CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

L’avion de combat F-15 présenterait d’importantes vulnérabilités informatiques

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

38 contributions

  1. Barfly dit :

    Que les USA ne s’intéressent à la cybersécurité que depuis peu, cela me laisse dubitatif.
    Comme quoi on peut avoir la puissance et être négligeant dans le même temps.

  2. R2D2 dit :

    « Quant aux vulnérabilités découvertes par l’équipe de Synack, le Dr Roper a estimé qu’elles sont la conséquence d’années de « négligences » en matière de cybersécurité. Et cela, essentiellement pour des questions de coûts. »
    encore des devs externalisés en Inde par Boeing?

    • jojo92 dit :

      Ne pensez pas automatiquement « mains d’oeuvres indienne à bas coût –> faible qualité –> cause de la défaillance ». J’ai souvent entendu des remarques dans ce sens dans l’ingénierie automobile et aéronautique. Arrêtez de voir le monde hors occidentale comme moins intelligent que vous.
      C’est cette arrogance qui va vous coûter le plus chère en temps de guerre.

      Et je pense que ce bas coût c’est probablement des développements de mise à jour qui n’ont pas été fait. L’article oublie de rappeler que plus un système est laissé identique plus ça laisse de temps à des hackers de chercher minutieusement les failles. Comme pour un PC, ne faites pas de mise à jour et les vulnérabilités vont « apparaître »

      • Vinz dit :

        C’est le fait d’externaliser le code vers du cerveau à bas coût le responsable de ces fiascos. Qu’ils soient roumains, indiens ou autres est accessoire, le fait est qu’on externalise d’abord pour des raisons économiques. Et donc faut assumer ensuite la médiocrité du résultat. Cost, speed, quality. Pick any two.

      • lym dit :

        Les indiens ne savent coder que sur des spécifications hyper détaillées car la plupart de leurs ingés n’ont d’ingé que le nom: Aucun tronc commun généraliste, ils ne comprennent généralement pas les métiers adjacents et ne sauront donc pas remplir les blancs avec de bonnes décisions. La cause à un système éducatif cher qui force comme toujours en pareil cas à aller direct à l’essentiel. Et ils ne se sentiront jamais responsable d’avoir mal interprété ce qui était sujet à interprétation.
        C’est un élément à prendre en compte.
        Reste ensuite à voir le pour et le contre de rentrer dans un niveau de détail élevé niveau spec vs faire tout en interne.

  3. Raymond75 dit :

    Voilà un général qui a osé le dire : « C’est un avion basé sur un logiciel, et toute plate-forme basée sur un logiciel sera susceptible d’être piratée » : piratée à la conception, à la construction, à la maintenance, à l’utilisation … Il n’y a pas d’exemple de matériel informatique qui n’ait été piraté, c’est la très grande faiblesse de cette technologie. D’abord parce qu’elle est très complexe (ex : mises à jour de Windows quasi permanentes), qu’elle additionne des couches de logiciels conçues par différentes équipes à différentes époques, parce qu’elle intègre des composants étrangers, parce que la maintenance devient d’une complexité folle : toucher à un morceau du puzzle peut affaiblir l’ensemble.

    Et en cas de conflit, il y a toujours la perspective d’une bombe à effet électro-magnétiques qui détruit tous les réseaux en service !

    Cela ne veut pas dire qu’il faut se passer de l’informatique, mais dans un contexte militaire une extrême sophistication crée une dépendance et une fragilité. Et que dire de tous ces matériels terrestres, exposés directement à une multitude d’impacts et de sources de chaleur, sous le soleil du désert, dans la boue, dans le froid et la neige de l’Europe du nord ?

    Sous l’impulsion du complexe militaro-industriel, qui présente toujours une innovation qui rend caduc les matériels existants, on s’installe dans une fuite en avant, aussi bien technologique qu’économique, qui est sans fin.

    Technologie oui, mais avant tout robustesse, résistance, autonomie et survie quand il n’y a plus rien.

    • Raymond75 dit :

      C’est vrai aussi bien pour le civil que pour le militaire. On a régulièrement des exemples de pannes qui paralysent tout un réseau électrique, un aéroport international, une gare terminus d’une capitale, etc … Et des sociétés qui perdent leurs informations suite à une panne ou à un piratage.

      Et de plus, nous savons que les USA, mais bien d’autres et probablement tous les pays ‘avancés’ pratique l’espionnage et le vol des informations personnelles à échelle industrielle.

      Cette fuite en avant nous fragilise, acr elle devient hors de contrôle.

    • aleksandar dit :

      Vous oubliez les back door que Microsoft sème allégrement dans ses systèmes d’exploitation a des fins d’espionnage ou commerciales et qui sont de véritables autoroutes pour les hackers.

    • batgames dit :

      en clair tous ces matos électroniquement et informatiquement piloté c’est de la M ….voilà …bon quand est ce que l’on revient à la bonne vieille mécanique que je reprenne du service pour instruire tous ces jeunots (LOL)

    • jojo92 dit :

      Hmm… À mon avis les seuls système d’avion militaire qui pourront être protégés se seront ceux des avions qui n’ont pas été vendu à l’export et qui ne sont pas des drones autonomes.
      Avec ce que je lis dans cet article, la suite logique c’est qu’ils vont concevoir des avions avec la possibilité pour le pilote de modes restreints en informatique du système un peu comme des « mode sans échec ». J’en suis sûre ils vont suivre la même voie que ce qui a été fait pour un ordinateur.
      D’ailleurs pour les véhicules autonomes avec I.A le conducteur pourra certainement les mettre en off par l’alimentation.

      Reste maintenant le cas des drones de combat, sans humain à l’intérieur qui pourra reprendre le contrôle ?!
      Or je soupçonne que le F-35 a été conçu avec une possibilité de connections et interactions aux drones pendant les missions. (En tout cas s’ils sont main c’est ce qu’ils ont prévu car c’est le futur).

    • John dit :

      Quel courage exceptionnel, quel avangardiste… C’est du ja-mais-vu !

      Ensuite, réseau et informatique ne sont pas nécessairement liés.
      Et niveau fragilité, la sophistication a permis le contraire il me semble… Il est rare de voir des véhicules devoir s’arrêter pour refroidir le moteur… Les véhicules modernes galèrent moins que les vieux véhicules en hiver.
      Donc non, l’utilisation de la technologie de manière appropriée permet d’améliorer la situation.

  4. Patator dit :

    Tout système comportant une composante informatique est susceptible d’avoir ce genre de faille. Compte tenu des déboires actuels du programme f35, on comprend qu’il peut être utile de communiquer sur le fait que « un vieil avion est obsolète » et que « il faut accepter de payer plus ».

  5. Félix GARCIA dit :

    Pour ceux qui comprennent l’anglais, voici Christopher DOMAS, expliquant l’activation du « GOD MODE » à la DEF CON 26 :
    DEF CON 26 – Christopher Domas – GOD MODE UNLOCKED Hardware Backdoors in redacted x86
    https://www.youtube.com/watch?v=jmTwlEh8L7g

    Est-ce que quelqu’un saisit ce que ça veut dire ?
    Y’a pas que le F-15 qu’est sujet à risque.
    Bienvenue au pays de backdoor.
    Ou alors des transferts de technologies :
    Defcon 21 – Unexpected Stories – From a Hacker Who Made It Inside the Government
    https://www.youtube.com/watch?v=h9wXq6oRBnI
    Qui explique le modèle économique de « je perds ma technologie, et tu me refinances pour la prochaine vu que je suis le seul à savoir quel était le problème et comment le résoudre, et que, vite vite vite, y’a pas le temps!  »

    Y’a pas à dire, il s’y passe des choses passionnantes à cette DEFCON.
    Le F-15 connaitra-t’il ses premières pertes grâce à LOCKHEED ?
    Le F-35 volera-t’il normalement si MICROSOFT (Assaf RAPPAPORT, pas Bill GATES) et ELBIT SYSTEMS sont pas d’accord ?
    L’informatique, c’est magique ! L’informagique !

    Coridalement,

    Félix GARCIA

    PS : La faillite de la MHD française :
    Partie 1 : https://www.youtube.com/watch?v=HuoxeRaeLf4
    Partie 2 : https://www.youtube.com/watch?v=mRH_Q106uq8
    Les armes stratégique MHD de poutine : https://www.youtube.com/watch?v=_tEABSuLjNc

  6. breer dit :

    Qui sait, dans quelques décennies, « Skynet » ( imaginé dans le film Terminator) deviendra une réalité, après tout beaucoup de choses imaginées par les écrivains (depuis Jules Verne, et même avant) se sont réalisées… Le futur n’est que l’ anticipation de projections d’idées, qui surviennent dans le mental des écrivains et scénaristes, que dans celui de scientifiques et d’ingénieurs, qui se stimulent réciproquement..

    • batgames dit :

      ouais et c’est bien cela le problème ,il va falloir tuer tous ces écrivains désolé on a pas le choix si on veut éviter la guerre d »‘exterminator

    • Pascal (l'autre) dit :

      « Qui sait, dans quelques décennies, « Skynet » ( imaginé dans le film Terminator) deviendra une réalité » Dans Terminator « Skynet » (qui est un système de défense globale autonome )est ni plus ni moins de l’ I.A. Entre les systèmes autonomes (les voitures par ex) et l’hyper connectivité de tous les objets que l’on nous vante (rien qu’au niveau domestique) je vois deux professions qui vont avoir un essor considérable dans les décennies à venir, les hackers et les …………………….. avocats!

  7. Plusdepognon dit :

    Les technologies informatiques sont faites pour communiquer et échanger des données.
    Si la sécurité n’est pas envisagée dès le début, un groupe de gens chevronnés se balladent. Dans des systèmes plus protégés, ce qui a été fait par l’homme, peut être défait par d’autres.
    C’est à cela que servent les services…
    L’armée automatisée peut être mise sur le flanc de bien des façons. La première et la plus redoutable est de déresponsabiliser les décideurs politiques des conséquences de leurs méthodes de cow-boys, militariser une situation sans s’interroger si nous avons les moyens et la légitimité d’intervenir.
    Et c’est de loin la première menace sur l’outil militaire. La popularité d’une armée ne vaut que par les victoires, or aujourd’hui nous sommes engagés dans des conflits sans but, ni fin. Et sans porte de sortie.
    Avec des armées et une société qui exposent leurs systèmes vitaux comme jamais dans l’histoire humaine. Nul n’est assez naïf pour croire qu’il n’a pas d’ennemis parce qu’il n’en veut pas…
    https://www.la-croix.com/France/dune-centaine-dhopitaux-francais-subissent-cyberattaque-2019-08-15-1201041214

    • heaume44 dit :

      @ Plusdepognon
      Excellent post.

      • Plusdepognon dit :

        @ heaume 44
        Je n’ai aucun mérite:

        Analyse excellente de monsieur Pierre Conesa (1h44 d’intelligence. Attention ça change de la télévision ):
        https://youtu.be/luJBZfVWhXM

        Quand à la citation : « personne n’est assez naïf… « , je l’avais piqué au site « Theatrum belli ». Ils ont dû se faire taper sur les doigts car ils l’ont retirée.

        Mais merci quand même ^^.

        • heaume44 dit :

          @ Plusdepognon
          Merci pour le lien, mais je suis Pierre Conesa avec intérêt depuis un certain temps, et je vais souvent sur Thinkerview.
          Ces sources nous sont donc un peu communes. ^^

        • Argo dit :

          Dommage que son dernier livre survole seulement le sujet de l’influence d’Hollywood. Tous les film ont une seconde lecture entre les lignes…

    • Raymond75 dit :

      Dans le contexte de la mondialisation économique actuelle, quasiment sans régulation, les ‘responsables’ politiques ne maitrisent plus rien dans l’économie, et ne peuvent plus agir que sur deux choses, qui restent nationales : les droits sociaux, pour les réduire car ‘il faut bien faire face à la concurrence’, et les outils militaires (de plus en plus coûteux, donc en possibilités d’équipement moindre).

      C’est pour cela, comme vous le soulignez, qu’ils ont une tendance à « militariser une situation » qui les dépasse, car alors ils ont le sentiment d’exister, flatte la fibre nationaliste qu’il y a en chacun de nous, et donnent l’illusion que leur pays est puissant.

      Toutes les provocations et rodomontades dangereuses auxquelles ont assiste actuellement, témoins impuissants et peut être futures victimes, s’expliquent comme cela.

      • Franz dit :

        Raymond, c’est un plaisir de vous lire quand vous êtes constructif plutôt que provocateur !

      • Moi ce que je préfère, c’est les victimes collatéral de la stratégie financière, c’est tellement bon l’impunité fiscal et juridique, quand les juges te mangent dans la main, quand les militaires avancent à la carotte-prime, et que la philosophie est exclusivement réservé aux punks à chien, et les fillettes aux diners mondains. J’adore mon pays. Nous les résistants on mourra encore dans l’ombre, mais sans l’ombre d’un doute sur la justesse du combat déloyal que nous avons décidé d’accomplir au nom des français, des hôpitaux, des gilets jaunes, des pompiers, des agriculteurs, etc, et surtout pour que la conscience même d’une constitution reste l’axe d’équilibre de la nation française. Le crime paie, mais jamais dans nos esprit de citoyen loyaux à l’essence qui a fait notre pays, ceux des droits de l’homme, des citoyens qui naissent libres et égaux en droit. Les carpettes engalonnés on les connais par coeur et généralement ils sautent à la première baston! A Limoge!

  8. Plusdepognon dit :

    L’asservissement par l’intelligence artificielle, nouveau paradigme presque religieux: l’algorithme va tout résoudre et les Hommes ne seront que des capteurs ( avec tout le discours sur les gens inutiles car remplacables et puce sous la peau pour votre santé/sécurité ):
    https://youtu.be/VzeOnBRzDik

    https://youtu.be/Xmy3_QIGOe4

    Ne vous en faites pas pour le look BHL du premier lien. L’intervenant a juste une garde-robe discutable. Son discours est par contre aussi rare que precieux.

    Je ne suis pas sûr que la technocratie sauve le monde. Certains essaient en tout cas:
    https://youtu.be/qYCfx2xFMjE

    https://youtu.be/2oFARgqG0NA

  9. Belzébuth dit :

    C’est le grand drame des bonnes idées: se focaliser sur l’homme qu’on voudrait que l’autre soit et non l’homme réel.
    http://informatiques-orphelines.fr/index.php/2019/08/14/5-ans-dechoradar-et-soudain-le-semantique/

    C’est aussi la base d’autres drames…

  10. jojo92 dit :

    Ce sujet est une question importante pour l’évolution technologique dans son ensemble. A un moment il faudra peut être qu’on prenne conscience qu’il faut des techniques alternatives à une informatique poussée. Il ne s’agit pas de revenir au avion mécanique, il s’agit d’alterner les technologies connue et de FAILLES DUFFERENTES.
    Comme des ados qui ne peuvent plus se passer d’Internet pour communiquer et on oublié que le bluetooth et les ondes radio ça existe aussi.

  11. CaptainDangeax dit :

    Pendant ce temps-là, les écrans tactiles des navires de guerre américains vont être remplacés par des bons vieux leviers et boutons.
    Dans les Boeing, il y a encore beaucoup d’interrupteurs à bascule, tandis que les Airbus ont des poussoirs avec voyants à indication blanche quand ils sont sur Off.
    L’évolution technologique a du bon, mais il ne faut pas oublier l’humain dans tout ça.

  12. Max dit :

    Il était question de tera octet de données du F-35 hackées par les chinois il y a de ça plusieurs années… Pas bon du tout … Surtout s’ils le font rebooter en vol ! Voire passer sous Win98SE…LOL

  13. sillage13 dit :

    Ne jamais oublier que quelque soit le système d’arme, et sa technicité, on reste dans la course entre « l’épée et le bouclier ». La révolution informatique, et la mise en réseau de nos systèmes ne fait que déplacer le problème. Mais à une échelle jamais connue auparavant dans l’histoire militaire car jamais les nations n’ont été autant interdépendantes, que ce soit sur un plan économique, sociétal, politique…et militaire. L’informatique et le développement de l’IA à marche forcée ne doivent jamais nous faire oublier le rôle de l’humain dans la boucle qui sera le seul en dernier ressort à pouvoir « corriger » les défaillances de la machine, quelles soient voulues ou non. C’est toute la réflexion actuelle des Etats Majors des pays « en pointe », à la fois sur la pertinence de l’autonomisation grâce à l’IA, sur la résilience obligatoire face aux cyber attaques, et sur la place de l’homme dans cette révolution culturelle. Alors, que le hardware du F15 soit vulnérable n’est pas une nouveauté, ni une découverte. Je pense que l’on peut dire cela de tous nos systèmes actuels, du moment qu’ils fonctionnent en réseau. Ce militaire Américain noircit le tableau…gros sous à la clé, comme toujours.