kurdes / Archives

La Turquie et l’Iran envisagent une opération militaire conjointe contre les rebelles kurdes basés en Irak

Entre les retournements d’alliances, les coopérations de circonstances, les arrière-pensées des uns et les ambitions des autres, il devient compliqué de s’y retrouver au Moyen-Orient. Prenons le cas de l’Iran et de la Turquie. En février, la victoire sur l’État islamique (EI ou Daesh) remportée par les rebelles syriens soutenus par Ankara à al-Bab, dans

La Turquie menace d’intervenir militairement dans le canton kurde d’Afrin, en Syrie

Le 28 juin, Ankara a indiqué avoir procédé à des tirs d’artillerie contre des positions tenues par les milices kurdes syriennes (YPG), dans le secteur frontalier d’Afrin, situé dans le nord-ouest de la Syrie. Et cela, en réponse à des accrochages entre des miliciens kurdes et des combattants de factions de l’Armée syrienne libre (ASL),

La Turquie préparerait une opération terrestre dans le nord de l’Irak

Après « Bouclier de l’Euphrate » en Syrie, va-t-on vers une opération militaire turque dans le nord de l’Irak? C’est ce que révèle, ce 6 avril, le quotidien Yeni Safak, proche du pouvoir à Ankara. Ainsi, cette opération terrestre, appelée « Bouclier du Tigre », serait lancée après le référendum constitutionnel du 16 avril prochain. D’après Yeni Safak, elle

Les milices kurdes syriennes affirment avoir trouvé un accord avec les forces russes; Moscou dément

Le porte-parole des Unités de protection du peuple kurde (YPG), Redur Xelil, a affirmé, ce 20 mars, qu’un accord portant sur la formation militaire et l’implantation d’une base à Afrin avait été conclu la veille avec la Russie. « C’est le premier accord du genre », a précisé M. Xelil, rapporte l’AFP. Selon lui, il prévoit « un

La Syrie hausse le ton face à la Turquie

Le 24 août, la Turquie a lancé l’opération « Bouclier de l’Euphrate » dans le nord de la Syrie, en s’appuyant notamment sur des groupes rebelles syriens qu’elle soutient. Cette intervention vise à sécuriser la frontière, en y chassant l’État islamique (EI ou Daesh), et à empêcher les milices kurdes syriennes (YPG), liées au Parti des travailleurs

EI : Les forces spéciales canadiennes adoptent une posture « plus offensive » en Irak

Si, en février, le Canada a retiré ses chasseurs-bombardiers CF-18 Hornet de la coalition anti-État islamique (EI ou Daesh) dirigée par les États-Unis, il a dans le même temps triplé les effectifs de ses conseillers militaires engagés auprès des forces kurdes irakiennes (Peshmergas), lesquels sont essentiellement issus des Forces d’opérations spéciales. Actuellement, dans le cadre

L’Iran demande à la Turquie de mettre un terme à son intervention militaire dans le nord de la Syrie

Les États-Unis, et plus largement les Occidentaux, seraient soulagés de voir la Turquie cesser son intervention militaire dans le nord de la Syrie. Lancée avec le concours de groupes rebelles syriens soutenus par Ankara, l’opération « Bouclier de l’Euphrate », si elle a d’abord consisté à chasser les jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh) de Jarabulus

Le président Hollande parle de « risques d’embrasement général » après l’intervention turque en Syrie

Le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, a estimé, le 29 août, que le conflit entre les forces armées turques et les milices kurdes syriennes (YPG) peut « être évité », pourvu que leurs positions soient figées. « Nous appelons les deux parties à ne pas se combattre l’une l’autre, et à continuer à concentrer leurs efforts

Ankara dit avoir le droit d’intervenir si les milices kurdes syriennes ne se replient pas à l’est de l’Euphrate

L’offensive turque, appelée « Bouclier de l’Euphrate », lancée le 24 août dans le nord de la Syrie avec des chars appuyés par de l’aviation, des forces spéciales et des rebelles syriens soutenus par Ankara, n’a pas fait un pli. En quelques heures, la ville de Jarabulus, alors occupée par l’État islamique (EI ou Daesh), a été

Des avions de la coalition anti-EI pour protéger les Kurdes contre les frappes syriennes

Pour la première fois depuis mars 2011, des bombardiers tactiques Su-24 Fencer des forces aériennes syriennes ont bombardé, le 18 août, des positions tenues à Hassaké par les forces de police liées au Parti de l’union démocratique kurde (PYD), les Hassayech. Ces dernières étaient alors engagés dans des combats avec les Forces de défense nationale