L’armée de l’Air se dote de drones de surveillance autonomes

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

5 contributions

  1. Wagdoox dit :

    Donc c’est robot

  2. Carin dit :

    Pas tout à fait… ça manque d’autonomie de traitement de l’image prise dans le champ des caméras de ces drones…
    imaginons une base surveillée par trois de ces drones.. cela nous donne trois écrans de contrôle sous les yeux d’un homme.. si le drone 3 capte une présence humaine, les images sont envoyées sur l’ecran 3.. si l’homme regarde à ce moment là l’ecran 1, le drone 3 ne se focalisera pas sur cette présence humaine et passera son chemin… du coup pas vu pas pris. Il faudrait faire entrer dans la boucle un ordi doté d’une IA, qui elle avertirait l’homme de cette présence, l’homme prendrait alors la main sur le pilotage du drone 3 et avertirait ses collègues tout en les guidants!

  3. bo2 dit :

    La partie de la page « Voir aussi… » est toujours avec des liens qui ont 2 à 4 ans ! A quoi cela sert il ?

  4. Le Glaive dit :

    On va donc faire évoluer des drones dans le volume aérien de bases où évoluent des avions, des hélicoptères, dans différentes phases d’approche, de décollage, de break, de manoeuvres diverses à basse altitude.. Moi je veux bien, mais ça va pas sécuriser grand-chose, quand il faudra indiquer ce risque supplémentaire aux pilotes, alors qu’il sont déjà dans des phases complexes où ils ont beaucoup de choses à faire et à surveiller en même temps …