Les pilotes instructeurs de l’US Navy refusent de voler à bord du T-45 Goshawk

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

31 contributions

  1. ScopeWizard dit :

    Et bien , cela promet !!
    Quelqu’un sait-il si nos appareils ( Mirage , Rafale , Alpha-Jet ) connaissent les mêmes incidents ou similaires ?
    Qu’en est-il des Hawk britanniques ?

    • James dit :

      Il me semble que seul le Rafale possède ce système, les autres ont des bouteilles d’O2

      • dan78 dit :

        Oui.

      • ScopeWizard dit :

        Super !
        Avantages , inconvénients ?

        • James dit :

          Chaque système à ses avantages et défauts
          Les bouteilles ont la simplicité, pas de contamination par des produits étrangers mais autonome limitée notamment lors des vols allongés par des ravitaillements
          Les systèmes de génération ont pour eux une autonomie théoriquement illimitée mais sont sujets à contaminations par l’huile ou autres produits toxiques et puisent de l’énergie à bord
          Au niveau poids et encombrement, je ne sais pas qui est meilleur

  2. Jak0Spades dit :

    C’est un problème qui semble affecter les F/A 18 aussi. Dans un cas , le drame a été évité de justesse grace a l’intervention rapide d’un PJ de l’US Air Force.

    .

    https://theaviationist.com/2017/03/29/all-u-s-fa-18-hornet-models-affected-by-oxygen-deprivation-and-cabin-decompression-issues/

    • Nico St-Jean dit :

      @ Jak0Spades

      Plus de 10 Hornets se sont crashé ou ont eu des accidents sérieux cette années, ce model tombe réellement en morceau. La semaine dernière, des Hornets australiens auraient également connu des problèmes majeures d’apports en oxygène.

      • Fab dit :

        Les Hornets suisses (versions C/D) ont connu 5 incidents majeurs dont un cas d’hypoxie et le tout en 100’000 heures de vol.
        Je pense qu’il serait intéressant de comparer ces statistiques avec les autres avions. De plus, il faut prendre en compte l’utilisation de ces avions.
        Typiquement, le F16 et le F18 ont des missions similaires aujourd’hui. Le F16 décolle et atterrit sur des pistes, et les F18 américains décollent et atterrissent sur des portes avions, et donc les sollicitations sont plus importantes. De plus, une partie des entraînements consiste à faire des décollages et atterrissages, des touch n’go de manière bien plus importante que pour les F16. Les problèmes de fatigue de la structure sont naturellement plus importants (probablement plus de cycles par heure de vol pour le F18 que pour le F16, avec des cycles plus violents).
        De plus, l’humidité et la salinité de l’eau de mer est un élément bcp plus agressif pour ces avions que des bases traditionnelles.

        Les F18 qui se sont crashés en Suisse sont la plupart du temps dus à des difficultés météo. Les 2/3 du pays recouverts de montagne. Un autre avion aurait-il fait la différence? Pas sûr

        Un exemple d’un avion qui a connu aussi un nombre élevé de crashs est le mirage 2000 qui a été conçu et mis en service durant la même période que le F18.
        60 Mirage 2000 auraient été perdus.

  3. R2D2 dit :

    C’est là que je comprends que Dark Vador a fait sa formation sur T45

  4. Sempre en Davant dit :

    Serait’il si compliqué d’équiper les équipages d’une détection « conscience-hypoxie » et les appareils d’une fonction de descente automatique à 2000″ sol en zone sûre / x000 en zone chichiteuse ?
    Le tout couplé au suivit de terrain (absent du T45 I presume) ou GPS (reliefs enregistrés) et pourquoi pas avec une fonction « orangina » (ça peu manquer de turbulences) pour réveiller le cocher?

    • Raphael dit :

      Cela existe déjà, mais ce genre d’équipements n’est pas offert, surtout quand il s’agit d’équiper toute une flotte.

  5. Poisson rouge dit :

    Le T45 n’est pas du tout un bon appareil… il a remporté le marché face à l’alphajet marine pour des raisons d’échanges commerciaux et surtout nucléaires…alors si la marine américaine s’étrangle…..quelque part c’est un choix…mais si on est pas trop chauvin, ce genre de blague nous a coûté 1 rafale voir 2…. mais on communique pas trop…

    • Nenel dit :

      @poisson rouge,
      Ce genre de blague n’a rien coûté !
      Pas plus pour 1 voir 2 Rafale.
      Le premier accident d’un Rafale air est dû à une désorientation spatiale à une altitude ne nécessitant pas l’apport en oxygène, de nuit. Le rapport du BEAD est très clair ! Je peux vous le copier si vous doutez encore.
      Quant au dernier accident impliquant un Rafale marine engageant un F18, le pilote s’est éjecté suite panne mécanique dû au souffle du Hornet. Je vois pas le rapport avec l’obogs. Pour les autres Rafale marine les causes sont parfaitement connues.
      Alors avant de raconter des histoires et faire le malin à sortir des rumeurs qui tiennent pas debout vous feriez bien de la fermer. A bon entendeur…

      • Jm dit :

        Excellente et vraie réponse de Nenel aux élucubrations de quelqu’un ne semble rien y connaître.
        A terme, poisson rouge va nous sortir un cabinet noir chez Dassault !!!

  6. rupin51 dit :

    L’OBOGS équipe aussi le Rafale .

    Les équipages sont monitorés .

  7. wagdoox dit :

    Et voilà ce qui arrive quand on laisse à un autre pays le soin de former les pilotes, quand ils ont un problème nous aussi. Surtout que sur ce problème en particulier, il semble que ca devienne une habitude aux US. F22/F18/T45

    • Celtibère dit :

      Parce que l’on veut continuer à jouer dans la cour des grands sans vouloir s’en donner les moyens. C’est comme avec nos immenses étendues maritimes. On est content et fiers de les avoir, mais on est incapables de les contrôler et de les exploiter faute de moyens. Ce qui fait que ce sont les autres, notamment les pêcheurs asiatiques ou les trafiquants qui en profitent.

  8. Eliot Mess dit :

    Il semble, vu la demande des pilotes d’entrainements de dialoguer sur « leurs préoccupations », qu’il n’y ai pas qu’un seul problème.

  9. Chasseur dit :

    Les pilotes de la Navy en ont effectivement ras la casquette, ça fait des années que ça dure et que le problème n’est pas résolu. cf article d’un des leurs:
    http://www.thedrive.com/the-war-zone/8997/a-hornet-weapon-systems-officers-view-of-the-navys-suffocating-jet-crews
    l’OBOGS du Rafale est d’origine Air Liquide, son principe à tamis moléculaire régulé a inspiré l’OBOGS d’Honeywell qui équipe les F18, F22, F35, le Typhoon et le Gripen. (Le système US Navy était auparavant le LOX, flux d’oxygène liquide continu comme sur le F14). Mauvaise copie ?

  10. Parabellum dit :

    Les impasses sur la relève de l alpha jet sont un gros problème qui se traduit par ce genre de manque d autonomie et d option…la mono culture en agriculture comme en matériel peut être un danger si le modèle unique n est pas ou plus satisfaisant…les pilotes de jet peuvent ils uniquement faire du turbo prop en école ? Un petit constructeur pourrait sortir un avion à réaction école et appui sol ?

    • Fab dit :

      Le PC21 est clairement la solution envisagée par l’armée de l’air.
      Des pilotes français ont suivi la formation en Suisse PC9 puis PC21, et sont passés directement sur rafale / mirage. Ces pilotes sont apparemment tout aussi bien formés à priori.
      Des hauts gradés ont pris part à des vol avec cet avion, et ils ont été pleinement satisfaits ! Les G sont similaires à ceux de l’alphajet. Le fait que ce ne soit pas un jet n’est apparemment pas problématique.

      Le gros avantage, c’est la qualité de l’avionique du PC 21 qui peut (et va ) être « rafalisée ». De plus, Le coût par heure de vol étant moins cher, le nombre d’heures de vol peut être augmenté, et les pilotes être mieux entraînés.

      Pour ce qui est d’une éventuelle nécessité de conversion au Rafale, je vois bien « d’anciens » mirage 2000 conservés pour cette tâche.

  11. Jacques 29 dit :

    Les élèves pilotes de l’aéronavale sont concernés, puisqu’ils sont formés sur ce type d’avion à Meridian. Je suppose que s’ils étaient formés en Russie ou en Chine plutôt qu’aux USA, personne ne trouverait à redire non plus ?

    • Laurent Lagneau dit :

      @ Jacques 29,

      Eh bien si puisque nous ne partageons le même système que les Russes ou les Chinois pour notre porte-avions 😉

      • Jacques 29 dit :

        @ Laurent Lagneau : ah bon ? C’est seulement pour une question de compatibilité matérielle à bord des porte-avions, que la France confie la formation des pilotes de l’aéronavale aux USA ? Vraiment ? Allons !…

    • Zayus dit :

      @jacques29:
      .
      Au delà de l’aspect fondamental qui vous a complètement échappé au sujet de la typologie des porte-avions CATOBAR français et américains, opposés aux porte-avions STOBAR russes et chinois, vous aurait-il également échappé que chinois et surtout russes refusent ce type coopération ?
      .
      Quant à évoquer le formation chinoise,
      n’oublions pas qu’en dehors d’une récente déclaration la Chine n’a toujours pas de porte-opérationnel et les rares appontages et décollages établis sur le Liaoning font l’objet d’une importante médiatisation telle que pour les lancements spatiaux très appréciés des chinois.
      .
      La Russie n’a plus en 2017 de porte-avions vu que le Kuznetsov entre dans une importante période de plusieurs années de refonte.

      • Zayus dit :

        PS.
        Même remarque au sujet de l’INS Vikramaditya un PA également STOBAR de l’Inde que vous oubliez de citer, jacques29.
        L’Inde avec laquelle il aurait été pourtant moins compliqué de mettre en place une telle coopération sur les plans diplomatiques et techniques au regard des nombreux échanges et exercices entre les marines, indienne et française, ainsi qu’au regard dudit Vikramaditya qui est opérationnel, mais ça reste un STOBAR.

        • Jacques 29 dit :

          @ Zayus : la formation des pilotes français à Meridian ne consiste pas uniquement à faire des catapultages et des appontages, encore moins sur porte-avions… c’est un ensemble dans lequel il y a l’apprentissage et la pratique des procédures, des méthodes, des façons de faire , américaines et le bain dans l’ambiance opérationnelle et civilisationelle typiquement américaine.. il se trouve , excusez-moi encore une fois, que je connais un de ces pilotes, qui est maintenant en flottille, et que j’ai pu lire des récits de première main sur cette formation, ainsi que sur l’album souvenir bien fourni de toute cette période aux USA.

          • James dit :

            Je pense que personne n’a écrit que la formation se résume aux catapultages et appontages mais ces exercices en font parties et sont nécessaires donc pas beaucoup de choix, c’est tout