CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Les États-Unis ont testé un missile sol-sol d’une portée supérieure à 500 km

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

66 contributions

  1. PK dit :

    Les États-Unis prennent vraiment les gens pour des cons. Mais bon, puisque ça fonctionne, ils auraient tort de se gêner.

    Nous, on a l’habitude avec nos gouvernants… Mais peut-être que d’autres y seront plus sensibles.

    • Mike dit :

      Ils se contentent d’anticiper le caractère caduque de ce traité.

    • Non l’Amérique s’adapte …simplement !

    • didixtrax dit :

      évidemment. Ils dénoncent le traité au motif –qu’ils ne prouvent pas– qu’un missile russe le violerait alors même qu’ils sortent de leur chapeau un missile qui l’aurait violé. De toute façon ces hypocrites sont totalement décrédibilisés. Comme ils ne disposent plus du monopole de la force brute, je vois où sera le monde de demain.

      • Frédéric dit :

        @Diditrax, les SR français ont mené aussi leur propre enquête et ils considèrent également que le missile russe violait le traité ! Si vous regardé les débats à l’Assemblée Nationale avant d’écrire…

        • didixtrax dit :

          je ne perds jamais de temps avec télé blabla. Même sous cette hypothèse, par ailleurs crédible, les US démontrent une N-ième fois leur hypocrisie et leur totale discrédit ; mais cela ne devrait plus étonner personne. L’important, à mes yeux, est qu’enfin des gens censés, raisonnables et équilibrés peuvent s’opposer à la force brutale des US, qu’un nouveau monde émerge, ou on peut discuter plutôt que massacrer pour la « démocratie » ou tout autre valeur inversée pour le profit.

  2. Buburoi dit :

    La mise au point de missiles semble en plein essor. Pourrait on savoir ce qu’il en est des missiles à propulsion nucléaire de type Burevestnik. Il semble que tout se passe entre les Etats Unis, la Russie et la Chine. L’Europe et la France semblent totalement hors jeu.

    • wagdoox dit :

      l’AMSPA reste une référence et si le RU nous avez rejoint à l’époque, il était meme question de ALSPA pour longue portée.
      La France s’interdit les missiles de croisières de plus 250km de porté tiré depuis le sol.
      On respect les traités qu’on a signé.
      il y a que 7 pays qui ont fait volé un vecteur à réacteur hypersonique pendant plus de 10 sec en atmosphère, la France en fait partie.
      Donc non nous ne sommes pas en retard, c’est les décideurs qui prennent du retard en passant quel le monde va attendre sagesse qu’on termine nos cycles de vie.

      • Jupiter dit :

        Bonjour,
        L’ASLPA a eu d’autres ennemis que le Royaume Uni. C’était un beau concept trop en avance sur son temps, un peu comme l’ANS en son temps.
        Par contre, je veux bien une source sur votre affirmation que nous aurions fait voler un super stato pendant 10 secondes dans l’atmosphère.

  3. Sblurb dit :

    Je persiste à ne pas voir l’intérêt stratégique et militaire de ce type d’armes pour les USA, au vu de leur panoplie actuelle (Tomahawk et autres vecteurs pouvant déjà réaliser des frappes à plusieurs centaines de km en « stand off »).
    Supposant d’ailleurs que ces missiles de croisère mer-sol / air-sol sont en voie de remplacement par des missiles furtifs, plus évolués voire hypervéloces…
    Sûr que cela va par contre rassurer Lockheed Martin et plein d’autres ….

    • Nico St-jean dit :

      @ Sblurb
      .
      Il y à de l’intérêt stratégique sur plusieurs points.
      .
      1- Les missiles balistiques sont très efficaces contre des cibles fixes et peuvent porter de lourdent charges conventionnelles, en installer plusieurs en Asie face à la Chine sera dissuasif et qui plus est, ce genre de missile sera peu coûteux pour les USA comparativement au développement des missiles hypersoniques. Le développement puis déploiement sera aussi beaucoup plus rapide.
      .
      2- et celui-là est majeur : La Russie mais surtout la Chine n’ont rien en défense antimissile en comparaison avec les USA. Aucun système russe n’à jamais abattu un missile balistique au combat imaginez alors que depuis 1991, les seuls Patriot en ont abattu des milliers tout en montant en gamme/efficacité aux fils des décennies puis sont venu les THAAD/SM-6/3/GMD qui ont abattu en test toutes sortes les catégories de missiles balistiques jusqu’au ICBM.
      .
      À compter d’aujourd’hui, vous allez voir c’est 2 pays (surtout la Chine) dépenser des milliards et des milliards dans des développement de systèmes de défenses ABM et je pense que c’est le but rechercher ici. Guerre des étoiles part 2. En même temps ni la Chine ni la Russie n’avaient à investir massivement dans l’ABM puisque les USA étaient lié par le FNI et ne produisait pas de missile balistique à charge conventionnelle.
      .
      3- Ils vont pouvoir en vendre à certains pays agacés par d’autres qui se terrent derrière se type d’armement (Iran, CDN, Hezbollah) donc les clients potentiels pourraient êtres : Monarchies de Golfe, Israël, Corée du Sud, Japon.
      .
      4- Jumelage export + marché intérieur : On le vois présentement, tout le monde veux du Patriot Pac-3/MSE .. Bahrain vient d’en commander après l’AS et les EAU qui en ont recommander. Tout cela fait que les USA paient leurs propres systèmes beaucoup moins cher. Je vois assez aisément des commandes rapprochés de l’AS, EAU, Japon, Corée du Sud et Israël acheter des missiles balistiques de 1500km de portées .. Vous êtes les USA vous faite quoi ? Vous en profitez et vous passez au même moment une grande commande du même type de missile pour faire augmenter la cadence de production et du même coup, faire fortement baisser le prix unitaire du missile. Et à la fin ils placent le tout du Japon à Singapour.
      .
      Bref, il y à beaucoup d’intérêts stratégiques pour les américains à sortir de se traitée qui les menottait plus qu’autre chose face à une Chine qui exploite justement le balistique conventionnelle à sa guise.

      • Totorino dit :

        -J’ai rarement lu autant de conneries.

        • Nico St-jean dit :

          Moi j’ai rarement lu une critique si dure basé sur .. rien du tout en argumentaire …

        • Fralipolipi dit :

          @Totorino
          Alors merci d’argumenter un peu plus. Car on ne peut pas deviner en détails votre pensée dans votre phrase lapidaire de 6 mots.
          Les propos de Nico sont clairs, cohérents et détaillés.
          Si vous ne le suivez pas sur le fond, suivez le au moins sur la forme.
          .
          Amicalement S400 votre,

        • MD dit :

          Non.
          Il y a, au contraire, beaucoup de choses très sensées là-dedans. Les Européens feraient bien d’y réfléchir.

      • Krys dit :

        On va commencer par le point n°2, tu peux nous faire la liste des milliers de missiles que ton patriot a abattu ?

        • didixtrax dit :

          et ne pas faire la liste des missiles dégommés par la défense A/A syrienne

          • Nico St-jean dit :

            @ didixtrax
            .
            Euh .. Disons que oui, en toute objectivité la défense AA syrienne à abattu quelques missiles mais aucun balistique et disons que si on fait le bilan global de la défense antimissile syrienne avec le matériels russes, ce n’est pas très bon .. Autant de côté de la Coalition que du Côté Israélien, on peux dire que nous parlons d’une passoire. Et que le Pantsir-S1 est un très mauvais C-RAM qui doit être amélioré. Contrairement à ce qui à déjà été dis ici, le système n’à pas vraiment été saturé/testé de Delilah avant d’être détruit plusieurs fois.

      • Fred dit :

        @ Nico St-jean
        Cela m’étonnerait bien fort que les USA vendent des missiles balistiques à qui que ce soit : ils perdraient la main et la maîtrise des déclenchement des guerres. Si l’Arabie Séoudite en possédait, elle les aurait déjà tous balancés sur l’Iran !

        Quand au système Patriot qui aurait des « milliers » de missile balistique à son tableau de chasse, c’est euh … Un poil exagéré, mais juste un poil, hein ! :o)
        Il semble même que les Patriots soient assez peu efficaces contre les SS20, la coiffe et le corps de ce dernier, en se désintégrant dans l’atmosphère produisant des dizaines de cibles difficile à discriminer.

        • Nico St-jean dit :

          @ Fred
          .
          « Cela m’étonnerait bien fort que les USA vendent des missiles balistiques à qui que ce soit : ils perdraient la main et la maîtrise des déclenchement des guerres. Si l’Arabie Séoudite en possédait, elle les aurait déjà tous balancés sur l’Iran ! »
          .
          C’est trop simplisme et je n’y croit pas vraiment car déjà, l’AS se ferait rappeler à l’ordre par les USA (comme c’est déjà arriver mainte fois ses 30 dernières années) si le conflit risque de devenir trop dangereux et généralisé pour la région. Qui plus est, l’AS recevrait elle-même des balistiques en représailles de la part d’Iran .. Donc je doute fort qu’ils utiliseraient se genre de missile « à la légère ». Oui pour de la dissuasion ou en cas de réel conflit mais en dehors de ses 2 cadres, je n’y crois pas.
          .
          « Quand au système Patriot qui aurait des « milliers » de missile balistique à son tableau de chasse, c’est euh … Un poil exagéré, mais juste un poil, hein ! :o) »
          .
          Non c’est juste moi qui se mélange les pinceaux quand j’écris en rush avant de partir. De toute façon les autres me connaissent, je n’ai pas l’habitude des approx/intox. J’écrivais Balistique partout et à la base je voulais juste écrire que les système russes n’ont abattu aucun missiles balistiques en combat et très peu de missile en tout genres *- Alors que les Patriot en ont abattu des milliers-* Vu ? Mais si vous voulez un compte plus précis :
          .
          Depuis 1991 on parle de plus de 300 missiles balistique abattu au combat allant jusqu’à 400 selon les sources combinés et si on ajoute les tests US depuis 1981 et même la fin des années 1970, on dépasse 600. Et encore, pendant Iraqi Freedom, le Patriot à eu 100% d’efficacité mais Saddam n’à rien tiré ou presque sans compter les missiles qu’il à lancé sur des zones ou les troupes US n’y étaient même pas ..
          .
          En ajoutant les autres types de missiles/roquettes, ça dépasse 1000 et avec les tests, il y à tellement que je n’ai pas compilé .. Beaucoup plus de test par exemple, avec des missiles de croisières ou autres qu’avec les balistiques. Bref en tout et pour tout, on dépasse largement 2000.
          .
          « Il semble même que les Patriots soient assez peu efficaces contre les SS20, la coiffe et le corps de ce dernier, en se désintégrant dans l’atmosphère produisant des dizaines de cibles difficile à discriminer. »
          .
          1- Vous parlez d’un missile IRBM largement hors de portée des Patriot et qui plus est, qui n’existe plus depuis 30 ans ..
          .
          Cependant, les balistiques à têtes « leurres » sont bien connu comme la dernière version du Iskander qui arrive et les missiles ABM américains récents comme le PAC-3MSE, le SM-6, SM-3, THAAD, utilisent tous des CPU intégré au guidage qu’il soit IR ou radar pour traiter les leurres vis à vis du missile. Dans les tests à tirs réels, certains missiles US sont justement entouré de leurres multiples. Après, je ne vous dis pas que les américains et l’Occident vont abattre tout ce qui russes mais simplement qu’on est préparé.

        • Fred dit :

          Oups, j’ai grave beugué : lire « Scud » à la place de « SS20 »

      • Sblurb dit :

        Nico St Jean,
        1-Quantité d’autres vecteurs peuvent être efficaces sur des cibles fixes … même la « MOAB » de l’USAF est largée par avion. Au niveau du coût, si l’on déploie à grande échelle un missile sol-sol suffisamment précis et « durci » (EM, brouillage), avec une tête conventionnelle HE puissante, et en volume (ex 100 à 200 exemplaires) … je ne suis pas sûr que ce soit moins coûteux que, par exemple, un nouveau missile de croisière air-sol furtif, déclinable ensuite en diverses versions (ex Tomahawk nelle generation)
        2- d’accord avec vous: cela relance une course aux armements, rappelant ce qui se passait avec feu l’URSS dans les années 70 et 80… dans un tout autre contexte opérationnel.
        par contre pas d’accord avec vous sur le Patriot, dont si je ne me trompe le taux de succès en interception à l’impact est plus que contesté (ex. Scud B Dahran AB, 1991 : des dizaines de personnels US touchés)
        Voir aussi les surprises récentes en Arabie Saoudite, lors d’interceptions de missiles houtis…
        Quant au THAAD, il a été testé avec succès sur tirs iCBM, mais je ne crois pas sur des3- vecteurs à têtes multiples … mais je peux me tromper…
        3- Certes, ces pays exposés seront intéressés, mais là encore : prolifération d’armes à usage potentiellement « stratégique ». Cela va encourager potentiellement certains acteurs détenteurs ou potentiellement détenteurs d’une capacité nuc ou chimique de franchir le pas …
        4- En effet, effet d’échelle => moins cher pour US Army/USAF/USN, et garantie du plan de charge chez Raytheon / LM!
        Ce que je voulais dire, c’est que du strict pt de vue de la défense des Etats-Unis, il n’y a pas d’apport autre que le coût d’acquisition des systèmes anti-ballistiques. Et pour cela, on semble prêt à disperser des armes à la limiote stratégiques un peu partout à n’importe qui …

    • aleksandar dit :

      L’intérêt est très simple.
      En cas de première frappe nucléaire US, ce qui est prevu dans leur doctrine d’emploi, compte tenu de la faible distance et de la durée de vol , les russes n’auront pas le temps de réagir, ce qui permettrait la destruction de leurs propres sitesde lancement.
      En théorie.
      Les US étant persuadés que les russes n’oseront pas effectuer des frappes nucléaire en représailles.

      • Christophe dit :

        C’est pas un peut suicidaire comme théorie ?

        • Plusdepognon dit :

          @ Christophe
          La doctrine de l’équilibre de la terreur qui a prévalu dans le non-emploi de la bombe nucléaire était la certitude de la destruction réciproque.
          Rompre cet équilibre, c’est s’approcher de cette folie d’appuyer sur le bouton.

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      L’intérêt c’est le prix.
      Là ou un Tomahawk coutera X centaines de milliers de dollars, un missile hypersonique en coutera lui X millions.
      Pour des frappes dans la profondeur stratégique, les Américains (et les Russes aussi) préfèrent donc la quantité, quitte a ce qu’un certain nombre se fassent intercepter.
      Ce qu’il faut bien comprendre cependant c’est que les Américains n’ont PAS besoin d’un Tomahawk conventionnel tiré depuis le sol. La seule raison qui les poussent à le faire c’est pour montrer qu’ils ont toujours la possibilité de le faire. C’est une bonne raison en soi.

    • Nico St-jean dit :

      @ Tous
      .
      Suis-je le seul à croire que les USA ne vont pas du tout en rester au « tomahawk de base » et naturellement aller vers le balistique avancé ? Comme l’avance le Pentagone d’ailleurs.

      • Plusdepognon dit :

        @ Nico St- jean
        Les USA veulent être les meilleurs en tout. Donc non, vous n’êtes pas seul à faire cette hypothèse !

  4. Bob dit :

    La fin du traité FNI arrange les USA et la Russie. Les américains qui procèdent à des tests après leur retrait est donc logique. Les russes se sont également retiré du traité. Je pensais que ce type de missile testé pouvait transporter des têtes nucléaires.
    La communication russe est de la langue de bois. Surtout quand on sait que les missiles à portée intermédiaire sont destinées au parti communiste chinois. Le PCC a d’ailleurs mis en garde les USA sur l’installation de missiles dans la zone indo-pacifique allant même comparé ces futures installations à la crise des missiles de Cuba de 1962 entre l’URSS et les USA. J’espère que Trump décidera de mettre des missiles intermédiaires à la porte de l’empire du milieu afin de sécuriser les différents pays alliés (Japon, Australie…) et les installations militaires américaines de la zone. Une course à l’armement dans la zone indo-pacifique est inéluctable avec la montée en puissance de l’armée populaire du PCC et de sa projection au-delà de zone côtière.
    Pour le moment, il n’est pas question de nouvelles installations de missiles en Europe par l’OTAN, ce qui devrait rassurer les russes. Ils pourraient craindre pour leurs installations situées sur le Pacifique et en Sibérie mais ces dernières régions ne sont pas la priorité des russes.

  5. Lagaffe dit :

    Vu que ça fait au moins 5 ans que la Russie violait le traité FNI et plus longtemps encore que la Chine développait ce type d’armes à longue portée, le pentagone a eu largement le temps de réfléchir à diverses solutions pour rattraper son retard dès l’abandon prévisible du traité par Washington.
    Il est dommage que rien n’est été prévu du coté européen dans le sol-sol à longue portée.

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      Un Sol-Sol longue portée n’aurait d’intérêt que pour de la défense de territoire.
      Notre territoire national n’étant pas menacé par ce genre d’armes, il n’y a pas de raisons de nous en équiper nous-même.
      Les Russes ont plus besoin d’un sol-sol parce qu’ils n’ont pas les capacités de projection et de déploiement qu’ont les américains.

    • Eurafale dit :

      Non, pas vraiment. Le FNI « mettait » en sécurité les européens vis à vis de ce type de missile. La disparition du FNI est une aubaine pour les USA car ils ont « enfin » les mains libres pour développer leur arsenal afin de contrer la Chine (qui n’a jamais été signataire du traité), mais en est également une pour la Russie qui en profite pour montrer les muscles afin de peser encore plus dans les relations internationales.

      En Europe ça ne servirait à rien car :
      – un conflit de haute intensité avec la Russie est quand même nettement improbable.
      – les pays de l’est « ex-URSS », nettement plus pro-américain que pro-européen vont sûrement demander aux USA de déployer ces nouveaux systèmes chez eux, pour « leur sécurité ». Les ‘ricains vont sauter sur l’occasion et les Russes pourront encore une fois jouer les martyres… Tout en omettant le fait qu’ils n’aient jamais livrer la moindre info sur leur Novator (ce qui aurait pu contribuer à la sauvegarde du FNI).

      Donc « Il est dommage que rien n’est été prévu du coté européen dans le sol-sol à longue portée. », peut être que simplement, les européens en ont ras-le-bol des sempiternelles guerres sur leur sol, qu’ils ont compris que la fin du FNI c’était la porte ouverte à une nouvelle course aux armements et qu’ils essayent de montrer l’exemple mais qu’avec des tordus nationalistes, à l’est, à l’ouest et même au centre, c’est peine perdu.

      • Norad dit :

        « un conflit de haute intensité avec la Russie est quand même nettement improbable »
        Tout comme est improbable l’annexion de la Crimée, les infiltrations russes en Ukraine, la Géorgie. Somme toute les russes sont de brave gens, nous voila rassurés.

        • aleksandar dit :

          Comparer un conflit de haute intensité a ce qui s’est passé en Crimée, en Géorgie ou en Ukraine démontre une profonde inculture militaire.
          Ou alors vous ne savez pas ce qu’est un conflit de haute intensité.

        • Eurafale dit :

          Je parle d’un conflit de HAUTE intensité. Je vois mal la Russie s’attaquer de front, ses troupes clairement identifiables, aux pays Baltes (présence de l’OTAN), à la Pologne ou à d’autres pays de l’UE. Clairement, qu’est ce que ça apporterait à Poutine ? Il est bien trop occupé à tester son matos en Syrie, un peu comme tout le monde en ce moment.

          Les conflits dont vous parlez sont des conflits asymétriques, avec déstabilisation des gouvernements et régions, infiltration etc… On parle de conflits de BASSE intensité.
          – En Crimée, l’armée russe n’a pas fait usage de la force, tout comme l’armée ukrainienne. Il n’y pas eu de conflit (un peu comme la Chine avec les iles Spratleys, on pose nos soldats sans coup de feu et maintenant qu’ils sont là, on dit que c’est à nous).
          – Dans le Donbass, les russes soutiennent des séparatistes ukrainiens et n’agissent pas à découvert, bien qu’ils se soient fait gaulé (et qu’au passage ils continuent à prendre le reste du monde pour des cons). L’Ukraine est plus dans une guerre civile que dans une guerre ouverte avec la Russie.

          Quand à la Géorgie, est-ce que ça a constitué une menace pour l’Europe ? Pas du tout, l’Europe a poussé sa gueulante pour la forme, mais au final, et si on veut être hypocrite à fond, ça a arrangé « presque » tout le monde : les Russes récupèrent du territoire, l’OTAN récupère un nouveau pays aux frontières russes, les séparatistes géorgiens, ossètes et abkhazes retournent dans la sphère d’influence de Poutine et la Géorgie peut enfin acheter du matos américain.

          Sinon, je ne cautionne pas ces conflits, Poutine est un paranoïaque qui est resté coincé dans la guerre froide. Pour lui, toutes les anciennes républiques de l’ex-URSS qui se détournent de la Russie sont des traîtres à remettre « dans le droit chemin », qu’il faut absolument conserver dans le giron russe. Sans compter que les USA sont l’ennemi et qu’il fait tout pour attirer leur attention. Cela lui permet aussi d’exister sur la scène internationale et de faire passer la Russie comme martyre des occidentaux.

          • Goulag dit :

            Entièrement d’accord avec vous.

          • Desty dit :

            Poutine n’est pas paranoïaque et ne décident pas tout tout seul. La Russie a une doctrine qui dit pas de base de l’OTAN chez mes voisins directs. Il n’ont pas pu l’empêcher chez les Baltes mais ils se donnent du mal pour l’empêcher ailleurs. Si la diplomatie et la discussion ne donne rien, créer des contentieux territoriaux leur apparraient comme le meilleur moyen de le faire puisque les Américains ne prennent pas dans l’OTAN les pays qui ont ce genre de contentieux (ex: Chypre).
            Le premier pays ex-soviétique à avoir vu fleurir une république fantoche c’est la Moldavie avec son improbable Transnistrie totalement non-viable et peuplé de Russes ethniques. La chose s’est faite dans la foulé de l’effondrement de l’URSS, bien avant que Poutine accède au pouvoir. Poutine ne fait que reprendre une politique qui a été mis en place il y a 30 ans.
            Les Russes ont très bien expliqué pourquoi il ne voulait pas de l’OTAN à leur frontière avec des arguments rationnels qui n’ont pas changé d’un iota depuis des décennies. Ce n’est pas une maladie mentale. Les malades mentaux coincés dans un esprit de guerre froide rance et moisi ce sont ceux d’en face qui font semblant de ne pas comprendre ce que disent les Russes et qui doivent mélanger le réel et la fiction pour cela. Cliniquement ça s’appelle de la schizophrénie.
            Une pensé pour Einstein qui définissait la folie comme la capacité à rééditer sans arrêt les mêmes comportements en espérant obtenir un résultat différent. Ne sont ils pas fous les gens qui ont putché le gouvernement Ukrainien puis fait préparer l’intégration de l’Ukraine à l’OTAN par les fantoches de Kiev et qui ne s’attendait pas à ce que la chose débouche sur contentieux territorial ? La chose est arrivé partout où ces manœuvres ont été organisé depuis 30 ans !

    • Lagaffe dit :

      Au delà du déploiement en Europe, nous pourrions aussi déployer ce type d’armes à l’étranger comme « artillerie à longue portée » à la place du LRU qui ne dépasse pas les 70km, ce qui économiserait des ressources de l’armée de l’air.
      Les russes ont utilisés des missiles lancés de navires pour frappés au coeur de la Syrie.
      Et comme les chinois qui déploient leurs missiles sur des îlots, en déployer dans les Drom-Com, augmenterait considérablement la défense de nos territoires d’outre-mer.

  6. Montaudran dit :

    Il me semble que ce tir est un non événement.
    C’est tomahawk tiré à partir d’un VLS mk41 comme ils en ont des dizaines dans leurs destroyers et croiseurs. Ils ont juste posé un VLS sur une remorque sur terre… Donc pas de matériels nouveaux.
    De plus c’est juste un test pas encore un matériels prêt au combat.

    Ceci étant on sent que les USA sont en train de changer de paradigme, ils sont dans l’optique de la montée en puissance de la Chine qui elle ne rêve que de sortir les USA de la mer de Chine et plus si affinité.

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      En son temps, le BGM-109G Gryphon était tiré d’un TEL propre. C’est a ça que doit aspirer une attaque sol-sol de portée moyenne.
      Ce tir, comme vous le dites donc, est plus un événement en termes de communication (comprendre « Nous aussi Américains pouvons avoir cette capacité de frappe longue portée sol-sol si besoin ») qu’une véritable avancée technique.

  7. aleksandar dit :

    La plate forme MK-41 qui équipe les sites Aegis en Roumanie et Pologne peuvent parfaitement servir de base de lancement pour des missiles tomawaks a tete nucléaire.
    Il suffit d’une journée pour remplacer la rampe de lancement de 5.30 mètres par celle de 7.60 mètres.
    Tout le reste du système est commun.
    Mais bien sur, tout le monde sait qu’ils sont installés aux frontières de la Russie pour intercepter les missiles iraniens, n’est ce pas ?

    • Stoltenberg dit :

      Peut-être qu’ils sont censés intercepter les missiles russes.
      .
      Et quid des missiles dotés d’ogives nucléaires, Iskander qui violent l’INF depuis des années et qui sont installés à Kaliningrad ? Ça a l’air d’être un peu plus dangereux que des systèmes antimissiles américains. La propagande russe tente de présenter ces systèmes de protection contre la Russie comme étant des sites de lancement de missiles imaginaires Tomahawk, interdits par l’INF, que l’Amérique a retiré il y a longtemps. Contrairement à la Russie, l’Amérique respectait l’INF… Et ces Iskander, ils visent quoi, en fait ? Des cibles en Allemagne, Pologne, Suède ou dans les pays baltes…

      • Goulag dit :

        Merci pour ces rappels qui vont faire couiner les Trolls et Bots russes de ce forum.

    • Frédéric dit :

      Si vous pensez qu’un batterie fixe dans un bâtiment à découvert au millieu de villages grouillant de guetteurs avec téléphone satellite est un excellent lieu pour une déclencher une première frappe avec un missile subsonique

      • Gribeauval dit :

        En cas de tir nocturne, ou par mauvais temps, bien malin qui pourrait différencier un tir de Tomahawk de SM-3. En phase de boost, les deux tirs se ressemblent comme deux gouttes d’eau.
        Les russes n’ont absoluement aucun moyen de savoir ce qu’il y a dans les canister VLS en Pologne, et s’il y avait des tomahawk parmi eux, ils ne le sauraient que quelques instants avant impact.
        Les peurs russes sont bel et bien justifiées. C’est bien la tout le problème.

        • Pierre dit :

          Pas vraiment.
          Si tir de SM-3 il y a c’est que tir de missile balistique en provenance du sud-est de la l’Europe il y a eu. Ce n’est un secret pour personne que les russes possèdent des moyens de détection (sat et radars longue portée) des missiles balistiques; ils publient d’ailleurs des stats chaque année. Ils sont donc très bien informés de ce qui arrive de cette zone et en cas de tir de SM-3 ne seront pas vraiment surpris… A l’inverse un tir depuis un site AEGIS ashore sans détection de missile balistique leur mettrait la puce a l’oreille.

          • Gribeauval dit :

            Pas vraiment.
            Soyez créatif! On peut très bien maquiller un tir de tomahawk sous couvert d’exercice de tir de SM-3. Ou bien même prétendre faire un tir anti-satellite.
            Quelques SM-3 seraient effectivement tirés, et pour le reste, des Tomahawk. Et hop, le tour est joué.
            Par ailleurs le système d’alerte précoce russe n’est certainement pas fonctionnel, contrairement au système US…

    • Goulag dit :

      Argument grotesque et sans réel fondement tactique. Vous même vous n’y croyez pas mais comme Sputnik l’a dit l’autre jour… Ces sites sont fixes donc vulnérables et facilement détectables. Si les US s’amusent à bricoler les rampes, le renseignement russe le saura assez vite et donnera l’alerte. Rybakov poussera alors des cris d’orfraies. Enfin le design de défense du territoire Otanien est effectivement (radars sectoriels SPY-1) orienté vers le sud-est de la zone et donc vers l’Iran. Pas vers Moscou mais bon ça c’etait pas écrit dans Sputnik alors forcément vous pouviez pas y penser…

    • Gribeauval dit :

      Les canisters pour les missiles anti-balistiques SM-3 et pour les Tomahawks sont les mêmes (longueur 7.7 m ou 7.9m, vérifier). Pour la simple raison que les missiles eux-mêmes ont des dimensions très proches.
      Encore une fois, c’est bien là le point crucial. Les Russes n’ont aucun moyen de savoir ce qu’il y a réellement dans les cellules VLS…

  8. chaw dit :

    Si les Etats-Unis veulent commencer une nouvelle course aux armements avec la Russie ou la Chine, ils seront les seuls à courir vite pour se rattraper eux-mêmes, autrement dit, ils ont déjà perdu . La Russie et la Chine ne courront pas, autrement dit, ils ont déjà gagné !!

    • Frédéric dit :

      Gag ? Qui a déclaré avoir des armes  »invincibles » et développent des armes à propulsion nucléaire abandonné par les vils impérialistes américains il y a 70 ans avec des ogives de  »100 megatones » pour le drone sous-marin selon Spoutnik.

    • Desty dit :

      Frédéric a raison sur ce coup: Poutine a fait beaucoup pour la relance de la course aux armements et les Chinois aussi avec leurs armes antisatellites.

  9. dakia dit :

    Avec tout cette course aux armements entre puissance nucléaire, j’ai vraiment du mal à comprendre à quoi sert la dissuasion nucléaire.
    Si un pays nucléaire X, balance des dizaines de missiles « conventionnelles » sur le sol d’un autre pays nucléaire Y, que risque t-il à part « juste » recevoir à son tour des missiles « conventionnelles » ?

    • wagdoox dit :

      C’est la question qui amené au MAD (mutual assured destruction) mais ca nécessité qu’aucun pays ne mettent en place de défense anti balistique. Traité rompu par les US sous Bush en pensant à l’Iran (soit disant).
      Le but maintenant c’est d’avoir un bouclier impénétrable (ou de limité au plus faible nombre) et passer les défenses adverses.
      Les missiles de croisières conventionnels peuvent être armé avec une tete nucléaire rapidement aux US comme en Russie. Et meme en restant conventionnel, l’intérêt stratégique est de pouvoir démolir un centre de commandement de la dissuasion par exemple.
      Enfin une puissance nucléaire faible dans le conventionnel n’aura aucune proportionnalité dans la réponse. La France après le plan Z de bercy ca aurait été de dire aux terroristes arrêtez ou j’utilise une tete nucléaire, réponse complètement disproportionnée et pas crédible du tout. Le conventionnel c’est une capacité d’action, le nucléaire c’est l’assurance vie.
      Donc pour vous répondre, il risque une tete nucléaire préstratégique dans la gueule voir un M51, tout depend de la cible du MC, si c’est dans un entrepôt desert ou sur l’Elysée.

    • nexterience dit :

      Vue la doctrine actuelle,
      La dissuasion nucléaire évite une agression nucléaire.
      Une dissuasion conventionnelle de 200 chars dissuaderait une agression conventionnelle.
      Et une dissuasion de centaines de missiles conventionnels sera la réponse à des centaines de missiles conventionnels visant les points vitaux de la France.

    • Patatra dit :

      La dissuasion nucléaire c’est notre assurance vie… mais pas que grâce à nos deux composantes sous-marines et aviation.

      En gros si ça commence à déconner on lance les avions, le décollage de ces derniers est visible et leur vol tout de suite porté à la connaissance de tout le monde. C’est un gros moyen de pression, quand on sait que les avions sont partis et qu’en bout de bout de course c’est un missile nucléaire hypersonique qui part, ça porte à réfléchir. Les avions sont rappelables. De même la durée d’une mission de ce type laisse le temps de réfléchir à la partie adverse. J’aime bien le nom d’exercice poker car c’est un peu un gros coup de poker et au pire c’est le dernier avertissement.

      L’utilisation du M51 serait plutôt (à mon sens) en deuxième intension car ce serait révéler la position de notre ou nos SNLE au premier tir. Le SNLE son job c’est la frappe stratégique en d’autre terme on balance tout et Yala.
      La défense anti-missile ballistique, comme l’américaine, s’adresse je pense aux puissances nucléaires secondaires, qui ont moins d’ogives ou sont technologiquement moins avancées. Bref, c’est un peu la réponse au puissances nucléaires émergentes qui s’imaginerait être l’égale des US avec une force de frappe, mais pas à la Russie qui sait très bien qu’elle a les moyens de passer ne serait-ce que par le nombre.

  10. Frédéric dit :

    En Asie de l’Est, Taïwan développe aussi ses propres missiles de croisière d’une portée de 1200 km. Les Sud Coréens qui avaient passé un accord de limitation de la portée de leurs missiles balistiques avec les Américains ont du avoir le feu vert pour oublié cette limitation. Manque plus que les Japonais s’y mettent et qui avec leur flotte de sous-marins pourrait embarqué une volée appréciable de missiles a changement de milieu.

  11. nexterience dit :

    Ça me rappelle le début du Secret de l’Espadon » où l’Occident succombe à des centaines de missiles conventionnels.
    Si le coût des missiles balistiques pouvant traîter des centres de commandement et des points névralgiques, que faire?
    – avoir la même menace ? ( Doctrine de dissuasion)
    – avoir des Aster Block 2 de partout?
    Bref, la doctrine à réfléchir ressemblera peut-être à celle du nucléaire.
    Cette course à l’armement risque de tuer l’indépendance européenne si nos pays ne se réveillent pas. Les savoir-faires français sont indéniables dans ces domaines.

    • Frédéric dit :

      On voit bien l’Arabie Saoudite commencé à envisagé de se retirer du Yémen après que les Houtis ont réussi à frappé leurs champs pétroliers à plus de 1200 kms de chez par drones ou missiles. On ne peut tout protéger partout et cela peut faire un un élément de chantage dans les relations entre une  »techno guerilla » et un État.

  12. Polymères dit :

    Je rejoins certains commentateurs sur le fait que les USA anticipent un réveil de la Chine.
    Depuis la chute de l’URSS, les américains étaient dans une posture de suprématie incontestée et ou ils pouvaient avancer leurs pions ou du moins empêcher les autres d’avancer les leurs. Ils avaient acquis une certaine mainmise dans différentes zones avant de s’empêtrer dans les conflits afghans et irakien au auront refroidis bien du monde outre-atlantique. Pendant que les américains faisaient la guerre au Moyen-Orient, les chinois se sont renforcés et ont commencés par s’activer, par bouger leurs pions, par devenir une menace sérieuse.
    Dans le même temps on voyait une politique de désengagement initiée par Obama, retrait d’Irak, d’Afgha, on évite d’entrer dans de nouveaux conflits et on pense carrément à se désengager d’Europe au profit d’un renforcement en Asie, une Europe pour laquelle on estimait pouvoir couvrir le retrait par un bouclier anti-missile, que la Russie resterait calme dans ses frontières (malgré la guerre en Géorgie).
    Toutes ces choses se sont plus ou moins faîtes, mais ce qui est certain c’est que les russes se sont réveillés et bougent leurs pions, que la Chine, doucement mais sûrement se construit une armée qui dépasse la simple défense limitrophe, une armée devenant menaçante, une économie (même si ça n’est plus les folles années) qui agace, un pays qui tout bonnement est « apte » à créer un vrai contre-poids aux USA régionalement et au delà.

    Même si à Moscou on aime se sentir le centre du monde et des intentions militaires des américains, la Russie veut se sentir crainte par les USA bien plus qu’elle ne l’est réellement. Les russes sont l’anti-jeu américain d’hier qui s’accroche encore a une image et quelques gesticulations et mesures qui revêt du symbolique. La Russie est aujourd’hui un problème pour les alliés des USA et s’avère être une épine dans le pied bien plus qu’elle n’est son centre d’intérêt. Les russes en réalité n’ont pas les moyens de rivaliser avec les USA, ils ont les moyens de les emmerder, de les menacer, de jouer la peur de l’apocalypse, d’alimenter une idéologie contre leurs intérêts, mais les russes n’ont aucun leviers sérieux pour vraiment contraindre les USA, même s’ils prétendent le contraire, même s’ils font croire qu’ils vont mettre à terre le dollar, qu’ils vont empêcher les américains d’agir en Syrie, de se renforcer dans les pays de l’Est etc, les russes restent incapables de vraiment causer des ennuis sérieux. Ils subissent au contraire cette nostalgie et cette obsession à vouloir être la référence anti-américaine, des actes et des gesticulations qui amènent que des sanctions, des renforcements militaires et d’autres choses qui sur le long terme ne profitent en rien aux russes, ces derniers, manquant tellement de leviers contre les USA, sont réduits à devoir agir contre ses alliés en Europe et en cherchant à se mettre à l’abri de nouvelles sanctions, tel que l’éviction du dollar ou des titres du trésor américain, quelques milliards qui semblent toujours dans leur propagande être LE truc qui va changer le monde et faire tomber l’amérique, il n’y a qu’à voir les commentaires pour voir que ça suffit pour cultiver l’esprit de « puissance » d’une Russie agissant pour affaiblir les USA, dans les faits, ça n’a aucun impact.
    D’ailleurs ce n’est pas pour rien que les russes doivent se tourner vers les chinois, pas pour rien que dans la propagande russe, on prend de plus en plus les chinois et leur pouvoir militaire et économique comme nouvel espoir, qui ne fait que montrer en réalité les limites de la Russie.
    Les faits sont là, le vrai rival des USA, c’est la Chine, même si la Russie garde cette image historique, elle ne l’est que dans l’esprit et non dans les faits, les russes eux même se remettant presque aux chinois pour vraiment avoir du poids, les russes qui cherchent à faire passer le BRICS comme une alliance qui jouerait presque un rôle anti-américain, les russes, seuls, ne sont pas grand chose dans cette lutte et ils font également l’erreur de croire que leur obsession de lutte contre les américains, de l’Otan, d’affaiblissement, est partagée par les autres. En réalité pour les chinois, lutter contre les américains et leur influence n’est pas son obsession, ni l’intérêt premier de sa géostratégie. C’est là une grosse erreur des russes, c’est de penser que les chinois pensent comme eux, veulent agir comme eux et défendent la même logique, que les chinois font tout ce qu’ils font juste pour éliminer l’influence et la puissance américaine. Non cette guerre d’égo n’est pas pour la Chine qui va préférer avoir les américains comme partenaires économique lui amenant des centaines de milliards d’€ que de se froisser avec eux. Je le redis, la Chine est une menace pour Taïwan, certes, mais s’il faut désigner d’autres régions, ce ne sera pas le territoire américain, ni le Japon, ni l’Europe, mais plutôt les pays d’Asie centrale. Les russes doivent l’avoir en tête, la Chine ne fera pas la guerre aux USA pour que la Russie profite de la situation, la Chine agira dans son coin, ce coin n’est pas l’Europe de l’Est (les chinois qu’on dit alliés des russes ne reconnaissent pas la légitimité de l’annexion de la Crimée).

    En attendant que les chinois lient les mains à ces pays d’Asie de l’Est avec la route de la soie et ses milliards de dettes qu’ils vont devoir rembourser, les américains optent pour une approche défensive, ils défendent le terrain qu’ils ont « acquis » et comme un peu partout dans le monde, la défense se fait par la dissuasion et les missiles jouent un rôle important.
    Les USA ferme la porte à la Chine à l’Est du pays, les russes donne les clés pour l’ouest.
    Les américains vont contraindre les russes à ne plus bouger à l’Est de l’Europe, quand les russes s’imaginent encore une invasion de l’Otan.
    Oui il y a bien un changement stratégique, c’est celui du basculement des USA d’un mode « offensif » à un mode « défensif », un mode ou l’on cherche à empêcher l’émergence de la Chine sur son terrain, les chinois regarderont alors ailleurs en attendant…

    • Euclide dit :

      @ polymères
      Votre analyse stratégique est séduisante mais …..2 bémols à mon goût
      1) vous oubliez la future crise financière mondiale qui va provoquer la dédollarisation
      2) personne ne sait lire dans les boules de cristal , pas plus les chinois que vous ou moi. En d’autres termes, l’Histoire est du domaine de l’inconnu.
      Ex: qui prévoyait l »émergence phénomène des GJ en France depuis le 17 Novembre 2018. Réponse, personne.

  13. Une nouvelle guerre froide s’installe !!!
    Voici un reportage sur l’ancienne tiens, ça rappelle le bon vieux temps …

    https://www.youtube.com/watch?v=oP6Q3HrLfS8

  14. Mars dit :

    Ce traité n’arrangeait ni les uns, ni les autres…

  15. Molloy dit :

    Kim…euh pardon, Donald vient de tirer un missile. La communauté internationale va saisir le conseil de l’ONU…Ah en fait, non.

    • Lagaffe dit :

      Comme quand la Russie, la Chine ou la France testent des missiles.
      L’ONU garde le club fermé pour éviter la prolifération.

  16. Goulag dit :

    Et les catatrophes sur le sous-marin espion Losharik et le missile invincible Burevestnik sont aussi la faute des ricains? Va expliquer ca aux femmes et enfants des pauvres spécialistes russes sacrifiés pour l’égo de Poutine et de son équipe de marroniers.