Contrôle parlementaire : Le député François Cornut-Gentille critique la « désinvolture » du ministère des Armées

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

25 contributions

  1. clément dit :

    Le pouvoir du parlement , en France, est une triste plaisanterie.
    Je milite pour une réduction du nombre de parlementaires, mais avec un enveloppe budgétaire maintenue (pour embaucher des collaborateurs compétents), afin d’auditer durement l’exécutif, et avoir la puissance de feu technique et aussi médiatique pour faire chier suffisamment les administrations trop bien fortifiées.

    • wagdoox dit :

      c’est bien mal comprendre la fonction aujourd’hui
      les députés servent plus de representation de l’état auprès des citoyens voir d’assistance sociale le reste c’est du theatre

      • clément dit :

        Ma compréhension est largement suffisante, j’en ai assez mangé en fac il y quelque temps maintenant. Voyez-vous une grosse différence entre les qualificatifs « triste plaisanterie » et « théâtre » , moi pas.
        Le point essentiel que je soutiens est double :
        1-le rôle du parlement dans notre pays, est tellement secondaire, que je me demande si on est vraiment en démocratie.
        2-aussi secondaire que soit ce rôle, la faiblesse totale des moyens de nos parlementaires en budget comme en compétences, achève d’enterrer pour de bon tout rôle positif qu’ils pourraient avoir.

        ps: pour Thaurac, la médiatisation, c’est tout ce qui leur reste !

    • Thaurac dit :

      ils sont déjà assez médiatisés!

  2. Parabellum dit :

    C est comme pour le chômage : on ne donne plus les chifffres régulièrement comme ça on veut faire croire que ca baisse ou disparaît. La réalité helas rattrape les entourloupes de la propagande …les gens sur le terrain eux savent ce qui va ou pas…dans les années 80 deja on a vu quelques chefs et grades dire clairement que ca n allait pas…le général Salvan grand combattant et chef respecte le dit et partit…le bla bla techno ne remplace pas les engins dispo ni les armes efficaces…

  3. Wrecker 47 dit :

    Cornut-Gentille devrait la mettre en veilleuse: quand on sait que ces ****** se sont goinfrés sous Hollande et continuent à le faire !
    L’Armée et ses militaires n’enterrent pas les morts de leur famille aux frais du contribuable …Ne rachète pas ses bureaux et locaux prévus à cet effet, avec le pognon qu’on leur laisse gérer sans contrôle, et n’arrondit pas la solde avec le même fric destiné aux » cons-tribuables  »
    …C’est certainement plus… désinvolte!

    • mas 36 dit :

      Même hausse même éléments que sur mon post relatif au dépassement du budget de la DGSE.

    • Démocratie dit :

      Avouez quand même qu’un peu plus de transparence de la part du ministère des armées ne ferait pas de mal. En tant que citoyen j’aimerais bien savoir comment est utilisé l’argent du contribuable. Nous sommes aujourd’hui dans une logique d’augmentation des crédits alloués à la défense, ce qui n’est pas pour me déplaire. Cependant, j’estime que nous avons (les députés et sénateurs d’autant plus) le droit d’avoir des détails concernant le budget et le fonctionnement notre armée. Un contrôle parlementaire efficace ne marche que si l’état major joue le jeu !

      • Électeur dit :

        Pour ma part, ce que je reproche à ce prétendu « contrôle parlementaire », c’est qu’il est totalement fictif, platonique, malhonnête en fait : ce prétendu « contrôle » n’est jamais suivi de la moindre sanction. Le ministère des Finances continue de faire ce qu’il veut au mépris des lois de finances et de nos représentants qui les ont votées.

        • MD dit :

          Les reports de la Cour des Comptes ne sont pas non plus suivis de sanctions, ce qui est tout aussi regrettable, et constitue une anomalie de notre prétendue démocratie.
          Il n’en reste pas moins que ces contrôles ont le mérite d’exister, et d’être publié, ce qui permet aux braves citoyens et contribuables de savoir comment leur argent est gaspillé, et de savoir éventuellement , de temps en temps, qui en est le responsable de l’épingler . À défaut de pouvoir leur donner un bon coup de pied au cul .

        • 341CGH dit :

          MD : il est vrai que l’on a un problème similaire avec la Cour des Comptes. Mais là, il y a un espoir que ça change un jour. Ce qui suit résulte de mon expérience professionnelle dans la fonction publique territoriale.
          Souvenez-vous des emplois fictifs de la Mairie de Paris dans les années quatre-vingt-dix : ça durait depuis longtemps mais ils n’avaient pas été détectés, semble-t-il, par les inspections de la Cour des Comptes.
          .
          Les inspections de la Cour des Comptes ont pour but de déceler les détournements d’argent public et, sur la base des infos recueillies, informer le procureur pour les suites judiciaires à donner. C’est au moment d’informer le procureur que la Cour des Comptes préfère s’abstenir. Parce qu’elle n’a pas intérêt à faire sérieusement son travail qui consisterait, il faut dire les choses comme elles sont, à dénoncer des détournements faits au profit des partis politiques et de leurs leaders.
          .
          Si la Cour des Comptes faisait honnêtement son travail, elle s’exposerait à voir ses propres comptes (qui ne sont contrôlés par personne, c’est quand-même une particularité intéressante) examinés par une commission d’enquête parlementaire assez malveillante.
          .
          Alors pour éviter ça, la Cour des Comptes fait des rapports très vagues au titre de « l’évaluation des politiques publiques » : ça permet aux journaux de faire périodiquement sensation mais ça n’est pas suivi d’effet réel, ou très peu.
          .
          Ça changera le jour où un juge d’instruction, à l’occasion d’une autre enquête sur les finances publiques, poursuivra au titre de l’article 40 du Code de procédure pénale un inspecteur de la Cour des Comptes parce qu’il a eu connaissance d’un délit financier mais n’en a pas informé le procureur.

    • Bolle dit :

      j’ai rien compris à ce commentaire

  4. Électeur dit :

    C’est la duplicité habituelle chez les politiciens : le contrôle parlementaire (exercé en l’occurrence par le député Cornut-Gentille, qui ne sort pas du lot) est à deux vitesses.
    .
    Le ministère des Armées est sommé de donner tous les détails, même ceux qui ne servent à rien mais dont l’obtention flattera l’ego du rapporteur.
    .
    Il y a au contraire un autre ministère qui peut tout se permettre sans que pas un de nos braves politiciens ne bronche : le ministère de Finances n’exécute pas les lois de finances qu’il a proposées lui-même) mais personne ne réagit. Pourtant ça mériterait, dans n’importe quelle boîte sérieuse, un licenciement.
    .
    Contrôler l’Exécutif c’est le rôle du Législatif. Mais celui-ci se contente de faire semblant en contestant la couleur des queues de cerise.
    .
    Ça s’explique, hélas : pour un élu, rien ne compte plus que sa carrière.
    Contester sérieusement le Gouvernement, ce serait prendre le risque insupportable d’une dissolution de l’Assemblée Nationale. Donc le risque de devoir affronter les électeurs.
    Alors on préfère se plaindre d’une supposée réticence du ministère des Armées : ça ne mange pas de pain, n’est-ce pas.

  5. Antoine dit :

    Soyons réaliste, avec M. Macron, la France s’éloigne de plus en plus de la démocratie pour aller vers une oligarchie (à la chinoise, avec un parti unique, mais sans les contre-pouvoirs internes) voire une royauté issue principalement d’une partie de la haute administration et de la finance. La séparation des pouvoirs est régulièrement attaquée pour une recentralisation excessive de tous les pouvoirs, soit disant pour plus d’efficacité, entre les mains du roi Jupiter et de ses courtisans. A peine sommes nous autorisés à avoir nos propres opinions, et encore du moment qu’on ne cherche pas à changer les choses.
    Le contrôle parlementaire, pour ne pas dire le parlement, devient dès lors inutile face à un pouvoir qui ne tolère aucune question sur ses décisions et aucune remise en cause de ses actes. Parce qu’elle est une menace pour ces déviances anti-républicaines, l’armée (et le Ministère des Armées) ont été les premiers à en faire les frais. Ils ont pris acte de la valeur donnée au travail parlementaire par ces élus.

    • Nihilo dit :

      Oligarchie avec M. MACRON ? Nous verrons.
      Grâce à lui nous échappons au régime socialiste autoritaire de MM. HOLLANDE, SAPIN, VALLS, et Mme TAUBIRA, DUFLOT, et VALLAUD-BELKACEM, qui sait ce qui est bon pour les français.
      Grâce à lui nous évitons Mme LE PEN et M. MELENCHON qui auraient été incompétents.
      Pour tout ça M. MACRON est Jupiter.

      • 341CGH dit :

        @ Nihilo
        C’est très ambigu : vous nous dites que Macron est « le moins pire », en somme.
        Pour moi il démontre surtout, comme tous ceux de votre liste, que notre système politique est mauvais : la classe politique est un conglomérat d’où celui qui semble un instant moins crapoteux que les autres tire son épingle du jeu pendant quelques années.
        La France, où les talents ne manquent pas, mérite mieux que ça.

      • UnKnown dit :

        Un peu peur que la fausse image du Macron sauveur face aux « populistes », c’est juste prendre de l’élan pour mieux sauter…

  6. Alden dit :

    Qu’il aille voir son camarade Philippe Bas qui siège à la délégation parlementaire du renseignement dont le rapport a été validé en avril 2018…
    Le syndrome de Bercj le touche ….

  7. Pierro dit :

    J’aurais bien aimé voir le parlement aussi offensif quand le ministère de la défense de voyait amputer de 2 milliards par an en moyenne alors qu’on envoyait les militaires en opération avec du matériel hors d’âge.
    De toute façon, nos armées ont un haut degrés de technicité, mais elles ont été tellement réduites qu’elles sont devenues incapables de soutenir des opérations de haute intensité dans la durée.
    Le pouvoir politique s’est lui même amputé des 2 bras.

  8. CPJ94 dit :

    Inquiétant puisque les données fournies auparavant ne le sont plus, privant la représentation nationale de ses moyens de contrôle. Je crains que ces lacunes soient bien françaises et plus généralement latines.
    Sans être eux mêmes exempts de défauts, les pays du nord semblent avoir une culture de la transparence et des contre pouvoirs mieux mise en oeuvre que chez nous …

  9. Électeur dit :

    CPJ94 : malheureusement, « priver la représentation nationale de ses moyens de contrôle » n’a guère d’importance dans la mesure où nos représentants ne font pas usage du pouvoir qu’ils détiennent par nos suffrages.
    .
    Les élus font mine de contrôler, au cours de cette activité factice ce Cornut-Gentille trouve un motif pour faire parler de lui, et puis ensuite ils laissent le Gouvernement (et notamment Bercy) faire ce qu’il veut.
    Alors peu importe qu’ils n’aient pas des informations dont, de toute façon, ils ne feront rien.

    • mas 36 dit :

       » Dire la vérité est un acte révolutionnaire » (George ORWELL) Une fois les rapports connus du grand public il appartient aux organisations professionnelles et aux citoyens de réagir. C’est là que le bas blesse.