CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

L’Otan craint un retrait précipité d’Afghanistan, qui « risquerait de faire perdre tous les acquis »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

71 contributions

  1. Bricoleur dit :

    Il est temps de poser la question:  » Que pourrait être une OTAN sans les Etats-Unis? » … Vous avez 4 heures !

  2. dolgan dit :

    Quels acquis? Le Pakistan a repris le contrôle indirect de son voisin et le pays est redevenu une base arrière sure pour les futurs ben laden.

    Il me semblait acté que la situation était désormais simple: les US tentent d’acheter chaque chef de tribu (ou de groupe de combattants) pour que leur retrait puisse se faire en bon ordre plutôt qu’en déroute.

  3. ScopeWizard dit :

    Rien que d’ après le titre de l’ article , je pressens -ce qui me concernant ne date pas d’ aujourd’hui , je m’ en étais d’ ailleurs ouvert il y a peu- le même genre de déconvenues à savoir que l’ Armée Française va bientôt devoir se retirer du Mali ( et peut-être pas que du Mali ) avec des conséquences similaires car personne ne prendra la relève………….

    Tout ça pour ça , quoi !

    L’ erreur majeure consistant d’ après moi à faire une guerre contre le terrorisme qui n’ est qu’ une tactique ; le fond du problème étant plutôt l’ Islam et ce que certains en font in concreto , ce qui évidemment par son abstraction est cent fois plus difficile à bouger …………..
    En gros , il manque un ciseau à notre paire de ciseaux ………….

    À ce sujet , j’ ose brièvement rappeler qu’ au cours du XIXème siècle , il y avait des gens à qui l’ on donnait la parole qui expliquaient que toutes ces histoires de religions n’ étaient que de la connerie , de la foutaise , que rien de leurs divers récits ne tenait debout mais uniquement imaginé dans des buts de contrôle et d’ asservissement des foules pour le meilleur mais aussi pour le pire……………

    Et il est néanmoins vrai que , quelle que soit la religion , consacrer sa vie à quelque chose dont l’ existence n’ a jamais été prouvé peut être excessivement dangereux même si bien évidemment la magie présente nombre d’ atours des plus séduisants vis à vis desquels notre propension au mysticisme sait si bien s’ accommoder…………

    Donc dites moi , vous les entendez beaucoup de nos jours ces gens-là ?
    Inutile car tout le monde est religieux ?
    Ah oui c’ est sûrement ça .

    Et vouala !………….

    Poltron dans l’sofa ………………. 😉

    • Marco dit :

      Au 19e? Les athées n ont pas attendu le 19e pour exister ni pour disparaître. Mais réduire la foi au contrôle et à l asservissement, c est n avoir rien compris, même au 21e siècle !

      • ScopeWizard dit :

        @Marco

        Étaient-ils si libres d’ exprimer leurs idées du temps où l’ Église était toute puissante ?

        Qui a parlé de réduire la foi ? Je me suis simplement contenté de résumer l’ idée directrice en vigueur après la Révolution Française , celle qui a entre autres permis l’ émancipation des esprits par l’ école et l’ enseignement des savoirs tels ceux relatifs aux sciences exactes qui ont malheureusement servi de terreau à l’ éveil au Matérialisme qui de nos jours a pris une telle ampleur qu’ il se substitue à la foi en Dieu lui-même , ce que personnellement je déplore car tout cela est bien trop déséquilibré et nuit terriblement au Spirituel …………

      • Yannus dit :

        Bonjour,
        je crois que celui qui résume le mieux la foi est encore Jésus d’après Jean 20.29 :
        Parce que tu me vois tu crois, heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru.
        Dans l’histoire, Thomas veut adopter une démarche scientifique expérimentale: il veut mettre ses doigts dans les trous de Jésus.
        ………………
        Cette histoire illustre bien le problème et l’incompatibilité que pose l’acte de foi par rapport à une démarche plus philosophique. Donc la foi a un coté plutôt réducteur puisque l’acte de foi impose de ne même pas chercher à vérifier quoi que ce soit pour être valide.
        Par contre je n’étais pas au courant de la disparition des athées que ce soit au 19e , 20e et 21e siècle.
        Si vous avez des infos la dessus je suis preneur.

        • ScopeWizard dit :

          @Yannus

          Bonjour ! 🙂

          Non , les athées n’ ont pas disparu , ils n’ ont plus la parole , nuance .

          Succinctement et grossièrement précisé ………

          Nulle part , en nos médias de grande diffusion vous ne les entendez librement s’ exprimer tel que cela pouvait être le cas il y a des décennies lorsque le fait religieux était si contesté et en perte de vitesse quant à son pouvoir .

          Avec ce retour au choc des civilisations à travers les religions dont l’ Islam s’ avère être le fer de lance , le poids de la parole Athée est bien moindre et en gros se résume à « je crois VS je ne crois pas » , exit les raisons pour lesquelles vous ne croyez pas , pas même d’ approche rationnelle ou scientifique , apparemment il faut pas , ça foutrait le bordel plus qu’ autre chose .

          Par exemple , à ma connaissance , jamais rien sur le fait avéré que rien n’ a encore jamais été trouvé quant à l’ existence de Moïse pourtant fils « adoptif » de Pharaon sauvé des eaux ……………. à moins que la ou les preuves découvertes demeurent cachées , dans ce cas pourquoi ? C’ est tout de même une référence de taille autant pour le Judaïsme que pour la Chrétienté que pour l’ Islam ………….. enfin , me semble t-il ………………..

          Mais bon , je ne suis pas spécialiste , j’ essaie de me faire une idée .

          Concernant la définition de la foi , très bon choix illustratif ! 🙂

      • Celtibère dit :

        Alors je ne dois avoir rien compris à l’histoire des religions, ni à l’histoire tout court. La foi, c’est de l’aveuglement irrationnel, du pain béni pour tous les manipulateurs, rois, empereurs, petite et grande « noblesse », évêques et autres détenteurs de pouvoirs. Les conversions forcées et la chasse aux païens dans la Gaule romaine finissante, l’extermination des Cathares, les guerres de religions et le massacre de la saint Barthélémy, l’inquisition et ses moines psychopathes, Giordano Bruno sur le bûcher, le chevalier de la Barre écartelé etc. Tous ceci n’avait bien entendu rien à voir avec le contrôle et l’asservissement des peuples. Si les lois de la physique permettaient le voyage dans le passé, je retournerais bien faire un sort aux deux plus grands fouteurs de merde planétaire, Jésus et Mahomet.

        • ScopeWizard dit :

          @Celtibère

          Vous , je dirais que vous avez tout pigé ! 🙂

          Cela étant , comparer Jésus et Mahomet ……………….

          Disons que la foi peut être riche d’ épanouissement personnel ainsi que de partage pour le plus grand bien de tous comme de la planète mais aussi , par tous ces aspects irrationnels , elle peut être le plus meurtrier des instruments dès lors qu’ elle s’ exprime en suivant un « mode d’ emploi » constitué d’ un dogme suivi d’ une doctrine tendant vers une vision Manichéenne du Monde avec les « bons » d’ un côté , les « méchants » de l’ autre ; sachant que bien évidemment ne doivent rester que les « bons »…………..

          Du moins est-ce ainsi que je vois la chose …………

        • Donald dit :

          @Celtibère
          Personne ne vous demande de croire. Les deux ont eu leur vie et leur sort dans le contexte de l’époque où ils ont vécu.

          Concernant Jésus, selon les écrits des évangiles (disponible en librairie),
          ==> Il n’a tué personne,
          ==> D’origine humble dans une famille juive, il a eu une vie pratique et intellectuelle hors de la norme,
          ==> Il a été bienveillant avec les plus faibles et déterminé avec les plus forts,
          ==> Il a été capable de réaliser des choses surprenantes, que beaucoup ont trouvé miraculeuse,
          Hélas, hélas, hélas
          ==> Le seul tord qui lui a été reproché c’est d’avoir blasphémé.
          ==> Pour cela il a été condamné à mort.
          ==> Pour être arrêté, il fallait l’identifier, il a donc été trahi pour 30 deniers,
          ==> Il a été livré à l’action d’une foule haineuse pour une partie et miséricordieuse pour une autre.
          ==> Crucifié, sur la croix il était comme tous les autres; un homme supplicié jusqu’à la mort.

          C’est 3 jours plus tard, que les choses changent au point qu’une religion de la rédemption sur les ténèbres prônant l’amour de son prochain est apparu.

          Pour Mahomet … à vous de vous renseigner s’il faut comparer.

    • Donald dit :

      @ScopeWizard
      Les enfants de ceux que vous cité sont allé en procession à Neauple le Chateau … Mais grand Dieu pourquoi donc ?
      Depuis on n’arrête plus que de parler d’Islam.

      Pourtant il y a d’autre salon de thé !!!

      • frank dit :

        @ Donald Ouais, c’est bizarre, que l’on ne cesse de parler d’islam. D’islamisme. D’islamosphère.
        Certains déviants parlent même d’islamo-gauchisme! Un comble.
        Pour quelles raisons? L’abus de thé, probablement.
        Pour rappel, il y a 51 pays musulmans dans le monde.
        Donc, autant de salon de thé à disposition de ceux qui n’aiment pas nos infusions locales, si je vous suis.
        C’est si bon, le thé, quand il est siroté dans son pays de production…
        Circuit court, écologie, culture raisonnée, permaculture, bien-pensance, béatitude bobo, soleil et autosatisfaction.
        C’est donc effectivement incompréhensible de vouloir venir boire du thé en France.
        Sauf si vous avez une autre explication? Qui n’a rien à voir avec le thé.

        • Donald dit :

          @Franck

          Je n’ai aucun problème avec le thé. Il n’y a pas que 51 pays qui boivent du thé. Essayez celui de Géorgie.
          Maintenant pour les constipés, ils peuvent aussi prendre des pruneaux. Ceux d’Agen sont parfait pour cela.

          Sur le fond, que la gauche soit cocu dans cette histoire est parfaitement normal, vu sa politique de transformation de la société française depuis des décennies. Cela n’excuse pas la droite, ni la sphère patronale de ces conneries. En demandant à dresser un mur entre l’Islam et l’Islam Politique, même le CFCM commence à être clair, nettement plus que ceux qui s’amusent à jouer de la rhétorique islamique. Reste à mettre le curseur du mur au bon endroit pour que la France reste la France. Vaste boulot.

          Avant la révolution iranienne on ne parlait jamais de musulmans ou d’Islam. Voilà le sens de mon message à Scope.

          PS : Je propose l’envoi en urgence d’un container de pruneaux à Erdogan.

          • Frank dit :

            @ Donald Ben…Non.
            « Avant la révolution iranienne on ne parlait jamais de musulmans ou d’Islam », dites-vous.
            Sauf que le Wahhabisme date du XVIIIème, s’est accéléré dans les années 60 pour contrer Nasser et les Baas, et leur influence a continué vers l’Europe dès la période de la décolonisation, cad quand on a commencé à faire venir en masse en France les mêmes qui nous avaient pourtant signifié, dans le sang, que nos valeurs étaient incompatibles avec les leurs. Depuis, c’est OpenBar à chicha.
            Curieux aveuglement et douloureuse inversion. Dont on voit aujourd’hui le résultat.
            Quand aux frères musulmans, si chers à vos « amis » Quatari, ils datent des années 30.
            Donc, si la révolution iranienne de 79 a été, certes, un facteur aggravant du désordre, ce n’est pas la villégiature Airbnb de Khomeini dans le 95 qui marque le début de l’islamofascisme.
            Replongez-vous dans l’histoire récente de la péninsule Arabique, c’est passionnant de turpitudes et de lâchetés occidentales.
            Ceci pour vous éviter de désigner l’ennemi convenu par l’autre Donald et son allié comme le seul responsable de la situation actuelle.
            Et curieuse ironie, les Moudjahiddines de l’OMPI, organisation terroriste au gré de nos alliances, ont leurs quartiers à Auvers sur Oise. Pas loin de Neauphle le Château. Avec la bénédiction, et les subsides de l’Etat Français.
            Ne laissons pas DreuzInfo ou I24 placer le curseur ici, siouplait, en fonction des nouvelles et curieuses alliances récentes dans le Golfe.
            Parce que sinon, les cocus de l’affaire ne seront que les Français, de gauche ou de droite.
            Et ils l’auront mérité, s’ils ne se réveillent pas.
            PS: Merci pour les conseils culinaires, à moi comme au calife du Bosphore.
            Je ne devrais pas avoir du mal à trouver du thé Georgien ici, vu qu’ils sont un très gros contingent de pseudo « demandeurs d’asile » chez nous.
            Sauf que la Turquie produit plus de pruneaux que la France, et nous en exporte, et que pour faire un bon tajine, il faut, je crois, faire tremper les pruneaux dans…du thé.
            Vous voyez, rien n’est simple.
            Ensuite, à chacun son salon, ses obédiences et ses soumissions.

          • Donald dit :

            @Franck
            « Avant la révolution iranienne on ne parlait jamais de musulmans ou d’Islam » EN FRANCE. C’est mieux comme cela pour votre intellect.

            Je me doute qu’en Egypte sous Nasser, ou dans les partis BAAS il y avait des grincement de dents. Peut-être même en Tunisie sous Bourguibat. Je vous renvoi à la réponse d’un Nasser hilare sur ce sujet « Comment voulez vous que je voile toutes les femmes musulmanes. Alors que vous même qui me le demandé (référence à une autorité des Frérots) vous n’êtes pas capable de l’exiger de votre fille qui fait ses études de médecines, … (Rires dans l’assemblée) ».

            Je n’ai pas d’amis Quatari, rigolo. Et si j’en avait un pour rester mon ami il aurait intérêt à prendre en compte ce que je dis sur mon pays.

            Alors le pruneaux … toujours pas d’effet ?

        • Donald dit :

          @Franck
          Et si malgré les pruneaux cela ne passe pas … il faut consulter.

    • Frank dit :

      @ ScopeW  » consacrer sa vie à quelque chose dont l’ existence n’ a jamais été prouvé » dites-vous?
      Eh oui! Mais vous êtes injuste. Beaucoup d’esprits exceptionnels de notre Histoire étaient de fervents croyants, depuis tant de siècles. Ils nous ont laissé un héritage, libre à chacun d’y adhérer.
      Cet héritage, était-ce le résultat de l’oeuf de la poule? Ou son inverse? Ou autre chose?
      La religion, c’est un sujet extrême, que j’évite comme le Covid, pardon, la Peste.
      « Une fatigante solution de paresse », comme disait je ne sais plus qui, en se trompant lourdement.
      C’est plutôt Malraux qui avait raison.
      Remarquez aussi que, bien plus récemment qu’au XIXème, des scientifiques et biologistes brillants nous ont démontré leur excellence, devenues des vérités techniques incontestées. Mais toujours incomplètes, c’est bizarre.
      Par ex, J. Monod, son « Le hasard et la nécessité », ne se termine que par des questions d’ordre métaphysique.
      Ou E. Klein, qui nous définit le Temps, puis s’interroge sur la valeur réelle de sa démonstration.
      Et tant d’autres exemples.
      Comme ce sont des questions sans réponses, mieux vaut en voir plutôt les conséquences chez certains.
      Et surtout celles qu’elles induisent chez nous.
      Ces liens sur l’évolution de l’Afghanistan, et de tous les pays musulmans, en fait:
      https://www.curioctopus.fr/read/5946/vous-savez-comment-est-l-afghanistan-aujourd-hui-mais-quand-vous-verrez-comment-c-etait-il-y-a-50-ans-vous-n-en-croirez-pas-vos-yeux
      https://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2016/05/03/femmes-de-kaboul-avant-et-apres-275891.html
      Des exemples HS, mais révélateurs des bas du cortex.
      Regardez les images du Caire, de Palestine ou de Turquie à la même époque.
      Le Pb n’est donc plus de s’interroger sur le fait religieux, mais sur l’essence et les volontés de la seule religion qui pose problème.
      Et je crois pas que l’OTAN, son idiote utile aux ordres, soit bien placée pour donner le début d’une solution.
      Puisque sa raison d’être est devenue de « prouver » médiatiquement ce qu’elle ne veut, ou sait démonter.
      On a les prêtres et les dévotions que l’on mérite.

      • ScopeWizard dit :

        @Frank

        Oui , je vous suis .

        Personnellement , j’ apprécie beaucoup Étienne Klein , quelqu’ un toujours en ébullition intellectuelle mais très intéressant .

        Merci du lien ! 🙂

    • Castel dit :

      @ Scope

      Votre commentaire me rappelle la réponse d’un habitué de ce site à d’une de mes interventions lorsque j’avais écris qu’à tout choisir, le marxisme était quand même préférable à l’islamisme.
      Il m’avait répondu sur un ton méprisant, commençant par « camarade »
      A l’époque, je n’avais pas daigné lui répondre, mais , je vais profiter de votre intervention pour le faire ;
      La différence entre un régime marxiste et islamiste est que le premier promet le paradis sur terre et qu’il n’y arrive évidemment jamais, et donc, qu’à terme les populations concernées demanderont des comptes au régime, d’où la chute de la plus-part de ceux en place, et qui ne peuvent se maintenir qu’avec une dictature absolue comme en Corée du Nord, ou accepter de « manger son chapeau » sur la doctrine comme le fait la Chine, sur le plan économique, en attendant mieux…
      Par compte , contrairement à eux, les islamistes prétendent que le bonheur sur terre n’existe pas, et qu’il sera accordé seulement après la mort pour ceux qui auront respecté la « charia »
      C’est pour ça que le danger islamiste me parait plus grave que le danger marxiste, car, comme le premier maintien volontairement les populations dans l’ignorance, une fois en place, il peut durer indéfiniment, alors qu’il y a beaucoup plus de chance de voir le second s’effondrer , lorsque ces mêmes populations se rendent compte des affirmations mensongères de la doctrine !!

      • ScopeWizard dit :

        @Castel

        Fort bien observé et résumé ! 🙂

        Vous êtes donc parvenu à une conclusion très similaire à la mienne via un raisonnement très approchant de celui que j’ aurais pu exposer .

        C’ est bien ça ; raison pour laquelle le plus grand des dangers est dans nos murs , non à l’ extérieur et dans ce cas où se situe la priorité ? 😉

    • Joe dit :

      Camarade Wizard, je te réponds ici puisque les commentaires sont clos sur l’autre file.
      Je n’avais encore jamais vu quelqu’un qui n’avait rien à dire aimer autant s’écouter dans son bain d’autosatisfaction.
      Comme quoi, on est étonné chaque jour!

      • ScopeWizard dit :

        @Joe

        Kamarade Joe , tu sais ta tactique elle est connue ; et j’ espère pour toi qu’ il s’ agit bien d’ une tactique parce qu’ autrement c’ est que tu es complètement cintré .

        Prétendre voir dans tout ce que je t’ ai répondu rien de moins qu’ une « autosatisfaction » , c’ est n’ avoir strictement rien compris au film , ou refuser de réaliser à quel point je puis n’ avoir rien à faire de votre avis sur ma personne que vous ne déstabiliserez jamais malgré tant d’ efforts déjà vains………………

        Je vous répète que je sais me « contenter » , de préférence de peu ; mais si vous , vous préférez vous complaire dans une insatisfaction permanente , c’ est vous que ça regarde ; j’ en ai croisé quelques uns , c’ est vraiment pas des marrants , à commencer pour eux et leur entourage .

        • joe dit :

          Si vous savez vous contenter de peu, contentez vous de vous taire, ce sera déjà bien. Beaucoup de mots pour quelqu’un qui n’a que faire de l’avis des autres 😉
          Allez, bon vent.

          • ScopeWizard dit :

            @joe

            Me taire ?

            Vous osez m’ ordonner de me taire alors que je fais preuve d’ une si prévenante correction à vous répéter ce que vous avez tant de mal à entendre ??

            La question à mille balles serait : pourquoi est ce que vous cherchez à emmerder ceux qui en plus ne sont même pas venus vous provoquer ??

            C’ est pas du tout logique , donc y a un truc ; lequel ?

            Vous êtes bourré ou c’ est la cocaïne qui est périmée ? la marque n’ est pas bonne peut-être ? Ou serait-ce une question de dosage ?

            PS : c’ est con mais quand on me dit de me taire , j’ ai tendance à la ramener cent fois plus …………….. défaut d’ assemblage ou de programmation , sans doute …………. 😉

  4. jyb dit :

    Ou l’on comprend pourquoi l’otan crée un commandement de l’espace. Sidéral, comme la bêtise de stoltenberg.

    • ScopeWizard dit :

      @jyb

      Bonjour ! 🙂

      Faisant confiance à votre connaissance proche de l’ expertise de toute cette zone géographique et culturelle , d’ après vous quelle serait la meilleure marche à suivre , que devrait-on impérativement éviter et quelles erreurs parmi les plus conséquentes avons-nous commises ?

      En vous remerciant !

      • jyb dit :

        @jyb
        très schématiquement parce que le développement serait long et chronophage.
        Je rejoins assez les pistes qu’évoque @piliph infra.
        – première erreur. ne pas avoir acté la victoire sur al qaida et sur les talibans en 2003 en voulant poursuivre une oeuvre civilisatrice, et économique. orgueil et ignorance.
        (En passant je rappelle que c’est l’écueil que les français ont évité en actant la victoire de serval)
        – avoir subordonné le modèle social et culturel afghan à un mode de fonctionnement politique (démocratie parlementaire universelle)
        point délicat : on pouvait tout à fait proposer un modèle démocratique subordonné à la société afghane ( ce que j’appelle une république tribale au le yémen) avec un système censitaire qui reprendrait les formes traditionnelles de pouvoir en afghanistan (cf piliph) pistes ouvertes mais en tous cas ne pas nier dès le départ la réalité socio-culturel du pays.
        – Sinon les erreurs de parcours foisonnent. Selon moi et je l’ai dit depuis le premier jour. l’erreur qui a consacré la défaite us est d’avoir shooté le mollah mansour.
        mansour était un pragmatique, vénal, qui exprimait le besoin des populations de terminer ces conflits. de plus il était un fauteur de discorde chez les talibans qui s’opposait en deux grandes factions.
        Les usa ont cru que les talibans seraient encore plus fragilisé en tuant leur chef. perdu; akundzada a remis les talibans en ordre de bataille. j’avais le jour même du shoot de mansour dit « mais quel est le con qui a shooté mansour »
        Enfin conduire une guerre dans un pays bordé par la chine, la russie, le pakistan et l’iran sans chercher de solution inclusive est totalement naif. et criminel pour ceux qui y ont laissé la vie, en 2005, en 2008 et depuis 2014.
        à suivre.

        • ScopeWizard dit :

          @jyb

          OK , vu ! 🙂

          Oui , entre vous et @Piliph le tableau est des plus instructifs !

          Disons qu’ en matière de politique étrangère , les USA qui visent à ne défendre que leurs intérêts exclusifs sont plutôt nuls de chez nuls quant aux résultats obtenus .

  5. Plusdepognon dit :

    Beaucoup de contrats sont actuellement signés par les sociétés américaines en Afghanistan, ce qui laisse augurer d’une fausse reculade US étant donné que les routes de la soie chinoises passent par l’Asie centrale :
    https://www.diploweb.com/Pourparlers-interafghans-de-paix-de-Doha-du-retrait-des-Etats-Unis-du-renouveau-taliban-et-du.html

    https://theconversation.com/amp/tadjikistan-et-kirghizistan-deux-foyers-dincertitude-aux-portes-de-la-chine-148362

  6. Ron7 dit :

    Et, on remercie G-W Bush pour les bourbiers, Afghanistan et Irak !
    Montagne et sable… Presque 20 ans déjà !

    • Marco dit :

      Si Bush ou Blair avaient été dirigeants d un pays africain, ils auraient été traduits devant le tribunal pénal international et condamnés. Mais la justice, pour les gouvernants comme pour les particuliers, n est pas la même pour les puissants et les misérables .

    • DDV dit :

      ONU 14 février 2003, nous sommes la France

      « Monsieur le Président,
      Monsieur le Secrétaire général,
      Madame et Messieurs les Ministres,
      Messieurs les Ambassadeurs,

      Je remercie MM. Blix et El Baradei pour les indications qu’ils viennent de nous fournir sur la poursuite des inspections en Iraq. Je tiens à nouveau à leur exprimer la confiance et le plein soutien de la France dans leur mission.

      Vous savez le prix que la France attache, depuis l’origine de la crise iraquienne, à l’unité du Conseil de Sécurité. Cette unité repose aujourd’hui sur deux éléments essentiels :

      Nous poursuivons ensemble l’objectif d’un désarmement effectif de l’Iraq. Nous avons en ce domaine une obligation de résultat. Ne mettons pas en doute notre engagement commun en ce sens. Nous assumons collectivement cette lourde responsabilité qui ne doit laisser place ni aux arrière-pensées, ni aux procès d’intention. Soyons clairs : aucun d’entre nous n’éprouve la moindre complaisance à l’égard de Saddam Hussein et du régime iraquien.

      En adoptant à l’unanimité la résolution 1441, nous avons collectivement marqué notre accord avec la démarche en deux temps proposée par la France : le choix du désarmement par la voie des inspections et, en cas d’échec de cette stratégie, l’examen par le Conseil de Sécurité de toutes les options, y compris celle du recours à la force. C’est bien dans ce scénario d’échec des inspections, et dans ce cas seulement, que pourrait se justifier une seconde résolution.

      La question qui se pose aujourd’hui est simple : considérons-nous en conscience que le désarmement par les missions d’inspection est désormais une voie sans issue ? Ou bien, estimons-nous que les possibilités en matière d’inspection offertes par la résolution 1441 n’ont pas encore été toutes explorées ?

      En réponse à cette question, la France a deux convictions:

      la première, c’est que l’option des inspections n’a pas été conduite jusqu’à son terme et peut apporter une réponse efficace à l’impératif du désarmement de l’Iraq ; la deuxième, c’est qu’un usage de la force serait si lourd de conséquences pour les hommes, pour la région et pour la stabilité internationale qu’il ne saurait être envisagé qu’en dernière extrémité.

      Or, que venons-nous d’entendre, à travers le rapport de MM. Blix et El Baradei ? Nous venons d’entendre que les inspections donnent des résultats. Bien sûr, chacun d’entre nous veut davantage et nous continuerons ensemble à faire pression sur Bagdad pour obtenir plus. Mais les inspections donnent des résultats.

      Lors de leurs précédentes interventions au Conseil de sécurité, le 27 janvier, le Président exécutif de la CCVINU et le Directeur général de l’AIEA avaient identifié précisément les domaines dans lesquels des progrès étaient attendus. Sur plusieurs de ces points, des avancées significatives ont été obtenues :

      Dans les domaines chimique et biologique, les Iraquiens ont remis de nouveaux documents aux inspecteurs. Ils ont aussi annoncé la création de commissions d’investigation, dirigées par les anciens responsables des programmes d’armements, conformément aux demandes de M. Blix ;

      Dans le domaine balistique, les informations fournies par l’Iraq ont permis aux inspecteurs de progresser également. Nous détenons avec précision les capacités réelles du missile Al-Samoud. Maintenant, il convient de procéder au démantèlement des programmes non-autorisés, conformément aux conclusions de M. Blix ;

      Dans le domaine nucléaire, des informations utiles ont été transmises à l’AIEA sur les points importants évoqués par M. El Baradei le 27 janvier dernier : l’acquisition d’aimants susceptibles de servir à l’enrichissement d’uranium et la liste des contacts entre l’Iraq et le pays susceptible de lui avoir fourni de l’uranium.

      Nous sommes là au cœur de la logique de la résolution 1441, qui doit assurer l’efficacité des inspections grâce à une identification précise des programmes prohibés, puis à leur élimination.

      Nous sommes tous conscients que le succès des inspections suppose que nous aboutissions à une coopération pleine et entière de l’Iraq. La France n’a cessé de l’exiger. Des progrès réels commencent à apparaître :

      L’Iraq a accepté le survol de son territoire par des appareils de reconnaissance aérienne ; Il a permis que des scientifiques iraquiens soient interrogés sans témoins par les inspecteurs ; un projet de loi prohibant toutes les activités liées aux programmes d’armes de destruction massive est en cours d’adoption, conformément à une demande ancienne des inspecteurs. L’Iraq doit fournir une liste détaillée des experts ayant assisté en 1991 aux destructions des programmes militaires.

      La France attend bien entendu que ces engagements soient durablement vérifiés. Au-delà, nous devons maintenir une forte pression sur l’Iraq pour qu’il aille plus loin dans la voie de la coopération.

      Ces progrès nous confortent dans la conviction que la voie des inspections peut être efficace. Mais nous ne devons pas nous dissimuler l’ampleur du travail restant à accomplir : des questions doivent être encore élucidées, des vérifications doivent être conduites, des installations ou des matériels doivent sans doute encore être détruits.

      Pour ce faire, nous devons donner aux inspections toutes les chances de réussir.

      J’ai fait des propositions le 5 février devant le Conseil. Depuis lors, nous les avons précisées dans un document de travail adressé à MM. Blix et El Baradei et communiquées aux membres du Conseil.

      Quel est leur esprit ? Il s’agit de propositions pratiques et concrètes, qui peuvent être mises en œuvre rapidement et qui sont destinées à renforcer l’efficacité des opérations d’inspection. Elles s’inscrivent dans le cadre de la résolution 1441 et ne nécessitent par conséquent aucune nouvelle résolution du Conseil. Elles doivent venir à l’appui des efforts menés par MM. Blix et El Baradei. Ils sont naturellement les mieux à même de nous dire celles d’entre elles qu’ils souhaitent retenir pour assurer la meilleure efficacité de leurs travaux. Dans leur rapport, ils nous ont fait des commentaires utiles et opérationnels.

      La France a déjà annoncé qu’elle tenait des moyens supplémentaires à la disposition de MM. Blix et El Baradei, à commencer par ses appareils de surveillance aérienne Mirage IV.

      Alors oui j’entends bien les critiques :

      Il y a ceux qui pensent que dans leur principe, les inspections ne peuvent avoir aucune efficacité. Mais je rappelle que c’est le fondement même de la résolution 1441 et que les inspections donnent des résultats. On peut les juger insuffisantes mais elles sont là.

      Il y a ceux qui croient que la poursuite du processus d’inspection serait une sorte de manœuvre de retardement visant à empêcher une intervention militaire. Cela pose naturellement la question du temps imparti à l’Iraq. Nous sommes là au centre des débats. Il y va de notre crédibilité et de notre esprit de responsabilité. Ayons le courage de mettre les choses à plat.

      Il y a deux options :

      L’option de la guerre peut apparaître a priori la plus rapide. Mais n’oublions pas qu’après avoir gagné la guerre, il faut construire la paix. Et ne nous voilons pas la face : cela sera long et difficile, car il faudra préserver l’unité de l’Iraq, rétablir de manière durable la stabilité dans un pays et une région durement affectés par l’intrusion de la force. Face à de telles perspectives, il y a l’alternative offerte par les inspections, qui permet d’avancer de jour en jour dans la voie d’un désarmement efficace et pacifique de l’Iraq. Au bout du compte, ce choix là n’est-il pas le plus sûr et le plus rapide ?

      Personne ne peut donc affirmer aujourd’hui que le chemin de la guerre sera plus court que celui des inspections. Personne ne peut affirmer non plus qu’il pourrait déboucher sur un monde plus sûr, plus juste et plus stable. Car la guerre est toujours la sanction d’un échec. Serait-ce notre seul recours face aux nombreux défis actuels ? Donnons par conséquent aux inspecteurs des Nations Unies le temps nécessaire à la réussite de leur mission. Mais soyons ensemble vigilants et demandons à MM. Blix et El Baradei de faire régulièrement rapport au Conseil. La France, pour sa part, propose un nouveau rendez-vous le 14 mars au niveau ministériel, pour évaluer la situation. Nous pourrons alors juger des progrès effectués et de ceux restant à accomplir.

      Dans ce contexte, l’usage de la force ne se justifie pas aujourd’hui. Il y a une alternative à la guerre : désarmer l’Iraq par les inspections. De plus, un recours prématuré à l’option militaire serait lourd de conséquences.

      L’autorité de notre action repose aujourd’hui sur l’unité de la communauté internationale. Une intervention militaire prématurée remettrait en cause cette unité, ce qui lui enlèverait sa légitimité et, dans la durée, son efficacité.

      Une telle intervention pourrait avoir des conséquences incalculables pour la stabilité de cette région meurtrie et fragile. Elle renforcerait le sentiment d’injustice, aggraverait les tensions et risquerait d’ouvrir la voie à d’autres conflits.

      Nous partageons tous une même priorité, celle de combattre sans merci le terrorisme. Ce combat exige une détermination totale. C’est, depuis la tragédie du 11 septembre, l’une de nos responsabilités premières devant nos peuples. Et la France, qui a été durement touchée à plusieurs reprises par ce terrible fléau, est entièrement mobilisée dans cette lutte qui nous concerne tous et que nous devons mener ensemble. C’est le sens de la réunion du Conseil de Sécurité qui s’est tenue le 20 janvier, à l’initiative de la France.

      Il y a dix jours, le Secrétaire d’Etat américain, M. Powell, a évoqué des liens supposés entre Al-Qaida et le régime de Bagdad. En l’état actuel de nos recherches et informations menées en liaison avec nos alliés, rien ne nous permet d’établir de tels liens. En revanche, nous devons prendre la mesure de l’impact qu’aurait sur ce plan une action militaire contestée actuellement. Une telle intervention ne risquerait-elle pas d’aggraver les fractures entre les sociétés, entre les cultures, entre les peuples, fractures dont se nourrit le terrorisme ?

      La France l’a toujours dit : nous n’excluons pas la possibilité qu’un jour il faille recourir à la force, si les rapports des inspecteurs concluaient à l’impossibilité pour les inspections de se poursuivre. Le Conseil devrait alors se prononcer et ses membres auraient à prendre toutes leurs responsabilités. Et, dans une telle hypothèse, je veux rappeler ici les questions que j’avais soulignées lors de notre dernier débat le 4 février et auxquelles nous devrons bien répondre :

      En quoi la nature et l’ampleur de la menace justifient-elles le recours immédiat à la force ?

      Comment faire en sorte que les risques considérables d’une telle intervention puissent être réellement maîtrisés ?

      En tout état de cause, dans une telle éventualité, c’est bien l’unité de la communauté internationale qui serait la garantie de son efficacité. De même, ce sont bien les Nations Unies qui resteront demain, quoi qu’il arrive, au cœur de la paix à construire.

      Monsieur le Président, à ceux qui se demandent avec angoisse quand et comment nous allons céder à la guerre, je voudrais dire que rien, à aucun moment, au sein de ce Conseil de Sécurité, ne sera le fait de la précipitation, de l’incompréhension, de la suspicion ou de la peur.

      Dans ce temple des Nations Unies, nous sommes les gardiens d’un idéal, nous sommes les gardiens d’une conscience. La lourde responsabilité et l’immense honneur qui sont les nôtres doivent nous conduire à donner la priorité au désarmement dans la paix.

      Et c’est un vieux pays, la France, d’un vieux continent comme le mien, l’Europe, qui vous le dit aujourd’hui, qui a connu les guerres, l’occupation, la barbarie. Un pays qui n’oublie pas et qui sait tout ce qu’il doit aux combattants de la liberté venus d’Amérique et d’ailleurs. Et qui pourtant n’a cessé de se tenir debout face à l’Histoire et devant les hommes. Fidèle à ses valeurs, il veut agir résolument avec tous les membres de la communauté internationale. Il croit en notre capacité à construire ensemble un monde meilleur.

      Je vous remercie. »

      • Frank dit :

        @ DDV Curieux pseudo…
        Le DDV du discours de fév 2003? Beau discours, applaudi en séance plénière, et ensuite? Iraqi Freedom, et ses conséquences, comme ses complaisances.
        Le DDV des « cent-jours », un vrai plaisir de lecture. Mais le contraire intellectuel du discours précédemment cité. Difficile de se mesurer à son personnage dans la durée.
        Le DDV flamboyant sur la forme, mais toujours complaisant sur le fond, rémunéré par le Qatar, les EAU et d’autres consorts d’autres latitudes?
        Le DDV qui affiche avec panache ses oppositions, comme sur la Syrie, mais se réfugie rapidement ensuite dans la gamelle confortable et bien rémunérée de ceux dont il condamnait l’influence mortifère?
        Bizarre.
        DDV. La différence entre un homme d’Etat, qui va au bout de ses convictions, et un homme soucieux avant tout de ses états d’âme, de son ego, la valeur de son image, et son utilisation pour ses finances personnelles.
        Quel dommage!
        Comme quoi les discours fugaces de certains ne sont que des masques qu’ils appliquent à leurs véritables actions. Et qui n’engagent que ceux qui les écoutent.
        Sait plus. Ce doit être un politique intelligent qui a dit cela. On s’y perd.

        • Donald dit :

          @Franck
          Ce discours que vous ne qualifiez que de « beau », à des vertus au delà des simples béatitudes (Belles paraboles des évangiles). Cela reste une politique de non agression pour disqualifier un tissu de mensonge contre un pays déjà fortement diminué par les embargos. Ce n’est pas le discours de DDV, c’est le discours de la France. C’est la politique de la France à l’instant de cette situation. Situation, qui est une des causes de l’époque que nous traversons. La position de la France, est-elle juste ou non ? Empêche-t-elle la continuation du désarment irakien ou non ? Peut-elle protéger la paix ou non ? Qu’ensuite des islamistes se retournent contre nous, c’est à nous d’en tirer les conclusions, et d’adopter la politique nécessaire à notre existence en tant que Nation souveraine.

          Ce que DDV fait ensuite en dehors de ses fonctions ne concerne que lui. En tant qu’électeur s’il se présente, vous avez la possibilité de le qualifier ou de le disqualifier.

      • MAS 36 dit :

        Le même qui avait organisé le sauvetage de Ingrid de Bétancourt, avec qui il était à l’ENA. Le groupe « action » composé d’ hispanophones, en lieu et place de « lusophones » et qui interrogés par la police brésilienne avaient donné comme adresse de domicile « boulevard Mortier ». L’opération se déroulait en territoire brésilien, frontalier avec la Colombie.

        Un épisode hautement rocambolesque. Et en passant le même qui a privatisé les autoroutes.

  7. Berger dit :

    De quels acquis parlent ils ? Des centaines de soldats morts ?

  8. Raymond75 dit :

    Les acquis ??? de quoi ? pour qui ? pourquoi ?

  9. Chris dit :

    Ridicule! Quel acquis ? Les champs de Pavot ?

    • Jean Ker dit :

      Oui! + 193% de production d’opium afghan depuis le début de l’occupation US/OTAN
      C’est donc pertinent!

  10. PK dit :

    « Alors j’ai levé les yeux de leurs visages déconcertés vers les montagnes imposantes et je me suis demandé comment nous gagnerions la guerre si les gens que nous essayions d’aider ne comprenaient même pas nos objectifs »,

    Moi, ce qui me semble hallucinant, c’est qu’une troupe énorme, sans problème de ressources et d’effectifs, trouve un village qu’elle n’est pas allée visiter en 10 ans dans une zone de conflit de guérilla.

    • Piliph dit :

      L’histoire est bien entendu totalement bidon : même au fin fond du Paktyka, les gens écoutent la radio et regardent la télé. Ce pauvre officier n’a rien compris à l’humour de la réponse : « tiens, vous êtes là, vous? on n’a rien senti » et « Le pays « Afghanistan » n’existe que très peu : en revanche ce qui existe, c’est le Pashtounistan (que les Pashtoune appellent « Afghanistan », Afghan signifiant Pashtoun), l’Hazarajat, le Senft-e-Shamal (région du Nord), etc. Les Afghans n’ont pas besoin d’état central pour s’administrer.

      • Paddybus dit :

        Merci pour cet éclairage qui semble pertinent…

      • PK dit :

        Ce qui n’est sans doute pas bidon est qu’effectivement, une troupe US soit allée pour la première fois visiter un village après dix ans de présence… Ça montre le hiatus entre la façon dont les Américains mènent une guerre et la guerre de contre-guérilla.

  11. jyb dit :

    halte au sketch. les talibans s’en tapent comme de leur première kamiss des accords de doha et on le sait depuis le début. C’est simple : le niveau de violence actuel est un des plus élévé depuis 2008-2010.
    La recension est impossible mais : septembre a été meurtrier dans plusieurs provinces dont le helmand et nangharar jusqu’à kaboul ou le convoi du vice président a été attaqué en pleine ville.
    1er octobre : attaque de postes dans le district de qohistan dans la province de badakhshan (nord de l’afgha)
    2 octobre : attaque au camion piégé d’un check point en dur
    3 octobre : attaque des batiments du gouvernorat du district de ghanikhil.
    etc
    à partir du 8 octobre les talibans ont lancé deux vastes offensives dans la province de kunduz et du helmand et une de moindre envergure dans la province de balkh.
    même tactique, faire sauter les verrous, controler les accès et « assieger » les gros postes. Dans la province de balkh l’objectif était de controler la route mazar-shibir-ghan au niveau d’alamqil.
    Puis ce fut au district de qaisar, dans la province de faryab de s’embraser.
    La mission de l’onu en afgha (manua) a constaté que des dizaines de milliers de civils avaient fui les zones de combat du helmand et de nangharar.

  12. Gege dit :

    L’Afghanistan, vision nombrillesque de l’OTAN.

    « Ouh, si on s’en va trop vite, ça va être le bordel ! » ou alors « Sans nous, point de solution ». Quelle arrogance.

    Mais pauvre de vous l’OTAN. Avec ou sans vous, l’Afghanistan restera encore pour quelques siècles un grand bordel. C’est la nature même de cette région depuis… des siècles.

    Arrêtons les frais, et rentrons chez nous humble… au grand désarrois des innocents du pays laissés à leur triste sort… à leur histoire.

  13. jyb dit :

    Devant la montée de l’insurrection et la perte de controle des autorités afghanes zalmay kalilza ( représentant spécial des usa pour la réconciliation en afghanistan) et le général scott miller ( chef des forces américaines et de l’otan en afgha) se sont rendus à islamabad pour rencontré le cema pakistanais, le général qamar javad bajwa. Kalilzad et miller ont réitéré la nécessité d’une réduction significative de la violence et demandé le soutien des pakis.
    Message reçu 5/5 : un convoi des forces de l’otan se rendant en afgha a été attaqué dans les faubourgs de peshawar.
    Pas de victime, les « agresseurs » ont fait descendre les pax avant de détruire véhicules et équipements.

    • Piliph dit :

      Pour réduire significativement l’influence pakistanaise en Afghanistan :

      – mettre fin aux combats : moins de besoins en armes, moins de besoins en affiliations externes.

      – revenir à une répartition classique du pouvoir (des pouvoirs) en Afghanistan, qui garantisse la représentativité à toutes les ethnies afghanes (et incidemment, comme dirait B. Lugan, mettre fin aux élections, qui dans un pays aux affiliations communautaires et linguistiques des électeurs (le point de vue politique individualiste n’existe pas ou peu), permet l’écrasement des minorités par l’ethnie majoritaire, alors qu’il existait un système traditionnel et subtil de répartition des pouvoirs (la preuve? Après chaque élection, qui voit le candidat pashtoune être élu, le candidat tadjike crie aux fraudes et refuse le résultat des élections; les deux s’assoient alors, et répartissent les postes, le tadjike devenant vice-président, etc. Ainsi : les Occidentaux sont heureux, ils ont eu leurs élection, et les Afghans aussi, ils ont eu leur répartition traditionnelle des pouvoirs.

      – tenter de résoudre la question nationale pashtoune au Pakistan, qui empoisonne la vie politique depuis plus d’un demi-siècle et a suscité la naissance des talibans pakistanais. Le Pashtounistan fait partie de ces nations sans état, comme les kurdes, que les Britanniques, ces pervers, ont coupé en deux/trois par la ligne Mortimer Durand, entre l’Afgha, le Pakistan et les Zones tribales officielles. ((En profiter pour régler la question du Balouchistan, qui sera un autre Afghanistan un jour ou l’autre. Sinon les Chinois le feront car le Balouchistan est stratégique dans les Nouvelles routes de la soie, et l’accès au port de Gwadar sur l’Océan indien)).

      – demander aux Indiens de lever le pied sur l’Afgha : l’Afghanistan est une pièce majeure la géostratégie militaire pakistanaise, appelée « strategic depth » : le Pak est une plaine étroite, impossible à défendre durablement. Les armées pak ont besoin de pouvoir s’adosser voire s’enfoncer dans la montagne afghane, afin d’organiser la contre-offensive. Les Pakistanais n’accepteront JAMAIS d’être coincés entre l’Inde au Sud Est et un Afghanistan pro-indien au Nord Ouest. Les Afghans savent très bien jouer de cette rivalité indo-pak, les Américains sont trop maladroits.

      Ceci dit, c’est l’intérêt des Américains de maintenir un état de ni-guerre-ni-paix en Afgha, et donc de maintenir une ou deux bases (Bagram, par exemple) pour une prise à revers de l’Iran, et par le Sud vers la Russie et de la Chine. Quoi de mieux que d’être en Afgha quand on est ennemi potentiel de ces trois-là.

      • jyb dit :

        @piliph
        excellent.
        profondeur stratégique.
        – complètement ok. mais le souci est bien que les afghans non pachtounes utilisent l’inde pour contrer l’influence pakistanaise.
        – balouchistan : coopération irano-pakistanaise plutôt efficace.

      • Ah Ca ! dit :

        Et par ailleurs d’y rester pour bloquer un éventuel pipeline Iran-Chine qui donnerait une véritable indépendance énergétique à la Chine avec une deuxième source d’approvisionnement terrestre.

        Si j’étais iranien j’utiliserai toute ma diplomatie pour y faire passer des tuyaux de brut mais cela se heurte aux intérêts indiens et des USA.

        Pas encore le moment d y aller passer quelques jours en vacance…

    • MAS 36 dit :

      Au delà de l’humiliation pour le général Scott Millet et des troupes de l’OTAN , le double jeu permanent des pakistanais , maître du jeu s’impose plus que jamais. Ils défendent leur pré carré.

      Je suis toujours en admiration devant tant de naïveté des la part des occidentaux face à l’attitude pakistanaise . Ces derniers ont dû lire Machiavel, les occidentaux pas assez.

      Quoiqu’il se passe les vainqueurs sont bien les pakistanais .

      Les occidentaux , imbus de leurs certitudes n’ont pas fait l’effort de comprendre ce pays qui n’en n’est pas un. Rassemblement de tribus, rassemblement d’ethnies, sans vrai pouvoir central, étranger à l’organisation moderne d’un état , pour beaucoup ignorant du terme « Etat » ou « Gouvernement » comme décrit. Farouchement attachés à l ‘indépendance de leur vallée , et à leurs valeurs toutes ancestrales qu’elles sont.

      Puissions nous , nous inspirer de leur détermination par les temps sombres que nous vivons.

  14. Royal Marine dit :

    Ne pas tout perdre? Mais on a déjà tout perdu, en entamant des pourparlers avec les Talibans… La meilleure preuve? Leur niveau de violence n’a pas baissé! L’OTAN continue à former des combattants qui désertent, une fois formés, et rejoignent les Talibans avec armes et bagages… C’est vraiment la fête du slip, et je pense que les chiffres fournis par l’OTAN sur les troupes afghanes, la formation, les écoles, etc., … Sont aussi fantaisistes et mensongers que ceux de Véran le véreux concernant la Covid…

    • dolgan dit :

      Ils ont engagé les pourparlers car ils ont acté leur défaite. Les pourparlers c’est juste la conséquence.

  15. Thierry dit :

    les acquis ? des siècles de guerres, ça c’est un acquis pour sûr !

    L’Afghanistan couloir de toutes les invasions, aucun conquérant n’a pu s’y accrocher parce qu’elle possède la meilleur arme au monde toujours inégalé à ce jour malgré la technologie : les montagnes.

    En montagne tout le monde est élevé à la dur, ne serait-ce que par les conditions météo et la vie plus rude, ce qui a toujours fait des montagnards de redoutables combattant même sans aucun entrainement ni formation. La Haute Savoie par exemple s’est libéré toute seule des allemands durant la libération (maquis du plateau des Glières).

    Alors quand les peuple des plaines viennent en grand nombre dans les montagnes ils découvrent l’hostilité de la nature à leur égard qu’ils n’ont jamais appris à dompter, ils sont beaucoup plus vulnérable même entouré d’une bulle technologique qui a aussi ses limites d’endurance.

    quand le touriste va faire du ski il est dans une bulle protégé, mais s’il sort de pistes tracés ou des routes aménagés, généralement ça ne se passe pas bien… les assurances vous le diront !

    la vrai question c’est quels acquis les troupes qui ont séjourné en Afghanistan ont-elles réussi à intégrer ? quelles leçon les pays qui ont envoyés ces troupes ont-elle apprise ?

  16. Auguste dit :

    Quels acquis?.S’il veut parler des corrompus qu’il a mis à la tête du pays,c’est simple:qu’il les embarque avec les troupes,comme il a fait au Viêt-Nam.
    Sinon,comme après le départ des Russes, il va les voir accrochés au bout d’une corde.

  17. Piliph dit :

    L’Afghanistan n’a jamais été conquis par l’expansion armée des Arabes des 7 et 8ème siècles de notre ère : ils ont adopté l’islam pour faciliter leur recrutement dans les diverses armées d’envahisseurs d’Asie (les Afghans sont réputés en Asie du Sud pour être des conquérants (Nord de l’Inde, Dehli envahi et pillé une douzaine de fois en 30 ans à l’époque de l’invasion Moghole, ils ont même fondé une (courte) dynastie, les Lodi, dans le Sud de l’Inde. Ils pillaient également vers l’Ouest (monde perse) et vers le Nord (monde turc). L’islam a donc été adopté à la mode afghane…

    Ceci explique que le code de conduite afghan (pashtoune, mais étendu à tous les autres qoms (tadjiks, hazaras, turkmènes, Ouzbèques, etc.)) prévaut sur l’Islam (ex : les filles héritent dans l’islam, moitié moins que les garçons, mais elles n’héritent rien du tout en Afghanistan, pashtouwali dixit). Autre exemple : dans les provinces de l’Est afghan, les mollahs sont des salariés extérieurs au village, et subordonnés au Khan (le chef tribal, ni seigneur héréditaire, ni riche bourgeois, mais guerrier sachant remporter les victoires ET partager équitablement le butin).

    Les Talibans représentent les intérêts des tribus pashtounes, écartées d’un pouvoir qu’elles contrôlaient depuis 3 siècles (dynastie des Durrani, 1700 et quelques). Il y a certes des influences islamistes, mais surtout des affiliations pour obtenir des armes et de l’argent des riches arabes. N’oubliez pas qu’il y a même, au sein des Talibans, l’ancien parti communiste « pashtoune », le Khalq (« peuple »).

    Les Américains ont fini par le comprendre, et proposent aux Talibans une alliance de facto pour chasser les véritables islamistes que sont les affiliés à l’Etat islamique (du Khorassan). Un des rares généraux chinois du Moyen Age qui était parvenu à battre les Afghans avait pour stratégie : « On bat les Barbares avec des Barbares ».

    La secte de l’islam qui prédomine dans cette région du monde, ce ne sont ni les salafistes d’AQ/EI, ni les frères musulmans, mais les Déobandis (https://fr.wikipedia.org/wiki/Deobandi). Il y a également, en Hazarajat, des partis armés islamistes, mais ils sont chiites plus ou moins khomeinistes, et ne sont pas en guerre contre Kaboul et les US.

    Il y a un vrai parti révolutionnaire islamiste en Afghanistan, composé principalement de Pashtounes détribalisés, éduqués et urbains, dirigé par l' »Ingénieur » Gulbuddin Hekmatyar », mais manque de pot pour les théories « Talibans =Islamistes », il vient de rallier le gouvernement pro-US…. Ils étaient très présents là où les Français se battaient.

    Etc….

  18. Namroud dit :

    L’OTAN et les Américains notamment craignent plutôt que l’Afghanistan tombe sous influence Chinoise ( les 2 pays partagent une petite frontière terrestre ) , pakistanaise iranienne voire retourner sous l’influence de Moscou . Surtout que l’Afghanistan possède des gisements de lithium et autres minerais.

  19. norbert dit :

    Le retrait était une des promesses de Trump, on ne va pas lui reprocher de tenir ses promesses. Il reste à attendre les propositions de nos candidats de 2020 pour le retrait du Sahel.

  20. werf dit :

    La seule justification du maintien de troupes est le contrôle des très riches ressources minières, notamment des terres rares. La Chine, comme le Pakistan, agissent en sous main pour uniquement le business. Les occidentaux veulent instaurer un semblant de démocratie et éviter d’avoir une base solide d’islamistes radicaux. Ces derniers n’y arriveront pas car le pays est composé de tribus regroupant des villages et il n’y a pas d’opposition au sens occidental. le pavot aujourd’hui les fait vivre demain ce sera la vente de leurs ressources naturelles. Il vaut mieux donc abandonner ce pays. L’OTAN perd son temps et ses moyens. La guerre est perdue c’est tout. Ce qui est consternant c’est la médiocrité de la réflexion des dirigeants occidentaux qui raisonnent avec leur seule grille de lecture poussés par les lobbys, aujourd’hui en armement, demain les multi nationales qui paieront et arroseront pour en tirer des profits. Quant aux talibans, le Pakistan, l’Iran et la Chine savent les gérer à leur manière, offensive ou défensive…

  21. Lotharingie dit :

    « ….Au 30 septembre 2019, le Pentagone évaluait officiellement le coût des opérations militaires en Afghanistan à 776 milliards de dollars depuis 2001, dont 197,3 milliards destinés à la reconstruction du pays et de ses institutions.

    Mais selon une étude de la Brown University publiée fin 2019, le coût des guerres américaines est bien supérieur au budget du seul Pentagone: l’aide accordée par le département d’Etat n’est pas comptabilisée, pas plus que les opérations des services de renseignement ou encore les coûts médicaux des milliers d’anciens combattants blessés dans ce conflit….. »
    .
    https://www.lepoint.fr/monde/la-guerre-en-afghanistan-en-chiffres-21-02-2020-2363876_24.php#:~:text=Au%2030%20septembre%202019%2C%20le,pays%20et%20de%20ses%20institutions.

  22. bruno dit :

    ça va être le tour des chinois de s’y mettre route de la soie oblige

  23. petitjean dit :

    « le risque de voir tous les acquis disparaitre » ????????????
    ce monsieur pourrait-il nous faire la liste de « ces acquis »

    L’Afghanistan, ou 1.000 milliards de dollars pour rien
    https://www.bvoltaire.fr/lafghanistan-ou-1000-milliards-de-dollars-pour-rien/

  24. Czar dit :

    Bon, vu qu’actuellement on ne renvoie pas les jônti afghans apaisés ‘parce qu’ils sont dans un pays en guerre’, laissons faire la nature et une fois que le pays sera retourné à son habituel 8ème siècle, on pourra leur renvoyer toutes leurs pépites docteurs en astrophysique histoire de les aider à se développer

    ‘il n’est de richesses que d’hommes’ comme disait l’autre

  25. Donald dit :

    @Laurent Lagneau, @notre hôte

    « … un coup d’État d’inspiration communique pour renverser … »

    2ième paragraphe une coquille … « Communiste » … Non ?

  26. Jean le bon dit :

    Que de ports inutiles, que de pognon jeté par les fenêtres…
    Tout ça pour rien, un peu comme quand les politiques ont stoppé en URGENCE les troupes lors de la guerre du Golfe de 1990-91 !
    Incompétents, irrévérencieux, idiots inutiles et j’en passe.

    Ce sera pareil en Afrique : on va se faire jeter et personne ne viendra nous défendre, surtout pas ces LOURDAUDS de teutons..

  27. norbert dit :

    Lourdauds où réalistes, l’avenir nous le dira. Les exemples ne manquent pas Algérie, Viet Nam et aujourd’hui Afghanistan. Notre intervention était sans doute justifiée, mais en ne « vitrifiant » pas les terroristes qui partaient sur Bamako, et en mettant les pieds au sol , on a refait le même scénario que les américains au Viet-Nam. Sauf qu’heureusement on ne verra pas les hélicoptères français sur les toits de l’ambassade de France au Mali.