Le ministère des Armées annonce la création de l’Agence du numérique de Défense

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

12 contributions

  1. Tintouin dit :

    On crée donc une agence supplémentaire…
    Il va falloir définir très clairement le RACI (rôles et responsabilités) entre les différents acteurs Défense du domaine du numérique.
    Car sinon mon petit doigt me dit que cela va générer des bugs 😉 Qui seront couteux pour le contribuable.

  2. Thierry dit :

    manquerait plus qu’on confonde la DGNUM avec la DIRISI, la DUGOUDA, la DOLCEVITA, la DADADODO, la DIDJIUUUU ou la DOUDOU.

    ils ont encore des généraux désoeuvrés à caser alors ils nous bricolent une dérivation avec deux ou troix bureaux en parallèle, un peu de formalité en plus pour faire tourner la photocopieuse, un organigramme écrit au doigt dans le nutella et leur seul boulot c’est la réduction des coûts, quel qu’en soit le prétexte c’est la seule tache qui occupe en ce moment, économiser au moins de quoi financer leur service s’ils veulent durer.
    Ayez l’air occupé le général arrive…

  3. Ghostrider dit :

    @ tintouin .. même avis … je ne conteste pas l émergence du besoin … mais encore une énième chapelle dans une nébuleuse archi pléthorique et un risque de déviance bureaucratique. on ne peut rien simplifier .. non on rajoute des couches et encore des couches .. et quand on rajoute pas de couche, on applique une RGPP sans discernement ( voir le coût de l’évolution et du MCO sur le char Leclerc)
    http://www.opex360.com/2020/10/27/scorpion-la-renovation-des-chars-leclerc-risque-detre-beaucoup-plus-couteuse-que-prevue/

    fin 2020 : 120 % de dette sur PIB … planqué votre épargne et vos assurance vie .. .

  4. Maxime (le vrai) dit :

    Pitoyable. Un acteur de plus dans une organisation déjà ubuesque. Le but est bien sûr de donner plus de pouvoir à la DGA, au détriment des armées. Nous aurons donc plus de programmes qui n’aboutissent pas, et qui explosent les coûts. les industriels se frottent les mains !

  5. Félix GARCIA dit :

    Bonjour tout le monde,
    Federico Smith – Cyberespace | Conférence
    https://www.youtube.com/watch?v=H6anqCVNImY
    Vachement intéressante cette conférence, en complément de celle-ci :
    Marc Watin-Augouard – Enjeux de la souveraineté numérique | Conférence
    https://www.youtube.com/watch?v=CTk4uL6TfwI
    « Il y a des politiques qu’il faudrait fusiller tous les jours pour l’exemple ! » (à propos « des bataillons de jeunes chinois » en formation numérique VS « nos jeunes en psycho-socio »), j’ai éclaté de rire à cette phrase.

    J’ai moins ri en écoutant Marc EICHINGER :
    L’espion qui nous veut du bien ? Marc Eichinger
    https://www.youtube.com/watch?v=jGAjuM5Nb4A
    Les questions que celui-ci soulève sont à prendre en compte …

    Cordialement,
    Félix GARCIA

  6. Félix GARCIA dit :

    Je sais pas si c’est envisagé, mais voilà une chose à intégrer dans « des modèles numériques » :
    LA THEORIE DE LA REINE ROUGE

    « On a longtemps pensé que les bactéries dangereuses étaient malignes et surarmées. Cette très jolie théorie – qui s’applique bien aux Hommes – a été développée par le biologiste américain Leigh Van Halen, qui l’appelée « théorie de la reine rouge ». Elle est inspirée du livre de Lewis Carroll, « De l’autre côté du miroir ». A un moment de l’histoire, la petite protagoniste court à côté de la reine rouge et, bien que courant de toutes ses forces, elle voit que le paysage ne bouge pas. La reine rouge lui lance alors, énigmatique : « Il faut courir tout ce que l’on peut, pour simplement rester à la même place. » Cette histoire est devenue significative de la course aux armements, pour Van Halen ; la course entre parasites et hôtes, où il faut courir tout le temps pour rester à la même place, parce-que l’autre court et, sinon, il vous dépasse et vous tue.
    Cette vision appliquée aux bactéries est toutefois fausse. Les bactéries, dans un certain nombre de circonstances, quand elles sont spécialisées dans un mode donné, perdent la nécessité d’être régulées par les apports nutritionnels, la chaleur, la composition en sels et, en perdant ces gènes, deviennent plus rapides et, par voie de conséquence, plus virulentes. C’est intéressant car ajouter et ajouter encore des gènes de virulence aux bactéries, pour en faire des armes terribles telles que les rêvent n certain nombre de responsables militaires, est en réalité inefficace. Peut-être que demain certains essaieront de détruire les gènes de régulation (« gènes de non-virulence ») pour voir si l’on arrive à créer des « bêtes de guerre ». Mais, en tout cas, les efforts faits dans l’autre sens ont tous été inutiles, simplement parce-que ce n’était pas la voie sur laquelle les choses avancent. Les bactéries tueuses ne sont pas plus malignes, ni surarmées : au contraire, elles sont folles et ne savent plus se contrôler.
    Avec mes collaboratrices Vicky Merhej et Kalliopi Georgiades, nous avons pu démontrer que le monde des gènes baptisés « facteurs de virulence » pendant trente ans ne correspondent à rien, hormis les toxines. Ce fut un grand choc, le jour où nous avons introduit dans une banque informatique tous les « facteurs de virulence » et démontré que les bactéries les plus anodines (les bactéries de l’environnement) avaient beaucoup plus de facteurs de virulence que les grands tueurs spécialistes. Les facteurs de virulence n’existent pas : il existe des toxines qui ont une activité de tueuses, claire, démontrable, et avec lesquelles ont peut obtenir une protection. C’est un point très important car les stratégies vaccinales pendant trente ans ont spécifiquement travaillé sur les facteurs de virulence, avec un échec coûteux. »
    « La Science est un Sport de Combat », Didier RAOULT, p. 398-399

    Nombre d’Or, ADN et COVID-19
    https://marchenry.org/2020/05/27/19%E2%80%A2nombre-dor-adn-et-covid-19/

    Cordialement,
    Félix GARCIA

  7. Bobo dit :

    Une des missions de cet instrument sera de veiller au soutient des intérêts nationaux face à des tentatives extérieurs de déstabilisation ou de dénigrement par le canal de l’information ! Le problème c’est qu’on se heurte de plus en plus sur les réseaux sociaux à la stratégie Trump qui est de mentir et réfuter jusqu’à l’absurde certaines affirmations quand elle ne servent les intérêts de certains. Au final, on se retrouve avec de l’information totalement « photoshopées  » ou plus personne n’y voit clair ! Or de plus en plus de groupes nient les évidences afin de ne pas concéder sur leurs erreurs ou infériorité. Espérons que l’éthique fera partie du cadre de ce nouvel organe !

  8. Poorfhendeur dit :

    Belle image pour argumenter l’article…

    Demande de pension militaire d’invalidité…

    Heu ?…

    On doit avoir peur ou pas ?

  9. KEITH dit :

    Et une agence de plus, une !
    Si se saisir de la question du numérique et de la gestion de la donnée est essentiel et constitue une urgence, ce n’est pas en créant une Xième agence que l’on va gagner en efficacité.
    Toutes ces structures Théodule travaillant en tuyau d’orgue et non en matriciel, elles passent davantage de temps à se concurrencer qu’à avancer conjointement. Il suffit de regarder ce qu’il se dit de l’agence innovation défense.
    Bon vent tout de même !