Barkhane : L’État-major des armées réfléchit sur une évolution de l’usage des Véhicules blindés légers

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

88 contributions

  1. Fgnico dit :

    C’est vraiment du Blablabla et pendant ce temps de réflexions accélérées , ces matériels ces Kit ces machins… » ces équipements qui n’arrivent pas perdus dans le méandre des accélérations études ultimes..
    les « Gars »y laissent des plumes!!!
    normal non? le métier des armes comporte des risques ..au bas de l’échelle !! non?

    • jyv58 dit :

      Parce que vous croyez vraiment qu’aujourd’hui un chef quelque soient ses responsabilités, envoie ses soldats à la mort pour le plaisir? Alors que le nombre de décès dans nos sociétés occidentales actuelles devient rapidement un motif de pérennité ou non d’une action d’envergure sur le terrain.

      S’il existait une solution simple, économique, rapide à mettre en place, cela m’étonnerais que n’importe quel politique de quelque bord que ce soit, ou n’importe quel CEMA l’aurait déjà lancée. Nous aurions ici un compte-rendu de l’efficacité de cette solution.

  2. stephane corre dit :

    VBL mark 1 c’est une denomination anglaise non ? L’armée Française ne parle plus sa langue ?

    • dompal dit :

      @ stephane corre,
      Cela fait plusieurs années que l’on utilise cette dénomination, que ce soit pour les vbl/vab ou d’autres matos.

      C’est plus simple que de dire ‘de 1ère génération’….qui peut être ambigüe puisque le matos évolue continuellement…même dans sa ‘génération’ ! 😉
      Alors on fait comment ?
      Ben on dit : ‘mark I ou II ou III, etc… avec des dates bien précises de début ou de fin de production.
      C’est plus simple, non ? 😉

      • 에르메스 dit :

        Ah c’est vrai que le VAB c’est utilisé…
        (En rapport avec mon com plus bas « Cela dit je me souviens pas avoir déjà entendu ou vu VBL MkI où que ce soit… NI d’ailleurs chez aucun véhicule français ? »)
        .
        Faut admettre qu’on voit rarement la dénomination Mk et on l’emploi jamais à l’oral, du moins en France.
        .
        En termes de génération, on emploi bien les FX pour le Rafale, ca aurait pu être un code tout aussi valable.
        Tout comme le VX pour Version, ou le G pour Génération.
        .
        Y’a pas vraiment de légitimité à utiliser le Mk plutôt qu’autre chose en réalité…
        Cela vient il des chars Mark X de 14-18 ou l’emploi est il antérieur ?

      • Elwin dit :

        « Version 1 » irait bien, non ?

        • Franz dit :

          Historiquement on a connu « F1 », « F2″… on pourrait envisager d’étendre l’appellation au gros matériel.

    • Clavier dit :

      On a essayé  » véhicule première démarque » mais ça faisait un peu …cheap !

    • 에르메스 dit :

      C’est en effet d’origine anglaise, mais c’est tout de même assez « globalisé » maintenant, c’est un « standard » de « versionnage » que l’on retrouve régulièrement et un peu partout.
      .
      Cela dit je me souviens pas avoir déjà entendu ou vu VBL MkI où que ce soit… NI d’ailleurs chez aucun véhicule français ?
      Ou alors peut être que c’est une dénomination pour les véhicules à l’export car il est vrai que les anglophones parlent d’une VBL MKII export, mais c’est tout.

      • dolgan dit :

        C’est une terminologie utilisée au moins pour les VBL et les VAB.

        • 에르메스 dit :

          Yep ca m’était sorti de la tête pour le VAB, on peut pas toujours penser à tout.

    • Paddybus dit :

      Ils se sont lassés du « model » F1,F2 etc… trop franchouillard… pas assez international, au vu des opé actuelles…!!!

  3. Alpha dit :

    « …modifier également l’usage qui est fait des Véhicules blindés légers »
    « …il y a une réflexion à conduire rapidement pour essayer d’apporter la meilleure protection à nos militaires »
    Et ben voilà, on y est !… 🙂

    • dolgan dit :

      On est où?

      Je note personnellement qu’on est toujours très très loin de: « Point de salut en dehors de l’achat sur étagère de MRAP routier ».

      On cause au contraire adaptation tactique (le BABA, le quotidien de la guerre) et renforcement (sans précision aucune) de l’existant.

      • Alpha dit :

        Revoyez mes anciens coms sur ce sujet…
        Vous verrez, au final, nous sommes d’accord !… 😉

      • ULYSSE dit :

        @Dolgan.+++.oui la réflexion est contrainte par les impératifs budgétaires et industriels:
        On n’a pas de sous. Faut pas acheter chez le concurrent, surtout si il est étranger.
        Ceci montre bien a quel niveau dans l’echelle des valeurs se situe chez certains la vie de nos soldats.

        • dolgan dit :

          Il n’y a quasiement pas d’IED télécommandé en BSS. Pourtant on a des brouilleurs d’IED dans quasi toutes les patrouilles. Et ça coute bien plus cher que 3 bouts de tôles.

          De m^me , le ravito tactique aéroporté coute plus cher que si on le faisait par la route. Pourtant, on le fait massivement au mali pour réduire l’exposition des hommes.

          L’argument économique ne tient pas une seconde vu qu’on dépense une blinde pour contrer cette menace.

          On peut penser que tous les politiens et membre de l’EMA s’en foutent de la vie des soldats. Mais il est certain qu’ils accordent une très haute importance aux conséquences des morts sur leur carrière.

          Sinon, on causerait pas Griffon stanag4, mais camion à l’ancienne.

      • John dit :

        Il y a une autre solution que l’achat de MRAP fait pour la reconnaissance…
        Il y a le prêt que pourrait faire une autre nation.
        Rappelez-vous de l’IED au Mali qui avait touché un véhicule des rangers irlandais.
        https://www.irishtimes.com/news/ireland/irish-news/three-irish-army-rangers-lightly-wounded-in-mali-roadside-blast-1.4184959
        Il se trouve qu’ils étaient à bord d’un Mowag Eagle V de la Bundeswehr. Il y a largement de quoi faire avec les partenaires français. Rien que dans les voisins, il y a la Suisse, l’Allemagne qui ont de Eagle V.
        La Belgique et l’Allemagne ont éventuellement des Dingo 2.La Belgique, l’Italie, le Royaume Uni et l’Espagne ont des Iveco LMV.
        La France ferait mieux de remplacer ces VBL qui ne sont pas adaptés aux menaces actuelles, et en attendant, elle se fournit soit sur étagère, soit demande un prêt à un voisin, et je suis sûr qu’il n’y aurait pas de refus.
        Et sur étagère, il peut y avoir Arquus ou Thales avec leurs 4×4 Scarabee ou Hawkey. Mais comme solution provisoire comme ça avait été le cas avec les Nexter Aravis, la France devrait choisir le véhicule le plus adapté au Mali.
        En l’occurrence, le Eagle est combat proven dans la région, et pas que…

    • Bomber X dit :

      Oui, on y est ! La réflexion est enclenchée !
      C’est un début.
      Nos responsables admettent enfin qu’il faut modifier l’usage des Véhicules Blindés Légers, qui ne sont pas adaptés aux missions qu’on leur donne, ni à leur contexte.
      Et la protection de nos soldats devrait être améliorée, même si évidemment, le zéro mort n’existe pas, le tout étant néanmoins de tout mettre en oeuvre pour limiter les pertes.
      Après, s’il aurait été judicieux de remplacer tout de suite les VBL par du « plus lourd et mieux protégé », comme vous le suggériez il y a quelques temps, il est utile de rappeler que la conjoncture économique ne le permet malheureusement pas. Il faudra donc patienter et attendre la mise en service du VBAE.

  4. Philippe dit :

    L’adaptation est la clé de la survie…
    Pour info Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort mentionné dans cet article, est l’auteur d’un rapport sénatorial intitulé «Drones d’observation et drones armés : un enjeu de souveraineté ».
    https://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9dric_Perrin_(homme_politique)

  5. Fred de menaka dit :

    Tous les beaux discours ne servent à rien !
    Ouvertures d’itinéraires =Vab/Souvim/Aravis/Doip/Buffalo/Griffon.
    Recco off/Plo/nomado=vhl type patsas ou commando chasse type Vhl gcm/gcp.
    Le reste c’est………
    Il faut accepter les pertes sinon on change de boulot !!!
    Pvp et VBL c’est dépassé.
    Je sais de quoi je parle….
    3 tours dans le bac à sable ( pas sous la clime de Gao) m’ont bien forgé mon discours…..

    • dolgan dit :

      En vitesse de pointe au mali , en ouverture d’itinéraire, le Souvim fait du 10km/h. on parle d’élongations de 800km. C’est pas l’afghanistan.

      • Fred de menaka dit :

        Pour information le souvim part en avance de phase avec une protec et un drone en appui pour la secu arrière..

      • Fred de menaka dit :

        Aucun sgtia ne fait 800km!!
        Même Charente ne fait pas ça.
        Ensuite de souvenirs, le Mali est jalonné d’emprises Francaises avec des AOR !
        Dommage pour la leçon sur l’Afgha

    • Dupont avec un t dit :

      Pour mémoire : La situation libyenne inquiète le président François Mitterrand. Il considère que l’action de Mouammar Kadhafi pourrait déstabiliser la région dans le cas où il venait à envahir le sud du Tchad.

      Le 9 août 1983, lorsqu’il devient clair que la souveraineté du Tchad est en danger, le président décide d’envoyer 3 000 soldats sur place
      En 1984, un accord de non-agression est trouvé avec Kadhafi. Le 17 septembre 1984, l’accord de retrait mutuel des troupes est annoncé. Hissène Habré se rend immédiatement au palais de l’Élysée pour réclamer le maintien des troupes, que le président Mitterrand refuse.
      L’opération sera suivie en 1986 par l’opération Épervier lors de la reprise des hostilités…..
      Cette opération durera jusqu’au 1er août 2014, avant d’intégrer l’opération Barkhane, toujours en cours.

      le Tchad est, à égalité avec le Liban, au premier rang des pertes militaires françaises en opérations extérieures depuis 1963….( plus de 150 Delta Charlie Delta) , la Yougo étant un peu moindre ( 112 DCD)

    • Marcassin dit :

      @Fred de Menaka
      Le pb est que l’on dote l’armée de Terre de véhicules sensés faire de la reconnaissance de l’avant dans des environnements très diversifiés : aujourd’hui le Sahel, demain cela peut être le Liban ou l’Europe centrale. D’être à la fois mobiles, rapides, mais permettant une protection « raisonnable » (7.62 voire 12.7).
      De mémoire, le VBL n’était pas autant décrié au temps de l’ex-Yougoslavie par exemple… les technos et menaces ont évolué, mais ke veux dire qu’il existe ptet un réel besoin sur le VBAE, qui justifierait d’accélérer ce programme ?

    • Clavier dit :

      j’ai l’impression que certain généraux veulent refaire la guerre d’Indochine ….
      Ah, ces lacunes en Histoire, c’est rien de le dire !

      • jyv58 dit :

        Tout le monde compte sur vous pour aller leur faire des rappels d’Histoire en amphi ou sous la cagna. Envoyez votre CV, vous serez apprécié, j’en suis sûr.

      • Wa Terlou dit :

        Sans aucun doute. Ils n’ont toujours pas digéré la déculottée historique qu’ils ont reçue. En imagination au moins, ils peuvent la gagner, la guerre. Sinon, ils se rattrapent en ce moment sur les populations innocentes et désarmées d’Afrique. C’est plus facile de se gagner une réputation et même des galons comme ça. Il n’y a aucun risque et ça ne coûte rien puisqu’on se paye sur ce qu’on vole aux Africains. Les Vietnamiens par contre, c’était autre chose. Mon oncle qui a combattu à Dien Bien Phu et qui n’était jamais sorti de son village et n’avait jamais vu un Asiatique avant d’avoir été transporté au Vietnam me disait: « Ce sont de tout petits hommes comme ça. De tout petits hommes. Mais ce sont des hommes. Des vrais de vrais. »

        • Vinz dit :

          Hop la pleureuse de service, ça c’est fait.

        • Fred dit :

          @ Wa Terlou

          Ok avec toi pour le « Tonkin ».

          Mais sans Barkhane, que serait devenu le Mali et toute la région ? Un vaste état islamique fondamentaliste et barbare, imposé et dominé par des forces extérieures essentiellement.
          La France n’a pas tant d’intérêts financiers que cela à défendre dans la région. En tous les cas, depuis pas loin de dix ans, elle y perd plus qu’elle n’y gagne sur ce plan.

    • 에르메스 dit :

      Le problème c’est qu’on peut difficilement avoir la résilience d’un MBT croisé avec un MRAP sur une masse et volume d’une VBL.
      A partir de là, il ne s’agit pas d’un problème de spécification, mais bel et bien d’un problème d’emplois.

  6. dolgan dit :

    « « Les premières livraisons sont attendues pour le début de l’année prochaine », a en effet précisé Florence Parly, la ministre des Armées, lors d’une audition au Sénat, le 20 janvier. »

    Je pense qu’il y a confusion. Les premiers VBL Ultima/régénérés de série ont été livrés et sont attendus au mali avec les premiers griffons et Vab Ultima. A priori, les propos de la ministre le 20 janvier portent sur « Les VBL Ultima au blindage renforcé  » (donc en fait les kits blindage additionnel pour ultima)

  7. dompal dit :

     » L’État-major des armées réfléchit sur une évolution de l’usage des Véhicules blindés légers ».

    Pour aller au supermarché du coin faire des courses, ça me parait pas mal, non ?……Après c’est sûr qu’au niveau emport ça casse pas trois pattes à un canard mais on pourra peut-être mettre une remorque ou bien une galerie……!??? 😉
    J’ai tout bon ?

    Non !???
    Alors le mieux c’est de les refiler aux Domaines pour une utilisation collection mais vu la complexité électronique/électrique du machin ça va pas le faire mais ça fera un chouette truc dans la garage….même s’il est complètement inutile ! 🙁
    Sinon j’opterais plutôt pour un VLRA essence, comme dans mes jeunes années d’opex/tournante en Afrique…..et je vous parle pas de la sonorité de l’échappement du 6 (ou 8) cylindres en ligne à chaque coup d’accélérateur….tout simplement purement jouissif++++++……!!! 😉 🙂 🙂

    • John dit :

      Et en plus, c’est hyper pratique d’avoir différents carburants pour les différentes plateformes, ça simplifie l’acheminement du pétrole. Un seul carburant, faut pas exagérer…

  8. Polymères dit :

    Effectivement il y a une confusion.
    -Le VBL Ultima n’est pas pour l’an prochain, c’est dès cette année. Il n’est pas en phase de test mais de production et a commencé par être livré l’an dernier à la DGA avant livraison aux régiments.
    -Par contre les kits de protection spécifiques à la version Ultima et qui ont été lancés au même moment que le programme de revalorisation du véhicule soit 2017. Ce kit de blindage devrait être validé d’ici l’automne si tout va bien. La phase de production et d’intégration/déploiement en Opex est ce qui pousse la ministre à évoquer le début de déploiement l’an prochain de VBL ultima ”avec” un blindage renforcé (entendre ”kit” car l’Ultima n’est pas plus blindé que l’autre, même s’il y a des adaptations comme les sièges suspendu, son blindage est identique).
    L’Ultima sera déployé au Sahel dès cette année, mais son kit de surblindage arrivera quelques mois après.

    En attendant la généralisation du modèle Ultima et de son kit, une mesure d’urgence opération a été prise en rapport aux événements récents. Il s’agit de la commande de kits de protection développés il y a plusieurs années déjà (2005), donc connus et testés. C’est celui là qui est évoqué par l’ancien CEMA, ou celui qu’on mentione sur la fiche de présentation sur le site du mindef. La France en a acheté à l’époque 150 et je pense aussi que certains d’entre eux sont déstockés, d’autres recomplétés par de nouvelles commandes.
    Ces kits sont ce qu’ils sont, c’est à dire des protections balistique sous forme de plaques en alu sur les portes et les côtés, du vitrage renforcé sur les fenêtres/pare-brise et du blindage composite sur les passages de roues. Poids total 260kg. Un alourdissement du VBL qui si ça passait assez simplement en Afgha ou au Liban, s’avère tout de même plus contraignant au Mali.

    Est-ce que ces protections seront suffisantes? La réponse est non, car celle-ci est essentiellement balistique et non optimisée contre les IED, contrairement à ce que sera le kit Ultima. Mais cette solution permet d’apporter une réponse presque immédiate à une opinion publique qui attend des actes et qui se focalisent sur le véhicule et son blindage. Cette opinion publique là sera rassuré de croire qu’on agit enfin sur leur ”coupable” et peu importe si derrière, on va se contraindre tactiquement dans les missions de reconnaissance et de renseignement. Quand l’opinion publique ne voit notre engagement que par les pertes et pour qui la victoire c’est d’avoir le moins de morts, alors soyons en certains, nous ne gagnerons pas. On va se renfermer pour ne plus prendre de risques, on va se cacher dans des véhicules qui ne pourront pas quitter les pistes, laissant le terrain et l’initiative tactique à l’ennemi. On ne fait pas la guerre avec des sentiments et en évitant les risques, l’opinion publique qui influence la décision politique a une méconnaissance profonde de la réalité opérationnelle, tout ce qu’elle voit, c’est le coût humain et financier et tout ce qui la préoccupe c’est que l’un et l’autre soit au plus bas. Pour elle, la guerre c’est ça et elle ne comprend pas la prise de risque, elle sera choquée d’une embuscade d’une section débarquée, choquée qu’on utilise des véhicules blindé légers, le coupable ne sera jamais l’ennemi, ce sera nous, des idiots, des incapables qui n’ont pas les moyens pour faire la mission qu’ils diront, sauf que ce n’est pas la mission contre l’ennemi qui les intéresse, car je l’ai dit, pour eux, la préoccupation c’est d’éviter des pertes chez nous, la ”victoire” c’est ça et si nous n’arrivons pas à réduire le coût humain et financier, cette opinion publique crie ”rentrons”.
    J’ai bien conscience que beaucoup pensent faire cela pour le ”bien”, qu’il est normal de vouloir protéger les hommes. Je ne dis pas qu’il faut nécessairement des pertes pour réussir, mais que dans la guerre, les pertes ne sont pas une anormalité dès lors qu’on accepte et qu’on combat un ennemi et qu’on ne le prend pas pour un moins que rien. La guerre n’est pas une équation ou avoir les moyens pour la mission ne va que dans le sens ”éviter les morts” avoir les moyens pour la mission, c’est comprendre et accepter qu’on cherche aussi à frapper l’ennemi et ne pas juste réduire nos pertes quand lui il frappe. Avoir les moyens ne veut pas dire avoir le véhicule le plus blindé possible, parfois la mission exige d’avoir des véhicules légers et ça, certains ne veulent pas l’entendre car ils ne comprennent pas la réalité opérationnelle et les limites que peuvent imposer certains gros véhicules à certaines missions.

    Je redis au passage, la protection d’un blindé n’a de limite qu’aux moyens dont l’ennemi se donne pour le faire exploser. Il augmentera la charge, il s’adaptera toujours plus facilement. Croire que si on retire le VBL, on retire le problème et les risques de pertes par IED, c’est une belle connerie, c’est prendre l’ennemi plus con qu’il ne l’est.
    Je répète également que dans le cas du VBL, mais aussi d’autres blindés, la cause numéro un n’est pas un blindage insuffisant ou qui casserait, c’est surtout qu’on a généralement les types à moitié dehors, le buste dépassant du toit, pour le mise en œuvre d’armement, pour l’observation, que les retournements, les tirs, les projections, le souffle ne fait pas de quartier et que bien souvent les morts, ce sont eux. Mais n’allons pas entrer dans les détails opérationnels du pourquoi on fait cela, vu que ça n’intéresse pas, vu que pour certains, faire la guerre c’est ne pas prendre de risque et ne pas subir de pertes. D’ailleurs ça m’etonne encore que certains ne proposent pas de laisser que le pilote dans le VBL afin de réduire les pertes tant on semble parfois croire que la mission c’est d’avoir le moins de morts en roulant sur des mines.

    • ULYSSE dit :

      @Polymeres. La problématique de la perception par la population française de la guerre au Mali ne se réduit pas aux pertes humaines. Elle se construit sur l’absence de résultat visible qui pourrait justifier les pertes humaines. Elle se construit en amont sur le manque de compréhension des raisons de notre presence au Mali.

      • Wa Terlou dit :

        Bien dit, Ulysse. Mais le docte monsieur Polymeres est trop sûr de sa science pour comprendre quoi que ce soit à cela. Il veut plus de sang et de larmes car « On ne fait pas la guerre avec des sentiments et en évitant les risques…La guerre n’est pas une équation ou avoir les moyens pour la mission ne va que dans le sens ”éviter les morts”… ». C’est toujours avec de telles déclarations grandiloquentes que des officiers obtus et passablement fous nous conduisent à la catastrophe. Les vies de tous ces soldats et prétendus « terroristes » fauchés à la fleur de l’age pour nourrir les fantasmes d’officiers immatures et psychopathes, ça compte pour des prunes. Il y a vraiment trop de cons sur cette terre. Quelqu’un devrait faire quelque chose.

    • Alain d dit :

      @Polymères
      Il ne faut pas oublier les contrôles physiques aux frontières, les contrôles financiers, parce que les trafics intra-Afrique et les financements extérieurs qui permettent à ces armes, munitions, motos et explosifs de se régénérer très vite, dans un pays qui a un PIB de termitière, sont au cœur du problème !
      C’est le gouvernement malien et ses voisins sahéliens, qui ont les manettes pour peser bien plus sur ce volet.
      Donc aussi sur le contrôle de tous les stocks gouvernementaux d’armes et de munitions, et sur une meilleure protection de ces stocks.

      Un peu comme pour les drogues, s’attaquer aux consommateurs et petits dealeurs est utile et nécessaire, mais bien moins efficace que lorsque des réseaux logistiques et financiers sont supprimés.
      S’attaquer aux sources, être « au contact », c’est peut-être aussi là qu’il faut produire l’effort et apporter une aide extérieure plus importante au Mali ?

  9. dompal dit :

    Ouais, on va dépenser des millions d’euros pour essayer de faire durer le plus longtemps possibles ces vieilles merdes au détriments de la vie de nos soldats alors qu’il y a d’autres alternatives possibles.

    Mais qd l’AF achète un matos, c’est pas pour le mettre au rebut au bout de 30 ans, peu importe que les menaces aient évoluées ou non.

    Après, c’est sûr, ce ne sont pas les fils ou filles de ministres/députés/sénateurs/idiots du village ou CEMA-T qui partent en opex dans ces cercueils roulants !!! 🙁 🙁 🙁

    Pourra-t-on un jour avoir de vrais décideurs, anciens de l’AT (cela englobe tous ceux qui sont au sol – pas seulement ceux de la Bif’) pour ‘concevoir’ des vhl performants qui correspondent à l’attente de nos soldats ????

    Ouais, je sais bien, j’habite à côté de Lourdes et j’espère toujours un miracle pour nos soldats……! 😉

    • dolgan dit :

      le politique (comme dans quasi tous les domaines) ne fait que signer la feuille, c’est les militaires qui définissent les besoins et la manière d’y répondre.

      • John dit :

        Etes vous sûr que les militaires ont voulu une mise-à-jour plutôt qu’un remplacement du VBL?

      • dompal dit :

        @ dolgan,
        Quels sont les ‘militaires’ qui ont décidé pour construire cette merde ?
        Des gus qui n’ont jamais foutu les pieds dans les protos d’un vbl sans doute ? 🙁
        Donc c’est qui ???

  10. Faublas dit :

    la meilleure ouverture d’itinéraire est de passer hors des pistes, là où tout ne peut pas être miné; suivre une piste, c’est dire où on passe… revoir les consignes.
    Faut faire simple, simple… et encore plus simple !
    Et il a des années, dans la lutte contre l’ANC, les surfas avaient des engins à bas de caisse en BV pour chasser le souffle.

    • dolgan dit :

      c’est ce qu’on fait depuis le début. l’ennemi s’est adapté depuis longtemps. Quand il apprend qu’on est au village A, il place des IED au hasard dans la zone enterré dans le sable. Si on passe dessus, c’est gagné. Sinon, il vient le récupérer et attend une autre occasion. C »est pour celà qu’ils sont petits: ils doivent pouvoir être cachés et mis en oeuvre rapidement. Rien ne ressemble plus à un berger local qu’un GAT qui vient d’enterrer un IED.

      nous on a des VAB qui valent 100fois les bouses bricolées des sudafs et on trouve ça juste.

    • jyv58 dit :

      « Bon Dieu! Mais c’est bien sûr! » (R Souplex, les 5 dernières minutes). Mais pourquoi personne n’y a-t-il pensé ici ou là-bas? Il faut vite aller poser votre candidature au Ministère des Armées pour les éclairer. Ces énarques et anciens élèves de l’Ecole de Guerre ne sont plus assez concrets. Y compris les généraux qui sont sur place. Probablement à passer leurs temps à boire du jus de gingembre au frais non?

      Je vais me réveiller:shock:

    • Wrecker47 dit :

      Bien dit camarade !

  11. Lagaffe dit :

    Ok, le VBL est totalement dépassé, c’est pas nouveau et pour la énième fois on peut faire le même constat : la solution logique est donc de changer de véhicule le plus vite possible et pas de le rafistoler et l’alourdir à coup de tôle dans une version « ultima » à la noix pour le garder 10 ans de plus !
    Des véhicules mieux protégés sont déjà disponibles sur catalogue, on attends quoi ?

    • 에르메스 dit :

      C’est pas 14-18 avec toutes les usines réquisitionné pour produire rapidement 100 véhicules par semaine.
      .
      On fait pas durer dans le seul but de faire chier les opérationnels.
      On fait durer parce que ça prend du temps de développer une solution viable voir efficace.
      On fait durer parce qu’on a pas une industrie de guerre capable de produire à grande échelle le matériel pour un remplacement dans l’année (Et c’est certainement pas le but recherché, ça serait économiquement pas viable).
      On fait durer parce que… Même si en effet il existe des solutions intéressante, elles ne sont pas pour autant révolutionnaire, ce qui ne justifie donc pas l’achat de tels solutions au détriment d’une autre plus intéressante.
      .
      Il faut comprendre qu’on est quand même sur un système de petite taille et devant rester léger, y’a pas moyen de rendre le truc insensible à 300kg de TNT sous le buffet…
      .
      Oui on est trop lent, c’est un fait, mais malheureusement, la planification militaire a du mal à gérer les projets simultanée…

      • Ulysse dit :

        On fait durer parce-que on a pas su anticiper et/ou qu on a priorise d autres équipements dans les limites d’un budget contraint.

      • John dit :

        Quand il y a un besoin urgent, l’armée doit pouvoir acheter sur étagère.
        Elle l’a déjà fait en achetant 15 Nexter Aravis pour l’Afghanistan.

        Sur étagère, il y a les Mowag Eagle V, les Iveco LMV, les Dingo, Thales Hawkey, MATV de Oshkosh…
        Bref, il faut une commande répondant au besoin en opération dans cette région. Si 200 VBL sont utilisés, alors 250 véhicules sur étagère en attendant que le programme soit lancé pourrait suffire.

      • John dit :

        P.S qui parle de solution révolutionnaire?
        On parle de solution adaptée à la grosse menace que sont les ied.
        Seuls les VBCI, Aravis, et VBMR Griffon et VBMR-L Serval sont conçus pour contrer cette menace. Une conception de ce genre protège réellement les soldats.

    • NRJ dit :

      @Lagaffe
      Si vous voulez acheter des Hawkei, je vous rappelle que ces véhicules ne sont pas faits en France mais en Australie. Déjà que tout le monde critiquait quand on parlait d’acheter des HK allemands….

      Dire que le VBL est dépassé est faux. C’est un véhicule de reconnaissance, donc quoi qu’il arrive il sera remplacé par un autre véhicule également vulnérable car c’est bien le principe du véhicule de reconnaissance que de sacrifier sa protection et son emport pour gagner en agilité.

      La question est la suivante: l’apport de blindage initial qu’apporterait un nouveau blindé en vaudra t’il le coût financier par rapport à une évolution de notre VBL actuel ? Dit simplement, ne risque t’on pas d’acheter très cher de nouveaux véhicules de reconnaissance pour un gain de protection marginal ? La réponse est du côté des états-majors. Mais eux disent clairement non. Si on peut faire une critique, à mon avis, c’est de ne pas avoir commencer à améliorer la protection des VBL plus tôt. Il y avait sans doute d’autres priorités…

      • ULYSSE dit :

        Le problème est la lenteur des cycles de renouvellement du matériel. La politique est de les user jusqu’à la corde, indépendamment de l’évolution des nécessités d’emploi et des technologies.

        • NRJ dit :

          @Ulysse
          Sauf si le matériel est effectivement complètement inadapté, il n’y a pas forcément raison de le changer. Je vous rappelle que le VBL n’a que 30 ans max.

          Après c’est quand il arrive au bout de sa durée de vie qu’on peut regarder pour avoir un système plus adapté. Mais on ne va pas quand même pas remplacer des milliers de véhicules tous les 10 ans.

      • Royal Marine dit :

        « Il y avait sans doute d’autres priorités… »
        Oui! La mise en œuvre de la RGPP, des Bases de Défense, et la baisse continue des budgets avec attrition des effectifs… Merci qui?

        • NRJ dit :

          @Royal Marine
          Les pays occidentaux ont tous fait l’erreur de penser, non sans raison (osez me dire que vous prévoyiez en 2005 l’explosion actuelle des conflictualités), que la guerre du futur ne serait qu’asymétrique et qu’ils pouvaient donc se permettre de réduire les budgets. En France, ça a été Chirac, Sarkozy, Hollande. Aux US, ça a été Bush puis Obama. En Allemagne ça a été Schröder puis Merkel.

      • dolgan dit :

        pour augmenter la protection du VBL, il fallait augmenter son PTAC (une fois encore). Ce qui exigeait une refonte en profondeur du véhicule: moteurs, freins, amortisseurs.

        Après, il y a effectivement un un trou budgetaire à un moment qui a décalé tous les programmes mili de quelques années.

        • NRJ dit :

          @dolgan
          Je pense aussi. A la fin de la guerre froide, on avait un paquet de programmes dont on n’avait plus l’utilité (du moins le pensait-on) à financer (Rafales, chars Leclerc). Et les budgets eux baissaient, car les populations ne voyaient plus l’intérêt de payer alors qu’il n’y avait plus d’ennemi. Donc l’argent disponible pour était déjà fléché vers d’autres destinations que les VBL.

      • Alain d dit :

        @ NRJ
        Oui mais rien n’empêche d’imposer un assemblage de ces véhicules en France contre un commande.
        Mais évidement il faudrait certainement en contre partie accepter d’intégrer des pièces ou sous-ensemble réalisés en Australie, ce qui nuirait aux sous-traitants français.
        Donc ça me parait improbable.
        Pour que ce genre de coopération fonctionne, il aurait été nécessaire que l’Australie et la France signent ensemble pour l’acquisition d’un même blindé, avec en parallèle deux lignes d’assemblages (France et Australie).

        • John dit :

          Ou alors un prêt de véhicules en attendant l’achat de véhicules produits en France.

    • vrai_chasseur dit :

      @lagaffe
      On attend quoi ? qu’ils soient fabriqués.
      Par ex. le Hawkei.
      Il est produit en Australie. La chaîne sort 50 véhicules par mois depuis nov. 2020 et aura ce rythme jusqu’à fin 2022. L’Australie en a commandé 1100. A ce rythme de production, faites le calcul en quelle année on les aura si on les commande maintenant …
      Même en les faisant produire sous licence, ou en parlementant avec le gouvt australien pour avoir un Hawkei sur 2 (et s’ils acceptent), ça prendra au moins 4 à 5 ans et encore. En plus, Steyr, le motoriste autrichien, ne sort que 80 moteurs de Hawkei par mois.

    • tschok dit :

      @Lagaffe,

      Vous êtes sévère: le VBL n’est pas totalement dépassé. C’est un bon petit véhicule. Il a encore toute sa place dans le parc des blindés légers de l’armée française. Simplement, on touche à ses limites d’emploi en environnement dense en IED, vu qu’il n’ a pas été conçu pour ce genre de théâtre. Donc, son adaptation darwinienne passe notamment par des kits de sur-blindage, pour le court terme.

      Mais pour le plus long terme, il n’y aura pas d’adaptation darwinienne de ce véhicule à l’environnement. Il va faire comme les dinosaures: il va disparaitre parce que, justement, ses facultés d’adaptation darwiniennes sont limitées. La météorite des IED a trop modifié le milieu. C’est acté.

      On pourra sans doute continuer à l’employer ailleurs et autrement, mais partout où il y a des IED utilisés par des gens malins, on sait que c’est fini pour lui. A moins qu’on parvienne à développer des techniques pour détecter les IED, d’une façon ou d’une autre. Dans ce cas, il revient dans la course.

      Mais ça, ce n’est pas une faculté d’adaptation darwinienne du véhicule à son environnement. C’est une faculté d’adaptation du « système Armée française » à son environnement. En fin de compte, même avec un autre véhicule, mieux protégé, on se heurtera de toute façon un jour où l’autre au même problème darwinien. Donc il n’est pas idiot d’avoir une approche systémique et pas exclusivement centrée sur le véhicule et son remplacement. Parce sinon, on passerait notre temps à remplacer le matériel, vu que tout matériel épuise un jour ou l’autre son potentiel d’adaptation et en pratique ça se passe plus vite qu’on ne peut remplacer le matériel.

      La course à l’adaptation permanente des armes au champ de bataille ne peut donc plus être exclusivement centrée sur le remplacement du matériel quand les évolutions sont trop rapides. On est obligé de mettre un peu de systémique dans l’histoire, sinon on perd la course.

      Donc, tous ceux qui fonctionnent en restant centrés sur la question du remplacement pur vont faire la gueule et pas comprendre ce qui se passe. Et ils vont dire qu’on est des cons, qu’on se laisse faire, que c’est la faute à l’Europe, aux zélites, toussa, quoi. Et on retombe dans des discussions à la con alors que c’est Darwin le problème.

  12. tartempion dit :

    Madame Parly gesticule depuis qu’une recherche en responsabilité à l’initiative d’un collectif de familles fait son chemin , une action qui fait suite à la mort de soldats français mettant en cause à la défaillance d’un matériel vétuste. Un problème parfaitement connu mais malgré tout utilisé par une armée « victime collatérale » du manque de discernement et d’engagement du pouvoir politique actuellement en place. A quand un quoi qu’il en coûte pour fournir à nos soldats un matériel digne d’un pays comme la France Madame Parly???

  13. Acheter au plus vite sur étagère des blindés Hawkei construits par Thalès pour l’armée australienne

  14. felipe dit :

    il me semble qu’à la guerre, le risque de mourir existe mais ce n’est pas une raison pour forcer son talent. il me semble aussi que l’ennemi a le droit d’être intelligent et d’observer nos habitudes , nos pratiques , ces fameuses TTPs. Il me semble enfin que les experts en « modernité militaire » adhèrent avec entrain à la doxa générale de la protection absolue, en oubliant qu’avant d’être protégé par de la ferraille, on est surtout protégé par son imagination en utilisant des modes d’action qui sortent des habitudes.
    dans le cas du VBL qui reste un outil remarquable quoiqu’on en pense, il convient de se rappeler sa finalité : la recherche du renseignement avec le blindage minimum pour éviter une rafale malencontreuse au con du bois.
    sauf que nos chefs sont coincés entre le bons sens tactique et la pression politique/mediatique qui se résume à : « pas de mort en opération, surtout à l’approche de 2022 (comme en 2012 en afghnistan). le paradoxe est fort car la première solution serait d’accepter le risque tactique – et donc politique. la deuxième solution serait aussi de sortir des mauvaises habitudes : à savoir le convoi bien organisé, prédictible, sur des axes connus de l’ennemi qui n’a pas besoin de placer des IED de 50kg quand il en faut seulement 15 pour détruire le « maillon faible  » de la colonne.
    donc ??? inutile de faire croire que rajouter X kg de blindages ou de tehcnologies (cherement payées) vont nos amener au zero mort. pensons plutôt à utiliser ces VBL et les unités qui les utilisent (surtout la cavalerie légère) comme des unités de cavalerie légère : hors des pistes, en nomadisation et couplées avec les forces locales dotées elles de PICK UP encore moins blindées mais plus rapides. la première piste serait plutôt de donner une vraie mobilité tous terrains à ces engins et de les employer en détachements interarmes de contrôle de zone hors des pistes une fois encore.
    pour terminer , le VBAE, leSERVAL, le GRIFFON,ou le JAGUAR pèseront tous moins que le VBCI. la question des IED ne sera pas résolue. la solution n’est pas dans le toujours plus de blindage mais dans le mode d’action

  15. Le Breton dit :

    Il faut dire que le VBL n’a jamais été prévu pour passer sur ces méchants objets.

  16. Ghostrider dit :

    @ bravo Fred. respect.

    « l’état-major est en train de mener une réflexion sur l’usage des VBL » … je crois rêver, mais à quoi ils servent ces huiles, nom de . … couper leurs salaires. mais ca fait 20 ans que cette réflexion aurait dû être closes. Et ils nous réservent les kits de protection de l’ afgha.. Non mais sincèrement mais qu’il se qu’il foutent dérriére leur bureaux ?

    Fred, coup sur coup des pertes importantes sur VBL par IED sont devenues politiquement hyper sensible. Le souci est qu’il se réveille d’une léthargie connue depuis trop longtemps. De mon intuition, vu que la patate est devenu brûlante, au mieux les VBL vont disparaître des têtes de colonne ou missions trop exposé IED au pire une grande partie du parc ne vas plus décoller des bases. en attendant je le répète, sur le court terme, toute solution de renforcement par kit ou par la version Ultima ne vas solutionner le problème c’est totalement irresponsable et irréaliste pire on vas s ‘enfocer et les pertes vont continuer.

    • NRJ dit :

      @Ghostrider
      « toute solution de renforcement par kit ou par la version Ultima ne vas solutionner le problème ». Mais le problème n’a pas de solution. On a besoin de véhicules de reconnaissance, donc de véhicules sur lesquels on sacrifie la protection pour l’agilité et la furtivité. On peut les remplacer mais fatalement on aura toujours le même travers quelque soit le véhicule qu’on achète. On ne peut pas avoir intégrer l’agilité et la furtivité du VBL avec la protection du char Leclerc. Ce n’est pas physiquement possible. Il faut l’accepter.

    • Ulysse dit :

      La politique est devenue l’art de l’affichage, comme réponse à la pression médiatique.
      Ceux qui accèdent aux manettes sont ceux qui auront su inscrire leur action dans ce perpétuel écran de fumée.

  17. arnaud dit :

    J’adore tous ces commentaires tonitruants et péremptoires sur les incompétents de l’EM…et les pseudos solutions débiles.
    La guerre n’est pas un jeu vidéo et il y a des pertes que l’on doit minimiser mais inévitables.
    Croire qu’enlever le vbl améliorera la situation c’est vraiment ne rien comprendre et ne jamais réfléchir. Les GÂT mettront 30 ou 50 kg pour un vbci et ce sera pareil.
    Il n’y a pas de solutions miracles, il faut du renseignement, de l’imagination, s’adapter, innover, et être en éveil. Le CEMA et le CEMAT sont des opérationnels et feront tout pour leurs soldats.
    Pour les soldats du clavier qui éructent, lisez les livres d’histoires.

  18. Stéphane Leroy dit :

    Rajouter du blindage pour contrer l’ied d’aujourd’hui…
    Voilà la solution…
    Le type d’en face va donc renforcer son ied, pour surpasser l’ajout de surblindage…

    On va donc rajouter du surblindage au surblindage du blindé initial…
    Du coup, le type d’en face…

    Bref, soit on change radicalement la doctrine d’emploi de ce buggy blindé, avec lequel quoi qu’on en dise, je me suis éclaté à Sarajevo autrefois…
    Soit on déploie de suite les Leclerc en ouverture d’itinéraire, on gagnera du temps..

  19. albatros24 dit :

    C’est pourtant simple…
    Dès que possible, les VBL mais aussi les VAB à vendre aux civils étatsuniens avec les FAMAS les PAMAS et les AA52
    Ou à démonter et à stocker dans certaines grottes de la Dordogne : cela fera des subsides pour les armées, puisque les armes sont en libre accès dans ce pays et que nous sommes à un sous près

  20. LHT dit :

    C’est une dénomination de « l’industriel » (artisan serait plus juste mais ce n’est pas sympa pour les artisans) qui fabrique le VBL. Ce n’est pas une dénomination utilisée dans les forces armées françaises qui ne connaissent que le VBL et, un jour, le VBL ULTIMA. Quand il sera prêt.
    Sinon, beaucoup d’approximations dans l’article et dans les commentaires…

  21. Thierry dit :

    Je suis juste trop content de ne pas avoir à me balader dans ces engins là qui sont aussi peu pertinent que des pingouins dans le désert.
    Quelque soit l’épaisseur de la boite de conserve, il y aura toujours l’ouvre boite qui va avec.

    • Mat49 dit :

      @ Ma biquette tout à fait, la course de l’obus contre la cuirasse. En revanche un véhicule léger est approprié dans le désert. La preuve GCP et GCM vous mettent la misère à bord de… Toyota!

      S’il y a un ouvre boîte encore faut il qu’il atteigne la boîte…

  22. Jean Lagaillarde dit :

    alors je dis certainement une bêtise, mais ne serait il pas possible d’acheter un lot de véhicule sur étagère, que l’on mettrais sur zone, au Mali, et nos VBL, à la maison. Ces véhicules resteraient sur place pour armer les unités qui viendraient en OPEX, sur l’Afrique. Du coup, on aurait pas besoin d’en acheter beaucoup, on pourrait avoir du retex rapide, sur le véhicule qui pourrait remplacer, à terme nos VBL.

  23. Wrecker 47 dit :

    Ajouter du poids en surblindant le VBL est une connerie sans nom !Il suffira au piègeur d’auhmenter la charge pour le faire sauter en l’air !Cela est valabble pour tous les véhicules blindés quelque soit l’épaisseur ! Faut juste changer de pratique avec les véhicules et les faire sortir des pistes classiques ,là ou il n’y a « pas de traces de pneumatiques  » et se servir pour l’ouverture de piste des VBL ! Vive la RECO immédiate en convois ! En particulier pour les points de passage-obligés !
    Tous les engins qui » sautent »( sur mine ,IED ou autres PAC ), même blindés provoquent des blessures à ceux qui sont dedans en retombant au sol ,quelque soit l’épaisseur du blindage !

    • tschok dit :

      Vous voulez dire qu’un blindé peut sauter sur une mine quand il roule dessus ?

      Wow!

      Et vous l’avez dit aux militaires ou le scoop est seulement pour nous ?

  24. Sempre en Davant dit :

    Après tout ces articles et tous ces commentaires la confusion entre RECONNAISSANCE et ECLAIRAGE n’est toujours pas comprise.

    Comme la différence entre sur blindage et séparation de l’équipage et de la caisse.

    Comme le manque de capacités utilisables « en caisse » du « périscope » aux armes sous blindage…

    Heureusement, les quartiers des Hussards ne sont pas ouverts à tous : https://youtu.be/xnKSAEdITzs

    • Belzébuth dit :

      @ Sempre en Davant
      Opex360 a un large écho, il n’y a pas que des militaires et même parmi ceux-ci tous n’ont pas vu cet aspect technique dans leus métiers.

      • Sempre en Davant dit :

        C’est juste Belzébuth. Si j’ai bien fait les comptes, lors des vœux, OPEX fait presque 90 000 visite unique par jour!
        Sacré succès de du Pacha!
        Il me semble aussi qu’un nombre toujours croissant de militants politiciens viennent déconsidérer des commentaires pas assez politiquement correct pour leur goût. Bien des horreurs vraies ne sont plus dites pourtant car cela avait tourné en eau de boudin contraignant L. Lagneau a modérer à priori. Il a mieux a faire!

        Hélas des commentateurs militaires ne s’encombrent pas non plus de cette distinction ce qui est très regrettables. Car lorsqu’on sort un moyen de son domaine normal d’action soit c’est par connerie soit c’est a cause de carences… Le niveau hiérarchique de celles ci remontant les degrés vers les plus hauts sommets de l’État quand ça devient la règle.

        Deux éléments encore doivent faire tiquer :

        1) l’action de nos armées en OPEX est de plus en plus celle de force de police. Avec enquête, patrouille,… , dans des agglomérations. Donc moins d’itinéraires libres. Plus de shoufs et les portables…

        2) L’action de razzia-raid terroriste léger prive les armées régulières d’opportunité d’employer leurs force et de sortir des itinéraires. Le manœuvrant c’est l’autre. Être réduit à réagir c’est un désavantage qu’accroit la légèreté morphologique.

        Bref c’est en miroir les gènes à l’action des forces de l’ordre en métro ou presque… Bien sur il y a des constantes dans les opérations en Afrique mais il y a aussi des changements et des inerties. Ne pas nommer les choses n’aide pas.

        Avez vous lu https://www.athena-vostok.com/armees-et-si-on-changeait-de-paradigme ? Un excellent papier! Pile dans le moment et les sujets bouillants!