La France fait de la lutte informatique offensive une « arme de supériorité opérationnelle »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

6 contributions

  1. B21raider dit :

    Sur un autre registre, le F-35 a été choisi par Singapour.

  2. nimrodwing dit :

    C’est a la fois le futur de la guerre et en même temps d’actualité vu l’utilisation intensive des systèmes informatisé, système électronique armés, logiciel de contrôle, équipement des système avionique ect …
    Entre les informations sensible, secret défense tout un système non contrôlé peut bloquer une armée a ce stade là. On comprends mieux pourquoi l’intérêt de développer un tel projet dans un très proche avenir.

    • Stoltenberg dit :

      Le futur? Oui, certes mais c’est aussi le présent! Et nous n’avons pas fait grand chose en cette matière depuis 30 ans alors qu’il fallait car les puissances contestataires comme la Russie, la Chine ou la CdN ont beaucoup misé sur ce genre de techniques. Et l’Occident semble être totalement désarmé dans ce domaine. Mieux vaut tard que jamais.

  3. wellcort dit :

    Le dernier livre préfacé cette année par le COMCYBER « Tactique cyber » semble proposer des réflexions sur cette intégration tactique dans les OPEX. C’est bien que l’on ne soit pas encore en retard d’une guerre.

  4. nexterience dit :

    L’analogie avec de la troisième dimension est intéressante.
    -L’air a sa propre armée, pour maîtriser sa dimension.
    -Elle est aussi systématiquement combinée aux autres armées en conflit conventionnel (blitzkrieg numérique)
    -Et Chaque armée a son propre système anti-aérien.
    .
    -On peut imaginer aussi une composante dissuasion au cyber : destruction temporaire de la chaîne alimentaire et médicale d’un pays.
    .
    Le cyber est clairement une 4e dimension et une armée a part entière.

    • Ping dit :

      @nexterience
      Pour le médical, faudrait quand même vérifier auprès d’un LEGAD… Pas sûr qu’on doive (cyber)tirer sur les ambulances !
      Par ailleurs, ceci est vrai et également applicable au spatial.