L’infanterie a la cote auprès des candidats à un engagement dans l’armée de Terre

Peu avant la Première Guerre Mondiale, 65% des conscrits de la classe 1914 avaient été affectés dans l’infanterie [et même 67%, en prenant en compte les troupes coloniales]. Et ce taux monta à 91% pour celle de 1915. Et pour cause : La règle des « gros bataillons » était alors en vigueur… Et elle exigeait des effectifs nombreux. Si cette tendance s’amenuisa après l’armistice, notamment au profit d’autres armes, comme l’artillerie, l’infanterie absorbait encore 50% des appelés en 1922.

Un siècle plus tard, la conscription a été suspendue et l’armée de Terre s’est professionnalisée. Et pourtant, celle-ci n’a guère de mal à trouver des fantassins. Et ce qui pouvait être une contrainte par le passé [un appelé n’avait pas trop son mot à dire sur son affectation] est devenu un choix.

C’est en effet le constat établi par la Direction des ressources humaines de l’armée de Terre [DRHAT], dans le dernier numéro de la revue Fantassins.

« La grande majorité des personnes qui souhaite s’engager au sein de l’armée de Terre veut devenir combattant de l’infanterie et servir dans un régiment ou un bataillon prestigieux, riche d’une longue histoire mise en avant par les hauts faits d’armes passés et le devoir de mémoire cultivé par ces unités », écrit en effet le lieutenant-colonel Pascal Pachiaudi, chef de la section « personnels non-officiers » de la sous-direction du recrutement de la DRHAT.

Cela étant, d’autres armes, comme, par exemple, l’arme-blindée cavalerie, ont aussi leurs régiments prestigieux, cultivant une forte identité. Mais l’infanterie aurait donc un attrait particulier, comme en témoignent les chiffres du recrutement pour l’année 2021.

Ainsi, 30% des officiers sous contrat d’encadrement [OSC/E] recrutés l’an passé ont choisi l’infanterie, laquelle a absorbé, dans le même temps, environ un tiers du recrutement des militaires du rang. En revanche, elle n’a représenté que 6% du recrutement des sous-officiers d’origine directe…

Le lieutenant-colonel Pachiaudi explique ce phénomène par les « qualités » qu’incernerait l’infanterie dans « l’esprit du public », à savoir l’esprit de défense, la camaraderie, l’esprit de cohésion et le dépassement de soi.

Pour le général Marc Conruyt, le patron de la DRHAT, si de nombreux jeunes souhaitant s’engager dans l’armée de Terre aspirent à servir dans l’infanterie, c’est parce que cette arme se caractérise par sa rusticité, son exigence physique et sa haute technologie.

« Comme le dit sa doctrine d’emploi, ‘l’infanterie représente souvent le premier signe tangible de la volonté politique du recours à la force’. Aussi, c’est elle, bien souvent, qui est mise d’emblée sur le devant de la scène lors d’une crise. Il est vrai que l’histoire [la Grogne de Napoléon, la Biffe de Verdun, …] l’a largement mise en avant. Plus simplement, les films et séries contribuent à donner une image forte mais souvent tronquée de la réalité militaire, en mettant en exergue très souvent et systématiquement les fantassins », enchérit le lieutenant-colonel Pachiaudi

Reste que tout le monde n’a pas forcément les qualités requises pour devenir fantassin. En effet, l’officier souligne qu’un « nombre important de candidats » ne réunit pas les critères exigés pour s’engager dans l’infanterie, dont ceux en matière de condition physique [palier 9 à 10 au test Luc Léger, sur un maximum de 12, par exemple], de résistance au stress, de résilience et d’aptitude au commandement. Exigences que l’on peut résumer par la formule « endurant, souple, félin et manoeuvrier ».

Cependant, poursuit-il, le « volume de la ressource est suffisamment important » pour [nous permettre] de « sélectionner les candidats les plus aptes à servir dans les unités d’infanterie ». Au point que les places sont « très rapidement pourvues, parfois dès la première commission de chaque plan de recrutement, quelle que soit la catagorie ».

Évidemment, il ne s’agit pas de voir un tel élan s’essouffler. « Cette forte image du fantassin en tenue de combat, avec une arme, se servant d’équipements de haute technologie et évoluant dans un milieu exigeant comme le désert, la montagne ou la jungle est souvent mise en valeur dans les campagnes de recrutement, les reportages télévisés, la presse quotidienne et spécialisée entre autres. C’est sur cette image qu’il faut continuer à s’appuyer pour permettre aux forces armées d’avoir des combattants suffisamment aguerris et robustes pour mener à bien les missions qui seront de plus en plus exigeantes », fait valoir le lieutenant-colonel Pachiaudi.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

95 contributions

  1. berger dit :

    be oui, ce sont eux qui gagnent les guerres, bien aides c’est vrai par les artilleurs

    • fred dit :

      en tant qu’ancien TAP on gagne aussi la guerre avec le soutien logistique munitions ration etc etc avec l’appui aérien et des artilleurs bref!c’est un ensemble ,tout simplement le spectre global terre air mer d’une armée compétente .

    • Mouton dit :

      Et tout les autres corps d’armée ( genie, matériel, train…)aussi, c’est pour ca les GTIA, L’infanterie c’est la reine des batailles et la qu’il y a le plus d’action en tehorie mais sans l’appui des autres ils ne peuvent rien faire

      • bob dit :

        Pour Raoul 72, les cirat sont devenus des cirfa depuis 2008. Oui, les plans de recrutement EVSO favorisent les domaines techniques dont une armee moderne à besoin. Les EVSO (direct sous off) sont souvent des candidats malheureux à l ESM . Les sous off de la mêlée sont plutôt issus des EVAT qui deviennent sous off via la voie le semi directe . Oui la mêlée attire mais je confirme (j ai bossé sur les chiffres Boxi etc …) c est aussi le domaine de l attrition record , des problémes de comportement de l encadrement qui fait fuire par l infantilisation (d ailleurs l infanterie ne souhaite pas d evat trop âgés). Alors oui , les conseillers préservent la ressources en orientant vers des domaines plus exigeants techniquement, qui responsabilisent l individu, favorisent son rengagement et sa reconversion.
        L’infanterie s est bien si tu as le potard pour saisir les rares opportinités sinon tu la quittes ( réorientation interne, départ vers le civil). Les temps ont changé et il est possible aujourd hui de trouver un équilibre dans des domaines autres que la mêlée et qui t assureront les opex, l’ interet de la spécialité, la pratique du sport etl’ image positive de l unité. J ai bossé en Cirfa sur ma fin de carriere et je confirme que la majorité des candidats vous parlent de vouloir rejoindre l infanterie dès le premier entretien . Le jeu video semble faire son petit effet. Il n existe pas de jeux qui présentent un plongeur du génie, un technicien de soute aero, un opérateur radio (ERM) un conducteur de Carapace…

        • Félix GARCIA dit :

          « Il n existe pas de jeux qui présentent un plongeur du génie, un technicien de soute aero, un opérateur radio (ERM) un conducteur de Carapace… »

          Vous pouvez être certain que ça trouverait son public.
          Après tout, il existe déjà : Silent Hunter, Subnautica, Truck Simulator, Train Simulator, Farming Simulator, Arma 3 (on passe beaucoup de temps à marcher et attendre [etc …]) …
          Les « serious games » (ou des ersatz de ceux-ci) ont un public de plus en plus large (je penses en connaitre les raisons, mais je ne digresserai point sur ce sujet ici).

      • Amicaliste du Grand Trois dit :

        @fred, mouton
        Ce que vous écrivez est parfaitement exact. Mais les anciens des appuis et des soutiens, même quand leur rôle fut déterminant pour l’accomplissement de la mission collective, ont beaucoup moins d’histoires palpitantes à raconter que ceux de l’infanterie.
        .
        Or on s’engage aussi pour s’impliquer dans quelques aventures extraordinaires que l’on pourra raconter plus tard.
        Avoir des souvenirs de jeunesse, ça valorise une vie d’adulte.
        .
        Les Artilleurs (Bigors) du 11ème RAMa tirant en tir direct, à vue, sur les Toyota-mitrailleuses ennemies (Abéché, Tchad, 1979) c’est quand-même très rare et ça ne suffit pas à motiver un engagement.
        .
        Ce jour-là (et comme tous les jours) il y avait plus d’action pour les Marsouins du Grand Trois ainsi appuyés que pour les Bigors peu habituės à voir leurs cibles.

  2. Vinz dit :

    « endurant, souple, félin et manœuvrier »

    J’aime bien les slogans mouton à cinq pattes, et superfétatoirement redondants et répétitifs. Endurance, soupleté, ça ne sont pas les mêmes ligaments. Soit on veut un marathonien, soit on veut une gymnaste. Pas grave. Ah, pis manque l’agilesse. Lacune.

    Sinon RAS, la revue Fantassin est bien bilingue, des fois que le billoute comprenne plus le latin souchien. Je l’aurais plutôt traduite en style rappeux neo-sms mébon. Manque d’émojiis et tutti.

    Sur le fond la biffe c’est (était ?) une garantie voyage opex, donc d’action tout simplement, sans nécessiter pour la troupe une formation intellectuelle trop poussée. L’odeur du sable chaud, avec un peu de cendre.

    • Seymos dit :

      La garantie du voyage OPEX aujourd’hui, c’est la Sape, la log et les SIC. L’infanterie tourne moins car moins employée et plus nombreuse.

      • Habitué d'opex360 dit :

        @ Seymos, vous avez peut-être raison.
        Mais on ne s’engage pas pour un simple « voyage opex ». On s’engage pour participer à des aventures collectives, le cas échéant dangereuses, dont on n’aura pas l’équivalent chez soi.
        Du moins dans l’infanterie. Pour « la Sape, la log et les SIC » (c’est quoi, les SIC ?) je ne sais pas : peut-être pour un « voyage opex ».
        .
        Ça me rappelle le pseudo « Rigel », qui sévissait sur ce blog il y a quelques années : visiblement mal dans sa peau, il a été viré du blog parce qu’il injuriait abondamment et grossièrement les autres contributeurs (exemple parmi plusieurs : « vas baiser le cul de Poutine ! »)
        Un jour, il a avoué qu’il avait fait cinq ans dans un régiment d’artillerie nucléaire Pluton. Il n’a jamais expliqué les motifs de son choix mais on pouvait comprendre qu’il fût frustré.

        • Sempre en Davant dit :

          Système d’information et communication… Bref les trans, le renseignement électromagnétique, tout ce qui ennui…
          Sauf eux qui cryptent des cryptes toussa!

  3. Polymères dit :

    Bien entendu, faut-il rappeler que la plupart des jeunes qui s’engagent ne viennent pas pour la solde, mais dans l’idée de vivre une aventure unique.
    Le problème vient quand on ne leur donne pas cette aventure, qu’ils se lassent à tourner en rond dans les casernes ou à s’entrainer sans qu’il y ait derrière un « but ».

    Combien de fois j’ai répété ici que les opex sont nécessaires pour l’expérience et pour le moral? Certains ne veulent voir les opex que sur l’aspect financier et diront que « c’est de l’argent gaspillé » qu’on ferait mieux de « préserver » nos troupes et se préparer à affronter du lourd. Mais comprenons bien une chose, le militaire qui s’engage ne va pas s’entrainer pendant 5 ans à simuler une guerre contre la Russie, au bout de deux ans à faire cela il voudra partir et le type que vous pensez avoir « préparé » ou « préservé » (des opex) il quittera l’institution et vous ne gagnerez rien.

    Donc il est important de maintenir des opex et plus largement de l’engagement opérationnel. Alors bien sûre tout n’est pas rose, bien entendu tout soldat qui fait une mission pense tuer sans être tuer et pense que ceux qui se font blessés ce sont les copains. Oui certains seront surpris, choqués et dégouté de la réalité de la guerre, mais c’est triste à dire, ce genre de choses sont formateurs et finissent par sortir du lot des éléments qui seront indispensables à l’expérience collective.
    Je vous dis, nous n’obtiendrons jamais cette expérience en faisant Sentinelle ou en allant faire une manoeuvre à Mailly-le-camp.
    En temps de paix on forme des soldats, en temps de guerre on forme des guerriers et quand l’un rencontre l’autre le résultat n’est pas identique.

    • NRJ dit :

      @Polymères
      « Combien de fois j’ai répété ici que les opex sont nécessaires pour l’expérience et pour le moral? Certains ne veulent voir les opex que sur l’aspect financier et diront que « c’est de l’argent gaspillé » qu’on ferait mieux de « préserver » nos troupes et se préparer à affronter du lourd ». En soit on ne fait pas des opex simplement pour que nos gars puissent se faire plaisir. On fait des opex pour l’intérêt supérieur de la nation. Si ça permet aux gars de se faire plaisir, tant mieux, mais « ce n’est pas ça qui entrera en compte dans notre décision de mener ou non une opex.
      Par contre le coût de l’opex entrera lui en compte. Balancer des miliards à la poubelle ne sert à rien.

      Après permettre aux engagés d’aller s’entraîner dans d’autres parties du monde (Djibouti, Guyanne, etc) a évidemment de l’intérêt tant pour leur entraînement que pour leur moral. Mais leur moral ne justifie pas de déclencher des guerres, il y a un moment où faut arrêter les bêtises.

    • midas le voltigeur dit :

      Pour l avoir vécu il n y a pas si longtemps complétement d accord , attention quand même a l effet inverse si trop d opex il y a aussi une grosse pression sur les familles , un soldat ne vis pas seul pendant 15 ou 17 ans il part avant. Un équilibre a trouver qui impose d avoir le nombre juste de personnel .

    • Aramis dit :

      « Donc il est important de maintenir des opex et plus largement de l’engagement opérationnel. » D’accord mais si le Sahel s’arrêtait? Il resterait quoi? On ne va pas lancer des guerres juste pour donner du grain à moudre aux troupes.

    • Ulysse dit :

      @polymeres. +++ La motivation, mère de l’efficacité.Et la motivation ça s’entretient.

    • Vinz dit :

      Aaah les opex. L’armée de Napoléon III pourrait en parler des heures. Les opex forment à la contre-guérilla – en gros les opex désaprennent la guerre. C’est moins pire que les opé maintien de la paix certes.

      En outre :
      Usure du matériel
      Surcoût au détriment matériel / munitions / cadre de vie.
      Déficit cohésion régimentaire – tjs une cie à droite à gauche
      Impossibilité de manoeuvres régimentaires – pour ne pas parler des échelons supérieurs.
      Liste non close.

      • Ancien des opex dit :

        @Vinz
        Extrait du livre « la France et son armée » (Charles de Gaulle,1936) livre d’Histoire où un passage concerne les
        expéditions outre-mer à la fin du 19ème siècle. C’est encore valable aujourd’hui :
        « Ces expéditions ont, dans l’ordre tactique, un caractère très spécial. L’adversaire, le
        terrain, les moyens, ne ressemblent guère à ceux d’une guerre européenne. Aussi les
        ‘métropolitains’ ne se font-ils pas faute d’affirmer que l’Armée d’Afrique et l’Infanterie de
        Marine y perdent les bons principes.
        Pourtant, la vie des postes et des colonnes entraîne les chefs à se plier aux circonstances.
        Tenir le terrain dans un bled sablonneux et lointain, c’est une excellente école d’initiative et
        d’énergie. A la lisière de la dissidence, on doit savoir se renseigner, se fortifier, se garder,
        combattre. Au sein d’une nature farouche, il faut sans cesse lutter pour vivre, endurer des
        climats épuisants, vaincre le vertige de la solitude. Et quelles épreuves comporte, pour le
        caractère, pour le coup d’œil, pour l’art de se faire obéir, la manœuvre de ces détachements qui
        poursuivent, à marche forcée, des succès toujours révocables, à travers les terrains
        incroyables qu’offre l’Afrique à l’embuscade des adversaires !»
        .
        La défaite de 1870 montra que nos états-majors, fortement aidés en cela par un pouvoir politique inconscient de son incompétence militaire, avaient « désappris la guerre » et ne savaient plus organiser l’action de volumes importants (ce que l’on appelle aujourd’hui « l’opératique »).
        .
        Je cite cet exemple parce qu’au contraire l’opération Serval (janvier 2013) fut un modèle d’opératique après que les Généraux, discrètement mais fermement, ont expliqué au « chef des armées » de l’époque, que son idée d’envoyer « 400 instructeurs pour former l’armée malienne » (octobre 2012) était d’une stupidité dangereuse comme le démontrent toutes les opex qui ont commencé de cette façon.
        .
        Aujourd’hui, notre haute hiérarchie militaire est bien consciente du risque de « désapprendre la guerre » et c’est pourquoi l’on parle de se préparer à la haute intensité.
        Je tiens à préciser que le fantassin (car c’est le sujet du jour) n’a jamais cessé de faire de la haute intensité : pour les « petits gars » face à une bande supérieure en nombre et en armement, c’est toujours de la haute intensité.
        .
        La haute intensité est à préparer au niveau des états-majors et de la logistique car c’est à ces niveaux que les opex « désapprennent la guerre » comme l’a montré l’un de nos convois logistiques bloqué par surprise au Burkina-Fasso.

        • Ancien des opex dit :

          Oups ! « La France et son armée » (Charles de Gaulle,1938) huit et non six.

          • Vinz dit :

            Serval est un cas très particulier. Les opex aguérissent les compagnies, très bien – mais on a les moyens techniques d’entraînements réalistes sans partir sauver le monde à Pétaouchnok. Et ça n’est pas ce qui fait la décision dans les guerres classiques ; ce qui fait la décision, c’est un bon Etat Major, l’intendance qui suit, et la coordination des unités à tous les niveaux – régimentaire, brigade etc. On est bien payé pour le savoir : 1870, 1914, 1940. Ce qu’on ne fait plus quand 3/4 des ressources sont dédiées opex : soit sur le terrain, soit en préparation, soit en reconditionnement.

  4. Albatros dit :

    Il ne faut jamais désespérer des jeunes.
    Mais y aurait ail autant de candidats lors d un service national rétabli ?

    • Mat49 dit :

      Un service national rétabli? On ferait comment?

      • midas le voltigeur dit :

        On trouve des solutions , les finlandais ou les suisses ne sont pas des magiciens . Le retour de la guerre russe en Ukraine nous montre qu’aujourd’hui si vous voulez stoppez un plus puissant il faut pouvoir lui interdire ses villes et pour cela il vous faut une armée massive mais pas nécessairement mobile .Une garde nationale en somme , évidemment ça coute , vous pouvez aussi rédigez des discours de bienvenu si ça vous semble « possible » ?, peut être oui en fait .La conscription a toujours représenté un cout important pour toute les sociétés ceux qui pensaient pouvoir s en défaire on disparus.

        • Mat49 dit :

          L’argent nous l’avons, vu notre PIB si on veut rétablir la conscription c’est possible, ce n’est pas le sujet.

          Le sujet c’est que vous proposez d’avoir un modèle d’armée similaire à celui de l’Ukraine: un modèle de d’armée de défense territorial. Donc cela suppose que notre stratégie soit une stricte défense conventionnelle du territoire national par ce biais et qu’on ne projette aucune forces hors de frontières ou à très faible dose. Je ne vois pas trop qui pourrait nous envahir donc je ne vois pas à quoi servirait l’adoption de ce modèle.

          L’autre sujet c’est que vu la qualité de la classe d’âge (en retranchant ceux qui ont signé un contrat pour s’engager et qui ne vont pas faire leur service de ce fait) on dégagerait péniblement quelques dizaines de milliers de jeunes aptes du fait des réfractaires, des inaptes et des objecteurs de conscience, et des exigences physiques pour certains postes.

          Donc rétablir un service national pour tous je en vois pas à quoi cela nous servirait, le résultat en terme de jeune jugé apte serait très faible. En revanche une dose de concription paraî inévitable si on veut rebâtir une armée avec un tant soit peut de masse faute d’avoir suffisament de volontaire.

          Dans cette optique une conscription partielle où juste les sélection sont obligatoire cela paraît une bien meilleure approche. En gros seuls ceux vraiment motivés réussiraient les tests. Sachant qu’il faudrait des appelés pour recréer des unités de combat et alimenter une vrai réserve (surtout terrestre) mais aussi et surtout pour occuper des postes dans le soutien et l’administration ce qui permettrait de soulager la masse salariale des armées tout en augmentant leur volume sans aller jusqu’aux volume de la guerre froide.

          En mettant des mesures incitatives on pourrait viser, personnel administratif et de santé inclus 80 000 jeunes par an, H/F, pas plus. Cela permettrait d’avoir une armée expéditionnaire majoritairement professionnelle, qui est ce dont nous avons besoin à mon sens.

          • Benoît Préchart dit :

            @ mat49
            Comme vous, je ne vois pas à quoi servirait de rétablir un service militaire obligatoire.
            Je crains cependant que ça soit un jour décidé par la classe politique.
            .
            Car ce serait un moyen très efficace de torpiller l’armée : développement de l’antimilitarisme, multiplication des problèmes d’intégration (quid de l’interdiction du voile, par exemple ?), découragement des cadres, etc.
            .
            Comme beaucoup sur ce blog, j’ai connu l’époque du service militaire obligatoire.
            La majorité des Appelés faisaient de leur mieux.
            Mais quelques-uns créaient délibérément un maximum de problèmes.
            .
            Je n’ose pas imaginer ce que ça donnerait de nos jours.
            Rétablir le service militaire obligatoire dans l’environnement sociologique actuel, ce serait le fait d’un Parlement voulant disloquer la Nation.

      • albatros dit :

        Avec des sous…
        Mais ça en vaut la peine, comme de commander plus de matériel à nos industries de la Défense, car au final on est gagnant à tous points de vue.

        • Mat49 dit :

          Une dose de conscription comme expliqué ci-dessus ça je serais pour en revanche.

    • PHILIPPE dit :

      Un service militaire basé sur le volontariat ce serait déjà un premier pas avec passage du permis de conduire, ou de plusieurs permis de conduire, ce qui constituerait un coup de pouce bienvenu en retour.

      • Stéphane Leroy dit :

        Un service national sur volontariat ça s’appelle un engagement, non?
        Et là, les CIRFA maîtrisent…

        • Mat49 dit :

          Non il y avait des VSL du temps de la conscription et ce n’était pas des engagés.

          • 341CGH dit :

            Ces VSL (volontaires pour un service long) signaient un contrat : de ce fait, ils étaient des engagés. Cette formulation VSL visait seulement à gommer le mot « engagés ».

          • Mat49 dit :

            Ils signaient un contrat mais spécifique à leurs statuts, ce n’était pas le même contrat que les engagés.

      • Allobroge dit :

        Attention , jadis aussi des jeunes s’engageait dans l’optique d’obtenir le permis, sauf, sauf qu’avant tout ils sont soldats et donc soumis aux grandeurs mais surtout aux servitudes du métier de militaire. Nombre d’entre furent alors déçus et quittèrent l’institution !.

      • Océan dit :

        Sauf que ça existe déjà et que ça s’appelle le SMV, même si le but final n’est pas l’incorporation dans les armés, ça s’en approche.

  5. Zeko dit :

    Les chiffres du recrutement (30 % des OSC/E et 6 % des sous-officiers directs) illustrent les besoins de l’armée de terre, pas les desiderata des candidats au recrutement. Et ce sont ces derniers que l’on aimerait bien connaître.

  6. Raymond75 dit :

    Oui : il faut des Opex pour occuper les soldats ! Vive la guerre
    ..

  7. Malésia dit :

    Je suis bien d’accord avec le commentaire de @polymeres. N’oublions pas non plus que bien des jeunes veulent faire l’infanterie car c’est l’image qui colle bien souvent le plus à celle de guerrier (pas toujours à raison). Je ne parlerai même pas de la mode à faire du FS un simple fantassin. Combien de fois j’ai vue des gars qui se cachait le visage comme le fait le COS pour le style alors qu’en emploi, un fantassin n’a rien de spécial et surtout de secret. L’image du commando fantassin persiste et pourtant dans la réalité, c’est bien différent. Donc c’est bien de l’image du fantassin que l’on parle car dans les faits, une fois recruté, le fantassin se fait bien souvent chier car pas de missions (à part sentinelle ou un peu d’OPEX) où il va pouvoir faire les vrais missions pour lesquelles il est formé. Ayant bossé en CIRFA terre quelques années, j’ai vu bien des jeunes recrues dénoncés dans les régiments biff (TAP, TDM, Montagne et métro) car entre l’idée et le réel, y’a un monde. C’est pas pour rien qu’il y a un très gros turn-over dans l’infanterie. Dons si on se fît à la demande de départ de la jeune recrue, oui elle veut l’infanterie mais ensuit y reste-t-elle, là est la question? Pour info, je suis infanterie (montagne) donc pas la peine de me tomber dessus, je connais lol.

    • berger dit :

      infanterie montagne : respect +

    • Sam dit :

      +1 La Biffe séduit parce que c’est l’image de marque de l’armée de Terre. Mais l’image que s’en font les jeunes est souvent loin de la réalité des casernes.

  8. VinceToto dit :

    « Cette forte image du fantassin en tenue de combat, avec une arme, se servant d’équipements de haute technologie »
    La réalité de l’infanterie légère en 2022: https://id.pinterest.com/pin/514958538614033754/

  9. charly10 dit :

    Et bien ce n’est qu’un juste retour des choses. Ex pilote hélico, témoin d’un milieu un tantinet dédaigneux pour ceux qui crapahutent, j’ai toujours eu un respect sincère pour les gens de la « biffe ». Peut-être parce que m’intéressant à l’histoire, je sais le prix du sang payé par tous nos régiments de fantassins. Une autre vision s’installe auprès des jeunes depuis les derniers conflits et particulièrement depuis le début de cette guerre Russo ukrainienne, ou l’on peut vérifier qu’un bon fantassin bien équipé et armé de missiles peut faire beaucoup de dégâts contre des chars, des avions, ou des hélicos. En somme le fantassin subit moins sans pouvoir réagir. L’arrivée des mini drones tactiques, qui commencent à équiper nos fantassins donne également une allonge appréciable sur le terrain.

  10. Conan le Barbare dit :

    Ou alors parce que la majorité d’entre eux n’ont pas les qualifications pour prétendre à autre chose ?

    • VinceToto dit :

      L’Armée de Terre ne recrute pas que de l’Infanterie dans les E.S.A.T.

    • mich dit :

      Qualifications ou diplômes ? vaste sujet en France pour nos jeunes .

  11. Raoul72 dit :

    Si l’infanterie n’a représenté que 6% du recrutement des sous-officiers d’origine directe (c’est-à-dire venu directement du civil), ce n’est pas par manque de volontaires (bien au contraire !) mais parce que les CIRAT orientent systématiquement les candidats sous-officiers directs vers des spécialités techniques et non vers les armes de mêlées.

    • Malésia dit :

      Tout à fait mais sachez que sur 1400 EVSO recrutés environ par an, l’infanterie ne doit représenter que 90 postes à la louche. Le recrutement sous-officier direct est plus fait pour du spécialiste que du combattant pur, pour ce dernier on privilégie le demi-direct.

  12. Sergio dit :

    Rien de nouveau. L’infanterie a toujours était attractive et pour cause: on est en France et le soutien des matériels a été, est et sera toujours une arlésienne. La presse spécialisée, les rapports parlementaires se suivent et se ressemblent quant au taux d’indisponibilité élevé des avions, des navires, des hélicoptères, et autres blindés. Donc oui, au-delà des arguments présentés dans l’article, il est tout à fait normal que l’infanterie attire davantage que les autres armes ou Armées dépendantes de leurs matériels.

  13. Alfred dit :

    S’ils le disent, c’est que c’est certainement vrai. Reste quand même le cas des sous officiers de recrutement direct, que la reine des batailles ne semble pas trop faire rêver. Car, il faut bien savoir qu’on ne restera pas éternellement un combattant, et qu’il y aura toujours un après qui pourra paraître assez long… D’où des choix peut être davantage orientés par le long terme de la part de ces sous officiers.

  14. fred dit :

    le raymond radote de + en +.
    au fait c’est quoi tes valeurs plutot rouge que mort.

  15. mich dit :

    Un peu comme vous qui vous prenez pour Gandhi sur ce site ,au moins eux ils ont l’ excuse de la jeunesse et ne font pas de la morale de vieux ….. vous avez surement compris .

  16. Thierry (le plus ancien) dit :

    http://www.opex360.com/2022/05/03/moins-de-fantassins-mais-plus-de-techniciens-larmee-de-terre-reduit-le-nombre-de-ses-compagnies-de-combat/

    Comme d’habitude, et comme pour la gestion calamiteuse du Covid en manque de masque, Macron a tout fait à l’envers en organisant la pénurie et la guerre en Ukraine a eu le mérite de remettre la réalité à sa place, les grosses brigades mécanisés russe par manque d’infanterie se sont fait taillé en pièce par des petits groupement de combats ukrainiens équipé d’armes anti-char portatif et nombre d’entre eux vivant ou mort sont désormais des héros de la nation.

    Encore aujourd’hui la Russie peine à recruter pour remplacer ses pertes, ce qui l’empêche de mener des attaques qui finissent toujours par avoir un prix exorbitant, quel qu’en soit l’issue.

    L’Ukraine est mieux pourvu en Combattants, entrainés depuis 2014.

    La France a toujours grand besoin d’infanterie car au final c’est toujours eux qui tiennent le terrain même dans une guerre hyper technologique ou les machines ne sont que des forces d’appoint. L’instrument ne remplacera jamais la main qui l’utilise, même les drones et engins à intelligence artificielle seront toujours au dessous du combattant humain, peut être pas en terme de performance mais au moins en terme d’importance au combat.

    Comme on l’a vu encore également en Afghanistan c’est la détermination du combattant couplé à l’adaptation des moyens appropriés qui gagne la guerre, l’humain est beaucoup plus économe en ressource que la machine. des machines économe ça existe aussi mais leurs performances sont juste nul par rapport à l’humain.

    Le Fantassin humain reste l’ossature de toute armée au 21ème siècle, il faudra quand même attendre quelques siècles de plus pour voir les cartes redistribués. Le Terminator c’est pas encore ça.

  17. Sylvain dit :

    En fait l analyse est tronquée. Tout d abord , certes l infanterie recrute, mais chaque année l armée de terre à environ 250 postes non pourvus faute de candidats (à fortiori candidats aptes). De plus, il faut regarder aussi le taux de fidelisation, et pour le coup, ce n’est pas brillant. Car cela signifie que les soldats bien formés ne restent pas. Enfin, comme le disait Patton (et bradley), c est l artillerie qui gagne les guerres…. sauf qu on n à plus d artillerie donc de toute façon, pas d artilleurs à recruter. Idem pour la Cavalerie, le nombre de chars ayant fondu. L infanterie à bien sur un rôle important (la reine des batailles), mais en réalité notre armée de terre échantillonnaire actuelle est dimensionnée pour des opex asymétriques softs (demandez aux anciens comment étaient le Tchad ou le Liban à la fin des années 70….). Donc ce recrutement est mieux que si c était pire, et tant mieux, mais pas forcément très rassurant

    • Sylvain dit :

      Et, mea culpa, j oubliais la logistique, sinistrée en France. Or comme disait eisenhower :  » l infanterie gagne des batailles, la logistique gagne les guerres »

      • Aramis dit :

        Une phrase qu’on a oublié!

      • Vinz dit :

        Pour certains Pershing.
        Un autre disait : “amateurs talk about strategy and tactics, but professionals study logistics.”

  18. Ademar dit :

    Toujours aussi antimilitariste Raymond.

  19. Bob dit :

    N’oublions pas , le nombre d’hommes dans l’infanterie lors de 14-18 n’avait qu’une raison, essayer de combler les lacunes de l’armée (manque d’artillerie, etc).

    • Aramis dit :

      Non. C’était calculé par rapport à ce que les allemands avaient.

      • Bob dit :

        Tout comme la ligne maginot … heureusement que les têtes atomiques sont plus efficaces que bon nombre de têtes pensantes !

  20. Narvik40 dit :

    A la création des groupes alpins dans les années 1880, on a d’emblée placé sous les ordres du bataillon d’infanterie alpine, une batterie d’artillerie de montagne, une section de sapeurs, des signaler, un toubib et un fort échelon métier.
    Les Alpins sont quasi nés interarmes.
    Mais vive la biffe….alpine!

  21. Brodequin dit :

    Parmi toutes ces raisons qui orientent vers l’engagement et plus précisément l’Infanterie je ne vois pas citer le patriotisme, tout simplement. Faut il penser que les films de Rambo sont bien plus incitatifs que l’instruction civique dispensée par notre Éducation Nationale ?

    • Raymond75 dit :

      Le patriotisme existe, en perte de vitesse peut être, mais on l’a vu en Ukraine lorsque les circonstances l’exigent. Mais une armée sans service militaire, intelligent et pratiqué comme en Suisse, inciterait davantage les citoyen(ne)s à la défense de leur pays, au lieu de confier cela uniquement à une armée de professionnels, nécessaire, mais pas seulement.

      Évidement pas le service militaire imbécile et totalement in efficace que j’ai connu.

      • Raspoutine dit :

        @Raymond75,
        Pas forcément besoin d’aller en Suisse vous savez, ça n’a jamais été une fatalité, juste beaucoup de choses dévoyées et trop de piston … que ce soit sur aviso, base aérienne chasse et/ou transport, blindés ou infanterie même à Berlin jadis, tout le monde n’a pas forcément fait qu’un service militaire imbécile, pour tant soit peu qu’il y ait eu des choses à faire et à découvrir.
        Cela n’a pas été le cas de tous les appelés loin s’en faut, mais ne pas généraliser SVP …

      • lgbtqi+ dit :

        Avez-vous fait quelque chose pour que ce service soit moins imbécile et inefficace ?

        • Raymond75 dit :

          Oui, je l’ai fait en 1968, en expliquant les choses vécues à mon lieutenant. Celui-ci plus tard a été muté / promus à l’école de sous officiers (Ste Maxence peut être, mais j’ai oublié), et nous a déclaré qu’il tiendrait compte de ce que nous avions dit, dont il n’avait pas conscience …

          Et vous, vous avez fait quoi ?

          • lgbtqi+ dit :

            Mon engagement militaire s’est fait dans une spécialité. Et si l’armée a des côtés formidablement ingrats comme vous les dénoncez, elle reste une école sérieuse dont certains apprentissage imprègnent encore mon quotidien.

            Et j’ai été amenée à constater que trop souvent, dans le civil, la hiérarchie est pire qu’en milieu militaire, de même que les pratiques.

      • Vinz dit :

        « Évidement pas le service militaire imbécile et totalement in efficace que j’ai connu.’

        Et qu’est-ce qu’on vous aurait donné comme responsabilité à part lessiver la cours d’honneur ? Chacun a eu le service militaire qu’il méritait.

        • Raymond75 dit :

          Petit, j’étais radio d’état major, dans le service d’alerte en FFA.

          Entraine toi bien : tu vas bientôt libérer la Crimée, le Dombass, et peut être aussi les Etats Baltes.

        • Raymond75 dit :

          Etre ‘radio d’état major dans le réseau d’alerte des FFA’ c’est beau, c’est ronflant. Dans la pratique, nous étions un groupe, et chacun de nous une ou deux fois par semaine devait aller dans la station radio et recevoir 3 ou 4 messages en morse codés, destinés à vérifier que le réseau était opérationnel. Le reste du temps, c’était corvées et attente de la fin de cette engeance.

          Puis, comme tous les ‘anciens’, j’ai fini par trouver la combine : j’étais titulaire d’une camionnette radio (un Unimog). Je le sortais du garage (il roulait très peu), et je le nettoyait impeccablement, pratiquement avec une brosse à dent. Puis quand il était parfaitement propre, j’allais rouler dans un champs de boue, et au retour je le nettoyait : pendant ce temps on me foutait la paix !

          Voilà ce qu’était le service militaire, pendant la guerre froide, en Allemagne, en 1967/68 … Voilà ce que l’on m’a fait faire de mes 20 ans.

          • dompal dit :

            @Raymond,
            C’est plutôt cool d’aller glander en Allemagne aux frais du contribuable pendant un an, non ?

            Que pensez-vous de ceux qui s’engagent aujourd’hui dans l’AF et que l’on oblige à faire le pied de grue dans les gares ou devant les monuments toute la journée ?
            Vous croyez vraiment qu’ils se sont engagés pour faire un boulot de vigile….. qui lui rentre tous les soirs à la maison retrouver sa fatma ou sa doudou ?

  22. Maverick dit :

    Les jeunes fantassins, sont surtout plein d image et d espérance venant des jeux vidéo et des films. Pas compliqué de les faire venir…c est un peu l histoire du vernis qui va vite s effriter.. le problème… c est de les faire rester.
    Une fois le pied dans les régiments qu ils s aperçoivent qu ils ne font pas d hélicoptère tout les jours, qu ils n’ investissent pas les bâtiments en colonne d assaut chaque matin et que l équipements de FS sur les photos ben … Y en a pas. C est la douche froid et c est a ce moment là où le soldat comprends qu il va juste rien faire de ce qu il a vu et cru et surtout pour un SMIC…
    Car quand les militaires s aperçoivent tout grade confondus que la balance contraintes,risque / solde est plus que défavorable . Et bien il s en vont..
    Je ne parle même pas du jour de la HI la je pense que le vernis va s écrouler.
    Car il y a une grande différence avec nos jeunes pro des réseaux sociaux prince du semblant, qui font des photos comme l ADT d ailleurs et la force morale qu il va falloir lors d un engagement majeur.

  23. Raymond75 dit :

    Dans un commentaire récent, @Scopewisard s’inquiétait de la modération du site, nécessaire en cas d’insultes, qui vire à la censure.

    Exemples de commentaires censurés (comme le sera probablement celui-ci) : rappeler que Israël est le seul pays du Moyen Orient a posséder un armement nucléaire, rappeler que la coalition occidentale à méticuleusement rasé Mossoul et Raka.

    Oui, il s’agit bien d’une modération qui évolue vers la censure ; aussi faudrait il publier une charte qui soit claire pour les intervenants.

    • VinceToto dit :

      Bon bein voila, on est d’accord: pour tout raser, c’est l’artillerie et les bombes/missiles, dont nucléaire, pas les fantassins.
      Les jeunes ils rentrent dans l’infanterie car ils ont envie de s’amuser à tuer des gens, les estropier, cela à l’air fun, mais en fait ils ne peuvent même pas s’amuser à tirer dans la foule sans avoir un avertissement, voir être retirés d’une zone de combat alors que pilote Rafale, drones, etc., c’est leur cœur de leur métier et ils ont des médailles pour cela.
      (C’est de l’humour, évidement…)

    • Pascal (l'autre) dit :

      « Exemples de commentaires censurés (comme le sera probablement celui-ci) : rappeler que Israël est le seul pays du Moyen Orient a posséder un armement nucléaire, rappeler que la coalition occidentale à méticuleusement rasé Mossoul et Raka. » Eh bien……………………..loupé! Et concernant certaines réponses au commentaires de @ Scope force est de constater que ce fut le grand bal des faux culs! In provoque, on « allume » on désinforme, on passe pour ceux qi détiennent « La Vérité » et après nous avons droit à un grand exercice à la Caliméro! Mais comme je l’ai maintes et maintes fois écrit c’est une constante chez l’agresseur de passer pour la victime, l’agressif de se faire passer pour le pacifique!

      • Vinz dit :

        Du coup vous êtes une victime de l’agresseur ? Donc l’agresseur ? C’est un peu confus.

        • Pascal (l'autre) dit :

          « Du coup vous êtes une victime de l’agresseur ? Donc l’agresseur ? C’est un peu confus. Ah bon! Donc je répète J’ai écrit que c’est une attitude constante et typique chez les agresseurs de se faire passer pour des victimes, l’agressif de se faire passer pour une personne animée de bonnes intentions!

    • mich dit :

      Vous êtes qui pour demander une charte sur ce site ? entre vous qui parler de censure et @guillottin qui fait dans l’ antiracisme vous faites une belle paire de défenseurs des libertés , libertés de geindre bien sur .Sinon vous n’oubliez pas un ou deux détails sur Raqa et Mossoul ?

  24. PHILIPPE dit :

    Pour le moral des troupes :
    « Dans la vie placez toujours la barre très haut cela vous évitera de la prendre….dans la gueule » !!!

  25. Sam dit :

    Bien évidemment qu’ils veulent la Biffe. A 18 ans personne ne sait ce que sont le Matériel ou le Génie…

  26. PHILIPPE dit :

    à travers le monde certains doivent encore progresser :
    25 INAPPROPRIATE MOMENTS IN MILITARY FAILS… (BIG MISTAKE)
    https://www.youtube.com/watch?v=fecb17TGMC0
    Funniest Military Vehicle Fails Compilation
    https://www.youtube.com/watch?v=TkIzRtHkQrI

  27. Raymond75 dit :

    Aux USA, un engagement donne accès par la suite à des études qualificatives, éventuellement supérieures, à l’exemple de la médecine militaire qui permet (permettait ? ) de poursuivre des études de médecines pour des jeunes gens de milieux modestes.

    • jyb dit :

      @raymond
      en attendant pour palier le manque de vocation, les us ont encore baissé le standard d’admission dans les armées. quand on a vu des militaires us ( hispano) qui parlait à peine anglais on se demande à quoi correspond ce nouveau palier (plancher)

      • PK dit :

        Les chiffres font peur d’ailleurs. S’ils levaient en masse, ils auraient au final très peu d’hommes, sauf à engager des gars avec des casiers.

      • Raymond75 dit :

        Les USA se sont développés sur la base du communautarisme : dans les états du sud, l’espagnol est une langue officielle, et les enfants ne sont pas tenu d’apprendre l’anglais.

        C’est stupide, mais en France il y a des crétins qui se réclament du communautarisme !

  28. Wrecler47 dit :

    « L’Infanterie reine des batailles « …Celà resye une constante dans l’état actuel des combats en Ukraine entre autres !
    La seule inquiétude c’est nos « Réserves »…car en cas dez clash sérieux il faudra bien remplacer les pertes …Plus de Service National donc plus de Réservistes si ce n’est que les deux ou troisd mille personnels ex-Evat… en rupture de contrat ! On peut supposer que ces derniers n’en veuillent olus …reste quoi?…les yeux opour pleurer !…
    Alors on fait quoi .?On remet en vigueur le Service National ou in tue le chien?

  29. Grognard dit :

    Certes l’infanterie attire les candidat(e)s mais on ne parle pas du taux d’attrition de ces dernier(e)s qui reste relativement élevé lorsqu’ils sont confronté(e)s à la réalité du terrain. C’est de la com de DHRAT.

  30. lgbtqi+ dit :

    On peut considérer également une autre motivation pertinente à s’engager dans l’infanterie. C’est une arme qui donne une certaine autonomie au combat pour tout le reste de son parcours. Je suppose cette motivation très minoritaire cependant.

  31. L’infanterie, reine des batailles … le fantassin roi des cons….
    J’ai été fantassin je sais de quoi je parle !!!
    Plus sérieusement: difficile de se préparer à la haute intensité mais aussi difficile de conserver la motivation lorsque les missions « sentinelles » s’enchainent dans des conditions de vie parfois plus que limites….

    • dompal dit :

      @Observateur,
      « L’infanterie, reine des batailles … le fantassin roi des cons…. »

      Je ne dirais pas « roi des cons » mais plutôt « esclave corvéable à merci de l’AF ». 😉

      Forcément après pour fidéliser les esclaves, c’est pas prévu dans les plans de la DRHAT… 🙁
      …..elle a toujours pas compris que les motivations lors de l’engagement ne sont plus les mêmes après qq années de paco….. et que si la carotte que l’on te promet on te la met dans le fion, forcément, ça crée des désagréments qui n’incitent pas à poursuivre plus longtemps dans la boutique…..et après elle s’étonne du taux d’attrition dans l’AT ! 🙁 🙁
      Non mais allo quoi ! 😉

  32. dompal dit :

    « Ainsi, 30% des officiers sous contrat d’encadrement [OSC/E] recrutés l’an passé ont choisi l’infanterie, laquelle a absorbé, dans le même temps, environ un tiers du recrutement des militaires du rang. En revanche, elle n’a représenté que 6% du recrutement des sous-officiers d’origine directe… »

    Si le pourcentage off et mdr tourne autour des 30%, je suis très étonné par celui des s/off (seulement 6% !!!) qui choisissent l’infanterie !??
    Si qq’un à une réponse pour éclairer ma lanterne….. 🙂
    Il va falloir expliquer quels sont les choix plus ‘valorisants’ qui s’offrent à eux pour qu’ils boudent autant le biffe…!

  33. Félix GARCIA dit :

    Se former au secourisme en milieu hostile avec Claude Brunet
    « Dans ce nouvel épisode, nous partons à la rencontre de Claude Brunet. Cet ancien infirmier major de la Légion Étrangère est formateur en secourisme en milieu hostile. Dans ce passionnant entretien, cet ancien combat medic nous parle de son expérience en opération extérieure et partage des conseils très utiles concernant le secourisme au combat. »
    https://www.youtube.com/watch?v=j1zZHaydSjE&list=PL_ck4Th9_LN5gc55yT0cNoDvvh7_2hpDR&index=9

    [Opération Avec Nos Blessés] Solidarité avec les blessés des armées 2022
    https://www.youtube.com/watch?v=2nXhb-SMtmI

    Respects à nos guerriers, respects à nos soldats, respects aux jeunes engagés.

  34. Félix GARCIA dit :

    Hemarina au service des blessés et de la chirurgie reconstructrice avec le dispositif médical HEMO2life®

    « Lors de sa visite le 28 avril à l’hôpital militaire Percy,
    le Président de la République a rencontré plusieurs soldats gravement blessés en opération, dont un patient ayant été blessé en OPEX et qui a bénéficié d’une greffe de la face rendue possible par le dispositif médical HEMO2life® développé par HEMARINA »
    […]
    « Nous avons pu réaliser avec les équipes de l’Hôpital Européen Georges-Pompidou et de l’HIA Percy, cette lourde opération reconstructrice de la face pour redonner une perspective à ce jeune soldat grièvement blessé. Il souhaite aujourd’hui rester anonyme pour pouvoir se reconstruire à la suite du succès médical de cette opération. L’utilisation d’HEMO2life® a permis, grâce à la qualité de l’oxygénation fournie au greffon, de faciliter la reprise des tissus greffés. » explique le Professeur Laurent Lantieri, Chef du service de chirurgie reconstructrice à l’Hôpital Européen Georges-Pompidou (AP-HP) qui ajoute « L’intérêt de cette molécule transporteur d’oxygène universel est évidente pour tous les traumatismes multiples, les blessures violentes nécessitant des chirurgies reconstructrices lourdes, comme les greffes de visages et d’autres organes importants, afin de mieux conserver les tissus aussi bien dans les transplantations que pour les réimplantations. Les blessés sur le champ de bataille sont souvent loin de l’hôpital de l’arrière qui peut fournir les techniques avancées de microchirurgie reconstructrice. Il faudrait aussi se poser la question de son utilisation potentielle en tant que substitut sanguin pour de nouvelles applications. »
    https://www.hemarina.com/hemarina-au-service-des-blesses-et-de-la-chirurgie-reconstructrice-avec-le-dispositif-medical-hemo2life-2/

    C’est excellent … une excellente nouvelle … dans tous les sens du terme …

    PS : Pour ceux qui voudraient approfondir le sujet de l’hémoglobine de ver marin ;
    [Franck Zal] Le ver marin au service de la santé
    https://www.youtube.com/watch?v=OYrzZQu1p1o