At-Tanf / Archives

Les forces spéciales américaines ont cessé de soutenir un groupe rebelle syrien

Alors que, après un accord négocié par la Russie, l’Iran et la Turquie, des zones de désescalade ont été mises en place en Syrie, avec notamment le déploiement de 4 bataillons de la police militaire russe, le Pentagone a indiqué, le 27 juillet, que les forces spéciales américaines (a priori, le 5th Special Forces Group)

Un deuxième drone pro-régime abattu par un F-15 de la coalition près d’At-Tanf, dans le sud de la Syrie

Située sur l’axe Damas-Bagdad, la localité d’At-Tanf est stratégique pour le régime syrien et ses alliés. Et il cherche donc à y occuper les positions occupées dans ce secteur par l’État islamique (EI ou Daesh) avant qu’elles ne soient prises par une faction de l’Armée syrienne libre (ASL), encadrée par des unités américaines et britanniques

Les forces américaines ont augmenté leur puissance de feu dans le sud de la Syrie

La semaine passée, après plusieurs incidents ayant opposé les forces américaines de la coalition anti-jihadiste et les troupes gouvernementales syriennes dans le secteur d’At-Tanf, près de la Jordanie et de l’Irak, Washington a salué l’action de la Russie pour réduire les tensions. « La Russie est très utile et le calme que nous observons aujourd’hui est

Syrie : Un drone pro-régime abattu après avoir attaqué les forces de la coalition à At-Tanf

La situation devient de plus en plus chaude à At-Tanf, localité syrienne située près de la Jordanie et de l’Irak. Alors que des forces spéciales américaines, britanniques et norvégiennes y sont présentes pour entraîner une faction de l’Armée syrienne libre engagée contre l’État islamique (EI ou Daesh), la coalition anti-jihadiste a bombardé, le 6 juin,

Le Hezbollah menace de frapper les forces américaines en Syrie

Pour la seconde fois en moins d’un mois, le 6 juin, la coalition anti-jihadiste a bombardé des troupes syriennes au motif qu’elles représentaient une menace pour les forces spéciales américaines, britanniques et norvégiennes présentes à At-Tanf, où elles appuient une faction de l’Armée syrienne libre engagée contre l’État islamique (EI ou Daesh). Située près de

Nouvelle frappe de la coalition contre les troupes syriennes, près de la frontière jordanienne

Comme le 18 mai dernier, la coalition anti-jihadiste [Inherent Resolve, ndlr], dirigée par les États-Unis, a de nouveau frappé des positions des troupes gouvernementales syriennes, accompagnées de milices chiites, près d’At-Tanf, localité située non loin de la Jordanie et de l’Irak. Dans ce secteur, les forces spéciales américaines, britanniques et norvégiennes entraînent les rebelles du

Face aux troupes syriennes, la coalition anti-EI renforce ses positions à At Tanf, près de l’Irak et de la Jordanie

Le 18 mai, une colonne des forces gouvernementales syriennes et de miliciens chiites soutenus par l’Iran a été bombardée par des avions américains appartenant à la coalition anti-jihadiste alors qu’elle se dirigeait vers At Tanf, une localité qui, située près de l’Irak et de la Jordanie, se trouve sur l’axe Damas-Bagdad. La raison de ce

La coalition anti-jihadiste a frappé un convoi du régime syrien près de la frontière jordanienne

Le 9 mai dernier, l’aviation syrienne a bombardé des positions de tenues par les rebelles du Front du Sud, une faction de l’Armée syrienne libre (ASL) près de la frontière syro-jordanienne. Ces derniers, soutenus par les États-Unis et la Jordanie, venaient alors de lancer une offensive contre l’État islamique (EI ou Daesh) à Bir Qassab.

L’aviation russe a bombardé une base des forces spéciales américaines et britanniques en Syrie

Une semaine après un déplacement à Moscou de John Kerry, le chef de la diplomatie américaine, pour proposer au président Vladimir Poutine, une « coopération militaire » contre les jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh) et du Front al-Nosra [branche syrienne d’al-Qaïda, ndlr], le Wall Street Journal a révélé que l’aviation russe a bombardé un poste