Le secrétaire général de l’ONU plaide pour un soutien accru à la Force du G5 Sahel

Il y a quelques jours, N’Djamena a revu son dispositif militaire en retirant des troupes du Niger, où elles combattaient le groupe jihadiste nigérian Boko Haram, pour les redéployer dans le nord du Tchad, précisément dans la région de Wour (massif du Tibesti).

« Nous avons déployé nos forces en profondeur dans le cadre du G5 Sahel entre les trois frontières Tchad, Niger et Libye », a en effet expliqué Bichara Issa, le ministre tchadien de la Défense.

Ce mouvement de troupes vise à répondre aux besoins de la Force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S), créée par le Mali, le Tchad, le Niger, le Burkano Faso et la Mauritanie pour lutter contre les groupes jihadistes qui sévissent dans la bande sahélo-saharienne (BSS).

Simplement « soutenue » par une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies (mais non financée), cette force conjointe, commandée depuis Sévaré par le général malien Didier Dacko, va compter 5.000 soldats, soit l’équivalent de 7 bataillons. Seulement, devant être opérationnelle en octobre, elle manque toujours de moyens.

Ce qu’a déploré Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies. Pour la Force conjointe du G5 Sahel, de « l’équipement important et des capacités restent non pourvues », a-t-il en effet souligné dans un rapport remis le 16 octobre.

Ainsi, il manquerait, selon M. Guterres, « une compagnie mécanisée légère dans chacun des sept bataillons créés, des capacités d’observation et de reconnaissance avec des drones, des équipements de protection [gilets pare-balles, casques, etc], de spécialistes du déminage, des systèmes de vision nocturne, des moyens de transport aériens et routiers, et des moyens pour assurer les évacuations médicales ».

La Force Barkhane devrait assurer un soutien de cette FC-G5S mais elle ne pourra évidemment combler toutes les lacunes.

Le budget de fonctionnement de la force du G5 Sahel a été estimé à 423 millions d’euros. Pour le moment, seulement 108 millions ont été réunis (dont 50 millions seront fournis par l’Union européenne et 8 autres millions par la France). Une conférence des donateurs doit avoir lieu le 16 décembre prochain, à Bruxelles. Mais son résultat n’est pas garanti.

« La première responsabilité pour la mobilisation des ressources et pour équiper la force conjointe revient aux membres du G5 Sahel », a par ailleurs estimé M. Guterres. Les cinqs pays concernés ont chacun promis de débloquer 10 millions d’euros pour financer les opérations de cette dernière.

Cependant, M. Guterres a plaidé pour une implication accrue de l’ONU en faveur de la force du G5 Sahel ainsi que pour un « soutien fort du Conseil de sécurité, incluant un mandat robuste qui corresponde aux menaces sérieuses auxquelles fait face la Force conjointe. »

Et M. Guterres d’ajouter : « La Minusma [Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali, ndlr] et la Force conjointe sont complémentaires ». Aussi, il a proposé la création d’un bureau de soutien de l’ONU au Sahel ainsi qu’un partage des moyens logistiques entre les deux forces.

17 commentaires sur “Le secrétaire général de l’ONU plaide pour un soutien accru à la Force du G5 Sahel”

  1. Barkhane va évoluer et va abandonner son rôle actuel. Il devrait désengager l’essentiel des forces terrestres pour se concentrer sur le soutien à cette force du G5.
    Les moyens restants (pour l’essentiel):
    -soutiens logistiques
    -FS
    -renseignements/drones
    -soutien aérien (mirage) et héliportés (principalement EVASAN)
    -accompagnements sur le terrain des forces africaines
    La Côte d’Ivoire et le Tchad resteront des bases de stationnements pour l’engagement de renforts en fonction des besoins.

  2. L’intention est excellente, amis qu’en sera la suite ? En dehors de la France, quel pays de la CE s’intéresse au Sahel ? Les USA ? pas de contribution à attendre… Les mots, c’est bien, argent, c’est mieux.

  3. C’est la première fois que la France est félicité par  » le Machin » dixit le général de Gaulle.
    D’habitude nous sommes sur le banc des accusés pour le comportement des forces de police dans les banlieues pourries ou pour l’interdiction de la fessée chez les gamins.
    Maintenant en ce qui concerne le génocide au Yemen ou l’esclavagisme des travailleurs dans les pays pétrolier ou en Chine, c’est silence radio.

  4. gros hs : personne ne parle du f35 israelien endommagé par une mouette ou un pigeon syrien ?

    1. @jyb
      Rigolez pas !… C’est fragile un F-35 ! Et prendre dans la tronche un pigeon fuselé comme un S-200, çà peut causer des dégâts ! 😉
      Mais j’y pense…
      Le F-35 n’est pas sensé être furtif ? Il n’est pas sensé embarquer quantité de contre-mesures Hight Tech ?
      Et le S-200 ne date pas des années 60 ?…
      Ouuupppsss ! …

      1. un F-35? vous etes serieux? je croyais que c’était un avion beaucoup plus ancien que ca ui.Mais une news aussi embarassante ne va pas faire la une quand meme.

      2. je suis mort de rire.J’ai du fouiller le net pour obtenir des informations concernant ce scoop

  5. ce redeploiement des forces tchadiennes sur leur territoire intervient aussi en réaction à l’interdiction faite aux tchadiens de se rendre aux états unis. La crise couve entre n’djamena et washington.
    peu de commentaire coté tchadien ( le porte parole du gouv précise que sa volonté de lutter contre bh est intacte) mais les autorités nigerienne de la région de diffa se sont ouvertement alarmée de ce départ.
    1800 tchadiens étaient déployé sur les bords du lac tchad.

  6. Les Américains ont raison sur ce coup là.Et Macron aurait du consulter les Services,avant de se lancer dans ce machin.Comment voulez vous que des officiers de l’un des pays du G5,qui,pour passer de la cocaïne par camions de Conakry ou d’un port mauritanien au sud de la Libye,et qui pour ce faire se sont associés à tous les groupes djihadistes,vont tout d’un coup les chasser?.On ne parle même pas du Mali,qui sans la France,serait entièrement sous la coupe des salafistes.Son armée a du mal à contrôler Bamako et ses environs.

  7. Les gouvernements de ces cinq pays ont déclarés au moment de l’idée de cette force G5sael de mettre au pot 10 millions chacun… Ils ne l’ont toujours pas fait !!!!! Et probablement qu’ils chercheront à ne pas le faire…. Pourquoi voulez-vous que le reste du monde débloque du fric?

  8. Et la Chine qui fait son beurre dans certains de ces pays, que donne-t-elle ? Idem pour la Russie ?
    Tout le monde ne se pose pas les mêmes questions…

  9. La France crée le trouble en finançant le terrorisme pour traumatiser la région afin de les donner un feu vert de stationner leur base pour la contrôle de région qui est en train de perdre face à l’influence de la Chine et autre on a tout compris. La France n’aime pas financer le trouble qu’elle crée mais mobilise les autre a payer a sa place quelle honte ?

  10. Et pendant ce temps la Air Cavalry Division américaine implante e Europe des dizaines d’hélicoptères de haut niveau qui seraient bien plus utile au Sahel !

    1. Les Bérets Verts morts au combat au Niger montrent que les États-Unis sont aussi de plein pied engagé dans cette région.

  11. En fait, avec le G5 Sahel ce n est pas un désengagement qui s amorce mais plutôt l ouverture d un nouveau front!!!

Les commentaires sont fermés.