CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Défense : Le projet de loi de finances rectificative prévoit d’annuler 1,4 milliard d’autorisation d’engagement [MàJ]

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

40 contributions

  1. PK dit :

    Avec ou sans la vaseline ?

  2. Arnaud dit :

    Bonne idée de proposer des annulations de crédits au moment ou on nous explique qu’il faut sortir de l’OTAN…

  3. BCh dit :

    Les promesses des politicards n’engagent que ceux qui veulent bien les croire.

    Que l’armée s’en souvienne au moment au ce gvt, tous les jours moins légitime, l’appellera a la rescousse face a la fronde populaire !

  4. Électeur dit :

    J’ai comme l’impression bizarre qu’il y a quelque part une promesse non tenue.
    .
    J’avais cru comprendre que le budget militaire désormais l’on pourrait compter dessus.
    .
    C’est sûrement moi qui avais mal compris.

  5. petaf dit :

    engagez vous qu’ils disaient …

  6. revnonausujai dit :

    le job du ministre des armées , c’est de défendre les crédits de son ministère, pas de raconter des sornettes en voyage d’agrément !

  7. Jm dit :

    J’attends de lire les grandes démonstrations des économistes censeurs qui œuvrent sur ce blog, ceux qui m’ont dit, qui ont dit à d’autres, que nous étions des ignares en matière d’économie, qui nous mis plus bas que terre quand nous avons eu l’outrecuidance d’écrire que d’une part que le budget ne serait pas tenu, et qu’on l’amputerai à terme en fin d’année, en toute liberté et discrétion, au milieu de grèves, de migrants et autre privatisation…..
    Ces mêmes économistes qui nous ont démontrés avec des raisonnements d’une demi-page que ce même budget était en augmentation, comme prévu.
    On y croit.
    Je n’ai pas fait économie +12, mais chez moi, quand on m’enlève 1.4 milliards, cela s’appelle une diminution du budget alloué.
    Niveau CE2 : une soustraction.
    Alors, reprenez les articles de début d’année (février à avril), nous avions déjà écrit que le budget ne serait pas tenu, (comme les précédents d’ailleurs) , car l’état aurait besoin d’argent pour les élections à venir (et oui, tout est lié) et accessoirement boucler celui de l’Elysée (moquette and C° !!!).
    Nous avions écrit à l’époque, que nous aimerions savoir quel effet cela aurait si le budget de l’Education Nationale était amputé de la même somme. Déjà qu’avec un budget tenu et augmenté, ils seront dans la rue le 5 décembre pour demander plus de moyens, alors imaginez les conséquences d’une amputation, imaginez.
    Donc on tape une nouvelle fois sur ceux qui ne disent rien.
    Pour l’instant.
    Messieurs, méfiez-vous, car, comme vous, nous allons appliquer avec rigueur vos textes, lois règlements et autres instructions à la lettre.
    En secteur civil, cela s’appelle la grève du zèle.
    En milieu militaire, cela s’appelle exécuter strictement les ordres.
    C’est déjà arrivé dans certain escadron, souvenez-vous.
    Vous privatisez la Française des Jeux.
    Nous, on ne joue pas. On ne joue plus

    • Eric dit :

      On ne vous enlève pas 1,4 milliards. Je n’ai pas fait éco+12 non plus, mais je prend au moins le temps de lire attentivement les articles : vous devriez faire pareil, ou au minimum vous renseigner sur la différence entre autorisations d’engagement et crédits de paiement. Vous devriez aussi vous renseigner sur la procédure budgétaire et sur son exécution : il s’agit du projet de loi de finances rectificative, qui soit dit en passant est tout à fait normal et a lieu chaque fin d’année. Il devra de toutes façon être approuvé ou amendé par les deux assemblées, et les débats ne font que commencer.
      Et puis je ne vois absolument pas ce que vient faire la privatisation de la Française des Jeux là-dedans : l’état continuera de toutes façons à encaisser des taxes conséquentes sur les jeux.

      • Jm dit :

        Désolé, mais ça va être un peu long…

        Pour la Française des Jeux, il manque un petit morceau de phrase et je vous d’accepter mes excuses pour cette coquille dont je suis seul responsable.
        La phrase était ; vous privatisez la Française des Jeux, le montant de cette privatisation équivaut à ce montant d’annulation.
        Alors pourquoi annuler, si ce n’est que pour allouer cette somme de cette privatisation ailleurs.
        Ce qui va faire 1.4 milliards plus 1.9 milliards donc 3.3 milliards.
        Et cela va aller où?
        Apparemment pas le budget Défense !!!!
        Vous privatisez la Française des Jeux ?
        Nous, on ne joue pas. On ne joue plus

        Et pour vous répondre, comme disait Coluche, comme j’ai pas tout bien compris…..et pour faire simple au milieu de ce nouveau bidouillage financier :
        – les autorisations d’engagement (AE) correspondent à l’engagement juridique de la dépense
        – les crédits de paiement (CP) correspondent au paiement des dépenses engagées, une fois la prestation correspondante réalisée. La consommation des CP marque le dénouement de l’engagement juridique.
        – Les crédits (AE et CP) sont votés par le Parlement pour un exercice.
        – Les AE n’ayant pas été consommées par un engagement juridique sont annulées en loi de règlement

        Ça va, j’ai tout bon ???

        Ce qui fait que sur les propos qu’on nous a tenu depuis deux ans sur un budget en augmentation, on nous a une nouvelle fois menti, parce qu’au final, il va manquer 1.4 milliards d’engagements pour le budget qui était initialement prévu, et cela ne peut être reporté sur l’année prochaine.
        D’ailleurs, les « ponctions » n’ont jamais été reportées.

        Parce que si vous amputez 1.4 milliards d’engagement juridique de la dépense, ça veut dire que vous avez 1.4 milliards de projets que vous ne pourrez pas engager, puisque au final vous n’aurez pas ni l’autorisation ni le droit de les payer.

        Et pourquoi ?

        Parce que vous avez beau m’écrire que cela n’est pas encore fait, au final, en commission paritaire, si cela va jusque là, ce sera le parlement macronien qui aura le dernier mot ce sera entériné, vous le savez bien, on n’a jamais vu le contraire, c’est devenu une habitude en queue de budget.

        Et ce sera idem pour 2020, avec un budget qui sera une nouvelle fois voté en catimini le 31 décembre à 23h30 par 9 députés – Cherchez bien, vous verrez que c’est souvent arrivé dans un passé très très récent et avec moins de députés encore.

        Et vous ne pourrez pas dire que je ne me renseigne pas : le 25 septembre 2018, au dernier paragraphe de l’article ci-dessous, issu d’un site officiel gouvernemental dont je vous mets le lien pour qu’il n’y ait pas de doute, la ministre précise que « Les crédits budgétaires consacrés à la mission Défense augmentent de 1,7 milliards d’euros par rapport à 2018 ».

        Le 7 novembre 2019, le ministre déclare « que le ministère des Armées n’échappera pas à des annulations d’autorisation d’engagement et de crédits de paiement. En effet, 1,4 milliard d’autorisations d’engagements sont annulées dans ce projet de loi. De même que 77 millions de crédits de paiement ».
        Chez moi, augmentation de 1.7 moins diminution de 1.4, il en manque au final, parce que comme il faut 280 millions pour les surcoûts Opex, on est quasiment à ………zéro.

        https://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/projet-de-loi-finances-2019-un-budget-solide

        Projet de loi finances 2019 : un budget solide
        Mardi 25 septembre 2018, Florence Parly, ministre des Armées, a dévoilé le projet de loi de finances 2019 (PLF) soit un budget de la défense de 35,9 milliards d’euros et un budget pour le monde combattant et le lien Armée-Nation de 2,2 milliards d’euros.
        Il s’agit de la première marche de la loi de programmation militaire 2019-2025. L’effort financier est celui qui avait été annoncé par le président de la République et entame la régénération des petits équipements et gros matériels militaires. Ce budget place également les hommes et les femmes du ministère au cœur de son action avec la poursuite du Plan Famille. « Cette loi prévoit pour nos Armées les moyens financiers nécessaires pour atteindre l’objectif fixé par le président de la République : consacrer 2% du PIB à notre Défense d’ici 2025 », souligne Florence Parly, dans son édito.
        Des fondements budgétaires solides
        Les crédits budgétaires consacrés à la mission Défense augmentent de 1,7 milliards d’euros par rapport à 2018 avec une provision « OPEX » de 850 millions d’euros, soit 200 millions d’euros de plus que l’année dernière. « Les crédits alloués reposent intégralement sur des ressources budgétaires et non sur d’hypothétique recettes exceptionnelles, ajoute la ministre. Ce PLF donne ainsi une traduction budgétaire plus fidèle de la réalité de l’engagement opérationnel de la France. »
        ———
        Allez, on va faire simple.
        J’achète une maison 400 000 €.
        Tout est calé, signé, promesse de vente.
        Et quand tout est signé, je dis au notaire qu’il peut s’asseoir sur ses 14 000 € de ses frais d’acquisition, couramment appelés « frais de notaire ».
        Ça va bien s’passer.

        Autre exemple : Budget de l’éducation nationale 73.2 milliards. Allez leurs dire que vous leur enlevez 3 milliards.
        Là aussi, ça va bien s’passer.

        Pourquoi quand c’est simple, il y a toujours des personnes qui nous expliquent que ce n’est pas aussi simple que ça.

        On nous a une nouvelle fois menti.

        Comme d’hab !!!!!

        C’est simple, non.

  8. Parabellum dit :

    Éternel bidouillage comptable et budget plus ou moins flottant…et si macron trouve que la limite des 3 pour cent de déficit est périmé qu il en tire les conséquences…on peut faire un Frexit sans le dire ? On peut continuer à faire du franco allemand alors qu on n a pas la même stratégie ? Les allemands ont peur des russes et c est tout en fait.nous on a une Zee et une façade sud et des territoires lointains.on a aussi l arme atomique.le retour à une politique nationale suppose des choix concrets et un soutien qui n est pas celui des socialistes reconvertis dans le macronisme. A moins que macron joue une alliance avc les restes des le gaullistes face à une ex extreme gauche Alliée aux verts.et pour tenir face à le pen. Mais tout n aide pas nos pauvres pénuries militaires et demande du temps pour rectifier le tir…l Espagne vote dimanche et peut revenir à droite .macron tente en fait un coup d avance

  9. Carin dit :

    Gérald Darmanin est dans son rôle de comptable… il soumet donc des vues d’ajustement des budgets pour cadrer avec les exigences européennes…
    charge au parlement, MINARM,MINAE, voir ministre du budget, premier ministre et président de la république de rectifier.. ou pas… les « vues » de M Darmanin. Nous verrons bien ce qu’il sortira après la bagarre.

    • Benoît Préchart dit :

      @ Carin, le rôle d’un ministre, Darmanin comme les autres, c’est d’exécuter les lois.
      Les lois de la Républiques et notamment la loi de finances votée en début d’exercice budgétaire. Pas de « cadrer avec les exigences européennes ».
      Et si un ministre (membre de l’exécutif) n’exécute pas les lois, l’Assemblée dite « nationale », supposée nous représenter, censure le gouvernement.
      Du moins en théorie car nos « représentants (les députés) ont tellement peur d’une dissolution de leur Assemblée qu’ils n’osent même plus faire leur boulot.

      • Eric dit :

        Non. Le projet de loi de finances rectificatif est parfaitement légal et est conforme à la constitution. Chaque fin d’année, le gouvernement doit ajuster l’exécution de la loi de finance et soumettre le projet de loi rectificatif à l’approbation du parlement. Darmanin exécute bien les lois dans ce cas précis, que ça vous plaise ou non.

        • Benoît Préchart dit :

          Eric, un budget doit être tenu.
          Si un comptable ne tient pas le budget qu’il a lui même proposé en début d’exercice budgétaire, c’est qu’il s’est trompé (ou qu’il a volontairement trompé les décideurs).
          .
          Les « ajustements » dont vous parlez résultent seulement des imprévisions du comptable.
          .
          Un comptable peut prévoir des « marges de manœuvre » en début d’exercice mais pas, en fin d’exercice, proposer une « loi de finances rectificative » qui change tout ce qui avait été prévu.
          .
          Au-delà du simple formalisme comptable, il y a la trésorerie des entreprises qui travaillent pour la Défense, et donc les emplois qu’elles génèrent. Car les entreprises, elles aussi, prennent des engagements envers leurs fournisseurs et envers leurs personnels.
          Fournisseurs et personnels qui, eux aussi, ont des engagements.
          .
          Alors dire que les « autorisations d’engagement » ne sont que des faux engagements, c’est plus que malhonnête, c’est cynique.
          .
          Mais ce comportement cynique, devenu possible depuis le temps que nos représentants du Législatif laissent Bercy la bride sur le cou, ce comportement responsable ne pourra pas durer, quels que soient les sophismes professés par les Éric et consort.

  10. MAS 36 dit :

    Les faits et les chiffres sont cruels. Nous n’avons pas les moyens de notre politique. D’où l’appel pressant du Président pour une Europe forte. Il va nous falloir réduire la voilure sur certains fronts. Troupes à bout de souffle, matériel hors d’âge, nous atteignons le point de rupture. Et là la sanction c’est des pertes humaines.

    Les parlementaires prendront leurs responsabilités, ou pas.

    • Europhobe ex-europhile dit :

      Nous n’avons pas les moyens de notre politique depuis qu’en 1972 le SME (concocté par Pompidou-Giscard en accord avec les Allemands) nous interdit de fabriquer la monnaie dont nous avons besoin.

    • cipal dit :

      si jamais ils prenaient leurs responsabilités ce serait un tremblement de terre !
      Bref pas plus de commentaires cela fait des années que ces individus se moquent complètement de nous !
      encore un effort dans l’enfumage et nous ne serons plus là pour leur sauver la mise … tout ceci me rappelle la fin de la royauté en gros nous sommes en 1788 … ils devraient se méfier de Juillet prochain ….

    • TINA2009 dit :

      Bsr MAS36 !

       » … Réduire la voilure sur certains fronts …. ».. . Y pensez-vous réellement ??? Je ne peux le croire !!!
      Tout est prévu chez les idéologistes … Et leurs LEURS SBIRES  » élus démocratiquement » … Appliquent avec exactitude et promptitude les consignes des premiers.
      – Aussi , le plus grand danger de ces idéologistes et de leurs Sbires-Servants serait qu’un militaire se rebiffe et soit rejoint par la plus grande masse de ses camarades, pour imposer une vue contraire … Une vue patriote, de préservation nationale, de préservation ethnique/religieuse/économique nationale/ de centralisation administrative…. ALORS Là , ce serait le bouquet !!!!

      —-< Ou est notre Nouveau Gal de GAULLE et surtout ses Sbires et Lieutenants ????
      Très proche….

  11. Fonctionnaire territorial ancien mili dit :

    C’est le résultat d’une rivalité entre deux petits politiciens : pendant que Macron s’efforce de sembler crédible sur les affaires internationales et militaires, son petit camarade Darmanin montre qui est le vrai chef.
    Darmanin a déjà réussi à infliger une grosse bâche au petit président-chef avec la démission de Pierre de Villiers.
    .
    N’ayant pas été sanctionné (pourquoi ? Quel moyen de pression Darmanin a-t-il sur Macron ? Je ne sais pas) on double le coup qui a si bien marché en 2017.
    .
    Et pendant ce temps, la « représentation nationale » laisse faire.

    • Aymard de Ledonner dit :

      Darmanin est effectivement pénible, mais comme tous ces prédécesseurs qui se sont tous vus comme un super premier ministre qui aurait un droit de veto sur toutes les dépenses.
      La démission de De Villiers est une conjonction malheureuse d’erreurs de part et d’autre. De Villiers a voulu maladroitement mettre la pression sur Macron qui ne l’a pas admis. Ce en quoi il avait raison : le CEMA n’a pas a essayer de faire pression sur le président.
      Mais Macron venait d’arriver et il a sur-réagi.

      Je ne pense pas qu’il faille voir des complots partout. Au final le budget des armées augmente alors que quand Darmanin roulait pour Sarkozy l’armée a perdu 30% de ces capacités….

      • Fonctionnaire territorial ancien mili dit :

        L’on peut ne pas voir de complots partout mais on peut aussi (et c’est plus conforme à la réalité du monde politique, que je connais un peu) voir des arrivismes forcenés et des rivalités de personnes pour qui l’intérêt général ou national ne signifie rien.
        Quoi qu’il en soit, il reste qu’une loi a été votée par nos représentants et que l’Assemblée doit censurer (= congédier) un gouvernement qui n’exécute pas la loi de finances. Tout « collectif budgétaire » (= correctif) accepté par l’Assemblée est une capitulation du Législatif devant l’Exécutif.
        Derrière cette anomalie budgétaire se profile un dysfonctionnement institutionnel grave.
        Pas nouveau, hélas parce que la coutume tient lieu de loi, mais grave.

      • cipal dit :

        le nain darma est un médiocre imbu de lui même… mais qui ne l(est dans cet assemblage d’opportunistes gouvernementaux

      • Plouc putatif dit :

        Aymard ré-écrit l’histoire.
        Pierre de Villiers n’a pas essayé de faire pression sur le Président.
        .
        Le CEMA a vertement dit ce qu’il pensait d’une décision ministérielle à une commission parlementaire réunie à huis clos.
        L’information a fuité mais le CEMA n’y est pour rien.
        Macron s’est cru visé par la protestation du CEMA.
        .
        Prétendre que Pierre de Villiers a voulu faire pression sur le Président, c’est tout simplement de la calomnie.

  12. Lahire dit :

    Dans toute entreprise sérieuse, un directeur financier qui ne tient pas le budget qu’il a proposé en début d’année se fait virer par le PDG ou par le conseil d’administration.
    .
    Mais en démocratie dite « représentative », non : les citoyens sont moins bien représentés que les actionnaires d’une entreprise.

  13. Belzébuth dit :

    Du coup, pour les « petits équipements », c’est encore repoussé ou pas ?
    https://forcesoperations.com/budget-2020-un-effort-sur-les-petits-equipements/

  14. Polymères dit :

    Comme il était à prévoir, les pessimistes de salon qui pensent tout savoir tournent rapidement cela en une baisse budgétaire.
    Laurent Lagneau, vous auriez dût être plus précis dans les explications, car là on va nouveau avoir droit à tout un lot de personnes qui vont croire que le budget de l’année aura été amputé car ces gens ne comprennent pas la gestion budgétaire qui est faîte et qui se fait sur des années.

    Alors remettons les choses en ordre, non les autorisations d’engagements (AE) ne sont pas des crédits.
    Les AE sont d’une certaine manière une prévision de dépense, les crédits sont la dépense.
    Chaque année on définit un budget selon des prévisions qui ne sont et ne peuvent pas être parfaitement justes pour diverses raisons. Toutes les années, au premier novembre, on vient clarifier ces imperfections prévisionnelles avec une loi dîtes rectificative qui va définir les plus et les moins réalisés pour rester dans les clous. Cette rectification ne doit pas être vu comme une décision politique pour couper dans les dépenses, comme si elle serait un changement de programme, non, c’est de la gestion financière intérieure automatique.
    Alors bien entendu les problèmes viennent quand à la fin de l’année on se retrouve avec un trou à combler et si généralement Bercy se plaint et cherche à ne pas déborder en essayant de faire des économies pour suivre une contrainte politique (comme les 3% de déficit) le pouvoir politique, s’il le veut peut très bien faire une entrave par l’endettement complémentaire.
    En soit c’était aussi ce problème que la défense mettait dans les roues de Bercy chaque année en sous-estimant volontairement le coût de ses opex, conduisant à un surcoût pour lesquels on faisait appel à l’ensemble des ministères. Nul étonnant alors que la défense était une cible « logique » de Bercy pour compenser et que ce n’était que le combat politique qui permettait plus ou moins d’éviter les coupes. Notons le bon sens qui a été entrepris pour augmenter l’enveloppe Opex et éviter ainsi en fin d’année, de devoir emmerder tout le monde avec ça, c’est d’ailleurs une des choses notables de ce gouvernement, vouloir éviter la déviance budgétaire, en d’autres termes que le projet de finance voté corresponde en fin d’année sans se retrouver avec des milliards de décalages conduisant à réaliser des coupes budgétaires.

    Dans ce PLRF, on peut lire également:
    « Sur la mission « Défense », 214 M€ sont ouverts, sur les crédits hors masse salariale, afin de couvrir les surcoûts non-provisionnés des opérations extérieures et des missions intérieures assurées par les armées. Ce montant d’ouvertures au titre des OPEX est le plus faible observé depuis 2007, 2012 excepté, et témoigne de la sincérisation effective du budget.  »
    Ce qui techniquement veut dire que l’an prochain, avec 200 millions de plus, la défense dans l’engagement actuel ne présentera plus de surcoût, ce qui est parfait.

    Pour faire simple, l’AE est en fait une prévision de financement d’un programme, le crédit c’est l’argent effectif qui y est injecté, l’argent du budget de l’année.
    Il est bien stipulé « Annulation de 1149,6 M€ en AE de crédits hors titre 2 en raison du décalage technique des affectations sur tranches fonctionnelles au Service industriel de l’aéronautique (SIAé), ainsi que du décalage en 2020 de marchés pluriannuels de maintien en condition opérationnelle ». En gros c’est la signature de papiers/contrats induisant des crédits pour les années à venir qui sont annulées et non pas de l’argent qui est retiré et si des crédits étaient prévus en 2019 pour ces AE, alors ils seront réaffectés ailleurs. Sauf qu’on voit que non, que le programme 178 ne perd pas d’argent, qu’il en reçoit même au contraire (les 214.2 M€ pour les Opex)

    Dans le programme 146 équipements des forces, les AE et les crédits sont liés, car en d’autres termes on peut dire que l’AE c’est la signature d’une commande. On constate qu’il est mentionné des une annulation de 133 M€ en AE et 167M€ en crédits mais qu’on parle là des fonds mise en réserve (pour justement faire face en fin d’année à l’imprévu) ce qui revient ici en fait e un déblocage de la réserve (comme toutes les années) moins la part de la défense finançant comme toujours sa part des financements interministériels (dont les surcoûts opex).

    En d’autres termes, la défense perd 70 millions de crédits, donc de budget pour financer d’autres dépenses exceptionnelles (dont le surcoût opex), comme tous les autres ministères.
    Alors certains diront que ce n’est pas normal, que Macron est un menteur et j’en passe, oubliant au passage qu’on a un budget en hausse de 1.7 milliard et qu’on semble tourner le débat vers un budget qui serait en baisse…
    Mais si on regarde les années d’avant, on voit qu’on est loin des 900 millions de 2017 par exemple lorsque Macron a entamé sa politique d’assainissement budgétaire qu’Hollande laissait filer et ou chaque année on avait droit aux coupes et problèmes de fin d’années. C’est aussi cela qui a fait partir notre précédent CEMA et je le disais à l’époque, il a fait une erreur de compréhension de la politique budgétaire version Macronienne, qu’avec le temps ça allait se lisser et ça se fait, on arrive au point zéro et le budget augmente.
    Je n’ai pas voté Macron, mais sur cet aspect là, c’est une bonne chose.
    Faut dire aussi que si la FDJ se voit privatiser en ce mois de novembre, c’est aussi pour amener de l’air en fin d’année et en réalité, on devrait peut-être même se retrouver au vert au point de redistribuer quelques crédits aux ministères contributaires.

    Alors avant de s’exciter à vouloir croire en des coupes budgétaires par nostalgie du passé, sachons comprendre, sachons attendre et ne construisons pas de fausses réalités pour se satisfaire politiquement d’une haine de l’exécutif ou je ne sais quoi.

    • Électeur dit :

      Toujours aussi verbeux, « Polymère ».
      Mais un budget proposé par le Gouvernement et voté par la Représentation nationale doit être exécuté par ledit Gouvernement, quel que soit le baratin dont on essaye d’envelopper le dédit.
      Lorsque le Gouvernement propose un budget (que l’on appelle ça comme on veut : « autorisation d’engagement », ça veut bien dire autorisation d’engagement, donc dépense programmée), ce budget doit être exécuté. Sinon c’est malhonnête.

      • Europhobe ex-europhile dit :

        Exact. Ou alors modifions la Constitution : « Bercy exécutera le budget sans tenir compte des votes parlementaires mais en se conformant aux directives de la grosse commission européenne. »
        C’est ce qui se passe, alors autant le dire clairement.

      • 341CGH dit :

        @ Électeur, vous êtes trop indulgent.
        Un gouvernement qui n’exécute pas une loi de finances et un parlement qui laisse faire, ça s’appelle « forfaiture ».

    • cipal dit :

      Nous sommes tellement c…s que vos lumières courtisanes nous laissent muet d’admiration devant votre science !

      • Plouc putatif dit :

        @ cipal, à cause du ton désagréable de votre contribution, ce serait sympa de préciser auquel des intervenants précédents vous vous adressez. À « Polymères », je suppose ?

    • Jm dit :

      Monsieur Polymères
      Je veux bien croire ce que vous voulez.
      Je veux bien entendre ce que vous voulez.
      Je veux bien attendre ce que vous voulez.
      Je veux calculer ce que vous voulez.
      Mais quand je lis votre dernière phrase:
      « Alors avant de s’exciter à vouloir croire en des coupes budgétaires par nostalgie du passé, sachons comprendre, sachons attendre et ne construisons pas de fausses réalités pour se satisfaire politiquement d’une haine de l’exécutif ou je ne sais quoi. »
      Je n’ai aucune haine, ce n’est pas dans mon tempérament, d’autant que cela vient, au final, de mon chef.
      Mais je pense, sans aucune prétention, avoir bien compris à la fois la démonstration de l’état des lieux et votre explication, certes longue, mais claire, n’en déplaise aux grincheux.
      Mais attendre, je vous avoue que j’en ai marre.
      Marre d’attendre depuis 30 ans les remplaçants des VAB pour que nos camarades mettent toutes les chances de leur côté pour que nous ayons la possibilité de nous exprimer, marre de voir que mes 2000 sont refités tous les deux ans pour durer jusqu’en 2050, marre de voir les bâtiments de la Marine rouiller à Toulon, marre de voir qu’à force de proposer des salaires de Smic à des Bac + 2 / 3 / 4, l’armée n’intéresse plus ……que les civils contents d’y avoir un peu de pouvoir et surtout une sécurité globale, de l’emploi et du reste, etc, etc, marre de voir que nos gendarmes, comme l’an dernier, ont un budget à zéro côté carburant dès le début novembre.
      Marre de voir tous les ans le budget rogné et de lire tous les ans des commentaires m’expliquant que cette baisse est en réalité une hausse et que depuis 20 ans, nous sommes 450 000 à ne rien comprendre, que notre budget est magnifique, en perpétuelle augmentation.
      Pourquoi alors autant de grogne, à tous les étages, pourquoi autant de départ et si peu d’arrivée, pourquoi les gans sont de moins en moins motivés, pourquoi il y a autant de commentaires d’insatisfaction ?
      A force qu’on me dise que certains ne voient que le verre à moitié plein, d’autres le verre à moitié vide, force est de constater que le verre est désormais deux fois trop grand.
      Quand je vois que même des commissaires généraux et des généraux parmi les plus modérés commencent à ruer pour ne pas dire plus, à ne plus hésiter à dire tout haut que ça ne va pas, qu’ils n’ont plus, eux-mêmes les moyens de gérer.
      Et qu’on ne me parle des surcoûts Opex : les Opex et les engagements financiers liés ne sont pas une surprise, ça fait 40 années qu’on est en Opex, celles actuelles sont déclenchées depuis 3 ans pour la plus récentes, donc il n’y a pas surprise sur le coût.
      On prend beaucoup moins de gants pour l’augmentation exceptionnelle du budget de l’Elysée, qui ne souffre pas du lissage macronnien, lui. Plutôt l’envie…macronnienne (au féminin !!!)
      Plutôt de la folie des grandeurs de bobo gaucho qui ne connaissent de la vie que les palais dorés.
      Étrangement, le lissage macronnien demande de resserrer la vis budgétaire à tout le monde.
      Sauf à lui-même. Fais ce que je te dis….
      Cette année on privatise la FDJ pour se donner un peu d’air. Ok.
      Mais en 2020, quand on va nous augmenter la diminution de la stagnation du lissage macronnien, on va vendre quoi, pour se donner une nouvelle bouffée d’oxygène ?
      Parce que c’st un peu comme au Monopoly, quand on aura plus rien à vendre….game over.

    • TINA2009 dit :

      Bsr Aymard de Ledonner !

      Petit conseil gratuit : NE TENIR AUCUN COMPTE Des Articles de LA TRIBUNE . Inutile de Lire : CE N’est QUE DE LA MANIPULATION!
      PS intéressant comme conseil , non ? Je viens de vous faire gagner un temps « CONSIDERABLE » du genre 1/100. Alors, parti prenant pour la désintoxication ????

  15. Europhobe ex-europhile dit :

    Somme toute, je reste optimiste : notre système politique est devenu tellement inopérant que ça ne peut pas durer.
    .
    Nos problèmes de budget ne sont pas dus à des excès de dépenses mais à l’interdiction qui nous est faite de fabriquer la monnaie dont nous avons besoin.
    .
    Ce système, en limitant la dépense publique, limite d’autant notre activité économique : les dépenses militaires, parce qu’elles évitent au maximum d’avoir recours à l’importation mais au contraire font travailler (et rémunèrent) nos propres ingénieurs et techniciens, soutiennent l’activité économique de la France.
    .
    Pour en sortir, nous devons abroger la loi de 1993 qui, sous prétexte « d’indépendance de la Banque de France », nous interdit de fabriquer de l’€uro à notre convenance.
    .
    Optimiste en définitive parce que nos partis politiques (qui consultent un peu la Toile) savent que les citoyens ont compris la supercherie et que, par conséquent, ça ne peut pas durer.