La Côte d’Ivoire et le Burkina Faso ont lancé une opération anti-jihadiste conjointe

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

29 contributions

  1. b.choux dit :

    Pas d’autres commentaires que ce lien : https://www.facebook.com/www.AbidjanTV.net

  2. Frédéric dit :

    30 hommes côté burkinabé ? C’est plus une opération de police que de contre insurrection. Tant mieux pour les ivoiriens si les terroristes sont encore gérable a ce niveau.

    • Kural dit :

      Vous avez mal lue l’article? le burkina faso a eu comme rôle de bloquer toute retraite des terroriste, sa signifie que il aurait eu que une minorité de terroriste désorganisé qui aurait pus arriver vers les 30 soldat burkinabé qui eux était installé fortifié et préparé, donc 30 soldat sa suffit largement pour empêcher une retraite de quelque terroriste…

      • BRIMAR dit :

        Tout dépend de combien d’effectifs est constituée ce groupe terroriste en retraite et désorganisé et sur quelle étendue et sur quel terrain.
        En fait tout dépend de quelle a été la situation tactique. Quoiqu’il en soit, à moins que l’opération ait concerné très peu d’individus côté Tango, ce qui est possible si on est effectivement sur une opération limitée contre un groupuscule peu nombreux, type assaut sur position, car sur le papier çela peut sembler assez peu si on parle de vaste opération. Attendons que les EM ivoiriens et burkinabés donnent plus de précisions.

        • dolgan dit :

          De toute façon, on parle de petits groupes dispersés parce que sinon ils se feraient défoncer. Très rarement de campement de plusieurs centaines de terroristes. Quelques dizaines , c’est déjà un gros campement.
          .
          Ils se regroupent parfois pour mener des actions d’envergure, souvent au dernier moment. Sans parler des « intermittents » et des « mercenaires » qui font le coup de feu de temps en temps et le reste du temps sont aux champs ou vendeur de trotinettes sur le marché du coin.

  3. norbert dit :

    C’est bien on va en reprendre pour 20 ans. Vivement une alternance politique en France pour nous « déconfiner » de cette Afrique, où il n’y a qu’une solution, les laisser se débrouiller et protéger nos frontières, en expulsant les clandestins sans état d’âmes.

    • Carin dit :

      @norbert
      Si la personne pour qui vous votez vous fait croire qu’elle va expulser tout les clandestins d’un claquement de doigts… changez votre vote. Parce que pour expulser un clandestin il faut connaître son véritable nom, et sa véritable identité… et si vous comptez sur le clando pour vous donner ces renseignements…. c’est que votre champion pour la prochaine élection a raison de vous raconter des salades… vous faites parti de ceux qui aiment ça… la salade! Sinon il y a une autre façon de faire, qui revient aussi cher que l’entretient des clandestins sur le sol national… c’est de faire en sorte qu’ils restent chez eux en sécurisant leurs pays. Mais ça c’est un poil plus complexe, et votre champion a peut-être du mal à vous expliquer comment ça marche, ne le comprenant sûrement pas lui-même.

    • William dit :

      Vous n’avez donc aucune connaissance en géopolitique.

    • Kural dit :

      Sachant que si ont les laisse ce débouiller et que comme en 2013 les terroriste prenne le pouvoir par exemple de tout le continent vous pensez que protégé nos frontière seras suffisament face à tout un continent remplis de terroriste qui pourront utilisé drone, avions suicide, etc? ont serait en état de guerre permanent sur notre propre territoire, donc arrêter de prendre vos rêve pour une réalité svp merci… pour finir quand vous dite « clandestins sans état-d’âmes » je suppose que bizarrement vous parlé que des immigré affricain et non des immigré d’europe de l’est, du canada, du bresil, du vietnam etc? la c’est pas un problème d’imigration mais un problème de racisme tu a 😉 <3

      • JC dit :

        Bescherelle, c’est un nom qui vous dit quelque chose ? Pas pleurer ….câlin !

    • anatide dit :

      le silence est le plus grand des mépris…

      Moi je considère les africains comme mes frères.
      On doit les aider sans relâche!
      Jusqu’à équilibre economico-socio-politique

      • norbert dit :

        Moi aussi j’aime les africains, mais pensez-vous que leurs gouvernements les aiment Non ils préfèrent se gaver et ne pas maîtriser leur démographie, afin d’avoir toujours plus d’aides à détourner.

  4. Plusdepognon dit :

    La descente des groupuscules terroristes vers les États côtiers est annoncée depuis des années. La Côte d’Ivoire est un pays plus solide économiquement que les pays sahéliens, sa déstabilisation serait une catastrophe :
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/11/12/operation-frontiere-etanche-comment-la-cote-d-ivoire-se-protege-de-la-contagion-terroriste_6018904_3212.html

  5. Yien dit :

    Si quelqu’un qui connait le terrain pourrait m’expliquer pourquoi il est si difficile de rendre les frontières infranchissable.
    En Europe le rideau de fer était quasi impossible à franchir. La DMZ entre la Corée du N et du S est totalement étanche. La frontière entre l’Irak et l’Arabie aussi.
    Remarque : je suis civil donc ma question est peut être bête

    • Pascal (l'autre) dit :

      « Remarque : je suis civil donc ma question est peut être bête » Il n’y a pas de bêtes questions! Il se dit que : » Si tu sais pas, demande! Si tu sais, partage! »
      Vous citez le rideau de fer ainsi que le « no man’s land » coréen. Ces frontières ont (eu) comme particularité une infrastructure anti intrusion et aussi anti « échappement » lourde. Clôtures, murs de plusieurs mètres de haut, systèmes de surveillance, réseaux de barbelés, clôtures électrifiées, miradors avec des gardes dont le seul mot d’ordre est de tirer sur tout ce qui bouge dans le secteur qui leur est dévolu, champs de mines,fossés anti véhicules (même pour les chars d’assaut) et ce sur plusieurs dizaines de mètres d’épaisseur. De tels dispositifs sont irréalisable en Afrique du fait des distances à « verrouiller » d’une part et du coût pharaonique d’un tel dispositif d’autre part! (Il suffit pour s’en convaincre du coût du mur que fait construire Donald Trump à la frontière mexicaine. Et ce n’est qu’un « simple » mur! De plus malgré une débauche de moyens le « rideau de fer » n’a jamais empêché (même si beaucoup hélas l’ont payé de leur vie) des individus de passer. Pour le « mur » coréen le nombre de tentatives reste très « flou » parce que les intéressés ne doivent pas top communiquer, La Corée du Nord car pour ses dirigeants il serait intolérable de reconnaître que le peuple fuit le « paradis » et la Corée du Sud pour ne pas faire perdre la face aux dirigeants du nord.

    • JeanJosé dit :

      C’est surtout que les Etats en question ne veulent pas d’une frontière absolument étanche, cela nuirait aux échanges économiques et donc à leur développement. Il existe par ailleurs un protocole de la CEDEAO sur la libre circulation, qui permet aux ressortissants des Etats membres de traverser les frontières sur simple présentation d’une pièce d’identité (pas de visa requis donc moins de contrôle).
      Sur l’inefficacité des contrôles aux frontières (qui constituent l’alternative raisonnable à leur fermeture totale):
      – les effectifs, les ressources et les équipements des services chargés du contrôle aux frontières sont bien plus faibles en Afrique qu’en Europe, en AS, CdS ou même CdN. Les compétences techniques font également défaut, les agents étant rarement spécialisés.
      – dans certains pays d’Afrique de l’Ouest (mais pas tous), un manque de rigueur flagrant dans les mesures de contrôles. Et, trop souvent, glisser un billet fait office de sésame de secours.
      – il existe des centaines de points de passage non-officiels, sans aucune présence des services. En général seuls les axes goudronnés sont surveillés correctement.
      – les services aux frontières investissent peu dans les relations avec les communautés frontalières, qui peuvent pourtant fournir des renseignements précieux, notamment concernant les points de passage informels

    • tchac dit :

      L’argent. Sinon pourquoi croyez vous que Trump ai déclaré we’re gonna build a wall and mexico will pay it.
      L’urss elle même n’avait pas de frontières physique continue mais pouvait (et la Russie toujours) compter sur un corps de garde frontières. Il y a de belles images d’eux à cheval notamment dans les steppes glaciales ou dans les montagnes de l’Altaï.
      L’argent, le milieu et la distance. La DMZ coréenne est relativement courte. Il est plus simple de construire un mur dans le désert comme la frontière irako saoudienne ou la frontière mexicaine que dans de la forêt tropicale.
      Je pense surtout que dans le cas présent, le problème est économique et politique. D’abord car une frontière physique coûte une fortune mais aussi car il y a dans ces pays de nombreux échanges informels ou non entre les gens de part et d’autre de la frontière qui reste après tout qu’un ligne imaginaire dans beaucoup des ces pays.

      • Daniel BESSON dit :

        Cit : [ L’urss elle même n’avait pas de frontières physique continue mais pouvait (et la Russie toujours) compter sur un corps de garde frontières. Il y a de belles images d’eux à cheval notamment dans les steppes glaciales ou dans les montagnes de l’Altaï. ]

        Exact !
        Il y a même eu un S-U-P-E-R-B-E feuilleton national-patriotique comme certains aimeraient qu’on en produise de par chez nous ,  » Gosoudarstvennaya granitsa  » –  » La frontière de l’Etat »
        Rien que le générique cela devait donner l’envie de s’engager . ;0)
        Cela parle des » podgranitchiki  » depuis 1918 jusqu’en 1985 .
        On a baeucoup perdu à ne pas les traduire et les diffuser chez nous , pareil pour les films . Ils ne mégotaient pas pour les figurants et le matos : S’il fallait mobiliser un régiment entier équipé , ils le faisaient .

        J’ai la collec complète sur CD .

        https://www.youtube.com/watch?v=Do7wWDyTQ_Q

        Question photo celle que je préfére c’est le garde frontièrel en tenue polaire et celui à genoux avec son clébard prés d’un poteau frontalier .

        http://img.over-blog.com/264×300/2/05/42/96/108601165.jpg
        http://lh4.ggpht.com/-njt4YRreR7s/T8K0vERF16I/AAAAAAADCp4/CptCds9H6Q0/s1600/663b28a7c3a5f26850c1db82a68_prev%25255B3%25255D.jpg

    • Kural dit :

      Yien vous comparaisait l’incomparable, la rideau de fer s’était l’urrs contre l’otan, niveau argent, armement, surveillance nombre de soldat formé etc vous ne pouvez pas comparé le rideau de fer avec des pays pauvre sans armement moderne et sans grande ville près des frontière… donc oui votre question est possiblement « bête » mais vaut mieux poser des question bête et avoir des réponse que ne rien demander et imaginé de fausse chose donc ne vous inquiété pas 🙂

  6. STARBUCK dit :

    Quelqu’un connait le fusil d’assaut sur la photo?

  7. vieux margi dit :

    C est bien. On va pouvoir rentrer…

  8. MAS 36 dit :

    J’ai la mauvaise impression que l’armée du Burkina Faso est à la ramasse et n’a fait là que de la figuration. Sérieusement dans ces grandes étendues 30 soldats ça fait peu. Ou bien les suspects étaient localisés sur un campement. Enfin le positif c’est la coopération entre ces deux pays.

  9. Robinson dit :

    Il est bien que les pays de la région au sud, forestiers et maritimes, commencent à se sentir menacés et à réagir ; vraiment regrettable qu’un gradé de gendarmerie n’ait pas pu le comprendre.