Succès du dernier tir de développement du missile anti-navire léger

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

35 contributions

  1. tartocitron dit :

    Il est aisé pour un navire de dissimuler son émission infra-rouge derrière un rideau de brouillard.

    • Pierro dit :

      Un exemple de navire équipé de ce système ???

      • tartocitron dit :

        De simples lances à eau peuvent faire l’affaire. Mais l’efficacité peut ne pas être suffisant pour masquer totalement le rayonnement (comme le brouillard masque les phares de voiture sur la route).
        Une amélioration peut se faire par ruissellement sur le navire. Et cela sans modification.
        Mais le mieux serait de prévoir à la conception un refroidissement intrinsèque.
        La furtivité peut être accrue encore par une élévation de la ligne de flottaison à l’aide de ballasts de sorte que seul une partie dépasse de l’eau (comme un sous-marin à la surface en somme).

    • ji_louis dit :

      Il sera de plus en plus facile de mettre en place une petite « intelligence artificielle » embarquée qui saura discriminer sa cible.

    • Wagdoox dit :

      Ces missiles sont pas destiner a démolir des bateaux militaires.
      Mais des bâtiments civils utilisés dans un but militaire ou logistique.

      • tschok dit :

        Ah?
        .
        Many of the requirements are common including much of the maritime and land target set, which covers a spectrum from FIAC to Corvette and typical littoral land targets. The central requirement is to sink or disable Fast Attack Craft (FAC) in the 50 to 500 tonne class.
        .
        C’est extrait du doc MBDA qui se trouve au bout du lien de la note 11 de la fiche wikipédia du missile.
        .
        Si vous voulez taper un navire civil, vous pouvez le faire au 76 mm et même à la 12,7. L’idée générale, c’est de mettre ce missile sur des hélicos, donc de faire dans le léger. C’est un missile de classe 100 kg avec une charge de 30 kg. C’est sûr qu’il n’est pas conçu pour couler le Bismarck, d’autant plus que c’est déjà fait.M’enfin il serait quand même assez étrange qu’un missilier conçoive un cahier des charges focalisé sur des cibles civiles.
        .
        Vous imaginez les stands dans les salons militaires: voici notre dernier né, conçu spécialement pour détruire les hôpitaux. Wow! Chouette! et celui-là? C’est pour les écoles: sa charge à retardement est conçue pour exploser dans les classes. Génial, mettez-m’en 12! Bonjour l’ambiance…
        .
        Marchand de canon, c’est un job assez limite, mais ils ne poussent pas le cynisme jusque là.

        • Jupiter dit :

          Bonjour,
          Je partage globalement votre point de vue.
          Cependant 30kg de charge explosive, ça reste léger pour une corvette de 500 tonnes.
          En revanche, avec la précision du missile et sa faculté « homme dans la boucle », il est possible de viser le pont de la corvette, voir l’arrière de son groupe propulseur ou encore de viser pile poil la ligne de flottaison.
          Bref, le but avec un tel engin n’est pas spécialement de couler de « gros » bateaux (comprendre, plus gros qu’un FIAC ou un RHIB) , mais bien de les mettre hors de combat, ce qui est déjà pas mal.
          Finalement, et vous avez parfaitement raison de le signaler, un missile n’est JAMAIS prévu pour des cibles civiles. J’ajouterais par contre que lors de salons (EURONAVAL, EUROSATORY, Le Bourget, …) , il est démontré la faculté de l’ANL à stopper un navire marchand qui aurait été saisi par des pirates en détruisant la gouverne via une frappe par derrière.

    • Thaurac dit :

      bof, il suffit de changer la fréquence d’émission du radar du missile (homme dans la boucle)

    • didixtrax dit :

      IR, optique et UV ! la fumée des chaudières au mazout de L’Amiral Kouznetsov, ou comment obtenir la suprématie sur les navires à propulsion nucléaire en revenant au charbon ! il ne restera qu’à rajouter des paillettes métalliques contre le radar classique.

    • Hermes dit :

      Je suis presque sûr que les ingénieurs et les militaires apprécieraient votre expertise, il faut dire qu’ils sont un peu en manque.

      • tartocitron dit :

        Malheureusement Naval Group n’offre que peu d’emplois (à moins d’être BAC+5 avec 15 d’expériences et encore). Quelques fois des offres de stages pour jeunes ingénieurs.
        Perso, je suis « vieux », d’un niveau modeste et peu expérimenté.

    • Frédéric dit :

      Ouais, on peut réduire la signature d’une frégate a celle d’un chalutier, mais les autodirecteurs peuvent désormais traqué la celle d’un Zodiac… On n’est plus aux années 70/80 ou l’on pouvait leurrer les missiles infrarouges en se mettant face en direction du soleil.

  2. Fred dit :

    @ tartocitron
    Encore faut-il qu’il anticipe suffisamment le tir ; et que le rideau soit épais et enveloppant, puisqu’il y a un « Homme dans la boucle » et éventuellement un hélicoptère se déplaçant rapidement sur son axe ?

    • tschok dit :

      En fait il y a deux problèmes: en mer, il y a du vent, donc ça dissipe le rideau. Et puis un navire, ça bouge, donc le rideau file derrière le bateau.
      .
      La technique n’est donc pas infaillible.
      .
      Je me demande si la meilleure façon de s’y prendre est vraiment d’envelopper le navire dans un brouillard. L’autre option, c’est intercaler le rideau entre le missile et le navire: faire un écran.
      .
      En plus le principe du truc c’est de prendre la fuite en se planquant, donc si vous êtes enveloppé dans le nuage on sait où vous êtes: dans le nuage. A un moment ou un autre, le nuage se dissipe ou bien vous en sortez, et là, pan!
      .
      Donc, l’écran c’est peut-être mieux comme tactique. Et puis comme ça, vous conservez votre visibilité: s’envelopper dans un brouillard, c’est se rendre aveugle. Faut-il se rendre aveugle quand on est pris pour cible? Ca augmente les chances de survie ou ça les baisse?

      • tartocitron dit :

        D’où la nécessité de faire un mat virtuel avec un drone qui embarque les différents censeurs.

      • Fred dit :

        @ tschok
        Un écran ne me parait pas suffisant, puisque le missile peut – comme le font tous les missiles anti-navires à ma connaissance – faire un bond final en altitude (justement, pour éviter les shafts, les écrans masquants, les gerbes d’eau [canons], la mitraille).
        .
        Il faut bien voir aussi que ce missile est porté par un hélico assez rapide qui peut tourner autour de la cible, et est tiré à faible distance (moins de 20 Km), au raz de l’eau, donc difficilement détectable, d’autant plus par une petite unité.
        Il faudrait tirer un sacré feu d’artifice, et très vite, et éventuellement très longtemps, pour masquer un navire en déplacement.
        Il est vrai que Lacroix s’y connait question feu d’artifice :o) … Et en arrachage de mains [GLI F4] :o(
        Si les contremesures anti-Exocet (Paillettes, électronique, masquage, mitraille …) sont contournables , il n’y a pas de raison que l’ANL n’y arrive pas lui aussi. Je sais pas pourquoi, mais je subodore que les marins ont réfléchi au truc.

  3. Expression libre dit :

    Il me semble qu’on ne sait toujours pas qui sera le porteur au sein de notre MN, du moins, on pense surtout au futur HIL qui pourrait être pour la Royale, le H160. Si HIL, le porteur, on ne verra pas de sitôt ce missile au sein de notre marine. A suivre.

    • Fralipolipi dit :

      Yep.
      S’il est logique que l’on souhaite favoriser l’armement de la plateforme qui sera la plus courante et la plus polyvalente à l’avenir dans la MN (le HIL),
      il est également très dommage de devoir faire l’économie des frais d’intégration sur NH90 … qui sera présent lorsque le HIL ne le sera pas (notamment à bord des frégates de 1er rang), et aussi parce-que cette intégration missile ne pourrait qu’apporter un plus au NH90 pour les prospects exports.

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      Il n’y a en effet pas de précipitation du coté de la Marine pour mettre en œuvre ce missile parce qu’il ne remplace pas d’anciennes capacités. Contrairement aux collègues anglais qui eux ont un système obsolète à remplacer, d’où leur insistance et leur volonté de mener ce projet tambours battants.

      • tschok dit :

        « Il n’y a en effet pas de précipitation du coté de la Marine pour mettre en œuvre ce missile parce qu’il ne remplace pas d’anciennes capacités. »
        .
        Je crains que vous n’énonciez-là un principe fondateur de la stratégie des moyens à la française. Il explique la difficulté d’acquérir de nouvelles capacités.

      • Fred dit :

        @ Jupiter
        Pour être plus exhaustif, la marine française a abandonné cette capacité avec la fin du SS-12 (Nord Aviation) en 1995, qui devait être remplacé par le AS 15 TT (aérospatiale), mais qui ne le fût pas.

    • neorodriguez dit :

      A la fin de l’article, il est précisé que les Panther en seront équipé (en plus, le tir d’essai s’est fait à partir d’un Panther) 😉

      • Expression libre dit :

        Justement, c’est une petite erreur de la part de Laurent Lagneau car rien n’est décidé pour le porteur. Et on ne peut pas faire un tir d’essai à partir du H160M car celui-ci n’est pas encore opérationnel. Et le choix du futur HIL n’est pas encore fait, en plus. Pour un tir d’essai, il faut bien choisir un porteur à moins de lancer le missile à la main. 😉

        • neorodriguez dit :

          Ah pardon, je ne savais pas. Du coup, pourquoi ne pas équiper les Panther de ce genre d’engin ?

          • Fralipolipi dit :

            Parceque le temps que l’ANL soit en dotation, le Panther n’aura plus long à tirer dans nos armées.
            C’est donc naturellement à son remplaçant désigné – le HIL – auquel on pense.
            Ensuite, il reste à savoir si l’ANL ne doit pouvoir armer QUE le HIL … ou plus de plateformes.
            D’où mon post précisant qu’il serait bien dommage de faire l’économie des frais d’intégration sur NH90 … (car il y a tout de même un gros risque qu’il soit décidé de faire cette économie !!! C’est là le cœur du problème concernant l’ANL pour la MN).
            .
            Mais si le CEMM veut rester en ligne/cohérent avec ses prévisions (Cf dernière hypothèse du scénario « mixte » : http://www.opex360.com/2018/12/18/selon-lamiral-prazuck-lhypothese-tactique-dune-confrontation-en-haute-mer-redevient-realiste/ )
            alors on ne peut pas faire cette économie, et il faut financer l’intégration de l’ANL à la fois sur le HIL & sur le NH90.

    • dolgan dit :

      Sinon, vous pouvez aussi lire l’article avant de le commenter . Le ridicule ne tue pas, mais c’est pas une raison.

      • Expression libre dit :

        Je ne sais si ce commentaire m’est destiné mais il ne faut jamais prendre un article ou un post au pied de la lettre. Il faut toujours faire marcher son sens critique. Tenez, rien que pour vous, un post du colonel Goya que j’apprécie.
        https://lavoiedelepee.blogspot.com/2013/10/mogadiscio-1993-loryx-et-le-faucon-noir.html
        Lisez bien le commentaire de Eric Bonnemaison qui a vécu l’événement sur le terrain. Et la réponse très honnête de Michel Goya.
        Comme quoi, il faut toujours prendre du recul face à un article ou un post.

  4. Fran17 dit :

    Et tiré à partir d’un hélicoptère banc d’essais de DGA Essais en vol , DGA EM c’est le bateau cible

  5. nexterience dit :

    On est gentlemen d’avancer des frais pour ce projet dédié expressément aux anglais. Espérons qu’ils nous renvoient la balle.
    Ce missile permettra-t-il de faire montrer le spectre du remplaçant de l’exocet vers des charges plus élevées?

  6. dolgan dit :

    @Mr Lagneau:
    .
    La première image, c’est le missile après qu’il ait traversé la cible (conteneurs) ?

    • Fred dit :

      @ dolgan
      Bien vu ! Je crois en effet, que les premiers tests sont fait sur des conteneurs portés par une barge, et on évite d’exploser la barge à chaque essai, et aussi les risques de dégâts collatéraux en cas de mal-fonction ; et que la place de la charge peut éventuellement être remplacée par de l’instrumentation d’essai.