MdCN / Archives

Mme Parly qualifie les fuites sur les « ratés » de l’opération Hamilton de « malveillantes »

Dans la nuit du 13 au 14 avril, les forces françaises, américaines et britanniques ont frappé des sites du programme chimique syrien, après une attaque commise une semaine plus tôt à Douma [Ghouta orientale], avec « divers produits chimiques organiques chlorés », selon les conclusions préliminaires de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques [OIAC] publiées le 6

Opération Hamilton : Deux frégates françaises auraient été gênées par des navires russes au moment de lancer leurs missiles

Invité par la chaîne CNEWS, ce 4 mai, le général François Lecointre, chef d’état-major des armées (CEMA), n’a pas échappé à une question sur les éventuels « dysfonctionnements » qui auraient empêché deux frégates multimissions (FREMM) Aquitaine et Auvergne de lancer leurs missiles de croisière navals (MdCN) lors de l’opération Hamilton. Pour rappel, menée dans la nuit

Les frappes contre le programme chimique syrien auraient eu quelques « couacs »

Dans la nuit du 13 au 14 avril, les forces françaises, américaines et britanniques ont frappé des sites du programme chimique syrien près de Damas et dans la province de Homs. Les résultats de ce raid, en dépit des affirmations russes sur l’efficacité de la défense aérienne syrienne, sont sans appel, les images prises par

Syrie : Selon le Pentagone, toutes les cibles visées ont été atteintes

Alors que Moscou a affirmé que 71 missiles sur les 103 tirés dans la nuit du 13 au 14 avril par les forces américaines, françaises et britanniques ont été interceptés par la défense anti-aérienne syrienne, le Pentagone a assuré que toutes les cibles visées ont été touchées. « Nous ne cherchons pas à intervenir dans le

Vidéo : Baptême du feu pour le Missile de croisière naval en Syrie

L’on savait que la frégate multimissions (FREMM) Aquitaine se trouvait en Méditerranée orientale alors que se préparait une opération devant viser le régime syrien pour sa responsabilité présumée dans l’attaque chimique contre la ville de Douma, le 7 avril dernier. D’après la ministre des Armées, Florence Parly, ce navire a été rejoint par d’autres du

La Pologne veut des « précisions » sur les sous-marins français Scorpène

Pour remplacer ses quatre submersibles de la classe Kobben, la Pologne a lancé le programme Orka afin d’acquérir au moins trois nouveaux sous-marins, suceptibles d’être en mesure de mettre en oeuvre des missiles de croisière. Trois industriels sont sur les rangs. L’allemand ThyssenKrupp Marine Systems (type 212/214) pourrait être favori dans la mesure où les

Mme Parly ne veut pas « lâcher l’affaire » des futurs sous-marins polonais

Après l’affaire de l’annulation de l’appel d’offres remporté par Airbus Helicopters avec le H225M Caracal et les critiques émises par le président Macron à l’encontre de l’actuel gouvernement polonais, il paraît compliqué pour la France de décrocher des contrats d’armement en Pologne. Pour autant, Mme le ministre des Armées, Florence Parly, ne désespère pas vendre

La frégate de taille intermédiaire pourra évoluer afin de mettre en oeuvre des missiles de croisière

La Loi de programmation militaire 2014-2019 actualisée a réduit la commande de frégates multimissions (FREMM) à 8 exemplaires et prévu l’acquisition de 5 frégates de taille intermédiaire (FTI), qui seront des navires moins imposants (de l’ordre de 4.000 tonnes) et sans doute plus facilement exportables. Seulement, comme l’a souligné Patrick Boissier, le président du groupement

La frégate multimissions Aquitaine a tiré son premier missile de croisière naval

Livrée à la Marine nationale en novembre 2012 mais pas encore admise au service actif, la frégate multimissions (FREMM) Aquitaine a tiré un missile de croisière naval (MdCN ou Scalp naval) le 19 mai, sur les polygones de tir du centre DGA « Essais de missiles » au large de l’île du Levant (Var). Et comme le

Dernier tir de qualification réussi pour le Missile de croisière naval

Le missile de croisière naval (MdCN ou Scalp naval) pourra bientôt être livré à la Marine nationale, qui le destine à armer, dans un premier temps, ses frégates multimissions (FREMM), puis, par le suite, ses sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) de type Barracuda. En effet, la Direction générale de l’armement (DGA) a indiqué avoir réalisé avec