Nexter annonce le succès des premiers tirs « pilotés » de l’obus de 155 mm « Katana » par un CAESAr

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

146 contributions

  1. E-Faystos dit :

    Ne vous contentez pas d’en acheter une trentaine ! Au pire, on pourra toujours les revendre d’occase.

  2. François01 dit :

    J’ai lu partout que durant l »opération Wagram, les ricains étaient impressionnés par la précision des tirs des CAESAR français.
    Et là on m’explique que les tirs de grande précision devaient être réalisés par les artilleurs US …

    • dolgan dit :

      Ils pensaient que notre niveau de précision ne pouvait être obtenu que par des munitions intelligentes. Parce qu’ils sont toujours persudadé qu’il n’y a qu’une maniere de faire : la leur.

    • Marcassin dit :

      Sans dénigrer le savoir-faire et l’expérience de nos artilleurs, cela fait des décennies que l’on lit régulièrement dans la presse spécialisée FRANCAISE que les Américains sont toujours bluffés par tout ce que nous faisons…
      A tel point que cela ressemble au mieux à de l’auto-satisfaction un peu excessive, au pire à un besoin de reconnaissance irrépressible et inassouvi.

      • Frede6 dit :

        Oui c’est amusant moi aussi j’ai entendu que les américains étaient bluffés (c’est un peuple toujours souriant qui complimente facilement même si c’est hypocrite) et que le système Caesar etait très précis (certainement mais c’est oublié que chaque obus se comporte différemment).
        Et là patatras j’apprends que nos artilleurs sont toujours au 19eme siècle avec des dizaines de tirs d’ajustement avant de mettre au but. Déception

        • 에르메스 dit :

          « Et là patatras j’apprends que nos artilleurs sont toujours au 19eme siècle avec des dizaines de tirs d’ajustement avant de mettre au but. »
          .
          Mais en fait vous savez juste pas lire…
          .
          C’est affligeant ces commentaires sans la moindre réflexion dérrière.

        • Frede6 dit :

          Quote: nous nous considérons comme une artillerie pratiquant des feux classiques alors que les Américains ont une artillerie de précision que nous n’avons pas aujourd’hui Unquote
          Par conséquent je me passe de vos commentaires désobligeants sur mes propos. Contentez vous de commenter l’article ce sera suffisant.

      • dompal dit :

        @ Marcassin,
        Les militaires US sont effectivement bluffés par les résultats des soldats français en Opex.
        Sous-entendu : ils n’ont que la b*te et le couteau et un matos qui est loin d’égaler le nôtre (enfin, c’est leur avis) mais ils font aussi bien (voire même mieux) que nous….sans vouloir le dire de façon explicite…..

      • Courmaceul dit :

        Alors que ce même canon va être testé aux USA, bizarre, non ?

        • Marcassin dit :

          Si je ne me trompe, c’est la 2ème fois que le Caesar va franchir l’Océan pour être montré aux unités et officiels américains. Avec cette fois-ci peut-être un processus d’évaluation aux mains d’artilleurs US Army et/ou USMC…
          En concurrence avec un canon de 155mm américain monté sur camion et dont le système de mise en batterie est bien moins sophistiqué (et sans liaison comparable à Atlas) …

    • vrai_chasseur dit :

      @Francois01
      Les américains réservaient les obus guidés laser au tir de contre-batterie, leur mise en œuvre étant plus complexe et moins réactive.
      Pour les tirs de support d’artillerie (80% des tirs) ils préféraient solliciter les Caesar français (les officiers irakiens également), dont la précision était bien supérieure à la leur dans ce registre.

    • EchoDelta dit :

      peut être impressionnés par la précision des tirs de munitions non guidées… Et c’est surtout pas la rapidité de mise en oeuvre, envoi de la salve et démontage du dispositif que les américains avait été impressionnés.

    • E-Faystos dit :

      La nature profonde des obus fait la différence : le CaSEar pointe et tire un obus lambda, là où les USA tirent un obus plus coûteux ( même avec l’effet d’échelle).
      Le meilleur exemple vient de l’artillerie principale du USS Zumwalt : 800.000 dollars l’obus à ailettes.
      Donc le prix d’un missile… Qui porte à mille km et plus au lieu de 180.

    • StephaneR dit :

      Je sais que les taïwanais en veulent de nos CAESARs.

      • R2D2 dit :

        Taiwan c’est le 3eme rail pour l’industrie de la défense française: tu le touches, tu meurs… 🙂

    • wagdoox dit :

      Alors comme beaucoup de système d’arme il s’agit d’un couple, le canon et l’obus.
      Le CEASAR possède une conduite de tire très précise mais l’obus n’est pas controlé une fois tirer.
      Les américains ont des canons moins précis mais des obus est intelligent.
      Maintenant on a les deux et on ne se sert pas tout le temps d’obus autoguidé, ca coute très cher,
      il s’agit de cas bien précis, contre batterie, limité des dégâts collatéraux …
      Donc oui les américains ont été impressionné sur les types de tires les plus communs.

    • Plusdepognon dit :

      @ François01
      Comme l’a écrit @ Wagdoox, les militaires US se sont endormis sur leurs canons et ont de très bonnes munitions.

      Nous, on fait le chemin inverse :
      https://operationnels.com/2019/01/08/du-sahel-au-levant-quelle-place-pour-lartillerie-francaise/

      À noter que le projet CIFS vient de se prendre 10 ans de retard :
      https://www.meta-defense.fr/2021/01/13/le-programme-dartillerie-franco-allemand-cifs-pourrait-etre-reporte/

      À plus long terme, il y a PILUM :
      https://forcesoperations.com/nexter-et-le-consortium-pilum-plancheront-sur-lartillerie-europeenne-de-demain/

    • Deres dit :

      Je crois que Daesh a Mossoul déployait son artillerie au sein de la ville. Même avec une grande précision, les obus non guidés à longue distance peuvent avoir jusqu’à 100 m d’erreur, surtout en portée, moins en latéral (cela fait seulement 0.25% de la distance en fait ce qui est très peu). Dans ce cadre, impossible d’éviter de détruire des cibles collatérales comme les immeubles aux alentours auquel DAesh se colle toujours évidemment. Et pour la contre-batterie (ie au radar détectant les obus envoyés par l’ennemi), on ne peut pas faire de correction de tir car on ne voit pas les impacts. Au contraire, quand on choisit précisément le lieu de l’impact, on peut sélectionner une position probable de la cible au sein de la zone désigné par le radar connaissant les besoins de l’artillerie (espace de tir dégagé, …).

  3. Yoyolegigolo dit :

    Super prouesse de la part de NEXTER , je pense que les régiments d’artillerie l’attendent avec impatience car ça va apporter une corde de plus à cet arc magnifique qu’est déjà le CAESAR

    • Borni dit :

      Très bel obus, je le conçois, mais compte tenu du niveau de l’artillerie française (une vache maigre, très très maigre, en nombre de canons et d’obus) cet obus sera je pense plus une vitrine pour l’industriel, que pour l’armée française.
      Il suffit de voir ce qui se passe avec l’obus BONUS, il ne doit pas y avoir beaucoup d’artilleurs qui ont eu l’occasion de le voir en action, et encore moins d’artilleurs à l’avoir tiré. Et c’est bien dommage. Plus cher qu’un obus classique, les choix des « chefs » se portent donc sur le plus économe. Et malheureusement, vu la place laissée à l’artillerie en OPEX, quasi inexistante, ce constat ne devrait pas porter sur l’acquisition, en masse, de ce nouvel obus …

      • dolgan dit :

        Rappelez moi la dernière fois que nos artilleurs ont eu à cibler une colonne blindée ennemie?

        On ne tire effectivement pas les bonus par paquet de douze ET c’est une très bonne nouvelle.

        • Borni dit :

          Ce n’était pas le sens de mon propos, de tirer des BONUS à tout va ! C’est juste un constat, plus la munition est chère, et moins on sera enclin à s’en servir…

      • 에르메스 dit :

        Le BONUS est encore plus situationnel dans nos opérations actuelle que le Katana.
        Faut comparer ce qui est comparable, employer une munition pour dire qu’on l’emploi c’est stupide. Le BONUS ne sert à rien en destruction de pointe ou en barrage.
        .
        Ne pas oublier également qu’une bonne partie des missions (30% de mémoire ?) sont des missions d’illumination.

        • Borni dit :

          Ce n’est pas ce que j’ai dis, hein ! A aucun moment je parle d’utiliser le BONUS en dehors de son emploi prévu !

          Et pour revenir à vis 30% de missions en illumination, le problème est tout autre, et souvent lié à la rigidité d’emploi de l’artillerie en OPEX par nos chefs…

      • Deres dit :

        Les OPEX sont souvent des guerres asymétriques, ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas préparer une guerre « symétrique ». En particulier, on a rarement à affronter des attaques mécanisés importantes en Afrique. Le cas s’est présenté au Moyen-Orient et les obus BONUS y ont répondu présents. De la même façon, vu la taille du théâtre malien, les canons même avec leur grande allonge couvre finalement peu de terrain. C’est pourquoi l’appui feu au Mali est à base d’avion et d’hélicoptère sauf pour l’auto-défense des bases qui ont des mortiers de 120 mm bien plus légers logistiquement.

  4. Green dit :

    Personnellement j’aimerais aussi voir des systèmes d’artillerie de 155 avec des munitions guidées porté sur nos futures frégates. Moins cher que des missiles de croisière, même si pas équivalent, mais bien efficace et dissuasif.

    • Raspoutine dit :

      Absolument, mais là encore on pense « petit » chez nous … les Italiens ont équipé leurs FREMM de 157mm Oto Melara avec capacité de tirer des munitions de nouvelle génération.
      Nous on en est toujours à expliquer que non, pour nos FREMM, un 76mm c’est bine assez, et que sur les Horizon, il y en a 2, donc c’est redoutable…

    • 에르메스 dit :

      Aucun intérêt, la portée est bien trop courte et expose beaucoup trop les navires.

      • tchac dit :

        Oui sauf que la portée du 100mm Mlde 68 l’est encore moins alors que des Lafayette ont fait des tirs côtiers en Libye.
        Avec le 76mm, n’en parlons pas, c’eut aurait été impossible (surtout qu’il emporte quasiment pas d’explosif).

        Bref, on pourrait imaginer disposer de navire d’appui (comme les feues FREMM AVT, action vers la terre qui ont été annulé).
        OU alors système D à la française, on fous des CAESAR sur les BPC pour appuyer une opé amphibie.

        Mais le besoins existe puisque l’EMM a quand même réfléchit à des FREMM AVT.

        Et effectivement, ça expose le navire… mais on le fait quand même (d’ailleurs des frégates ont eu chaud en Libye)

        • 에르메스 dit :

          Emploi des plus situationnels, je préfère payer un MdCN que risquer de perdre une FREMM ou une FTI (400 à 800 Mdcn en prix unitaire quand même…)
          .
          Le CAESAR je doute que ce soit terrible pour opérer depuis le pont d’un navire… Déjà il doit bien endommager le pont et en plus le canon et la conduite de tir sont pas prévu pour gérer les mouvements d’un navire.
          Par contre y’avait le LRU qui se posait en question depuis le BPC’s avec notamment sa roquette de 70km de portée.

    • Yoyolegigolo dit :

      Non car la portée de 155mm est de 60-70kms max et que la munition n’est pas assez puissante pour des infrastructures solides ( béton armés , bunker ) et des destroyer , 70kms en mer c’est trop proche de l’ennemi , avec le MDCN tu peux frapper à 1000kms donc au-delà des éventuels tirs de contre batterie et tu peux détruire des infrastructures bétonnées

    • Deres dit :

      La portée de 60 km est encore trop courte vis-a-vis des missiles anti navires surtout que si il y a des élévations au niveau de la côte, c’est facilement dans la portée radar de détection.

      Ce serait bien mieux d’avoir des roquettes tirés verticalement dans des SYLVER. On peut imaginer les mettre par 9 dans chaque silo et avoir une portée d’au moins 100 km. Cela donnerait un nombre de munitions importants et se servirait de la modularité des SYLVER sachant que l’on n’est pas obligé de les équiper si on ne veut pas faire d’appui au sol.

  5. R2D2 dit :

    « La précision métrique sera ultérieurement accessible par l’ajout d’un écartomètre semi-actif laser optionnel » puis « nfin, ctte munition va accroître la portée du CAESAr à 60 km.  »
    Donc on tape plus loin c’est bien mais avec quelle précision? décamétrique?

    • wagdoox dit :

      Pour l’instant, c’est des testes donc quand la munition entrera en service, on aura en option du métrique sinon c’est dépend uniquement de la précision GPS et « central inertielle » donc potentiellement dégradé.

    • Yoyolegigolo dit :

      Tu le fais exprès ou tu as des problèmes de compréhension ? Ce seras précision métrique à 60kms

      • R2D2 dit :

        je dois avoir des problèmes de compréhension de toute évidence… en particulier sur « La précision métrique sera ***ultérieurement accessible par l’ajout*** d’un écartomètre semi-actif laser optionnel »

    • 에르메스 dit :

      Même si actuellement on était sur du déca, avec du 155 à 60km, ça suffit à détruire la majorité des objectifs souhaité.
      .
      On va pas utiliser du 155 pour un assassinat en plein centre ville pour le moment…

      • Frede6 dit :

        C’est quoi la précision à 35/40 km sans tous les gadgets?

        • Deres dit :

          C’est différent suivant les axes mais environ 100 m en portée et 50 m en latéral je crois pour 50% des obus. C’est une ellipse théorique (avec loi normale). Il faut savoir qu’un obus de 155 mm envoie des éclats très dangereux en grande quantité à 100 m. Mais en fait une partie de l’erreur est fixe ou varie lentement (vent constant en altitude, effets de températures suivant l’altitude, usure du canon, température du canon et de la poudre des obus) et peut être compensé par des tirs successifs ou des mesures spécifiques. Il reste toujours au final l’effet du vent variable et du poids exact de la poudre.

        • 에르메스 dit :

          Terrain de foot pour l’impact + 50m de blast à l’impact.
          .
          Ce qui permet en quelques obus de nettoyer la zone.
          .
          C’est sûr, on est loin d’une GBU, mais y’a pas tant de canon qui balance des pruneaux à 40km (Et + avec les RA) avec cette efficacité. (Un M109 c’est 30km de portée RA, M777 c’est 37km RA, faut aller taper dans l’Excalibur à 85 000$ pour taper aussi loin).
          .
          Bref c’est surtout pour ça que les US ont apprécié le CAESAR, car ils ont une base d’artillerie différente et plus courte et qu’il faut balancer des pruneaux très coûteux pour compenser ça (tout en étant plus précis à l’impact).

        • Frede6 dit :

          Merci pour ces réponses fortes instructives.

    • Deres dit :

      La charge militaire doit faire environ 20 kg donc une précision décamétrique est suffisante sauf contre un bunker renforcé en béton. Même un char sera mis hors de combat par une telle charge explosant proche. Et contre les objectifs « fragiles », les éclats portent assez loin ce qui fait que les obus standard non guidés de 40 kg peuvent être efficaces même à plusieurs dizaines de mètres voir à 100 m.

    • PeterR dit :

      Si on compare au AASM en version GPS + inertie et en supposant le même niveau de perfs (ce qui n’est pas sûr) on peut imaginer que, oui, la précision hors guidage terminal laser doit être de l’ordre de 10m.

  6. Czar dit :

    « En outre, de telles munitions permettent de réduire l’empreinte logistique et d’économiser le potentiel des canons. »

    En quoi ?

    • oryzons dit :

      J’imagine, je dis bien j’imagine, que si à chaque fois que tu tires tu atteints ta cible avec une probabilité nettement plus grande, tu as besoin de moins tirer pour parvenir au même résultat, du coup moins de munition (emprunte logistique), canon économisé.

      Cela permet de faire un calcul plus avisé que le « oui mais la munition est plus chère ».

    • Dupont avec un t dit :

      On tir moins de coup pour mettre le « but » ,
      Avant tir de 5 munitions de 155 sur une zone -> impacts sur la surface d’un double terrain de foot….
      Maintenant 1 munition guidée on impact dans la zone d’en but ( 7,32m x 2m)

    • bzh29 dit :

      tu ne tapisse pas l’objectif avec 20 obus , juste 1 pile ou il faut…

    • Fred dit :

      On tire moins d’obus pour obtenir le résultat souhaité.

    • francois dit :

      1 obus = 1 coup au but.. pas de gachis d’obus ni de tirs pour rien..

    • Marcassin dit :

      Nombre de tirs à réaliser plus limité du fait de la précision (=> moins d’usure des tubes), 1 obus suffisant là où auoaravant on en tire 2 ou plus… et moins de munitions à tirer par objectif

    • VonBulot dit :

      L’usure des tubes en premier, car il faut moins de munitions pour traiter un objectif. Un canon avec un tube aussi long et à haute vitesse initiale, use les tubes. De plus, moins de munitions tirées pour traiter un objectif signifie moins de munitions à transporter jusqu’aux canons. logique

    • 341CGH dit :

      Parce qu’on en tire moins pour le même résultat, je suppose.

    • Borni dit :

      Et bien, c’est mathématique, si pour un tir de contre batterie, il faut pour une artillerie sol-sol classique, éventuellement une consommation de XX obus, pour pouvoir traiter une zone, parce que, pour rappel, on ne fait pas, en France aujourd’hui, des frappes « chirurgicales » avec l’artillerie. Et qu’avec des obus classiques, il y a de la dispersion par rapport aux coordonnées transmises dans le message de tir. (J’entends certains déjà dire,  » Mais si, on a des LRU », sauf que les LRU, à part pour leur campagne « COMBAT PROVEN » au Mali, ils ne sont pas utilisés en OPEX)
      Donc, si on doit traiter une zone en artillerie classique, il faut donc une consommation conséquente en obus, et donc un vieillissement prématuré des canons. Avec le Katana, pour la même zone à traiter, si il s’avère qu’il s’agit de 3 pièces d’artillerie ennemie, et bien, avec les bonnes coordonnées, il ne suffira plus que 3 obus …

    • Michel dit :

      Usure du tube !!!!!! moins on tire plus le tube garde les tolérances d’utilisation donc il n’est plus nécessaire de le remplacer, principe connu depuis le 19 ieme siècle

    • Ulysse dit :

      @czar. Parce que on tirera moins d’obus pour traiter une cible.

    • Gael dit :

      Avec une munition beaucoup plus précise, cela nécessite moins de munitions « traditionnelles » (non guidée) pour toucher les cibles.
      Donc :
      #1 : moins d’obus à transporter = empreinte logistique moindre.
      #2 : moins de tirs à effectuer pour toucher un même nombre de cible = canon moins sollicité = moins d’usure = moins de renouvellement de pièces = moins de logistique…

    • Fauzoxa dit :

      En gros : pour atteindre une cible on utilise significativement moins d’obus, donc logistique simplifiée et durée de vie des canons augmentée.

    • wagdoox dit :

      Avec une bombe de précision tu fais aujourd’hui le boulot de 9000 bombes à gravité de 1940.
      C’est un chiffre qui revenaient souvent dans la bouche des industriels à l’époque de la généralisation de la munition intelligente, je l’ai toujours trouvé exagéré mais elle montre une vrai économie en bombes, avions, heure de vols.

      Et ben là, c’est le meme mécanisme. A savoir qu’on va dépensé moins d’obus pour une meme cible, obus qu’il faut amener sur le champs de bataille = logistique et le tube du canon a un nombre de cout max (je dis peut etre une bêtise mais il me semble que c’est 5000 coups) après il faut le changer = économiser le potentiel des canons.

    • CAVOK dit :

      Avec des obus guidés il faut moins de munition tirées pour obtenir l’effet militaire recherché.

    • Czar dit :

      @tous : merci pour l’éclairage.

    • Plouc putatif dit :

      Pauvre Czar ! Il était vraiment le seul à ne pas avoir compris.

  7. LEONARD dit :

    Intéressant.
    2 questions pour approfondir:
    – Le test en Suède, c’est parce que Suippes n’est pas équipé pour les tirs à +60 km ?
    – Quel va être le prix de cette petite merveille, car, dèjà qu’on a peu de Caesar, des stocks de munitions classiques limités, si le budget passe dans des « merveilles techno » échantillonnaires, car dispendieuses, l’efficacité globale n’y aura pas gagné.

    • Plusdepognon dit :

      @ LÉONARD
      Peut être une question de champ de tir, mais aussi de partenaire industriel ?
      https://www.forcesoperations.com/amp/des-obus-bonus-supplementaires-pour-lus-army/

    • Grosminet dit :

      Pour la distance, si ça peut vous aider, en tirant à mun réelles de Suippes , vous pourriez rendre la jour mortellement désagréable aux sous groupements manoeuvrant à Mailly

    • vrai_chasseur dit :

      @LEONARD
      – Suède -> Bofors Test Center
      un des centres d’essais munitions les plus complets au monde
      Nexter Munitions y développe en commun avec le suédois Bofors (maintenant filiale de BAE Systems) plusieurs munitions intelligentes, dont l’obus BONUS (acheté par la France, la Suède et maintenant aussi par l’US Army).
      – On ne sait pas à combien va être vendu cet obus KATANA. Pour ref. un obus BONUS : 24000 € l’unité.

    • 에르메스 dit :

      C’est un peu le même concept que du passage de la bombe lisse à la GBU, la GBU est nettement plus cher à l’unité, mais on a dit adieu aux tapis de bombes.

    • LEONARD dit :

      Merci à tous de vos réponses.

  8. momo dit :

    Trés bien! Deux questions pour les vrais spécialistes:
    . Qu’est ce qui fait que la portée soit plus longue qu’en trajectoire balistique? Les appendices sont un peu porteurs?
    . Pourquoi une campagne de tir en Suède? En première approche c’est pas évident que Poutine et Biden y soient moins présents qu’à Mourmelon et cela complique la logistique. Mais il y a sans aucun doute au moins une bonne raison.

    • oryzons dit :

      Les Suédois sont en train de réceptionnés leur CEASAR, ils font donc peut-être des tests de qualification.
      Donc c’est surement :
      1 – Optimisation des coûts par synergie
      2 – Opportunité de démontrer à un client la « super nouvelle munition »
      3 – C’est surement plus percutant (si je puis dire) de dire que les tests sont réussis en ayants été faits observés à l’étranger que chez toi où l’on doit te croire sur parole

      • J.-P. dit :

        Les Danois sont peut-être en train de réceptionner leur CAESAr, mais les Suédois sont dotés eux de l’Archer de BAe System Bofors.

    • Borni dit :

      « En outre, le Katana est doté d’une fusée multi-mode programmable » tout est dit dans le texte… Contrairement à un obus, qui est propulsé par la poudre, sur sa queue porte charge, comme pour le Mo 120mm, c’est la combustion des poudres qui permettent la propulsion de l’obus. Une fois sorti du canon, l’obus suit donc une trajectoire balistique. Avec une fusée embarquée, le KATANA voit donc sa portée augmentée puisqu’il bénéficie d’une propulsion supplémentaire. Tout simplement.
      On peut faire le parallèle avec les bombes sur un avion, une bombe guidée laser classique (GBU 12), suit une trajectoire balistique, puisque « propulsée » grâce à la vitesse de l’avion, elle ne dispose pas de propulsion embarquée. Donc même si on peut allonger un peu sa portée avec un guidage laser, elle ne fera pas 20km de plus. Alors qu’avec un missile, par exemple, du fait de sa propulsion embarquée, il aura une plus grande allonge.

      • CAVOK dit :

        Bonjour, la fusée d’un obus n’est pas un propulseur mais plutôt son détonateur, voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Fus%C3%A9e_(artillerie)

      • twouan dit :

        C est une fusée de déclenchement pas de propulsion vu la description. Donc ça n a pas d impact sur la portée.
        Je regarderai plutôt le poids et les canards

      • Ultimaratioregum dit :

        La fusée est sur la tête de l’obus (plusieurs modes de fonctionnement terminal) et ne sert absolument pas à propulser l’obus plus loin.

      • toto dit :

        cherche « fusée obus » dans google, tu comprendra que c’est ce qui initie la charge militaire…. rien a voir avec de la propulsion !

        http://humanbonb.free.fr/indexFuseedobus.html

      • Deres dit :

        Non, la fusée ici désigne le système de mise à feu de l’obus près de la cible.

        Par contre, l’obus sera peut être compatible au culot avec des dispositifs d’allongement de portée (base bleed ou propulsion) ou sera directement plus long.

        La portée est allongée car effectivement les petites surfaces portantes déployés après avoir atteint le point haut de la trajectoire permettent d’avoir une meilleur finesse que l’obus lisse. L’obus plane mais seulement un tout petit peu en descendant 45° au lieu d’atteindre rapidement une descente verticale. Normalement la portée serait de 38 km donc cela à augmenter de 12 km. La finesse sera donc proche de 1. Sachant qu’un Airbus a une finesse de 10, avec de grandes ailes, un tel obus pourrait donc atteindre les 100 km sans difficultés. Mais caser de telles surfaces portantes au sein d’un obus en préservant la charge utile ne serait pas évident.

      • Gribeauval dit :

        La « fusée multi-mode programmable » est le dispositif de mise à feu de l’explosif contenu dans l’obus. Il ne s’agit pas, dans ce cas la en tout cas, d’un dispositif propulsif complémentaire à la sortie du tube.
        Certaines boites travaillent boites travaillent sur l’obus autopropulsé, mais la technologie n’est pas encore mature.
        https://fr.topwar.ru/151741-koncept-155-mm-aktivno-reaktivnogo-snarjada-ot-nammo.html

      • tschok dit :

        @Borni,

        Une question si vous avez du temps: les sachets multicolores clipsés sur les QPC des obus de mortier de 120 mm, ce sont des lests ou des charges propulsives?

        D’après votre commentaire, je comprends que c’est de la charge propulsive. Du moins il semble…

    • E-Faystos dit :

      Les obus sont une coopération franco-suédoise
      Les ailettes dont effectivement porteuses et allongé la portée, en plus de procurer un peu de manœuvre terminale

      • Fred dit :

        @ E-Faystos

        « coopération franco-suédoise » tu es sûr pour le Katana ? Rien vu de cela pour ma part.

    • Michel dit :

      il y avait déja des accords avec Bofors coconcepteur avec Nexter de l’obus Bonus, cela explique peut etre cela, et puis en Suède il existe un champ de tir de plus de 60 kms probablement car Canjuers n’a peut etre pas la surface pour des tirs de cette portée ?

    • Michel dit :

      Pour la portée voir la « https://artillerie.asso.fr/basart/article.php3?id_article=1833 »

    • Yoyolegigolo dit :

      La portée seras plus longue car grâce aux guidage l’obus pourras aller jusqu’à la fin de sa course avec précision, les 38-42kms actuel ce sont une marge de manœuvre afin d’être sûr de la précision de l’obus non guidé, avec un guidage précis il peut aller jusqu’à sa portée maximale sans risque de perte de précision et la campagne de tir en Suède c’est car il me semble que le pas de tir le plus vaste français pour les obus d’artillerie soit celui de canjuers et il s’arrêtent à une quarantaine de kms , sûrement que les suédois ont un pas de tir plus grand et c’est peut-être aussi pour tester l’obus en condition de grand froid avant sûrement de le tester ultérieurement en condition chaude

    • CAVOK dit :

      – en fait c’est le corps de l’obus lui-même qui est porteur, les canards permettent de piloter son incidence. Ce n’est pas un planeur de compétition non plus mais c’est toujours ça de pris.
      – en cas de malfonction du système de guidage et/ou perte d’un canard, la munition pourrait sortir latéralement du champ de tir à Mourmelon. Par ailleurs il faut des moyens d’essais spécifiques pour analyser le vol (radars de trajectographie, caméras, télémesure…).

      • Deres dit :

        Oui, l’essentiel de la portance vient du corps de l’obus lui même en particulier son avant. Comme l’obus doit être en équilibre, il faut nécessairement des surfaces portantes à l’arrière pour porter autant que le nez de l’obus.

    • vrai_chasseur dit :

      @momo
      L’obus déploie au cours du vol un empennage fait de petites ailettes orientables à l’avant (que Nexter appelle CAS pour Canard Actuation System), qui lui permet de planer vers sa cible en mode guidé dès la phase descente de trajectoire balistique.
      L’allonge moyenne de portée est de l’ordre de +30%.
      Il a fallu d’abord qualifier ces petites ailettes déployables en vol, d’où les essais en soufflerie à l’ONERA.
      La précision est décamétrique car elle est pour l’instant GPS + centrale inertielle. Avec un désignateur laser la précision aurait pu être métrique voire décimétrique. Le choix GPS + inertiel permet de travailler en coordonnées cible comme l’artillerie le fait, et évite d’exposer un pax qui va se planquer pour désigner la cible avec son pointeur laser…

    • Carin dit :

      @momo
      Vous n’avez pas bien lu l’article de Laurent… l’obus KATANA a en son sein une fusée de relance qui s’allume en cours de vol… il porte donc nettement plus loin qu’un obus de base.

    • Momo dit :

      Merci à tous pour ces précisions qui complètent bien l’article.

      • Carin dit :

        @momo
        Rayez ma réponse… après relecture, la fusée du KATANA sert à gérer la détonation de sa charge, pas à prolonger son vol… mille excuses.

  9. Gégétto dit :

    Avec ce genre de munitions (précision+portée accrue) les CAESAR vont pouvoir faire du CAS.

    • jyb dit :

      @gégétto
      il le font déjà. ne pas oublier que pour un tir d’artillerie il y a une zone d’exclusion aérienne…

      • Gégétto dit :

        Jyb,
        Je pense que la zone d exclusion aérienne lors de tir d artillerie, s explique par la trajectoire balistique de la munition.
        La munition pourrait atteindre accidentellement un avion en vol.
        Je ne sais pas si actuellement les CAESAR sont utilisés pour de l appui rapproché, j ai toutefois un léger doute.

        • jyb dit :

          @gégétto
          c’est exactement çà et oui le système caesar a fait du « cas » lors de serval.
          mars 2013 au nord de gao, combats entre serval et le mujao. L’artillerie impose une zone de restriction aérienne pour soutenir au plus près les troupes au sol. Une patrouille d’hélicoptère tigre est envoyée mais ce sont les artilleurs qui gardent la main sur la troisième dimension entre canons et hélicoptères.

    • Borni dit :

      Le CAS se fait à partir d’une plateforme 3D, donc non, on ne fera pas de CAS avec de l’artillerie sol-sol … Tout comme on ne fait pas de CAS avec des LRU !
      Faut pas tout mélanger non plus !

      • Gégétto dit :

        Borni,
        Oui, le CAS ( close air support) se fait avec un vecteur aérien et se rapporte au domaine aérien.

        Dans mon commentaire, j ai omis les guillemets : »CAS ».C est que ça qui vous perturbe?

        J aurai pu tout aussi bien écrire CIGS (Close Indirect Ground Support)!!!

        [ donc non, on ne fera pas de CAS avec de l’artillerie sol-sol ]: Vous avez l air bien sûr de vous ,voire bien renseigné…Vos sources SVP?

        Pour ce qui est de tout mélanger:
        Allez donc expliquer au Colonel ,section préparation de l ‘avenir, bureau Plans, sous chefferie Plans et programme, EMAT. qui s’ exprime dans la revue DSI qu’ il mélange tout!!!

        C’ est dans le projet TITAN et notamment le CIFS (Common indirect fire system). Le colonel parle d appui sol-sol longue portée.

        [Cela permettra à l armée de terre d’ agir temporairement seule si les appuis interarmées sont indisponibles et/ou la supériorité aérienne contestée] source DSI

        Voyez-vous le colonel qui s exprime est un visionnaire qui prend en compte le fait que les vecteurs aériens ne seront pas toujours disponibles, voire pourraient être fortement contestés.

        Certes , c est pour dans quelques années (vers 2030), mais expliquez moi pourquoi le CAESAR avec des munitions précises , de longues portée , ne pourrait pas le faire?

        De plus, vous avez tout à fait le droit de contester un colonel.

        • dolgan dit :

          Vous mélangez appui feu et CAS. Bien sur que l’artillerie fait de l’appui feu. Et ce n’est pas du CAS pour autant. Le jargon a un sens et une utilité. Soit vous apprenez son sens, soit vous ne l’utilisez pas. Parce que si vous dites blanc en pensant noir, vos interlocuteurs comprennent forcément blanc et aucune discussion pertinente ne peut en sortir.

          • Gégétto dit :

            dolgan,
            Pourriez- vous avoir une extrême indulgence vis à vis de ceux qui , comme moi ,non militaires, utilisent parfois des termes du jargon militaire de façon inappropriée.

            Et je m excuse auprès des artilleurs que j ai élevé au rang des aviateurs!

            A travers le terme CAS utilisé ,j’ entendais appui feu rapproché ,dans mon esprit, lorsque les assaillants sont proches , sans être mêlés cela va de soi aux troupes à appuyer).

            Vous me dites que je mélange appui-feu et CAS
            IL y a:
            Le CAS et CCA appuis feu air-sol. CCA serait plus spécifique aux Hélicos.

            Les AFN des appuis feu mer-sol

            Et les appui feu sol-sol ( artillerie).que je baptiserai volontiers AFSS!

            Mince le CAS serait donc aussi un appui-feu, certes aérien…comme quoi, même un pro….

            Comme ,dans votre remarque, vous avez été plutôt courtois et pour vous éviter une perte de temps dans des explications ,je prends les devants et je bûche cette affaire sur la documentation du CICDE: https://www.irsem.fr/data/files/irsem/documents/document/file/77/20150608_np_cicde_pia-3-2-4-1-dloc.pdf

        • Borni dit :

          Oui, je suis plutôt bien renseigné sur le sujet, puisque le CAS et l’artillerie font partie de mon boulot …

          Donc, non, pas de CAS avec de l’artillerie sol-sol. Cependant, l’artillerie, lorsqu’il y en a, est prise en compte pour la déconfliction 3D lors d’un appui 3D (CAS, CCA, …) Et une mission CAS n’empêche donc pas l’utilisation en simultané, ou non, des appuis sol-sol.

          « C’ est dans le projet TITAN et notamment le CIFS (Common indirect fire system). Le colonel parle d appui sol-sol longue portée » Là c’est bien plus logique, et non comparable au CAS, comme vous le savez.

          « Allez donc expliquer au Colonel ,section préparation de l ‘avenir, bureau Plans, sous chefferie Plans et programme, EMAT. qui s’ exprime dans la revue DSI qu’ il mélange tout!!! » Il est vrai que le grade/fonction d’une personne, la rend experte dans ses propos … Au passage, je n’ai pas encore eu l’occasion de lire cet article.

          « Dans mon commentaire, j ai omis les guillemets : »CAS ».C est que ça qui vous perturbe?

          J aurai pu tout aussi bien écrire CIGS (Close Indirect Ground Support)!!! » Et bien, en utilisant les bons mots aux bonnes choses, ça rend la compréhension de son propos plus simple pour les autres, surtout dans ce genre de procédures. Et là, je dis oui, mais pas d’amalgames, puisque des missions bien différentes en terme de procédures/moyens utilisés.

          « Certes , c est pour dans quelques années (vers 2030), mais expliquez moi pourquoi le CAESAR avec des munitions précises , de longues portée , ne pourrait pas le faire? » Faire quoi, exactement ? Je ne vois pas quel point vous voulez mettre en avant.

          « De plus, vous avez tout à fait le droit de contester un colonel. » Il est bien connu que nos chefs ne disent jamais de conneries ! Ce sont tous des experts, même quand ce n’est pas leur domaine de spécialité ! Mais dans ce cas là, je vais lire l’article, afin d’avoir tous les éléments concernant les dires de ce cher Colon.

          • Gégétto dit :

            Borni,
            Je vous fais confiance quant à vos fonctions.

            Moi, je ne suis qu ‘un simple civil, ancien militaire, ayant servi dans l’AA pas encore de l espace et ceux durant un an; il y a fort longtemps.

            Vous aurez bien compris que j ai utilisé l’acronyme CAS qui est un appui feu ( air-sol) en lieu et place d’appui feu sol-sol ( artillerie)

            Les procédures et moyens utilisés sont différents, nous sommes d’accord.

            Mon affirmation ,que je transformerais en question à votre endroit , puisque spécialiste, est la suivante:
            Peut on faire de l appui feu rapproché (les ennemis étant proches, sans être entremêlés) avec un CAESAR et une munition de précision?

            Pour vous montrer ma bonne volonté quant à la compréhension d un appui feu (CAS,CCA ,sol-sol) et de ses moyens et procédures ,j’ ai consulté ceci:

            https://www.irsem.fr/data/files/irsem/documents/document/file/77/20150608_np_cicde_pia-3-2-4-1-dloc.pdf

      • jyb dit :

        @borni
        – vous avez tort. l’artillerie depuis serval dispose de cette possibilité au travers du poste de commandement de le défense dans la troisième dimension.

        • Borni dit :

          @jyb
          Pouvez vous m’expliquer quelle est exactement leur fonction/mission au regard du CAS et de l’appui feu artillerie, svp ?

        • Borni dit :

          @jyb

          Laissez tomber, je viens de trouver un élément de réponse concernant le CMD3D
          https://www.youtube.com/watch?v=9USb3TWXkGc
          https://www.facebook.com/watch/?v=921730021201617

          Je suis donc dans le regret de vous informer, que j’ai bien raison, et vous tord …
          Le CMD3D, servi par des militaires du 54e RA, ne font « que » de la surveillance aérienne (discrimination des aéronefs friend or foe) et peuvent communiquer avec les appareils équipés en L16. Ils ne font en aucun cas du CAS (Close Air Support) !
          Pour pouvoir faire du CAS, il faut être JTAC (Joint Terminal Attack Controller), qualification accessible, hors FS, aux artilleurs (observateur avancé uniquement), pour l’armée de terre.
          A aucun moment le CMD3D ne peut faire du CAS, dont la finalité, au delà de l’appui RENS au profit des troupes au sol est de délivrer des feux, aux ordres du JTAC. Qu’ils aient sur leurs écrans la position des avions, et aient une idée/connaissance de la manœuvre artillerie sol-sol en cours (n’oublions pas, ce sont des artilleurs sol-air au 54, donc aucun spécialiste en sol-sol, et encore moins en CAS), ils ne font donc pas du CAS.

          Enfin, concernant la déconfliction, chaque patrouille a son niveau de vol, comme dans l’aviation civile, ce qui permet ainsi, quelque soit le nombre de machines en l’air de garantir la sécurité des vols mili et civils si il y en a dans la zone. Du coup, si vous disposez d’un appui 3D, mais disons que vous disposez aussi de canons d’artillerie avec vous lors de votre mission, c’est le JTAC, et lui seul , qui gère la déconfliction 3D si un tir d’artillerie venait à être déclencher, car normalement, le JTAC dispose d’une ROZ (Restricted Operation Zone) qui lui appartient, en gros, un volume d’air, du sol à un certain niveau d’altitude, où il est le seul patron. En gros une zone d’exclusion ou tout appareil nécessite l’autorisation du JTAC pour pouvoir y rentrer, ne serait ce que pour la traverser. A partir de là, le CMD3D, ne sert à rien, dans la manœuvre CAS à proprement parlé.
          Et donc, une fois que tout le monde est dans la bulle (ROZ) du JTAC, il est à sa charge de gérer la déconfliction aérienne (quelques soient les machines et le nombre) si un tir d’artillerie est déclenché (sur « ordre » du JTAC au final, une fois que les machines sont en sécurité). Et comme on fait aussi, des fois, des choses intelligentes, vu que le JTAC fait partie d’une équipe d’observation avancée en artillerie, c’est cette même équipe qui commande les tirs d’artillerie sol-sol voire le JTAC si c’est le chef d’équipe.

          Je n’irai pas plus dans le détail, car hors de propos, mais svp, vous comme un autre, arrêtez de dire des choses fausses, c’est insupportable, et au pire, ça relaie des informations fausses à ceux qui n’y connaissent rien et prennent ça pour argent comptant.

          Donc, et afin je l’espère, de clore le sujet, les appuis feu artillerie sol sol, sont une chose, le CAS en est une autre, n’ayant rien à voir même si la finalité est la même, délivrer des feux.

          • Gégétto dit :

            Borni,
            [arrêtez de dire des choses fausses, c’est insupportable, et au pire, ça relaie des informations fausses à ceux qui n’y connaissent rien et prennent ça pour argent comptant].

            Il serait bon que vous appliquiez cette consigne à votre endroit .

            J’ai lu dans un de vos commentaires au dessus que vous avez écrit une belle sottise concernant la fusée dont serait doté l obus.Moi même j avais compris, c est pour vous dire!

            Vous confondez fusée (de proximité) et système propulsif, c est quand même ballot pour un spé. du CAS et de L artillerie. Dans les faits vous prenez une GBU12 pour un A2SM!!!.
            Je ne vous ferez pas l’ affront d une explication ( Là, suis taquin!)

            Vous comprenez que je force volontairement le trait.

            En résumé je vous demande , ainsi qu’ à d’ autres intervenants un peu de modestie et beaucoup d indulgence pour ceux qui font vivre ,parfois maladroitement, ce site.
            On apprend souvent de nos erreurs.
            Au plaisir de vous lire.

          • jyb dit :

            @borni
            exercice de casuistique mal maitrisé.
            – Quand on commence une argumentation par « … ne font « QUE » de la surveillance aérienne » et que 2 lignes infra on écrit « dont la finalité…au delà de l’appui RENS au profit des troupes au sol est de délivrer des feux… »
            on est dans la contradiction, dans l’incohérence ou dans l’incompréhension.
            Mais l’avantage quand on dit la chose et son contraire c’est qu’on peut « cibler » juste. Et comme je le
            dis plus haut le cmd3d en fonction de son intégration organique dans le gtia (ou sur délégation ponctuelle) est responsable de la totalité de la gestion de l’espace (controle directe des acteurs de la 3d) et du contrôle des feux ( autorisation, coordination)
            – au niveau tactique le « forward air controller » est un artilleur. une de ses missions est, je cite « la conduite des actions de close air support (CAS) au profit des troupes déployées. »
            – serval p24 25 26 : https://fr.calameo.com/read/005415902ef91c44bcbd0
            6 ans plus tard la liaison 16 n’est plus LA nouveauté. Mais l’artillerie a retrouvé toute sa place dans l’ordre de bataille.

  10. Carin dit :

    C’est ceux qui vont avoir à faire avec un CAESAr qui vont le prendre encore plus au sérieux…. déjà qu’à 40 km, engager un tir de contre-batteries c’était pas aisé, (le temps que les obus arrivent les camions ont quittés les lieux,mais à 60km ça va considérablement se compliquer…. pour peu que l’enveloppe du CATANA soit multi facettes (pour retarder par dispersion d’ondes le repérage radars), et il sera pratiquement impossible de riposter efficacement.

  11. Grosminet dit :

    *la journée mortellement désagréable

  12. Marcassin dit :

    Cette capacité devrait être dotée en absolue priorité dans notre armée (ainsi que les Caesar « blindés », tubes 155mm de remplacement et munitions classiques) … très complémentaire à l’aviation pour un coût inférieur, et surtout permet à la fois tirs de précision et de saturation.

    • wagdoox dit :

      pas vraiment autant un avion est intouchable parce que haut dans le ciel et qu’au sol, il est a des milliers de KM.
      Autant un Caesar aura besoin d’être protégé par une infanterie et cavalerie, comme devrait l’être une piste si jamais elle était menacée.

  13. vrai_chasseur dit :

    La DGA n’en est pas à son coup d’essai.
    Dès 2000 un obusier GIAT TRF1 tirait des obus guidés laser russes Krasnopol (les mêmes qui ont été utilisés en Syrie récemment avec succès par l’artillerie russe) avec un désignateur laser de la PME française CILAS. Effet garanti, précision décimétrique à 20 km. On peut choisir de faire rentrer l’obus par la porte ou la fenêtre du bâtiment.
    cf http://cfries.canalblog.com/archives/2006/11/18/3198366.html

  14. Lakolo dit :

    Et quand je pense que Thales a déjà réalisé avec succès ces performances avec sa munition de 120 mm guidée à précision métrique pour le mortier embarqué de 120mm. Etre capable de tirer juste en zone urbaine par un tir vertical sans dommages collatéraux. Le choix de la DGA s’est fait sur Katana en délaissant le 120 mm.

    • Carin dit :

      Rappelez-nous la portée d’un obus de mortier de 120 … et pendant que vous y êtes regardez les différences d’enveloppe d’utilisation d’un canon de 156 et d’un mortier de 120.

    • toto dit :

      Qui a dit que la DGA bosse sur KATANA ???

    • Deres dit :

      Le mortier de 120 mm a une portée de 8 km. Ce n’est donc pas du tout un concurrent des canons de 155 mm.

    • Michel dit :

      La portée du mortier de 120 mm n’a rien à voir avec le Caesar c’est complémentaire…..
      mortier de 120 : 7 à 13 km, le Caesar c’est 40 Kms max bientot 60, le 155 AUF1 23/28 kms
      Vous confondez un mortier de 120 et un canon de 155 mm allez faire un tour sur wiki …..

      • Borni dit :

        Vous aussi, faites un tour sur wiki, concernant les portées du Mo120. Au jour d’aujourd’hui, on ne tire plus au delà des 8km, faute de munitions en dotation le permettant …

        • Michel dit :

          Arretez de pinailler c’etait pour donner une idée à Lakolo ne me prenez pas pour un nul non plus…..ce que vous dites je le sais mais avec cette personne pas besoin de donner trop de détail !
          Principe de base quand on ne sait pas à qui on s’adresse on se renseigne ……

        • Dupont avec un t dit :

          En Section Appui Feu au 292 RI, a l’époque ( stage 1985), batterie mortiers de 120 ayant comme objectif la destruction d’un convoi de camions ( 5 dont un avec une bâche sanitaire en avant dernière position) , distance d’emploi 5 à 6 km , voie ferrée serpentante en montée puis en descente dans le vallon, un vieux loco tracteur tirant l’ensemble 6 km/h en montée 12-15km/h en descente.
          Premier obus en impact sur la caisse du dernier camion, puis salve « efficacité » sur les camions de tête sans impacter le vecteur sanitaire . Voie ferré détruite en arrière du locotracteur….
          cerise sur le gâteau , accord du Dir de Manip pour cibler le locotracteur devenu bcp plus rapide ….
          Recalcul, nombres important de tours sur les manivelles, suivi objectif ,acquisition puis autorisation pour 2 coups en limite de fenêtre de tir … Résultat un nouveau vieux locotracteur a du être demandé à l’ERM …..

    • Fred dit :

      @ Lakolo

      Une munition à guidage laser, c’est très précis, c’est vrai. L’inconvénient, c’est qu’il faut un désignateur laser, et donc une vue directe sur l’objectif, et ne pas être à des dizaines de Km pour diverses raison.

      Le Katana est dans un autre domaine.

  15. Thierry dit :

    Cette munition a l’air d’être tellement précieuse qu’en France elle pourrait être vendu en bijouterie sous écrin et que l’armée française la recevra avec la parcimonie habituelle ou chaque tir à marquer d’une pierre blanche aussi rare que la naissance du christ pourra être inauguré chaque année par une bouteille de champagne.

    • Momo dit :

      Retourne à la mosquée, Thierry Mokhtar Moussa, le porteur de la parole fasciste de l’islam.

    • Deres dit :

      Si la France te semble trop petite ou trop pauvre, demande la nationalité indienne ou qatari, tu es libre de partir.

    • Michel dit :

      Comme d’habitude commentaire inutile sur ce site……..Qui n’apporte absolument rien……

    • Mat49 dit :

      @ Mon choupinet ce qui est précieux c’est de pouvoir mieux tuer les ennemis de la France. Désolé pour les membres de ton groupe…

    • Pascal (l'autre) dit :

      et Christ s’écrit avec un « c » majuscule! Cela la fout mal Thierry!

      • Thierry dit :

        et toujours la flopée de pseudos islamophobe du même utilisateur pathétique qui passe sa vie à pondre ses oeufs de dynosaure sur tous les forums avec cette obsession maladive.
        Un vétérinaire finira bien par vous soigner, vous être atteint du Gros-vide19

        • Mat49 dit :

          Rhoooo mais ma biquette pleure pas! Je te signal que nous sommes libres de la critiquer ton idéologie génocidaire au nom de la liberté d’expression. Liberté dont tu profites pour propager la haine de la liberté.

          Comme disais la caricature de ton maître dans Charlie Hebdo: »c’est dur d’être aimé par des c**s », il devait penser à toi en disant ça.

  16. Loufi dit :

    60km est ce assez vis à vis de la concurrence ? J’avais lu 80km. Et face au lru ?

  17. Alain dit :

    Super, on vient de réinventer le missile sol-sol, avec une portée 10 fois moindre…

  18. PK dit :

    Marrant, l’article parle beaucoup de l’allonge, mais pas de la précision. A priori, ce ne sont pas deux choses compatible. Je comprends très bien l’allonge, car on améliore le temps de vol au sommet de la trajectoire parabolique, mais la précision ? Il y a un GPS embarqué qui modifie les ailettes ? Ou bien c’est précalculé ?

  19. Orion dit :

    Contre batterie à 60 km. En soit cedt beau. Mais le temps que l’obus parcoure cette distance (sans compter le temps de mise ne batterie) les adversaires à moins de se croire à l’abri ont déjà foutu le camp.

    • Fred dit :

      @ Orion

      … Mais du coup ils ont du arrêter de nous balancer leurs saloperies à la gueule pendant « un certain temps » ;o)

    • Clavier dit :

      On peut toujours compter avec une certaine inertie administrative ……

  20. blondin dit :

    Vous voulez dire leur archer ?

  21. Raymond dit :

    Maintenant le problème, avec qu’elle moyens financiers allons nous le produire, ses bien d’exhiber 4 ou 5 canons en public, en copiât sur la représentations des autres matériels neuf militaire ou on peu admire de la figuration virtuelle . L’armées en a besoins de centaines de ces obusières, suivies de leurs milliers d’obus…..alors ….?

  22. Vinz dit :

    Comment on programme les coordonnées sur ces obus ? Ils ont un port usb ? 🙂

  23. Belzébuth dit :

    À ne pas confondre avec la bombe américaine ninja:
    https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/sciences-bombe-ninja-pentagone-invente-bombe-lance-lames-tranchantes-76068/
    Celle qui découpe du terroriste, salade-tomate-oignon non founis.