Le général Schill met la pression sur l’armée de l’Air pour l’entrainement des troupes aéroportées

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

83 contributions

  1. Plusdepognon dit :

    L’externalisation ne suffit pas, le titre d’un futur 007 ?
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/09/27/location-22450.html

  2. Gringo dit :

    Il faudrait peut être envisager aussi de réduire le nombre de parachutistes, ça ferait plus de places dans les avions ! Il faut être optimiste pour imaginer des cavaliers sauter en opérations avec leurs VBL ou des artilleurs avec leurs Caesar ! Je ne parle même pas des compagnies du matériel parachutiste ou des GSBDD !

    • Safe dit :

      Petite information, un régiment d’artillerie ne sert pas seulement des CAESAR, et le mortier de 120mm se largue parfaitement bien depuis un avion… et avec le véhicule pour le tracter au sol.

      • Bob dit :

        Petite information, le 120mm se transport très bien en hélicoptère et pas besoin d’être TAP pour le faire.
        De quand date le dernier largage depuis un avion d’un 120mm en opération par notre armée ? Et merci de rester sérieux et de ne pas parler de saut de combat avec des GBC qui attendent en bas les sauteurs.

        • Safe dit :

          De cette année pour le largage depuis un avion avec son équipage de pièce.
          Et vous m’excuserez mais le dernier raid art en OPS date d’un bon moment peu importe le regiment =)

      • Gringo dit :

        Et sur un régiment qui sert ces différents matériels seules les batteries déifiées au 120mm sont parachutistes ?

        • Safe dit :

          Et bien les batteries sont multi matériels puisqu’elles servent les 2 matériels (caesar et mortier). Je vous invite à faire un petit tour à draguignan.
          Pour un régiment d’artillerie les 3 batteries de tirs peuvent être déployées en mortier de 120mm et ce pour tout les régiments d’artillerie pas seulement le TAP.

    • Frede6 dit :

      On ne peut pas vous donner tord :-). Avec les primes économisées on pourrait aussi payer la maintenance de quelques avions.

    • GigiLamorosa dit :

      Mais non… Il faut juste attendre un peu… Il va bien y avoir un énarque qui va proposer LA solution d’économie: Equiper un parachutiste sur deux d’un vrai parachute!

      • fgnico dit :

        pas bete ça et en prime diminuer le nombre de paras pour l’adapter au nombre d’appareils disponibles..
        donc réduction des coûts fies

    • LucienB dit :

      Le doigt est coupé pour résoudre le problème de l’ongle incarné.

  3. PK dit :

    Triste constat… Mais à l’image du reste.

    Le politicien qui conduit à ça n’a jamais franchi la portière et ne risquera jamais sa vie « par manque d’entraînement ».

    6 sauts par an… Quand on pense qu’un appelé sautait a minima deux fois plus (et certains pouvaient même sauter beaucoup plus…).

  4. pierre qui roule dit :

    Et si on admettait enfin que les forces parachutables offensives , hormis les COS ,
    ne sont plus d’un grand interêt , on aurait fait un grand pas .
    Bien sur , il reste le problème de la « solde à l’air » ……

    • Mat49 dit :

      Qu est ce qui permet de dire que c est sans intérêt?

    • N'amasse pas mousse dit :

      Plus de solde à l’air ou la récente prime « montagne » et plus d’OPEX = armée de vigiles. Non, merci!
      https://www.nouvelobs.com/monde/20210715.OBS46548/afghanistan-mali-la-fin-des-interventions-militaires-exterieures.html

    • Raspoutine dit :

      Complètement vrai ça my dear Pierre qui roule ….
      C’est pour cela d’ailleurs que l’US Army maintien depuis 80 ans les 82°, 10° et 173°… les Russes leurs divisions d’assaut aéroporté, les Brits leur 16eme Brigade, les Allemands leurs Fallschirmjäger, et c’est sans parler des Espagnols, Italiens, Chinois, ….
      En fait on est vraiment cons vous savez … ou nostalgiques ?
      Tout ça pour une vulgaire solde à l’air , comme d’autres parlent de la prime de panier ou du voisin…

      • Thom dit :

        Les cavaliers ne voulaient pas lâcher leur chevaux, la réalité du champ de batailles à obligé à évoluer. Les parachutistes disparaîtront à la prochaine guerre. Pas besoin de sortir de saint-cyr pour ce rendre compte qu’une guerre de haute intensité ne permettra aucun largage au dessus de la taille d’un groupe de force spéciale.

  5. Dodo dit :

    Quand la préoccupation première des paras (dont leurs chefs) c’est de trouver une solution pour arriver au nombre de sauts minimal au maintien de la prime para, ben il ne faut pas s’étonner qu’un jour quelqu’un tape du poing sur la table et exige de revenir à des sauts plus opérationnels qu’administratifs…

  6. lxm dit :

    Mais est ce que dans l’absolu, le parachutiste a un intérêt militaire ? cela fait beau sur le papier d’attaquer depuis le ciel un arrière adverse, mais concrètement ce fut presque toujours des échecs, des pertes immenses où les quelques réussites furent obtenues par un front proche et une attaque combinée massive.

    • Mat49 dit :

      Oui il permet d envoyer vite sur un point des fantassins. L intérêt n est pas en haute intensité en général.

    • Ricko dit :

      @lxm : « Mais est ce que dans l’absolu, le parachutiste a un intérêt militaire ? » réponse : engagez-vous chez les paras et vous aurez une idée de vos lacunes. Aller coup de chance je vais vous aider un peu.
      https://www.youtube.com/watch?v=h_PeNmR2cgw

      Et c’est pas du cinéma !
      salutations

      • NulH dit :

        Délicats ces approches ; Vincent Desportes s’est prononcé sur ces idées ; de mémoire..
        – un coup de poing n’est pas une bataille, une bataille n’est pas une guerre
        – les para ok, comme les forces spéciales, ne fonctionnent, utiles, que si ça suit, …
        – ou encore, le mode coup de poing ça ne suffit pas, il faut que tous soient, peuple aussi, prêt à y aller coûte que coûte
        – il prend l’exemple de peuples qui se battent avec peu de moyens et qui finissent par sortir les plus fortes armées, mais celui (contraire) de la bataille de chars (en 1940) qui avait bloqué l’armée allemande, mais dont l’état major français n’aurait pas suivi (lui même pas convaincu).

    • Edgar dit :

      Pas vraiment. L’infanterie parachutiste (ou transportée par planeur d’assaut) s’est montrée redoutable dans les attaques surprises, spécialement contre des pays se croyant encore en paix (Pays-Bas, Norvège, Belgique, …). Le Japon en a fait un grand usage pendant sa grande offensive contre les Indes néerlandaises. C’est, globalement, une arme redoutable contre ce qui est mou, mal préparé et lointain. Ce qui n’empêche pas de l’utiliser sur des champs de bataille plus dangereux (Crête 41, Dniepr 43, Normandie 44, Hollande 44, Ardennes 44 – Allemands-, Corregidor 1945), mais là, il faut prévoir des pertes élevées, ce qui est normal dans le cas de combats d’infanterie sans soutien important.

      • Belzébuth dit :

        @ Edgar
        Face à un ennemi dépourvu de toute défense anti-aérienne, on a du mal a faire une OAP tous les deux ans.

        Face à un ennemi qui a la capacité de nuire aux avions, même chose que pour les ravitailleurs: les crottes de Transall iront à pied, sur plusieurs centaines de kilomètres, à moins d’emprunter les véhicules de la biffe.
        https://www.meta-defense.fr/2020/09/24/la-vulnerabilite-des-avions-ravitailleurs-inquiete-lus-air-force/

        • Edgar dit :

          @ Belzébuth Quand on s’en prend à un adversaire qui n’est pas sur ses gardes, dans le cas d’une guerre non-déclarée (ou pas encore…), qu’on frappe « …contre ce qui est mou, mal préparé et lointain », en général, personne ne vous tire dessus. Les Pays-Bas de 1940 possédaient un défense antiaérienne conséquente… il ne s’est rien passé avant que les bombes allemandes ne frappent leurs cibles; même chose à Oslo, en Norvège; idem sur le fort belge d’Eben-Emael, où mitrailleurs belges ont hésité à faire feu alors même que les planeurs allemands se posaient devant eux… Les transports israéliens ont pu se poser sans opposition sur l’aéroport d’Entebbe, en Ouganda, alors même que l’armée ougandaise était présente. Les unités parachutistes sont une arme destinée à la surprise. Et il vaut toujours mieux s’en prendre au ventre mou de l’adversaire qu’à ses points forts.

      • Dupont avec un t dit :

        « le cas de combats d’infanterie sans soutien important. » pertes de 70 à 90 % .
        « Ca pète de partout, on ne pourra pas tenir bien longtemps mon général »

        • Edgar dit :

          @ Dupont avec un t Remarquez qu’en Normandie (1944), aux Pays-Bas (Market-Garden) et dans la première phase de l’offensive des Ardennes (1944), l’infanterie parachutée devait recevoir rapidement l’appui de fortes unités interarmes, ce qui fut le cas en Normandie. Si la jonction avec des forces blindées n’est pas réalisée dans les temps…

    • Taboule dit :

      Vous répondez vous-même à votre question : attaque combinée …
      L’intérêt de ce type de vecteur n’a jamais été de combattre seul mais de rechercher un effet de surprise et de créer une brèche, puis tenir temporairement des positions stratégiques.

  7. Phil dit :

    6 sauts par an c’est juste ce qu’il faut pour conserver son ISA1 ,la fameuse solde a l’air ! OUF !

    • Dupond avec un d dit :

      A minima c’est 36 sauts par an par personnel avec un volant de 10-12 sauts de nuit ou à l’aurore.

  8. E63 dit :

    Ils volent peu parce qu’ils sont anciens et qu’il faut les entretenir ? ?..!!! Quel jolie remarque ..mais qui laisse sans voix .…Tous ces c130 n ont pratiquement pas volés contrairement à nos vénérables c160 .. vu le temps qu’ils ont passés dans les hangars à se mettre aux normes civiles et à être entretenus par des sociétés industrielles étrangères …
    La vérité est plus simple , ces « trapanelles «  auraient du être vendues depuis de nombreuses années et remplacées par des versions plus jeunes ..mais il fallait faire plaisir aux « contractuels «  qui reversaient indirectement des subsides aux élites locaux …..et garder de juteux budgets d achat pour Airbus …et ainsi favoriser les comptes des taxes de Bercy …la aussi on croit marcher sur la tête !!!!

  9. JC dit :

    Mettre la pression sur l’AAE et pour quels résultats ? L’AAE fait avec ses moyens qui sont bien faibles. Il ferait mieux de mettre la pression sur la ministre de la Défense à défaut de le faire sur le chef des Armées. Mais ce dernier est plus occupé à fouler un terrain de football avec la troisième mi-temps à l’Élysée qu’à remédier au manque d’aéronefs pour les paras. Il est vrai qu’un conflit à haute intensité s’annonce, donc il faut entraîner les paras pour qu’ils puissent sauter dans un proche avenir. Au fait, où, outre-Rhin ?

  10. Thierry dit :

    Toujours les méfaits de la politique à Macron de réduction des coûts mais pas de la réduction des prix….

    car externaliser ça va surement nous couter plus cher au final que de commander de nouveaux A400M dont le nombre est insuffisant, tout comme la maintenance.

    dans les années 1986, un parachutiste effectuait au minimum 1 saut par mois, avec les 6 sauts de son brevet de parachutiste il arrivait à 18 sauts au bout d’un an. Moi j’en ai fait 14 par rapport à mes petits camarades parce ma fonction était plus importante et de fait j’étais envoyé moins souvent au saut. A l’époque je l’ai regretté car 1 saut par mois ça n’est vraiment rien de trop pour rester opérationnel, c’est le minimum syndical !

    Il est déplorable que l’on soit tombé aujourd’hui à 6 sauts, c’est juste ridicule !

    • Mat49 dit :

      Ma barbille qui prend le lecteur pour un con.

    • Pascal (l'autre) dit :

      « Moi j’en ai fait 14 par rapport à mes petits camarades parce ma fonction était plus importante et de fait j’étais envoyé moins souvent au saut. » Sans déconner! Comme Gérard Larcher tankiste! Dans ce fil de discussion vous vous surpassez, déjà dans le précédent fil de discussion traitant du renouvellement de contrats dans l’A.T. vous vous étiez déjà fait remarquer dans l’idiotie la plus crasse mais là………………..!

      • Thierry dit :

        Les Dupont et Dupont sont de retour, réformé pour inaptitude à parler correctement ou développer un argument cohérent, à vouloir toujours aboyer c’est d’un discours de niche que vous vous rapprochez le plus, à attendre la promotion susucre.

        • Mat49 dit :

          Ma biquette tout le monde reconnaît ton inaptitude à parler correctement ou développer un argument cohérent, à vouloir toujours aboyer ton discours de niche et attendre la promotion susucre. Pa sla peine de prendre ton cas pour une généralité.

        • Pascal (l'autre) dit :

          « Les Dupont et Dupont sont de retour, réformé pour inaptitude à parler correctement » Quand on vous lit et que vous annoncez que vous avez été….parachutiste! Le seul saut que vous avez du faire c’était de votre berceau, on en voit les résultats!
          « développer un argument cohérent, » Il faut au moins vous reconnaître que dans vos discours vous êtes cohérent! Dans la litanie habituelle : » C’est de la faute à Macron et tout ce qui est français c’est de la merde »! Sorti de cela c’est le vide intersidéral!
          « à vouloir toujours aboyer c’est d’un discours de niche que vous vous rapprochez le plus, à attendre la promotion susucre. » Même en essayant de faire de l’esprit vous êtes nullissime!

  11. Dupuis dit :

    Ne faudrait-il pas faire comme dans certains pays , mettre carrément les troupes aéroportées sous la responsabilité de l’armée de l’air . Personne n’auraient plus d’excuses en cas de manquement ; idem pour les troupes de marine ( comme par le passé ) qui seraient sous la responsabilité de la Marine Nationale . Ensuite le CEMA n’aurait plus qu’a utiliser les personnels suivant les besoins du théâtre des opérations et les compétences de chacun .

  12. Jm dit :

    Au lieu de mettre la pression, il ferait mieux de….la servir
    Et puis, j’ai toujours trouvé stupide l’idée de sauter d’un avion qui….fonctionne très bien.
    Faut dire qu’actuellement, sauter de nos avions présentent peu de risques, vu que la grande majorité est indispo, donc nos paras font du sol / sol !
    Et comme je l’ai écrit, et cela est désormais diffusé au plus haut niveau budgétaire (comme quoi comme je l’ai toujours écrit, je donne toujours des infos vérifiables ou qui se vérifient- quoi que cela en coûte à certains), la dispo des avions tactiques va aller en décroissant – cherchez l’erreur alors que soi-disant le budget est en augmentation, et je l’ai également écrit, à la fois la dispo et le nombre des avions de chasse vont subir le même sort.
    J’attends toujours qu’on me prouve le contraire, à savoir une augmentation des dispos (et cela est valable pour toutes les armées d’ailleurs) , et surtout ne m’expliquez pas de projection budgétaire théorique ou de plans fumeux à 5 ou 10 ans.
    On ne sait déjà pas de quoi on va disposer dans 6 mois, alors….

  13. CAVOK dit :

    Et sinon récupérer 2 C160 retirés du service, les passer sous immatriculation civile et les faire exploiter par une société privée basée à Pau par des anciens de l’armée de l’air ? Avec un bon stock de rechanges et si ces avions ne font que de la métropole on devrait pouvoir être bons pendant quelques années…

    • Achille-64 dit :

      Ou bien, acheter ou louer les C-130J brit’, car le MoD a décidé de s’en séparer pour que la RAF soit 100% A400 + C17.
      (PS la dispo des A400 RAF semble meilleure que celle de l’AAE)

      • Dupond avec un d dit :

        Ou récupérer des bus à impérial , et faire les largages du 1er niveau sans parachute ( plateforme existante du bus en sortie arrière ou latérale, même choc à la réception, pas « pts » à remplir et de pliage de pépin à prévoir), sur plusieurs kilomètres d’une départementale ou d’une vicinale perdue dans la verte.

    • blavan dit :

      @cavok. Commentaire le plus sensé sur le sujet. Trop évident pour que les lobbies de l’Armée de l’air n’osent même pas y penser par peur de perdre quelques colonels et généraux au passage.

    • pierrequiroule dit :

      C’est pas idiot !

  14. Charognard dit :

    Pour ceux qui pensaient naïvement que la certification de l’A 400 M pour larguer les paras par les portes latérales allait tout régler, un petit coup d’œil dans le rétroviseur:
    https://mobile.twitter.com/Marsattaqueblog/status/1379746151835054082

  15. L’homme fatigué dit :

    Les avions de transport de l’AAE sont en nombre bien insuffisants, et la situation ne va pas s’arranger parce qu’un général de l’AT veut mettre la pression. Il est rigolo cet homme. Il n’y a rien de plus à obtenir les effectifs sont ce qu’ils sont : les C160 retirés, les C130H rarement en état de vol (on a la dispo de la maintenance qu’on paye en même temps… espérons que ça aille mieux un jour), les C130J ne sont que 4 ils ne peuvent être partout et occupent un plot OPEX, les Casa occupent plusieurs plots OPEX ainsi que tous les sites outre-mer et sont exploités au max en para, les A400 ont énormément de missions et ne sont pas suffisamment nombreux et qualifiés en para (pourquoi est-ce si long ? Si quelqu’un le sait).
    L’aviation de transport n’a jamais été la priorité de l’AAE. C’est quand même bien moins vendeur que des avions de chasse… Les équipages de transport manquent cruellement d’effectif, de matériel et d’avions. Ça parle de haute intensité mais l’aviation de transport est déjà à flux tendu en temps de paix et sans pertes. Parfait !

  16. Prof de physique dit :

    Je lis dans l’article :
    « Un autre avis de marché a récemment a été diffusé pour trouver un appareil pouvant emportéer 18 parachutistes pour des sauts à ouverture commandée retardée  »
    La solution ?

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Douglas_DC-3

  17. Prof de physique dit :

    Sinon, plus sérieusement, ne conviendrait-il pas de relancer la production de transall 3 ?

    On sait où il faut faire des économies, et cette production relancerait des emplois.

    • souricière dit :

      Du grand n’importe quoi!
      On mettrait 10 ans à sortir un tel avion pour un prix que vous sous-estimez très certainement.
      Le problème aujourd’hui n’est pas de ne plus avoir de Transall, mais de ne pas avoir un volume suffisant d’avions en raison de retards de l’A400M.
      Ce dernier n’est pas non plus un problème en soit, ses capacités tactiques sont là, pas sur les premiers appareils reçus ce qui fait que la majeure partie de notre flotte ne peut pas encore larguer des paras par les portes latérales. Mais les avions seront modifiés pour obtenir ces capacités et on compte recevoir 50 A400M.
      Il n’y a pas de solutions à trouver aujourd’hui, il y a un trou capacitaire qu’on connait depuis plusieurs années et sur lequel on va devoir serrer les dents, sur lequel on a déjà commandé 4 C-130 pour le combler, ça ne durera pas 10 ans et la sortie des C-130 modernisés, la livraison de nouveaux A400M, la transformation de ceux déjà en service, il n’y aura plus de problèmes après cela.
      Je sais que la patience est une chose que personnes n’aime, mais au bout d’un certain temps, il faut savoir comprendre la situation et ne pas chercher bêtement des solutions irréfléchies au delà d’une pensée de l’instant. Faut arrêter de croire que parce qu’on a construit des Transall par le passé, que c’est encore un truc qu’on peut sortir du chapeau en quelques mois et relancer la production avec des personnels qualifiés à cela en attente chez pôle emploi.
      L’économie et l’industrie ce n’est pas cela, il ne suffit pas de dire pour faire.

      • Frede6 dit :

        Dans les documents budgétaires la cible de 50 x A400M n’est plus mentionnée…il s’agit de 53 ATT tous types (C130, Casa ?).

        Par ailleurs, il est fait mention de l’ATSAM (de mémoire) en gros l’A200M donc vous l’aurez le Transall 3 pour encore plus cher et ca va prendre au moins 15 ans 😉

        • Belzébuth dit :

          @ Frede6
          Quel oeil acéré, un véritable oiseau de proie notre Frede6! 😉

    • Castel dit :

      Mais comme je le rappelle un peu plus loin, Airbus a prévu de lancer prochainement un nouvel avion, à savoir l’A200M, qui sera en quelque sorte le remplaçant du Transall, mais dans une version modernisée :
      Logiquement, en utilisant seulement deux des moteurs de l’A400m, il devrait pouvoir emmener au moins 2T de plius que le C160 ( 16t max, mais 14t en pratique), soit environ 18t, peut être même un peu plus, ce qui approcherait -sur ce plan du moins- la capacité du c130, mais avec l’économie de 2 moteurs seulement au lieu de 4.
      On peut aussi penser que si les ingénieurs réussissent leur travail, il devrait pouvoir atterrir sur aussi court, être sans doute un peu plus rapide, avec une autonomie améliorée et un meilleur plafond de vol…
      C’est du moins ce que l’on peut espérer, et dans ce cas, il n’y aura aucune raison d’être nostalgique du C160…
      Mais, évidemment, c’est sûrement pour réussir leur coup que les techniciens d’Airbus semblent mettre un peu plus de temps que prévu pour lancer ce nouvel avion…..

    • LucienB dit :

      Je doute que cela se traduise par des emplois en France. S’il dépend des traîtres qui nous gouvernent, il sera produit en Allemagne et en Espagne. Même le H160, qui est un hélicoptère conçu pour les armées françaises, n’est pas réellement français. La moitié du H160 sera fabriquée hors de France, notamment en Allemagne. Il est très incompétent de Parly de permettre une telle absurdité. L’argent du contribuable français est utilisé au profit des industriels allemands. Parly aurait dû exiger d’Airbus que le H160 soit entièrement fabriqué en France. Nos dirigeants actuels ne s’occupent pas de nos emplois. L’idéologie mondialiste est plus importante.
      Mais le gouvernement allemand se soucie des emplois allemands. A tel point qu’ils ont exigé que la fabrication des moteurs d’Ariane soit entièrement transférée en Allemagne en échange de 30 pièces d’argent données au programme.

      • Castel dit :

        Et pourquoi aurait on besoin d’un avion 100% Français ?
        L’ essentiel ait que nous ayons du matériel qui corresponde le mieux aux besoins de notre armée…
        Et sachant que cela fournira du travail aux usines Européennes ( dont certaines Françaises,) ce qui est quand même mieux qu’en fournir aux Américaines …..
        Mais c’est vrai que c’est le genre de discours que je tiendrai si j’étais un troll pro-Américain :
        je me réfugierais une fois de plus derrière un patriotisme de pacotille pour justifier ma position, en espérant que le gouvernement pour lequel je travaille finira par me récompenser plus tard si cela contribuait à nous refourguer ses avions ou ses hélicoptères un jour ou l’autre !!!

  18. baron dit :

    Les régiments para sont une ineptie dans la situation actuelle. Autant il faut garder des chuteurs opérationnels pour continuer à donner aux forces spéciales et aux commandos une large palette de capacité et de savoir faire, autant les bons vieux paras à l’ancienne, croqueurs de solde à l’air, et de potentiel aérien « juste pour garder la qualif », ne sont vraiment plus de mise. Tout le monde le dit depuis bien longtemps mais rien n’est fait, car il y a des mythes qui ont la vie dure.

    • Houla houla dur l'atterrissage... dit :

      Et sélectionner les FS à partir d’unités qui ont une vraie « culture » du déploiement en opérations et de l’engagement aéroporté (et l’expertise qui va avec, notamment celle des chuteurs que vous citez, qui ne s’acquiert qu’avec bcp de pratique) … comment vous faites si vous dissolvez les régiments de paras ?

      • Maisbiensur dit :

        « Une vraie culture du déploiement en opération » j’ai failli m’étouffer. Certains vives encore à l’époque de la guerre d’Algérie apparemment. N’importe quel bidasse qui s’est engagé depuis 20 ans à autant d’Opex au compteur que n’importe quel para.

  19. Jul dit :

    C’est la qu’on voie une fois de plus le niveau de formation de nos para, franchement 50 000 saut par an, c’est vraiment que dalle…. Qu’on vienne pas pleurer derrière si nos para ce fond dézinguer parce qu’il n’on pas su gérer !

  20. Castel dit :

    Certains vont commencer à trouver que je me répète un peu trop souvent (et ils n’auront pas tout à fait tort) , mais je maintien pour la énième fois que l’arrivée de l’A200M devrait résoudre une grande partie de nos problèmes que ce soit pour les transports de troupes ou de matériels à proximité des théâtres d’opération, et à plus forte raison pour les opérations aéroportées.
    Il faudrait donc qu’Airbus accélère la sortie de cet appareil, mais en comprenant qu’il ne faut pas qu’ils se ratent, car, l’enjeu est trop important…….
    Ceci explique peut-être cela !!!

    • LucienB dit :

      Qui???????? A200 ??????? Qui n’existe pas! La manucure de Mme Parly m’a confié que nos patrons allemands (AKK et Merkel) ne l’ont pas autorisé car l’Allemagne a déjà acheté 6 Super C-130 et il suffit de prétendre qu’ils se soucient de la défense. L’A200 est mort.

  21. JPS dit :

    Arrêtez les opérations « solde à l’air » et il y aura presque assez d’avions. La dernière OAP (Tombouctou) était une opération de communication. De l’ops déguisé avec des marquages, des mecs au sol ayant préparé la zone etc… bref on entretien un capacité à fidélités, pas opérationnelle. La gueule de la haute intensité

  22. Sof dit :

    Pour tous les aigris qui s’interrogent sur l’utilité des TAP ….. celle des alpins ? A quand remonte la dernière guerre en montagne ???
    L’ amphibie ??? Le dernier débarquement ?
    On peut continuer comme ça ? Le Leclerc ???? Le dernier combat de chars ????

    • aldo dit :

      A ce compte-là, la derniére que l’on a gagné ?

    • T80 dit :

      Déjà pour les alpins ils bossent tout les jours en montagne eux et ils ont prouvé leur utilité en Afghanistan. Le 21 siècle cherche encore la preuve de l’utilité du parachutiste.
      Et pour les chars… Sérieux? Peut être devriez vous vous renseigner sur l’engagement des chars dans les combats en Ossétie du Sud, en Syrie, en Irak, au Dombass, en Armenie.
      Bizarrement très peu de largage de para dans les conflits récent.

      • PK dit :

        Les premiers boys qui ont débarqué en Afghanistan étaient des gus de la 82 ou de la 101… Pas des Alpins. Et ils ont été parachuté (ce qu’on évite de faire avec les Alpins… même si certains s’y sont mis… via le parapente !)

    • Thom dit :

      Pour ma part je dirais que les aigris se sont ceux qui vivent sur leur gloire passé sans jamais se remettre en question en pensant que ce qui était vrai hier le sera demain.

      • PK dit :

        L’histoire constate que ceux qui rayent d’une main l’expérience du passé ont rarement assez de leur deux mains pour réparer leurs conneries par la suite.

  23. sgt moralés dit :

    déja utilisons le potentiel à une préparation opérationnelle saut avec armes ,equipements et regroupement, et aprés on discute si de l’utilité de réduire la voilure de la 11 BP ou non .

  24. Tu m’étonnes que larguer des paras ne soit pas la priorité pour l’armée de l’air. Celle ci préfère utiliser ses moyens contraint pour des choses utiles.

  25. Biscaras dit :

    Je vois que les commentaires  »volent toujours aussi bas » depuis des décennies, dès qu’on aborde la question des TAP. Ce sont d’abord les jalousies qui s’expriment et qui prennent le pas sur une analyse claire des capacités souhaitables d’un système de forces équilibré, susceptible d’actions lointaines, rapides et imprévues de l’adversaire. Que celles-ci ne soient plus à la portée de la France, alors entendra-t-on les critiques de ceux-là mêmes qui, stratèges de papier, ne se bousculent pas aux portes du recrutement parachutiste. Les pires critiques sur la  »solde à l’air » provenaient souvent, du temps de la guerre froide, des cadres engagés hors de la métrropole, dont les multiples compensations matérielles étaient occultées. Une Armée qui se tient ne saurait se passer des TAP, tout le reste n’est que bavardage, qui ne sert pas la cause de la Défense et des forces armées.