Comment le ministère des Armées a perdu plus d’un milliard d’euros au cours des cinq dernières années

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

25 contributions

  1. Romulus dit :

    Je pense que nos politiques ne vont retenir que la fin du référé de de la Cour des comptes. C’est à dire intégrer les pensions ou encore « le financement de recherche et développement au bénéfice du secteur militaire » dans les 2%.
    Et hop ! ni vu ni connu jt’embrouille !

    • sergeat dit :

      Je pense que malheureusement vous avez raison.

    • tartempion dit :

      Des marges de manœuvre existent , je ne donnerai qu’un seul exemple , l’opération barkhane qui avec un budget de prés de 850 millions d’euros annuel est un gouffre financier .Pas moins de 60 agents civils de l’économat des armées répartis entre le Mali et le Tchad dont les salaires du chef de mission au magasinier sont compris hors charges entre 7500 euros et 5000 euros. Cher payé pour produire du papier et des tableaux excel , déboucher à l’occasion les canalisations des locaux communs d’aisance ou distribuer le savon aux unités militaires .Comme sur les camps de l’OTAN ou les bases américaines des sociétés privées feraient le même boulot à prestation égale pour 10 fois moins cher .

  2. S.B-Seguin dit :

    Après le feuilleton des FREMM et toujours au sujet de séries tronquées pour des économies ponctuelles imposées par la gestion quinquennale de programmes navals qui s’étalent sur 15/20 ans, voici la série de 18 BATSIMAR que le CEMM évoquait déjà comme allant être revue à la baisse en terme de standard et probablement découpée en plusieurs types de navires, voire en plusieurs tranches de livraisons.

    Ainsi, l’annonce empressée de la commande d’un 3e PLG (Patrouilleur Léger Guyanais) destiné aux Antilles suite à Irma, fait des émules faisant que :

    « La série des PLG pourrait être allongée à une dizaine d’unités »

    « Après la livraison en 2016 et 2017 des patrouilleurs légers guyanais (PLG) La Confiance et La Résolue, réalisés par Socarenam, la commande d’un troisième bâtiment de ce type a été annoncée en septembre pour renforcer dès 2019 les moyens de la Marine nationale aux Antilles. Mais la série pourrait encore être allongée. Selon certaines sources, le ministère des Armées envisage en effet de commander pas moins de six unités supplémentaires. »

    https://www.meretmarine.com/fr/content/marine-nationale-la-serie-des-plg-pourrait-etre-allongee-une-dizaine-dunites

    • TINA2019 dit :

      Bsr !

      Merci pour ces précisions !

      Pour ce qui concerne ce C.R. de la COUR DES COMPTES , rien de nouveau !
      Mais, outre la stricte et réductrice vision comptable des magistrats qui confirme leur ignorance du sujet de la cohérence des enjeux, notre défense, notre armée et la réalité du terrain ,
      Je souhaite revenir sur le dossier FREMM, via cet article de L’IFRAP, d’une part ;

      http://www.ifrap.org/etat-et-collectivites/limmense-gachis-des-fregates-francaises

      il y a une grossière erreur commise par plusieurs personnes , dont plusieurs faisait partie de nos armées.
      Cela concerne la quantité commandée à l’époque, qui est :
      – une incohérence de moyens matériels : On ne remplaçe pas 9 avisos de 1400 tpc par 8 FREMM ASM de + de 6000 t
      – Une incohérence d’économie des forces : 8 fremm mal utilisée compte tenu de leurs inadaptation pour nombre de missions qu’elles auraient dû assumer.
      – Une incohérence industrielle vis à vis de DCNS , notamment de ses ingénieurs ( Il aurait fallu licencier en cette fin de décennie / ou début de la prochaine décennie.
      – On s’est tiré une balle dans le pied car toutes parties prenantes qui ont validé ce programme de 17 FREMM, connaissait parfaitement les « petites lignes  » sur la renégociation des contrats avec …. Notamment, ce qu’il arrive avec une reduction du nombre de navires et de la dotation initiale des équipements de ces navires.
      —> On aurait fait des sacrées economies avec une absence de la valeur des renégociations du contrat ( à plusieurs reprises) , tout en négociant un prix fixe, des cadences de fabrication respectées.

      Pour le reste , je citerai le CEMM Pierre DE VILLIERS , avec son livre « SERVIR », p.20  » Je ne veux pas que nos armées soient un simple instrument, une entreprise sous-traitante de sécurité. Elles sont l’armée de la totalité de la nation et doivent le demeurer ».
      —> Avec ce qui va advenir avec ce C.R. est sous- entendu ! On est déjà trop prêt du mur pour le voir!

      • momo dit :

        Petite rectification si vous me permettez les FREMM remplacent les ex fregates ASM A67 qui étaient au nombre de 3 et 6 A70, et enfin nos 2 FAA qui auraient dut être remplacer par 2 fregates horizon supplémentaires qu’on a supprimer á l’époque . Pour les avisos cest le programme BATISMAR qui est prévu si je ne m’abuse que l’on atend avec impatience.

        • S.B-Seguin dit :

          Bonjour monsieur momo,
          je confirme qu’en 2006, 17 FREMM (9 ASM + 8 AVT) + 2 FREMM AA (alors encore en option) devaient remplacer 3 F67, 7 F70, 11 A69 (les 6 autres avaient été revendus à la Turquie) et donc les 2 FAA70.

          En 2006, les A69 étaient encore des avisos ASM, mais depuis 2013 ils furent progressivement déclassés en PHM, solution intermédiaire pour compenser le départ des P400 déjà face au report du programme BATSIMAR.

          L’abandon en 2009 des 8 FREMM AVT réduisit la cible à 11 unités avec toujours 9 FREMM ASM + 2 FREDA [des FREDA que la LPM 2014/2019 convertira en FREMM-DA bien plus modestes].
          En 2015, JYLD tronquait le programme FREMM de ses 3 dernières unités ASM au profit de 5 FTI ASM, conservant les 2 FREMM-DA.

          • S.B-Seguin dit :

            erratum:
            …17 FREMM (9 ASM + 8 AVT) + 2 FREMM AA (alors encore en option) devaient remplacer 3 F67, 7 F70, – 9 A69 (6 avaient été revendus à la Turquie et 2 autres désarmés) – et donc les 2 FAA70.

      • S.B-Seguin dit :

        Bonjour TINA2019,
        c’étaient en fait les 8 FREMM-AVT qui également dotées d’un moindre potentiel ASM que les FREMM ASM, devaient par intermittence remplacer les 9 A69 sur le plan ASM comme mission secondaire; les AVT étant avant tout destinées à d’autres usages.

        Mais ce projet de remplacement des 9 A69 par 8 FREMM-AVT fut évidemment abandonné en même temps que l’annulation desdites 8 FREMM-AVT.

  3. wagdoox dit :

    On remerciera encore Bercy qui préfère économiser 10 sur l’année que 1000 sur dix, otage du budget annualisé qu’il est.

  4. zaccarie dit :

    C’est formidable ! Lorsque j’achète un œuf il me coûte beaucoup plus cher que si j’en achète 12, voire 24.
    Et les couches d’experts (qui coûtent, eux aussi leur pesant d’œufs) considèrent, dans leur grande sagesse, qu’un œuf coûte unitairement plus cher que 12 ou 24 œufs.
    C’est magistral, sidérant, admirable, remarquable … Chapeau, messieurs !
    Et, d’un autre côté, nos gouvernants (droite, gauche, milieu …) jugent qu’une mission, c’est bien, deux, c’est mieux et trois, c’est encore mieux …
    Au secours, messieurs les super cranes d’œufs !!!
    Si ce n’était lugubre, ce pourrait être drôle (du genre : pour dépolluer les villes, mettez-les à la campagne).
    Mais, ici, alors que nos experts alignent chiffres et rapports, qu’en est-il des projections de nos vrais besoins militaires.
    Tout est dit et fait pour … la finance, l’économie … et nous (ici : mot silencieux car censuré ) les mouches.
    Belle ambiance et Vive la France.

  5. Arquoj dit :

    Bonjour,
    C’est une vielle histoire: le plus court chemin n’est pas (sauf cas exceptionnel) la somme des chemins les plus courts.
    Ainsi, l’approche budget annuel, qui vise a dépenser moins à chaque fois, se traduit OBLIGATOIREMENT par plus de dépenses au bout de plusieurs exercices.
    C’est connu en R.O (ou Recherche Opérationnelle). Voilà encore une raison pour laquelle un énarque ne peut faire l’X, alors qu’un X peut allez à l’ENA (ceci dit, faire l’X ne veut pas dire que l’on réflechit bien).
    Et il y en a d’autres des ….
    Cdt

  6. felipe dit :

    en clair, on nous explique que le politique a été (au passé) imprévoyant ou dispendieux par défaut et que le militaire ne devra pas (au futur) l’être à son tour.
    en outre, le coût de la maitrise de la masse salariale est tout simplement scandaleux quand on sait que le pouvoir d’achat des militaires est globalement revenu à celui des années 2007-2008, que le dépyramidage pratiqué décapite nos armées et que seule l’institution militaire est visée (combien de cadres A civils ont été recrutés depuis 2008 ?). cela fait partie des poncifs classiques : « les militaires n’ont pas besoin de réfléchir et en plus ce qu’on leur demande – faire la guerre- n’exige pas de formation intellecutelle particulière ».
    il serait qd même temps que la cour des comptes tienne le même discours à voix haute pour l’ensemble de la fonction publique !
    pour rappel : en équivalent indice de la fonction publique, les OGX et colonels représentent 1% des effectifs en uniforme dans les armées alors qu’il est supérieur à 4% dans le reste de la FP.
    enfin ne pas oublier qu’on attire pas des mouches avec du vinaigre. que je sache, les armées ne recrutent pas leurs dirigeants militaires aux mêmes salaires qu’à la SNCF ou à BERCY.

  7. m2m dit :

    C’est ce genre d’info qui devrait faire la une des médias généralistes mais visiblement les rédactions des quotidiens et JT trouvent que beaucoup d’autres choses sont plus importantes.

  8. aleksandar dit :

    Rien a ajouter, on est sur l’os malheureusement.
    Pauvre France.

  9. Carin dit :

    Si les pensions et la R/D de produits à destination militaire sont intégrés … nous sommes probablement au delà ou peu s’en faut des 2% du PIB!!! Et nos gars continueront de joindre à leur paquetage des produits achetés sur leurs deniers personnels et surtout des rouleaux de gaf pour bien arrimer leurs semelles!!!!

  10. themistocles dit :

    Beau bilan des apprentis gestionnaires. Reste encore à comptabiliser les pertes dues à Louvois qui continue de sévir, le fiasco des GSBDD, la catastrophe des NH90, la gabegie du MCO aéronautique, les rentrées financières évaporées suite à la grande braderie des casernes (pour le plus grand bonheur des copains maires PS/NC). Et je dois en oublier.

  11. MD dit :

    1 milliard sur 5ans. Cette belle performance, sans doute sous-estimée d’ailleurs, s’est donc déroulée à cheval sous la présidence de Sarko 1er puis celle de Super Flamby. Et les responsables sont donc les membres de leurs gouvernements. Éh! Jupiter n’aurait-il pas fait partie de l’un de ces derniers ?

  12. Jean Pierre Fontrel dit :

    À trop subir des politiques, il est maintenant établi que la stricte observation du devoir de réserve militaire a certes conduit la Grande Muette à la vertu, mais aussi à immense gaspillage.

  13. jean la gaillarde dit :

    On découvre ????? Non, il ya de cela quelques mois, un général, lors d’une commission parlementaire a tenté d’expliqué qu’il vaudrait mieux accélérer le programme scorpion afin de remplacer le matériel défaillant plutôt que de chercher à mettre en place, à grand frais, un énième plan de revalorisation des VAB afin qu’ils puissent tenir encore 5 ou 10 ans. Il a tenté d’expliquer que cela représentait un surcoût à longue échéance. Alors que l’on vienne pas dire que les militaires sont ignare en matière d’économie…. Non, il faut arrêter…; Nous avons des dirigeant qui regarde à l’horizon …… de leur mandat, point barre…. Il nous manque un Général De Gaulle….

  14. lxm dit :

    L’argent doit servir l’ambition, et non pas l’ambition se restreindre par l’argent.

  15. JR dit :

    En 2004-2005, le cabinet de la ministre Michèle Alliot-Marie avait chargé le Directeur des affaires financières, Jean-Baptiste Gillet de monter un financement innovant (j’en ai été le responsable) pour négocier l’achat des 17 FREMM et obtenir une baisse de prix significatives du programme. La DGA, en la personne de son délégué général, LCB et de son directeur de programme, FM, ont fait capoter l’opération car il s’agissait d’une perte de pouvoir pour la DGA.
    Au bilan aujourd’hui, la marine française aurait payé moins cher les 17 FREMMM qu’elle n’achète les 8 frégates… Mais les responsables de ce fiasco financier ont régné (LCB pendant 10 ans en produisant de semblables catastrophes) et règnent encore (FM est IG 3 étoiles) sur la DGA.

  16. Jules dit :

    Ah bon… les militaires sont des pietres gestionnaires ? C’est pas que la faute de Macron ? Etonnant, non ?