antimissile / Archives

Le Qatar se dote du système anti-missile Patriot et d’hélicoptères Apache

Malgré des désaccords sur le soutien apporté par Doha à des groupes rebelles syriens jugés trop radicaux par Washington, le Qatar a passé une commande portant sur 10 batteries antimissiles Patriot PAC-3 (7 milliards de dollars), 24 hélicoptères d’attaque AH-64 Apache (plus de 3 milliards) et 500 missiles anti-chars Javelin (100 millions) Les contrats, d’un

Eurosam et Raytheon en finale pour doter la défense aérienne polonaise de capacités antimissiles

Dans le cadre d’un appel d’offres visant à moderniser sa défense aérienne et à se doter d’une capacité antimissile de théâtre, la Pologne avait retenu, en janvier, les propositions de 5 industriels, présentées par Eurosam (Thales et MBDA, pour le SAMP-T, en service en France et en Italie), Raytheon (système Patriot), l’israélien Rafael, Lockheed-Martin (Medium

Le Canada va-t-il participer au bouclier antimissile américain?

Depuis 1957, les Etats-Unis et le Canada assurent conjointement la surveillance l’espace aérien nord-américain via une structure commune, le NORAD (North American Aerospace Defense Command, ou Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord). Avec le projet de Washington de bâtir une défense antimissiles balistiques (DAB), l’on aurait pu penser qu’Ottawa allait y participer.

Les Etats-Unis encouragent Tokyo et Séoul à coopérer dans la défense antimissile

Les relations entre le Japon et la Corée du Sud ne sont pas au beau fixe actuellement. Le poids du passé n’y est pas étranger, de même que des disputes territoriales, notamment au sujet des « Rochers Liancourt », appelés Takeshima à Tokyo et Dokdo à Séoul. Cependant, ces deux pays font face à une même menace

L’Inde peaufine sa défense antimissile

L’Organisation de la recherche et du développement pour la défense (DRDO), l’équivalent indien de la DGA française, a procédé à un nouveau tir expérimental d’un missile capable d’intercepter un engin balistique à haute altitude, le 27 avril, depuis l’île de Wheeler, au large de la côte de l’Etat de l’Odisha (ex-Orissa). Le missile à intercepter

Ankara doute de son choix en faveur d’un système de défense aérienne chinois

Quand un pays membre de l’Otan, en l’occurrence la Turquie, annonce avoir choisi un système de défense aérienne chinois, cela ne manque pas de provoquer quelques remous dans la mesure où des informations confidentielles pourraient être transmises à Pékin, ce qui serait de nature à compromettre les procédures entre les Alliés. Et si le founisseur

Second essai réussi pour le système antimissile israélien Arrow 3

En février 2013, l’armée israélienne avait procédé, avec succès, à un premier test de son dernier système de défense anti-missile Arrow 3, développé conjointement par Israël Aerospace Industries (IAI) et le groupe aéméricain Boeing. A l’époque, il s’était agi de valider le contrôle de la trajectoire du missile intercepteur. Près d’un an plus tard, soit

Les pays baltes et la Pologne à portée de tir de missiles russes Iskander

Le bouclier antimissile qu’entend mettre en place l’Otan en Europe ne vise personne en particulier. Mais l’argument généralement avancé pour expliquer sa raison d’être porte sur la menace que représente les missiles balistiques iraniens, lesquels pourraient être dotés de têtes nucléaires. De son côté, la Russie exige la garantie écrite que ce système de défense

Malgré un dernier test réussi, l’avenir du système de défense aérienne MEADS reste incertain

Même son avenir n’est pas assuré, le programme MEADS (Multinational Extended Air Defense System), développé conjointement par Lockheed-Martin et les fililales de MBDA en Allemagne et en Italie, a franchi une étape supplémentaire avec un dernier essai réussi, réalisé le 6 novembre dernier sur le polygone de tir de White Sands, aux Etats-Unis. Il s’est

La Turquie justifie sa décision d’acquérir des systèmes chinois de défense aérienne

Le choix d’Ankara d’acquérir une douzaine de batteries de défense aérienne de type Hongqui (ou HQ-9 SAM) auprès de l’industriel chinois China Precision Machinery Import-Export Corporation (CPMIEC), à l’issue d’un appel d’offres lancé en 2009, n’a pas manqué de susciter de l’incompréhension voire de l’irritation aux Etats-Uns et au sein de l’Otan, dont la Turquie