Milrem Robotics espère révolutionner l’infanterie mécanisée avec le robot Type-X RCV

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

33 contributions

  1. frédéric66 dit :

    c’est l’avenir du combat terrestre, pour la France, c’est un moyen de ne pas être décroché par le « nombre ».
    je suis partisan que notre pays s’associe directement à ce projet novateur qui est l’avenir.
    ou alors y a t-il un projet similaire ?

    • dolgan dit :

      Dans le MGCS. A priori en plus gros, même si on a peu d’info (et c’est sans doute pas arbitré)

    • Aymard de Ledonner dit :

      CNIM travaille déjà avec Milrem. Le Themis a été testé au sahel avec les troupes estoniennes et françaises. Mais pour ce nouveau projet lourd, je ne sais pas ce qu’il en est.

  2. NRJ dit :

    C’est le genre de solution dont il faut s’inspirer pour le MGCS : un char de combat tourné vers la lutte antichar et le tir direct à forte puissance (typiquement un char de combat de 40-50 tonnes, donc relativement léger mais avec un canon de 130 140 mm), et un char léger autonome sacrifiable armé d’un canon de 40 mm CTA pour protéger les fantassins et le véhicule antichar.

    • Leroy dit :

      – 6m de long pour 2.5 de haut à 3000m dans la lunette c’est une belle cible. Il faut donc lui donner des missions précises d’appui. la tourelle AA est très intéressante depuis que nous n’avons plus les Roland.
      – si pour 12-15 T on peut placer un 105mm télé-opéré, alors cela pourrait bien remettre en cause le char futur. Car ce char-drone deviendrait semi-consommable (à comparer au char futur, notamment en prix, mais aussi en soutien et en logistique), et pourrait être alors développer en nombre conséquent (en opposition au char futur dont le prix obérera forcément le budget).
      – je maintiens que le char futur ne doit pas dépasser 35T.

      • Aymard de Ledonner dit :

        Avec 35 tonnes, impossible de mettre un canon de 140mm nécessaire compte tenu de l’évolution des protections + un blindage suffisant pour l’équipage

        • dolgan dit :

          de toute façon, 35T tu n’as pas le blindage d’un MBT. ce serait vraiment un char moyen voir un char léger.
          .
          L’armée russe de demain, ce sera des T72 ,des T80 et des T90. L’augmentation de blindage n’est donc pas significative.
          .
          Moi je pense que le MGCS sera comme le leo et le leclerc: il sortira d’usine avec un 120 mm couvrant les menaces au moment de sa sortie (Même contre le T14, je pense que le 120 suffit encore, mais les études sont en cours). Mais il sera prévu dès le départ pour recevoir une tourelle plus grosse en cas de besoin.

          • Aymard de Ledonner dit :

            Je ne pense pas que le 120mm sera maintenu. Rheinmetall développe un 130mm et Nexter a déjà testé son 140mm dans une tourelle sur châssis Leclerc (concept Terminateur).

          • dolgan dit :

            Oui, c’est l’intérêt des industriels de pousser à un nouveau canon.
            .
            Mais on ne changera de canon (qui implique des munitions plus lourdes/grandes et en moins grand nombre) que si ça se justifie militairement.
            .
            Les solutions 140 et 130 mm auraient pu être intégrées sur léo ou leclerc, ils ont été développés en ce sens et les chassis prévus pour. Simplement ça n’a pas été nécessaire. Considérant que l’épée 120mm était toujours supérieure au blindage du bouclier.
            .
            Les études prospectives sont en cours pour fournir les données permettant de faire ce choix. Tant que le choix du futur calibre n’aura pas été fait, on aura surtout droit à la com des industriels poussant leur « nouveau » produit.
            .
            NB: on peut aussi imaginer 2 versions. Avec le 120 mm en MBT et avec le 130 (ou 140) en version chasseur de char. mais vu la taille des flottes envisagées , j’y crois pas beaucoup.

    • ULYSSE dit :

      C est ce sur quoi le programme MGS se dirige vraisemblablement avec un char léger de soutien optionnellement piloté. Ce scénario conduit a s interroger sur l équipage du char lourd: 3 ou 4 membres dont 1 dédié à la mise en oeuvre du ou des chars autonomes.

  3. PK dit :

    Le seul avenir des droens aujourd’hui est d’être léger et pas cher… avec un retour sur efficacité satisfaisant.

    Essayant de faire presque aussi bien qu’un char lourd ou qu’un VCI en espérant que le sous-coût de 33% soit acceptable est une hérésie dans une armée d’échantillons.

  4. Twouan dit :

    J avoue voir beaucoup d avenir a un themis plus avec un poids a la limite de ce que l on peut tracter avec un 4×4 sur remorque. A la louche, je mets ca autour de 2 tonnes.
    Avec un concept modulaire certes mais surtout capable de passer des obstacles varies pour se deployer la ou la situation l exige.
    Je ne crois pas un char semi lourd. Trop de contrainte pour le deployer pour un usage trop limite.

  5. dolgan dit :

    « mais nettement plus léger que les véhicules blindés traditionnels tout étant 33 à 50% moins cher selon les configurations. »
    .
    ça aurait été mieux avec une fourchette de prix.
    .
    Là, avec ces éléments, j’estime le bousin entre 500 000 et 700 000 euros (en prenant un simple VBMR ). Bien trop cher pour un chassis stanag1 sur des missions exposées.

  6. ULYSSE dit :

    @PK. Le principal avantage est l économie en personnel. Diminution du risque politique lié a la perte de soldats. Coût de formation et de rémunération supprimés, capacité en cas de besoin de multiplier les vecteurs sans la necessite de former les servants… Tout au contraire que des avantages pour une armée echantillonnaire.

    • PK dit :

      @ ULYSSE

      Non, le coût humain n’est pas aussi important que le coût financier; Nos chers élites se carrent l’oignon que nos soldats puissent mourir – ils s’en foutent déjà que des civils puissent se faire égorger dans la rue, alors des soldats !

      En revanche, leur filer des joujoux trop chers, ça compte beaucoup plus… Si pour remplacer un MBT de 20 M€ d’euros, on utilise un drone de 8 M€ juste pour sauver des vies, le comptable dira NIET.

      Et comme c’est le comptable qui commande…

  7. ULYSSE dit :

    Le mieux serait à mon sens un véhicule optionnellement piloté par une équipage à 2 qui permettrait de mixer véhicules autonomes et véhicules pilotés dans le cadre d’une approche progressive de l’emploi des véhicules de combat autonomes.
    On peut imaginer par exemple que chaque véhicule piloté soit accompagné par un binôme autonome, dont il pourrait en tant que de besoin prendre la maitrise.
    Le format d’un char léger de 12 T max, pour le transport de deux exemplaires par A 400M, équipé d’une tourelle téléopérée avec un 40 CTA et 2 MMP, serait séduisante.
    Toute une gamme de véhicules pourrait être déclinée : avec Mortier de 120 mm ou canon de 105 mm (pour les para), anti- char MMP, AA Mistral, véhicule sanitaire….

    • Lagaffe dit :

      Une sorte de EBR-90 mais avec un 40 CTA et 2 MMP à la place du canon de 90. Un engin rapide de reconnaissance suffisamment armé contre les VCI ennemis, pouvant aussi être piloté à distance.
      L’EBR-90 était un engin de 13 tonnes.

  8. Lagaffe dit :

    On a besoin d’un blindé léger de reconnaissance, avec un équipage réduit au minimum, mieux armé que le VBCI et son ridicule canon de 25mm et éventuellement pilotable à distance. On pourrait en mettre deux dans un A400M.
    Un blindé uniquement pilotable à distance me semble risqué. en cas de brouillage ou de piratage électronique, on se retrouve à poil.
    Par ailleurs, l’équipage peut assurer une partie de l’entretien d’un blindé léger, et s’occupe de son ravitaillement en munitions et essence.
    Qui s’en chargera si le blindé est uniquement robotisé ?
    Faut-il aussi prévoir un véhicule blindé de soutien avec du personnel dédié ? et comment protéger ce véhicule de soutien ?
    On ne gagne rien en terme de personnel. Il faut toujours penser à la maintenance et la logistique.

    • Parabellum dit :

      L intérêt des drones c est d aller voir et tirer s il le faut sans exposer tout de suite des hommes c est à dire faire le travail d éclairage et de voltigeur.le problème c est la fiabilité du pilotage à distance et de la portée d’un pilotage surtout pour des engins terrestres.Entrer en premier dans une zone pourrie avec ce genre d avant garde ou de soutien aiderait.souvenir de rues libanaises ou un drone terrestre aurait fait le ménage…il faut innover et faisons le vite en France…

      • PK dit :

        La solution est dans la maîtrise 3D : un drone en l’air (pas cher) qui « voit » et relaie éventuellement la connexion au drone terrestre qui est piloté par une section d’appui, en arrière de la section sur le terrain, prête à seconder le drone terrestre. Encore que je verrai l’appui directement avec la première section, pour des raisons d’efficacité.

        Mais pour que ça marche, faut qu’on puisse perdre et changer les drones rapidement, donc du stock… donc pas cher !

    • FredericA dit :

      « Un blindé uniquement pilotable à distance me semble risqué. en cas de brouillage ou de piratage électronique, on se retrouve à poil. »
      .
      Sauf erreur de ma part, il n’est pas simple de pirater l’électronique d’un véhicule civil, alors avec un véhicule militaire dont les communications sont sécurisées…

      • Lagaffe dit :

        Difficile mais pas impossible. Et dans 5 ou 10 ans ? comme le dit Poutine : « L’intelligence artificielle amène des opportunités colossales et des menaces imprévisibles aujourd’hui. Celui qui deviendra le leader dans ce domaine sera le maître du monde ».

  9. Daniel BESSON dit :

    Ce qui serait intéressant ce serait de les déployer en essaim .
    https://geopolicraticus.files.wordpress.com/2010/04/shermann-tanks.jpg

    L’emploi en  » essaim  » cela faisait parti du concept des  » Teletanks  » Soviétiques et Nagayama Japonais .
    Ce dernier était déjà il y a plus de 90 ans modulaire puisqu’il devait non seulement remplir des missions de combat mais aussi de logistique .
    http://blog.modernmechanix.com/mags/PopularScience/8-1930/radio_tank.jpg

  10. Belzébuth dit :

    Une tourelle John Cockerill, ça me rappelle une alliance:
    https://forcesoperations.com/nexter-sassocie-a-john-cockerill-pour-seduire-la-bulgarie/

  11. Lagaffe dit :

    Avant de songer à acheter un robot armé, il faudrait déjà compenser le sous-armement chronique de nos véhicules blindés (voire l’absence totale d’armement !) et avec autre chose qu’une tourelle TOP avec mitrailleuse de 7,62 juste suffisante pour affronter des djihadistes en Toyota, et encore !
    Il suffit de comparer l’armement des véhicules français à ceux des américains, russes ou chinois pour avoir honte.

  12. Max dit :

    Le Type-X RCV en anti-tank avec missile (MMP ou MLP) couplé avec des drones offre de belles perspectives au-delà de l’horizon (Beyond Visual Line of Sight) mais le design présenté par Milrem Robotics semble n’avoir que 4 missiles. Si un système de rechargement pouvait exister avec une réserve en soute multipliant la capacité d’attrition comme les chars.