Le secrétaire général de l’ONU plaide pour un soutien accru à la Force du G5 Sahel

Il y a quelques jours, N’Djamena a revu son dispositif militaire en retirant des troupes du Niger, où elles combattaient le groupe jihadiste nigérian Boko Haram, pour les redéployer dans le nord du Tchad, précisément dans la région de Wour (massif du Tibesti).

« Nous avons déployé nos forces en profondeur dans le cadre du G5 Sahel entre les trois frontières Tchad, Niger et Libye », a en effet expliqué Bichara Issa, le ministre tchadien de la Défense.

Ce mouvement de troupes vise à répondre aux besoins de la Force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S), créée par le Mali, le Tchad, le Niger, le Burkano Faso et la Mauritanie pour lutter contre les groupes jihadistes qui sévissent dans la bande sahélo-saharienne (BSS).

Simplement « soutenue » par une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies (mais non financée), cette force conjointe, commandée depuis Sévaré par le général malien Didier Dacko, va compter 5.000 soldats, soit l’équivalent de 7 bataillons. Seulement, devant être opérationnelle en octobre, elle manque toujours de moyens.

Ce qu’a déploré Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies. Pour la Force conjointe du G5 Sahel, de « l’équipement important et des capacités restent non pourvues », a-t-il en effet souligné dans un rapport remis le 16 octobre.

Ainsi, il manquerait, selon M. Guterres, « une compagnie mécanisée légère dans chacun des sept bataillons créés, des capacités d’observation et de reconnaissance avec des drones, des équipements de protection [gilets pare-balles, casques, etc], de spécialistes du déminage, des systèmes de vision nocturne, des moyens de transport aériens et routiers, et des moyens pour assurer les évacuations médicales ».

La Force Barkhane devrait assurer un soutien de cette FC-G5S mais elle ne pourra évidemment combler toutes les lacunes.

Le budget de fonctionnement de la force du G5 Sahel a été estimé à 423 millions d’euros. Pour le moment, seulement 108 millions ont été réunis (dont 50 millions seront fournis par l’Union européenne et 8 autres millions par la France). Une conférence des donateurs doit avoir lieu le 16 décembre prochain, à Bruxelles. Mais son résultat n’est pas garanti.

« La première responsabilité pour la mobilisation des ressources et pour équiper la force conjointe revient aux membres du G5 Sahel », a par ailleurs estimé M. Guterres. Les cinqs pays concernés ont chacun promis de débloquer 10 millions d’euros pour financer les opérations de cette dernière.

Cependant, M. Guterres a plaidé pour une implication accrue de l’ONU en faveur de la force du G5 Sahel ainsi que pour un « soutien fort du Conseil de sécurité, incluant un mandat robuste qui corresponde aux menaces sérieuses auxquelles fait face la Force conjointe. »

Et M. Guterres d’ajouter : « La Minusma [Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali, ndlr] et la Force conjointe sont complémentaires ». Aussi, il a proposé la création d’un bureau de soutien de l’ONU au Sahel ainsi qu’un partage des moyens logistiques entre les deux forces.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Mike

  2. de Faublas

  3. de Euclide

  4. de jyb

    • de Alpha

      • de supinfo

      • de cyra

    • de fraisedentaire

  5. de jyb

  6. de Auguste

  7. de Carin

  8. de Pierre

  9. de Bamara

    • de Frédéric

  10. de Duc d'Orléans

    • de Frédéric

  11. de Nauatg