitrailleuses lourdes et légères, des mortiers, des LRAC, des VBCI, des camions, des Ford Rangers, des drônes, des … C’est où tout ça ?

    • Math dit :

      Apparemment, c’est l’objet du budget. Tout comme le MCO au combat, les compétences duales, le renseignement, les stocks de munitions, la production d’armes pas cher. Le retex de l’Ukraine tourne beaucoup autour de la masse et de la disponibilité d’équipements.

    • PK dit :

      Pas forcément : on pourrait faire une réserve en deux temps et en deux parties.

      Les forces issues de l’armée qui occupent un poste de réserve dans leur discipline. Grosso mode, ce qui se fait aujourd’hui, un peu au rabais.

      Une autre force, territoriale, un peu sur le modèle de ce qu’on fait les Ukrainiens. On créé des compagnies locales d’infanterie, sur le modèles des SPV, les réservistes servant donc à côté de chez eux (disons sur un rayon d’une dizaine de kilomètres). Il n’y a pas besoin de beaucoup de matériel (un uniforme et un FAMAS pour commencer, puis avec le temps des FM, des armes anti-chars et des mortiers légers) avec 2 ou 3 camions ou des pick-up. Une mitrailleuse lourde par compagnie pour l’instruction.

      À raison d’un ou deux gros régiments par département, on peut facilement avoir une réserve de 200 000 ou 300 000 hommes, proche de ce que l’on avait avec le SN. Même si c’est une armée légère, cette réserve serait capable :

      – de tenir son terrain
      – d’organiser et structurer localement la défense en cas de tension
      – éventuellement de fournir de réserve pré-opérationnelle pour une montée en puissance lors d’un front

      À cette fin, il faudrait former les cadres essentiellement la première année (officier et sous-officiers réservistes), puis accroître la masse les années suivantes. La formation se ferait sous la forme des SPV actuellement, avec des modules successif qui définirait les compétences. Charge au chef de compagnie, voire au chef de section, de garder les acquis via des entraînements locaux.

      Cela demande un peu d’argent (le SDIS coûte quelques dizaines de millions d’euros pas an par département, mais avec une part importante due au matériel, ici le matériel coûterait marginalement), mais surtout une réelle volonté politique : une protection juridique forte des réservistes, qui doivent pouvoir servir plusieurs semaines par an (formation) sans perdre leur boulot, en échange d’une implication forte dans les manœuvres dans leurs temps libres. Le coût passerait alors en dédommagement de l’employeur (on pourrait biaiser en supprimant les charges patronales d’un réserviste par exemple sur toute l’année…. ce qui ferait un salaire 50% moins cher à l’employeur) et surtout dans les munitions, car les réservistes doivent tirer.

      Cela permettrait donc au niveau nationale la relance d’une industrie de petits calibres.

      Bref, en 5 ans, avec un peu de volonté, on peut mettre en place cela.

      Mais bon, faut des gens qui veulent, pas des gens qui gesticulent.

      • Patrick, de Belgique dit :

        Ce sont là des idées intéressantes; pour la force territoriale, il serait certainement nécessaire de filtrer un peu les recrues, des gens dont l’une des principales motivations serait de défendre l’intégrité du sol de France et pas seulement profiter de l’occasion pour apprendre à se servir d’un flingue… Une coopération étroite avec la Gendarmerie serait aussi la bienvenue dans le cadre d’une Défense Opérationnelle du Territoire qui serait réactualisée, en fonction des périls tant extérieurs qu’intérieurs (terrorisme, tentatives de déstabilisation, protection des réseaux énergétiques, etc…).

    • Roro94 dit :

      L’unité qui perçoit des véhicules dans son inventaire en a la charge de l’entretien. Les réservistes trouvant dans la grande majorité des excuses pour ne pas être présents en semaines, je vois mal comment d’une part ils pourraient se former via les FACQ correspondant à chaque spécialité ( pour exemple une simple FACQ de pilote VBL dure 2 semaines et nécessite d’avoir le grade de brigadier) et d’autre part comment ils pourraient assurer la perception et la réintégration en ZT et la mise en condition pour la VAT armement/matériel.

      Et je ne parle pas non plus de la formation tactique d’emploi de ces matériels qui est autrement plus complexe que le C3T/Proterre. Quand on voit déjà le niveau abyssal de maitrise du proterre par les cadres de réserve (faute de temps pour pratiquer entendons nous c’est normal), je ne vois pas comment ces derniers pourraient efficace en intégrant le combat embarqué dans leurs savoirs ( pour info une FACQ de chef de patrouille VBL, c’est aussi plusieurs semaines).

      Il ne faut pas se leurrer, tant que les réservistes ne pourront pas libérer à minima 60 à 90 jours, ce que vous demandez est impossible. Ils ne resterons bon qu’à servir de bouche trou pour les garde sentinelle et dans les groupes de combat débarqués lorsqu’un active se porte pale.

      • Laurane dit :

        Bonjour,

        Dans la réserve RO1 de l’armée de terre, les activités fréquemment proposés sont des sorties terrain de 3/4 jours (pour apprendre et/ou ré-apprendre le PROTERRE/C3T, recycler les tirs etc…), des gardes PAF, des gardes de point sensible chez les autres unités militaires (dans mon cas CANJUERS), une semaine d’EIMO et des missions sentinelles. Quelques temps, il nous est proposé de soutenir une unité militaire en manque d’effectif pour un temps. Peut être les autres réservistes reçoivent d’autres missions, voici un aperçu de ce que je reçois.

        Quel est selon vous le profil recherché chez un réserviste ? Je pose cette question car 60 à 90 jours à minima pour vous alors que chez nous c’est 30 jours et la limite (officielle mais jamais respectée) est 60 jours.

        Vous recherchez des réservistes « actif » ? J’entends par réservistes actif, des réservistes tellement présent qu’il sont confortables avec les militaires actifs et qu’on leur propose régulièrement un contrat à servir dans l’actif.

        Enfin, les missions cités précédemment engagent l’ennui chez beaucoup d’entre nous. Peu se libère et se libèreront pour les mêmes missions. Je constate un manque de fidélisation chez les réservistes pour cette raison et j’ajoute que les réservistes sont payés un mois plus tard, peut être deux ou trois dans certains cas. Malgré les mails d’avertissement du CDU, les réservistes ne travaillent pas plus.

        Je suis d’accord avec vous « Quand on voit déjà le niveau abyssal de maitrise du proterre par les cadres de réserve (faute de temps pour pratiquer entendons nous c’est normal), je ne vois pas comment ces derniers pourraient efficace en intégrant le combat embarqué dans leurs savoirs ».

        • Laurane dit :

          J’entends par réservistes actif, des réservistes tellement présent qu’il sont confondables avec les militaires actifs*

  8. PARA01 dit :

    Réserviste depuis 2003 après 16 ans d’active. Fonctionnaire avec des directions qui refusent de donner les 30 jours. L’état devrait déjà donner l’exemple avant de donner des leçons.

    • Ex RO dit :

      J’ai été réserviste pendant 20 ans jusqu’à l’année dernière et je comprends votre remarque.
      Pour autant, les administrations sont tellement à la ramasse « grâce » entre autre à la RGPP que c’est chacun pour soi…
      En fonction du secteur dans lequel vous exercez et du poste que vous occupez, je peux comprendre la réaction de votre hiérarchie.
      Celle-ci, comme beaucoup, est certainement très attachée à son déroulement de carrière ainsi qu’à sa prime sur la partie variable de sa rémunération en relation avec les objectifs réalisés par votre travail….
      Bon courage 😉

  9. Tutu dit :

    Commencer par supprimer l’obligation vaccinal Covid et beaucoup d’ex-réservistes vétiront de nouveau l’uniforme.
    Moi le premier.

    • PK dit :

      La logique du gouvernement n’est pas de servir les intérêts des Français, mais des Américains. La consigne a été donnée par McKinsey, premier ordonnateur de la politique intérieure « française » et qui a déjà touché presque un milliard d’euro depuis la réélection du poudré, ex American Young Leader, mais 100% dans son rôle de servir ses maîtres américains.

  10. VinceToto dit :

    Bien, comme cela en cas d’épidémie de coronavirus nos militaires pourront veiller de façon plus efficace au port du masque, pass sanitaire, vaccination, confinement et lutter contre les terroristes qui vont jouer dans les stade, sur les terrains de jeux ou se promener en foret.
    Encore bravo à nos Forces de l’Ordre! Il en faut encore plus des comme cela en cas de problèmes.

    • PK dit :

      Dans une population, il y a 90% de suiveurs, dixit Tchakhotine dans le Viol des Foules. Il n’y a pas de raison que cette proportion soit bien différente dans les FdO.

  11. Ex RO dit :

    Comme toujours, dans ambitions d’américain avec des moyens d’un pays du tiers monde…

  12. François dit :

    – une meilleure rémunération ?
    – pas d’obligation vaccinale?

  13. Thierry le plus ancien dit :

    Un réserviste ça tir combien de balles par ans ? 3 ou 4 ??? plutôt aucune en fait, il n’auront même pas d’armes entre les mains car il n’y a pas la dotation pour eux (ni en arme ni en munition); Pas moyen non plus d’en tirer dans le civil vu l’interdiction formelle des armes de guerre y compris aux quelques tireurs sportifs qui satisfont encore aux vexations et humiliations administrative faite pour les décourager.

    Donc vos réservistes vous pouvez en faire des pompiers ou infirmier avec un peu d’instruction, mais pour le reste c’est tintin, des civils en uniforme, rien à voir avec l’armée Suisse ou Israélienne qui ramènent leur arme chez eux ou le volontaire ukrainien qui sait très bien tirer longtemps avant de servir dans l’armée.

    On avait déjà remarqué que Macron aimait bien les boy scouts avec son service universel…brandissant fièrement leur opinel pour couper une buche de bois…en même temps ils n’ont que ça à faire… du moment qu’ils savent fabriquer un drapeau blanc.

    • asvard dit :

      D’un autre coté vu la quantité de balles tirées et le nombre de blessés/tués après des années de guerre il apparait que l’on ne forme pas des tireurs d’élite mais des gens qui n’ont pas peur du bruit.
      Donc 1 à 2 chargeurs balles réelles suffisent largement comme formation, plus pour voir le fonctionnement de l’arme et la théorie du tir que pour apprendre à tirer.
      Vaut mieux passer du temps sur le terrain à « jouer à la guerre » pour apprendre à se déplacer et savoir quand tirer que de le passer sur un stand de tir à placer un balle dans le rond noir d’une cible à 100m après 30 secondes de visée dans des conditions idéales.
      Bref sur le terrain avec des balles à blanc plutôt que sur un pas de tir en charentaises.

      • Thierry le plus ancien dit :

        l’espérance de vie des débutants à la guerre se calcul en jours ou en minutes, tel ces conscrits russes qui après 3 ou 4 jours de formation se retrouvent déjà face à l’adversaire, ce qui en fait surtout de la chair à canon sans grande valeur militaire, incapable de coordonner leurs actions ou de concentrer leur feu au moment opportun, gaspillant leur munitions aux premières détonation dans une direction vague et supposé même si rien ne s’y trouve, réflexe de civil oblige.

        Manœuvrer sur le terrain c’est très utile pour la formation, mais la finalité c’est toujours de se retrouver en position favorable de tir sur l’adversaire, et si dans cette phase là ils visent mal alors ça gâche tous les efforts en amont qui sont vain, on ne peut pas se contenter de seulement 50% de l’instruction, ça ou rien c’est pareil. Ils se feraient tirer comme des lapins par des soldats entrainés pour ça.

        faire l’impasse sur le tir à l’armée relève du grandguignolesque croquignole de souche Bozo le clown croisé avec Zavatta, c’est pas dans les jeux vidéos qu’ils apprendront à tirer ou nettoyer leur arme.

        Faire feu quel que soit l’arme c’est quand même le cœur de métier.

        • asvard dit :

          Sauf que votre maitrise au stand elle s’envole à 95% en situation de combat dans la plupart des cas qui se présentent. Au moins dans les jeux vidéo la fatigue, si non le stress, est prise en compte et prendre son temps pour tirer comme au stand conduit généralement au « game over ».

        • Laurane dit :

          Je reviens sur vos commentaires. Nous les réservistes consommant des centaines de cartouches à blanc et ordinaire par sortie de terrain. Je recycle mes tirs tout les 3/4 mois à chaque sortie terrain (dans mon cas car c’est différent pour chaque réserviste en fonction de son engagement et ses disponibilités).

    • Aramis dit :

      « Pas moyen non plus d’en tirer dans le civil vu l’interdiction formelle des armes de guerre y compris aux quelques tireurs sportifs qui satisfont encore aux vexations et humiliations administrative faite pour les décourager. » Clairement pas non.

    • Roro94 dit :

      Je suis réservistes et nous tirons 2 fois par an à hauteur de 200 à 300 cartouches par personne en moyenne. Vous ne connaissez rien aux unités de réserve, abstenez-vous, vous êtes ridicules.

  14. dompal dit :

    Ouais, encore du blalba pour du vent !

    N’oublions pas que depuis le putsch des généraux en avril 61 en Algérie, le pouvoir politique qu’il soit de droite ou de gauche se méfie de l’Armée comme du lait sur le feu !

    D’autant plus ‘qu’aujourd’hui’ avec les ‘supers présidents’ que l’on a depuis plus de 10ans, qui sont tous plus antimilitaristes les uns que les autres, je ne vois pas le PR Macron et le MinArm Le Cornu mettre une pièce dans le jukebox pour avoir une RO1 et RO2 retaillée !?!

  15. MAS 36 dit :

    Si déjà les citoyens d’une nation n’ont pas le même sentiment sur l’importance de défendre son pays c’est mal parti car c’est bien le cas actuellement. Les événements de Bruxelles nous le rappelle une nouvelle fois. Pas d’unité nationale , pas de défense en profondeur.

  16. jean pierre dit :

    au sein de la population française? Non sérieux? Pour soutenir la maffia ukrainienne ? la population ukrainienne allant être sacrifiée ?

    https://www.profession-gendarme.com/bye-bye-kiev-bonjour-la-cote-dazur-voici-comment-les-elites-corrompues-dukraine-profitent-des-aides-occidentales/

  17. Thierry le plus ancien dit :

    Autre sujet militaire intéressant :

    Pentagone : la Russie lance des missiles sans ogives nucléaires pour tenter d’épuiser les défenses aériennes ukrainiennes

    Le pays agresseur, la Russie, lance des missiles sans ogives nucléaires en Ukraine afin d’épuiser la défense aérienne de notre État. La Fédération de Russie veut désactiver la défense aérienne.

    C’est ce qu’a déclaré le département américain de la Défense, selon Reuters. Ainsi, le porte-parole militaire a commenté les résultats des services de renseignement britanniques le 26 novembre, selon lesquels la Russie était probablement en train de retirer les ogives nucléaires des missiles de croisière et de lancer des munitions non armées en Ukraine.

    En Grande-Bretagne, on dit qu’au lieu d’ogives, le ballast a probablement été remplacé. C’est-à-dire un système qui cause également des dommages en raison de l’énergie cinétique de la fusée et du carburant inutilisé.

    « C’est certainement ce qu’ils essaient de faire pour atténuer l’impact des systèmes de défense aérienne que les Ukrainiens utilisent », a déclaré le responsable.

    Il est à noter que c’est pourquoi les États-Unis et d’autres alliés se sont concentrés sur la fourniture de défense aérienne pour notre pays.

    Comme vous le savez, les États-Unis ont déjà fourni à l’Ukraine un certain nombre de systèmes de défense aérienne, notamment des systèmes de défense aérienne NASAMS, et plus de 1 400 systèmes anti-aériens Stinger, des radars anti-artillerie et de reconnaissance aérienne.

    Comme l’a rapporté OBOZREVATEL, plus tôt dans la journée, le département américain de la Défense a confirmé que l’Ukraine pourrait recevoir des systèmes de défense aérienne Patriot. Ils envisagent déjà la possibilité d’envoyer des systèmes de défense aérienne dans notre pays.
    source :
    https://war.obozrevatel.com/pentagon-rossiya-zapuskaet-raketyi-bez-yadernyih-boegolovok-pyitayas-istoschit-ukrainskuyu-pvo.htm

    ——————————————————————————–

    Voilà que les russes déplument leur stock nucléaire pour récupérer les missiles, c’est vraiment la toute dernière carte qu’ils sont en train de jouer, après y’a plus rien à envoyer à part des cailloux !

    c’est d’ailleurs bien en vain, bombarder une population civil l’aura toujours conforté dans son choix de résistance autour de ses dirigeants, l’histoire l’aura prouvé comme Londres sous les bombardement de la bataille d’Angleterre et quelques années plus tard avec les V1 et V2, résultat nul pour Hitler et ses soi-disant armes miracle.

  18. Chaumont dit :

    pour gagné de la masse c’est très simple , il faut décaler l’âge de départ , exemple un sergent réservistes et mis dehors a 52 ans il faudrait décaler de 5 ans et le faire partir a 57 ans et appliquer cela a tous grade officiers sous officiers et militaire du rang ce qui aurait pour effet d’augmenter la masse de façon immédiate, trop de réservistes qui sont en pleine forme physique et qui font du sport sont mis dehors pour simple histoire d’âge et de grade car les textes n’ont jamais évolués , l’armée pert des cadres pour rien alors qu’elle en manque énormément , une simple réforme qui ne coûtera rien et qui peut être mis en place immédiatement.
    après vient le problème du logement des réserve
    il va falloir trouver rapidement de quoi logé les réserves sinon il n’ai pas possible de fidélisé les jeunes .
    il faut aussi équipé les réservistes comme l’active il y a une disparité trop importante sur les matériels ou sur les livrets d’habillement et paquetage.
    création de régiment d’infanterie de réserve bien équipé comme certain pays.
    modification des textes liés aux entreprises exemple quand un réservistes par en mission l’état dédommage l’entreprise ce qui permettra au patron de laissé partir sont employé.
    Mais la seule qui ne coûte rien et de reporté de 5 ans l’âge de départ pour les cadres ce qui permettra de gagné en masse immédiatement, une idée simple qui peut être mis en place l’année prochaine sur ordre du CEMA.

  19. H16 dit :

    Ils feraient mieux de faire effort sur la fidelisation des militaires d active… on va encore chercher à privilegier la quatité à la qualité.

  20. Lancien dit :

    Voici mes conseils pour bâtir une bonne Réserve :
    – Transmettre à notre jeunesse la fierté d’être Français, en arrêtant les mensonges sur la colonisation, la guerre d’Algérie, la Révolution, la Royauté. Enseigner que les droits marchent avec les devoirs.
    – Remettre de l’effort physique dans nos collèges et lycées, par exemple avec des marches culturelles et mensuelles encadrées par les enseignants.
    – Mettre à la tête de notre République un président qui proclame la grandeur de la France et de son Histoire, notamment quand il parle à l’étranger. Un PR exemplaire qui ne soit pas tenu par la barbichette par certains pays.
    – Éradiquer la consommation de drogue qui étouffe tout esprit de défense, laquelle drogue est alimentée par ceux qui ont entrepris de nous coloniser.
    – Encourager des associations de préparation militaire bénévoles axées sur la défense territoriale qui seraient un vivier de volontaires, sous le contrôle de l’Armée.

  21. H.G.A. dit :

    Je lis ici les nombreux commentaires qui s’emballent un peu vite autour des effets d’annonce à propos d’une prochaine montée en effectifs de la réserve militaire.
    La guerre en Ukraine a produit dans les discours (militaires, médiatiques, politiques) une inflation de superlatifs qui font florès : haute intensité, cinquième SNLE, chaînes de production raccourcies, etc, etc…
    C’est oublier trop vite que la guerre en Ukraine prendra nécessairement fin et que tout cet emballement rhétorique et les effets d’annonce associés retomberont comme peau de chagrin avec elle.
    La manière de dimensionner une armée, un budget, des matériels, des effectifs humains, doit répondre au réel des menaces stratégiques en cours ou à venir.
    Imagine-t-on sérieusement la Russie, qui peine à conquérir une petite bande orientale à l’est de l’Europe, manifester des velléités de monter ses colonnes de chars jusqu’à Paris ?
    Allons, tout cela n’est pas sérieux !
    Quelle entité étatique menace réellement militairement la France aujourd’hui dans le monde ?
    Il faut savoir garder raison.
    Cette guerre en Ukraine se terminera probablement par un enterrement des deux parties, une forme de conflit gelé pour quelques décennies.
    Et les réflexions stratégiques retrouveront leur cours habituel : corps expéditionnaire efficient, investissement massif dans les drones et la cybersécurité, sans doute un coup de pouce aux chaînes d’approvisionnement en munitions, etc, etc.
    Et la réserve qui fait couler tant d’encre retrouvera le chemin des cartons…

    • Aramis dit :

      « La manière de dimensionner une armée, un budget, des matériels, des effectifs humains, doit répondre au réel des menaces stratégiques en cours ou à venir. » Approche de guerre froide, abandonnée depuis 30 ans.

  22. Bob dit :

    La question qui n’est pas abordée est le budget des moyens et équipement réservé à la réserve car le MinDef a précisé que le doublement de la réserve se fera a budget constant. La bonne blague !
    Faire du chiffre sans donner les moyens est le moyen que fait l’EMA russe avec ses mobilisations partielles.
    Encore des palabres et on voit bien que Bercy décide et le MinDef exécute.

  23. Auguste dit :

    Dans l’hypothèse d’une guerre à haute intensité,qu’on ait donc besoin d’un peu plus de 100 000 hommes,a-t-on pensé,prévu leur armement?.J’ai en tête l’ancien de 14-18,rappelé en 40,qui me disais: »Quand on m’a donné un fusil en bois pour faire les manoeuvres,j’ai dit, on est foutus »

  24. SERGE DELTEIL dit :

    J’ai fait ma carrière militaire à l’époque où chaque Régiment entretenait les matériels, l’habillement et l’armement « mobilisation » du Régiment « dérivé ». Les personnels devant être rappelés étaient ceux des derniers contingents qui venaient d’être libérés , ceci permettait de dédoubler les effectifs d’avoir des gens instruits militairement et rapidement opérationnels. L’encadrement était assuré par une partie des cadres actifs du régiment et complétés par des cadres de réserve. Aussi, on pouvait dire qu’il existait une réserve réelle tandis qu’aujourd’hui j’ai l’impression qu’on ne fait que renforcer les unités existantes. Mais peut-être suis-je suis mal informé sur les objectifs que se fixent les états majors et les politiques.

  25. GUEPRATTE dit :

    Chirac n’a pas eu de pot en supprimant le service militaire pour former une garde prétorienne avec 100% de Français de souche…sa vision d’avant garde était Gaulliste, exactement comme pour les memes raisons du Grand Charles de se séparer de l’Algérie…….la professionalisation des armées à fait rentrer 20 % de franco-musulmans qui ont posé des gros problémes lors des missions en Afgha…notemment sur le PA nucléaire….Un gros tabou dans la grande muette….qui arrange bien les politiques ….

    • aleksandar dit :

      « 20 % de franco-musulmans qui ont posé des gros problèmes lors des missions en Afgha »
      Vous avez des exemples précis ?
      Parce que je n’ai jamais rien vu ni entendu concernant ces soi disant « problèmes ».
      Par contre je peux vous fournir la liste de ces franco-musulman (?) morts au service de la France en Bosnie, an Afgha, en Afrique pendant que les petits blancs éructait leur racisme bien au chaud dans leur canapé en regardant BFMTV…….

      • GUEPRATTE dit :

        @ aleksandar….vous voyez du racisme partout comme Bernadette Soubirou voyait la sainte vierge toutes les 5 minutes …….Je constate que le tabou et la langue de bois sont bien mis en place vu votre message….au fait pendant qu’on y est , vous avez la liste des morts au Drakkar en 83 au Liban ? parce que j’y étais précisément en Opex là bas….

        • aleksandar dit :

          Quel rapport entre Drakkar et les  » franco-musulman  » ?
          Comme d’habitude vous balancez des fausses informations et changez de sujet pour ne pas répondre.
          Et pour nourrir votre racisme, vous remplissez la bouillie confusionniste qui vous sert de cerveau avec n’importe quel événement pourvu qu’il y soit marqué  » musulman » quelque part.

          Quant au racisme, il suffit de vous lire, le terme déjà de « franço-musulman » qui réduit l’individu a sa religion est significatif.
          A moins que vous employez aussi les terme franco-catholique, franco-protestant, franco-juif ?

          • GUEPRATTE dit :

            @ alkeksandar….. Mort de rire !!!! Vous etes un djiadiste de l’antiracisme ??? …… vous etes pire que Berdanette Soubirou ….. elle au moins entre deux visions, elle avait des éclairs de lucidité …..vous vous drapez en bon apotre dans la burka de l’anti racisme aveugle afin de le chercher à midi depuis 14 heures …. avec un mec comme vous franchement je me marre et sans déconner ….au Liban eux au moins ,ils n’ont pas peur de se dire libano-maronites , libano -druzes, libano -chiites et pourtant ils sont tous Libanais dans l’ame …comme en Israel ou il y a des Juifs Ethiopiens, des Juifs Arabes et des Juifs tout court ……..il y avait bien les Juifs Algériens ,les Juifs Tunisiens ,les Juifs Marocains …….et les Egyptiens Chrétiens qu’on appelle les Coptes …….Et les Syriens Allaouites, les memes qui nous faisaient chier à Beyrouth…. et je ne balance aucune fausse information car si je parle des problèmes confessionnels dans la grande muette , c’est que en tant qu’ancien mili, j’ai des retours d’info du terrain avec les milis d’active avec qui j’ai gardé des contacts fiables et permanents et qui corroborent d’autres informations tout aussi fiables qui elles au moins, ne passent pas par les filtres politiques du politiquement correct ….je serais curieux de savoir le nombre d’Opex que vous avez à votre actif à moins que vous ne soyez un de ces imbéciles de LEGAD, cette nouvelle marotte juridique importée des USA qui s’est imposée désormais sur les terrains d’opérations …. si vous aviez copiné pendant des mois avec la mort qui vous suit H 24 jusque dans le trou des chiottes ,vous ne parleriez certainement pas comme çà et vous auriez alors le recul nécessaire d’une arme de calibre 50 pour ce genre de débat …Or vous avez autant de recul qu’une carabine de jardin à air comprimé de chez Decathlon……Si vous avez été mili ,j’ai la nette impression que vous etes du genre à chercher des médailles dans une antichambre ou un fumoir du ministére plutot que dans une zone d’Opex !

          • aleksandar dit :

            Ah, encore un soldat d’élite d’opérette……qui a côtoyé la mort jusque dans les WC.
            La cuvette etait surement piégée ou le PQ empoisonné au Novitchok.
            D’ici a ce qu’il me raconte qui etait sur le pont de la Verbanja ou à Uzbin……..
            Voire même a Kolwezi !

            Mais trêve de plaisanterie.
            Il y avait une question au départ :
            Je la repose puisque vous n’avez pas répondu
            « 20 % de franco-musulmans qui ont posé des gros problèmes lors des missions en Afgha »
            Vous avez des exemples précis ?
            Ou seulement Radio-Cocotier ?

      • PK dit :

        Le problème des OPEX en général se situe avant les départs : un certain nombre de soldats désertent avant de partir.

        Mais chut, hein, c’est tabou !

      • Bomber X dit :

        Les petits blancs slaves bien au chaud dans leur canapé à St Petersbourg ou Moscou en regardant Rossiya-1, pendant que les Bouriates, Tchétchènes, Tatars de Crimée, Yakoutes, Toungouses, etc. se font massacrer dans l’aventure ukrainienne.
        En Russie aussi visiblement le racisme est prégnant. Même si certains ne veulent pas le voir.

        • GUEPRATTE dit :

          Ah parce que en Tchétchénie ils ne sont pas racistes peut etre ??? Parce que en Ukraine ils ne sont pas racistes non plus peut etre ??? Au fait tu te rappelles de l’affaire du cargo Ukrainien RUBY dans les années 90 et du terrible destin qu’ils ont fait subir à bord à 8 clandestins Africains ????

        • aleksandar dit :

          Je me doutais qu’un quelconque contributeur otanien visé trouverait un moyen de balancer quelque chose sur la Russie !
          J’aurais du parier !
          Merci pour ce moment de franche rigolade !

  26. Alfred dit :

    Un instant j’ai cru en lisant le titre qu’il s’agissait du lancement d’une cagnotte destinée à financer la future réserve…

  27. Bleih Moor dit :

    Personnellement, j’ai connu l’existence des UMD (Unité Marine de Défense)avec un systeme de rappel vertical sur un cycle de 3 ans… Encadrement avec officiers fusiliers commando en reserve plus ou moins active… Il y en avait Deux d’UMD rattachées à mon unité… Puis un beau jour j’ai vu arriver dans mon bureau un Reservite « 100jours »me disant et me demontrant : A quoi ca te sert? A rien? … Ma reponse etait toujours une demonstration sur « je ne sais pas de quoi demain sera fait dans un monde aussi dangereux! » Puis on m’a supprimé mes munitions soi-disant en limite de validité (je savais quand même lire les dates sur les lots quand même!) puis quelque temps apres, A quoi servent des armes sans munitions? alors on me les a enlevées! Ainsi que la buffletrie correspondante! Puis j’ai été muté… deux ans plus tard, mon ex unité a été reconfigurée, puis, absorbée , puis dissoute , cela dans un souci d’economie , de synergie et de connerie… Puis je suis parti en retraite. Nous avions encore les CIRAM ( centre d’instruction des reserves de l’Armée de Mer) où nous npus retrouvions periodiquement entre officiers de la marine et officiers de reserve de la marine (marine nationale, et officiers de la MArMar) .. On avait des conferences passionnantes avec du concret , du vecu, du reel… Puis un beau jour un certain Sarkozy a fait supprimer tout cela car c’etait, ma dit apres un député de ma connaissance, que c’etait potentiellement un congrès d’activistes et de factieux….

  28. Jaicruvoir dit :

    Avec les homme soja ça va pas bien se passer

  29. Robert dit :

    Drôle de situation. 10 ans après nous payons la politique de M. Sarkozy ! Qui avait demandé à l’armée de faire des efforts et de commencer par virer une grande partie des réservistes. J’avais eu un matin le gentil mail d’un caporal de l’ex GIACM de Lyon m’annoncer que mon contrat n’avait pas été renouvellé. 20 ans d’armée et un petit mail pour se débarrasser de moi. Je n’ai même jamais rendu mon paquetage !
    Et voilà qu’ aujourd’hui on se rend compte de cette grave bêtise. Merci encore à ce super visionnaire de président ! Quel gâchis

  30. Sempre en Davant dit :

    Éducation nationale : 1 162 850 personnels
    Justice : 90 667 agents
    Police : 149 058 (2020)
    polices municipales : 24 221 agents+ 701 gardes champêtres et 8 126 agents de surveillance de la voie publique (ASVP).
    Gendarmerie : 102 269 personnels civils et militaires (2018)

    Cherche 100 000 réservistes pour mon SNU.

    Casque lourd souvent fournit, …, équipement perso en coquille, protèges bras, jambes et anti coupure recommandés.
    Patte de lapin interdite pour raison sanitaire. Tout perte bonheur sanitairement acceptable bien venu.

    Évidemment, il faudrait compter les personnels de la FPT et des assos subventionnées. Mais là, cela ferait plus peur que la haute intensité…

    L’idée aurait pu être séduisante a condition que l’on sorte des dogmes « tous bacheliers » / « tous des auteurs victimes » et autres 68attardéritudes!
    Des prisons dignes, des sanctions instantanées… B +A = ba
    Pour l’avoir fait, je déconseillerai a tout le monde d’entrer par une fenêtre quand les « joyeux » se sont enfermés pour les nocturnes « gaîtés de l’escadron »… Personne (de « bien ») ne vous en saura gré. Tout le monde se fout de ceux qui en seront soulagés… Pour un soir.

    Et pour conclure, Magnanville ça n’aurait du surprendre personne. Pourvu qu’un uniforme de réserviste fluo soit prévu.
    La petite picouse de vanité d’avoir son nom qui sort dans les décrets du PR au JORF quand les RH vous googeulisent c’était un billet de logement pour dessous les ponts en projets.
    Le projet magique hors des ors de la république! Mais réveil non de D***!