jihadistes / Archives

En 2018, la force Barkhane a mené plus de 120 opérations de combat et 70 projets civilo-militaires

L’année 2018 aura été intense pour la force Barkhane, les « points de situation » publiés chaque semaine par l’État-major des armées [EMA] en témoignent. Cependant, comme le général Francois Lecointre, le chef d’état-major des armées [CEMA] a eu l’occasion de le souligner, les succès obtenus lors des différentes opérations menées ne se mesurent pas forcément par

Mali : La force Barkhane vise un camp d’entraînement terroriste et neutralise une vingtaine de jihadistes

Pour la force française Barkhane, l’année 2018 s’était terminée par une « opération d’opportunité » menée dans la nuit du 27 au 28 décembre dans les environs de Tongo Tongo, au Niger. Commencée par des frappes aériennes réalisées par des Mirage 2000 et des hélicoptères d’attaque Tigre, elle s’était terminée avec l’intervention des commandos des GCP [Groupement

Syrie : Les jihadistes ont pris le contrôle total de la province d’Idleb

Le cas de la province syrienne d’Idleb est épineux. Échappant au contrôle de Damas, cette région abrite à la fois des rebelles soutenus par Ankara, réunis au sein du « Front national de libération » [FNL], et des groupes jihadistes alliés ou affiliés à l’organisation Hayat Tahrir al-Cham [HTS], l’ex-branche d’al-Qaïda en Syrie. Déclarée « zone de désescalade »

Burkina Faso : Des violences intercommunautaires éclatent après l’attaque d’un village par des terroristes présumés

Dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, des hommes armés ont fait irruption dans le village de Yirgou-Foulbè, situé à environ 200 kilomètres au nord de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Puis ils ont assassiné le chef du village ainsi qu’au moins quatre autres personnes, avant de s’enfuir en direction de la

Mme Parly : « Les jihadistes n’ont jamais eu d’états d’âmes avec nous, nous n’en aurons pas avec eux »

« Gardez donc foi dans notre pays et tenez bon, aux côtés de nos alliés, unis face à nos ennemis », a lancé James Mattis aux militaires américains, au moment de quitter le Pentagone après avoir démissionné de ses fonctions de secrétaire à la Défense pour marquer son désaccord avec la décision du président Trump de se

La force française Barkhane frappe des positions jihadistes au Niger et neutralise une quinzaine de terroristes

Dans la nuit du 27 au 28 décembre, la force française Barkhane a mené une « opération d’opportunité » contre un groupe armé terroriste [GAT] au Niger, précisément dans les environs proches de Tongo Tongo, là où quatre militaires des forces spéciales américaines furent tués lors d’une embuscade revendiquée par l’État islamique dans le grand Sahara [EIGS],

Dix gendarmes ont été tués lors d’une attaque lancée dans le nord-ouest du Burkina Faso

Depuis maintenant plusieurs mois, les jihadistes accentuent leur pression sur le Burkina Faso, considéré par certains observateurs comme étant le maillon faible du combat contre les groupes terroristes présents dans la bande sahélo-saharienne [BSS]. Ainsi, les attaques, généralement non revendiquées, se multiplient, essentiellement dans le nord et l’est du pays, au point que le Premier

Mali : Une frappe aérienne française a éliminé au moins six jihadistes près de la frontière avec le Niger

Dans la nuit du 19 au 20 décembre, des éléments d’un groupe armé terroriste [GAT] ont été neutralisés au Mali, près de la frontière avec le Niger, par une frappe aérienne effectuée par un Mirage 2000 de la force française Barkhane. Selon le porte-parole de l’État-major des armées [EMA], le colonel Patrik Steiger, « au moins

La MINUSMA demande à Bamako de prendre des mesures face aux tensions intercommunautaires

Depuis l’émergence, en 2015, du groupe jihadiste appelé « Front de libération du Macina » [ou Katiba Macina], les tensions communautaires ont pris de l’ampleur dans le centre du Mali, notamment dans la région de Mopti. Ainsi, des violences opposent désormais les Peuls, traditionnellement éleveurs, aux Dozos, des chasseurs traditionnels, et aux Dogons, qui sont généralement des

Pour contrer l’influence jihadiste au Sahel, la France et l’UE débloquent 1,3 milliard d’euros au titre de l’aide au développement

Lors de sa visite faite aux soldats de la force Barkhane, en 2017, à la veille de Noël, le président Macron avait détaillé la stratégie suivie par la France au Sahel, laquelle repose sur la « coordination des opérations militaires » avec la Mission des Nations unies au Mali [MINUSMA], la mission européenne EUTM Mali ainsi que