Les travaux d’un médecin-chef du Service de santé des Armées font espérer un vaccin contre le paludisme

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

32 contributions

  1. Lerenarddessurfaces dit :

    Félicitations 🙂

  2. Buburoi dit :

    C’est bien d’avoir obtenu une subvention de 18 000 euros de l’académie de médecine, après avoir été formée à l’Institut Pasteur et ètre partie au centre de recherche de l’armée américaine. Le vaccin contre le paludisme n’est pas d’actualité en pratique. Espérons que les américains mettent les moyens dont la France ne dispose pas.

    • précision dit :

      la recherche de nos jours est très internationale. C’est donc tout ce qu’il y a de plus courant de partir à l’étranger travailler avec d’autres équipes. La plupart de nos Nobels scientifiques et autres médailles Fields ont ainsi fait des séjours au sein d’universités américaines. Quand aux 18000 euros c’est négligeable par rapports aux montants demandés dans les projets de recherche. Je ne négligerais quand même pas les moyens de l’institut Pasteur, qui peut se vanter d’une très belle histoire (le SSA aussi d’ailleurs). La course à l’argent outre atlantique a certes énormément fait avancer la médecine, mais aussi donné quelques sales histoires (Theranos).

    • PeterR dit :

      >> Espérons que les américains mettent les moyens dont la France ne dispose pas.
      Et surtout qu’ils déposent les brevets et commercialisent les médocs à notre place

  3. berger dit :

    Merci toubib !

  4. Robert dit :

    C’est grâce aux médecins coloniaux qui accompagnaient les troupes que les maladies endémiques africaines ont été vaincues. Certains y ont laissé leur vie comme les colons qui ont défriché et asséché les marais putrides.
    Avant de parler du mal qui a été fait par la colonisation, il faut parler de tout le bien qui est nettement supérieur.

    • Buburoi dit :

      Si les grandes endémies avaient été vaincues dans les années 1960. Tout est à refaire depuis les indépendances. Pour l’instant, ce sont Bil et Mélinda Gates (américains) qui financent. La France n’a plus de colonies.

      • Zorg dit :

        @Buburoi Je vais venir m’installer dans votre maison, pour vous montrer à quel point ma vision du monde est supérieure, et vous apporter une civilisation que vous n’avez pas demandé. Ensuite vous et votre famille serez installé à la cave (moi je sais ce qui est bon pour vous, je suis européen, après tout) et vous travaillerez pour moi pour pas trop cher. De temps en temps je baiserai votre femme et vos enfants (ils savent si bien danser) et au bout d’une centaine d’année, je partirai et je vous laisserai gérer les ruines.

        • Ancien des opex dit :

          Zorg, c’est la vision africaniste et biaisée d’un passé auquel vous n’avez pas participé.
          C’est à cause de cette vision que vous ne sortirez jamais de votre marasme : « cé pas ma faute » est surtout une attitude paresseuse et lâche.

          Je me suis engagé dans l’armée française (il y a longtemps) pour aider l’Afrique décolonisée où sévissaient des bandes armées. J’y ai risqué ma vie et ma santé (kalachnikov et hépatite ont bien failli m’avoir) mais, à l’époque, la cause me semblait bonne. Des braves gens sur place ont beaucoup apprécié notre action et nous ont aidé, certains nous disaient « il faut arrêter l’indépendance ».

          Aujourd’hui, voyant que ça n’a servi à rien, je demande seulement aux élites africaines (celles qui sont capables de s’exprimer sur ce blog) de prendre en main le destin de l’Afrique et, d’abord, d’arrêter de geindre.

        • cedivan dit :

          les africains n’ont pas attendu les colonisateurs pour subir ce que vous décrivez. ils faisaient déjà ça très bien entre eux. et puis sortons du manichéisme ! Il y a du bon et du mauvais dans la colonisation. Quant aux ruines, ça reste à voir…..

        • Tertia Optio dit :

          @Zorg Afrique : 60 ans d’indépendance, chaos généralisé, progression islamiste
          En 1960, une femme occidentale pouvait traverser seule toute l’Afrique avec un sac à dos, en toute sécurité. L’Afrique était le continent le plus prometteur, par ses ressources naturelles immenses.

          L’œuvre colonisatrice, que tant d’ignares dénigrent ou condamnent, avait permis un bond en avant de 1000 ans à des millions d’Africains. De tout cela il ne reste rien

          Près de 60 ans après l’indépendance, l’Afrique sombre dans une insécurité dramatique et retourne à ses démons à grande vitesse

          Dans certains pays, il n’y a plus d’État. Dans la plupart des autres , la corruption généralisée interdit tout développement. Les coups d’État et les guerres ont ravagé le continent, engloutissant toute l’aide internationale reçue. Aide qui a été et est encore considérable !

          Les islamistes gagnent du terrain chaque jour et nos 4 500 soldats de l’opération Barkhane ont bien du mal à surveiller un territoire grand comme l’Europe. (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad)

          Quant aux 10 000 Casques bleus présents, ils sont inefficaces

          Nos soldats sont désespérément seuls, abandonnés par l’Europe. 28 d’entre eux sont tombés en opération depuis 2013. Mais sans eux, la situation serait pire

          L’aide logistique américaine n’est pas négligeable, notamment avec les drones et les satellites, mais les Américains ne s’impliquent pas directement sur le terrain

          En 2013, l’opération Serval, magnifiquement menée, avait chassé les islamistes de Tombouctou et Gao, au Mali. Ils sont de retour et on ne compte plus les groupes terroristes qui ont fait allégeance à Al Qaïda ou à l’État Islamique

          Au Sahel, les gouvernements ne contrôlent plus que les capitales

          Le jihad gagne le Sud, comme on l’a vu au Bénin. Le Togo est menacé.

          On attend toujours la force opérationnelle du G5, constituée d’éléments des cinq pays du Sahel. Mais la formation n’avance pas. Et sans l’encadrement français, les troupes gouvernementales africaines ne valent rien, à part les troupes tchadiennes composées de redoutables guerriers toubous

          Voilà où en est l’Afrique après 70 ans d’indépendance. Au bord du chaos généralisé. C’est beau la liberté !!
          Texte qui n’est pas de moi, mais que j’avais bien aimé et donc sauvegardé.

      • PK dit :

        « Bil et Mélinda Gates (américains) qui financent. »

        Ils financent surtout la stérilisation des femmes africaines…

    • LaFederation dit :

      Bernard Lugan a beau être un très grand historien il n’en reste pas moins qu’absolument personne n’a appelé ces médecins coloniaux à venir se « sacrifier » comme vous le laissez entendre

      • Xaintrailles dit :

        Il me parait stupide, surtout s’il on aime l’Histoire, de minimiser les risques pour leur santé, y compris vitaux, pris par les explorateurs et les coloniaux ; ils n’avaient pas non plus le même rapport que nous avec la maladie et la mort. Tout cela a changé radicalement en 70 ans à peine.
        Avez-vous visité le cimetière marin des îles du Salut ?… Les tombes les plus anciennes remontent à l’époque révolutionnaire !

      • Robert dit :

        LaFéderation,
        Je dis juste que l’intérêt personnel était secondaire et que nombre d’entre eux y ont laissé leur vie. C’est juste un fait historique, les hôpitaux et la recherche médicale en Afrique ont fait avancer ce continent de plusieurs siècles grâce à la générosité des médecins coloniaux. Le but de la recherche n’est pas philanthropique avant tout mais la curiosité médicale bien ordonnée fait avancer l’humanité.
        Entre maladies endémiques, esclavagisme intra africain ou musulman, guerres tribales et moyens pour survivre tous les jours, c’est sûr que les dirigeants africains à qui nous avons tout volé manquaient de temps libre pour se préoccuper d’autre chose. Mais il se trouve que par la force des choses, curiosité mêlée au goût de l’aventure conjugué plus tard à la recherche de profit, entre autre pour financer ces très coûteuses expéditions, les français parmi d’autres sont venus en Afrique et y ont apporté des bienfaits en plus d’y découvrir de nouvelles maladies et de les vaincre.
        On peut réécrire l’histoire avec un prisme idéaliste et droitdel’hommesque, l’honnêteté oblige à dire que sans cette colonisation les africains seraient libres et souverains mais pour une grande partie ne seraient pas nés ou seraient morts avant l’âge. Ceux qui peuvent se permettre de contester la colonisation et ses bienfaits ont heureusement pu bénéficier de ses apports pour être vivants et libres aujourd’hui.
        Les occidentaux repartent d’Afrique et les maladies endémiques, le tribalisme et l’esclavage y reprennent leurs droits. Les esprits forts peuvent donc se réjouir que les africains puissent mourir ou s’entretuer, crever de faim ou de maladies en être libres débarrassés de l’oppression colonialiste.
        Je pense qu’effectivement, nous devrions les laisser faire leurs affaires comme ils l’entendent et ne pas polluer cette noble aspiration en accueillant par millions les africains qui pleurnichent peut-être contre nous mais préfèrent aider leur pays de chez nous que de se prendre en charge et aider les leurs de là-bas.

      • Edgar dit :

        Il est évident, et absolument logique, que la médecine européenne – la plus en avance sur son temps au XIXe siècle – ait accompagné la progression des implantations européennes en Afrique. De même que la médecine musulmane ait accompagné l’extension swahilie, marocaine et égyptienne sur le pourtour du continent noir. Et ces médecins ont accompli leur devoir là où on leur a demandé d’aller. Les médecins européens (et les ingénieurs) , pendant la « période coloniale » ont effectivement combattu avec succès les terribles maladies endémiques qui anéantissaient les possibilités de développement de l’Afrique noire. En Afrique noire, en Asie centrale, dans les zones marécageuses et les taudis d’Europe, en Amérique latine, en Asie extrême, en Inde, … (Et je simplifie, puisque la médecine ottomane – donc égyptienne, donc à Khartoum aussi – avait adopté nombre d’éléments de la médecine occidentale, dès le XVIIIe siècle…)

  5. ScopeWizard dit :

    S’ il est toujours bien de penser à sauver des vies -d’ abord cela ne s’ applique pratiquement qu’ à celles concernant les êtres humains , normal nos congénères sont quelque part des frères et plus ils sont ethniquement et géographiquement voire sociologiquement proches , plus ils le sont- cela pose aussi un certain nombre de questions ne serait-ce que sur la problématique démographique …….

    Ensuite , quid de ce type de maladie au cours des âges ?
    N’ y a t-il pas lien de cause à effet avec la façon dont certaines zones et terres sont exploitées , dont certaines forêts sont traitées ? Ce qui , notamment en Afrique , constitue entre-autres l’ une des principales causes de l’ avancée des déserts ……….

    Nos sols sont fragilisés , notre flore se modifie , notre faune change et dépérit , pire celle qui représente un réel danger résiste et s’ adapte à notre chimie qui constitue déjà un gros problème en elle-même par la pollution qu’ elle engendre tout en s’ avérant de moins en moins efficace au point qu’ il nous faut en accroître les effets nocifs afin de revenir à des résultats équivalents…………un vrai cercle vicieux !

    Chez-nous , depuis 3 ou 4 ans il n’ y a par exemple pratiquement plus un seul oiseau ( disons que sur 100 que tu pouvais observer au quotidien , il en reste entre 5 et 10 ) donc du fait de températures plus élevées durant les saisons automne-hiver ainsi qu’ à cause de ce manque de prédateurs naturels , les moustiques sont présents plus longtemps et prolifèrent sans parler des « nouvelles » espèces porteuses de maladies auxquelles il nous est difficile de toujours faire face ……..

    Actuellement , nombre d’ agriculteurs ou de leurs représentants se targuent de moins polluer par des quantités de produits répandues ( ou épandues ) moindres , des produits à la fois plus ciblés mais aussi permettant des périodicités plus espacées ; certes , mais quid de l’ agressivité de ces produits apparemment plus précis mais aussi plus concentrés ?

    Quelle étude sérieuse et impartiale a donc été faite là-dessus ?

    Quid de toutes ces anomalies constatées concernant des naissances anormales ? Les mêmes que la « JUSTICE » a déclaré d’ origine inconnue ce qui a permis , du moins momentanément , de classer un dossier pourtant hautement préoccupant ?

    Enfin , espérons au moins qu’ à travers toutes ces recherches , nous parvenions à élever le niveau qui est par exemple très bas concernant la gestion qui est faite de l’ actuel coronavirus venu de Chine , une bonne petite saloperie de fléau qui a déjà pu commencer à contaminer le Monde entier tellement l’ Occident faillit à ses devoirs ………….
    Par exemple , non mais quelle connerie que de vouloir rapatrier nos travailleurs ressortissants qui se trouvent pourtant à l’ épicentre de la contamination ; quelle démonstration d’ irresponsabilité autant que d’ incompétence que ce soit en France ou aux USA ……….d’ autant que le niveau d’ alerte OMS est élevé et que nombre de « spécialistes » manipulent les pourcentages quant aux taux de décès qui ont en réalité toutes les « chances » d’ être très supérieurs à ce qui en est rapporté ………..

    En fait , dès que tu y réfléchis , te voilà soudain beaucoup moins rassuré par tout ce discours apaisant qui s’ apparente plus à un discours de propagande qu’ à celui de scientifiques s’ efforçant de rester objectifs et le plus impartiaux possible .

    L’ affaire est à suivre et à surveiller plus que jamais ……….

  6. Elsa dit :

    Bonjour c est très bien comme projet maintenant est ce que pour les familles qui sont en séjour se sera possible de les vacciné contre le paludisme plutôt que de prendre de doxicicline avec se médicaments il y a beaucoup d effet indésirables et le prendre non stop pendant trois ans cela peut faire des dégâts.

  7. Lacatapulte dit :

    Belle avancée et belle reconnaissance pour cette scientifique. Bravo madame, chapeau bas.

  8. Durandal dit :

    La fin de la nivaquine? fini les bizutages ou tu fais croquer les cachets. 🙁
    Et bien bravo à elle. 🙂

  9. Doc dit :

    Enfin il était temps…sauf que..

    https://www-the–scientist-com.cdn.ampproject.org/c/s/www.the-scientist.com/news-opinion/distribution-of-worlds-first-malaria-vaccine-begins-65777/amp

    Programme de vaccination depuis Avril 2019.

    Puis parler encore de la nivaquine avec toutes ces resistances à la chloroquine c’est bien pour les zone palustre 1 pour le reste faudra taper plus fort, pour rappel :

    (Zone 3 :
    Atovaquone + Proguanil (Malarone®)
    ou Méfloquine (Lariam®)
    ou Doxycycline (Doxypalu®))

    En attendant des retours sur cette campagne vaccinale….

  10. Je dois la vie au SSA dit :

    La Cour des Comptes va-t-elle continuer de calomnier le SSA ?
    Et nos brav’zélus (ceux des commissions parlementaires notamment) vont-ils continuer de laisser dire ?

    • Aymard de Ledonner dit :

      Le SSA a des médecins valeureux mais aussi des personnels administratifs et une gestion…..bon bref, on est sur un article positif donc le lance-flamme pourra être sorti un autre jour.

  11. Pascal dit :

    L’anophèle, moustique vecteur du palu, est l’animal le plus dangereux au monde! Bravo à cette militaire Française d’ouvrie des perspectives pleines d’espoir dans la lutte contre ce fléau.

    • Ancien du SSA dit :

      Anophele femelle uniquement, peut-être une femme pourra-t-elle enfin trouver la solution ?…

  12. Luc dit :

    « peut-être, de mettre au point un vaccin contre le paludisme. » Fortement improbable …

    ATOVAQUONE/PROGUANIL® : (+/- 21 € pour 12 comp., +/- 42 € pour 24 comp.). Pour les adultes, 1
    comprimé par jour, à commencer 1 jour avant l’arrivée dans la région touchée par le paludisme et à
    continuer pendant 7 jours après l’avoir quittée, toujours pendant le repas ou avec une boisson lactée,
    tous les jours à la même heure. Peut être pris pendant plusieurs mois (=bien plus longtemps que les 4
    semaines annoncées dans la notice ; il convient toutefois de tenir compte du coût dans pareil cas).
    Efficacité> 95 %.
    DOXYCYCLINE : (+/- 8,5 € pour 10 comp. de 200 mg,+/- 7 € pour 10 comp. de 100 mg, remboursé). Pour
    les adultes, 100 mg par jour (donc 1/2 comprimé de 200 mg ou 1 comprimé de 100 mg), à commencer 1
    jour avant l’arrivée dans la région touchée par le paludisme et à continuer pendant 4 semaines après
    l’avoir quittée. La doxycycline doit être prise avec un grand verre d’eau ou pendant le repas, tous les
    jours à la même heure. Peut être prise pendant plusieurs mois.
    La doxycycline peut parfois entraîner des infections fongiques au niveau de la bouche et
    des parties génitales ainsi qu’une éruption cutanée phototoxique. Efficacité > 95 %.

    • Ancien du SSA dit :

      Pessimiste ou pro-lobby pharmaceutique? Gardons l’espoir…

      • Luc dit :

        Non ….
        Pour rappel :Le paludisme, dont l’hématozoaire fut découvert par le médecin militaire Alphonse
        Laveran à Constantine en 1880 (17), fut en grande partie responsable du désastre sanitaire de la conquête de Madagascar qui, en 1895, tua 25 % des 21 000 homme s du corps
        expéditionnaire, alors qu’il n’ y eut que 25 morts par action de guerre.
        Le paludisme restela principale cause de mortalité infantile sous les tropiques. Il faisait et fait partie du quotidien du médecin tropicaliste. Les premiers médecins qui s’acharnèrent à le combattre à
        travers son vecteur, le moustique, furent surnommés par les autochtones les « capitaines
        moustiques ». Victor Le Moa l s’illustra particulièrement dans cette lutte culicidienne à
        Conakry (20).

        Le médecin de la coloniale efficace et peu cher, il multiplia la force de travail sous le couvert
        d’une mission humanitaire et philanthropique, tout en restant l’agent direct d’une politique et indirect d’une économie .
        Ce médecin eut aussi ses ambiguïtés psychologiques :
        il fut d’abord travailleur, dévoué et il fit preuve d’esprit d’initiative.
        Curieux et adaptable, désintéressé, il fut endurant physiquement et moralement.
        Il resta très attaché à sa condition militaire et à son uniforme…..si si
        Il fut fidèle en amitié.
        Parmi ses défauts, qui peuvent parfois se transformer pour certains d’entre eux en qualités, on retiendra : l’anticonformiste, le goût de l’indépendance , le goût de la provocation…..aussi
        Il aima cultiver sa différence.
        Comme les grognards de jadis il était râleur, volontiers frondeur et ombrageux, souvent brutal dans sa manière d’exprimer sans détour ses opinions.

        Et au nom de Dieu, vive la Coloniale

        • Ancien du SSA dit :

          Je reconnais dans votre post des passages d’une lettre ouverte au Président de la République, écrite par un ancien médecin de la colo. et mise en ligne. Je suppose que vous en êtes l’auteur ; j’ai souscrit entièrement à ses termes, mais quand même trouvé dommage qu’elle ne soit pas signée…
          P.S. Désolé, mais je sais bien reconnaître les copié-collés !

  13. Ancien du SSA dit :

    Cette jeune chercheuse est médecin en chef ( grade – 5 panachés semble-t-il ) et non médecin en chef, qui est une fonction. Chaleureuses et sincères félicitations à elle, et espérons que ses travaux débouchent sur un vaccin efficace, attendu dans le SSA depuis… 1880 et l’observation de l’hématozoaire du paludisme – dont l’anophele n’est que le vecteur – par le grand ancien Alphonse Laveran ( prix Nobel 1907 ) observation faite en Algérie à l’hôpital de Constantine ! Ce serait une belle fin que le SSA soit au début et à l’issue de cette histoire du paludisme, autrefois appelé malaria. Mais j’ai des doutes, il va en rester encore un peu, l’hématozoaire est vraiment coriace !… Toutefois bravo, et tous nos encouragements au MC Mura !
    P.S. Alphonse Laveran grand nom du SSA avait pour École de formation Strasbourg, « École Impériale » qui fut transférée à Lyon après la défaite de 1870-1871.

    • Ancien du SSA dit :

      Erreur : est « médecin en chef » et non « médecin-chef » qui est une fonction, désolé. Même en voulant préciser, on peut se tromper !
      Pour le nom exact du parasite responsable j’aurais dû écrire Plasmodium Falciparum… plutôt qu’hématozoaire, plus générique.