antimissile / Archives

La Russie critique la « militarisation croissante » de la Pologne

S’agissant des dépenses militaires, la Pologne est un bon élève de l’Otan dans la mesure où cela fait déjà quelques années que son effort de défense est équivalent à 2% de son PIB. Et selon un plan présenté en août 2017, il est question d’aller plus loin encore en portant ce dernier à 2,5% du

La Pologne a trouvé un accord sur les compensations relatives à l’achat du système américain Patriot PAC-3

Bien qu’ayant trouvé la note salée, le gouvernement polonais est résolu à acquérir le système de défense aérienne américain Patriot PAC-3, dans le cadre du programme Wisla, pour lequel le consortium Eurosam (Thales et MBDA) avait été écarté en 2015 alors qu’il proposait le SAMP-T (Sol-Air Moyenne Portée – Terrestre), déjà en service en France

La Turquie évoque l’achat du système de défense aérienne russe S-500 « Prometheus »

La politique turque en matière de défense aérienne est difficile à suivre. À l’issue d’un appel d’offres lancé en 2013 dans le cadre du programme T-Loramids, Ankara avait choisi le système chinois Hongqi-9/FD 2000, écartant de fait le Patriot PAC-3 des américains Lockheed-Martin et Raython, le SAMP/T du consortium franco-italien Eurosam (Thales et MBDA) et

Une installation militaire américaine inaugurée en Israël

Pour le Pentagone, les mots ont un sens. Aussi, quand l’armée israélienne a communiqué sur l’inauguration d’une « base » américaine dans le désert du Neguev (sud d’Israël), il a demandé une rectification. Aussi, il convient désormais de parler d’une « installation militaire permanente », voire de « centre de vie pour les militaires américains qui travaillent actuellement sur la

La Turquie veut coopérer avec le consortium franco-italien Eurosam pour sa défense aérienne

C’est à en perdre son latin, tant ce dossier aura donné lieu à maints rebondissements. En 2013, la Turquie annonça son choix en faveur du système de défense aérienne chinois Hongqi-9/FD 2000, aux dépens du consortium franco-italien Eurosam (SAMP/T ou Mamba) et du tandem américain Raytheon/Lockheed-Martin (Patriot PAC-3). Seulement, la décision turque, motivée par le

La Roumanie opte pour le système américain Patriot pour sa défense aérienne

En avril dernier, le général Nicolae-Ionel Ciuca, chef d’état-major des forces armées roumaines, avait indiqué que son pays comptait acquérir le système antimissie américain Patriot afin de renforcer la protection de son espace aérien. Et c’est donc sans surprise que la Defense Security Cooperation Agency (DSCA), l’agence chargée des exportations d’équipements militaires américains, a recommandé

La Corée du Sud suspend le déploiement du système antimissile américain THAAD

Alors que les condamnations internationales se suivent sans avoir aucun effet sur le rythme des tirs de missiles nord-coréens, le nouveau président sud-coréen, le progressiste Moon Jae-in, a décidé de suspendre, le 7 juin, le déploiement, dans le comté de Seongju, du système antimissile américain THAAD (Terminal High Altitude Area Defense), dont deux lanceurs ont

Les Émirats arabes unis envisagent l’achat de 160 missiles pour le système de défense aérienne Patriot

En 2008, les Émirats arabes unis se dotèrent du système de défense aérienne Patriot, développé par les industriels américains Raytheon et Lockheed-Martin. Engagées depuis 2015 au Yémen, dans le cadre d’une coalition dirigée par l’Arabie Saoudite, les forces émiratis ont eu l’occasion de l’utiliser pour intercepter et détruire des missiles lancés par les rebelles Houthis,

Un allié des États-Unis aurait tiré un missile Patriot contre un drone vendu 200 dollars

On peut toujours écraser une mouche avec un rouleau-compresseur si on a tendance à se compliquer inutilement l’existence. Ou bien encore, si l’on a les moyens, détruire un drone de type quadricopter, vendu 200 dollars dans le commerce, avec une batterie de défense aérienne Patriot, dont un missile coûte 3 millions de dollars l’unité. Et

L’Allemagne reporte l’achat du système de défense aérienne MEADS

En juin 2015, Berlin annonça son intention d’acquérir le système de défense aérienne MEADS (Multinational Extended Air Defense System) dans le cadre du programme TLVS [Taktisches Luftverteidigungssystem, ndlr], visant à remplacer les batteries Patriot de la Bundeswehr, acquises dans les années 1980. Le montant du contrat était alors estimé à plus de 4 milliards d’euros.