L’ONERA et la société TRAAK ont finalisé un projet de de géolocalisation du fantassin en zone urbaine

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

12 contributions

  1. Plusdepognon dit :

    Avec ce système, la simulation du combat en zone urbaine va être bien plus précise que le résultat du dernier entraînement « haute intensité » en Estonie (le fameux PAN-PAN, t’es mort)…
    https://www.forcesoperations.com/gdi-simulation-decroche-un-marche-de-114-me-avec-le-ministere-des-armees/

    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/06/04/francais-et-britanniques-s-entrainent-a-la-guerre-de-haute-i-22191.html

    En permettant de moins user le matériel, de ne pas avoir à le reconditionner pour les soldats, bref en faisant des économies :
    https://forcesoperations.com/ruag-defence-france-et-agueris-decrochent-le-marche-serket-du-programme-scorpion

    Il y a également des simulations possibles pour l’armement, petit comme le MMP pour éviter de depenser 200 000 euros par coût :
    https://mobile.twitter.com/Marsattaqueblog/status/1374711705431912456

    Ou plus imposant comme le CAESAR :
    https://mobile.twitter.com/Nexter_Group/status/1379839313651851265

    Ce système de tracking permettrait donc d’honorer la fameuse promesse du système FELIN, prévu pour le vrai champ de bataille de demain (LOL) :
    https://youtu.be/2-prrq1Dt8I

  2. Clovis dit :

    en ce moment, les industriels nous vendent tous azimuts leurs technologies de soi-disant rupture. Depuis les avions renifleurs jusqu’au système félin en passant par les imprimantes 3D, et surtout leur marotte actuelle le big-data et la prétendue intelligence artificielle (qui n’est que la cartographie sous forme d’équations statistiques du réel). Certains nous promettent même l’immortalité à court terme, alors que nos sociétés sont à genoux devant une pneumonie. Les vraies technologies de rupture ont eu lieu au 20ème siècle : armes automatiques, puissance de feu, gaz de combat, aviation, spatial, nucléaire, informatique, radio, téléphones, radars, sous-marins, drones (v1 allemands), mécanisation, blindage, etc. Connaître en direct la couleur de caleçon des soldats n’est pas une technologie de rupture. On a mis des décennies à mettre une mitraillette et un camescope sur une voiture téléguidée. Et nos robots seront des cibles faciles pour le moindre RPG7. Et depuis les oppidums de l’âge de bronze la ville est un lieu de combat spécifique. Il se trouve simplement que les ruptures technologiques du 20e siècle ont rendu momentanément l’affrontement en plaine entre grandes puissances contre-productif. Oui pour les évolutions, mais sachons garder la tête froide.

    • Nainposteur "Petit facteur" dit :

      Il n’y a plus de rupture technologique depuis l’invention de la roue.

  3. Dupont avec un t dit :

    En combat urbain, l’avenir sera pour les CRS Chien Robot Spur (Special Purpose Unmanned Rifle), qui va faire avec son protocole Hibou et son fusil d’assaut MK-17 Mod 1 de calibre 6,5 mm le contrôle de zone et le « nettoyage » , de jour comme de nuit.
    Mieux que le Karcher , si si

  4. sepecat dit :

    « favoriser et dynamiser les échanges entre unités opérationnelles et contributeurs technologiques européens [italiens, espagnols et français notamment] »
    Les « pays du sud » ont / auront de plus en plus d’intérêt à travailler ensemble et se détacher des Allemands / consorts du nord de l’Europe, trop enclins que sont ces derniers à se considérer comme les seuls à maîtriser le domaine de la recherche / industriel. Il existe en Espagne / France / Italie (ordre alphabétique oblige) des gens tout aussi, voire nettement plus, compétents que leurs homologues précités. Et nos conceptions culturelles sont par ailleurs beaucoup plus proches.

    • Nexterience dit :

      Le but de l’Europe n’est pas de s’unifier suite à une guerre de sécession nord-sud mais de l’éviter.

  5. Raymond75 dit :

    Ce serait bien que ces puissants systèmes plein d’avenir distinguent les civils (principales victimes des guerres) des combattants.

    • Fiodor dit :

      Qu’est-ce qu’un civil sinon un militaire sans uniforme et sans arme, un combattant qui s’ignore.

      • Raymond75 dit :

        OUI : « tuez les tous, Dieu reconnaitra les siens ». Un génocide, voilà la solution ! Global ou sélectif ?

    • Pascal (l'autre) dit :

      « ces puissants systèmes plein d’avenir distinguent les civils (principales victimes des guerres) des combattants. » quelle différence entre un paysan et un taliban………….une kalash!

  6. Dupuis dit :

    L’éternel combat entre l’épée et le bouclier . Après pour ce qui est de voir sans être vu , d’écouter sans être perçu , d’espionner sans être découvert et de faire la différence entre amis et ennemis . les technologies étant déjà bien avancées la course qui aura lieu maintenant , sera sans doute une course à la miniaturisation du matériel et des tenues de combat intelligentes reliées par sattellites qui mettront les acteurs en relation permanente entre eux et avec leurs chefs ; mais cela doit surement déjà être en cours d’étude et probablement à un stade bien avancé . Peut-Être que dans un avenir proche , tous ces outils sophistiqué prouveront l’inutilité et feront disparaître les armes à feu , s’ils arrivent à paralyser toute une zone déterminée ?

  7. farragut dit :

    Juste une question naïve: est-ce que les soldats français ont bénéficié d’un retour d’expérience de l’armée Tchéchène lors de la bataille de Grozny, où les chars soviétiques ont été mis hors de combat par des explosifs acheminés (sans jeu de mots) par les conduits souterrains ? Je suppose que c’est plus simple de prépositionner ces IED à l’avance, sans avoir à envoyer des soldats en terrain inconnu, incapables de se repérer sur un plan de la ville qui ne représente que la surface.
    Donc la vraie question est: pourquoi a-t-on besoin d’envoyer des soldats en sous-sol, s’ils ne connaissent pas les emplacements et la cartographie des souterrains ? A part des soldats israéliens à la « découverte » de tunnels en Palestine ou bien à Gaza, qui cela peut-il bien intéresser ?
    Pour ce qui est des secours de passagers du métro bloquées en cas d’éboulement, ou de mineurs bloqués sans accès direct, l’intérêt est évident de savoir identifier l’endroit où creuser en surface pour les délivrer, mais le billet ne mentionne pas explicitement l’intérêt pour l’Armée de Sous-Terre… 😉
    Des précisions ?