Le général Lecointre déplore la « méconnaissance profonde » du monde civil de la réalité du métier militaire

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

211 contributions

  1. ScopeWizard dit :

    Certes !

    Tout ça est déplorable ; mais comment s’ en étonner ?

    Tout a été fait pour mettre en valeur tant d’ autres « vocations » tel celle de cuisinier , de maître d’ hôtel , de séducteur impénitent dents blanches 20 ans tout en muscles et tatouages en avant , de paysan célibataire , d’ aventurier solitaire , de rappeur despérado désespéré qui n’ aime pas son propre pays sauf peut-être celui de ses ancêtres esclaves et opprimés………..

    Bref , situation normale ………. en quelque sorte !

    • EchoDelta dit :

      Sans parler de ceux qui reçoivent aujourd’hui la légion d’honneur…

    • tschok dit :

      Un aviateur français abattu en 1940 au-dessus de la campagne française racontait qu’il avait été molesté par des paysans et arrêté par les gendarmes, qui l’avaient pris pour un parachutiste allemand car ils ignoraient l’existence de l’armée de l’air.

      En 1940, on pouvait donc tomber (littéralement) sur des gens qui n’étaient pas très au fait de la chose militaire, alors qu’ils appartenaient pourtant à des tranches d’âge qui avaient connu les tranchés de la Grande Guerre. Je pense donc que le phénomène n’a pas grand-chose à voir avec la vocation de cuisinier ou de maitre d’hôtel amateur de rap et de dents blanches des générations actuelles.

      • ScopeWizard dit :

        @tschok

        Ah bon , en 1940 , certains paysans ignoraient à ce point qu’ il existât une force aérienne au même titre qu’ une force terrestre ou maritime ?

        Peut-être , ce qui tend à prouver un déficit d’ éducation et d’ accès aux savoirs sachant qu’ en 1940 ça fait au moins un quart de siècle que l’ avion s’ est répandu dans le ciel de France , et ce , qu’ il soit militaire ou civil .

        Cependant , étaient-ils une majorité ces paysans ? Franchement , ce serait assez illogique qu’ ils le furent…………….

        Toutefois , ce n’ est pas là l’ idée que je cherchais à faire passer ; en effet , il n’ est pas question d’ « ignorance » ou même de « méconnaissance » , mais bien davantage de « promotion » , de « mise en avant » , de « mise en valeur » .

        Vous comprenez bien que lorsque l’ « on » préfère promouvoir tout autre chose que la chose militaire surtout à l’ aide des moyens de diffusion massive de l’ information actuels au nom de l’ audimat , d’ une idéologie , d’ un anti-militarisme , de ce que vous voudrez et donc de fait de la reléguer dans les derniers rangs de la connaissance , de ce qui est « populaire » cela ne peut plus être considéré comme étant sans effets en particulier dès lors qu’ une telle « propagande » s’ éternise dans le temps …………

        Et si vous n’ aviez que ça ! mais il convient d’ ajouter la connerie des militaires eux-mêmes personnifiée par leurs « huiles » qui trouvent par exemple très intelligent de tenir à l’ écart ceux que la chose militaire intéresserait au nom de la sécurité ne serait-ce qu’ en dissuadant d’ observer et de photographier l’ activité aérienne d’ une base………….

        Compte tenu de la « susceptibilité » ou de la « fragilité » de notre jeunesse actuelle , il n’ en faut souvent pas plus pour très vite l’ en éloigner , la dégoûter , ce qui sera le plus souvent à caractère définitif………….

        Là aussi , il y a mesures sécuritaires , et connerie ; empêcher des gens , qui en ont pourtant l’ attrait et à qui il ne manquerait plus qu’ un petit déclic en mesure de déclencher une vocation suivie d’ engagement , de simplement « humer » l’ huile des moteurs ou l’ odeur du kérosène , n’ est ce pas vous saisissez l’ image , n’ est pas ce qui va le plus contribuer à encourager notre jeunesse à s’ intéresser de près à nos armées , au contraire l’ effet obtenu risque fort de s’ avérer des plus répulsifs .

        Par conséquent , entre absolutisme ( qui se comprend et se justifie là n’ est pas le problème ) et permissivité excessive , à mon avis il y aurait comme un équilibre à trouver , un entre deux plus satisfaisant………..

        Voyez que nous sommes aux antipodes d’ une ignorance …………

        • tschok dit :

          @Scope,

          Il y a trois écueils à éviter dans ce genre de conversation:
          – Tenir le discours du vieux con en opposant les générations anciennes aux générations actuelles sur l’air du « c’était mieux avant »;
          – Parler comme un yakafokon anti-élite qui pense avoir tout mieux compris que les autres et qui est persuadé de détenir la solution a tous les problèmes;
          – Aborder la question à discuter, finalement assez transversale, en adoptant une démarche égocentrée construite sur ses souvenirs personnels du service militaire et/ou ses propres convictions sur le lien armée nation ou tout autre sujet.

          Si on met de côté ces trois trucs on peut arriver à dire des choses simples: en somme, ce que vous regrettez (ce que vous « déplorez » en fait) c’est que la culture militaire ne soit pas mise en avant, un peu comme dans la société spartiate de l’antiquité grecque, qui était centrée sur la guerre.

          Ben oui, mais que voulez-vous, la société française préfère le modèle athénien. Donc nous, on se centre sur la politique. Mais, on prend l’idée clausevitzienne selon laquelle la guerre est la poursuite de la politique par d’autres moyens.

          Donc, la guerre n’est pas centrale dans notre panthéon des grandes idées: c’est un moyen asservi à un objectif politique. Mais c’est une conception relativement récente, je crois. Dans un passé pas si lointain, l’armée était perçue comme l’ossature de la nation, avec l’Eglise catholique. Et les deux étaient d’ailleurs liées (le sabre et le goupillon):https://fr.wiktionary.org/wiki/le_sabre_et_le_goupillon

          Aujourd’hui, ces conceptions paraitraient archaïques à trop de Français pour qu’on puisse se fonder sur cet héritage pour assurer la promotion de l’armée et des métiers militaires, qui sont devenus très techniques.

          D’autre part, il y a quelques points de complexité dont il faut tenir compte. J’en cite trois:

          – L’armée française a été employée comme moyen de répression des mouvements de révolte populaires et le peuple s’en souvient: le lien armée-nation n’est pas si évident que cela.
          – L’idée même d’armée renvoie à la guerre, donc à des choses assez négatives comme la mort, la souffrance, le deuil, les destructions, la dimension tragique de l’existence, etc. Ce ne sont pas des sujets faciles à vendre. Et ce n’est pas avec des odeurs d’huile chaude qu’on pourra le faire oublier.
          – L’armée, c’est la hiérarchie, l’obéissance. Cela évoque instantanément une conception verticale de la société avec une idée de soumission et de dissolution des individualités dans le collectif. Ca aussi, ce n’est pas évident à faire partager par les membres d’une société qui valorise l’individualisme et la liberté.

          En conclusion: navré, mais la société française actuelle ne correspond pas à votre idéal. Mais il y a des raisons à cela et elles sont sérieuses.

        • ScopeWizard dit :

          @tschok

          « Il y a trois écueils à éviter dans ce genre de conversation:
          – Tenir le discours du vieux con en opposant les générations anciennes aux générations actuelles sur l’air du « c’était mieux avant »;
          – Parler comme un yakafokon anti-élite qui pense avoir tout mieux compris que les autres et qui est persuadé de détenir la solution a tous les problèmes;
          – Aborder la question à discuter, finalement assez transversale, en adoptant une démarche égocentrée construite sur ses souvenirs personnels du service militaire et/ou ses propres convictions sur le lien armée nation ou tout autre sujet. »

          Alors ça déjà , c’ est un point de vue ; le vôtre .

          « – Tenir le discours du vieux con en opposant les générations anciennes aux générations actuelles sur l’air du « c’était mieux avant »; »

          Il est aussi stupide d’ affirmer que « c’ était mieux avant » que son exact contraire , tout dépend de ce dont on parle et par conséquent cette façon de présenter le truc se résume à du baratin .

          « – Parler comme un yakafokon anti-élite qui pense avoir tout mieux compris que les autres et qui est persuadé de détenir la solution a tous les problèmes; »

          Pourquoi , c’ est donc selon vous et votre conception des ordres établis , à ce point impossible ou inconcevable ?
          Seules les « élites » sont susceptibles d’ avoir raison et de savoir tout mieux que quelques uns parmi les millions de « non-élites » ?
          Hé bé non , ce n’ est pas toujours la réalité qui s’ observe ; il y a des exceptions et des « exceptions » qui ont tendance à se multiplier .

          « – Aborder la question à discuter, finalement assez transversale, en adoptant une démarche égocentrée construite sur ses souvenirs personnels du service militaire et/ou ses propres convictions sur le lien armée nation ou tout autre sujet. »

          Ah bon , donc quand Macron déclare que ceux qui préfèreraient que l’ « on » fasse preuve de prudence sur la question de la 5G , sont comparables à des Amish s’ éclairant à la lampe à huile , c’ est quoi ? Une démarche plurielle ? universaliste ?

          De plus , je vous ferais observer que l’ expérience personnelle n’ est pas un appauvrissement mais une richesse et une richesse qui une fois partagée sera susceptible d’ apporter quelque chose dont les autres peuvent se servir .

          Cela étant , mon discours ne s’ articulait pas que là-dessus .

          « Si on met de côté ces trois trucs on peut arriver à dire des choses simples: en somme, ce que vous regrettez (ce que vous « déplorez » en fait) c’est que la culture militaire ne soit pas mise en avant, un peu comme dans la société spartiate de l’antiquité grecque, qui était centrée sur la guerre. »

          Oui , et on peut aussi dire des trucs très cons ou complètement à côté de la cible …………

          Et non , « en somme » , ce n’ est pas ce que je regrette ou déplore , pas du tout ; vision restrictive et même simpliste de mon propos donc les quelques lignes qui suivent sur lacentralité de la guerre sont d’ entrée à considérer au minimum comme bancales .

          « Dans un passé pas si lointain, l’armée était perçue comme l’ossature de la nation, avec l’Eglise catholique. Et les deux étaient d’ailleurs liées (le sabre et le goupillon) »

          Ouais , ben de temps en temps , va falloir songer à s’ extirper de Wiki ; non seulement il y a des erreurs , mais trop souvent la reprise de divers points de vue empreints d’ idéologie…………

          « Aujourd’hui, ces conceptions paraitraient archaïques à trop de Français pour qu’on puisse se fonder sur cet héritage pour assurer la promotion de l’armée et des métiers militaires, qui sont devenus très techniques. »

          Oui je sais ; et donc ? D’ après vous , pourquoi un tel état de fait ?
          En outre , attention à ne pas trop souvent qualifier le passé d »archaïque »………….. il était bien des fois animé par plus de bon-sens que d’ archaïsmes , mais là aussi de quoi parle t-on ?

          « – L’armée française a été employée comme moyen de répression des mouvements de révolte populaires et le peuple s’en souvient: le lien armée-nation n’est pas si évident que cela. »

          Argument fallacieux qui ne tient pas compte de ce qu’ est l’ armée et de la force qu’ elle est susceptible d’ être ordonnée à exercer .
          Après la Seconde Guerre , le lien armée-nation a précisément été très fort et bien souvent lié aux réussites industrielles autant que technologiques de la France avant sa progressive entrée en « désindustrialisation » d’ il y a une vingtaine d’ années .

          « – L’idée même d’armée renvoie à la guerre, donc à des choses assez négatives comme la mort, la souffrance, le deuil, les destructions, la dimension tragique de l’existence, etc. Ce ne sont pas des sujets faciles à vendre. Et ce n’est pas avec des odeurs d’huile chaude qu’on pourra le faire oublier. »

          Non , faux .

          L’ armée renvoie d’ abord et surtout à un choix de vie , une discipline , un sens de l’ engagement à la croyance dans les « valeurs » d’ un pays , d’ un peuple , d’ une nation , à la défense ou la préservation d’ un bien commun .
          Image d’ Épinal dont n’ est certes pas exempte la partie « aventures » ou sportive…………..

          Le reste n’ est évidemment pas absent mais n’ est pas aussi omniprésent que ce que vos propos suggèrent , mais alors vraiment pas .

          En tout cas , en France et à partir des années 1970 ……………

          « – L’armée, c’est la hiérarchie, l’obéissance. Cela évoque instantanément une conception verticale de la société avec une idée de soumission et de dissolution des individualités dans le collectif. Ca aussi, ce n’est pas évident à faire partager par les membres d’une société qui valorise l’individualisme et la liberté. »

          Ben voui , ça porte même un nom : l’ esprit de corps ; en gros , on va te casser toi et ta connerie pour t’ inculquer autre chose à la place , notamment le fait que tu n’ es pas tout seul sur Terre et que le Monde ne t’ a pas attendu pour naître……….
          Mais faut se rassurer , vous retrouverez en partie toi et ta connerie une fois les classes passées puis en totalité une fois l’ institution laissée derrière soi si vous décidiez de ne pas donner suite , via par exemple la signature d’un engagement ……………

          Quant à la valorisation de l’ individualisme et de la liberté , ben voilà vous avez là une bonne part de l’ explication du phénomène sachant que ledit « individualisme » est fortement proportionnel à la prééminence du « Libéralisme » , qu’ il soit économique ou autre , au cœur du système qui actuellement nous régit , je dirais même qu’ il en est consubstantiel , raison pour laquelle faut surtout pas être surpris de ce qu’il se passe et à quoi notre armée est à présent confrontée .

      • ScopeWizard dit :

        @tschok

        Pour reprendre @Dambrugeac , ce qui est en cause ici est surtout le lien armée-nation , et ce qui a été fait depuis une vingtaine d’ années pour le cultiver , c’ est à dire non seulement du néant mais pire , de la déconsidération voire du mépris…………

      • Donald dit :

        @tschok
        J’ai déjà entendu un truc pareil, sauf que l’aviateur n’était pas français mais polonais.

        En 40, il y avait un groupe de chasse polonais en France, il était équipé de Caudron714. Un avion peu performant et pas très courant. On peut largement imaginer que même s’il parlait un peu le français, l’accent polonais à alerté les paysans. Il ne l’ont pas bouffé que je sache ?

        Après 14, tous les paysans même ceux des tranchées savaient très bien ce qu’était un avion de l’armée de l’air. Faut pas rêver !!!

        • tschok dit :

          @Donald,

          Et moi encore une autre version: l’arrestation du pilote était liée à la paranoïa de la « cinquième colonne ».

          Plus le pilote avait l’air français, plus il avait l’air d’un saboteur-espion infiltré dans les arrières.

          Les différentes versions se tiennent. Mais, à vrai dire, il y a eu plusieurs anecdotes de ce genre. A force de circuler, elles deviennent un peu légendaires (elle mêlent le vrai, le faux, l’inventé, le supposé, l’arrangé, etc).

          M’enfin l’idée qui s’en dégage, c’était quand même que les Français ne savaient pas trop à quoi ressemblait leur aviation militaire, ni même qu’elle était son rôle exact dans des opérations de guerre moderne, ce qui trahissait un déficit culturel dans ce domaine.

          Ou dit autrement: en France, on avait une culture militaire très armée de terre. La marine, un peu. L’armée de l’air, pas connaitre.

          • Donald dit :

            @tschock
            Si je suis votre raisonnement dans tous les autres pays en guerre, les paysans connaissaient avec certitude tous les modèles d’avions survolant leurs champs. Vous espérez faire croire cela à qui ?

            Finalement quel est le but de votre premier message, celui du 21/09/2020 15h ?

    • Guillaume dit :

      Pourquoi déplorable?

      C’est inévitable puisque l armée est une armée de métier.
      Il n’y a donc que les gens qui y font carrière qui connaissent le secteur.
      Les autres ne se sentent donc pas concernés (A chacun son métier), sauf à être curieux comme moi.

      Par exemple, je travail dans l aéronautique, je sais différencier un 320 d’un max ou un mirage 2000 d’un typhoon, quand je parle d un outil d assemblage avec un autre concepteur, ou de calcul aux éléments finis on sait de quoi on parle, mais si j en parle à un amis qui est en programmation, ou en médecine, il va me regarder avec de grands yeux.
      Inversement si les mêmes amis me parlent de programmation ou de médecine je vais être totalement perdu :).

      Il est évident que les gens se spécialisent de plus en plus dans leurs domaine, et il est aussi évident que les gens choisissent leurs centres d’intérêt en triant les informations qu’ils reçoivent.

      Bref, une personne qui n a aucune curiosité sur la chose militaire n atterrira jamais ici, et n a aucune chance de lire la moindre news militaire si il ne l’a pas explicitement demandée ou recherchée.
      Mais cela n’en fait pas de mauvaises personnes :).
      C’est juste qu’ils s intéressent à autre chose.

      Apres, c est sur que le morcellement de l’information peut devenir un problème à long terme, mais c est un autre sujet.

      • ScopeWizard dit :

        @Guillaume

        Je vous suis mais je ne pense sincèrement pas que le fond du problème soit là dans la mesure où j’ ai la nette impression que ce que vous exposez le plus ici , tient des conséquences ……… or , qui dit « conséquences » dit « causes » , c’ est à dire qu’avant l’ aval il y a tout ce qui relève de l’ amont ……………..

        Je suis malheureusement pris par le temps , aussi je ne pourrai pas rédiger une réponse à la hauteur d’ ailleurs il en va de même avec tant d’ autres intervenants ce qui ne me convient guère , mais j’ essaierai d’ y revenir plus tard ………… 🙂

        De plus , vous partez de ce postulat qui déjà suscite mon désaccord …………..
        « C’est inévitable puisque l armée est une armée de métier. »

        Ensuite , il y a ce qui suit :
        « Il est évident que les gens se spécialisent de plus en plus dans leurs domaine, et il est aussi évident que les gens choisissent leurs centres d’intérêt en triant les informations qu’ils reçoivent. »

        Voyez , ça , pour moi , ce n’ est pas quelque chose de « normal » dans le sens où cette évolution me paraît bien négative en comparaison de ce qu’ il en était dans un passé pas encore si lointain ………..

        « Mais cela n’en fait pas de mauvaises personnes :).
        C’est juste qu’ils s intéressent à autre chose. »

        Indépendamment d’ une supposée « fainéantise intellectuelle » que je considère comme étant fonction de certains aléas pas toujours dépendants de leur volonté , je ne pense effectivement pas que ce soit quelque chose que l’ on serait en droit d’ à ce point leur reprocher d’ autant qu’ ils sont loin d’ être les seuls fautifs -ou responsables- d’ un tel état de fait .
        S’ ils « s’ intéressent à autre chose » , ce n’ est pas le fait du seul hasard , c’ est un fait certain .

        « Apres, c est sur que le morcellement de l’information peut devenir un problème à long terme, mais c est un autre sujet. »

        Vous ne sauriez si bien dire ; c’ est déjà un problème ne serait-ce qu’ en médecine où nombre de traitements d’ une même pathologie ne sont pas associés car lesdites pathologies ne sont pas diagnostiquées correctement en spectre large , ce qui bien souvent permettrait de faire le lien .
        Tout cela est bien trop sectorisé .

        Par exemple , vous souffrez de problèmes d’ assimilation alimentaire , vous allez donc consulter un généraliste qui suivant ce qu’ il « diagnostique » ne va pas chercher plus loin mais suivant le tableau clinique va vous faire passer une série d’ examens puis vous diriger vers un spécialiste de la question qui risque fort d’en rajouter une couche ou deux niveau investigations à caractère invasif………. très bien !
        Dans le même temps , vous souffrez aussi d’ apnées du sommeil , rebelote , même parcours pour finir par atterrir chez un autre spécialiste qui va à son tour imprimer sa marque sans bien-sûr parler des dépassements d’ honoraires qui vont toujours si bien………..
        Tout ça coûte donc cher et vous contraint , c’ est une affaire entendue , par contre le monde médical , lui , se frotte les mains ………..

        Or , dans bien des cas , vos deux « pathologies » sont très étroitement liées et ne nécessitaient aucun spécialiste ou examen , simplement que votre généraliste se creuse un peu et cherche par lui-même………sauf qu’ à de rares exceptions , ce n’ est plus comme ça que ça marche en France , les généralistes se réfèrent à des tableaux qui leur servent de « références » mais ne cherchent plus………

        Ceux qui ont connu le généraliste des années 1970 constatent la différence , elle est énorme tandis que la corporation , en dépit de progrès technologiques évidents et d’ une plus grande connaissance , ne fait pourtant pas du meilleur boulot , au contraire…………..sans parler de la médecine à plusieurs vitesses suivant votre aisance en termes de compte en banque …………….

        Quant aux deux « spécialistes » , ils sont habitués à tellement « séparer » qu’ il y a beaucoup de chances qu’ ils ne fassent jamais le lien entre vos deux « symptomatiques » et vous les traitent séparément sans même songer à se concerter alors qu’ en réalité vos symptomatiques ne sont qu’ une , par exemple une allergie ou une intolérance à tel ou tel produit rajouté en alimentaire comme le gluten et autre , ce qui le plus souvent se résout simplement par une alimentation plus ciblée et adaptée………

        Par conséquent , clairement OUI , dans bien des cas , suivant le secteur ou domaine concerné , le « morcellement » de l’ info peut s’ avérer très problématique et ce n’est là qu’ un doux euphémisme ……….

        Ainsi que précisé plus haut , je n’ ai pas eu le temps de compléter mais juste d’ exposer les grands lignes ……….. 🙂

  2. FUSCO dit :

    Il est assez logique, au moins depuis la fin de la conscription, que le monde civil soit si peu au fait de la chose militaire. Encore que, toute la société n’a pas séjourné sous les drapeaux y compris à l’époque du service national.
    La problématique est toute autre à mon avis.
    Les Armées font partie d’un monde bine particulier, avec ses codes et ses traditions, son histoire et des règlements spécifiques. Rien que de très normal et je pense qu’il en est de même un peu partout dans le monde.
    Si on pose la question inverse, combien de militaires sont au fait des subtilités du monde civil de l’entreprise par exemple ?Assez peu sans doute. Le débat est ouvert.

    • PeterR dit :

      >> Il est assez logique, au moins depuis la fin de la conscription
      Mouais, pas sûr que la circonscription donnait une idée très exact de l’armée, surtout d’une armée de métier.
      Beaucoup sortaient en ayant surtout appris à boire. Les jours de libération nul risque de se perdre dans les couloirs du métro entre les gares de l’Est et d’Austerlitz, il suffisait de suivre les traces de vomi. Toute une époque.

      • Allobroge dit :

        Sachez que ne buvaient ou fumaient que ceux qui le voulaient bien. Personne ne les y obligeait, mais là comme dans d’autres domaines, il faut faire preuve de caractère !.Le caractère, sans doute la qualité qui nous fait le plus défaut actuellement chez nos dirigeants de tous bords !. Relire à ce sujet « vers l’armée de métier » de DE GAULLE, instructif à ce propos!.

        • Clément dit :

           » Personne ne les y obligeait » : c’est vrai. Mais faut pas non plus nier la pression du groupe, le poids des conventions, etc …

          • Ah Ca ! dit :

            Justement la cohésion qui fait défaut au jeunes de nos jour à mettre en relief avec le nombrilisme des associations qui prêchent l’amour de soi…. dans le groupe remplis individus et de leur chaque soi…
            Deux mondes antagonistes…. L’union fait la force…. l’individualisme sème le désordre.

      • Dambrugeac dit :

        Vision simpliste ! J’ai accepté de faire mon SN en qualité de Scientifique du contingent dans la Marine Nationale et aucun membre de notre groupe ne s’est jamais laissé aller à de tels comportements… malgré notre exécrable accueil par notre corps, les écoles nous recevant ayant pris un malin plaisir à vouloir humilier les « vieux » appelés de 24 ans que nous étions en niant notre spécificité et nos compétences, certainement par hostilité de leurs commandants ! Le lien armée/nation se cultive et l’institution a très largement loupé son travail de respect et d’intégration de générations de jeunes civils durant toute la conscription, soit plus d’un siècle. En revanche le Général, s’il a raison de mentionner le problème de connaissance des armées, se trompe sur un point : le SNU obligatoire ne servira à rien en la matière puisqu’il sera essentiellement civil et vise uniquement actuellement à « métisser » les jeunes français avec les populations de banlieues… Populations qui s’arrangeront pour ne pas y aller comme au temps du SNM en prétextant leur double nationalité ou à pervertir et infecter les autres jeunes par leurs us et coutumes souvent peu recommandables.

        • Vinz dit :

          Ce n’est pas le gal Lecointre qui a mentionné de SNU dans l’article, c’est le député Joaquim Pueyo.

      • St Chamond dit :

        Si les ramzouz pouvait nous faire l’honneur de participer à l’exercice beaucoup de choses irraient beaucoup mieux.

    • Math dit :

      De fait, l’inverse n’est pas vrai. Les officiers font d’excellents cadres et ´ entreprise.

      • PeterR dit :

        Et aussi d’excellents abrutis … ça dépend des quels.
        Je suppose qu’un gars qui a été un excellent officier dans l’active n’aura aucun mal à devenir un excellent cadre dans le privé et un exécrable restera exécrable. J’ai connu les 2 des 2 côtés. Côté armée j’ai eu le plaisir d’avoir connu un de mes meilleurs supérieurs et également un des pires. Bref rien qu’un échantillon d’êtres humains en quelque sorte.

    • Royal Marine dit :

      D »abord il me semble que même les militaires ont côtoyé le monde civil jusqu’à au moins 18 ans… Ensuite, leur famille, leurs amis, leurs contacts professionnels ne sont pas tous militaires… Et donc, les militaires, ne vivant pas en totale autarcie, comme à la Trappe par exemple, sont bien partie prenante de la société civile…
      Mais en effet, il serait intéressant que non seulement les élèves de l’ENA, mais aussi de l’ENM, de l’ENS, et de toutes les « Grandes Ecoles » d’ingénieurs ou de gestionnaires, de même que celles de journalisme, puisse suivre une formation para-militaire, sur les thèmes de l’engagement, du commandement, de l’organisation, des missions, des contraintes, etc., … Avec visite obligatoire de salons militaires; Le Bourget, Satory, Euronaval, … A la fin de ce cours théoriques, ils pourraient passer 2 ou 3 jours en situation, dans un régiment, une base, un commandement, un bateau, etc., …
      Je suis sûr, qu’il y aurait bien plus de volontaires pour la Réserve, et un intérêt renouvelé pour la chose militaire…

      • Daniel BESSON dit :

        Cit : [ Mais en effet, il serait intéressant que non seulement les élèves de l’ENA, mais aussi de l’ENM, de l’ENS, et de toutes les « Grandes Ecoles » d’ingénieurs ou de gestionnaires, de même que celles de journalisme, puisse suivre une formation para-militaire, sur les thèmes de l’engagement, du commandement, de l’organisation, des missions, des contraintes, etc., … Avec visite obligatoire de salons militaires; Le Bourget, Satory, Euronaval, …]

        Ces salons que vous citez sont J-U-S-T-E-M-E-N-T interdits aux civils ! ;0)
        C’est toute l’hypocrisie de la déclaration de mongénéral …
        Il veut – avec d’autres – juste une formation calibrée et contrôlée à la  » chose militaire  » pour que le  » grand public  » adhère au discours des militaires . En clair le retour à un  » bourrage de crânes « ™®
        Enfin j’aimerai savoir pourquoi vous voulez qu’un élève ingénieur géologue ou en écologie , pour ne citer qu’eux , visite des salons d’armement ou suive une préparation militaire ?
        Je me pose VRAIMENT la question .
        C’est comme faire visiter le Musée d’Orsay , le Musée Guimet à certains  » publics  » . Un futur journaliste ou ingénieur peut être aussi intéressé au Super AMX-324N ou au missile METEORIX qu’un  » djeune  » aux Glaneuses ou à l’art du paravent dans le Japon médieval …
        La personne intéressée consultera des livres d’histoire , de géographie , des revus et visitera le Musée des Invalides ou des blindés .
        Elle demandera à faire partie d’un  » public privilégié  » pour avoir accès à ces salons ou à des colloques .
        Pour résumer : On ne donne pas à boire à un âne qui n’ a pas soif !

        • @ Daniel BESSON
          vous commettez plusieurs erreurs d’analyse me semble t’il
          d’abord, les salons expositions d’armement ne sont pas ouverts au « grand public ». et encore … le salon de l’aéronautique. ensuite l’accès à ces salons n’est que de la poudre aux yeux, j’en conviens. on ne découvre pas l’armée à eurosatory ; on y découvre la BITD et les ouvrir ne signifie pas que les élèves des grandes écoles s’y bousculeraient car c’est de cela dont il s’agit. comme vous le dites.
          la population française a une bonne appréciation de son armée, d’abord parce que ce sont ses enfants qui y servent, qu’elle les voit en situation et que l’institution véhicule une image d’ordre et de discipline, au point de penser que l’encadrement a des vertus cachées seules capables de remettre le délinquant dans le droit chemin.
          la vraie question est que TOUS les futurs cadres de la nation, en tout cas ceux qui aspirent à l’être , aient justement ce vernis que le service national leur donnait, non pas en étant une « tête bien faite » dans l’administration centrale ou en ambassade (grâce au réseau politique/médiatique de papa) mais parce qu’ils prenaient leur part dans l’encadrement des conscrits , comme sous-officier ou aspirant. il s’exerçaient au commandement et découvraient la « France profonde ». ensuite, ils constituaient le vivier des cadres de réserve qui est maintenant tari.
          considérer que parce qu’on est ingénieur, on n’a pas à savoir comment on gère des RH ou comment on fonctionne en collectif, c’est aussi débile. si nos futures élites aspirent à des responsabilités de chefs, ils devront être pluri disciplinaires et connaître la chose militaire compte tout autant. Si ces futures élites entrent en politique (puisqu’il paraît qu’il faut renouveler notre classe politique), il serait judicieux d’avoir un minimum de vécu ailleurs que dans son « univers ». c’est la première manière de renvoyer l’ascenseur vers la communauté nationale,en sortant de sa zone de confort.
          donc on ne demande pas aux ânes d’avoir soif, on les oblige à donner une période de leur vie au service de l’intérêt général. Tout étudiant engagé dans des études dépassant les 5 années de formation doit obligatoirement faire un service national et militaire de six mois pour découvrir la jeunesse française de 18ou 20 ans. je ne suis pas pour un service militaire universel qui n’aurait aucun sens en 2021 parce que le service militaire visait à répondre à une menace massive et imminente. ensuite, le côté universel serait une illusion, la machine à piston redémarrant au quart de tour. il faut donc faire un service sélectif. justement en limitant ce service aux futures élites.

          c’est la moindre des choses qu’on doit à un pays qui vous fera vivre dans des conditions certainement plus favorable que le quidam de base. en tout cas ce sera certainement plus profitable à la communauté nationale que de vouloir convertir les armées en maison de correction pour délinquant (une idée de caste bien bourgeoise pour préserver l’entresoi) , ce qu’elles n’ont d’ailleurs jamais été.

          • Vinz dit :

            « Tout étudiant engagé dans des études dépassant les 5 années de formation doit obligatoirement faire un service national et militaire de six mois »

            C’est une piste. A exiger également pour tous les candidats à un emploi dans la fonction publique.

            En contre-partie on peut imaginer des trimestres qui compteraient double pour la retraite.

            Ce qui est certain c’est que l’Armée n’a pas besoin d’une classe d’âge de 800 000 individus par an.

          • Daniel BESSON dit :

            Cit : [ @ Daniel BESSON
            vous commettez plusieurs erreurs d’analyse me semble t’il
            d’abord, les salons expositions d’armement ne sont pas ouverts au « grand public ]

            Je me suis mal exprimé !  » civils  » est à prendre ici pour non militaires et non  » insiders  » …civils du CMI , que je préfère à BITD . M. et Mme . Michu pour être clair .
            Pour le reste si je conçois parfaitement qu’un préfet ou un cadre du secteur médical soit sensibilisé à la  » chose militaire  » , et même formé à l’usage d’armes type PA pour un préfet , je ne vois vraiment pas pourquoi un cadre qui du fait de ses fonctions n’interragit pas avec le monde militaire soit obligé de se taper un pensum à l’ IHEDN et à fortiori dans une unité combattante .
            La notion de  » mixité sociale  » a d’autre part été considérablement remise en cause lors des dernières années du SN puisque de mémoire le 1/3 d’une classe d’âge y échappait
            Ensuite votre proposition de  » service sélectif  » est une très mauvaise idée au sein d’une mauvaise idée .
            Lorsque je parlais de  » public privilégié  » je me suis mal exprimée une fois de plus …
            Je parlais de tous ceux , quelque soit leur fonction , leur emploi ou leur niveau d’études s’intéressent aux questions de défense .
            Une infirmière , un agriculteur et beaucoup d’autres métiers considérés comme  » humbles  » ont montré leur utilité lors de la dernière crise sanitaire . Et leur avis sur la question a autant d’importance qu’un cadre . On a vu que la sécurité d’une nation au sens large c’est autre chose que des hélicoptères , des A400 ou des PHA même si ils transportent des personnes infectées lors d’une pandémie .
            Je prends aussi pour exemple les agriculteurs qui sont aussi souvent des chasseurs et que la Gendarmerie Nationale veut utiliser comme  » auxiliaires  » pour quadriller la  » diagonale du vide  » .
            https://www.politis.fr/articles/2018/01/oise-la-gendarmerie-enrole-les-chasseurs-38162/

            Il n’ y aura pas 100 % d’agriculteurs chasseurs volontaires , mais même les 30 % ou 40 % qui se porteront volontaires – c’est le mot important – sont parfaitement aptes à faire parti de ce  » public privilégié  » et , pourquoi pas , participer à des manouvres avec l’armée puisqu’il parait qu’on va de nouveau jouer à la guerre dans nos campagnes .

            Réserver la connaissance de la chose militaire à une  » élite  » ce serait priver tout le  » populo minuto  » de son droit de participer au destin du pays dans lequel il habite .

        • Czar dit :

          un peu rapide ça : on ouvre des horizons (et parfois des occasions) on corrige des idées reçues les formations ont à être pluridisciplinaires, telles les humanités de jadis

          pour rappel les lois scolaires Ferry incluaient une formation militaire élémentaire dans le cursus scolaire

          (tiens faudrait le proposer à nos colliers à barbe, ça, ‘retour aux fondamentaux contre les fondamentalistes)

          • Romain D. dit :

            C’est surtout un effet de génération. Aujourd’hui, la plupart des officiers de marine ont connu les opérations. Dans mon propre parcours, j’ai eu la chance exceptionnelle d’être le chef de la cellule à l’état-major des Armées qui a suivi l’opération Serval, au Mali, en 2013. Cela m’a donné des clés de compréhension du caractère interarmées des opérations, du fonctionnement de la chaîne de commandement, du besoin de disposer de capacités sur l’ensemble du spectre de nos actions. Je peux apporter à la Marine une vision large de ses enjeux.par exemple:
            https://www.zupimages.net/viewer.php?id=20/34/39oi.jpg

          • Twisted dit :

            Aujourd’hui le système favorise très peu la pluridisciplinarité (à part les IEP et les prepa B/L), et on a d’un côté des élites qui n’ont fait que des maths toute leur vie et galèrent à lire et comprendre Tocqueville, et de l’autre une bande de branques en fac de sciences humaines qui ne savent même pas appliquer une méthodologie scientifique.

        • Franz dit :

          Je pense que l’idée de Royal marine est simplement qu’un peu de sensibilisation à la chose militaire, pour les futurs cadres dirigeants du pays, pourrait développer chez eux l’idée qu’on est dans le même bateau et apporter un peu de cohésion.
          Je trouve l’idée intéressante : les ânes qui n’auront toujours pas soif après, mais si ça peut ouvrir les yeux à certains ?

        • Matou dit :

          Faux ! Le salon du Bourget est constitué d’une phase purement professionnelle et l’autre totalement ouverte aux civils. Croyez-moi, j’en sais quelque chose et l’on connait depuis longue date l’intérêt du grand public pour cet évènement mondial. Quant à la visite de salons purement professionnels, cela peut s’organiser et permet aux étudiants de poser des questions et se sensibiliser. L’idée est intéressante au contraire, même si loin d’être suffisante.

          • Daniel BESSON dit :

            @Matou
            Mon clavier a fourché ! Interdit aux ( non militaires et non membres professionnels ) =  » civils  »
            Le Bourget est évidement un cas à part .

        • Royal Marine dit :

          J’ai participé plusieurs années à un exercice majeur se déroulant à l’Ecole de Guerre, qui reproduit les différentes phases d’un conflit régional, avec participation d’écoles de journalisme (TV, presse écrite, radio, web, …), diplomates de différents pays, y compris ONU, diverses ONG, etc., …
          La première idée de ces gens là, c’est: « çà fait partie du cursus, il faut cocher la case, et puis après on a 15 jours de vacances! Super! »
          La dernière question est: « Est-ce que nous aussi on peut rentrer dans la réserve? Même les filles? »
          Donc, je pense que ce qui manque à « vos ânes », puisque vous les qualifiez comme çà, c’est juste l’occasion de découvrir et mieux connaître l’institution…
          Evidemment, on peut continuer à ne rien faire…

        • FredericA dit :

          @Daniel BESSON : « Ces salons que vous citez sont J-U-S-T-E-M-E-N-T interdits aux civils ! ;0) »
          .
          Pas tout-à-fait. Ces salons s’adressent également aux (futur) Dirigeants et à des acteurs civils en lien avec le monde de l’armement.

      • Twisted dit :

        Si vous saviez combien il est difficile d’avoir accès au monde de la Défense en tant qu’étudiant d’une grande école…

        • Royal Marine dit :

          Vous pouvez vous adresser au CESM (Centre d’Etudes Stratégiques de la Marine), à l’Ecole Militaire.
          Ils organisent des stages (5 jours) très intéressant sur la gestion de crise… C’est un premier pas, si çà vous intéresse, qui peut vous ouvrir la porte vers certains masters, et la Réserve…

      • Frank dit :

        @ Royal Marine Tout à fait d’accord, mais vous soulevez là plusieurs lièvres de la taille d’un dinosaure.
        Dit autrement, un diplômé de l’université publique est-il redevable à la collectivité qui a financé ses études?
        Ou encore, ce même diplômé doit-il rendre à la collectivité qui a financé sa formation universitaire, très chère, les compétences acquises au frais du contribuable?
        Est-il redevable, ou peut-il exercer ses talents immédiatement, pour son simple profit, sans dette morale, civique ou simplement personnelle?
        Vous citez avec pertinence quelques écoles prestigieuses, mais soyons basiques. Par exemple:
        Les études de médecine.
        Le SSA est en pénurie de moyens, recrute des médecins civils, et des internes depuis peu.
        Ouais, on touche le fond.
        Vaste débat, que nous n’allons pas résoudre à cet instant.
        Mais la logique admise est que, si la formation du médecin militaire est financée par l’Armée, l’impétrant s’engage contractuellement à la servir, entre 12 à 18 ans. Et reste ensuite, souvent. Ce gros nigaud…
        Pourtant, le cursus est le même qu’avec l’étudiant civil.
        A l’inverse, un diplômé du civil peut s’installer immédiatement dans une spécialité lucrative, si Papa et la communauté paye. Et vous espérez lui donner, et lui imposer, une conscience civique? Un stage dans l’Armée?
        Vous et moi avons payé la formation du dermato à mémères nostalgiques d’antan du 16ème. Proposez lui donc ensuite une formation dans l’Armée, et nous devrions ensuite régler la facture de sa crise aigue de rigolade dépressive. Si vous rajoutez « fisc », c’est l’urgence et le SAMU…
        Essayez d’appliquer cette évidence à tous les étudiants, grandes écoles ou non, qui considèrent que les avantages gratuits d’une société est une somme de Droits, sans aucun Devoirs.
        Vous n’allez quand même pas suggérer qu’un citoyen aurait des devoirs vis à vis de l’Armée qui défend son confort et sa sécurité? Vous allez dévier de la bien-pensance. C’est devenu risqué.
        Essayez de dire à un énarque son coût vs utilité, sa créance, ses performances dans le temps, ses Devoirs, et bonne chance.
        Le diplôme de l’ENA, c’est la rente à vie de l’erreur permanente et rémunérée, dont on voit désormais le résultat.
        Vous croyez qu’une brève immersion de ces individus dans le milieu militaire serait salutaire?
        Je crois plutôt que ce serait introduire un virus dans un milieu encore plutôt épargné.
        Mais bof… Puisque la majorité entubée par le désir béat de soumission remet inlassablement une pièce dans la machine, continuons d’être des spectateurs rigolards de notre suicide collectif.
        Et convenez avec moi que s’il existait un vaccin contre la connerie, nous serions tous bien rassurés.
        Et démunis.
        Des Volontaires pour la Réserve… Vous avez vraiment le sens de l’humour.

        • Royal Marine dit :

          Ce que j’observe, c’est que dans les années 70/80, l’Armée « ça tuait, ça polluait, et ça rendait con! »
          Voila ce que nous sortaient aussi bien les chevelus baba cool de l’époque, que nos profs à longueur de temps…
          Aujourd’hui, les jeunes gens, et jeunes filles, s’intéressent vraiment aux armées, et à la France! Eh, oui!
          J’ai souvent des questions sur l’aéronavale, les sous-marins, les Commandos Marine, quand ils apprennent que j’ai été militaire et que je suis dans la Réserve… Ils s’intéressent à notre ZEE, la piraterie, les trafics, etc., …
          Donc je pense que tout n’est pas perdu…

    • Fred dit :

      @ FUSCO

      Le Service national n’apportait pas de grandes connaissances sur l’Armée.

      On apprenait surtout que cet organisme comportait pas mal de cons – comme ailleurs – mais que dans ce cadre ils avaient la bride au cou, méprisaient les appelés et leurs faisaient subir humiliations et brimades, leur enseignaient fort mal la pratique. Les militaires doués d’un peu de jugeote, qui croyaient en leur métier, en étaient bien désolés, et souvent déprimés de ce fait.
      J’ai adoré la PMS, j’ai globalement détesté mon service militaire.

      Au travers de mon métier, je fréquente et travaille parfois avec l’armée. Elle a évolué en bien.

    • vno dit :

      Oui c’est assez déplaisant de découvrir en arrivant dans une entreprise de découvrir que l’avis de la maîtrise passe après celui des responsables syndicaux ou que le directeur industriel est en fait un commercial même pas issu de HEC qui n’a aucune compétence pour décider des choix et investissements de son entreprises pourtant très techniques. Les ingénieurs ? Un bon cela coute cher et cela amène des problèmes existentiel quotidiens. On prend des jeunes en CDD sans expérience et on les virent une fois le travail fait ( ou pas d’ailleurs ) et l’entreprise crève après avoir englouti des millions d’euros d’aide d’état qui laissent croire aux boursiers que c’est un super investissement. Pas grave, grâce aux « réseaux, on reprend les mêmes et on recommence ailleurs avec les mêmes méthodes et les même résultats jusqu’à la légion d’honneur !

    • FredericA dit :

      @FUSCO : « Si on pose la question inverse, combien de militaires sont au fait des subtilités du monde civil de l’entreprise par exemple ?Assez peu sans doute »
      .
      J’abonderais dans votre sens. La remarque du Général Lecointre me paraît peu pertinente et/ou pas assez expliqué (ceci dit en toute modestie).
      .
      Chaque domaine possède son domaine d’expertise. Que l’on parle de BTP, agro-alimentaire, informatique, loisirs et spectacle, etc… On trouve de l’expertise propre au domaine concerné. Cela étant, il est improbable que chacun de ces domaines soit à la fois expert dans son métier tout en ayant une bonne connaissance du monde militaire.
      .
      A l’inverse, il semble assez logique que l’armé ne soit pas spécialiste dans la gestion d’un parc d’attraction, la construction d’un viaduc ou l’élevage de bovins. Dans les faits :
      – Chacun est spécialiste dans SON domaine
      – Chaque domaine se côtoient

      • Royal Marine dit :

        « la construction d’un viaduc »
        Si vous connaissiez le nombre de pistes d’aviation, de ponts et de routes construits ou réparés pat le Génie en Afrique, au Liban, en Afgha, etc., vous seriez sans doute étonné!
        Qui plus est, souvent mieux fait que des boîtes de BTP civiles…

        • FredericA dit :

          Mais, je ne doute pas de la qualité des soldats du génie ! Par contre, je les vois mal construire des buildings, rénover des bâtiments historiques, etc. car ils ne disposent pas des compétences, du matériel et des équipements pour ce faire. Dans tous les cas, cela n’entre pas dans leur mission première.

  3. E-Faystos dit :

    Il y a pas mal à dire sur la manière dont l’armée française fait sa promotion. On y va juste pas assez fort et les fictions sur la question sont généralement teintées de naïveté, et dans le même temps chroniquées de manière arbitraire par les journalistes et les diffuseurs professionnels.
    .
    Alors bien entendu, pour qu’une publicité délivré le « bon » message, il y a de grandes difficultés, et trouver le ton juste est un équilibre impossible (en fait, tout ce qui demande de l’équilibre fini par terre!)
    .
    Ce défaut de reconnaissance est peut-être à.mettre en relation avec une défaillance plus générale de communication, où les journalistes accrédités se sont plaints du manque de com’ du ministère, alors que les mêmes journalistes ont du mal à ventiler leurs articles auprès de la presse générale…

  4. Ah Ca ! dit :

    Ils les trouvent où ces députes… ?

    « renforcer le lien armées-nation » ne s’est il pas rendu compte que nous étions gouvernés par une bande de malfrats gauchistes ou gauchisants comme on trouve au centre ou chez les LR type Sarko ?

    Le pays est aux mains de la génération 68 et de leurs enfants tout aussi pernicieux. Des anti militaristes primaires. Je ne sais pas si 2022 nous permettra de renverser la tendance. Hélas une guerre civile, certainement … peut être… Prions.

    • NRJ dit :

      @Ah Ca
      C’est vrai, une bonne guerre civile, il n’y a rien de mieux….

      • tschok dit :

        Oui, prions avec Ah ça! pour une bonne guerre civile.

        Amen.

        Je parie qu’il est catho. Certains cathos, un peu cintrés, ont une attirance pour les événements apocalyptiques comme ça. Mais en même temps, ils les redoutent. Il commence sa phrase par « hélas » et la termine par « Prions » ce qui donne une phrase assez bizarre: « Hélas une guerre civile, certainement … peut être… Prions. »

        Il faut prier pour quoi? Pour que la guerre civile advienne ou au contraire pour qu’elle n’advienne pas? Pour les deux: il la désire comme un événement purificateur, mais il la redoute comme un événement destructeur. C’est la définition de l’apocalypse, à la fois révélation mais aussi jugement dernier, délivrance et fin du monde. Attirance et répulsion.

        Il y a un côté Gollum et « mon précieux ». C’est trop drôle.

        • ScopeWizard dit :

          @tschok

          Arrêtez de prendre les gens pour des cons , vous savez très bien ce que @Ah Ca! a voulu dire .

          De plus , qu’ avez-vous contre les « Cathos » ?

          Vous êtes dans l’ idéologie de la SS période Himmler peut-être , à moins que vous ne connaissiez cette Histoire que très superficiellement ?

          Non ?

          Ben alors , fermez-la et ne perdez jamais de vue qu’ au même titre d’ une islamophobie de confort , tôt ou tard , il en ira de même avec le Catholicisme ou le Christianisme dans son ensemble ; la Christianophobie sera passible de poursuites , peut-être même au Pénal .

          Et ce jour-là , je vous fiche mon billet que comme par magie , elle disparaîtra aussitôt de vos posts .

      • Ah Ca ! dit :

        C’est vous qui le dites… cela n’engage que vous.

  5. Jean Ker dit :

    Chirac a vraiment fait une énorme erreur en supprimant purement et simplement le service militaire, et en ne le remplaçant par rien.
    25 ans plus tard, les effets sont mesurables et catastrophiques : les banlieusards et les fils de bourgeois sont vraiment autant des plaies les uns que les autres, et les mots Nation et Patrie sont presque devenus interdits (vive l’UE)
    Quant à l’armée, il faudrait que l’on m’explique à quoi servent près de 400 généraux au vu des effectifs… C’est comme les énarques et les préfets : ça se multiplie beaucoup, coûte cher et ne sert pas à grand-chose, sauf à copiner, Monsieur Mon Général.

    • PeterR dit :

      Robert A. Heinlein qui a eu une courte carrière militaire développe dans « Etoiles garde à vous ! » (Starship Troopers) un concept intéressant. Pour avoir le droit de vote et élire des gars qui potentiellement vous enverront à la guerre il faut s’être engagé et avoir servi sous les drapeaux . Le concept peut paraitre contestable mais, à mon goût, ne manque pas d’intérêt.
      Nota : le film n’a pas grand chose à voire avec le bouquin.

      • Daniel BESSON dit :

        Cit : [ Peut-être qu’il faudrait avoir recours à la contrainte pour ce faire, ]

        Il vit sur quelle planète Cézigue ?
        Par ce que dans sa vie de peigne-cul il pense qu’un jeune bobo végan du XVIIéme ou une racaille du 9-2 vont accepter en 2020 de se mettre une combinaison caca d’oie et se faire gazer ? Faire des pompes pour un lit mal fait ?
        Nettoyer des chiottes sous les ordres d’un petit péteux en uniforme ?
        Dans tes rêves cousin ! Et en plus ils veulent nous envoyer les pandores …
        Je déteste le bobo du XVIIéme autant que la racaille du 9-2 mais là je serai le premier à les soutenir .

        Cit : [ les députés Pierre Venteau et Joaquim Pueyo ]

        A coup sur des Tchiqueunauques ! ;0)

      • PK dit :

        JE suis assez d’accord avec Heilein. La notion de citoyen est galvaudée aujourd’hui par le fait qu’elle est offerte à la naissance et automatique à partir de 18 ans (ou 21 ans selon les fumettes de nos donneurs de lois).

        Je serai assez d’avis que cela soit une récompense en échange de quelque chose, ce quelque chose pourrait être :

        – avoir servi au moins X années sous les drapeaux
        – avoir servi au moins Y années en services civiles
        – pourquoi pas autre chose ?

        avec (comme dans le film) une prime pour pouvoir accéder à certains statuts (certains métiers notamment), indépendamment du rôle qu’on a eu dans les services en question (un troufion aurait autant de points qu’un officier, l’important étant de servir au maximum de ses capacités).

        Mais bon, tout ça sent bon l’élitisme, et nos élites ne veulent conserver que leur filière (ENA principalement) en sélectionnant soigneusement leurs candidats afin que rien ne change…

    • vous avez raison. quand un pays fait un référendum et oublie le vote de ces citoyens pour faire un vote par ces députés pour
      dire le contraire ????je pense comme vous depuis qu’on a mis une armée de métier à la place du service militaire ,pour moi
      ce n’est plus le peuple mais quelqu’un qu’on paye .en plus je ne comprend pas 1962 fin des colonies et toute l’Afrique et le reste du monde rapplique chez nous .j’ai vu un reportage sur le Togo ou est originaire un ancien secrétaire de l’onu ou un
      vieux togolais avait dit : la France parti ,on n’a plus d’école,plus de route,plus de dispensaire pharmacie et le reste.
      on n’est plus en France chez nous. je vous donne les effectifs de l’armée de terre 2018 :officiers :14040.sous-officiers:38852.militaires du rang:61525. Volontaires:430. en 1964-65 ???on peut faire une comparaison.

    • ScopeWizard dit :

      @Jean Ker

      « Supprimé » ou « suspendu » ?

      Ce qu’ il y a surtout concerne la perte de nombre d’ infrastructures afférentes ainsi que les nouvelles répartition/disposition du matériel qui selon moi confine à l’ aberration voire à une complète absurdité…………

      Je crois me souvenir que l’ on appelle cela le GSBdD ou quelque chose comme ça ……………..

    • Math dit :

      Un général, c’est 30 ans de formation. Quand on en a besoin, soit on en a, soit on en a pas. Quand on en a pas, ça se compte en millions de morts. L’exemple de l’armée rouge est à disposition de tout le monde.

      • Boch dit :

        Les generals francais bien forme et sur expiremente ils ete ou en 1940 ?

        • Laurent Lagneau dit :

          @ boch,

          Suffisait d’attendre la validation de votre commentaire. Pour ceux, orduriers, que vous avez laissés par la suite (et qui n’ont pas été validés pour cette raison, ce qui vous évite des poursuites pour injures), j’attends vos excuses.

        • Frédéric JEAN dit :

          Pas dans votre orthographe.

        • @Dukon dit :

          Et toi t’étais où en 40 ?

          • Boch dit :

            A Paris il faisait beau … Et toi ? tu ete cache ou ?! J’ai te jamais vu …

          • @Dukon dit :

            @Boch
            A Bir-Hakeim je faisais « pot de miel à connards » en préparation d’El Alamein.

            Mais je te reconnais, t’es le « Boch » du carrefour « ici mieux qu’en face » à Fresnes.

        • Royal Marine dit :

          De Gaulle, De Lattre, Juin, Monsabert, Koënig, Leclerc de Hautecloque, …
          Vous devez vous en souvenir… C’est ceux qui vous ont mis la pâtée, à partir de 1941, au Tchad, en Cyrénaïque, en Tunisie, en Italie, au Liban et en Syrie, en France, puis en Allemagne, jusqu’au nid d’aigle…
          Et c’est ceux qui était là aussi, à Reims pour la signature du 8 mai 1945, et à Postdam le 9, puis à Tokio pour la fin de la guerre, à bord du Missouri!
          Ça vous rappelle quelque chose?

          • Vinz dit :

            Les erreurs de casting en 1870, 1914, 1940, Indochine, y en a à la pelle ; c’est même l’automne toute l’année.

          • Donald dit :

            +, Brosset, De Larminat, Legentilhomme, Catroux, Garbay, …

            Et j’en oubli certainement dans les FAFL et les amiraux des FNFL. Ce « Boch » est un comique.

          • Royal Marine dit :

            Parfaitement d’accord avec vous, Donald!
            Quant à Vinz, toujours aigrit et bêtement agressif vis à vis de nos Armées, il oublie que, en 1870, 1914, 1940, il manquait à nos Armées énormément de matériels, que nos politiciens avaient refusé dans les budgets, parce qu’inutiles, ou trop coûteux…
            En 1870: mitrailleuses, artillerie moderne à chargement par la culasse, munitions, …
            En 1914: mitrailleuses, artillerie lourdes, tenues des soldats, …
            En 1940: chaussures, artillerie anti-aérienne, artillerie anti-chars lourde, radios en phonie, avions modernes, et des généraux capables et non nommés par le pouvoir politique en fonction d’amitiés franc-maçonnes ou de copinage… (Gamelin, Pétain, …,)
            Donc tout ça ne dépend pas des militaires qui se sont bien battus, contrairement à la légende bâtie par les collabos et les traîtres…

          • Donald dit :

            @Royal Marine
            « Si vis pacem, para bellum » … 1870, 1914, 1940 on lambine dans la préparation et l’équipement. Ce n’est pas un problème de volonté combattante des soldats.

            Au sujet de 40 vous avez raison, ils se sont battus. Le nombre de morts des deux côtés en peu de temps l’atteste.

            Mais on est passé à l’offensive en Belgique avec notre corps de bataille alors qu’on avait une politique défensive construite par comblement des espaces entre les points forts de ligne Maginaux. Cela ne pouvait pas coller.

    • norbert dit :

      Chirac a supprimé le service militaire car les problèmes générés par certains jeunes étaient ingérables. On a commencé par exempter ceux des banlieues qu’il ne fallait pas « mélanger » aux bons gaulois ( je l’ai entendu en d’autres termes plus politiquement corrects dans une réunion public avec Mr Pasqua et le ministre de la Défense )
      Pour faire passer la pilule , on a conservé l’avancement automatique des officiers et les ratios mexicains.
      Bref il aurait fallu profiter de la fin de la conscription pour refaire le statut des Armées , mais pour la « paix sociale » on n’a rien modifié.

      • Vinz dit :

        Chirac a supprimé le service militaire parce que l’armée française (500 000 hommes en 1990) était incapable d’expédier 10 000 hommes pour l’opération Daguet sans râcler tous les fonds de tiroirs.

        • norbert dit :

          Evidemment en 1990, on payait 25 ans de mexicanisation des effectifs du la réforme de 1976 avec l’avancement automatique .

    • Allobroge dit :

      Que voulez vous, ils voulaient tous toucher les « dividendes de la paix », ces ignares qui n’ont jamais pris le temps de lire l’Histoire de leur pays ailleurs que dans les canards idéologiques, ils auraient su que la nature a horreur du vide !…

    • lym dit :

      C’est une façon de voir l’affaire, mais un service ou 90% des appelés en sortaient en avoir l’impression d’avoir perdu une année (avec un aperçu significatif dès les 3j) était-il soutenable? Et l’armée qui dans les années 50 ou 60 était réputée « savoir utiliser les compétences », se retrouvait dans les années 90 (au crépuscule de la conscription) à voir des gradés en manque de gonzesse mettre des informaticiens (qui avaient généralement fait une PM, rarement jugée inutile contrairement a la suite) à leur installer des jeux olé-olé ou télécharger des films de « luc » avec l’internet naissant.
      La fin de la conscription a posé des problèmes (à commencer par comptabiliser de manière fiable les illettrés de sexe masculin), mais ce n’est pas pour rien que la génération charnière avait fait de « Sans-Nous » un de ses sites de référence. Il faut aussi balayer devant sa porte.

    • vieux margi dit :

      @jean ker… Mr Chirac a ajourné le service militaire. Pas supprimé…
      Renseignez vous sur les grades et appellation. Monsieur Mon Général est un pleonasme.. Mon veut dire Monsieur…

      Que l on remette la planche des grades aux jeunes lors des journées d’appels. Déjà …..aux journalistes ….. aux administrations….

      • jeune qui commande le vieux margi dit :

        Vous ne m’avez pas l’air très intelligent monsieur le vieux maréchal des logis… je ne m’étonne guerre que vous n’ayez pas plus avancé dans la hiérarchie. Ou peut-être avez vous Alzheimer ? Avez-vous demandé à consulter au centre médical de votre unité ?

        Son pléonasme était volontaire car il s’agissait d’une touche humoristique: MONSIEUR (ce que disent les journalistes) MON (diminutif de monsieur) Général.

    • NRJ dit :

      @Jean Ker
      Je ne vois pas l’intérêt d’imposer 1 an de service militaire à tous les jeunes. Ca apporterait quoi ? L’armée, comme on le voit de plus en plus dans la société civile, n’est plus quelque chose qui’s’apprend en masse mais est un ensemble de personnes spécialisées dans des domaines différents. L’ère des gros bataillons façon Napoléon est finie, il faut s’en apercevoir. Les transmissions, la logistique, le combat interarmes etc… Tous ces métiers évoluent rapidement avec la technologie nécessitent un entraînement permanent sans quoi le soldat perd sa compétence. En quelques années, ce qu’on a appris devient obsolète.
      Alors expliquez moi l’intérêt d’aller prendre le temps de milliers de soldats de l’active qui ont autre chose à faire (notamment pour défendre la France) pour occuper des gars à faire des gardes car c’est la seule chose qu’on peut leur apprendre et dont ils se souviendront.

      • PK dit :

        J’ai du mal à comprendre qui devient obsolète dans l’art de savoir tirer, se camoufler, combattre, etc. Bref, du biffin de base. Même si la technologie rend certains enseignements évolutif (notamment le camouflage), l’art de l’embuscade n’a quand même pas beaucoup évolué en quelques décennies.

        Bref, avoir de gros bataillons à n’avoir qu’à remettre à jour (une semaine, trois semaines ?) rapidement disponible a du sens, plutôt que penser sur la mise en place magique d’un recrutement massif de milliers d’hommes qu’il va falloir former de A à Z.

        De plus, les réserves sont là pour mettre à jour les connaissances 😉

        C’est surtout une histoire d’organisation. Avoir une armée de réserve /conscrits permettrait de faire face à des conneries comme Sentinelle sans que cela ne viennent amoindrir les forces françaises.

  6. Patrickov dit :

    mais non il se trompe, il suffit de voir sur cette page le nombre d’experts en génie militaire, en génie politique, en génie armement, tous des experts de l’univers, il doit y avoir 1 ou 2 qui connaissent le sujet les autres sont les experts de google, sinon ce général a totalement raison car même ceux qui sont dedans ne savent pas ce qui se trame dans le monde.

  7. Czar dit :

    rappelons que la très grande majorité des bavasseurs du système médiatique s’est arrangé pour se faire réformer lorsqu’il y avait encore un service

    ce seront d’ailleurs les premiers à piailler qu’on « envoie le Clemenceau » dès qu’il verront un chtit nouâr au ventre gonflé qui gêne un peu leur digestion de guacamole équitable

  8. Clément dit :

    Le monde militaire est concerné, mais pas seulement. A part ce qu’ils voient à la télé ou sur des sites web douteux, une partie de nos concitoyens ont une conception très limitée (voir fausse) du fonctionnement du monde scientifique et de la recherche, des problématiques médicales, de la justice, du journalisme, … En fait dès que le sujet ne les concerne pas directement (et même ….), beaucoup de gens s’en tiennent aux clichés, aux « on-dit » et à quelques experts auto-proclamé. Il y a aussi une part d’effet « Dunning-Kruger » ou effet de sur-confiance : je pense être qualifié donc je ne remet pas en question ce que je pense savoir. On le constate chez le quidam sur internet (les experts virologues sur les réseaux sociaux) mais aussi chez des personnalités médiatiques reconnues (Zemmour et l’Histoire et les sciences en général par exemple. Si ce dernier ne débat jamais face à des scientifiques, c’est pour ne pas étaler son incompétence sur le sujet).

    • Czar dit :

      zemmour débat d’histoire et de politique, y a des ‘scientifiques’ dans ce domeine, clémentine ?

      • Czar dit :

        doh ! Maine

      • Clément dit :

        Oui. Un chercheur en histoire est un historien. Un chercheur en science politique est un politiste (ou un politologue, mais ils n’aiment pas ce terme qui pour eux désigne les experts autoproclamés de la télé). Et chacun de ces domaines a des sous domaines : les médiéviste étudient l’histoire médiévale, les modernistes étudient l’histoire moderne, les sociologues politiques étudient la sociologie politique, les analystes analysent (et souvent produisent) les données statistiques, etc …
        En fait à partir du moment où la méthode scientifique est respectée (et que l’objet d’étude relève de la science), il y a des scientifiques.
        D’ailleurs Zemmour, quand il parle d’histoire, aime bien citer des historiens. Le problème c’est que ces références s’arrêtent au début du XXe siècle. Mais ce n’est pas le seul : pour avoir l’air de savoir on aime bien citer un chercheur qui a dit la même chose, mais sans examiner ce chercheur (et son travail) dans son contexte de production, sans se demander si il fait consensus parmi ces pairs ou si il est dépassé.

        • PK dit :

          Vous oubliez de dire que le recrutement des pairs en France se fait suivant un système qui n’a rien à envier aux plus belles années de l’URSS, avec le même fond d’idéologie. Alors, qu’un historien ne fasse pas consensus parmi ses pairs seraient sans doute un plus en France…

          • Clément dit :

            @PK : Il y a un peut de vrai dans ce que vous dites, mais le copinage n’est pas du tout propre à la science historique. Mais il faut vraiment nuancer : si ça marchait comme vous le dite, il n’y aurait pas de débats et de polémiques.
            Et contrairement à ce que vous pouvez pensez, essentiel des critiques sur un travail historique portent sur la méthode et le traitement des sources. L’idéologie existe, il serait naïf de le nier, mais la majorité des critiques relèvent bien plus de la technicité (l’exemple le plus frappant qui me vient à l’esprit est celui d’un prétendu égyptologue qui ne savait pas déchiffrer les hiéroglyphes, mais qui pensait le savoir).

        • Czar dit :

          à côté de la plaque, clémentine, je ne retrouve plus la citation exacte qui rappelait que l’histoire n’est pas une science mais un discours. Et c’était un de nos plus grands historiens

          la vérité est que historiographie nous renseigne juste sur les petites obsession du présent bien plus que sur le passé, ce n’est pas rien sui l’on nage en plein ‘histoire du soi-disant genre et autres études post-coloniales alakon

          quant à soutenir que les glavioteurs universitaires en histoire optent pour une approche scientifique (et donc neutre axiologiquement), ça se voit que t’as pas dû en lire beaucoup des livres d’histoire actuels, ou sans doute plus simplement que les préjugés idéologiques desdits scribouilleurs-je-crus étaient assez concordants aux tiens pour que ça ne te choque pas, rien de plus.

          la science est une pratique qui reproduit exactement les mêmes résultats dans les mêmes conditions je te mets deux historiens sur l’histoire d e l’algérie coloniale et je te garantis qu’il en sortira deux bouquins absolument antithétiques.

          la physique ou la chimie , c’est une chose; l’histoire, l’économie ou l’astrologie, c’en est une autre.

          • Clément dit :

            « la science est une pratique qui reproduit exactement les mêmes résultats dans les mêmes conditions »
            => c’est le cas pour les sciences explicatives, celles qui cherchent des vérités universelles. L’histoire est une science « descriptive » : on ne cherche pas de vérité générale mais juste à décrire et comprendre des faits, des mécaniques « individuelles » sans chercher à en dégager des vérités universelles.
            Après il y a de complexes explications épistémologiques, mais en gros ce qui fonde la science c’est la méthode scientifique.

  9. Sempre en Davant dit :

    Un Adjudant de Cavalerie se nomme Mon Lieutenant, ,,, au garde à vous, à six pas, avec la plus grande courtoisie et dans une tenue impeccable.

  10. ClémentF dit :

    C’est pour ça que je viens ici, je ne suis pas un militaire de carrière, et ne travaille pas dans le secteur de la défense, mais je suis un citoyen, je paye des impôts, et si mes compatriotes doivent mourir ou tuer avec mon drapeau cousu sur l’épaule, la moindre des choses c’est que je sache de quoi il retourne.

  11. Plusdepognon dit :

    C’est ainsi dans les sociétés bénéficiant d’un certain confort où l’on ne voit l’intérêt de voir tout ce qui a été fait pour en arriver là et où tout est dû :
    http://www.opex360.com/2020/08/08/un-rapport-parlementaire-deplore-le-manque-de-culture-militaire-au-sein-des-administrations-civiles/

    La dernière saillie du guerrier des prétoires ne fait pas sourire :
    https://www.lefigaro.fr/vox/societe/michel-goya-le-role-de-l-armee-n-est-pas-d-eduquer-les-jeunes-delinquants-20200902

    Tout comme le caprice jupiterien…
    https://www.lopinion.fr/edition/politique/snu-est-il-porte-disparu-221647

  12. Lassithi dit :

    Ben ça alors. Méconnaissance, phantasme, bref, un monde parallèle !
    Il y en a même ici, qui prennent les militaires pour des robots dénués d’esprit…

    Bon, comme il parait qu’on est dans le monde d’après, il va falloir urgemment revenir au monde d’avant celui d’avant.
    Recréer le socle de l’armée de la République, avec le retour du SN, pour tous (et toute, égalité oblige). Reconstruire une réserve digne de ce nom, en n’oubliant pas qu’on a une dissuasion nucléaire qui nous permet de nous émanciper de la double tutelle Bruxelloise. On en a pour au moins 15 ans, autant ne pas trainer…

    On pourrait même refaire le FFA, comme les militaires allemands débarquent en France…

    • Vinz dit :

      « Recréer le socle de l’armée de la République, avec le retour du SN, pour tous (et toute, égalité oblige). »

      Expliquez-nous ce que l’armée française ferait d’une classe d’âge de 800 000 personnes ? Même l’APL ne saurait pas quoi en faire. Sur ces 800 000 il n’y a peut-être que 50 000/80 000 profils qui lui seraient utiles.

      • Lassithi dit :

        Ah bon ?
        C’est quoi un profil utile ?Désolé, l’armée ce n’est pas une boîte.
        En revanche, vous faites comme dans les boîtes. Essayer d’exister sans comprendre le sujet.
        C’est grâce à cette vision qu’il y a maintenant tout à reconstruire.
        Le SN n’est pas uniquement lié aux armées. Mais ça doit vous échapper…

  13. CivilZ dit :

    Les militaires n’aident pas non plus. Je suis civil et il est très compliqué parfois de suivre vos conversations pollués par des abréviations compliqués Ex: LAATA et autre CEMA
    Je ne sais si à l’époque de la grande armée de Napoléon on utilisait cette novlangue. Ce que je sais c’est qu’on a été jusqu’à Moscou.

    • vno dit :

      A une époque, c’était même interdit, comme les anglicismes, afin que tout le monde comprenne les ordres sans ambiguïté. Mais c’était avant…

    • Edouard dit :

      Ma belle mère, ma belle soeur et ma soeur sont infirmières… elles ne parlent entre elles qu’en abréviation. Ces dites abréviations ne sont pas une spécificité militaire, loin de là.

    • Clément dit :

      Bravo, vous avez gagné un point Orwell : « Plus une discussion sur la langue dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant la novlangue ou George Orwell s’approche de 1 » 😉
      Plus sérieusement la novlangue (le « néoparler » dans la dernière traduction plus proche de l’idée de l’auteur) c’est l’appauvrissement de la langue, pas l’utilisation de sigle (qui sont justement là pour abréger pas pour enlever).

  14. werf dit :

    Il ne faut pas s’étonner car il n’y a pas de transparence pour la grande muette. Les Français ont certes des reportages-propagande pour essayer d’expliquer nos interventions en OPEX mais il n’y a jamais de vrai débat avec les Français sur la politique extérieure de la France et ses décisions d’intervenir. Seules les commissions de la Défense sont à peu près informées régulièrement mais sans avoir de débats il s’agit d’auditions… Pourtant l’accord du Parlement est nécessaire (Constitution) pour déclarer la guerre, même asymétrique,.. Enfin, s’il s’attache à son grade, le CEMA devrait être plus modeste, son parcours a été facilité, il sait pourquoi…

    • PK dit :

      C’est très français… Vivez (ou regardez la RAI) en Italie et vous verrez que d’autres pays ont une culture d’information et de débats à des années du système fermé français.

      Regardez un débat sur une chaîne publique en France revient à voir quatre personnes du même avis et de la même sensibilité tomber d’accord sur la possibilité qu’ils sont d’accord.

      Alors, penser que ces mêmes personnes puissent vous informer relève au mieux de la grosse blague, au pire d’un mensonge crasse.

  15. CivilZ dit :

    Le problème n’est pas l’armée qui n’a jamais été aussi puissante. Je pense que l’armée française de 2020 dispose d’une puissance de feu infiniment plus puissante que celle de Napoléon. Ce qui a changé c’est l’emploi de la force au sens le plus brutal du terme. Aujourd’hui l’armée est là pour contenir, stabiliser. Alors qu’à une époque on cherchait l’anéantissement complet d’un ennemi. Et le rôle de l’armée est aujourd’hui beaucoup plus complexe qu’avant puisque tout ne se joue plus à la capacité à écraser l’ennemi.
    Pour les 400 généraux je ne me rend pas compte.

    • vno dit :

      les directeurs de 400 sites de 1000 personnes ! soit 400 000 personnes, mais on oublie d’ajouter les conseillers civils surement plus nombreux.

  16. Jym dit :

    C’est un mal qui affecte quasiment tous les corps de métier du secteur public au moins. Chacun vit et évolue dans sa bulle, et même dans un corps de métier il existe une bulle public/privé. Cela s’est notamment vu avec l’absence de réflexe des hôpitaux publics à impliquer les cliniques (bien trop tardivement) lorsqu’ils étaient débordés par les cas de covid.

    • Clément dit :

      Pour le covid, c’est surtout que les hôpitaux débordés ont transféré les patients en priorité vers d’autres hôpitaux. Et vue que le système hospitalier dans son ensemble n’a pas été débordé (à Toulouse on a, pour l’instant, toujours eu des lits en réa de libre) ils n’ont que très peut transféré aux cliniques.
      Mais on aurait en effet pu éviter des longs transferts géographiques.

  17. Thaurac dit :

    Dans les pays sous monarchie constitutionnelle, les princes ou princesses font leur sapin..
    a quand nos énarques?

  18. Born-87 dit :

    Tout comme les militaires ont une méconnaissance profonde du monde de l’industrie privée… C’est normal, on ne connait rien d’autre que ce que nous touchons (ou avons touché) de prés.

  19. Aldo dit :

    Les paris sont ouverts : Les futurs énarques et élèves de l’ENSP vont se farcir une semaine ou deux à Coetquidan d’où ils repartiront avec un beau certificat leur faisant croire que désormais ils « connaissent » la vie militaire.

  20. Marc Mora dit :

    Réflexion hors de propos de ce générale, je me permettrais de lui rappeler que le  » mon  » de  » mon général  » est l’abréviation de  » Monsieur  » sa réflexion est donc un mon sens puisque automatiquement il est appelé Monsieur

    • Le sicaire dit :

      Réflexion tout à fait pertinente et c’est d’ailleurs pour cette raison que l’on appelle un officier féminin directement par son grade.

      • 341CGH dit :

        Dans la Marine on appelle les gens directement par leur grade.
        Dans l’AdT et l’AAE, l’on devrait utiliser l’abréviation de « Madame » : Ma (ou mon quand le grade commence par une voyelle).

    • Félix GARCIA dit :

      Du coup ça en devient drôle.

    • PK dit :

      Justement : on pourrait appeler un général, « mon général » ou « monsieur le général » ce qui est rigoureusement identique, mais pas « monsieur » ou « général » (on le voit aussi !), ce qui est une faute (au moins de protocole, sauf pour une dame, à moins que le combat LGBT envisage aussi le fait de leur juxtaposer une paire de balloche pour les appeler comme les hommes).

    • Royal Marine dit :

      Oui, vous avez raison…
      A ceci prêt que lorsque vous appelez quelqu’un : Monsieur le Général, ou mon Général, vous l’appellez quand même par son grade…
      Quand vous l’appelez Monsieur, non! Est-ce si dur à comprendre.
      Le Monsieur, qui était réservé aux nobles, sous l’ancien régime, venait du fait que détenir un brevet d’officier, vous anoblissait d’office… C’est pourquoi dans la Marine, vous n’avez pas de « mon » puisque jusqu’à la Révolution, vous ne pouviez être officier que si vous étiez noble au départ… Où très rarement sur décision personnelle du Roi, us égard à vos mérites…
      Petits points d’histoire intéressant n’est ce pas?
      Dernier détail. IL arrivait que dans la Marine royale on appelle un jeune officier « jeune Monsieur » pour les aspirants et enseignes.
      Cette tradition s’est perpétuée jusqu’au XIX ème siècle. Depuis, dire Monsieur, à un officier de Marine, par exemple en passerelle, est considéré comme péjoratif et un avertissement de la part d’un supérieur à un subalterne…
      Par exemple, un Commandant qui dirait, après avoir repris la manœuvre à l’Officier de quart pour une grosse erreur, et lui rendrait après correction de la route et de la vitesse: « A vous le soin, Monsieur! » C’est le traiter de terrien!

  21. Marc Mora dit :

    Et de toute façon a civil n’a pas a respecter quelque grade que ce soit légalement parlant, ceux ci étant un signe de hiérarchie professionnel et non , social , en gros , je traduirais aussi sa reflléxion par un  » j’aime me faire mousser  » un  » Bigeard ne se serait jamais permis ce genre de propos en publique, eton parle de  » Marcel  » un vrai pas un gengene moi le dard de bureau a l’élysée ( en me faite pas rigoler avec  » le pont ( trop loin ) de vrbanja  » PS : pour avoir lu les recit du jeune lieut qui a mener l’assaut, je ne pas souvenir avoir lu que ce monsieur y ai participé ( pipeau pipeau )

    • Michel dit :

      Vous mélangez tout à l’époque de Bigeard tout le monde l’appelait mon général car beaucoup de cette génération avait fait son service militaire, le vrai pas celui que certains ne se souviennent « que des traces de vomi…. »pour ma part j’étais en Allemagne en 1970/71 au sein du 12 régiment de Cuir. et de tel écart n’était pas toléré n’en déplaise à certains et bcp de mes copains d’autres régiments ayant une de mes formations entre autre celle de tireur AMX 30 me disait la meme chose, les clichés ont la vie dure ….
      Sinon il a parfaitement raison un professeur de médecine vous l’appelez comment ?
      Professeur pour ceux qu’il ne le savent pas, et Monsieur le Professeur dans la cadre d’un courrier, on appelle bien un notaire un avocat Maitre etc…….

      • précision dit :

        dans le cadre d’un courrier, certes. A l’oral, c’est moins systématique. Pour un professeur de médecine qui serait docteur, je me serais posé la question. A vrai dire, pour certains religieux (pour chercher un autre « état » qui engage un peu plus radicalement que l’enseignement) j’aurais des doutes aussi, etc. Bref le manque de culture se retrouve dans pas mal de domaines, mais cette question d’appellation témoigne aussi d’un autre rapport avec les traditions et formules de politesse.

      • Donald dit :

        @Michel
        +1, huit ans plus tard … dans les FFA à Berlin.

        Pas de trace de « vomi », pas le droit de se chier dessus avec une tenue débraillé, de pisser dans une cannette parce qu’on a la flemme d’aller au chiottes, de se Kmer dans ces mêmes chiottes ou ailleurs (La PMS était vigilante) … bref pas de cuculisation comme on peut le voir trop souvent aujourd’hui. Et si on faisait les cons en ville surtout dans le secteur soviétique … direction obligatoire le « gnouf » … explications ensuite. Déjà cela en fait des souvenirs, sans parler de tout le reste … répondre aux alerte crash des avions civils, côtoyés un moment d’histoire parmi des allemands de l’ouest, de l’est, des américains, des anglais et des russes, … et tant d’autres choses.

        Le problème de notre grand penseur ci-dessus c’est cette affirmation de son cru « … ceux ci étant un signe de hiérarchie professionnel et non , social , … ».

        J’imagine que ses généralités de déconstruction des civilités le rehausse à un niveau qu’il doit avoir du mal à atteindre. L’irrespect utilitaire donc !

      • Clément dit :

        En tout cas chez les docteurs, c’est vue comme prétentieux de se faire appeler par son titre (en dehors des présentations formelles lors d’une conférence par exemple). C’est un peu une façon de crier au monde « j’ai un doctorat, j’ai fais 8/9/10 ans d’études, je suis intelligent ».

    • arnaud dit :

      @marc mora.

      Quand on ne comprend rien et qu’on ne sait pas, se taire évite de passer pour un incompétent ou pire. Lecointre commandait la compagnie au sein de laquelle la section a donné l’assaut au pont de vrbanja. Et il a commandé autre chose qu’un demi au bar comme vous.

      • Vinz dit :

        « la section a donné l’assaut au pont de vrbanja. »

        C’est dire le niveau guerrier de cette armée à cette époque, qui se rappelle encore cet assaut de section 30 ans plus tard et le monumentise au niveau du Chemin des Dames. Je dis pas qu’il n’y a aucun mérite, m’enfin l’armée française en a vu bien d’autres, avant et après.

        « A l’Est, rien de nouveau » aurait-on dit en d’autres temps.

    • Marensin dit :

      Une fois déchiffré votre sabir littéraire, il est manifeste que vous n’avez pas lu le récit de l’assaut du pont de Vrbanja ( ou alors très mal ). Parce que l’officier général que vous insultez a bien participé à l’assaut et l’a même dirigé, en prenant la place de son lieutenant sérieusement blessé au cours de l’action !

    • Amicaliste du 3 dit :

      @ Marc Mora
      La fin de votre intervention est un peu suspecte : il existe de nombreux documents et témoignages sur l’assaut de Vrbanja pour que personne ne puisse douter de la présence active de François Lecointre avant, pendant et après cette affaire.
      Des documents qui ne peuvent pas vous avoir échappé.
      Par conséquent l’on est amené à se demander ce qui vous motive à faire cette insinuation calomnieuse à l’encontre du CEMA.
      Vous allez certainement nous expliquer ça prochainement.

      • cadiran dit :

        Sans doute que le CEMA n’as pas reconnu les tres grandes qualités du calomnieux , un jour , quelque part ….:)

    • Marsouin dit :

      Ah oui, vous avez mal lu alors. Le capitaine Lecointre a organisé l’assaut avec le « jeune lieut » (lieutenant Heluin). Le capitaine Lecointre était en deuxième échelon lors de l’assaut et a pris la tête de celui-ci lorsque le lieutenant Heluin a été blessé. Deux des combattants serbes tués l’ont été par le capitaine Lecointre.

  22. Allobroge dit :

    « cette ignorance [ou indifférence?] » Sans doute un peu des deux mais aussi l’envie, le besoin, de rabaisser les militaires qui sont comme « chacun sait » des idiots galonnés , tournés systématiquement en dérision par les pseudos comiques qui hantent nos médias. J’attends avec impatience de voir un général qui remettra en place ces journalistes et autres chroniqueurs en direct ou qui ne leur répondra pas tant qu’ils n’auront pas fait preuve d’un minimum de politesse !

    • précision dit :

      Certains journalistes animateurs et autres chroniqueurs ne pèchent pas par excès d’humilité, mais je ne suis pas certain qu’ils s’en prennent plus aux militaires qu’à d’autres…

  23. Allobroge dit :

    Un militaire de par la loi est propriétaire de son grade ou de ses étoiles !La politesse n’a jamais fait de mal à personne. Imaginez le général du 18 juin qui se serait fait interpeller par un monsieur ou un « hé DE GAULLE que penses tu de …. » !

  24. Électeur dit :

    La méconnaissance est grande, mais elle n’est pas « de plus en plus grande ».
    Le personnel politique met depuis longtemps une sorte de « point d’honneur » à méconnaître l’armée parce qu’échapper aux rigueurs d’un véritable service militaire est un « must » dans certaines catégories sociales : affectation rapprochée (Sarko, Hollande) ou service dans la Marine, de préférence à l’état-major de Papeete ou de Nouméa.
    .
    De plus, l’interdiction statutaire faite aux militaires de fréquenter les partis politiques (pourquoi ?) n’est pas nouvelle.
    .
    Méconnaissance profonde, oui.
    Mais méconnaissance nouvelle non.
    C’est une méconnaissance structurelle qui résulte directement de notre système politique à bout de souffle.

    • Allobroge dit :

      Les militaires peuvent fréquenter tel ou tel parti mais ne pas faire état de leur qualité de militaire et ni porter leur uniforme. L’armée est apolitique, au service de tous et même de ses ennemis….

  25. Le sicaire dit :

    « Je suis exaspéré lorsqu’un journaliste s’adresse à moi en disant ‘monsieur’ alors qu’il donnera spontanément à tout avocat du ‘maître’ »

    Si cela suffit a « exaspérer » ce monsieur, cela en dit long sur la superficialité et l’arrogance de ce personnage. Mais je m’emporte, peut-être est-il simplement surmené ce monsieur, vu qu’il a « énormément travaillé pour devenir officier général »… 😉

    • Linguiste dit :

      @ Le Sicaire
      Critiquer sur le choix d’un seul mot dans une intervention orale et non écrite à l’avance, c’est une critique très superficielle. Il est vrai que « agacé » aurait été plus exact que « exaspéré ».
      Mais si c’est tout ce que vous avez à critiquer, c’est court et ça démontrerait plutôt la qualité de l’intervention du CEMA.

    • vno dit :

      Un jour, j’ai donné du » général » à Bigeard à une séance de dédicace … Il a souri et m’a sorti un truc du « genre les histoire d’un vieux con intéresse les marins ? ». Autre méthode, autre temps , il avait quelque chose d’envoutant !

    • aymard de ledonner dit :

      On peux le comprendre comme celà : de la prétention.
      Mais c’est peut-être de l’exapération devant le manque de culture mili du journaliste, un peu comme si un journaliste sportif intérogeait un joueur de tennis en lui demandant s’il s’était bien préparé pour gérer les corners….

    • Le sicaire dit :

      @Linguiste et @aymard de ledonner

      Je suis d’accord avec vous, de toute façon ce ne sont que quelques mots sortis de leur contexte. Mais j’aime bien taquiner les illustres en général… 😉
      Surtout pour qu’ils n’oublient pas que contrairement à ce qu’ils croient, le pouvoir rime avec devoir et non pas avec privilège !

  26. Raymond75 dit :

    Par contre le monde militaire a une connaissance profonde du monde civil et de la réalité de la vie économique qu’il subit plus qu’il ne vit ; j’ajoute aussi, à la lecture régulière des commentaires sur ce site, un profond respect des civils … Ne pas rire !

    Le service militaire que j’ai connu était un bon moyen de dégoûter les jeunes civils (masculins) du monde militaire, mais au moins on avait conscience qu’un jour, comme par le passé, nous pourrions être amenés à participer à la défense de notre pays. Au lieu de faire évoluer ce service militaire, on l’a supprimé, et confié la défense à un groupe de professionnels volontaires. On ne peut pas faire mieux pour couper l’armée de la nation, et considérer que la défense du pays ne concerne que ces professionnels … Pourtant, chaque guerre a montré que la résilience de la population et son courage étaient les éléments indispensables d’une fin honorable (prenons exemple sur les Britanniques pendant la deuxième guerre mondiale).

    • Félix GARCIA dit :

      Et mon grand frère, écolo-bobo de base (idéologiquement), à eu la chance de rencontrer le père du Commandant du Commando HUBERT, et après discussion avec lui, s’est trouvé à éprouver un sentiment de respect et d’admiration pour nos militaires. Depuis, les OPEX, l’armée, »toussa toussa », cela lui parait moins primitif et barbare, une façon de dire qu’il est un peu moins « Charlie » qu’avant.
      Comme le dit le Youtubeur Greg TOUSSAINT :
      « Pourquoi j’aime la France ? Parce-que j’ai appris à la connaître »
      De même avec l’armée.
      Et Vice et Versa !
      https://www.youtube.com/watch?v=ZTeqM5gciH8
      https://www.youtube.com/watch?v=4x2ptM1JzLM

      Sans tomber dans l’angélisme hein …

    • Vinz dit :

      (prenons exemple sur les Britanniques pendant la deuxième guerre mondiale)

      Très bon contre exemple, l’armée anglaise étant entièrement professionnelle avant rétablissement de conscription en 1939.

  27. radionucleide dit :

    s’il veut que le mode civil les appelle par leur grade, il serait peut-être nécessaire de simplifier et d’uniformiser…

    • arnaud dit :

      Pourquoi? Le monde civil simplifie et uniformise les appellations ?

    • dur de la feuille dit :

      ouais c’est un folklore à elle toute seule cette pyramide des grades de chaque armes
      pas une qui s’appelle pareil
      que ce soit Marine ,AA ou AT ou gendarmerie
      un vrai sac de Nœud de marin ,mais pas seulement car L’armée de terre a elle aussi son cirque entre l’infanterie ,l’artillerie et l’intendance …
      l’armée de l’air est peut être la plus simple de ce coté là car la gendarmerie avec ses maréchaux des logis je me marre quoi

      peuvent pas dire sergent comme tout dans les Bidasses et les Charlots

      les civils y’a que par ces films loufoques qu’ils savaient qu’il y avait des grades dans l’armée ,faut les comprendre les Pôvres !
      traumatisés par les Classes avant d’y aller
      oh…………………….. BICHETTE !

    • aymard de le donner dit :

      Oui enfin cest un peu compliqué dans la marine mais sinon appeler général un gars qui a des étoiles sur les épaules c’est à la portée d’un enfant de 5 ans…..
      Ensuite compter les barettes n’est pas insurmontable non plus.
      5 minutes de surf sur le net permettent à un journaliste d’identifier corectement un officier terre/air.
      Si le journaliste ne fait même pas cet effort, on peut penser qu’il n’a pas fait d’effort non plus pour acquérir un petit vernis de culture mili qui lui permettrai de comprendre ce qu’on va lui expliquer.

  28. Flac dit :

    En tant que civile, je trouve préoccupant de n’avoir aucune information sur le programme militaire d’un candidat

    • vno dit :

      Contacte ton ou ta député pour lui poser des questions concernant l’armée. Tu sera encore plus préoccupée.

  29. Thomas dit :

    Quand la Nation est en état avancé de désagrégation, il ne faut pas s’étonner que les civils se désintéressent massivement de l’armée destinée à la défendre et que l’écrasante majorité des jeunes n’envisage pas une seconde de faire carrière dans l’armée.

  30. Nexterience dit :

    J’ai fait les trois jours de la Nation; eh bien, il ne se disait rien d’utile dans leur présentation insupportable. C’était pourtant le but…
    Ça a peut être évolué depuis.

    • Électeur dit :

      Nexterience, les trois jours dont vous parlez sont une décision politique et les militaires ont dus, là encore, s’adapter à une décision politique pas très intelligente.

  31. Boch dit :

    Si ce que vous dites et vrai je m’excuse sincèrement.
    Mais comprenez moi au debut jai ecrit le commentaire et il ete affiché que pour moi avec la mentionn que il va etre publié après validation… En revenant sur la page il nete plus du tout je le écrit a nouveux il apparaît avec mention je quitte la page et je reviens apres un certain temp il n’est plus ni avec mention « en attente de validation… » Je ecrit a nouveau il me dis que j’ai envoyé deja le meme la je comprends que il na pas passé la validation et je commence a avoir de mouvaises pensée sur le moderateur et je lui ecrit… Dsl, excusé moi , j’ai constate a cause de disparition de message avec mention que il na pas passe la validation

    • @Dukon dit :

      Eh bien vous voyez il a été validé, il a été publié … et vous avez déjà eu les réponses à votre commentaire ridicule … mon p’tit Boch. « Mon » étant le diminutif de « Monsieur ». Si par contre vous être autre chose que « Monsieur », ‘tit Boch suffit.

      • Ah Ca ! dit :

        @Dukon

        Quelque soit alpha et à tord ou à raison….. après tout cela vous avez réussi à gagner votre pseudo: « Dukon le mal appris »

        Sincère Félicitation.

        • @Dukon dit :

          Ah ça … réponse du « private club » de la « bochitude » Corp

          SincèreS FélicitationS
          Dukon

  32. Vins dit :

    Pourquoi pas simplement « monsieur »?
    Parce que le monde militaire est hors des normes de la société. Ceux qui ont servi ou servent connaissent l’engagement quotidien, chaque jour et pour toute une vie, récompense de médaille que l’on doit s’acheter.
    Alors on ne demande pas d’augmentation, de vacances ou autre, juste la reconnaissance qui peut être un simple sourire, un bonjour, ou un début de conversation marque’ par notre grade.
    Un civil qui dira bonjour caporal, sergent mon lieutenant… même s’il se trompe, il aura fait preuve de reconnaissance envers l’uniforme porté.
    Juste ça qui donnera une grande force au militaire lors de ces prochaines missions.
    Quand au monde civil, c’est chaque jour que la plupart des militaires s’en inquiètent au travers des actualités, de leur famille…
    Les temps se gâtent, soyons soudés!!!!!

  33. Niko dit :

    -On demande rien: « les gens s’en foutent! »
    -On pose les vraies questions: « c’est secret/devoir de réserve »

    Faudrait savoir!

  34. précision dit :

    N’en déplaise à M Lecointre, même avec une certaine connaissance des choses militaires la question n’était pas tout à fait ridicule.
    Je sais bien que les locaux sur un porte avion sont plus réduits et les interactions plus nombreuse, mais si on réduit très fortement -voire à néant- l’activité du groupe aéronaval, alors la situation à quai ne semble pas nécessiter d’interactions très nombreuses entre membres de l’équipage. Vu le type de mission c’était envisageable – et c’est d’ailleurs ce que l’on a été forcé de faire une fois l’épidémie déclarée. Je doute aussi qu’un chef de char soit plus renseigné sur la vie quotidienne à bord du porte avion que le journaliste.

    Bref, si c’est l’exemple le plus inquiétant qu’ait pu trouver M Lecointre, alors ça me rassurerait plutôt sur la question.

  35. témoignage individuel dit :

    « Le général Lecointre déplore la « méconnaissance profonde » du monde civil de la réalité du métier militaire »

    Certes. Et c’est très fâcheux à différents titres.

    Origines ?

    Mon témoignage d’ancien sergent appelé, issu d’une famille civile, nourri par moi-même au Schöndorffer (RIP).
    Resté très « militariste » (moins l’institution que les compétences s’il faut discerner …).

    Du côté civil :

    <- imbécillité vengeresse du monde civil. En vengeance de ce qui fut connu durant le service national. Le gros con d'adjudant-chef bedonnant et caractériel ne jurant que par le "à l'ail", on le méprise en méprisant à vie son métier. Confusion regrettable.

    <- temps de paix ne nécessitant pas de s'intéresser au métier des armes (attitude très imprévoyante d'ailleurs). Pourquoi apprendre / côtoyer quand on croit ne pas avoir besoin personnellement ? Délégation irresponsable de prérogatives et compétences fondamentales à l'être humain.

    Du côté militaire :

    <- morgue fréquente et insupportable. (quelle origine ?). Dissuade le contact.

    <- culture du secret jusqu'à l'imbécilité (je connais 3 officiers qui refusent mordicus de parler de certaines disciplines guerrières ou annexes aux civils … disciplines que les meilleurs militaires, les plus motivés, les plus ouverts d'esprit et donc le plus compétents, viennent justement apprendre / améliorer dans le civil … Exemple non exhaustif : un d'entre eux refuse sous motif de secret / confidentialité sur les matériels de l'AF destinés à arrêter une hémorragie. C'est à hurler de rire ! )

    > majorette bien dressée …)

    « Peut-être » avons nous à (ré-) apprendre d’autres sociétés, où il n’y a pas ce clivage entre militaires et civils … Israël ?
    « Peut-être » avons nous à nous « bouger » individuellement pour estomper ce clivage ?
    Et laissons les cons s’enterrer frileusement et ombrageusement dans leurs tranchées …

  36. témoignage dit :

    troncature de mon texte lors de sa mise en forme par le site ? Je verrai après validation.

    après « à hurler de rire !, lire :

    > majorette bien dressée …)

    « Peut-être » avons nous à (ré-) apprendre d’autres sociétés, où il n’y a pas ce clivage entre militaires et civils … Israël ?
    « Peut-être » avons nous à nous « bouger » individuellement pour estomper ce clivage ?
    Et laissons les cons s’enterrer frileusement et ombrageusement dans leurs tranchées …

  37. témoignage dit :

    apparemment, il y a un pb de mise en forme. Même le rectificatif se trouve amputé.

    Dernière tentative : après « à hurler de rire, lire, en point supplémentaire :

    l’institution semble plus importante que les compétences. La couleur différenciée du galon d’adjt-chef entre différentes armes, la distance réglementaire pour saluer, la façon de donner du « mon général », semble plus importante, plus mise en avant que les compétences fondamentales et techniques.
    (j’aime les traditions qu’on ne s’y trompe pas, mais entre faire un salut impeccable, appeler mon lieutenant un adjt-chef de cavalerie et bien tirer, maîtriser le camo et les G.E.S., s’il faut choisir … le choix est fait … Le guerrier >> majorette bien dressée …)

    « Peut-être » avons nous à (ré-) apprendre d’autres sociétés, où il n’y a pas ce clivage entre militaires et civils … Israël ?
    « Peut-être » avons nous à nous « bouger » individuellement pour estomper ce clivage ?
    Et laissons les cons s’enterrer frileusement et ombrageusement dans leurs tranchées …

    • Czar dit :

      c’est vrai qu’il est mili, après l’ordre, il a eu le contre-ordre, puis l’annulation du contre-ordre…

      • PK dit :

        Faire et défaire, c’est toujours du travail !

        Tout à fait d’actualité dans la société civile, en particulier dans le privé (cf. l’informatique et les SSII, de grands spécialistes !)

  38. Pierre dit :

    Tout ceci ne révèle jamais que l’état de déliquescence de notre pays. Armées, sécurité, justice, économie, éducation, industrie, artisanat, commerce, culture, agriculture, pêche, culture, santé, retraites, etc… Donnez moi donc quelque chose qui marche encore aujourd’hui en France ?
    Pourquoi en serait il différemment des Armées ?
    On a là l’impression que F. LECOINTRE a passé toutes ces années sur son petit nuage, sans voir les réalités de la société autour de lui.
    Appelez moi « Mon Général » ?
    Malheureusement, il nous donne là l’impression d’un coureur du Tour de France, franchissant bon dernier la ligne d’arrivée et s’étonnant, le public étant parti depuis longtemps, de ne pas être reçu par de chauds applaudissements.
    Oui, les Français, ou ce qu’il en reste, aimeraient, plus que jamais, pouvoir compter sur un vrai CEMA, histoire de remettre la locomotive sur ses rails, et il est plus qu’urgent d’organiser le débarquement.

  39. Guichard dit :

    Susceptible le garçon!

    Quand on s’adresse à lui et que l’on est civil , c’est « Général » ou « Monsieur », point barre!

  40. REALISTE dit :

    Cette méconnaissance est probable. Il me semble qu’elle est symétrique. Combien de militaires connaissent l’industrie, le commerce, l’agriculture , les arts ?

  41. Raymond75 dit :

    « Je suis très heureux d’être appelé par mon grade. C’est une belle reconnaissance, car on ne devient pas général ou amiral d’un claquement de doigts. En quarante ans de carrière, j’ai énormément travaillé pour devenir officier général, j’ai assumé et assume encore des responsabilités lourdes » !!! Bravo général, vous êtes grand.

    Pour un civil, devenir ingénieur (éventuellement en cours du soir), progresser pour exercer des responsabilités, vouloir améliorer son savoir faire, se former à une nouvelle qualification après que votre entreprise ait été délocalisée dans un pays qui fonctionne sans droits ou presque, concilier les charges d’une vie professionnelle et d’une vie familiale dans un environnement économique où la seule certitude est l’incertitude perpétuelle, c’est vachement fastoche !

    Je vous appellerai ‘général’ (et pas MON général car vous êtes UN général) lorsque vous vous adresserez à un civil en disant ‘Monsieur l’ingénieur, le technicien, le plombier, Madame la caissière, ingénieure, la technicienne, la professeure, la directrice, etc) … mais je comprend votre difficulté :les civils ne transforment pas leurs vêtements en affiche, et n’épinglent pas leur CV sur leur veste. Ils ne reçoivent pas non plus de médailles automatiques après chaque affectation : c’est plus difficile à identifier.

    • Marensin dit :

       » Ils ne reçoivent pas non plus de médailles automatiques après chaque affectation  »

      Difficile d’e trouver plus con !

    • PK dit :

      « Je vous appellerai ‘général’ (et pas MON général car vous êtes UN général) »

      Tiens, encore un ignare qui étale son ignorance.

      Il vaut mieux se taire et passer pour un con plutôt que de parler et de ne laisser aucun doute sur le sujet. (dixit un grand anti-militariste).

  42. Edouard dit :

    Le plus inquiétant n’est il pas que nos décideurs et ceux qui « jouent » avec le budget de l’Armée n’ont aucune connaissance de son fonctionnement.
    Sans parler de « je suis votre chef » par quelqu’un qui, militairement parlant n’a aucune connaissance.
    Avant de dire qu’on est le chef, il faut savoir montrer ce qu’on vaut.

  43. Royaliste dit :

    En gros, pour ce général, ce sont les civils qui sont coupables d’ignorance. Mais remets-toi en question mon général, ta caste s’appelle la Grande Muette. On fait comment pour vous comprendre ? On est pas cartomanciennes !

    En France, le sentiment patriotique est interdit par la république (c’est facho). Si tu veux qu’il y ait une synergie civile-militaire, va falloir t’affranchir de tes donneurs d’ordre (politiciens) mais comme tu dois sûrement barboter dans les mêmes loges qu’eux, ben c’est mort donc arrête de faire ta pleureuse.

    « dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes » (Bossuet).

    On s’intéressera au monde militaire quand celui-ci remplira sa mission. On paye des impôts pour que vous puissiez porter les armes et nous protéger. Vu l’explosion du nombre d’agression au couteau, c’est dans l’hexagone que l’armée devrait être déployée. Après ce n’est peut-être pas la population que vous avez pour mission de protéger et dans ce cas, il ne faut pas vous étonner que les civils n’en ait rien à branler de vos galons.

    La seule question qui ait de l’intérêt :
    Les militaires servent-il la France (peuple) ou la république (politiciens) ?
    Précision : les politiciens sont contre le peuple.

  44. jean-pierre VUILLEMOT dit :

    Bonjour,
    ce manque de connaissance du milieu militaire n’est pas nouveau et tient à des notions de travail et un état d’esprit différents. J’ai le souvenir d’une campagne avec le CNRS, en 1972 alors que j’étais chef de poste radar. Lorsque le responsable annonçait le début du travail à 8 heures, nous, militaires, étions présents sur le site dès 7h30 pour que notre radar, qui avait besoin d’un temps de chauffe, soit opérationnel à 8 heures, ce qui n’a jamais manqué Les civils du CNRS commençaient à arriver à partir de 8 heures et commençaient à travailler quand leur matériel devenait opérationnel.
    Deux mondes qui se cotoyaient et qui n’avaient pas les mêmes valeurs! Ça ne porte pas préjudice en temps de paix, qu’en serait-il si un conflit survenait? Quid des décideurs?

  45. Philippe Cabrera dit :

    Merci Monsieur Chirac d’avoir aboli le SN. On voit le résultat aujourd’hui. Donnez leur des tablettes, le RSA et du sheet. Avec ça, la France avance. Prions le ciel, qu’il n’y ait pas une guerre. Et surtout ne comptons pas sur les jeunes pour nous défendre. Courage, fuyons. Moi, je sais encore me servir d’un PM MAT 49 . j’ai 66 ans et 12 mois de SN.

    • Donald dit :

      De mémoire … tir au jugé 40m, rafale courte 3/4 cartouches, visé jambe droite pour contrer le déport de l’arme lors du tir et apnée inutile avec le PM.

      Vous vous rappelez comment le démonter, le nettoyer et le remonter ? 😉

    • Le sicaire dit :

      Attention Monsieur Cabrera, on devient un « vieux con » quand on pense que c’était mieux avant… A 66 ans vous êtes encore trop jeune pour ça !
      Je vous suggère même d’apprendre à utiliser le HK 416 ou le Famas car les MAT 49 doivent commencer à ce faire rares.
      L’avantage de votre âge, quand même, c’est que vous avez peu de chance d’être mobilisé. 😉
      Quant aux jeunes, ils seront comme les générations précédentes, ni pires, ni meilleurs !

      • PK dit :

        Vu que l’armée a encore des stocks de 24/29 (qui n’équipaient plus que la gendarmerie il y a… longtemps encore), et que les MAT équipaient encore certains GM il n’y a pas si longtemps, je suis sûr qu’il y a encore du stock dans les dépôts.

  46. Raskolnikov dit :

    Bien qu’intéressé par la chose militaire (comme en atteste ma présence – régulière – sur ce bog), en tant que civil, je trouve normal de ne pas maitriser les grades de l’armée française et encore plus de ne pas reconnaitre le rang d’un militaire lorsque j’en crois un. Il me semble exagéré pour un militaire d’attendre des civils de le nommer par son grade. A titre personnel, j’exerce la profession d’avocat et trouverais déplacé d’être appelé « maître » en dehors du cadre professionnel (ce qui n’arrive au demeurant jamais).

    • tschok dit :

      C’est vrai qu’au départ le général parle d’une méconnaissance « profonde » des civils pour le métier militaire ET la guerre, qu’il illustre en évoquant la méconnaissance des grades par les civils, ce qui semble assez superficiel.

      Alors qu’en fait les gens savent qu’il y a des généraux, des colonels, des capitaines, des sergents, etc. Mais ils ne savent pas nécessairement les situer dans une hiérarchie ni reconnaitre le signe qui marque le grade. Et puis en plus, c’est compliqué et ça change d’une arme à l’autre.

      Donc, effectivement, il y a un hiatus dans ce qu’il dit: on s’attend à ce qu’il délivre une vérité profonde, puisqu’il évoque une méconnaissance profonde du métier militaire et de la guerre, mais arrivée là il ne parle que de quelque chose de très superficiel: la non-identification de son grade par un civil ou l’ignorance d’un journaliste spécialisé en matière de santé à propos du fonctionnement d’un porte-avion en situation d’épidémie.

      La vérité profonde qu’il voulait délivrer n’est peut-être pas encore tout à fait prête.

      • Ah Ca ! dit :

        @Tchock

        Bravo pour le cirage.. nous devez être psychologue de formation, non ?

        Au contraire de vous j’ai de fortes impression que la vérité profonde… il n’est pas capable de la regarder en face, il ne la connaitra qu’a sa dernière bouffée d’air….

        C’est un incapable sentimental qui n’est pas à sa place. Il est trop cul cul pour être un homme bien… décent oui mais pas un homme bien.

        • tschok dit :

          Pas psy pour un sou.

          Les mots et les phrases quand le tout fait parole.

          Donc là vous jugez un type en prenant un ascendant. L’aspect psy qui porte sur le pourquoi je m’en fiche. Je regarde le comment vous le faites.

          Chuis un mec basique et laborieux.

          • ScopeWizard dit :

            @tschok

            Encore à dire des conneries ?

            Parce que le gars qui reçoit ou questionne ce général est assez « léger » pour ignorer son grade et comment il convient de s’ adresser à lui en fonction dudit grade ???

            Hé bé , permettez moi de vous dire que pour un prétendu journaliste dont la mission est soit-disant d’ informer ceux qui ne savent pas , il est particulièrement branleur ……….. c’ est pourtant son boulot !

            Au minimum , à défaut de son cursus éducatif qui visiblement était aux abonnés absents , sa « hiérarchie » aurait dû le préparer .

            Quant au fait qu’ un chroniqueur médical en soit à ignorer à ce point la différence entre la vie à bord d’ un navire de plaisance fait pour que l’ ensemble des passagers soient les plus « confort » possible , et la vie à bord d’ un navire de guerre qui n’ est que très partiellement et de très loin étudié pour réunir ces mêmes critères , ce que n’ importe quel gamin savait encore il y a peu , excusez-moi mais là aussi bonjour l’ incompétence !

            Et oui , n’ oubliez pas que ces mecs qui sont de surcroit particulièrement bien rémunérés pour ouvrir leur gueule sur les plateaux TV , parlent en connaisseurs de sujets qu’ ils sont en principe censés maîtriser ……………
            Comment dans ce cas leur faire confiance lorsqu’ ils se révèlent à ce point « déconnectés » au même titre que nombre de politiciens qui ignorent pratiquement tout de la vie des « vraies gens »……………

  47. breer dit :

    Il ne faut pas s’étonner, depuis 40 ans les mentalités et idéologies qui sévissent dans tous les milieux sociaux, que ce soit de l’enseignement, de l’éducatif, ou même dans les familles bobos ne sont pas favorables à l’esprit militaire : rejet de l’autorité, rejet de la discipline, rejet des contraintes et des obligations, éloignement de la famille, recherche de la facilité et de l’amusement jouissif comme priorité. Plusieurs articles nous ont démontré que beaucoup de ceux qui s’engagent, ne restent en fait que 2, 3 ans, et sans doute pour ces mêmes raisons.

  48. breer dit :

    Raymond75, l’exemple britannique en 39-45 !!!!! ça fait 75 ans, vous ne suivez pas trop les changements des mentalités des générations successives depuis les années 70…

  49. fond de gorge dit :

    bandes de p’tits salopards je te ferais casser des cailloux sur les routes à tous çà moi …frait moins le malin et moins d’envie de nous gaver avec du RAPP

  50. Ploufff dit :

    Nos chefs politiques (en tête le PR) commencent à être une génération qui n a pas eu le contact militaire via le SN. Ce n est pas de leur faute mais ça risque de poser quelques soucis pour comprendre la boutique. Vous me direz ils peuvent être auditeurs de l IJEDN mais encore faut-il que cela les intéressent.

  51. Piliph dit :

    « Je suis exaspéré lorsqu’un journaliste s’adresse à moi en disant ‘monsieur’ alors qu’il donnera spontanément à tout avocat du ‘maître’ ».
    « Héros » dans sa jeunesse, mais un peu ridicule dans ses vieux jours.

  52. philbeau dit :

    Connaître le monde militaire ? un seul moyen : être confronté au moment de vérité , celui où compte le courage physique . Le français d’aujourd’hui est le produit d’une génération perdue, celle de mai 68 , qui a enfanté des enfants gâtés , pour la plupart encouragés par leurs parents à privilégier des professions de gratte-papiers fonctionnaires , les mêmes professions totalement noyautées par la gauche et l’extrême-gauche à l’idéologie anti-nationale , habillées du terme pompeux de « révolutionnaire » qui ne veut rien dire du tout . Ces imbéciles heureux se croient encore les héritiers de Mao ou de Fidel Castro , on a bien un Mélenchon qui porte aux nues un Maduro qui a détruit son pays ….Ajoutez à cela l’entrisme de l’idéologie mondialiste (et donc anti-nationale) dans les écoles de commerce et les formations bac +++…(5 ,6 , 8 ? …) que suivent beaucoup de rejetons de français moyens , et donc d’électeurs potentiels , et vous avez le cocktail politique qui nous est servi actuellement , avec les brillants résultats qu’on obtient tous les jours dans la société française …
    Une chance que le pays se resaisisse ? aucune , sauf crise majeure , ce qui est l’hypothèse la plus plausible , à force …
    Après , quand on regarde ailleurs , vous avez bien les Suisses (si , si ,les Suisses ) , dont le parti socialiste essaye de démontrer au placide citoyen hélvétique qu’il n’a pas besoin d’une armée de l’air , voir d’une armée tout court…
    Les mêmes malades mentaux…

    • tschok dit :

      @Philbeau,

      La Suisse, c’est particulier, c’est une ile terrestre: c’est la seule ile au monde qui se trouve au milieu des terres.

      Si l’Europe était un 33 tours, la Suisse serait son pivot central. Et toute la partie en vinyle ne serait constituée que de pays amis ou alliés: les Suisses vivent dans une sorte de bulle amicale. Difficile dans ces conditions d’imaginer une guerre.

      Les Suisses ne sont pas débiles, simplement, penser la guerre leur demande un effort d’imagination qui les amène au seuil de la fiction: pour eux, la guerre est aussi fictionnelle que la rencontre du troisième type. Et pour la rendre un tant soit peu réelle, il leur faut mobiliser les ressources de leur histoire, qui est un passé révolu, comme toute histoire.

      En fin de compte, il leur reste quoi pour justifier une armée? La tradition de neutralité. En l’absence de tout ennemi, allez construire une volonté militaire sur une tradition de neutralité. Bon courage.

  53. MERCATOR dit :

    J’aime mon pays,je ne devrais pas, car il m’a rien donné en retour, mais bah, c’est mon caractère un peu chauvin qui fait que les larmes me montent aux yeux lorsque j’entends les notes de notre « Marseillaise  » mais j’ai un grand mépris pour les officiers supérieurs où autres officiers d’état-major,il faut dire que depuis 1871 ils ont fait fort,des boutons de guêtre de 1870 , aux pantalons garance de 1914, de la ligne Maginot de 1940, aux cagnas de 1954 trop minces de Dien bien phu , de la débandade Algérienne de 1962 et le massacre des civils pieds noirs oranais ( eh oui, toujours au fond de ma gorge) ce ne fut qu’une longue litanie d’incompétence criminelle , rattrapée souvent glorieusement par la piétaille , les sous-officiers et officiers subalternes au prix de morts et blessures terriblement invalidantes.

    • revnonausujai dit :

      ouah, la démagogie en marche toute, sans même parler des assertions erronée et des bouteillons !
      contrairement aux administrations civiles, on ne peut pas être officier supérieur sans avoir été auparavant officier subalterne.
      Les glorieux officiers subalternes deviendraient subitement nullissimes en accrochant une ficelle supplémentaire ? Ah ben dis donc , là une fois, patron !

      • MERCATOR dit :

        @REVNONAUSUJAI

        Vous vous foutez du monde , ou vous êtes plus bête que vous ne le pensez comme si vous ne saviez pas la différence entre les officiers sortis du rang et ceux pistonnes qui ont fait l’école de guerre, comparez un guerrier et un traineur de sabre d’antichambre, un Bigeard et un De Villiers, un qui n’a entendu que les détonations de bouton de champagne et l’autre les sifflements de balles .

        Quant aux assertions erronées , j’attends vos remarques argumentées ,et je me ferai un plaisir de vous démontrer leur justesse .

        Pour vous aider quelques pistes, le déclenchement de 1870 ,maréchal Le Boeuf , défaites de 1914 ,pantalon rouge ,charges a la baïonnette ,mitrailleuse, limogeage des généraux . Défaite de 1940 , manœuvre Dyle, ligne Maginot non terminée pour ne pas froisser les Belges, Foret des Ardennes infranchissable,1954 Dien Bien Phu, fixation de Giap dans une cuvette indéfendable, abris fait en contre plaques, tirs de contre artillerie inopérants sur des canons viets non repérés,et cerises sur le gâteau, Algérie ( j’y etais) gagnée par des guerriers , perdue par des traitres !

        • revnonausujai dit :

          allons y !
          – sortis du rang, Lecointre ( Yougo) ,Poulet, Dary, Gausserés, (Kolwezi), tous au feu brillamment, tous brevetés, tous devenus généraux.
          – comparer l’armée française à l’armée allemande en 1870, 1914 et 1939 va exactement dans le sens contraire à vos délires prolétaires; le corps des officiers allemands ne se recrutait que par les cadets et les kriegakademies, le recrutement rang étant totalement marginal ( feldwebelleutnants); de plus, le rôle des officiers brevetés( qui constituaient l’élite des officiers) était essentiel dans la conduite des opérations allemandes. C’est même à l’imitation des Allemands que l’Ecole de guerre française a été créée après 1870 !
          – 1870; c’est la chambre des députés qui a refusé crédits, augmentation des effectifs d’active et création d’une réserve entraînée à Napoléon III et au maréchal Niel par opposition politique à l’empereur
          – pantalon rouge: la aussi c’est la chambre des députés qui a exigé le maintien de l’uniforme traditionnel ( « le pantalon rouge , c’est la France ») alors que l’armée procédait à des essais de tenue moins visible depuis 1906 ( tenue « boer », tenue gris bleu, tenue réséda) toutes refusée par les parlementaires par ce que même pour changer le modèle du sac à dos , il fallait un vote parlementaire !
          – toujours le pantalon rouge: les fantassins vétus de pantalons bleus ou gris bleus ( chasseurs à pied, coloniaux) ont eu des pertes équivalentes à celle de la biffe métro; pertes importantes car ils étaient à l’offensive contre des Allemands qui les attendaient; quand ce sont les Allemands à l’offensive qui se sont heurtés à des Français en défensive (la Marne), ce sont eux qui ont morflé !
          – limogeage des généraux: ben oui, les promotions des généraux sont une décision politique gouvernementale et depuis 1906, la racaille politique socialiste et franc maçonne au pouvoir nommait les généraux sur des critères politiques en excluant les « malpensants », ce qui ne conduisait pas nécessairement au meilleur choix.
          -1940 Ligne Maginot non terminée: vous pensez sérieusement que c’est une décision militaire et non pas politique et diplomatique ?
          – Manoeuvre Dyle , Ardennes vrai que ça pèse sur Gamelin, généralissime choisi envers sa docilité envers le politique, au détriment d’officiers nettement plus « punchy »
          – Indochine: guerre ingagnable, la France n’étant même pas capable de se définir des buts de guerre, ni d’alimenter en moyens le CEFEO. DBP Il y a eu des erreurs d’appréciation, mais pas forcément là où vous le dites. ce n’est pas Navarre qui fixait la profondeur des abris; si le sergent de base avait pensé ne pas être protégé, il aurait fait un peu plus creuser ses gars et lisez donc les témoignages des anciens ( Pouget par exemple), avant le 13 mars, du colonel au 2° classe , tout le monde souhaitait l’attaque viet par ce que tout le monde était persuadé que ceux-ci allaient se faire laminer; alors le choix des généraux parmi les caporaux, vous repasserez !
          -Algérie « gagnée par des guerriers , perdue par des traîtres ! » ah, le lâchage de l’ Algérie, c’est pas une décision présidentielle et gouvernementale plutôt que militaire ? entre parenthèses, les généraux et officiers supérieurs qui, à tort ou à raison, se sont révoltés contre cet abandon provenaient largement des écoles militaires.
          Pauvre type aigri qui fabrique des explications fantasmées à ses déconvenues !

        • revnonausujai dit :

          addendum
          C’est par ce que sa démission est le premier signe ostensible de la mégalomanie et de l’inadaptation au job du freluquet que vous haïssez de Villiers ?
          méfiez vous, Benalla va mettre sa main dans la culotte d’un zouave sorti du rang ; s’il fait ça aussi délicatement qu’à la Contrescarpe, ça va faire mal!

    • Donald dit :

      Quelle romance ? En gros vous êtes français et vous vous pissez dessus. Que d’eau, que d’eau … et en plus vous avez oublié Crécy, Azincourt, …

      Cousue de fil blanc votre « technique de camisole mentale ».

      • MERCATOR dit :

        @Donald

        Vous, allez honorer Daisy Duck ,même si ce n’est pas la chose la mieux partagée chez les Roastbeef comme l’a dit fort justement une ancienne premier ministre et laissez tranquille les grandes personnes « Mind your own business »

        • Donald dit :

          @Mercator
          Amusant 😉

        • Donald dit :

          @Mercator
          Dame Daisy vous passe son bonjour. Elle me dit être sensible à vos habituelles pleurnicheries … 1870, défaites de 1914, 1940, Dien ben Phu, Alger ….

          Avec tout cela elle pense qu’on aura du mal à s’en sortir et instaurer un esprit « combattant » avec les sempiternelles rengaines défaitistes. Etre vigilant, impliqué, engagé très bien … être défaitiste pas très intéressant « your businness ».

          On peut comprendre qu’il est difficile d’être non conformiste en restant constructif. De la à faire table rase de tout … c’est un programme utile à plusieurs « chapelles ». A l’école militaire j’ai rencontré des personnes qui allaient ou revenaient d’opérations.

  54. Chaps dit :

    En même temps, la réponse de monsieur le Général au journaliste est bien « militaire » : pas de contenu rationel mais de l’autoritarisme du grade.
    Y a pas de chambres ni de portes dans le porte-avion?..
    Surtout quand l’enquête de commandement qui a suivi a signalé une non-prise de conscience suffisante du risque et le manque d’initiative.
    Ensuite, le CDG a été déclaré apte a gérer une épidémie après son arrêt grâce à de petites modifications.

    Faut donc aussi que les militaires apprennent à parler, à expliquer le pourquoi du comment et pas simplement « le chef a dit donc c’est la réalité »

  55. Débris dit :

    Ayant quitté l’institution depuis 25 ans, je n’ai pas connu les usages en cours mais je me souviens d’un lieutenant qui s’adressant aux jeunes recrues en ces termes : « Appelez-moi par mon prénom » et devant les regards ébahis, il poursuivait « Mon prénom, c’est Mon Lieutenant ». Amusant et efficace !

  56. Pessimiste pragmatique = optimiste dit :

    Je me trompe ou dans ses périodes les plus troublées, notre pays, comme d’autres, a vu s’estomper le clivage entre militaires et civils ?

    … par la force des choses …

    à nous d’être intelligents et de ne pas être complices de notre retard et de notre inadaptation …

    Je mets en regard le civil qui n’a aucune compétence « militaire » et la série d’attentats, crimes et méfaits que connaît notre pays.
    Tu ne sais pas faire face = tu ne sais pas intervenir lors de l’égorgement + éventration des deux jeunes femmes à la gare Saint-Charles, Marseille.
    Tu ne sais pas porter secours = tu vois des victimes du Bataclan se vider de son sang devant toi qui reste interdit, avec des secours professionnels (eh, merci les gars pour votre boulot !) qui manquent de bras et de matériel devant le nombre de victimes.
    Tu ne sais pas patrouiller = tu pleures devant tes chevaux mutilés ou tu te prends un coup de serpe.

    Au boulot les gars … civils et militaires, si tant est que demain on ait encore le luxe de s’interroger sur et de cultiver pareilles différences à l’avenir.

    (Qu’on se comprenne bien : ma sympathie aux victimes et à leurs familles, au secours, aux forces de police et militaires … je ne fais qu’exhorter à récupérer, à ré-intégrer nos compétences ancestrales et naturelles pour nous durcir face au merdier, pour augmenter nos chances face à lui).

  57. Aldo dit :

    Je profite que tout le monde vide son sac pour poser une question qui me travaille depuis longtemps: Comment se fait-il que dans la Marine Nationale le commandement d’un bateau peut-il être confié à un officier qui pendant toute sa carrière a été pilote de chasse ?
    On pourrait croire qu’une longue expérience de la mer était nécessaire. Je ne sais pas si un pilote de ligne pourrait se retrouver pacha d’un transatlantique ou de l’Abeille Flandre ? Que l’on m’explique.

  58. Badaboum dit :

    Tout ceci est à largement relativiser :
    Les militaires ont une méconnaissance tout aussi profonde des administrations civiles ;
    Aucun ministère n’a de toutes façons de culture interministérielle ;
    Après 5 ans de Sentinelle, personne ne sait lire les grades de la police.

  59. Ron7 dit :

    Méconnaissance profonde n’exclut pas profonde reconnaissance…
    .
    Déjà, au fait , l’armée c’est quoi !
    Des hommes qui portent l’uniforme, en première lecture !
    Des hommes qui ont droit au respect de par leur obligations de « Servir » !!
    L’armée, ce n’est pas le club Med ! C’est se mettre en danger pour la Nation ! La protéger !
    Le samedi, on ne part pas en weekend quand on est dans un sous-marin par exemple! Et, sur le terrain, on peut mourrir en opération ou être blessé gravement et se retrouver invalide bien évidemment.
    Du respect que diable !
    Ceux qui sont « partis », ont droit à la même reconnaissance, ils verront pas grandir leurs familles, leurs enfants !

    Le grade a sa raison d’être, commencer par « Mon Général » en commençant sa phrase, moi, je n’y trouve rien à redire ! Alors, certes, il y a bien des esprits chagrins qui ne seront pas d’accord, et bien ça ne me dérange pas !

    L’armée… des codes, des attitudes, des méthodes et une logique de fonctionnement ! L’armée, c’est un métier !!

    Et l’homme qui arrive au sommet comme le Général Lecointre, ou son prédécesseur le Général Pierre de Villiers…
    a de quoi être fier, et ça se comprend !
    Le Chef d’Etat Major de Armées (CEMA) est-il suffisant et/ou arrogant quand il donne le ton… Non,bien sûr !
    « « Je suis très heureux d’être appelé par mon grade. C’est une belle reconnaissance, car on ne devient pas général ou amiral d’un claquement de doigts »

    Bon, c’est un peu long, mais tout est dit ! Pas de place au hasard, il faut des qualités et un parcours pour y arriver au sommet !

    Arriver… et arriviste, deux mots… qui ne partagent pas grand chose !
    Parce qu’il y en a qui y pense à y être au sommet, et « pas seulement en se rasant »
    Et un politique arrive sur talonnettes, l’ego est grand, ça on le sait !

    Enfin, puisqu’on parle de grade, moi, je crois, qu’il y en a au moins un qu’on pourrait « dégrader »…
    Il a été au sommet, et – on le sait – il a triché pour arriver, s’est servi de son poste pour des choses pas très avouables !
    Alors, puisqu’on ne peut rien faire, ou presque, alors que le faisceau de présomptions est « conséquent »!
    Diviser par 2 sa retraite dorée, je crois que c’est légitime avant qu’il soit jugé !
    Parce que M. Paul Bismuth (De Nagy Bocsa ) , nous a coûté cher quand il était Président ; Et, il nous coûte toujours cher au quotidien !
    https://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/05/08/20002-20170508ARTFIG00056-combien-gagne-le-president-de-la-republique.php
    ______
    Alors le Politique qui ne connait rien de la « chose » militaire, il y en a ! L’inverse est sans doute vrai, mais là attention, on temporise !
    Le militaire est rompu à certaines pratiques ! De l’analyse, de la logique, du raisonnement, puis au final on réagit avec une ou plusieurs actions !

    Si on regarde le cafouillage « Covid » du début de l’année ! C’est édifiant !!

    Alors faut-il dégrader ou sanctionner les maladroits-incompétents au sommet !!
    COVID 19 : Sur le tableau tous les voyants étaient… Aïe ! Panne de courant, ni vert ni rouge, les voyants n’étaient pas allumés !!
    Bon fini de rigoler !

    Suite, loupé majeur.. et on se réveille ! Que font les autres pays !
    Ils ont des masques… Ah, pas tous !
    Pas tous ! Bon, c’est moins pire !!

    Et c’est parti, quand faut y aller… Allez Go, on va faire un show, on ne lésine pas, on ose…
    Certains « au sommet » nous baladent avec de belles phrases !
    Et, on reconnaitra Sybeth…
    Pour l’épisode « Covid et les masques » : Utile ou non ! « Stop ou Encore » ?
    On continue !?
    Alors on meuble ! De la com « très moyenne »!
    Là, j’avance masqué, bien ; Euh, Sybeth, il fallait peut être se faire porter pâle ? Plutôt que de raconter des conneries ? On n’avait pas de masques, bein non !
    Ah, au fait, ils « t’ont » dégagé ! Bien, il était temps ! De l’inertie parfois avant de prendre des décisions pas si difficiles !
    ____________
    COVID 19 : Une chaîne de commandement déficiente ou pire !?

    Alors, je ne sais combien d’étage a la fusée, mais qu’il y a eu dysfonctionnement…
    J’espère qu’il mettront des militaires pour analyser ce fiasco, parce que nos cher énarques « au sommet », ont été un peu aveugles !
    S’ils analysent leur fiasco, et font un dossier on pourra le mettre à la poubelle ! Ce sera bien écrit, avec de belles phrases et de la couleur, et c’est tout !
    Inconséquent peut être, mais pas coupable !
    ________________
    Retour à « nos militaires » !
    On nous dit parfois que nos militaires (vu de l’extérieur) sont des professionnels !
    Alors, je suis mal placé pour commenter, alors …
    Alors que dire, « au sommet » de l’Etat… Est-ce qu’on manque de militaires !??
    On a, au sommet, une caste de gens suffisants et arrogants, qui sortent (parfois, souvent ??) de grandes écoles qui ne m’ont pas convaincu lors de la gestion de la crise COVID !
    Des amateurs payés très chers !
    Vivement qu’on ait au sommet un Militaire, un vrai qui mette de l’ordre en redéfinissant toutes ses technostructures !

    il y a du boulot !
    https://www.lepoint.fr/politique/on-met-un-pognon-de-dingues-a-multiplier-les-metastases-bureaucratiques-10-09-2020-2391262_20.php
    _____
    Enfin, comme on parle un peu (beaucoup ?) « armée », on peut avoir une réflexion sur la chaîne de commandement,
    ce serait bien pour certains « politique » de regarder, ou lire, enfin d’utiliser au mieux 2 livres très intéressants !
    « Qu’est ce qu’un chef »
    ou encore
    « Servir »
    de…
    Du Général Pierre de Villiers (Il est Général et j’insiste)

    Alors, peut-on, le faire revenir dans le jeu, pour faire un boulot, que les autres ne peuvent pas faire !
    Les politiques tous seuls peuvent-ils réformer le système ? Non, ils le font perdurer, bien évidemment !
    _____________________
    Rêvons un peu…
    Général Pierre de Villiers Président en 2022 ??
    Mettre de l’ordre quelque part, il sait faire ; Définir des objectifs, planifier, acccompagner, suivre… Trancher !

    Et 6 mois d’armée pour les énarques ! Ils sont sur leur nuage, leur faire toucher le sol au quotidien, c’est quelque part un devoir de leur rendre ce service !

    ____________________

    Sybeth ! On décompose, ou non les syllabes 😆
    Merci Sybeth ! Oh, tu n’étais pas la seule à jouer, mais pour moi tu as gagné !! On a bien ri avec le Kébab et le Homard ! J’ai mis des majuscules 😆
    Le nouveau Monde… C’est de nouvelles têtes, mais je n’ai aucune illusion, c’est ainsi !

  60. Wrecker47 dit :

    L’armée s’est coupée de la Nation lorsque le Service militaire a été supprimé …C’est tout …!