La maintenance prédictive va être expérimentée sur le char Leclerc

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

60 contributions

  1. jp dit :

    il faut surtout intégrer l’impression 3D, si on est capable de faire des moteurs fusée ou des pièces aéronautiques, on doit pouvoir l’appliquer sur les chars, et fournir les pièces détachées sans que cela coute une blinde ou de tomber dans le canibalisme.

  2. Rafale Dassault dit :

    Message privé ; j’ai mal à mon.., deux fois d’affilée ça fail très m…. 🙂

  3. Arnaud dit :

    D’un point de vue MCO, si cette expérience est concluante, ce sera une rupture capacitaire pour l’armée de terre française. Ce serait en effet la première fois que des casses pourraient être anticipées et traitées, notamment avant un engagement au combat. Air France utilise déjà ce concept.

    • Max dit :

      Dommage qu’en amont le choix novateur du groupe propulseur V8X suralimenté hyperbar soit un soucis en MCO. Nexter ayant pour des rzisons budgétaires pas pu maintenir opérationnelle la chaîne industrielle produisant les turbomachines.

  4. werf dit :

    Je suis étonné de ne pas lire un article sur le rapport de la Rand Organisation, think tank sérieux américain, qui montre l’état préoccupant de l’armée française en cas de conflit de haute intensité qui serait vite débordée faute de moyens disponibles et de matériels de pointe (drones, missiles etc…). Il est disponible en anglais :
    https://www.rand.org/pubs/research_reports/RRA231-1.html

    • Too dit :

      Vous l’avez lu ce papier ?
      De façon générale il est plutôt très élogieux (notamment sur les forces au sol) et valide la France comme un partenaire fiable et efficace, même si sur la durée on manquerait de moyen humain surtout (on est pas la Chine)

    • vrai_chasseur dit :

      @werf
      Le rapport de la Rand dit au contraire que le choix stratégique de la France (avoir une armée complète agissant sur tous les registres, à un niveau médian) est le meilleur format possible pour faire à la fois de l’expéditionnaire et du conflit de moyenne intensité compte tenu de ses ressources budgétaires. Et selon la Rand la France le fait très bien, le rapport souligne que son expérience au combat et ses résultats le démontrent largement.
      La conclusion de la Rand est que c’est le meilleur allié, d’autant plus que la France est seule à posséder une dissuasion nucléaire en propre.
      Le rapport dit aussi que les conflits de haute intensité seront de toute façon en coalition. Aucun pays d’Europe ne peut y faire face isolément, personne n’en a les moyens.

      • Vinz dit :

        La Rand souligne ce que tout le monde sait : la France a une armée d’échantillons qui lui permet de soutenir n’importe quelle opération dans n’importe quelle spectre, basse ou haute intensité; mais dans le cas haute intensité, pendant qqs jours max compte tenue de la maigreur des effectifs et des stocks de munitions.
        Elle souligne aussi qqs lacunes comme les transports stratégiques (qui n’ont pas bcp d’intérêts en cas de défense des pays de l’Est), guerre élec et défense anti-missiles.

    • Aujourd’hui nos régiments ne possèdent pas la totalité de leurs matériels ; ceux-ci sont en majorité stockés. Pour les régiments de chars, par exemple, cela est un non-sens, l’équipage a besoin de s’identifier à un char, le connaitre, l’entretenir, le bichonner, l’apprivoiser, nous risquerions de le payer très cher si nous devions nous engager dans un conflit. Cet exemple, parmi tant d’autres, démontre que nous avons aujourd’hui une armée expéditionnaire sans capacité de résilience, une armée où l’on puise de ci de là des hommes pour les projeter, dans des conflits de basse intensité qui tuent, qui nous épuisent, mais qui ne sont rien par rapport à ceux qui eurent lieu en Géorgie, au Donbass, au haut Karabakh…

      Nous aurions aujourd’hui bien du mal à projeter en Europe, ne serait-ce qu’une brigade blindée complète, alors qu’elle est sous-appuyée, sous-protégée en moyen sol air, incapable de franchir des coupures sous le feu, sans munitions rodeuses, sans drones terrestres armées, avec une aviation qui risque de perdre très vite sa supériorité aérienne supposée.

      Quant aux alliés européens, ils sont tout autant démunis. Reste l’Otan sous commandement américain, au mieux, nous ne serions comme dans la guerre du golfe avec nos 40 AMX30B2, et encore avec une réelle DAM à l’époque, que des supplétifs, contraints de demander des moyens supplémentaires à nos alliés….

      L’armée de terre française c’est 140 Leclerc en ligne, 500 VBCI, à peine mieux armés que des BTR 70 des années 80 et en 2025, 150 blindés de reconnaissance Jaguar, 109 pièces d’artillerie et 67 hélicoptères Tigre en parc. De quoi équiper à peine sérieusement deux brigades blindée type OTAN, mais incomparablement sous-équipée par comparaison avec une brigade étalon de type russe. https://www.athena-vostok.com/budget-des-armees-des-renoncements-majeurs-sur-fond-de-demission

      • oryzons dit :

        Cela va surement vous étonner mais nous n’envisageons pas sérieusement un conflit ouvert avec la Russie, et encore moins une guerre de blindés rangé avec elle.
        Guerre cyber, oui et c’est déjà le cas.
        Guerre sur l’information, oui et c’est déjà le cas.
        Guerre économique, oui et c’est déjà le cas.
        Guerre d’influence, oui et c’est déjà le cas.

        Pour le reste la guerre porte sur la menace que l’un fait porté sur l’autre.
        Côté occident c’est la suprématie de aérienne (puissance de feu) et spatiale (communication et vision).
        Côté russe c’est la suprématie sol-air, troupes au sol (blindés et artillerie).

        A part cela il faut quand même rappeler que nous sommes une puissance nucléaire, juste un petit détail au passage.
        Enfin le « front » face aux Russes n’est plus de l’autre côté de la RFA, mais à l’autre bout de l’Europe.
        Où nos moyens seraient-ils les plus précieux ? Dans les blindés ou dans les cieux ?

        Répondez à tout cela et vous comprendrez les priorités d’allocation du budget militaire français quand on sait qu’il faut aussi entretenir les capacités de frappes nucléaires ainsi que d’avoir la plus grande ZEE du monde.

  5. nikoopol dit :

    Une grande partie de rigolade commence. Si je n’ai rien contre « maintenance prédictive  » c’est le but recherché à travers cette communication qui est désolant.

  6. bob dit :

    On peut prédire que ça va merder ?

  7. Thaurac dit :

    Sur le F35 elle est pas « prédictive » mais « prévisible, inéluctable »

    • précision dit :

      bon mon commentaire n’apportera pas grand chose mais dans la même veine vous auriez pu ajouter:
      palliative

  8. Ah Ca ! dit :

    Gadget, mais pourquoi pas.
    Nécessaire ? Loin de là… l’avantage est que ça donne du travail à une société française qui, nous espérons, ira plus loin…

    Cela fait des décennies avec l’arrivée des automates et autres que l’on sait très bien gérer dans les applications industrielles.

    Le problème n’étant pas la détection des pannes, mais bien la CHAINE HUMAINE (pas nécessairement des armées) nourrie aux 35 heures, 5 semaines de congés + RTT etc… et le politiquement correct qui s’occupe de la logistique…

    Mais c’est toujours mieux de mettre en avant un gadget que de se préoccuper de l’incurie paresseuse institutionnalisée de certains nos compatriotes et de leurs chefs.

    • Arnaud dit :

      Au combat, surement pas un gadget. La MP permet de choisir par exemple par les 50 XLR ceux dont l’état risque le moins de casse ou de panne, de manière objective. Avant de partir au combat, c’est très important pour optimiser le taux de réussite de la mission et le taux de survie de l’équipage.

    • Raymond75 dit :

      Vous avez tout à fait raison : on travaillait mieux au 19ème siècle, à raison de 12 h par jour 7 / 7, avec des salaires qui se situaient juste un cran au dessus de la misère (sinon la main d’oeuvre humaine mourrait trop tôt), et bien sûr sans protection sociale. A cette époque rêvée même les enfants travaillaient !

      Vous au moins, vous combattez héroïquement pour défendre nos valeurs et notre histoire (l’histoire sociale, pas celle des défaites militaires à répétition). Qui a dit que la majorité des militaires professionnels se situaient à la droite de la droite ? Le fait d’être un porte flingue vous donne l’illusion de la puissance.

    • Fred dit :

      @ Ah Ca !

      Quel rapport avec les foutus automates ??? T’as rien compris, en fait…
      Retournons aux journées de douze heure sans congés payés et la semaine de six jours : c’est ça le progrès pour toi ?

      • tschok dit :

        @Fred,

        Il veut quelqu’un pour payer ses retraites, il s’en fout du reste. Les avantages sociaux, il les a pris, il en a bénéficié. Sauf que maintenant, le vieux dégueulasse s’inquiète pour sa retraite.

        Et comme il prend tout le monde pour des cons et qu’il est persuadé que la société française ne le mérite pas, il se demande comment tous ces gens, qui sont des pieds nickelés à ses yeux, vont pouvoir bosser assez à la fois pour gagner leur vie ET lui payer sa retraite.

        C’est sa son problème et c’est pour ça qu’il veut distribuer les coups de trique. Il se dit « merde, tous ces cons sont trop nuls, ils vont pas être foutus de se démerder dans la vie pour gagner leur croûte et remplir ma gamelle en même temps, alors que c’est mon tour d’en profiter » et c’est pour ça qu’il rêve d’un régime autoritaire qui supprime les aides sociales et foute des coups de triques au gens pour les faire bosser.

        Et vous savez d’où ça vient cette peur? C’est une peur très ancienne: un système de retraite par répartition est injuste pour deux générations, la première et la dernière.
        – La première, parce qu’elle perçoit une retraite alors qu’elle n’a elle-même pas cotisé pour payer sa retraite à une génération précédente, puisqu’il n’y en a pas. Cette génération, elle est avantagée.
        – La dernière, parce que personne ne sera là pour lui payer sa retraite, alors qu’elle a cotisé pour payer la retraite des générations précédentes. Celle-là, elle est de la baise.

        Et lui, il ne fait pas partie de la première génération. Mais il a peur de faire partie de la dernière: le mec qui a cotisé toute sa vie et au moment où c’est enfin son tour, le truc se casse la gueule…

        Et là il se dit « Eeeeh merdeuuuh! je vais te les foutre au turbin tous ces cons de paresseux, ça va pas trainer ». Mais il n’y a pas une once d’idéologie structurée là-dedans. C’est utilitariste à fond la caisse (de retraite).

    • NulH dit :

      Même que, vers 1925, on y était… dans l’industrie… alors depuis… Ah, mais c’est pas comme ça qu’on l’appelait… c’est vrai…
      La pratique, la pratique … de l’observation, …, des conséquences …
      Bon, y a des pro. ici… de les z’usines, de l’armement t’aussi…
      C’est vrai que l’3D ça date pas d’hier, non plus !!!

    • Ah Ca ! dit :

      C’est bizarre, je note une levée de bouclier des gauchos bon teint.

      Le reste de la planète y compris les rôtis de bœuf bossent 40 à 48 heures par semaine avec 0 à 28 jours de congés par an, mais nous français en déroute avec une économie circulaire gérée par un état communiste défaillant ayant recours à l’immigration massive pour combler les trous et désillusions de ses idéaux utopiques…. les mêmes cons continuent de se voiler la face… Merci, vous êtes la définition de la corruption et de l’inceste intellectuelle des faignants et du travail de sape des ricains (si pas physique en surcouche).

      L’autre blindé de la cervelle ne comprend pas mon parallèle de l’avancée qu’on permit les automates permettant justement d’avertir et de basculer d’un système à l’autre au besoin d’une défaillance mécanique …

      Pour finir, en réalité ces systèmes permettent juste un tout petit peu d’avance de notification de ce qui se faisait déjà sur papier il y a 50 ans…. c’est juste de l’informatisation des suivis de maintenance avec quelques temps réels… Qui ne sont pas neccessaire si le suivi est proprement effectué.

      Mais je sais être magnanime…
      Allez-y mes petits veaux, partez en vacances, c’est le malien musulman que vous avez illégalement invité qui bosse sans être couvert qui dégage la marge pour vos vacances.

      Profitez-en… la fin de votre corruption arrive… camarades cocos vendus à l’oncle Sam pour sauver votre utopie.

      • Raymond75 dit :

        Ramène nous de brillante victoire beau guerrier (nourri, logé, blanchi par la population active), comme tu sais le faire depuis 1815 !

        • Ah Ca ! dit :

          @Ray le coco

          Tout l’opposé de ce que je suis, pas 1 centime de l’état Français… Sous quelque forme que ce soit… Pourtant, ca m’arrivez d’y cotiser annuellement…
          C’est vrai que quand j’y descends, je profite des routes…

          Allez Zemmour…

      • Czar dit :

        je commence à être un peu fatigué de la formule automatique du socialisme immigrationniste : c’est bien la droite et les milieux d’affaire qui pour faire plus de pognon ont ouvertt grand les vannes

        et c’est exactement ce qu’il s’est passé avec reagan, avec son amnistie monstre qui est à l’origine du flux continuel de migrôns par regroupement familial

      • Fred dit :

        @ Ah Ca !

        « les automates permettant justement d’avertir et de basculer d’un système à l’autre au besoin d’une défaillance mécanique … » Ah ben évidemment, si tu précise pas à quel point ton système de pensée (ou de logorrhée, ce qui serait moins grave ?) est délirant, il est difficile de tenter d’entrevoir le rapport avec la maintenance prédictive :o)

        Malgré tout, je ne vois pas.

  9. farragut dit :

    J’espère que les ingénieurs de la DGA pourront décoder et vérifier les algorithmes de type IA (à voir avec THALES?) de CKP Engineering sur les données issues du HUMS, histoire de ne pas reconduire la tricherie des tests du Dieselgate à la Volkswagen… 😉
    (Même Bosch, concepteur des logiciels de la régulation moteur, n’avait pu s’opposer à l’amicale pression du constructeur 😉
    https://www.cnet.com/roadshow/news/germany-bosch-dieselgate-fine/

    A regarder dans la plaquette CKP, la partie « Embedded software and Artificial Intelligence »:
    http://www.ckp-engineering.fr/plaquette-EN/index.html
    Pour la « certification » des algorithmes d’IA, lire:
    https://www.thalesgroup.com/fr/group/journaliste/press_release/thales-acquiert-start-psibernetix-creer-des-technologies-decisives
    https://www.defenseworld.net/news/24894/Thales_Acquires_AI_based_Psibernetix_Company
    « Through a machine-learning algorithmic process called Genetic Fuzzy Trees custom built by Psibernetix, AI decisions are able to be mathematically verified and validated through a unique constraintbreaking approach that applies fuzzy logic-based AI to large-scale problems. This process also creates AI applications that can be placed on edge processing devices and be extremely resilient to digital noise, environmental uncertainties, and randomness. »

    • Arnaud dit :

      CKP est connue pour équiper les moteurs de F1. Je pense qu’ils ont largement les compétences requises sur les moteurs

    • PicNicDouille Cémoi Landouille dit :

      si le travail est fait sérieusement, normalement les algo critiques sont codés deux façons différentes avec deux langage différents (i.e. Ada/C++)…

      après les algo IA, n’ont pas beaucoup évolué depuis les 80’s. Mais aujourd’hui c’est notre capacité de collecte de données qui fait la différence. + de données + précis sera le modèle. Car les modèle sont avant tout des calculs de statistique/probabilité (genre 99,5% que la photo que je montre à un chien) mais c’est jamais 100%…

      concernant les boulettes liés à l’IA dans le domaine militaire. J’aime citer celui qui à coûté des milliards de $ aux US pour détecter les chars « enemis »… lors d’une présentation un spécialiste leur à faire remarquer que sur toute les images ou un char « enemi » était présent, il faisait gris. Alors que la où l’on voyait des char « ami » il faisait soleil… en fait l’IA avait classé les images en fonction de la couleur du ciel…

      • Fred dit :

        C’est inscrit dans l’imaginaire militaire français collectif : le Soleil d’Austerlitz ;o)
        Une IA parfaite se doit d’avoir un imaginaire collectif, après, faut le gérer à bon escient :o)

  10. armada dit :

    Sinon c’est le thermomètre dans le pot d’échappement…..on découvre 30 ans après la mise en service du bouzin que la maintenance prédictive serait la solution. Un peu de sérieux messieurs les énarques et autres brevetés, tout est bon pour le business , il suffit de bien empaqueter la chose , comme bientôt l’arc de triomphe …Je dirais plutôt, pour les deux sujets, feu triomphe ….

  11. Raymond75 dit :

    La maintenance prédictive peut être une excellente chose, et est généralisée dans les avions (civils et militaires). Mais il faut s’assurer qu’elle n’est pas biaisée par le constructeur, et qu’elle n’est pas trop anticipative. Un exemple que tout le monde connait : votre imprimante à jets d’encre vous signale qu’il faut changer une ou plusieurs cartouches, alors que l’on peut encore imprimer des dizaines de pages.

    • Arnaud dit :

      En effet, le paramètrage des seuil est un sujet clé.

    • PicNicDouille Cémoi Landouille dit :

      je connais un peu le HUMS et les problème qui en découlent…
      1) capteur défecteux
      2) algorithme mal prrogrammé
      après ça reste un outil, mais faut pas croire qu’ on va tout régler… D’ailleurs j’avais été sur un projet où l’objectif était d’évaluer l’utilisation de techs aérospatiales à un véhicule au sol…

  12. RGA dit :

    …on est mal barré…j’ai tenu des taux réels de disponibilité réel de 94% en environnement portuaire, 24/24, oà sur des vibrateurs mertz / sercel en désert profond, 24/24, CGG. Dans ces métiers, on ne se paie pas de mots. Je vous renvoi au rapport du mois de la Rand, comme quoi, en haute intensité, notre armée, échantillonnaire, cela sera vite bâclé, faute de munitions, de relèves, d’attritions industrielles majeures, avec un adversaire qui ne se paiera pas de mots, lui. et cognera fort. Et vite.

    • Ah Ca ! dit :

      Amen,
      Les ponctionaires ne peuvent pas comprendre votre langage… qui voudrait leur faire comprendre qu’il faut travailler pour avoir du résultat.

      • Fred dit :

        @ Ah Ca !

        Encore ? Mais qu’est-ce que tu fais là à pianoter sur ton clavier au lieu de bosser ?

    • Fred dit :

      @ RGA

      La RAND Corporation n’est peut-être pas un modèle d’indépendance politique ;o)

  13. Max dit :

    Quoiqu’il en soit nos Leclerc et autres team Scorpion devront avoir les yeux en l’air tant la menace drones et munitions rôdeuses est dorénavant un game change du champ de bataille.
    DGA et BITD sont sur le coup tant la stupeur fut grande au Haut-karabakh.

  14. Alexandre dit :

    Alors pour information si on veut faire un article à minima sérieux la « maintenance prédictive » ne veut rien dire dans le domaine de la maintenance. C’est un terme très utilisé mais professionnellement dire ça à un vrai technicien de maintenance compétent il vous rie au nez… Et on parle de Défense donc oui on parle d’un domaine où on requiert un minimum de compétence je pense

    • asvard dit :

      Le technicien de maintenance devrait aller faire une petite révision de ses connaissances.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Maintenance_pr%C3%A9visionnelle

      • Alexandre dit :

        Le littéraire devrait lire les articles avant de les envoyer, en français on dit maintenance prévisionnelle, le prédictive est un calque de l’anglais « predictive maintenance » mais on peut pas traduire comme ça donc oui la « maintenance prédictive » ne veut toujours rien dire

    • Vinz dit :

      Bah si ça veut dire qqch, la preuve il y a une définition :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Maintenance_pr%C3%A9visionnelle
      Je sais pas si la comparaison est pertinente, mais depuis longtemps (années 90) les disques durs ou ssd utilisent la techno s.m.a.r.t (Self-Monitoring, Analysis and Reporting Technology) pour « prédire » une panne. IBM appelait ça Predictive Failure Analysis. Une routine analyse toute une série de mesures (lecture/écritures de secteurs) et en fonction des tendances, remonte des alertes. J’imagine qu’aujourd’hui on introduirait en sus des métriques codés en dur, de l’IA.

  15. veteranusF6 dit :

    l’XL a l’habitude de rester au garage surtout en milieu désertique, et cette forme de maintenance « à la 3615 madame soleil » ne sert à rien puisque qu’on connait parfaitement tous les défauts et pannes associées.
    Une fois de plus Nexter va s’engraisser et doit déjà préparer le planning de ses interventions sur site avec une prévision de son CA en marge…Quelle honte!
    Sans passage à la motorisation MTU-RENK , ce « char » ne verra jamais plus qu’un jour de combat en haute intensité.

    • asvard dit :

      Le but ce n’est pas de se dire « oh ça tombe en panne » mais quand ça va tomber en panne.
      Avant c’était la maintenance préventive : tout les 10 000 km changer l’huile du moteur.
      Maintenant c’est la maintenance préventive : la vidange se fait en fonction de la température (différents régimes moteur) qu’a subit l’huile. Suivant la conduite faite cela peut varier de 5 000 à 30 000 km.

      Que telle pièce tombe en panne au bout d’une heure ou de 1000 n’est pas le plus important (c’est un autre sujet) c’est de savoir quand la changer justement avant qu’elle ne tombe en panne. D’où l’importance d’avoir des capteurs et l’algorithme qui a bien.

  16. Thaurac dit :

    Bientôt , comme les ricains, les armes seront quasiment données, par contre les services ajoutés obligatoires , qui créent une rente pendant toute la durée de vie du produit, vont augmenter un max.

  17. Carin dit :

    Avec tout ce que l’on fait autour du Leclerc en ce moment… je pense que nos amis allemands ont bien compris qu’en matière de MGCS, nous avons aussi un plan B…
    En plus nos industriels donnent vraiment l’impression de ne croire ni au SCAF ni au MGCS…
    Ça pue un peu pour la « collaboration » avec les allemands.

  18. Bricoleur dit :

    On se moque du monde et … surtout du contribuable. Le Leclerc est en service depuis bientôt 30 ans. On connaît depuis belle lurette ses points faibles, et donc les pièces détachées à détenir en stock, et à acheter ( c’est là le problème). On sait faire de la maintenance « déductive ». Et l’on parle de « pré-étude » vers une maintenance « prédictive » pour un vieux cheval ! S’ il s’agit de subventionner Nexter et GKP, ou alors de préparer la maintenance du MGCS, disons-le clairement.

    • Vinz dit :

      Oui mais reste que le matériel est tributaire du manuel d’entretien du constructeur : s’il prescrit qu’il faut renvoyer le moteur Wärtsilä-SACM avec sa turbomachine pour une complète révision et requalification usine (direction Surgères) tous les 3000kms (je dis ça au hasard), ben vous le faite sinon en cas de pb c’est tout pour votre pomme.

      Si avec un système adhoc vous ne la renvoyez qu’en cas de nécessité, ça a bien plus d’intérêt.

      Petite doc ici https://dune.univ-angers.fr/fichiers/17005237/2019IUTGM10595/fichier/10595F.pdf
      [« Un char Leclerc demande tellement de puissance qu’au bout de quelques mois [??? info à vérifier !] le moteur doit être requalifié, ce qui fait que la majorité du temps 4 moteurs V8X sont requalifiés en permanence dans l’atelier, ce qui est la capacité maximum aujourd’hui pour la maintenance de ce moteur. »]

    • Vinz dit :

      D’ailleurs c’est dommage qu’on ait pas profité de la modernisation pour s’interroger sérieusement sur la partie propulsion : la solution de départ avec turbomachine exige un entretien beaucoup trop lourd pour du matériel censé partir sur un champ de bataille. D’ailleurs les émiriens avaient dit « thanks but no thanks, on va faire classique ».

      Le site de Mulhouse anciennement SMC-Wärtsila et repris par Mitsubishi propose des moteurs compacts de 1200 à 1600 kwh qui aurait pu peut-être convenir…

    • farragut dit :

      En 2021, tout le monde a vu au moins une fois « 2001, l’Odyssée de l’Espace », et le fameux dialogue de HAL9000 avec l’équipage du vaisseau Discovery:
      HAL: « Je viens de relever une erreur dans l’unité AE-35. Elle sera en panne à 100% d’ici 72 heures. »
      Dave: « Elle fonctionne en ce moment ? »
      HAL: « Oui. Elle restera opérationnelle jusqu’à la panne. »
      Dave: « Est-on sûrs de disposer de 72 heures ? »
      HAL: « Oui, tout à fait sûrs. »

      Et hop, l’IA se débarrasse des occupants du char ! 😉

    • Arnaud dit :

      En fait, la « maintenance prédictive » est ce qu’on devrait appeler la « maintenance corrective ». On a abandonné la maintenance curative (= « je casse, je répare ») depuis 30 ans. On a mis en place une « maintenance corrective », qui consiste à entretient les matériels aussi avant les pannes et casses. Sauf que les pas de maintenance sont fixés contractuellement sur la base de MTBF « estimés » : en clair, les pas de maintenance sont fixés après accord contractuel, mais sans vraiment savoir si c’est vraiment le bon pas de maintenance. D’autant que le pas de maintenance va évoluer : un véhicule de 30 ans qu’un véhicule qui a 10 ans, idem entre OPEX/métropole,… La maintenance prédictive permet juste (enfin, faut quand même faire les calculs) de définir les pas de maintenance en ajustant les MTBF à la réalité des chocs, usures,…du véhicules. D’ailleurs, ca se fait déjà dans l’industrie automobile avec les voyants qui vous annonce avec plusieurs jours d’avance qu’il y aura une panne de moteur, un problème de pneus… rien de révolutionnaire, mais une mise au standard moderne, avec des engins qui doivent endurer des conditions de guerre (donc faut sécuriser la technique)

  19. Alpha dit :

    Puisque nous parlons chars, évoquons le MGCS…
    Il semble que l’Allemagne et Rheinmetall fassent tout pour réduire la place de la France dans ce programme, voire l’éjecter !!!
    https://blablachars.blogspot.com/2021/06/como-si-dice-mgcs-in-italiano.html
    Après avoir roulé la France dans la farine pour le MAWS, il serait temps que nos responsables politiques comprennent, non ?

  20. farragut dit :

    @Arnaud
    Ma remarque portait plus sur les capacités de vérification indépendante des experts de la DGA plutôt que sur une mise en doute de la justesse des algorithmes…
    Je suis sûr et certains que les ingénieurs en logiciel embarqué de chez Bosch savaient parfaitement comment faire des mesures et de la régulation des moteurs Diesel. Par contre, le pouvoir de l’argent attire les corruptibles, et ce sont bien les décideurs et managers / cadres intermédiaires des entreprises allemandes qui ont mis en place le système de triche généralisée à la subvention du contribuable, qui a coûté à tous, y compris aux ingénieurs de Bosch (100 millions de dollars quand même!).
    J’en reviens à l’indépendance, toujours à confirmer, des contrôleurs (dans ce cas, des algorithmes d’IA d’analyse des mesures -plutôt que du logiciel de commande du MCAS du Boeing 737 MAX-) par rapport aux décideurs et financiers des entreprises. La probité se vérifie aussi (Loi Sapin II)…
    (Un peu comme dans le cas d’un appel d’offres pour un système de défense aérienne en Suisse! 😉
    Il n’y a pas toujours un pilote de Falcon, ancien pilote de l’Armée de l’Air, pour corriger avec ses réflexes et son entrainement au combat, les erreurs de conception et de confusion entre la commande et le contrôle dans le circuit de pilotage du plan de profondeur !
    Personne n’est à l’abri des erreurs humaines, ni de l’oubli des bonnes pratiques issues des expériences malheureuses (parfois mortelles). Le rôle de « l’avocat du diable » est donc non seulement utile, mais indispensable, dans les conceptions ou réalisations de matériel de combat ou de transport aérien.
    L’analyse du soutien logistique (ASL, ancien nom de la « maintenance prédictive » et du « Big Data » avant la novlangue du « nouveau monde ») fait aussi partie des activités à vérifier de manière indépendante (cf. ma référence à HAL 9000 plus haut). 😉
    Demandez aux Suisses dans 10 ans ce qu’ils auront dépensés en « maintenance » des moteurs de leurs F-35A avec le système ALIS ou ODIN, s’ils fonctionnent un jour !