L’achat de 4 batteries de défense aérienne Patriot pourrait coûter trois fois plus cher que prévu à la Suède

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

24 contributions

  1. Raymond75 dit :

    La Suède et la Suisse sont deux pays neutres, mais qui avec leurs moyens disposent d’une défense qui fut très efficace (peut être moins maintenant) et qui cherchent à protéger leur population : en Suisse chaque habitation dispose d’un abri anti atomique avec trois mois de vivres, contrôlé régulièrement. La France, puissance nucléaire, n’a JAMAIS cherché à protéger sa population … Problème de coût ? un peu ; mais le fait que sa population soit sans protection est un élément inavoué de la dissuasion : une attaque serait tellement meurtrière que l’agresseur doit savoir qu’il y aura systématiquement une riposte !

    • Caton dit :

      Énorme problème de coût (à l’époque de la construction de la plupart des abris la Suisse était richissime) et on imagine mal comment on pourrait imposer trois mois de stocks de vivres à une population française qui n’a souvent qu’une semaine maximum de provisions dans le frigo et dont beaucoup de membres ne s’alimentent que grâce aux restos du cœur.

    • Alzoc dit :

      Pour les abris, question de taille.
      Suisse: 8,5 millions d’habitants
      Suède: 10 millions d’habitants

      C’est autrement plus compliqué de créer des abris pour 67 millions d’habitants.
      Pour ce qui est de la défense antimissile (SAMP/T ) et du guet aérien l’armée de l’air est relativement bien équipée.

      On a même un système de détection nous permettant de détecter et suivre les satellites ennemis ou inconnus qui nous passent au dessus de la tête.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/GRAVES_(syst%C3%A8me)

      • Fab dit :

        En réalité, ce n’est ni plus simple, ni plus compliqué, car le coût par personne est similaire. La Suisse n’a pas fait construire des abris partout du jour au lendemain pour sauver la population (bien que cela a été fait pendant la seconde guerre mondiale en creusant des galeries dans les montagnes)…
        Elle a obligé d’équiper tous les nouveaux bâtiments d’abris anti atomique depuis la Guerre Froide, et le nombre de ces abris a grandi en même temps que le parc de bâtiments a augmenté… C’est un coût réparti sur des dizaines d’années, et des coûts pris en charge par les privés.
        Mais les surcoûts ne sont pas si élevés.

        • Bouli dit :

          et comme il y a très très peu de nouvelles constructions en Suisse, cela explique pourquoi cette histoire est plus que probablement un mythe. En tous cas, chez tous les gens que j’ai visité en Suisse, il n’y en avait pas.

          • Fab dit :

            Non non, cela est bien une réalité… Chaque construction privée (pas commerciale ou industrielle) doit être construite avec un abri anti atomique dans les communes dans lesquelles il n’y a pas suffisamment de place pour accueillir tout le monde.
            .
            Etant conducteur de travaux en Suisse dans le secteur du bâtiment, en 5 ans je n’ai vu que 3 projets qui n’en contenaient pas, et toutes les écoles, gymnases, bâtiments publics en général en contenaient…
            .
            Et il faut savoir que la Suisse a le parc nucléaire le plus ancien au monde (dépasse largement la durée initiale prévue)…
            De ce fait les abris anti atomiques qui étaient initialement prévus pour protéger la population d’une guerre atomique ont aussi une grande utilité dans ce cas les alarmes aussi pousseraient la population à s’abriter.
            Donc pas un mythe, mais une réalité. Ceci est inscrit dans la loi. Et ceci fait partie des normes contrôlées pour l’approbation de construire.
            Ces abris sont généralement très simples. Une dalle plus épaisse protège le haut. Une ventilation passive avec des filtres adaptés, et un sas faits de 2 portes faites en béton armé.

    • wagdoox dit :

      on parle d’un pays peu peuplé et montagneux contre un pays ayant un autre « bouclier » qui s’avère beaucoup moins chers et probablement plus protecteur. 3 mois de vivre et ensuite ? en revenant à la surface les Suisses trouveraient une terre incapable de les nourrir tous et des infrastructures inutilisables. Un rapport du Sénat US parlaient de pertes de plus 80% de la population si les US étaient victimes d’un IEM au bout d’un an justement à cause du manque d’infrastructures.

      • Fab dit :

        Pour la Suisse, il s’agit d’abris anti atomiques. L’unique but est de protéger les morts dues à l’explosion puis les maladies principales dues aux retombées du nuage nucléaire. Et après? Bah comme partout ailleurs où une attaque nucléaire aurait lieu… On reconstruit, et on cherche à nourrir toute la population.
        La Suisse a une chance que les autres pays occidentaux ont très peu, le service militaire obligatoire. certes ce n’est pas la réponse à tout.
        Mais dans un pays en plein KO, la seule solution pour éviter les émeutes, pillages, pour distribuer la nourriture…. l’armée intervient. En Suisse, grâce au système militaire, le nombre d’hommes en âge d’être appelé à servir est comparativement énorme (en % de la population ou de la surface à couvrir). De plus, les hommes de plus de 35 ans sont aussi passés par le service militaire, et l’âge de la fin de service pourrait être relevé.
        .
        Et pour finir, la Suisse a une énorme « chance ». Le fait d’être neutre l’empêche de se battre à l’extérieur. Son armée est une armée de défense et pas d’attaque. Et donc l’armée suisse peut faire des achats adaptés à son climat, sa topographie… Et elle peut investir son budget dans le défense.
        Les USA et la France ont choisi une autre tactique qui est l’arme nucléaire (surface trop grande à défendre…)

    • Fab dit :

      Dans quel canton / ville / village les stocks de vivres sont vérifiés?
      La plupart des immeubles, bâtiments publics utilisent ces abris pour y faire des lieux de stockage et sont loin d’être prêts à faire face à une guerre…
      Mais même sans être prêts, si les tensions augmentent, les Suisses pourraient s’y préparer.

  2. Demento dit :

    Il me semble que le montant publié par la DCSA n’est pas le montant du contrat final. C’est le montant maximale avec le nombre maximale de capacités qui y font figure et ce afin que les négociations ne sont pas limitées si par exemple le client veut plus.

  3. R2D2 dit :

    « Ou bien encore de faire marche arrière et de reconsidérer l’offre d’Eurosam. »
    Ca ils n’oseront jamais. Ils ont trop besoin de l ‘appui U.S avec la Russie qui s’agite (ou que l’on agite selon le point de vue…). Tous au plus cela servira a faire un peu baisser la note, pas plus.

  4. lym dit :

    « Ou bien encore de faire marche arrière et de reconsidérer l’offre d’Eurosam »
    Vous avez déjà vu un décideur revenir en arrière? Ce serait avouer une erreur!
    Plus on est proche du sommet, moins cela arrive: Ils préfèrent encore que le contribuable boive la calice jusqu’à la lie que reconnaître une mauvaise décision (surtout si cela s’accompagnait du paiement de qq décennies de green fee pour jouer avec Trump).

    • MD dit :

      Un décideur ne revient jamais en arrière, c’est vrai. Mais en juillet 2017, Peter Hultqvist , le ministre de la défense a été l’objet d’un vote de motion de non-confiance par la majorité du Riksdag . Il partageait cet honneur avec son collègue de l’intérieur , Anders Ygemans, et de l’infrastructure , Anna Johansson. Stefan Löfven , son Premier Ministre , a décidé malgré tout de le rester à son poste, et ceci alors que le chef de son propre parti ( Social Démocrate) au parlement a déclaré soutenir ce vote. Ce qui veut dire que ces ministres ne peuvent plus compter sur une majorité en leur faveur au parlement. Cette motion visait bien entendu le comportement trop angélique du gouvernement en matière de sécurité.
      Si le contribuable suédois doit boire le calice, il sait aussi reconnaître une mauvaise gestion . Hultqvist et Löfven sont aux commandes depuis 2014 . Ils devront donc affronter des élections législatives dans la 3 ème semaine de septembre 2018 . Ils ont donc tout intérêt à se dépêcher d’ici là de ne prendre aucune décision qui risque de provoquer de violentes controverses .

  5. Deres dit :

    Pire, ce système a un radar fixe qui ne couvre qu’un secteur limité. Impossible de défendre une île sur 360° avec … sauf à y mettre toutes leurs batteries ! Il ne répond donc même pas au besoins des suédois

  6. werf dit :

    La facture va être lourde pour des missiles qui ont montré des signes de faiblesse en Arabie Saoudite récemment, puisque au moins 2 missiles iraniens envoyés du Yemen sont passés à travers les batteries saoudiennes Patriot

    • tchac dit :

      Ouais bon après c’est des saoudiens, y a qua voir comment il utilise leurs chars au Yémen…

      • wagdoox dit :

        et donc quand les défenses fonctionnent c’est la preuve que le systeme patriot fonctionne et quand ca ne fonctionne pas c’est les saoudiens c’est ça ?

        • Nico St-Jean dit :

          Avec plus de 150 missiles balistiques interceptés en 2 ans, nuls doutes que le système fonctionne … Seulement si le Patriot manque 1 ou 2 missiles (aucuns systèmes au monde n’à et n’aura un taux de 100 % de réussite) ne sachant même pas si ses 2 « échecs » sont survenu hors de la NEZ des PAC-3, les bras cassés anti-us sortent et disent que ledit système n’est pas performant ..

  7. Expression libre dit :

    Ouais, les contribuables suédois paieront comme d’habitude. Aucune chance pour l’ASTER 30 et dire que 2 de nos systèmes ont été mis sous cocon pour la Suède. Il nous en reste que 8, grave erreur comme d’habitude: 1) on privilégie nos besoins 2) on vend à l’export et on a eu 1) on privilégie l’export et on s’est fait avoir 2) nos besoins, on s’en fout (pas nous mais nos décideurs très éclairés…)
    Depuis 40, suite à la Pologne, suite à la Norvège, plus personne ne croit en Europe au parapluie français. C’est le fond du pb, le loup est entré ds la bergerie depuis 45, mais c’est ainsi, bon, merci aux US qd même pour 44….

  8. Albatros24 dit :

    Ils peuvent faire aux etatsuniens le coup des polonais aux français avec les Caïmans ?
    C est bizarre mais je n y crois pas un instant…les EU le prendraient vraiment très mal et ils ont les moyens de le faire payer très cher à ce petit pays de 7 millions d habitants.

  9. Carin dit :

    Les américains veulent réouvrir leur base sur l’ile de Gotland… cela donne un très bon moyen de pression pour la Suède. En effet pourquoi payer une batterie PAC3 pour la protection d’une île que de toute façon les américains protégerons des l’ouverture de la base qu’ils sont en train de remettre en état?