Mme Parly fait valoir que le budget des armées aura un « rôle particulier » à jouer pour relancer l’économie

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

110 contributions

  1. Le Breton dit :

    J’ai eu peur quand j’ai vu le titre, je l’ai compris dans le sens: vous ferez plus avec moins.

  2. Albatros24 dit :

    Avec toutes ces funestes économies, nous serions balayés en 3 jours en cas de guerre conventionnelle.
    Selon ce que disait un général – du CR bien sûr…

    • NRJ dit :

      @Albatros24
      Vous essayez de provoquer la peur là ? A moins qu’il ne vienne à Macron l’idée d’attaquer tout seul la Russie ou la Chine, on n’a pas de raison d’entrer en guerre avec un pays plus puissant que nous. L’armée de terre, l’armée de l’air, et notre marine sont toutes dans le top 10 (voire même top 50) des plus nombreuses et les plus technologiques au monde. Si notre armée est incapable de causer un peu de dégâts avec le matériel dont elle dispose, ça veut dire qu’il n’y a non pas un problème de budget, mais un problème de mentalité et de doctrine, comme en 1940. Ce n’est pas le matériel et les personnes politiques à blâmer et remplacer mais les États-majors.

      Je trouve absurde d’essayer de défendre l’indéfendable en jouant sur les peurs. Mais bon on retrouve cela avec les généraux américains dont le seul réflexe est non pas l’innovation et l’intelligence pour dépasser l’ennemi mais simplement la maîtrise totale et inconditionnelle pour l’écraser. La seule réflexion ainsi se limite à la demande de crédit dans ce but de l’écrasement. Tiens on retrouve cela avec vous : il y a des problèmes, on ne va pas les résoudre, on va juste faire de la relance et mettre de l’argent qu’on n’a pas.

      Faillite de la Grèce en 2010 : tirez en un jour les leçons. On prend du recul quand on tire les leçons de nos échecs.

      • NRJ dit :

        Coquille : « Voire même top 50 ». Je voulais dire naturellement le top 5.

      • Hermes dit :

        En 40 les Allemands ne sont pas entré en France sans payer un lourd tribut non plus.
        .
        Nul ne saurait s’aventurer à prédire l’issu d’un conflit conventionnel entre puissance…

        • NRJ dit :

          @Hermes
          Les allemands nous ont quand même mis une tôle. Et ils ont eu beaucoup moins de morts que nous. Et quoi qu’il en soit si on est incapable de faire des dégâts à nos ennemis avec ce dont on dispose, c’est qu’il y a un problème dans l’armée, que ce problème soit intellectuel ou doctrinaire. Et investir plus d’argent dans l’armée n’y changera rien.

          • Le Breton dit :

            C’est que l’armée n’a pas la chance d’avoir votre science, engagez-vous.

          • Wagdoox dit :

            Si on regarde la bataille de France, les allemands ont eu un peu plus de morts de que nous.
            Les dépenses militaires allemandes étaient 2x supérieures avec un pib 2x supérieur donc au final 4 x supérieur. Dire que l’argent n’est pas le nerf de la guerre c’est osé la quand même …
            Bref pour changer …

          • NRJ dit :

            @LeBreton
            Très bonne ironie. Mais relisez mon commentaire. La seule chose que je dis est que SI l’armée française, qui est pourtant l’une des plus technologiques, des mieux armées matériellement et humainement au monde, se fait détruire avant d’avoir pu causer un peu de dégâts face à une puissance inférieure (exception donc de la Russie, des USA, et de la Chine), alors c’est que notre état-major est défaillant. Il suffit simplement de comparer les budgets, les technologies et les hommes entre notre armée et celle de nos ennemis.

          • Albatros24 dit :

            A NRJ : la techno n’est que de façade ou de l’affichage dans l’Armée française hélas
            Nous utilisons toujours des VAB en OPEX ainsi que des VBL à bout de course, et pour la disponibilté des hélicoptères nous sommes très mauvais (faute de moyens humains et matériel, pas faute de courage ou de volonté)…
            Quant à l’équipement individuel nous avons fait des progrès certes mais on partait récemment de très loin.
            Ce que vous voyez sur internet YT et autres n’est pas la réalité de l’état de notre Armée, parlez en à des militaires ils vous diront.

          • Albatros24 dit :

            Les allemands nous ont mis une tôle au début oui, mais comme en 1914.
            La différence entre 1940 et 1914 c’est qu’en 1914 l’Armée française était composée de soldats trè smotivés contre les ennemis et d’officiers qui se sont adaptés et nous avions Clémenceau. En 1940 le matériel était meilleur mais le moral moins chez nos officiers généraux et suipérieurs trop vieux et pas innovants. la troupe elle s’est plutôt bien comportée. La première bataille a d’ailleurs été une victoire à Narvik contre les nazis, et on l’oublie souvent à 1 contre 2.
            Puis nous avons eu Pétain qui a immédiatement demandé l’armistice alors même que nous avions encore des unités en état de combattre et plus de 100 000 professionnels en Afrioque, on aurait dû continuer la guerre dans les montagnes, le temps que les renforts africains arrivent en creusant des tranchées comme l’ont fait un peu les russes.
            Mon grand oncle lu même jeune à l’époque me racontait que les nazis étaient étonnés du nombre de jeunes français qui n’avaient pas été mobilisés pour la guerre.
            Je pense que Pétain (avec la complicité passive du haut commandement et des députés ainsi que du Gouvernement) n’étaient pas mécontent de prendre le pouvoir au côté des nazis en fait et il n’a rien fait pour en pas précipiter l’écroulement de la Nation.
            Le fait qu on n’est pas attaqué en automne les allemands dasn le dos, qui étaient profondément engagés en Pologne est en soit une incompétence crasse ou une trahison délibérée de notre haut commandement.

          • NRJ dit :

            @wagdox
            La part du budget militaire français dans les investissements publics était quasiment le même que la part du budget militaire allemand entre 1936 et 1939. Et si l’Allemagne était plus nombreuse, on bénéficiait de nos colonies et surtout du corps expéditionnaire anglais.

            Je vous conseille de lire le magazine Guerre&Histoire consacré à ce sujet.

          • NRJ dit :

            @Albatros24
            Ne comparez pas ce qui est incomparable. Effectivement le matériel moyen est vieux. Mais le matériel terrestre n’est en rien « technologique ». La différence entre un VAB et un VBMR est qu’on passe d’un 4×4 de 13 t a un 6×6 de 25 t. Le bon technologique n’est pas significatif en soit. Par exemple, si on trouve un matériau miracle permettant à un char de 30 t d’être aussi bien protégé qu’un char de 60 t, là il y aura un bon technologique, mais on y est clairement pas.

            C’est dans l’aéronautique, dans les sous-marins, et surtout dans la propulsion aéronautique et les systèmes embarqués (radars, calculateurs, brouilleurs etc) qu’on voit la technologie. On a ainsi le Rafale qui est un des meilleurs chasseurs au monde et un standard vers lequel les autres pays tentent de se rapprocher (notamment l’Eurofighter qui essaye d’être plus polyvalent). On a aussi des systèmes anti aériens et des sous-marins d’une qualité suffisamment bonne pour les exporter aux autres pays malgré la concurrence.

            Un exemple simple : quel pays dispose aujourd’hui de missiles de croisière de plus de 1000 km de portée ? Il y a le trio de tête USA-Russie-Chine, mais à part eux ?

        • Robert dit :

          Albatros,
          C’est simple l’histoire révisée par vous.
          Vous « oubliez » deux millions de soldats prisonniers, une défaite en un mois avec 200000 morts, pire que les pires moments de la première guerre mondiale ce qui a été un traumatisme, du matériel égaré ou détruit, des millions de réfugiés sur les routes. Nommé par le gouvernement issu du front populaire, avant qu’ils se sauvent à Bordeaux qui se retrouvera opportunément en zone libre, Pétain aurait pu une armée défaite et désorganisée parce que non préparée par les politiques à une telle situation à résister sur place, à la place de demander l’armistice. Il pouvait simplement attendre que les allemands imposent une loi d’occupation sur tout le territoire français, donc pas de zone libre, ni d’armée d’armistice, et un gauleiter. C’est facile soixante dix ans après, parce qu’un témoin de l’époque n’a pas supporté l’humiliation et a réécrit l’histoire à sa façon, de nier tout ce qui a été écrit mille fois par d’autres témoins réalistes qui ne se sont pas défaussés sur un vieillard à qui on demandait d’assumer les responsabilités des autres.
          C’est sûr que ça aurait été mieux et la légende dorée et noire seraient chacune à leur place.
          Par contre, je ne vous vois pas parler du gouvernement du front populaire qui niait le danger hitlérien, du gouvernement qui a refusé d’intervenir pour arrêter la réoccupation de la Ruhr d’ou l’effort industriel allemand a permis à une armée moderne et puissante de partir à la conquête de l’Europe.
          Blum niait la menace hitlérienne, a donné de précieux avions aux communistes espagnols. Le ministre Zay conchiait le drapeau français quand Maurras ne cessait de mettre en garde contre le danger germanique tous les jours dans l’Action Française. L’antisémite était plus clairvoyant que les juifs.
          Quand cela a mal été anticipé, cela se passe mal et se termine encore plus mal. Et de cela, il est difficile d’en accuser Pétain qui était ambassadeur en Espagne.
          je sais que certains vont encore me tomber dessus, il défend Pétain gnagnagna, alors que je me contente de rappeler que lui faire porter seul le chapeau est simplement malhonnête, mais il est toujours facile de réécrire l’histoire voire de faire des lois pour interdire aux autres de l’étudier, mais n’oubliez personne dans votre fine analyse sinon c’est simplement idéologique et cela procède de la pensée magique.
          Et n’oubliez pas que , surtout depuis les années 60 sauf pour les communistes qui ont commencé dès la libération, beaucoup essaient de se refaire une virginité en réécrivant l’histoire et en imposant cette vision aux autres. Ne vous laissez pas influencer par les visions manichéennes qui sont rarement fidèles à la réalité.

      • Harambe dit :

        Franchement, il n y a pas besoin de guerre pour mettre l’Europe à genoux. Il suffit à la Turquie et au Maghreb d’ouvrir les vannes de l’immigration clandestine.

        1/Ouvrir les lignes aériennes sans visa aux pays de l’Afrique subsaharienne et du proche-orient (chose qui profiterait aux compagnies aériennes nationales d’ailleurs).
        2/Ordonner aux forces de l’ordre de fermer les yeux à la construction de bateaux en bois et aux douanes d’ignorer les commandes de bateaux pneumatiques de chine.

        Au bout d’un mois, je suis sûr que vous n’en pourrez plus en Europe, même vos socialistes adorateurs de la misère deviendront d’ardents supporteurs de LePen…

        • NRJ dit :

          @Hermes
          Les allemands nous ont quand même mis une tôle. Et ils ont eu beaucoup moins de morts que nous. Et quoi qu’il en soit si on est incapable de faire des dégâts à nos ennemis avec ce dont on dispose, c’est qu’il y a un problème dans l’armée, que ce problème soit intellectuel ou doctrinaire. Et investir plus d’argent dans l’armée n’y changera rien.

          • Albatros24 dit :

            A vous lire l’Armée française a assez de moyens…peur de payer trop d’impôts peut être ?
            Il y a des soucis dans l’Armée oui – beaucoup comme l’obligation de Sentinelle mais aussi la pauvreté en moyens et un entraînement insuffisant. Il y a un souci de motivation des jeunes recrues et on a perdu énormément de cadres intermédiaires avec la RGPP à cause de Sarko qui déteste l’Armée d’ailleurs.

          • NRJ dit :

            @Albatros24
            « A vous lire l’Armée française a assez de moyens ». Tout dépend des missions. Mais comparons : à la fin des années 80, la France investissait 3% de son pib dans la Défense, avec une armée en partie conscrite et alors qu’il y avait une menace claire et distincte, le Pacte de Varsovie.

            Aujourd’hui, on préconise 2% du pib pour faire face aux différentes menaces pouvant exister, comme l’EI ainsi que la menace russe a l’est. Cependant il n’y certitude, car personne n’imagine vraiment la Russie commencer une invasion, et on n’a clairement pas besoin de matériels lourds et couteux pour envoyer quelques bombes sur des djihadiste dans le désert. Dans ces conditions je pense qu’il faut être à 2% du pib mais ce n’est pas nécessaire d’être à 3% comme si on faisait face à une armée menaçant de nous envahir, ça n’a pas de sens.

            L’armée a ses problèmes et il ne s’agit pas seulement de problèmes d’argent. Sentinelle est un de ces problèmes.

            Sinon votre critique facile et sans but de Sarkozy ne résiste pas à un examen attentif : tous les dirigeants de l’époque faisaient également des coupes budgétaires dans les armées car les guerres telles qu’on les prévoyait à l’époque (et les bases du raisonnement étaient très logiques et rationnelles) étaient des guerres basées sur la basse intensité. Pas besoin de chars et d’avions coûteux et de cent milles soldats entraînés dans ces conditions. Dans compter évidemment la crise de 2008 et le manque de résultat à l’exportation du Rafale (il a fallu en recommander).

        • Aymard de Ledonner dit :

          @harambe
          Pour monter dans un avion, il faut un visa. La compagnie doit s’en assurer sinon elle paye une amende.

      • Pseudo dit :

        Non. Les Militaires ne sont pas en cause dans l’ état de la défense actuel. En cas de guerre, nos jouets technologiques ne feraient pas grand chose avec le peu de munitions que l’ on produit, et je ne parle même pas de la production de petit calibre inexistante…les choix tout sauf stratégiques ont été fait par le pouvoir politique, ce depuis 30 ou 40 ans. Aucun militaire n aurait abandonné la production nationale des 5,56. Quant à 1940, autre temps, autres causes. Pour ce que j’ en sais, Weygand avait un projet de mécanisation de l’ armée très convenable, mais mis a mal par la volonté politique de doctrine défensive basée sur l’ aberration financière que fut la ligne Maginot ( cf: Max Schiavone, Weygand l’intransigeant)

        • NRJ dit :

          @Pseudo
          Évidemment on ne pourrait pas attendre de nos armées une invasion en bonne et due forme type Barbarossa. Mais on peut s’attendre à ce que nos armées puissent s’opposer aux armées adverses et les contraindre à revenir dans leurs pays pour éviter qu’ils nous attaquent sur notre territoire (en tout cas pour les pays d’Europe, de Méditerranée, et d’Afrique).

          En 1940, les projets de mécanisation étaient en retard. Surtout, on avait du retard sur les Panzerdivision allemandes -ou plutôt elles avaient de l’avance sur tous les autres pays. Il a fallu 2 à 3 ans pour que les américains et les russes l’égalent-.
          +
          Les chars étaient inadaptés pour une guerre de mouvement (2 personnes dans la tourelle notamment contre 3 pour les allemands. Par conséquent le chef de char était submergé), ils n’étaient pas équipés de radios. Les seules divisions équivalentes étaient les DLM dotées des Somua S-35, mais elles étaient trop légères et ses soldats n’étaient pas entraînés au combat interarmes.

          Le pire c’est que malgré nos faiblesses on a envoyé nos meilleures divisions, celles qui restaient justement en arrière pour arrêter toute percée allemande- aux Pays-Bas, en permettant ainsi le succès du plan Manstein.

          Après la volonté de rester défensif dans notre doctrine était normal. L’armée était pas prête pour attaquer. Mais il n’empêche qu’il y a eu des défaillances à tous les étages, en partie politiques mais surtout militaires.

    • blavan dit :

      @Albatros. Inutile de se faire peur, il n’y aura pas de guerre conventionnelle, cela n’existe plus, il n’y aura pour la France que des guerres asymétriques ou une guerre nucléaire car nous avons eu la « chance » de garder notre arme atomique. Nous avons donc certes une armée « échantillonnaire » dans le nombre de nos matériels, mais qui correspond bien comme vitrine à nos exportations de matériels de pointe. Par contre, et nous le voyons actuellement , nous sommes en sous capacité face à la menace sanitaire virale. C’est sans doute cela qui conduira nos prochains arbitrages budgétaires.

      • Pseudo dit :

        Même causes, même conséquences. Absence de vision stratégique et de prévoyance. Le masque chirurgical est à la santé ce que la cartouche de fusil est à la défense.

      • nexterience dit :

        Je pense que vous vous trompez largement.
        -L’arme atomique n’a nullement empêché les conflits pakistanais, les Malouines, la chute de l’URSS.
        -toutes les armées cherchent à agir sous le seuil nucléaire, cad contourner le risque de représailles.
        – les armes hypersoniques créent de la confusion entre stratégique conventionnel et nucléaire.
        .
        Le nucléaire devient une sorte ligne Maginot: utile mais largement insuffisante.

    • Albatros24 dit :

      La peur est salutaire elle nous permet de prendre les bonnes décisions face au jmenfoutisme ambiant.

      • NRJ dit :

        @Albatros24
        « La peur est salutaire ». Comme quoi il n’y a pas que sur les sujets économiques qu’on est en désaccord.
        Quand on prend une décision sous la peur, c’est forcément une décision qui est irrationnelle et qui n’a rien de réfléchi. La peur est un paralysant et empêche de facto une prise de recul. C’est peut-être pour cela que vous ne vous posez jamais les bonnes questions sur l’économie et notamment sur les raisons de la faillite grecque de 2010 : la peur de devoir remettre en cause vos certitudes ?

        • Albatros24 dit :

          Quelqu’un qui dit qu’il n’a jamais peur est un menteur ou un déséquilibré.
          la peur le stress sont des éléments structurants de notre personnalité.
          Mais céder à la peur est une lâcheté une facilité, c’est peut être ce que vous vouliez dire…

          • NRJ dit :

            Ce que je veux dire c’est que, contrairement à ce que vous dites, je ne pense pas que la peur permette de prendre de bonnes décisions. Avec la peur, c’est des décisions prises dans l’instant, donc sans le recul et la réflexion nécessaire.

  3. b.choux dit :

    En langage clair ça veut dire « Couic-Couic » avec les grands ciseaux utilisés par les grands couturiers de la finance, dans le budget de la grande muette… Facile… Qui va se plaindre…?

  4. ClémentF dit :

    les promesses n’engagent…

    • dolgan dit :

      Sauf que là, tout le monde sait qu’on va avoir un gros plan de relance. Il n’y a pas d’autre option possible. Donc on avait pas besoin qu’elle le dise pour le savoir.
      .
      Mais vous avez raison: le plus important aujourd’hui c’est le calendrier politique. Critiquer pour critiquer parce que c’est pas notre camp au pouvoir.

      • Wagdoox dit :

        Le plan de relance en 2008 c’était un mistral en plus et des milliers de postes en moins. Puis des dizaines de rafales en moins, puis plus de pa2. Donc il y a la relance tant qu’on peut s’endetter après l’économie remonte … ou pas … et là ça coupe.

    • Vincent dit :

      Ce n’est pas une promesse, juste une réalité des choses. Le MINARM est le premier investisseur public tout ministère confondu. Pourquoi il ne le serait plus?

      • Wagdoox dit :

        Il restera le tout c’est de savoir s’il va reste au même niveau de dépenses qu’actuellement.

  5. PK dit :

    Blabla…

    Dans la réalité, on va piquer du fric dans le budget de l’armée pour aller le mettre là on peut acheter la paix sociale.

    Jusqu’à ce qu’on soit vraiment en guerre et que Micron vienne nous faire la pleureuse à l’écran pour dire que la situation était imprévisible, mais que, promis, on va passer des commandes de Rafale en Chine pour rattraper le coup.

    • Wagdoox dit :

      Ahahah merci !!!!

    • Habitué d'opex360 dit :

      @ PK, d’accord avec vous. Mais je pense aussi que Laurent Lagneau avait son idée en soulignant « rôle particulier » dès le titre.

    • Jack dit :

      @PK : « acheter la paix sociale. »
      .
      Pfffff… Il serait tant que vous allumiez la TV pour vous informer. Cette pandémie va couler des centaines de milliers de sociétés et mettre des millions de personnes au chômage (et là on ne parle plus de chômage partiel).
      .
      « Jusqu’à ce qu’on soit vraiment en guerre et que Micron vienne nous faire la pleureuse à l’écran pour dire que la situation était imprévisible »
      .
      Et vous connaissez une personnalité politique française qui avait prévue une pandémie de cette ampleur ?

      • PK dit :

        « Et vous connaissez une personnalité politique française qui avait prévue une pandémie de cette ampleur ? »

        Si vous voulez dire que tous les prétendants sont a priori des guignols, vous avez raison. Encore que certains partis n’ont jamais accédé au pouvoir, mais je demande à voir quand même…

      • Wagdoox dit :

        La ministre de la santé de l’époque qui l’avait même dit à Macron …
        le pen qui en parlait dès février.
        Perso dès que j’ai entendu la ministre parler de lutter contre la maladie avec des pancartes dans les aéroports. Ou encore « le virus n’a pas de passeport »

      • NRJ dit :

        @Jack
        « Et vous connaissez une personnalité politique française qui avait prévue une pandémie de cette ampleur ? »
        En soit c’est Macron qui avait avec lui tous les corps médicaux (ce qui est assez normal puisque les experts médicaux n’ont pas à avoir de partis politiques).

        Par contre, on connaît tous des politiques qui ont géré les crises sanitaires. Contrairement à Macron qui n’a commencé à agir que lorsque de la situation à Mulhouse a explosé, Sarkozy avait anticipé en 2010 une crise sanitaire avec le H1N1 et commandé des millions de masques pour s’y préparer. A l’inverse, les rares masques qu’on avait en France sont partis en Chine dans un don de 17 tonnes de matériel médical. Quant aux événements sportifs avec les italiens, ils ont été maintenu, ainsi le 26 février (soit 1 jour après le confinement de plusieurs villes du nord de l’Italie et de l’arrêt de leurs événements sportifs), on avait un match Juventus -OL à Lyon. Et la région du Rhône est devenu un foyer.

        • NRJ dit :

          Au fait, regardez aussi comment ça s’est passé à l’étranger. L’Allemagne n’a pas eu de confinement total à faire, l’Autriche est déjà en processus de sortie de deconfinement. Bref certains pays ont géré et d’autres pas.

          • Albatros24 dit :

            L’Allemagne très tôt a pris des mesures et a distribué des masques à ses forces de l’ordre, aux hôpitaux et même aux citoyens allemands, ils ont testé très tôt un maximum de gens car ils avaient observé ce qui se passait en Chine et ont fabriqué des tests. Nous avions exactement les mêmes infos qu’eux. Et on apprend que Mme Buzyn avait prévenu le président du danger grave de pandémie dès janvier (de l’aveu même du président) et peut être en décembre même…
            Nous avons nous aussi des labos capables de fabriquer des tests en quelques semaines ou mois : mais où sont les directives qui leur ont été données comme en Allemagne ?
            Nous avions 1 milliard de masques trois plis ou chirurgicaux que nous n’avons pas renouvelés sous le mandat Hollande, ont ils été renouvelés ensuite ?
            Non, car trop cher : 15 millions d’Euros (quand on regarde le budget de l’Etat c’est peanuts mais bon…).
            Et quand les avons nous commandés, fin mars ?
            L’Allemagne pour une population supérieure de 30% et plus de vieux a 7 fois moins de décès.
            On peut se comparer à l’Italie et Espagne pour se rassurer comme le fait Macron, mais c’est à l’Allemagne qu’on doit se comparer si on veut re devenir une puissance qui compte.
            Depuis on noie le poisson pour ne pas reconnaître des fautes graves voire pénales.

          • NRJ dit :

            @Albatros24
            D’accord à 100% avec vous sur ce point.

  6. Julien dit :

    Il y a urgence a recreer une industrie pour la fabrication de munitions de petits calibres sur notre sol national. J’espère que l’exemple des masques sera pris en compte dans ce domaine….

    • arnaud dit :

      même pas en rêve…. l’expérience ne sert à rien dans ce pays. Mais on commandera au Brésil ….

    • NRJ dit :

      @Julien
      Première chose : Le problème des masques, ce n’est pas le fait d’avoir une industrie manquante en France. C’est le fait que le gouvernement a complètement sous-estimé le problème, et jusqu’au 10 mars et l’explosion du virus dans la région de Mulhouse, personne au gouvernement n’imaginait le confinement. On a tellement été aveugle quand on fait don des rares masques qu’on avait aux chinois en février. Le fait d’avoir une industrie de masques en France n’aurait rien changé pour une raison simple : on ne peut pas fabriquer du jour au lendemain des centaines de millions de masques. Au mieux on aurait évité de piquer les masques des suédois qui transitaient par la France.

      Pour les munitions, ce que vous dites là est la fausse bonne idée par excellence.
      Déjà l’industrie des munitions de petit calibre est peu technologique donc très répandue dans le monde, donc si on lance une telle filière (qui n’est en rien technologique, j’espère que vous le savez), on fera face à des industries étrangères qui ont déjà rentabilisé leurs machines-outils, et qui ont déjà de l’expérience dans la fabrication (et elles auront déjà amélioré leur process). Dit simplement, notre industrie vendra des munitions 2 fois plus cher et de moindre qualité.

      2ème problème : comme cette industrie française ne sera pas compétitive, l’entreprise sera composée de fonctionnaires, et ce même si elle est sous statut privée, car l’État qui aura investi 100 millions d’investissement initial ne voudra pas tout arrêter, surtout que la pression médiatique détruira le premier politique qui voudrait arrêter cette industrie pour la « défense des emplois français ».

      Bref on aura une industrie qui fabriquera des munitions à prix d’or et qui n’aura ni la volonté ni la capacité d’améliorer ses fabrications pour être compétitive car elle aura déjà le marché de l’armée française qui lui sera acquis.

      A mon avis on ferait mieux de faire une réserve de munitions (une réserve plus importante que nos stocks de masque espérons) pour -dans vraiment le pire des cas si le monde entier se tourne contre nous a tel point qu’on ne pourrait acheter de munitions à personne- avoir suffisamment de munitions pendant une guerre le temps de mettre sur pied une industrie.
      La différence entre votre perspective et la mienne est que je souhaiterais mettre en place pour le cas où la probabilité très faible qu’on se retrouve avec le monde entier contre nous. Mais bon une telle perspective est inquiétante et on peut espérer qu’on n’y arrivera pas, car la France seule face au reste du monde ne tiendrait pas longtemps.

      • FredericA dit :

        @NRJ : « C’est le fait que le gouvernement a complètement sous-estimé le problème, et jusqu’au 10 mars  »
        .
        Ce n’est pas LE gouvernement qui a sous-estimé le problème mais TOUS les gouvernements. Quand un pays de 1,4 milliards d’habitant annonce officiellement que l’épidémie a fait 3000 victimes, pourquoi voudriez-vous qu’on sonne l’alerte rouge dans un pays de 70 millions d’habitants (ceci dit sans vouloir manquer de respect aux victimes chinoises) ?
        .
        Ce n’est que fin mars/début avril que des estimations plus crédibles ont commencés à se dévoiler… Et là on ne parle plus de 3000 mais de près de 60 000 : https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/quand-la-toussaint-chinoise-revele-le-nombre-reel-de-morts-6800383
        .
        Autrement, je suis d’accord avec vous sur le manque de pertinence d’une industrie axée sur la fabrication de munitions de petits calibres 😉

        • fabrice dit :

          Bonjour Frederica
          Pas du tout
          https://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/1585209453-autriche-coronavirus-grace-a-b-netanyahou-nous-avons-pris-le-virus-au-serieux-chancelier
          je vous met la source originelle qui est en allemand
          https://www.diepresse.com/5788564/kurz-ihr-unterschatzt-das-anruf-von-netanyahu-hat-mich-wach-geruttelt
          Un certain nombre de pays (Taiwan, Singapour, Israël, la Corée du Sud…) ont pris les choses très au sérieux dès le mois de janvier.
          L’ambassadeur d’Israël en Chine dans une interview en gros a dit « les médias en Chine présentent rarement des nouvelles chinoises alarmantes ou critiques, quand les journaux officiels commencent à parler d’un problème c’est qu’en général il faut y prêter attention ». Bref il a alerté son pays très tôt qu’il se passait quelque chose de très grave à Wuhan.
          La France représente moins de 1% de la population du Monde et 15% des victimes officielles aujourd’hui.
          Il y a eu 27 vols d’avions cargo entre Israël et la Chine en Mars, trois par jour actuellement, le masque est obligatoire et en vente libre…

          • FredericA dit :

            @fabrice : « La France représente moins de 1% de la population du Monde et 15% des victimes officielles aujourd’hui »
            .
            J’entends bien vos propos. Attention toutefois aux comparaisons hasardeuses. La France est la 1ère destination touristique dans le monde. Cela implique un véritable brassage permanent de millions de visiteurs avec la population Française. Je ne pense pas que Taiwan, l’Autriche ou Singapour aient le même brassage de population…

        • NRJ dit :

          @FredericA
          « Ce n’est pas LE gouvernement qui a sous-estimé le problème mais TOUS les gouvernements. » Soit vous êtes un macroniste de mauvaise foi soi vous ignorez certains faits.

          Ce que vous dites s’applique à l’Italie qui a été le premier pays européen à être contaminé massivement. Reprenons la chronologie (merci Wikipedia) : le 25 février, 10 villes italiennes sont confinées et tous les matchs sont arrêtés. Le 28 février on compte 900 contaminés puis 2000 le 2 mars et 3000 le 4 mars. Le 10 mars, le pays entier est en quarantaine. Le 19 mars, il y a plus de 3400 morts du Coronavirus, l’Italie dépassant ainsi la Chine (sur les chiffres officiels en tout cas).

          Qu’a fait la France ? Rien. Le match entre la Juventus et l’OL du 26 février (soit le lendemain du confinement de 10 villes italiennes et de l’arrêt de tous les événements sportifs en Italie) est maintenu. Ainsi la région du Rhône deviendra -oh surprise- un foyer d’infection en France. On n’a commandé aucun masque ni autre matériel médical, et ceux qu’on avait ont fait l’objet d’un don à la Chine avec 17 tonnes de matériel médical (notamment du gel hydroalcoolique, des gants et des combinaisons qui manquent aujourd’hui cruellement en France) le 19 février. On n’a pas non plus fermé les frontières, contrairement à la Croatie qui l’a fait le 9 mars, à la République Tchèque le 12 mars (et Macron s’est même permis de critiquer cette décision), à la Slovaquie le 13 mars et puis à plusieurs autres pays le 14 (Pologne, Danemark, Norvège) et les derniers le 16 (Espagne, Allemagne, Autriche, Hongrie, Grèce). Bref il a fallu attendre que les allemands et les espagnols prennent l’initiative de fermer les frontières pour qu’on le fasse aussi.

          En plus de la fermeture des frontières, phénomène qui aurait du nous mettre la puce la l’oreille, la ministre de la santé en personne avait prévenu, dès janvier, que le Coronavirus était une vraie menace (le fait qu’elle ait révélé ça ne l’exonère évidemment pas de ses responsabilités dans ce fiasco). Et pourtant on observe que rien n’a été fait. Les malades et les soignants qui se font contaminés en payent le prix (et bientôt les français quand on arrivera à l’heure des comptes).

          Après bien sur je fais une critique a posteriori. Et ce genre de critique est toujours facile. Mais il suffit de regarder comment on avait géré la grippe H1N1 en 2010. Et il suffit de regarder comment les autres pays européens gèrent le Coronavirus. L’Allemagne n’a pas besoin de faire un confinement de sa population. L’Autriche est, quant à elle, déjà en processus de déconfinement. Il y a des présidents français qui ont géré les crises sanitaires et des pays qui ont géré cette crise en particulier. Notre gouvernement, lui n’a rien géré (en tout cas quand je vois notre bilan et que je compare avec les autres pays et du gouvernement Sarkozy. Mais peut-être que vous connaissez des faits que j’ignore).

          Content de savoir sinon que ce que je considère comme évident sur la filière des armes de petit calibre l’est aussi pour d’autres. Le bon sens l’emportera.

          • Aymard de Ledonner dit :

            L’Italie, l’Espagne et le RU ne s’en tirent pas mieux que nous. L’Autriche est un petit pays avec peu de contacts avec l’extérieur.
            L’Allemagne fait bien mieux oui, grace à son industrie biomédicale au top qui lui a permis de disposer de tests de qualité très rapidement avant même les chinois.
            Sans tests, on ne peut qu’adopter une tactique de type isolement.
            Les masques chirurgicaux filtrent autour de 60% et ne servent donc pas vraiement à protéger le porteur mais à limiter le risque de propagation.

          • FredericA dit :

            @NRJ : OK, OK… mais, tout comme je l’indique à fabrice, attention aux comparaisons. Vous trouverez toujours des « bons » et des « mauvais élèves ». Comme souvent en France, on fustige TOUT ce qui est négatif et on oublie TOUT le reste (on en parle du chômage partiel aux USA ?).
            .
            Après, vous faites justement remarque que « ce genre de critique est toujours facile ». Même si le Gouvernement Français à ses tords, il est également en face de quelque chose de tout-à-fait inédit. En outre, les Gouvernants prennent des décisions sur la bases des conseils des experts. A l’évidence, ces derniers ont également sous-estimés la gravité de la situation… tout comme l’OMS, d’ailleurs.
            .
            Concernant votre remarque « Soit vous êtes un macroniste de mauvaise foi… ». Mes commentaires se veulent apolitiques. Aussi, je laisse à d’autres les remarques du style : « c la fôt’à Micron et aux zélites » car ces débats me semblent hors-sujet sur cet excellent blog d’actualités militaires.

          • NRJ dit :

            @Aymard de Ledonner.
            Pour l’Autriche et l’Allemagne votre argument est discutable mais soit. Regardons les cas coréen et vietnamien : ils n’ont pas d’industrie biomédicale au top et étaient aux première loges. Pourtant ils n’ont pas eu de confinement total et ont su prévenir l’épidémie.

            @FrédéricA
            Effectivement les USA, espagnols et anglais n’ont pas mieux géré que nous. Trump avait d’ailleurs le même avis que Macron sur le sujet. Mais quand on regarde ce qu’a fait l’Allemagne ou la Corée (je ne dirai pas l’Italie, car ils étaient exposés en premier) on s’aperçoit que certains pays ont fait le nécessaire et pas d’autre, comme la France. Et non seulement on n’a rien fait, mais on en a envoyé nos rares réserves en Chine.

            « En outre, les Gouvernants prennent des décisions sur la bases des conseils des experts ». Intéressant comme argument, et j’ai omis de le mentionner. Vous ignorez sans doute que Macron n’a mis en place un conseil scientifique, malgré les alertes de sa ministre dès janvier, que le 11 mars, 5 jours avant le confinement. Si on ne demande pas leurs avis, les scientifiques ne peuvent rien dire, c’est logique.

            D’accord avec vous sur votre dernier paragraphe. Le mot « macroniste » n’avait pas sa place.

      • ji_louis dit :

        Votre scénario est économiquement valide, mais il ne tient pas compte des problèmes de logistique. Certes, les réserves de munitions permettraient de faire face un temps, mais sans la logistique, ce temps serait limité. Or, un adversaire fera un effort pour perturber la logistique de l’approvisionnement (navires, avions, pressions politiques). De même, le COVID-19 a montré que la chaîne logistique pouvait être intrinsèquement fragile. Il n’y a que si ces munitions sont produites sur le sol national ou dans les pays voisins proches qu’on peut en espérer une forte résilience.

        • NRJ dit :

          @ji-louis
          qu’appelez vous les problèmes de logistique ? En soit ce domaine n’est pas technologiquement développé donc on ne devrait pas avoir de problème pour la mise en place

      • PK dit :

        « Pour les munitions, ce que vous dites là est la fausse bonne idée par excellence.
        Déjà l’industrie des munitions de petit calibre est peu technologique donc très répandue dans le monde, donc si on lance une telle filière (qui n’est en rien technologique, j’espère que vous le savez), on fera face à des industries étrangères qui ont déjà rentabilisé leurs machines-outils, et qui ont déjà de l’expérience dans la fabrication (et elles auront déjà amélioré leur process). Dit simplement, notre industrie vendra des munitions 2 fois plus cher et de moindre qualité. »

        Vous pouvez écrire mot pour mot la même chose avec… les masques.

        Vous n’avez rien appris de la crise. Même cause, même conséquence.

        Une industrie de guerre – comme tout ce qui appartient à la souveraineté, les masques en font partie, comme les munitions – n’a pas à être pensée en terme de concurrence ou de vente à l’étranger.

        Si elle fait du bénéficie, tant mieux. Sinon, tant pis : il s’agit d’un INVESTISSEMENT.

        Comme quand le virus arrive…

        • NRJ dit :

          @PK
          « Vous n’avez rien appris de la crise. Même cause, même conséquence. »
          Je crois que vous n’avez pas lu mon premier paragraphe. Avoir une industrie de masques en France n’aurait rien changé au fiasco qu’on a connu pour une raison simple : on ne peut pas produire 100 millions de masques du jour au lendemain. Et Macron n’avait rien prévu (sinon il aurait commandé des masques avant le début du confinement), donc on se serait retrouvé de toute façon à cours de masques.

          « Si elle fait du bénéficie, tant mieux. Sinon, tant pis : il s’agit d’un INVESTISSEMENT. ». Là vous dites qu’on va obliger les armées à utiliser à dépenser des fortunes (alors qu’on pourrait utiliser l’argent pour d’autres choses: typiquement pour les ingénieurs de l’onera qui quittent car mal payés, ou des hélicoptères lourds par exemple) pour des munitions de merde (et tant pis si les gars y laissent leur peau) dans un but de souveraineté pour des produits qui n’ont aucun intérêt (tout le monde en produit des munitions, rappelons le). Bon, j’espère que vous assumez votre position.

          • PK dit :

            Les faits vous donnent tort : l’argent qu’on économise dans les munitions n’est pas reversé à l’ONERA (ni à qui ce soit qui apporte de la valeur ajoutée).

            Si on avait eu une industrie de guerre, on aurait pu monter en puissance assez rapidement. Même avec la non-gestion des branquignoles du gouvernement, au bout d’un mois, on aurait des millions de masques et de tests…

            Ce qu’on a toujours pas. Par contre, les incompétents sont toujours là. Et l’argent a disparu…

          • NRJ dit :

            @PK
            A m budget égal, quand on dépense pas de l’argent dans un secteur, on le récupère pour un autre secteur. Dans la LPM, avoir évité de faire une filière de munitions nous aura permis notamment d’acheter des blindés supplémentaires, par exemple.

        • Aymard de Ledonner dit :

          De nombreux industriels de l’armement pouraient produire des munitions si nécessaire. On prend quelques experts au sein de l’armée, de la DGA, de Nexter, de PGM pour coacher le projet et on a nos munitions.
          L’important est d’avoir suffisament de vision pour anticiper et de stock pour pouvoir tenir avant la mise en route.
          Et on parle d’un scénario hautement improbable qui nous empêcherait de nous fournir en Allemagne, en Suisse, en Belgique, en république tchèque, en Bulgarie…
          Pour les masques comme pour les munitions, le volume du stock est le plus important.

          • PK dit :

            Le scénario est hautement probable, dixit le CEMA lui-même… Si vous êtes mieux renseigné que lui, n’hésitez pas à donner vos sources…

      • HoulaHoula dit :

        Industrie non-technologique … il n’empêche que certains lots de munitions (5.56mm) achetés en Asie (ou aux EAU de mémoire) ont dû être remplacés à cause de défaillances constatées lors des tirs par certaines unités d’infanterie en Afghanistan. Et si ce type de produit est si « abordable » du pt de vue technos, qu’est-ce qui empêcherait certains munitionnaires Fr ou européens, déjà présents sur les produits sportifs, de se regrouper pour fabriquer des produits de qualité militaire (5.56, 7.62, 9, 12.7mm) ?

        • NRJ dit :

          @Houlahoula
          Ce n’est qu’une hypothèse, mais il me semble probable que ce genre de munitionnaire a toutes les capacités technologiques pour faire des munitions de guerre. Cela leur demanderait cependant un certain délai et un lourd investissement, dans un milieu probablement plus compétitif que les munitions de chasse (situation similaire à celle de Verney-Carron qui avait échoué à vendre des fusils à l’armée française).

          Il est d’ailleurs symptomatique qu’aucun des munitionnaires ne se soient eux-mêmes publiquement proposés pour investir dans une fabrique de munitions nationales.

      • Albatros24 dit :

        Concernant les munitions ou le fusil d’assaut, vous avez exactement la même logique à court terme que nos énarques qui ont fait des économies de bouts de chandelle avec ces munitions en les achetant en Israël et en Arabie Saoudite- Soit des munitions d’une qualité bien moindre, à l’image de leur prix – mais c’est surtout la même logique qui a prévalu avec… les masques. Nous en voyons les résultats funestes aujourd’hui partout dans le monde.
        Vous parlez de fonctionnaires, ce sont en fait des agents publics qui travaillaient dans des entreprises nationales (la MAS par exemple), mais rien ne nous empêche de les faire fabriquer (masques et munitions) par des PME françaises…au contraire.
        Une réserve de munitions s’épuise vite en temps de guerre, au bout de quelques jours en fait.
        Et si nous ne pouvons plus accéder à nos fournisseurs à l’Etranger on est dans la panade car on doit alors demander à nos armuriers (de munitions de sport) de fabriquer ces munitions rapidement, sans les investissements qui auraient dû être faits il y a longtemps. Très peu de pays achètent leurs armes et munitions à l’Etranger, ce n’est pas le cas des EU, de la GB, de la Ruissie, Chine, de l’Allemagne, de la Belgique…même des petits pays comme la Pologne ou la Croatie ont leur fabrique de munitions.
        Délocaliser nos industries c’est une logique néo libérale qui convient pour enrichir les riches et quand il n’y a pas de crise.
        Quand la crise survient, nous voilà fort dépourvus pour paraphraser La Fontaine.

        • fabrice dit :

          Israël fabrique des munitions d’excellente qualité en grande quantité. La consommation annuelle de l’armée française en balles de 5,56mm doit représenter, allez, deux semaines de la production de la seule usine de Nazareth Illit, guère plus…C’est un petit marché.
          Les munitions défaillantes avaient été acheté aux EAU…

        • NRJ dit :

          @Albatros24
           » la même logique qui a prévalu avec… les masques. Nous en voyons les résultats funestes aujourd’hui partout dans le monde. ». Si vous pensez que la France n’aurait pas eu de problème si elle avait conservé son industrie de masque, je ne peux rien pour vous. Juste un détail pour vous mettre la puce à l’oreille : une entreprise qui fabrique quelques dizaines de millions de masques par an ne PEUT PAS fabriquer 1 milliards de masques en 2 jours. C’est juste physiquement impossible.

          « Une réserve de munitions s’épuise vite en temps de guerre, au bout de quelques jours en fait. » Ça dépend du nombre de munitions qu’il y a dans la réserve, non ? Par ailleurs, on retrouve le même problème qu’avec les masques : si une entreprise est habituée à un débit de fabrication de munition pour un temps de paix (soit disons quelques dizaines de millions de munitions par an), elle ne sera PAS capable de fabriquer du jour au lendemain les centaines de millions à milliards de munitions nécessaires en temps de guerre de haute intensité. Donc il faudra faire des réserves quoi qu’il arrive.

          « Délocaliser nos industries c’est une logique néo libérale qui convient pour enrichir les riches ». Pas exactement non. Je dirais plutôt ceci : la logique voudrait qu’on évite de gaspiller l’argent du contribuable et de mettre en danger nos soldats pour de fausses raisons de souveraineté, alors qu’il y a de vrais sujets de souveraineté beaucoup plus urgents.

          Au moins cette fois-ci vous sortez un vrai argument en comparant avec les autres pays européens. Si ces derniers peuvent se permettre cette dépense, grand bien leur fasse. Mais en France on risque par exemple de perdre les études sur le SCAF, car nos ingénieurs de l’Onera quittent pour le privé car mal payés. Il ne serait pas plus intelligent de penser à eux ?

      • Wagdoox dit :

        On peut aussi parlé de toutes ces boites qui faisaient masque et médicament fermées parce pas assez rentable. Mais toujours rentable que l’état n’a pas voulu sauver car « on est pas au Venezuela ici ». C’est plus du capitalisme mais un suicide assisté par l’état.

      • Wagdoox dit :

        NRJ c’est une blague là, on a déjà le leader mondial de la munition. C’était dans les cartons Macron est arrivé et d’un coup d’un seul non c’est pas possible « parce qu’on est pas au Venezuela ici ». Les machines étaient là, les ouvriers aussi et on aurait eu un système dual comme on les aime. Problablement qu’il fallait faire de la place aux allemands.

        • NRJ dit :

          @Wagdox
          On est leader de la munition de chasse, ce n’est pas la même chose. Et les entreprises du secteur ne se sont pas jetées sur l’affaire.

          « roblablement qu’il fallait faire de la place aux allemands. ». Si vous êtes par nature germanophobe, dites le tout de suite, on gagnera du temps. Au cas ou vous l’ignorez on achète nos munitions aux EAU (c’est de là que sont venus des problèmes) et d’Israël.

    • vieux margi dit :

      @julien

      Entièrement d accord. J ai déjà dit la même chose…
      En plus on fabrique et on vend les machines à faire les munitions… Je me souviens il y a quelques années des problèmes de munitions de petits calibres fabriquées à l étranger… On avait ressorti les boites grises bien connues des anciens ( SFM) encore en stock….heureusement…

  7. Titispv dit :

    Cela pourrait être positif peut être une accélération de commande avec le VBAE le GUEPARD les POM le programme scorpion
    Lancer des micro programme plus nombreux pour des capacités spécialiser qu’il nous manque dans, le renseignement les forces spéciales avec notamment les vecteurs nautique par exemple
    Un programme démarcation fluvial avec une assez grosse quantité ( minimum 16) pourrait être lancer

  8. LEONARD dit :

    « Un rôle particulier: »
    « En politique, parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir » .
    Pierre Dac

    • Xaintrailles dit :

      Si elle utilise cet argument là pour défendre son ministère, apparemment cela pourrait toucher des gens insensibles aux problèmes de défense… comme Mme Françoise Dumas, ancienne assistante sociale, passée par le PS pour l’admission dans la vie politique, et bombardée présidente LaRem de la commission de la Défense de l’Assemblée… On aimerait qu’elle ait été « recadrée » après ses récentes déclarations par la MinArm, et que celle-ci soit assez claire pour dire la même chose au Sénat et à l’Assemblée. Mais à ce stade de la crise, c’est sans doute trop demander !

      • SdN dit :

        @ Xaintrailles
        Merci : je ne connaissais pas cette Françoise Dumas.
        J’ai donc regardé son parcours.
        Elle est parfaitement en cohérence avec notre Président-chef qui fait l’éloge de l’amateurisme en politique. D’ailleurs il donne l’exemple en se prenant pour Napoléon.
        L’on est donc fondé à citer un aphorisme de Napoléon : « la grande immoralité, c’est de faire un métier que l’on ne sait pas ».
        Dommage que Macron et ses clients l’ignorent.

  9. Polymères dit :

    C’est assez logique, en France nous n’avons pas beaucoup d’industrie, donc forcément celle de la défense, sera impactée par un plan de relance, même si je sais qu’ici ou ailleurs, le pensée négative ne veut voir que l’armée servant de variable d’ajustement budgétaire.
    On parle bien d’un plan de relance et ou l’ensemble des déficits de cette année seront absorbés par de la dette et non pas par des économies. Il ne faut pas s’inquiéter pour l’instant, il faudra voir comment ça redémarre, il faudra voir le poids de la dette additionnelle sur le budget. Nous avons de la chance de pouvoir emprunter à des taux d’intérêts qui sont parfois sur le court et moyen terme, négatif, c’est à dire qu’on gagne de l’argent en empruntant. Cela semble illogique, mais c’est vrai, ce qui comptera pour cette dette, ce sera une bonne équation budgétaire à partir de 2022 (car 2021 sera une année « test » pour mesurer la reprise et les ajustements à faire).

    Déjà en 2009, dans le petit plan de relance de Sarkozy, on avait vu la défense recevoir son 3e BPC, des caracal et autres. L’industrie c’est un secteur qu’on n’a pas besoin de subventionner dès lors qu’il y a de la commande, de l’activité. Si parallèlement l’état a des besoins, pour les armées ou autres, cet investissement se fera.

    Je ne sais plus à qui je l’avais dit ici il y a quelques jours, mais je suis convaincu que les armées ne seront pas sollicités pour un effort d’économies budgétaires, mais au contraire, qu’elles recevront du bonus et aura des programmes qui vont s’accélérer. Ni dans ce gouvernement, ni dans les oppositions, ni dans l’opinion public il n’y a la même mentalité qu’il y a 10-15 ans ou on s’en foutait et on la voyait comme une variable d’ajustement.
    L’usage de l’armée au quotidien et dans cette crise du coronavirus est un poids de plus pour cela.

    • ji_louis dit :

      Il ne faut pas oublier que plus de matériels, c’est plus de dépenses de fonctionnement sur la durée de vie des matériels. C’est la réflexion de Bercy… Et sur le coup, un navire polyvalent tel un BPC est beaucoup plus rentable que les véhicules blindés, parce qu’on peut s’en servir pour des missions civiles de soutien aux populations. Donc on peut s’attendre à un effort particulier sur la Marine (navires polyvalents de soutien, patrouilleurs de service public, navires pour les T.O.M) plutôt que sur les armements (il n’est pas rentable économiquement de « pousser » la production d’avions de combats ou de nouvelles armes sauf perspectives d’exportation, mais tous les pays ont cette réflexion, et là ce sont les relatons politiques qui priment).

      • Polymères dit :

        Au delà de vouloir faire plus, il y aura aussi une réflexion à faire aujourd’hui les achats qu’on envisage pour dans quelques années, que ce soit le remplacement de navires, de camions, d’hélicoptères…

  10. behemoth dit :

    le ministère étant le premier investisseur public, s’il y a un plan de relance il a son rôle à jouer, surtotu si on mise sur la réindustrialisation. idem pour les EPR notamment

  11. Plusdepognon dit :

    Comme d’habitude, on parle des personnels de la défense pour la galerie :
    https://lemamouth.blogspot.com/2020/04/le-point-de-la-minarm-aux-senateurs.html

    Le SSA qui ne se remet pas des dernières « réformes », la crise en cours y met juste un éclairage cruel dessus :
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2018/12/05/le-ssa-deserte-surprojection-et-concurrence-de-la-sante-publique-affaibliss.html

    Plus largement sur l’état des institutions après 40 ans de potions amères de destruction des Etats nations :
    https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/hopitaux-militaires-ne-pesent-que-1-l-hopital-public-214704

    On parle d’Arquus qui essaie de maintenir sa production :
    https://forcesoperations.com/covid-19-la-production-redemarre-sur-les-sites-darquus/

    Mais pas des AIA :
    https://lemamouth.blogspot.com/2020/04/600-1000-qui-dit-mieux.html

    Ni des évolutions qui les guettent :
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/07/10/l-atelier-industriel-de-l-aeronautique-de-bordeaux-va-extern-20365.html

    Le patronat realise à peine la catastrophe économique qui s’annonce :
    https://www.lepoint.fr/automobile/michelin-toutes-les-usines-auront-repris-a-la-fin-du-mois-08-04-2020-2370688_646.php

    Quand on parle d’argent public par contre, tout le monde écoute :
    https://forcesoperations.com/covid-19-comment-le-ministere-des-armees-soutient-les-pme-de-defense/

    Surtout que la filière même pour les gros acteurs sont touchés :
    https://forcesoperations.com/covid-19-quelles-options-pour-relancer-la-filiere-defense/

    Le « role particulier »du ministère des armées, on s’en doute un peu :
    https://lemamouth.blogspot.com/2020/03/le-coronavirus-combien-de-bataillons.html

  12. Comlalune dit :

    Ou alors plutôt d’actualité : des chercheurs qui cherchent, on en trouve mais des chercheurs qui trouvent… on en cherche. Désolé, je sors

    • Pascal (l'autre) dit :

       » des chercheurs qui cherchent, on en trouve mais des chercheurs qui trouvent… on en cherche. » Charles de Gaulle.

  13. luc dit :

    Pour les nouvelles dotations : « Il faut une infinie patience pour attendre toujours ce qui n’arrive jamais ». P.Dac

  14. mich dit :

    Il va peut être y avoir une réflexion plus abouti sur la sécurité civile ,ce n ‘est pas les dangers qui manquent , on se rend compte que même si l’ on sait plutôt bien faire du  » plan rouge » jusqu’ a un certains niveau , au niveau national ou même régionale on ne peut pas se contenter d ‘ à peu prés ,surtout quand on parle de logistique dans plusieurs domaines à la fois (santé , alimentation,transport etc) ,même avec la meilleure volonté du monde et les compétences de chacun .Ce covid est un sacré coup de semonce , que ce soit pour nous ou même les Chinois (à leur échelle biens sur) 1 ou deux clusters de plus aurait fait débordé le vase , pourtant avec un virus qui reste quand même peu dangereux pour notre espèce , qu ‘il le reste !

  15. Wagdoox dit :

    Déjà ça send le sapin pour le ngf, l’Allemagne parle clairement de couper dans les budgets militaires.
    C’est pas plus mal mais reste à voir si la France lâchera son dernier noyau industriel et son indépendance. Avec micron j’ai pas trop de doute. Nos importations souveraines feront le boulot.

  16. nexterience dit :

    Deux domaines sont à mes yeux candidats pour faire la relance keynésienne indispensable à la remontée de l’économie:
    La transition écologique et la défense.
    -La transition écologique semblera se jouer à l’échelle européenne. Je pense qu’il sera très tentant pour le gouvernement d’inclure la construction des EPR, malgré les déboires: EDF est en si mauvaise posture que l’occasion est inratable.
    .
    -La défense crée également beaucoup d’emplois nationaux. Elle est donc une excellente candidate. On peut espérer plein d’équipements en plus, une accélération majeure des programmes en cours, etc.
    .
    La question économique que je me pose pour les 2 secteurs est le délai , le temps de réponse de cette relance. Avec le lancement de programmes ambitieux, il faut du temps pour recruter tout ce monde qualifié. On n’est plus en 1942 aux USA où les usines embauchaient en quelques semaines des ouvriers à la pelle. Donc faut il espérer une relance seulement de moyen terme, après une année ou deux inévitables de casse et de liquidations ?

  17. Lassithi dit :

    Qui vivra, verra.
    Nous gouvernants sont forts pour dire blanc et faire noir. C’est leur grande spécialité du en même temps.
    L’outil de défense est mis à mal, comme le reste depuis 1992. Le SS, est à l’image du reste.
    Facile de casser, très long à reconstruire, à condition que l’on le veuille vraiment.
    J’ai des doutes sur le changement de vision du monde de ceux qui nous gouvernent et encore moins concernant leur faculté à opérer ce virage à 180°. Ils parlent tous d’industrie, de relocalisation, du petit peuple en héros. Ils ont juste peur de la haute cours de justice que Macron n’a pas réussi à supprimer (au moins Sarkozy avait été plus efficace pour la Présidence).
    Alors même que notre situation est le fruit de leur travail acharné à tout détruire sur l’autel du dogme néo libéral, mondialiste, sans frontière et sa loi, celle du fric.
    C’est un peu comme si Louis XVI était devenu républicain en 1789.

  18. Tiger dit :

    Monsieur Lagneau,

    Pourriez vous nous dire si comme pour les masques la France a des stocks limités sur le « petit materiel »?
    (Munitions, Fusils d’assaut, Missile anti-char anti aérien, pieces de vehicules) Bref tout le materiel qui permet de continuer la guerre de maniere relativement efficace à moindre coût.

  19. Parabellum dit :

    Une toute autre défense est à concevoir pour les années à venir celle d une capacité de frappe lointaine et de sécurisation de nos Zee et d une vraie protection civile.avec en plus une re industrialisation souveraine .penser et agir autrement face à ce qui est la menace chinoise et l inexistante européenne.la cata économique peut servir à imaginer une autre stratégie nationale mais qui saura le faire et l engager vite ?

  20. Jm dit :

    Dans mon post du 16.04, je ne croyais pas si bien écrire
    ———————
    ……..
    Et nous, les militaires, on est toujours sur le terrain, sans récup et sans prime, parce que j’ai eu beau chercher, les primes de 1000 à 1500 € pour les fonctionnaires en première ligne , ça ne concernera pas les militaires.
    Pourtant, et on ne m’a toujours pas démontré constitutionnellement le contraire et pour cause, les militaires sont des fonctionnaires.
    Mais comme d’hab, pas de syndicats, donc deux poids deux mesures, on va piocher là où ça ne gueule pas.
    Je ne serai pas surpris de voir y compris sur ce blog un article ou un commentaire de Mme Parly – Parla por nous dire que « nous allons participer à l’effort national »!!!!!
    Mais aucun article sur l’effort national pour la SNCF, EDF, l’EN.
    ——-
    Et quand je vois ce qui se passe actuellement, je crois rêver.
    On n’est pas prêt de relancer l’économie, je pense qu’avec ce qui ce passe, c’est même l’effet contraire qui va se passer, parce qu’à force de saper la motivation de tous, l’envie n’y sera plus
    Nous allons droit vers une armée de….fonctionnaire, et rien de plus, parce qu’aucun intérêt à faire plus.
    Et pour preuve.
    Je viens d’avoir d’un CIRFA des infos qui laissent pantois.

    – notre chef nous dit qu’il faut alléger les procédures administratives, qu’il faut simplifier, etc, etc.
    – on nous dit qu’il faut recruter y compris en procédure de télétravail
    Mais….
    – la DIRISI a fermé tous les accès informatiques vers l’extérieur, c’est vrai que les candidats ont tous des adresses intradef.gouv.fr !!!!
    – désormais, les gens travaillent à partir de messageries « personnalisées » et donc bravo la sécurité et la confidentialité, quand ça ne passe pas par WhatsApp
    – les interlocuteurs des CIRFA sont à 90% des civils (Pôle Emploi, Education Nationale, etc), et sans ISPT ou Internet, ils font comment pour obtenir les infos, réaliser les dossiers et les transmettre?
    – les réservistes n’ont pas le droit de faire des périodes en télétravail parce qu’il paraît que c’est interdit – j’attends qu’on me montre le texte qui précise ce point, car il n’existe pas
    – et c’est bête parce que les réservistes sont les personnes qui sont le plus implantés dans la société civile, certains sont mêmes des élus avec leurs entrées facilitant la mission, et se comporter comme cela est un luxe qu’on ne peut pas se permettre actuellement
    J’espère que des hauts gradés vont lire ce post, parce que si les armées veulent maintenir le niveau de motivation et de recrutement, il va falloir peut-être rectifier le tir rapidement.

    • Plusdepognon dit :

      @ Jm
      On va vous répondre « cyber », « start up » et « intelligence artificielle » :
      https://forcesoperations.com/ces-startups-dans-les-starting-blocks-pour-contrer-le-covid-19/

      Nous verrons au résultat.

    • nexterience dit :

      WhatsApp est à boycotter. Utilisez Olvid, c’est français et crypté !

    • mich dit :

      « Et nous, les militaires, on est toujours sur le terrain, sans récup et sans prime, parce que j’ai eu beau chercher, les primes de 1000 à 1500 € pour les fonctionnaires en première ligne , ça ne concernera pas les militaires. »
      Vous en avez pas marre de déblatéré , et de donner du « nous les militaire  » , cela ne vous suffit pas de représenté votre grande …bouche , personnellement votre poste me fait honte et en plus monsieur à des problemes existentiels de réseaux , malheureux va , vous faites un joli porte parole .

      • Jm dit :

        Monsieur a des problèmes, mais à la lecture de ce qui écrit supra et infra, j’ai le sentiment, voire la certitude de ne pas être le seul.
        Monsieur en a marre de devoir pleurer tous les jours 3 bouts de ficelles pour assurer la ou les missions, pendant que certains se gobergent au frais de l’Etat.
        Monsieur en assez de vois qu’on cannibalise un 2K voisin pour que je puisse réaliser deux heures de vol en mission de surveillance du territoire (et donc assurer votre sécurité)
        Monsieur en a aussi assez de faire des 60 / 65 h par semaine, tout temps, tout lieu, et d’être toujours obligé de se serrer la ceinture au profit d’autres qui sont soi-disant défavorisés, et que plus on aide, plus ils sont défavorisés.
        Mais cela doit être votre cas, votre commentaire laissant entendre que les militaires sont des nantis qui doivent se contenter de leur riche condition, et qu’ils n’ont pas à se plaindre.
        Quand je pense que des camarades gagnent pour certains moins que le SMIC en s’engageant et à peine plus plusieurs années plus tard pour défendre des gens comme vous, vous me faites honte.
        Même si nos conditions ne sont pas idylliques, nous n’avons pas mis de gilet jaune pour revendiquer et bloquer le pays.
        Et je ne vois pas en quoi un fonctionnaire de préfecture présent à son boulot est plus méritant pour percevoir une prime qu’un militaire qui était également présent à son boulot.
        C’est ce que j’écrivais, il y a deux poids deux mesures.

        Voilà, ce que pense Monsieur qui en a assez de voir toujours les mêmes profiter et abuser de situation, alors qu’il a sous ses ordres des sergents et caporaux-chefs vivant dans des taudis (il n’y a pas d’autres termes), mais pour lesquels on ne peut rien faire parce que toujours à la limite des minima pour obtenir les aides aussi minimes soient-elles, et qui eux défendent la France et les français.

        Sans compter la fameuse phrase totalement illégale et entendue à la CAF quand j’ai accompagné un de mes cadres en difficultés : « si vous continue, j’appelle votre chef ». Ça tombait bien, j’étais là.

        Et oui, toujours fermer sa gueule.
        Et n’oubliez jamais que si certains ne l’avaient pas ouverte, vous parleriez allemand.

        Et si on vous écoute et on vous suit, la prochaine va se passer comme la précédente, même absence de moyen, même absence de personnel, et surtout même présence collaborationniste d’une certaine partie de la population dont vous semblez faire partie, celle qui s’accommode de tout du moment qu’on ne touche pas à son pré carré, et je ne sais pas quelle langue on va devoir apprendre : chinois ou russe.
        Perso, je préfère le russe, je n’ai jamais été doué en dessin et hiéroglyphes.

        Au fait, juste un détail : il n’y a qu’à l’Education Nationale que j’accorderai cette prime, pour que des personnes comme vous puissiez retourner à l’école afin d’essayer d’écrire un commentaire en pseudo français, comportant moins de 7 fautes d’orthographe en 5 lignes.

        • Jm dit :

          Désolé pour l’erreur de copier / coller
          Monsieur en a assez de voir qu’on cannibalise un 2K voisin pour que je puisse réaliser deux heures de vol en mission de surveillance du territoire (et donc assurer votre sécurité)

          Quant à la phrase de la CAF  » si vous continue, j’appelle votre chef « , je ne change rien, c’est bien comme cela qu’elle a été prononcée.

    • Fonctionnaire territorial ancien mili dit :

      @ jm, je suis d’accord avec vous, excepté sur un point qui est essentiel : ce ne sont pas les syndicats qui font la différence entre les fonctionnaires civils et les militaires.
      La différence, c’est l’interdiction faite aux militaires de fréquenter les partis politiques et de siéger dans les assemblées politiques territoriales. Les fonctionnaires civils (à titre personnel et hors service) y sont nombreux. Or c’est là que se fait la carrière des élus locaux qui légifèrent et qui nous gouvernent : ces élus locaux peuvent piétiner, sans risque pour leur carrière, les militaires qui sont absent de ces cénacles mais ne peuvent pas en faire autant avec les fonctionnaires civils.
      .
      Sur les syndicats, ne vous faites aucune illusion : pour les fonctionnaires civils, l’existence de syndicats (associés à la gestion des personnels depuis une loi socialo-communiste de 1983) sont un problème supplémentaire et non pas une protection.

  21. Matou dit :

    Madame Parly a raison d’avancer ses pions. La bataille va être rude sur le plan budgétaire.
    Sur un autre plan, je trouve qu’il est regrettable que les médias ne parlent plus que du Coronavirus, certes fortement d’actualité hélas, et en oublient nos soldats qui sont au front sur différents théâtres.
    Heureusement qu’il existe ce genre de site.
    Soyez en remercié pour eux monsieur Lagneau.

  22. Paul Bismuth dit :

    Il y a un petit article sur le Serval et la continuité de service des industriels de l’armement en temps de COVID-19:
    https://forcesoperations.com/les-premiers-griffon-attendus-au-1er-ri-des-cet-ete/

    Plus largement:
    https://forcesoperations.com/covid-19-quelles-options-pour-relancer-la-filiere-defense/

  23. Plusdepognon dit :

    Du moment que pour se payer des matériels hors de prix, on utilise pas la traditionnelle méthode de diminuer la masse salariale…
    https://www.meta-defense.fr/2020/04/16/pour-florence-parly-le-budget-des-armees-pourra-contribuer-a-la-relance-economique-du-pays/

  24. Plusdepognon dit :

    Il y a des secteurs plus gourmands que d’autres :
    http://www.paxaquitania.fr/2020/04/la-propulsion-hybride-un-atout-pour.html