L’Union européenne double sa contribution financière destinée à la Force conjointe du G5 Sahel

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

45 contributions

  1. tartempion dit :

    Le G5 sahel appeler pompeusement  »force » par les responsable en communication de l’Elysée n’est qu’une création  »macronienne » qui sera totalement inutile à l’instar des comités Théodule que nos hauts fonctionnaires imaginent pour sauver la face lorsque le bateau prend l’eau . Il faut être ignorant ou dépassé sur ces questions de défense pour imaginer faire cohabiter des pays dont les rivalités , le niveau de pauvreté et de corruption sont tels que toute initiative de ce genre est vouée à l’échec .

  2. themistocles dit :

    Posons l’équation (50 millions + 50 millions) x 0 efficacité militaire = toujours 0. Le supplétif indigène,pour qu’il soit efficace, il faut s’y prendre différemment….

  3. tartempion dit :

    Le G5 sahel appeler pompeusement  »force » par les responsables en communication de l’Elysée n’est qu’une création  »macronienne » qui sera totalement inutile à l’instar des comités Théodule que nos hauts fonctionnaires imaginent pour sauver la face lorsque le bateau prend l’eau . Il faut être ignorant ou dépassé sur ces questions de défense pour imaginer faire cohabiter des pays dont les rivalités , le niveau de pauvreté et de corruption sont tels que toute initiative de ce genre est vouée à l’échec .

    • Électeur dit :

      Eh oui : Macron, bon élève de l’euro-atlantisme, accumule les preuves de son incompétence depuis si peu de temps qu’il est à l’Élysée. Incompétent partout : devant l’association des maires de France comme devant l’AG de L’ONU, en passant par NDDL et j’en oublie.
      .
      Alors l’Internationale euro-atlantiste paie le G5 Sahel en espérant que ça aidera le petit Macron à se créer une image d’homme d’État.

      • Frédéric dit :

        Commentaire défaitiste digne des grincheux de mai 40. Êtes vous incapable de comprendre que si les forces locales ne prennent pas les choses en main, nos troupes sont condamnés à rester sur zone ad eternam ?
        Monsieur propose quoi comme solution ?

        • diego dit :

          Les armées locales pourraient être épaulées par certains voisins également intéressés par la stabilisation du Sahel (Sénégal, Maroc, Algérie, Égypte, Soudan, RCI…). Le G5 Sahel a toute légitimité pour conduire les opérations, mais rien n’indique qu’il doit rester seul face à la menace et aux conséquences de l’instabilité régionale…

        • GELASE dit :

          « …Commentaire défaitiste digne des grincheux de mai 40…. »
          C’est sûr que les enthousiastes de septembre 39 on ne les entendait plus mdr

      • Électeur dit :

        @ Frédéric
        Il faut toujours se méfier des références aux années trente et quarante du 20ème siècle parce que la situation était complètement différente de celle d’aujourd’hui.
        Toutefois l’on doit reconnaître que Mai 40 fut fondamentalement une défaite politique.
        .
        Pour ce motif la comparaison avec la situation actuelle fait sens : situation actuelle où nos gouvernements successifs capitulent continuellement devant des intérêts qui ne sont pas ceux de la France.
        .
        Pourquoi, pour quels intérêts, sommes-nous encore au Sahel ? Aucune explication valable ne nous est donnée, excepté bien entendu celles qui sont reprises à leur compte par des dirigeants africain. Ceux-ci sont intéressés seulement par les subsides et bakchichs qu’ils pourront en tirer.
        .
        Alors oui : notre intervention au Sahel plus de cinquante ans après la décolonisation, c’est une capitulation politique comparable à celle de juin 40.
        Le dire, c’est le contraire du défaitisme parce que c’est refuser ce que certains (dont vous êtes) considèrent comme une fatalité.
        .
        La solution, c’est d’avoir le courage d’affirmer que nous n’avons plus aucun motif de nous impliquer dans les problèmes africains.

        • Robert dit :

          « La solution, c’est d’avoir le courage d’affirmer que nous n’avons plus aucun motif de nous impliquer dans les problèmes africains. »
          Sauf que nous avons sur notre sol et souvent ayant acquis la nationalité française avec ses droits des centaines de milliers d’africains, dont un grand nombre de maliens, Montreuil est réputé être la seconde ville de Mali du monde. Et ces citoyens de ces pays importent chez nous leurs particularismes, polygamie, islam, et leurs divisions.
          Comme avec les Algériens ou les Marocains, ne croyons pas être épargnés par leurs querelles intérieures. D’une certaine façon, nous sommes otages de l’Afrique francophone pour avoir importé une partie de leur peuple.
          Alors, oui, nous pouvons nous désengager, c’est même urgent vu l’ordre des priorités de notre pays et notre armée et que notre présence là-bas n’a pas fait diminuer le recrutement des islamistes et la versatilité de ces populations.
          Mais la mondialisation des populations, c’est aussi celle des conflits. Nous pourrions peut-être en tenir compte pour l’avenir en n’important par le biais de pseudo réfugiés pas les conflits syriens ou irakiens voire turcs.

        • tschok dit :

          L’opération Barkhane, une capitulation comparable à celle de juin 40?
          .
          C’est ridicule.
          .
          Vous dites souvent des trucs ridicules, vous savez?

          • Plouc putatif dit :

            @ tschock
            Expliquez-nous, alors.
            Vous proférez souvent des affirmations dépourvues d’arguments, vous savez ?

      • Wrecker 47 dit :

        @electeur
        Gaffe à la censure mon pote ,d’autres que toi en ont déjà pris plein la g…et sont même interdits de site sociaux ! je t’en cause avec connaissance!… T’as pas entendu le discours du premier sinistre à la tévé ?…C’était merveilleux !

  4. Ancien du Sahel dit :

    D’expérience j’ai tendance à penser, jusqu’à preuve du contraire, que nous ferions bien de gérer nous-mêmes ce financement et sa distribution, avec nos propres règles de comptabilité publique.

  5. Auguste dit :

    Il en manque encore combien?:200,300 millions?.Allez,on fait semblant d’y croire au bidule.Juste pour faire plaisir à Macron.

    • Auguste dit :

      Mande pardon,il y aurait 414 millions dans la cagnotte,mais le Niger,qui s’inquiète déjà de la pérennisation du financement, dit qu’il en faudrait 480.Le financement c’est pour 1 année.Y en aura-t-il un l’année prochaine?.

  6. Lassithi dit :

    On verse dans l’inconsequence et la médiocrité…
    Comme d’habitude on éteint un incendie qu’on a créé avec un seau d’eau…
    C’est l’UE.

    • Frédéric dit :

      Commentaire aberrant. En quoi l’Union Européenne est responsable de la situation au Mali ?
      Quand la France agit et que les Européens ne s’empressent pas de venir,  »certains » critique l’Europe, et quand elle nous soutient, on la critique aussi ?!?
      Lassithi et consorts sont une belle bande de schizophrènes !

      • Lassithi dit :

        Soyez Lucide et mettez en pause Tf1.
        Qui a détruit la Lybie et pourquoi ?
        Quelles furent les conséquences ?
        D’où vient l’instabilité ?
        Quand vous aurez trouvé les réponses, revenez vers moi.

        • Frédéric dit :

          @ Lassithi ?!? Vous étiez ou en 2011 ? Ou avez vu l’Union Européenne s’agir militairement en Libye ? Il s’agissait d’une coalition ad hoc de divers pays de trois continents.

          L’Union européenne, soit 28 pays européens dont la majorité n’ont pas participé militairement à financé les tentatives de reconstruction après guerre et la aide les pays du Sahel. Faut arrêter de vous mélanger les pinceaux et vous réjouir de l’aide apporté par nos partenaires dans cette difficile opération.

  7. Frédéric dit :

    Que de commentaires pessimistes. Il faut rappeler que la force multinationale contre Boko Haram a remportê quelques succès.

  8. vrai_chasseur dit :

    Le G5 existait avant Macron. Sa vocation était surtout la coopération interrégionale en matière de développement économique, avec une optique simple : il est impossible de neutraliser l’insécurité et le terrorisme sans développement économique cohérent au sein des populations du Sahel. Les dirigeants africains du Sahel n’ont pas attendu qu’on vienne leur expliquer que économie et sécurité sont interdépendants sur leur région. Sans développement économique, on aura beau faire la chasse aux terroristes, les neutraliser, ils repousseront toujours au sein de la population. Tout le monde le sait.
    Les pousser à faire une force conjointe, c’est oublier cette interdépendance. Ou alors, comme le dit très justement le Président du Niger, il faut aller jusqu’au bout : il faut placer cette force sous le chapitre 7 de l’ONU, qui autorise le recours à la force directement, sans mandat et sans résolution du Conseil de Sécurité à chaque fois.
    Mais ni en Europe ni aux USA on ne va jusque là pour l’instant. Et on loupe l’essentiel : au lieu de favoriser l’émergence d’une zone cohérente économico-sécuritaire au Sahel, ce que les 5 dirigeants africains voulaient au départ, on les fait juste émerger une force de supplétifs.

  9. Clavier dit :

    100 millions pour éviter d’avoir à envoyer nos précieux soldats soutenir les Français et leurs rèves de colonisateurs …..voilà ce que les compères européens doivent se dire !
    Le prix d’un F-35 sans son moteur, son casque futuriste et ses missiles …pas trop cher payé

    • Roger Dubreuil dit :

      « Rêves de colonisateurs », je ne crois pas. Ce n’est pas l’impression que j’en ai eu lorsque j’ai rencontré des Français travaillant en Afrique : souvent ils étaient là parce que leur entreprise leur avait proposé, pour quelque temps, un statut d’expatrié avec primes d’éloignement.
      .
      Ce qu’il faut surtout, c’est que les Africains comprennent que nos entreprises sont en Afrique seulement par habitude, parce qu’elles y ont déjà fait quelques investissements et pas vraiment par nécessité vitale. Par exemple l’uranium : l’Australie en a plus qu’il n’en faut et ne demande qu’à le vendre. Que l’uranium africain nous pose trop de problèmes et on le laissera volontiers où il est pour l’acheter aux Australiens. Idem pour les autres matières premières : les dirigeants africains se font beaucoup d’illusions à ce sujet. Les ressources minières de l’Afrique, il y a les mêmes ailleurs, et moins problématiques.
      .
      Quant au risque de « sanctuaire terroriste » évoqué par le SG de l’UA, ou au « combat pour le reste du monde » évoqué par le président du G5, ça prouve seulement que ces Messieurs lisent la presse parisienne : ils s’imaginent que les arguments qu’ils trouvent dans cette presse vont convaincre les pouvoirs politiques européens.
      Hélas, ils ont peut-être raison : non sur le risque terroriste mais sur la paresse intellectuelle des « élites » politiques européennes.
      .

      • Bouli dit :

        l’uranium, il est quand même important de le contrôler pour ne pas que cette ressource précieuse n’atterrisse pas dans de mauvaises mains

        • Roger Dubreuil dit :

          L’uranium, il y en a partout (même en Bretagne !) et ça ne vaut rien à l’état natif. Ce qui a de la valeur, ce sont les usines de traitement pour tirer de l’U235 à partir de l’uranium naturel.
          Tout ce qui est nucléaire, c’est un domaine scientifique et industriel où chacun a intérêt à ne pas se contenter de vagues notions lues dans la presse, notions tellement approximatives que l’on peut les qualifier de mensongères.

  10. Allobroge dit :

    Moussa Faki Mahamatmis, le secrétaire général de l’Union africaine (UA).
    « Le combat que nous menons contre le terrorisme au Sahel, nous le menons aussi pour le reste du monde. Pour cette raison, l’Union européenne et la communauté internationale doivent être solidaires avec le Sahel »,
    Oui, enfin pour le moment je ne suis pas certain que sans les occidentaux les résultats soient meilleurs ! En gros ce monsieur veut plus d’argent et pour le reste nos soldats feront l’affaire ! Et si on leur envoyait des tracteurs agricoles, des pelles et des pioches et des semences et quelques troupeaux ? Ca changerait des armes non ?!

  11. Wrecker 47 dit :

    Quand on a un banquier qui n’a aucune connaissance des armées au pouvoir et veut jouer au chef ,on comprend vite » pour qui sonne le glas » !.. On ne peut pas compter sur les supplétifs africains venus du sahel …Les Armées Africaines sont corrompues,mal armées et mal entrainées ,leurs chefs se foutent du tiers comme du quart et ne sont là que pour se remplir les poches !
    C’est pas avec ces moyens là que l’on aura la peau de l’EI …On est parti pour une « guerre de 100 ans …dans le désert »qui va prendre fin dès que les pays européens cesseront de « casquer » … Cela ne saurait tarder !

  12. Plusdepognon dit :

    Avez-vous lu le bouquin « Africanistan » ? C’est passionnant et c’est ce qui nous pend au nez…

  13. Bangkapi dit :

    On sait très bien qu’on ne pas gagner ces conflits asymétriques. Mais on peut éviter que cela dérape grave vers des situations qui seront bien plus compliquées et dures à stabiliser.
    Au Tchad dont dépend actuellement Barkhane on y est depuis la fin des années 60. On y a plus ou moins soutenu tous les dirigeants et opposants en fonction de qui était aux manettes en France.
    Et en final , même si c’est pas l’idéal on finit par calmer les choses.
    Et maintenant voir des anciens ( tel Wrecker ) dire on ne fait pas bien, il faut se barrer, alors que quand ils étaient en service ils ne demandaient qu’à y partir cela me fait bien sourire.
    Nos soldats font ce qu’ils peuvent, avec les moyens et les ordres qu’on leur donne et c’est déjà pas mal. S’il faut rester 100 ans et bien nos jeunes auront les mêmes aventures que nous!
    Et nos politiques comme toujours font le service minimum car quoiqu’ils fassent ils seront critiqués.
    Ils ne sont pas dupes, ils savent bien qu’une partie de l’argent réclamé va disparaître alors ils font des promesses comme tous les politiques. Si c’était si simple de régler ce problème cela se saurait.

  14. Ancien des opex dit :

    @ Bangkapi
    Je crois au contraire que ceux qui y sont allés et ont bien vu le problème sont qualifiés pour dire « ça suffit ».
    .
    Le problème c’est que les Africains, du moins ceux qui ont réussi à se faire reconnaître comme « chef d’État », trouvent normal de déléguer leur sécurité à l’armée française. Sans se gèner pour la critiquer à l’occasion et le cas échéant l’empêcher d’agir.
    .
    Parfois même l’accuser de mauvaises actions, accusations qui trouvent trop d’oreilles complaisantes en France.

  15. Robert dit :

    Question impertinente, indigne dirons bien certains, à combien revient la vie d’un soldat français ?
    Parce que notre pays est le seul quasiment à payer le prix du sang.

    • Frédéric dit :

      @Robert ? Il y eu plus de pertes chez les Casques bleus au Mali que les rangs des forces françaises..

      • Robert dit :

        L’ONU prétend agir au nom de la communauté internationale et pas de l’Union européenne. La communauté internationale, c’est une grande partie de la planète qui a signé la charte de l’ONU, pas un pays. A moins que nous devions considérer le monde comme une seule patrie. Et, en l’occurrence, les soldats tués ou blessés au service d cela MINUSMA étaient tous de la région, ils faisaient le travail de leurs armées respectives dans leur région, il est logique que tchadiens, sénégalais ou nigériens soient le plus touchés.
        Aucun pays qui compose les forces européennes n’a payé aussi cher en vies humaines que la France. 2O morts français plus les blessés et 150 morts de la Minusma, dont un soldat tchadien qui a tué deux autres soldats tchadiens pour une histoire de solde, et des civils de l’ONU compris. En dehors de deux pilotes néerlandais et deux soldats cambodgiens morts d’un empoisonnement, tous les militaires de l’ONU sont de la région, ce qui est cohérent. C’est de l’affaire des pays touchés de la région de défendre et risquer leur vie pour son pays contre ses agresseurs. Ce qui ne veut pas dire que leurs morts soient secondaires ou méprisables mais elles sont dans l’ordre des choses, mais les soldats français n’ont aucun intérêt national à défendre et mourir pour le Mali, un soldat tchadien, sénégalais ou nigérien lui est directement concerné.

        • tschok dit :

          Vous avez compris qu’il est question d’empêcher le terrorisme islamiste de faire de la BSS un sanctuaire à partir duquel il pourrait à la fois déstabiliser les pays du Maghreb et ceux de l’Afrique occidentale?
          .
          Et puis, il est aussi question de pacifier la BSS pour éviter que des pays qui s’y trouvent ne partent des flots de migrants qui se retrouveront en Europe, ce qui, habituellement, ne vous fait pas du tout plaisir. D’autant que se mêleront au flux des migrants de méchants terroristes islamistes qui seront ensuite grassement pris en charge par la république, aux frais du contribuables. Enfin, c’est ce que vous dites d’habitude.
          .
          L’armée française ne se bat pas à la place des Africains, elle se bat pour protéger les intérêts de la France. On est là-bas pour des motifs tout à fait égoïstes, comme il est normal en matière de politique extérieure.
          .
          Ensuite, on peut avoir des divergences d’appréciation sur la stratégie poursuivie par la France dans cette région et sur le bien fondé de ses craintes.
          .
          Mais, poser d’emblée, comme un présupposé, que l’opération Barkhane revient pour un soldat français à mourir pour le Tchad, le Niger, ou le Sénégal, c’est mal comprendre le but de cette opération, qui ne relève plus de la logique de la France à fric. C’est autre chose.
          .
          On n’est plus dans le post-colonial, faut changer de logiciel, là. Faut installer la nouvelle MAJ, sinon vous allez encore tout comprendre de traviole.
          .
          Votre question n’a donc rien d’indigne ou d’impertinent, elle montre simplement que vous avez une guerre de retard: vous êtes dans l’état d’esprit d’un Français de la Drôle de Guerre qui se demandait « pourquoi mourir pour Dantzig » alors qu’en fait on est impliqué dans une guerre contre le djihad mondial. Rien de grave, juste près de 80 ans de retard.

          • revnonausujai dit :

            « alors qu’en fait on est impliqué dans une guerre contre le djihad mondial. »
            c’est surement pour ça que les autres pays européens ne se contentent pas d’une présence symbolique et font des efforts titanesques pour combattre farouchement le terrorisme mondial dans le sahel, car eux, contrairement aux stupides Français, ils ont tout compris !
            quant à la référence à Dantzig, elle est navrante de mauvaise foi, ce n’est certainement pas pour Dantzig 1938/39 qu’il fallait mourir – d’ailleurs il ne s’agit pas de mourir mais de gagner-mais pour interdire l’occupation militaire de la Ruhr par les allemands en 1935, d’autant plus que la Wehrmacht de cette année n’aurait pas fait le poids!

  16. GELASE dit :

    Faudra aussi penser à provisionner quelques fonds pour après la guerre …une jurisprudence n’est elle pas en train d »apparaître ? : « Le Conseil constitutionnel français a étendu ce jeudi 08 février 2018 le droit à une pension à toutes les victimes de la guerre de libération nationale, « qui résidaient entre le 31 octobre 1954 et le 29 septembre 1962 en Algérie, qu’elles soient françaises ou non ». décision n° 2017-690 du 8 février 2018″

    • Robert dit :

      Les familles et victimes du terrorisme FLN ont-elles obtenu au moins l’équivalent ?
      Et les disparus, militaires et civils, français en Algérie ?
      C’est absolument indigne que pour des magouilles de clientélisme électoral et de basse politique avec l’Algérie, la France brade nos impôts pour payer une pension à ceux qui nous ont attaqués, souvent avec des moyens atroces, parce que la torture FLN, à la différence de la torture attribuée à l’armée française, n’avait pour but que de sidérer et effrayer en faisant le plus de mutilations, viols, et meurtres possibles. Ils ont plus tués d’indigènes musulmans que l’armée française.
      C’est là qu’on voit la haine de soi, le masochisme de nos gouvernants. La France a déjà sur son sol une population algérienne que nous accueillons très largement, que nous subventionnons grassement, l’Algérie a proportionnellement beaucoup plus de centenaires pensionnés par la France sans contrôle possible que la population algérienne dans son ensemble, ce qui veut dire fraude massive aux décès non déclarés pour continuer à toucher la pension. Aux yeux de ceux qui profitent, légitimement ou pas, de notre pays tout en nous méprisant, l’image de la France en sort encore plus affaiblie, s’il était possible.

  17. tschok dit :

    Robert et Gelase,
    .
    « Les personnes qui auront participé directement ou indirectement à l’organisation ou à l’exécution d’attentats ou autres actes de violence en relation avec les évènements mentionnés à l’alinéa premier ou auront incité à les commettre seront, ainsi que leurs ayants cause, exclues du bénéfice des dispositions du présent article. »
    .
    Le droit à pension concerne évidemment les victimes d’attentats terroristes, pas les auteurs de ces attentats.
    .
    La question qui était posée au Conseil Constitutionnel portait sur le point de savoir si le bénéfice de ce dispositif, créé par une loi de 1963, pouvait être ouvert à une victime n’ayant pas la nationalité française, donc si la loi française pouvait ou non établir une différence de traitement fondée sur une condition de nationalité.
    .
    Le Conseil Constitutionnel a analysé cette question sous l’angle de l’égalité devant la loi, selon le moyen soutenu par le requérant, et il a répondu que cette différence de traitement ne pouvait être établie par la loi sans méconnaitre le principe d’égalité. Il a donc déclaré inconstitutionnelle la partie du texte de loi qui imposait la condition de nationalité.
    .
    http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/acces-par-date/decisions-depuis-1959/2018/2017-690-qpc/decision-n-2017-690-qpc-du-8-fevrier-2018.150717.html
    .
    Il ne s’agit donc pas de dilapider nos impôts pour payer grassement une pension à un terroriste du FLN, mais d’étendre le bénéfice d’un dispositif protecteur à des ressortissants étrangers qui ont été eux-mêmes victimes d’actes terroristes (du FLN donc).
    .
    Robert, vous n’avez rien compris (parce que vous êtes un gros bêta qui ne prend même pas la peine de se renseigner avant de dire des conneries) et vous délirez. Z’êtes en train de vous faire un film.
    .
    Gelase: c’est un dispositif qui est spécifique à la guerre d’Algérie, qui est terminée. La décision du Conseil a soulevé une vive émotion, parce qu’on a pensé dans un premier temps qu’elle ouvrirait le droit à indemnisation à toutes les victimes algériennes du conflit. Restons raisonnables.
    .
    En fait, le Conseil retient une idée assez simple: à partir du moment où on indemnise des victimes d’actes terroristes commis sur le territoire français, nous ne pouvons réserver cette indemnisation aux seules victimes française sans méconnaitre le principe d’égalité devant la loi. Pourquoi exclure les étrangers?
    .
    Par exemple: il y a eu des victimes étrangères lors des attentats commis en France à Paris et à Nice. Va-t-on exclure les ressortissants étrangers victimes de ces attentats, ou non? Après tout la France est quand même un peu responsable de leur sécurité, non? Donc, c’était ça la question et la réponse qui est apportée par le Conseil Constitutionnelle n’est pas vraiment scandaleuse.