Ceux de 14 – Max Mader, un héros français de la Grande Guerre d’origine… allemande

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

22 contributions

  1. Masaryk67 dit :

    je me permets de partager un petit lien Youtube sur une chaîne qui retrace certains faits historiques avec une pointe d’humour

    https://www.youtube.com/channel/UCDyyFxXcMKrRLc6QM2OlRwA

  2. heaume44 dit :

    Magnifique guerrier.
    Avec peu de soldats, mais des très bons…
    Mes respects posthumes au sous-lieutenant Max Mader.
    Merci à Laurent Lagneau pour cette page d’histoire inconnue (de moi au moins).

    • ARAB dit :

      IL ETAIT AVEC UN GROUPE D ALGERIENS LE SOUS -LIEUTENANT MARX MADER.

      • Auguste dit :

        Le 2ème RE faisait partie de la Division Marocaine.Marrant qu’on l’appelle « Marocaine »,alors qu’elle était composée d’ Algériens,Tunisiens,Zouaves,Légionnaires.

      • Vince dit :

        Max. Marx, il devait être sapeur. Ou il aurait pu l’être.

  3. felipe dit :

    horreur, vous parlez d’héroisme militaire et de chefs compétents !!! c’est pas bien ! vous êtes en france NDD !!! on est tous des victimes .. de quoi , on ne sait mais des victimes quand même.

  4. Stoltenberg dit :

    Bien! Quelles que soient les origines, être un Français c’est etre attaché à ce Pays, a sa culture et a ses valeurs et surtout, oeuvrer pour son bien.

    • Auguste dit :

      « La France a des volontaires,l’Allemagne des déserteurs » aurait dit un député (Albert De Mun?)

  5. revnonausujai dit :

    la Légion a laissé le choix aux hommes de nationalité ennemie, soit rester en AFN, ce qui n’était pas forcément non plus une sinécure notamment au Maroc, soit combattre en métropole. L’ A/C Mader avait de toute évidence un sacré compte à régler avec l’armée allemande.

  6. Auguste dit :

    Dans le 2ème RE il y avait les Garibaldiens.Une petite pensée pour eux,parce que même les Italiens les ont oubliés.Dans la même veine du soldat d’exception que fût Max Mader,et après la polémique sur Petain,je m’autorise à en faire une autre, en remémorant les faits d’arme d’une rare audace du jeune Darnand.Par la suite il se dévoya et tout fut effacé.

    • Renard dit :

      Y compris le Darnand de la drôle de guerre, surnommé le premier soldat français…
      Dommage qu’il n’ait pas rejoint la France libre…

      • Auguste dit :

        Il avait demandé à rejoindre De Gaulle,mais il avait été trop loin avec la milice.Sinon De Gaulle l’aurait pris.C’était un homme de guerre pas un politique,Darnand.Comme la plupart des anciens combattants il idolâtrait Petain et l’a suivi par fidélité jusqu’au pire.Quand il s’est réveillé il était trop tard.

  7. Vert Alpha dit :

    Bonsoir,
    permettez moi de partager ces quelques renvois… …que d’espoirs.
    Et aujourd’hui 100 ans après où en sommes nous ?

    http://www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/histoire/1914-1918/la-seance-du-11-novembre-1918
    Assemblée Nationale – Séance du 11 novembre 1918
    Lecture de l’armistice par Georges Clemenceau président du Conseil
    http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/wormser.asp
    Paul Deschanel, 13/02/1855 – 28/04/1922 Président de la Chambre des Députés 1898-1902 et 1912-1920
    M. Deschanel s’adressant à l’Alsace au travers des deux députés alsaciens présents (2) ce jour là:
    «…C’est toute la France, de tous les temps, notre ancienne France comme celle de la Révolution et de la République triomphante, qui respectueuse de vos traditions, de vos coutumes, de vos libertés, de vos croyances, vous rapporte toute sa gloire !… »
    Bonne lecture et honneur à nos Aïeux
    VA

  8. Sempre en Davant dit :

    Le drapeau du RMLE tenu par le lieutenant-colonel ROLLET entouré de la garde au drapeau : l’adjudant-chef MADER, trois caporaux AROCAS, DIETA et LEVA, tous chevalier de la Légion d’Honneur.
    .
    Merci!
    .
    S’il nous faut bien subir ces piteux qui nous gouvernent jusque dans la lecture des discours présidentiels par les maires (ils auraient pu mal penser, …, l’Élysée pense pour eux) si tout est fait pour que nous perdions le nord il nous reste toujours l’ombre des monuments aux morts et ces étrangers qui ont rallié la France!
    .
    La saga officielle des commémorations – profanations – déformations aura été lamentable… Indigne de l’événement!

  9. ceux Max MADER a l’image des hommes de rang, sous off et certains officiers francais de cette 1 er guerre mondiale, des lions commandés par des Anes comme aimé le dire le premier lord de la mirauté Winston CHURCHILL !

    • revnonausujai dit :

      bof, bien que passé par Sandhurst, les compétences miltaires de Churchill étaient largement discutables !
      du meurtrier foirage des Dardanelles aux  » 100idées par jour dont 99 mauvaises » de la Seconde, les généraux de sa gracizuse majesté avaient appris à faire le dos rond et contournet l’obstacle.
      Reste qu’il a su personnifier John Bull à un moment critique

  10. Test dit :

    A quand l’article sur Albert Roche ? ^^

  11. Romulus dit :

    Un beau héros et c’est quand même dingue que pour le centenaire, on n’a pas été capable de financer un film référence grand public à l’américaine pour rendre hommage à tous ces héros (un peu comme The Lost Battalion).
    Cela aurait changé des films déjà réalisés sur le sujet où les chefs sont lâches et incompétents et où les soldats sont pacifistes et névrosés. Mais à l’ouest rien de nouveau , avec l’argent public on préfère financer les navets habituels, lénifiants et plein de « bons sentiments » à 3 balles (un peu comme le forum de la paix hier)

  12. Delépine dit :

    Laurent Lagneau
    « L’écrivain Ernst Jünger, qui relatera, en 1936, son expérience de légionnaire dans  » Jeux africains », prit la décision de déserter pour rejoindre l’armée allemande. »
    Rectification
    Ernst Jünger relate avoir été extrait de la Légion par son père au titre qu’il était mineur :
    « Ma stupeur fut d’autant plus grande, lorsque, après avoir classé quelques papiers, le colonel m’apprit laconiquement que le instructions relatives à ma libération étaient arrivés. (…) Le caporal David me remit une lettre expresse qui était arrivé pour moi; mon père m’y confirmait dans le détail le fait qu’il avait réussi, non sans grands efforts et de multiples frais, à terminer heureusement mon affaire. »
    Jeux africains, Ernst Jünger