Des généraux américains disent avoir conseillé à M. Biden de maintenir des troupes en Afghanistan

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

56 contributions

  1. Mat49 dit :

    « Nous avons bâti un État mais nous n’avons pas pu créer une nation » quelle hubris de croire qu’on peut bâtir une nation!

    • Piliph dit :

      A la limite, c’est le contraire : la nation afghane existe, dès lors qu’un étranger armé y pénètre et l’occupe. Quant à l’Etat, hormis dans les grandes villes, les Afghans n’en ont nul besoin dès lors que la charia remplace l’administration de la justice, que le mirâb local distribue l’eau d’irrigation équitablement, que les milices tribales défendent leur territoire et font régner l’ordre public, que les communautés recrutent et payent leurs instituteurs, etc.

      On notera aussi que depuis que l’Afghanistan existe (depuis les années 1700 et quelques, avec l’avènement de la dynastie des Durranis), les frontières du pays ont été respectées par tous les voisins, et sont restées les mêmes qu’à l’époque (même la France ne peut en dire autant).
      Le problème de l’Afghanistan, c’est Kaboul et ses habitants, les Kaboulis, qui entretiennent un fossé culturel difficile à imaginer d’ici entre eux et le reste de la population, celle qui est « atrof », à la périphérie : un problème auquel la France commence à être confrontée, avec les Parisiens de deux ou trois arrondissements, la presse « mainstream » et certaines facultés, acquises à l’idéologie US dite « woke », et le reste du pays qui n’en veut pas. Cf la similitude du vocabulaire que la presse parisienne utilise pour qualifier les Talibans et les Gilets Jaunes.

      • Ératosthène dit :

        @Pliph : Très bonne comparaison spatiale. Peut-êter peut-on aussi l’appliquer à
        – Bagdad et une partie de l’Irak confisqués par l’État Islamique ainsi qu’à
        – l’Obama des ville auquel succède le Trump des campagnes.
        Dans presque tous les cas, la comparaison peut aussi être temporelle : Les gars des campagnes reprennent le dessus après la victoire des gars des villes.
        Peut-on alors espérer une arrivée au Pouvoir d’un président représentant plus les Gilets Jaunes après une période macronique ?

      • aleksandar dit :

        Petite précision, dans les shuras, les décisions sont prises a l’unanimité.
        C’est pas excellent niveau efficacité et timing, mais c’est le top de la démocratie

        • Piliph dit :

          Oui, et ça empêche la majorité d’écraser les minorités. Contrairement aux résultats des élections… D’où, après chaque élection présidentielle sous les Américains – et donc nécessairement la victoire d’un Pashtoune, dès lors qu’ils sont majoritaires -, les intéressés s’asseyaient (Pashtounes, Tajikes, Hazaras, TurcosOuzbaks, etc).., palabraient, et sortaient avec un gouvernement représentatif, où chacun s’en sortait avec une part de pouvoir…

  2. penandreff dit :

    Joe Biden avait fait le constat public que l’armée afghane ne voulait pas ce battre et que cela ne servirai à rien de rester 1 mois ou 5 ans de plus.
    La presse a fait états de négociations entre les talibans et les responsables militaires afghans, pas de combats contre des saufs conduits, quand à l’armée Américaine après l’accord avec les Talibans elle a arrêté ses appuis aériens; l’histoire était écrite.
    La date du départ était connue, la France c’était préparé a évacuer.
    la vitesse de l’effondrement du gouvernement Afghan démontre que le « state building » ne fonctionne pas , si les Américains sont restés en Afghanistan pendant 20 ans c’est qu’ils y trouvaient un intérêt géostratégique.
    l ‘Amérique regarde la Chine
    les Afghans n’ont pas su prendre leurs chances le peuple afghan est le grand perdant
    tous les pays frontalier risquent d’être impactés par l’effondrement du pays, avec son lot d’émigration et de malheurs; les US sont loin de cela, le continent Américain est une île facile à garder, les intérêts Américains ne sont ceux de l’Europe…

    • blavan dit :

      Les américains ont perdu le jour où ils se sont refusés à défolier jusqu’au dernier m2 les champs de pavot. Tout le reste ce n’est que de la littérature.

  3. oryzons dit :

    Les généraux discutent tactiques.

    Biden voit stratégie : sortir des guerres qui coûtent des centaines de milliards et n’apportent rien à la sécurité américaine. Se concentrer là où réside désormais le SEUL et unique danger : le pacifique et la chine.

    Tous les milliards économisés dans l’arrêt de ces guerres sont des milliards qui vont aller dans une augmentation drastique des capacités US pour faire face à la Chine.

    Trump avait fait exactement la même chose avec les Kurdes et la Syrie.
    Il y en a un qui fait des vrais conférence de presse et l’autre des Tweets, à part ça…

  4. PK dit :

    LOL comme qui dirait. Comme si Biden allait avouer qu’il est plus ou moins alzheimer 😉

  5. Carin dit :

    Il est évident que les armes doivent céder place à la toge… mais quand la toge se plante contre l’avis des armes, elle doit le dire haut et fort pour dédouaner les armes. Ça n’est malheureusement pas le cas aux states, ou le nouveau président déclare officiellement qu’il n’a jamais reçu un quelconque conseil de la part de ce général…
    Ce que ce président n’a pas pris en compte, c’est que les déclarations du général sont faites devant les plus hautes autorités du pays, et qu’il a sûrement des billes pour étayer ses dires…
    Attendons la suite.

    • Piliph dit :

      A ceci près que, dans le détail de sa déposition, le général admet qu’un effondrement en quelques jours n’avait été prévu par aucun militaire US. Ils espéraient que l’ANA tiendrait au moins quelques mois (son équivalent communiste avait tenu de 1989 à 1992 sans présence soviétique, elle. Et il aura fallu le ralliement des milices communistes de Dostom à Massoud pour réussir le coup d’état de Kaboul, au printemps 1992. Aboutissant à la confiscation de tous les leviers du pouvoir par les Panshiris, même erreur commise en 2001 après l’intervention US : les Panshiris, sauf dans la presse française, étant plutôt abhorrés des Afghans, du fait de leur clanisme et sectarisme démesurés).

      Mais c’était difficile d’admettre, pour des généraux US, qu’une armée aussi bien équipée que l’ANA et formée par les boys tiendrait moins longtemps que l’armée afghane formée par les Soviétiques, le Mal incarné, si vous vous souvenez bien…

      PS : il faut dédouaner les US d’un péché, néanmoins : celui de la prétention à « reconstruire » un Afghanistan qui n’avait jamais existé, mais accepté sur l’insistance des Européens, qui avaient mis cette condition pour participer à la coalition. Il fallait bien justifier l’envoi de troupes européennes dans ce pays aux yeux des opinions publique européennes (du Nord) gagnées par le pacifisme. D’où le mythe de la « reconstruction » et du « soldat bâtisseur ».

  6. Carin dit :

    Quand aux déclarations de Mr Lloyd Austin sur le fait que la crédibilité de son pays n’est pas entamée… je suppose qu’il fait allusion à tout l’arsenal de menaces que l’administration américaine a encore sous le coude, pour faire chanter d’une seule voix de nombreux pays.

  7. Castel dit :

    Ce qu’on peut surtout reprocher aux Américains pour l’Afghanistan, comme il l’avaient d’ailleurs déjà fait pour le Vietnam, c’est d’avoir installé au pouvoir des gens qui leur était favorables, sans trop se préoccuper de leur honnêteté, sachant que dans ce pays, tout fonctionne par le clientélisme, le népotisme et le clanisme….
    Donc, il était facile de prévoir que sans un contrôle sérieux des aides accordées à ce pays, les fonds seraient avant tout utilisés par les différents clans ethniques ou familiaux, et que la grande majorité des Afghans n’en verraient pas la couleur, y compris les troupes qui étaient censées défendre le pays.
    Alors, évidement, dans ce pays, il n’était sans doute pas facile de trouver les hommes qui auraient pu mériter leur confiance, mais ils avaient 20 ans pour y parvenir….
    Et, ne les ayant pas trouvé, le fait de retarder leur départ n’y aurait sans doute rien changé !!

    • aleksandar dit :

      Merci de m’avoir fait rire
      Parce que 90 % de ces fameuses aides sont repartis aux USA direct

  8. jyb dit :

    un analyste français de la dgse, un analyste brit du mi6 et un analyste américain de la cia discutent.
    le français : zut je crois que ma femme me trompe avec un boulanger !
    les autres : ???
    le français : oui j’ai trouvé de la farine dans notre lit.
    L’anglais : oui je comprends, moi ma femme me trompe avec le jardinier !
    les autres : ???
    l’anglais : oui j’ai trouvé du gazon dans notre lit !
    l’américain : moi c’est pire ma femme me trompe avec un cheval !
    les autres : ????????
    l’américain : oui j’ai trouvé un jockey dans notre lit…

    • jyb dit :

      petite blague visiblement toujours d’actualité. Comme dit récemment, l’acquisition du renseignement n’est pas son exploitation.
      Pourtant les us avaient quelques gros indices en afghanistan et des experiences douloureuses en syrie ( timber sycamore, programme « train & equip », nas…)
      « nous a pris par surprise…nous a étonné…échec stratégique…etc » mais notre crédibilité reste solide.
      Comment au vu des moyens financiers et humains dont dispose le renseignement américain cet état de fait déjà ancien perdure ?

      • Félix GARCIA dit :

        Moi ça m’a fait mal au bide quand je me suis rendu compte que les objectifs affichés et réels étaient différents … candide que j’étais.
        Même si depuis petit, je savais que cela pouvait être le cas depuis l’exemple de la guerre en Irak.
        C’est d’ailleurs « fou » de voir que l’élection d’Emmanuel MACRON et « le Covid » m’ont plus secoués que de me faire braquer par un pistolet et six couteaux (tous tirés en même temps, comme les Nâzguls du « Seigneur des Anneaux » devant les hobbits), ou que de voir quelqu’un se faire tuer devant mes yeux … quoique … c’est un peu flou, plus que d’être fou …

      • vrai_chasseur dit :

        @jyb
        Règle mathématique d’or d’évitement du ‘cluster fuck’ – particulièrement valable pour l’exploitation du rens :
        ne jamais être plus de 7 autour de la table pour discuter d’un projet.
        Sinon on avance à la vitesse du plus con divisée par le nombre de participants – et la dynamique d’ensemble devient erratique.

      • ClémentF dit :

        « train & equip »
        Tiens, je l’avais oublié celle là.

    • Sam7 dit :

      @jyb
      La blague est drôle, mais sinon sérieusement les usa sont n1 dans quasiment tous les les domaines et souvent de très loin, ils profitent des acquis ancien mais malgré toutes leurs erreurs ils sont toujours présent et toujours n1.
      Force est de constater qu’il doit y avoir autre chose, on ne reste pas n1 si longtemps en etant débile et enchaînant les erreurs.

      • Momo dit :

        le pays n’est ni plus intelligent ni moins que les autres. Mais leur arrogance en tant que numéro un leur fait faire quand même beaucoup de conneries dont ils se relèvent parce que ce sont les US. Parce que.ils sont effectivement le pays le plus puissant économiquement et militairement. Et s’arrange par tous les moyens à plomber ceux qui suivent juste derrière tout en continuant à avancer.
        On n’a pas besoin de refaire l’histoire du 20ie siècle pour expliquer pourquoi?

      • PK dit :

        Si. Le fric écrase beaucoup de choses. Ils peuvent se permettre de se planter : il suffit d’allonger.

        Bon, en plus, ils ont la menace (ça va avec le fric), donc ils n’ont pas besoin de finesse.

      • jyb dit :

        @sam7
        peut être une question de perception.
        Le slogan « make america great again » montre bien qu’il y a eu basculement.
        L’hegemonie ou le monde unipolaire a duré 3 ou 4 ans, le climax us c’est la guerre du golfe, le premier signe du déclin c’est la somalie 1994 ce qu’on a appelé l’impuissance de LA puissance. On connait la suite avec le 11/09, l’irak, la syrie, l’afghanistan qui sont des échecs géopolitiques et géostratégiques. Et dans le même temps
        d’autres competiteurs revenaient dans la course.
        Richard HAASS, « The Age of Nonpolarity : What Will Follow US Dominance »

  9. Arthur dit :

    Bel aveu de faiblesse… devrait-ils s’en vanter? C’est toujours une position facile à tenir de dire « j’avais raison » quand on a pas eu le courage de démissionner par désaccord

  10. Chris dit :

    Et pourtant, la précédente leçon ne datait pas de si longtemps : l’incroyable et piteuse débâcle des forces irakiennes, équipées et formées par les US, devant les barbares de l’EI, qui n’avaient guère recontré de résistante et avaient même récupéré une bonne partie du matériel de guerre en chemin. Toutes proportions gardées, la débâcle de l’armée afghane c’est du même tonneau. Je me souviens d’un film de guerre russe, « 9eme compagnie » je crois, où pendant la guerre d’Afghanistan à l’époque un vétéran disait à un jeune soldat de ne pas compter sur l’armée afghane, « dès que ca va commencer à chauffer ils se tireront tous »…. L’histoire est un perpétuel recommencement.

  11. jyb dit :

    L’info sur le maintien de 2500 hommes en afgha n’a jamais transpiré. En revanche ce qui était prévu dans la troisième et dernière phase du retrait était le prépositionnement de fantassins au koweit.

  12. blavan dit :

    Si les politiques se laissent dicter la politique étrangère par les militaires, on n’est pas sorti des conflits sur tous les continents. Le Sahel va nous occuper longtemps si le président français ne siffle pas la fin de cette opération où il aurait fallu traiter par les airs , plutôt que de mettre des troupes au sol.

  13. Daniel BESSON dit :

    Cit :[ Depuis quelques jours, le chef d’état-major interarmées américain, le général Mark Milley, est une centre d’une polémique provoquée par des affirmations de deux journalistes du Washington Post ]

     » Polémique  » est ce que l’on nomme le  » blame game  » aux Tazunis ! ;0)
    Que l’on peut traduire par  » laver son linge sale en famille  » ou  » Procès de Riom  » voir  » La discorde chez l’ennemi  » ! ;0)

    Cela a commencé d’ailleurs il y a plus d’un mois …
    https://www.salon.com/2021/08/16/the-afghanistan-blame-game-begins–and-the-media-immediately-ignores-what-triggered-this-disaster/

    Ce  » blame game » est largement alimenté par le  » war party  » , cad les partisans des  » forever wars  » Des expressions qui commencent à peine à avoir leur traductions en Français à propos du Mali .
    Il faut citer les Béachel , Goupil mains rouges , Herzog , Ciotti , …

    Dans un esprit  » Monthy Python  » allez , un cht’i coup de  » Kandahar  » de SNL ! ;0)
    Vous trouverez facilement la vidéo de 2001 .

  14. Eugene123 dit :

    Les généraux US ont pris de mauvaises habitudes avec Trump! Ils commencent à discuter les ordres du chef suprême qui n’est autre que le président américain (exemple: un général qui dit avoir contacter les chinois pour leur dire « on vous attaquera jamais quelque soient les ordres donnés par Trump). Ils l’ont fait avec Trump avec l’excuse que c’était un président dangereux, mais ils ont gardé les mauvaises habitudes avec Biden.

    A quand des généraux putschistes à l’africaine qui font un coup d’état dans la première puissance du monde?

    Biden ferait bien de faire le ménage au plus vite et de mettre à la retraite tous ces galonnés qui ne savent pas garder leur place!

    • Momo dit :

      Revenir pour ce tissus d conneries, excellent, excellent ^^
      La triple buse avait pourtant dit qu’elle partait polluer ailleurs.

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ A quand des généraux putschistes à l’africaine qui font un coup d’état dans la première puissance du monde?]

      En l’occurrence des évènements internes à l’administration Kennedy ( démission forcée du général Edwin Walker ) mais aussi la bananade Djézaïrienne – typiquement  » Latino-Africaine  » – du quarteron de généraux françaouis avait inspiré ce chef d’oeuvre de 1964 ! L’un des officiers est même censé mourir à Paname d’un  » accident de bus  » . ;0)

      https://www.youtube.com/watch?v=HWL06waOAGw

      Tiré du roman éponyme de1962 !
      Evoquer ce film n’est pas anodin puisque pas mal de mediats comme le LA Times y ont fait référence en 2020 . ;0)

      Maintenant si vous lisez les merdiats françaouis , vous auriez noté que de  » L’humanité  » à  » Le Figaro  » en passant par  » L’immonde  » et  » Déglutition  » , tous soutenaient ces officiers félons ! ;0)
      Les Etasuniens ont beaucoup plus de courage au final : Ils  » osent  » demander maintenant la démission de certains officiers généraux à la suite de la dernière frappe meurtrière sur Kaboul !

      • aleksandar dit :

        Il est effectivement mort d’un accident de bus

        • Daniel BESSON dit :

          Cit : [ Il est effectivement mort d’un accident de bus ]

          La RATP™ est donc responsable de la mort d’un général Etasunien et du général Paul STHELIN !

          Il dessinent quoi sur leurs bus quand ils encadrent un officier ? Il y a les poussettes pour les mères de famille , des motocyclettes , des vélos , … Mais pour un général ?

    • Fidel Gastro dit :

      C’est deja fait, Biden en est le résultat.

  15. Sam7 dit :

    Quel était la stratégie US en Afghanistan ? Eux meme la connaissait-il ?

    Si c’était chasser alquaida c’était reussi depuis 2002, si c’est pour installer la démocratie et le capitalisme dans un pays tribal, tres religieu et plutôt d’influence comunisme c’est tres naif.
    Idem en irak, chasser sadam qui etait le premier dirigeant irakien depuis la chute du roi, pro US pour donner le pouvoir aux chiites et renforcer l’iran etait quand meme très previsible.

    • Momo dit :

      C’est une donnée du problème: les us ont énormément de mal, même les gens intelligents qui sont sortis des world series de baseball, à comprendre que tout le mond ne veut pas vivre comme eux et que l’obscurantisme religieux a une emprise terrible chez les gens les plus influençables, qui sont ceux qui ont les vies les plus simples/misérables.

  16. Vins dit :

    Tout cela est scénarisé pour l’opinion publique.
    Les us n’avaient plus d’intérêt la bas et ils sont partis, c’est tout.
    On voit que les us comme des copains parce qu’ils nous ont abreuvé de beaux films… mais ca reste un empire qui lutte pour sa survie.
    Le reste c’est de la com pour eux…et des morts pour les autres…

  17. Oliver dit :

    Une embrouille commencée sous Trump.
    C’est désormais la foire d’empoigne entre le Pentagone et Washington

  18. Geoffroy de la roche dit :

    Un général américain qui porte un brevet para français ne peut être tout à fait un mauvais.

  19. wiliam dit :

    ISRAËL, AFGHANISTAN, QATAR : RÉVÉLATIONS D’UN HOMME QUI EN SAIT TROP

    https://m.youtube.com/watch?v=lfjUHEyp_W4

  20. Aldo dit :

    Tout le monde a le droit d’avoir un avis sur tout, bien sur, mais qui sommes-nous pour juger, noter, évaluer, corriger, penser à la place d’un autre ?
    Dans le cas présent, un monsieur qui, entre nous, est accessoirement président des Etats-Unis .
    Il faut quand même avoir un ego surdimensionné pour se permettre de mettre en doute la capacité intellectuelle d’un tel personnage.
    Il faut quand même avoir un ego surdimmensionné pour croire qu’il n’est entouré que d’idiots et d’incapables. Il ne s’agit pas d’un petit chef de tribu perdue au fin fond d’une forêt.
    Je n’ai aucune sympathie particulière pour ce monsieur mais quelque chose me dit qu’il n’est pas forcément le plus idiot du comptoir du café du commerce du coin.

    • Carin dit :

      @Aldo
      Je l’ai déjà dit, ce Lr Biden a dans le regard, bien plus d’intelligence que ce que son apparence ou son élocution laisse penser…. Et c’est pas fini, la suisse ou l’Australie ne sont que les hors d’œuvres, et il y en auras pour tout le monde, y compris ses alliés des 5 eyes. Ce gars a des choses à prouver au peuple américain, et ça va être compliqué de se mettre en travers de sa route.

  21. Titi74 dit :

    Donc l’on pourrait en conclure que pour les généraux de la première puissance mondiale, leurs 2 derniers dirigeants sont des incompétents notoires qui ne tiennent absolument pas compte de leurs conseillés militaires, et c’est sensé nous rassurer sur l’avenir?

    Du coup, on peut aussi comprendre que les chinois ne soient pas non plus du tout rassurés…

  22. Sylvain dit :

    L’Amérique n’a pas gagné de guerre asymétrique. Aucune. Cela étant, etait-ce son but ? De même, construire un état en Afghanistan, qui s’est effondré comme un chateau de cartes…? était-ce vraiment son objectif ? En termes de comm, surement. En termes réels, j’en doute. Au final que reste-t-il de l’aventure afghane ? un pays chaotique, qui a des frontières communes avec le Pakistan, l’Iran, la Chine et des états proches de la Russie : autant de forces de sécurité à mobiliser à leurs frontières, qui ne seront pas mobilisables ailleurs. Et surtout : les AFghans sont perdants, l’Europe est perdante, la politique américaine est perdante… mais, Colt, Raytheon, General Dynamics, Xi, Dyncorps, etc, eux, ils ne sont pas perdant du tout, car 90 % des dollars versés sont allés dans la poche de compagnies américaines (et si j’étais méchant, je dirais que 9% sont allés dans la poches des dirigeants afghans….). Donc, cette guerre n’a pas été perdue pour tout le monde, et finalement, amasser quelques milliards de dollars en tant qu’actionnaire, c’est un objectif très pertinent. Et quand on relit le discours d’Eisenhower de janvier 61, on se dit que Joe Biden est juste un intérimaire mais que les dirigeants US réels, eux, sont en place pour pas mal d’année (juste avec une frayeur quand ils ont eu un Trump quasi incontrôlable)