FAG / Archives

Les Forces armées en Guyane intensifient la lutte contre la pêche illicite

Depuis le début de l’année, la lutte contre l’orpaillage clandestin, dans le cadre de l’opération Harpie, a repris de la vigueur sous l’impulsion des Forces armées en Guyane (FAG) et une meilleur coordination entre les services de l’État concernés. Et c’est aussi le cas pour la pêche illégale, qui est un autre fléau affectant ce

Guyane/Harpie : En 2017, 72 militaires ont fait l’objet d’une évacuation sanitaire

Quand l’opération Harpie a été lancée en Guyane, en février 2008, l’on comptait 535 sites illégaux d’orpaillage. L’objectif était alors de perturber au maximum l’activité des « garimpeiros » (chercheurs d’or venus clandestinement du Brésil et du Surinam), laquelle porte atteinte à l’environnement en raison de la pollution générée par le mercure, utilisé pour amalgamer l’or, et

Guyane : Deux trafiquants tués lors d’un accrochage avec des militaires

Le 19 novembre, dans le cadre de l’opération Harpie, qui vise à lutter contre l’orpaillage illicite en Guyane, une patrouille de militaires du 9e Régiment d’Infanterie de Marine (RIMa) et de la gendarmerie a essuyé des tirs d’armes automatiques alors qu’elle se trouvait sur le Grand Inini, un cours d’eau de la commune de Maripasoula

Guyane : Trois militaires légèrement blessés après un accrochage avec des trafiquants

L’opération Harpie n’est pas souvent sous le feu des projecteurs, alors que c’est l’une des plus éprouvantes que mènent actuellement les forces armées françaises contre l’orpaillage clandestin en Guyane. Aux conditions climatiques difficiles et à la nature hostile du terrain (qui sont la cause de nombreuses évacuations sanitaires), il faut y ajouter la violence des

Harpie : Les Forces armées en Guyane ont détruit 24 puits illégaux d’orpaillage

Outre la pêche illégale, la Guyane doit faire face à l’orpaillage illégal, qui est un fléau par les dommages que cette pratique inflige à l’environnement et par la criminalité qu’elle induit, les « garimpeiros » n’étant pas des enfants de choeur. Si, grâce aux moyens déployés par la Marine nationale (embarcation remonte-filets, patrouilleurs légers guyanais), des succès

Le patrouilleur léger guyanais « La Confiance » donne pleinement satisfaction

Officiellement entrée en service le 27 avril dernier, le patrouilleur léger guyanais (PLG) « La Confiance », spécialement étudié et conçu pour opérer dans les eaux guyanaises par Socarenam, a récemment mené sa première opération de police des pêches, appelée « Halicorne ». Pour rappel, la pêche illicite est, avec l’orpaillage clandestin, l’un des fléaux qui affecte la Guyane,

Bilan en demi-teinte pour l’opération de lutte contre l’orpaillage clandestin en Guyane

Lors du premier semestre de l’année 2016, les Forces armées en Guyane (FAG) et la Gendarmerie nationale menèrent une série de patrouilles « répressives » contre l’orpaillage clandestin, dans le cadre de l’opération Harpie, lancée en 2008. Ainsi, leur action avait permis de « traiter » 742 sites, de découvrir 226 caches, de démanteler 878 campements de Garimpeiros (chercheurs

Harpie : 878 camps d’orpailleurs illégaux démantelés en 6 mois par les Forces armées en Guyane

Le bilan de l’opération Harpie, lancée en 2008 pour lutter contre l’orpaillage illégal en Guyane, traduit l’intense activité des forces armées au cours de ces six derniers mois. Ainsi, selon le préfet de Guyane, Martin Jaeger, l’engagement des forces armées et des gendarmes s’est « accru » depuis janvier, avec des missions plus nombreuses (dont la « durée

Guyane : Harpie, une autre opération rude sur le plan sanitaire

De la fournaise malienne à la moiteur centrafricaine en passant par la sécheresse jordanienne, les militaires français sont habitués aux rudes conditions des théâtres extérieurs où ils sont envoyés. Et c’est la même chose pour la Guyane, où est menée depuis 2008 l’opération Harpie, qui vise à lutter contre l’orpaillage illégal. En effet, l’analyse des

Pêche illégale : L’embarcation remonte-filets « La Caouanne » démontre son efficacité

Depuis la fin de l’année dernière, les Forces armées en Guyane (FAG) disposent d’une Embarcation remonte-filets (ERF), appelée « La Caouanne », afin de lutter contre la pêche illégale dans les eaux guyanaises. Comme l’orpaillage clandestin, la pêche illégale est un fléau pour la Guyane et ses pêcheurs (légaux). En 2012, le nombre de bateaux de pêche